Rencontres fortuites {ft. Dǐs Trainstson}

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 17 Jan - 19:52


RENCONTRES FORTUITES {ft. Dǐs Trainstson}

La nuit venait de tomber sur la Terre du Milieu. A la lisière des bois, à une distance plus que raisonnable, un petit groupe avait posé ses affaires pour la nuit. Recroquevillés autour du feu, la plupart de ses membres partageait son repas du soir, au milieu des rires et des exclamations. Le voyage touchait à sa fin pour la caravane qui avait quitté les Havres Gris en direction de Bree. Ils arriveraient à destination le lendemain et rien que la perspective d'un vrai lit dans une auberge suffisait à leur faire oublier la proximité de la vieille forêt.

Un peu à l'écart du groupe, aux aguets, Indira achevait de s'occuper de sa jument, lui proposant de quoi boire. Tapotant gentiment son encolure, la jeune femme lui indiqua la lisière de la route, lui signifiant silencieusement l'interdiction de pénétrer dans les bois. Les rumeurs les plus folles courraient sur cette forêt et même si Indira était plutôt encline à ne pas se laisser convaincre par des racontars de bonne femme, elle préférait ne pas perdre Coral aux ombres du bois. Rien qu'à l'épaisseur du feuillage on devinait qu'il était très simple de se perdre là dedans. Pas besoin de mauvais esprit pour ça.

Le voyage avait été plutôt tranquille jusque là, mais son assistance était rarement nécessaire de ce côté ci du Brandevin. A croire que la paix s'était installée pour rester sur la Comté et ses alentours. Grand bien leur en face, ces petits Hobbits auraient eut bien du mal à défendre leur lopin de terre. Loin de toutes ces considérations, les petit semi-hommes continuaient leur vie le plus placidement du monde. Du moins c'était ce qu'on racontait avant. Car certaines rumeurs courraient lorsqu'elle était passé aux frontières de la Comté. Un de ses habitants s'était semble-t-il laissé pousser des ailes et aurait céder à des envies d'aventures. Les ragots, qu'ils soient de hobbit ou de n'importe qui d'autre, intéressaient peu Indira mais il se murmurait que des nains avaient été vu, voyageant depuis les montagnes bleues. Et cette information là était déjà bien plus intéressante.

Une pression sur son épaule sorti brusquement Indira de ses pensées. Comme pour la prévenir de quelque chose, Coral tentait d'attirer son regard. Habituellement très attentionnée à ce qui l'entourait, la jeune femme jeta un œil méfiant alentour. Qu'avait-elle pu voir? Coral avait beau avoir l'ouïe plus fine que sa maîtresse, il était très inhabituelle pour elle de sentir un danger sans qu'Indira ne le réalise.

- Deviendrais-tu inquiète sur tes vieux jours? Souffla la jeune femme en lui flattant l'encolure

La jument laissa échapper un souffle qui eut tout du reniflement moqueur. Quoiqu'en dise sa maîtresse, un étranger approchait du camp. Oublieux de ce qui se tramait à quelques mètres d'eux, les commerçants ne réalisèrent même pas que l'une de leurs éclaireuses s'éloignait silencieusement du campement. Laissant la surveillance du groupe à un autre de ses collègues, Indira s'éloigna doucement en direction de la forêt, main sur la garde de son poignard. Il y avait bien quelqu'un dans les parages, le sentiers portaient des traces nouvelles que la jeune femme n'avait pas aperçues à son arrivée.

- Qui va là ? Lança-t-elle brusquement

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 19 Jan - 13:40
    J’avais mis du temps à me décider. Enfin surtout à passer à l’action, j’étais décider et déterminer, mais je m’étais poser beaucoup de questions sur la démarche à suivre. Je tenais à accompagner mon frère, il n’était pas le seul à avoir eu sa maison de dépouiller et y être expulser comme un mal propre. Erebor était ma maison, mon foyer, on j’avais grandis. J’avais moi aussi perdue ma famille. Il m’en restait peux et je voulais me batte et défendre la mémoire de ceux qui sont tombés et le futurs de ceux qui sont nés. Mes fils n’avaient pas connu Erebor et leur courage et loyauté envers leur oncle m’avais émue. Mais je n’étais pas stupide, il y avait tout un voyage pour arriver à la montagne solitaire et un combat qui les attendaient pour y déloger Smaug le Terrible. Je refusais simplement de perdre ce qui me restait de ma famille, la douleur et la solitude finirait par me tuer. J’étais donc déterminer à faire moi aussi le voyage, j’étais débrouillarde et manié les armes me posait aucun problème. J’étais forte et pleine de ressources contrairement à ce qu’on pouvait pensée : j’étais une naine de Durin !!

    J’avais donc attendues trois jours après le départ de mon frère des Montagnes Bleues, pour partir moi aussi. J’avais pris mes précautions, laissant du temps et de l’espace entre moi et le groupe de treize nains. Je savais très bien que Thorin désapprouvait et que dans le cas où il se rendrait compte de mon escapade, il ne prendrait pas de pince pour donner son point de vut. On était têtu tous les deux, on était bien du même sang.

    Je ne savais pas si j’avais pris le même chemin qu’eux, mais j’étais allé au plus simple. J’avais rejoint le lac Evendim, après deux jours de voyage. Puis j’ai longé par le sud la rivière Brandevin jusqu’à rejoindre la Vieille Forêt. J’étais partit avec un poney, des vivres ainsi que de l’argent (je savais très bien qu’un moment ou un autre je devrais soit loué une chambre ou acheter de quoi manger). Dans cette forêt j’avais installé un petit camp : un feu, un coin de repos pour moi et mon poney. J’étais tranquille, et avant d’être déranger je pouvais entendre arriver.

    Pourtant alors que je mangeais une saucisse accompagner de pommes de terres, dans mon coins sans déranger personne même pas la forêt, une voix se fit entendre. Mon poney eu un sursaut et fis un pas en arrière, posant mon assiette je me lève et me retourne. Une femme me faisait face à quelques mètres, dans des fourrés. Main à l’épée j’ai vite compris qu’elle ne s’attendait pas à voir quelqu’un.


    -Vous semblez bien méfiante face à une naine, dis-je poliment.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 20 Jan - 12:36
Une naine. Qui a en juger par sa réaction ne devait même pas savoir qu'un groupe d'hommes campait à quelques pas de la forêt. A en juger par son air surpris, elle ne devait pas constituer une grande menace pour la caravane. Aussi Indira lâcha-t-elle son arme, sans pour autant se départir de son regard alerte. Qui sait ce qu'elle pouvait cacher? Elle n'aurait pas été la seule personne à pouvoir jouer la comédie en Terre du Milieu. Mais cette naine là avait encore son assiette à la main, des restes de son repas du soir encore à l'intérieur. A en juger par ses affaires éparses, elle avait du établir son campement pour la nuit, ne s'attendant pas à être dérangée par une femme un peu trop sur ses gardes.

- Mon employeur me pait pour être méfiante, se contenta-t-elle de répondre

Ce qui n'était pas loin de la vérité. Son travail consistait à accompagner la caravane et à s'assurer que le convois arrive à bon port sain et sauf. Il ne faisait pas bon se laisser berner par d'éventuels petits chapardeurs et Indira qui avait payé chère sa première erreur d'éclaireur ne laissait plus passer le moindre écart. Mais là il fallait avouer que l'insistance de Coral à la pousser dans cette direction avait de quoi surprendre. L'instinct de cette jument avait l'air faussé pour une fois puisqu'Indira n'y avait rien trouvé de plus surprenant. Plutôt étrange puisque sa monture s'était rarement trompé jusqu'à maintenant.

- Mais il semblerait que mon instinct m'ait induite en erreur, admit-elle de bonne grâce, j'ignore ce que j'espérais trouver en m'aventurant ici mais de ce n'était de toute évidence pas vous.


Malgré sa méfiance naturelle et son impassibilité, Indira était parfois prête à se montrer de bonne foi lorsque les circonstances le demandaient. Et elle s'imaginait que voir débarquer une femme armée en plein dîner avait du passablement surprendre sa nouvelle rencontre. Mais une petite voix dans son esprit lui conseillait de se montrer attentive. Elle avait comme un pressentiment qui n'était peut être pas lié à la naine mais qui refusait de disparaître totalement. Peut être que Coral avait senti autre chose finalement?

- Il est en tout cas fort rare de croiser des voyageurs dans ces lieux, continua-t-elle tranquillement, les rumeurs ne vous font donc pas peur?

Elle faisait évidemment allusion à la tristement célèbre réputation de la Vieille Forêt. Si la plupart des voyageurs ne s'intéressait pas aux racontars, les habitants de la région ne perdaient jamais une occasion d'avertir les marcheurs des dangers du bois. Il se racontait qu'une atmosphère étrange régnait sur les lieux. Comme si la Vieille Forêt possédait son âme propre, gardienne de ces lieux qui faisait fuir les étrangers et les importuns. Indira ne s'était elle même jamais aventurée sous la lisière des bois, mais c'était plus par manque d'intérêt que par réelle inquiétude, elle ne savait donc absolument pas à quoi s'attendre. Évidemment pas à se faire attaquer par un arbre qui se mouvait par la seule force de sa volonté -comme le racontait bon nombre de villageois- encore moins à perdre son chemin à travers des sentiers qui changeaient de tracé au grès de leurs envies. Les facéties du bois allaient devoir trouver une autre victime.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 29 Jan - 18:52
    Après avoir un peu mieux observé la femme devant moi, je peux percevoir que c’est une Humaine et pas une elfe. L’un ou l’autre, je m’en fiche, je n’ai jamais vraiment eu de rancune vis-à-vis des elfes. Celle que j’ai est pour Thranduil qui à refuser de nous aider à Erebor, mais ça c’est une autre histoire. Ecoutant les mots de l’inconnue, je me dirige doucement vers mon poney, je lui frotte l’encolure et le rassure. Enfin la rassure car c’est une femelle, j’ai toujours eu l’habitude de monté que des femelle. Je repose mon regard à nouveau sur la femme. Je la trouve bien méfiante, il n’y a pas vraiment à craindre ici. En tout cas pas venant de moi et ce qu’on dit sur cette forêt reste des rumeurs, cela n’a jamais été prouvé donc de quoi pouvait elle se méfier ainsi ?? En tout cas si elle était payée pour y être, elle devait avoir une bonne bourse si celle-ci était proportionnelle à sa méfiance. Je bouge à nouveau reprenant mon assiette, pas encore terminé. Je m’assoie face à elle et pour le moins du monde dérangé par la situation je reprends mon repas. La fourchette en main j’ai un petit rire.

    -Comme vous l’avez dit se sont des rumeurs. Ce n’est pas la première fois que viens ici, et je n’ai jamais eu à me plaindre de cette forêt. Il me faut bien plus que des racontars de grand-mères. Qui plus est je me fais toujours un avis des choses par moi-même, et je trouve que pour l’instant cet endroit est loin de sa réputation. Une personne aussi hardie que vous ne semble pas prendre au sérieux se genre de choses.

    Il était vrai qu'a son allure, elle ne semblait pas facilement se laisser faire et encore moins se laisser impressionner. Elle me faisait penser à une maraudeuse ou encore un mercenaire. Je préférais la première option car au moins je ne risquais pas ma vie. En cas de danger mon épée était attacher à la scelle de mon poney, j'étais donc en mauvaise posture.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 30 Jan - 21:43
Un petit sourire s'étira sur les lèvres d'Indira en entendant la jeune naine exprimer presque à l'identique le fond de sa pensée. Elles envisageaient les choses de la même manière. Ce qui n'était pas étonnant de la part de deux personne n'ayant eut aucune crainte à s'aventurer dans les parages. Les superstitieux et les crédules avaient tendance à éviter les abords de la vieille forêt. Ce qui arrangeait grandement la poignée de voyageurs qui s'en approchaient encore. Peu de gens savaient que nombres de tractations douteuses avaient lieux à l'ombre des arbres centenaires. Tranquillement, la jeune femme se détendit quelque peu. Il n'y avait visiblement pas de danger à l'horizon. Mais la réaction de Coral continuait à l'inquiéter quelque peu. Sa jument n'était vraiment pas du genre à s'inquiéter pour rien. Se pourrait-il qu'elle ait senti autre chose?

- Comme vous le dites, les racontars vont bon train concernant la Vieilles Forêt, ajouta-t-elle, mais il ne s'agit que de ça, des racontars. Et vous avez raison de ne pas les écouter. Les habitants de la région sont très accueillants mais quelque peu prompt à écouter les commérages.

Mais c'était le propre des petites villes de province après tout. Et là dessus Bree n'avait rien à envier à la plupart des petites bourgades d'Eriador. Même si les brumes de la Vieille Forêt suffisaient à apporter un certain cachet à leurs dires. Sans oublier que l'ombre fantomatique des hauts des Galgals avait véritablement quelque chose d'anormal, voir d'hors de ce monde. Indira ne s'y était jamais aventurée mais voir leur profil se dessiner à l'horizon suffisait à expliquer la drôle de réputation des lieux. On faisait rarement aussi inquiétant. Dans un soupir, la jeune femme s'apprêta à quitter les lieux sur une dernière excuse. Inutile de déranger les gens en plein dîner. Et le sien l'attendait d'ailleurs probablement au camp. Mais une petite voix dans son esprit se demandait si elle n'abandonnait pas la naine à des ennuis certains. Elle avait pourtant l'air de savoir se défendre, elle ne se trouverait certainement pas seul dans ce coin désert autrement.

- Mon nom est Indira, se présenta-t-elle tout en s'apprêtant à partir, je suppose qu'il serait temps de prendre c...

Un fracas retentit au loin, coupant la jeune femme dans sa tirade. Aussitôt sur ses gardes, elle tourna sur elle même, cherchant à identifier la provenance du désordre. On aurait dit qu'un arbres, ou même plusieurs, venait de s'abattre au sol, arraché par une force à la violence considérable. Une nuée d'oiseaux s'envola dans un pépiement strident, coupant la quiétude du soir et plusieurs petits animaux des bois détalèrent dans la clairière, comme apeurés. Les sourcils froncés, Indira attendit. Elle qui se sentait toujours sur ses gardes était servie. Quoi que se soit, le sous-bois avait l'air de se méfier. Autant ne pas le prendre à la légère.

- Quelque chose vient, souffla-t-elle

Comme pour prouver ses dires, une brumes épaisse et opaque se propagea dans la clairière, envahissant les moindres recoins, recouvrant le sous-bois d'une nappe d'un blanc dense à travers lequel rien ne transparaissait. La rapidité avec laquelle la brume s'était répandue laissa la jeune femme sans voix. C'était bien trop prompt pour être normal. En d'autres lieux, Indira aurait éclaté de rire devant sa présomption. Non on ne risquait rien dans la Vieille Forêt, tout ceci n'était que commérages de vieilles dames. Encore une fois, sa trop grande confiance l'avait dupée. Elle se félicita de ne pas s'être éloignée tant que ça, pouvant encore distinguer la silhouette de sa vis à vis grâce à la lueur rougeoyante de son feu de bois.

- Je crois que la forêt n'apprécie pas beaucoup que nous nous soyons moquées d'elle, plaisanta-t-elle pince sans rire
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 31 Jan - 10:49
    Enfin de compte on avait plus en commun qu’on pouvait le pensé toute les deux. En tout cas on avait le même avis en ce qui concernait cet endroit. Cette forêt était familière pour moi. On y avait campé lors de notre exil d’Erebor, et bien après mon peuple et souvent passer par ici, aimant la tranquillité qu’offrait cette zone boisée. J’appréciais le fait qu’elle se détendait et semblait un peu moins méfiante, j’avoue que mon égo en prenait un peu de me savoir si dangereuse que ça ou du moins le paraitre. Pourtant dans sa phrase elle marquait un point : les personnes de la région étaient accueillantes et chaleureuse il y a avait pas de toute la dessus. Je me souvins la première fois qu’on est arrivé dans la région, les habitants nous on volontiers apporter leur aide ainsi que le couvert. Dans un sens ma famille est un peu redevable de ce peuple. Je finis par poser à nouveau mon assiette et ma fourchette, la première retourner à l’envers contre le tronc d’arbre où j’étais assis. Un repas en plus pour mon estomac, j’étais là depuis plusieurs à divaguer sans trop où aller et avoir la solitude qui me pesait j’avais au moins le réconfort d’un estomac bien remplit.

    -Enchantée Indira, je suis Dís je voyage depuis les Montagnes Bleues à la recherche de mon frère et mes fils…

    Moi non je n’ai pas pu finir ce que je disais, un grand remue-ménage s’est fait entendre dans la forêt. Le bois réagissait à quelque chose, et pas à nous. Cette brume, ses bruits, je les connaissais très bien et cela ne présageait rien de bon. La lumière de mon feu permettait de se repérer juste dans la zone où j’avais installé mon campement. J’attrape mon épée et scrute des yeux l’horizon autour de moi. Mon poney s’agite et hennie sur place, signe avant-coureur que quelque chose s’approchait de nous et pas du bon vu comme mon destrier était apeuré. La dernière fois que j’avais vu la forêt s’agité autant c’était lorsque les sbires de l’ombre s’y était aventuré, il y a de cela des années. J’espérais que ma voisine était autant doué pour être méfiante que pour tuer un ennemis.

    -Dégainer votre épée, il y a qu’une seule chose contre laquelle la forêt réagisse…

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 31 Jan - 18:59
Déjà fait. La première réaction d'Indira à l'approche d'un danger potentiel avait été de sortir son arme. Elle se sentait plus à l'aise, lame à la main, même si elle ignorait tout de ce qui se tramait. Dís avait cependant l'air d'être plus au fait de ce qui approchait. Le regard méfiant, les sens en alerte, elle avait immédiatement réagit, se qui vérifiait l'impression qu'Indira avait eut d'elle. Elle savait se défendre, ça ne faisait aucun doute. Et c'était d'autant plus providentiel car la jeune femme aurait été bien en peine de protéger quelqu'un dans de telles conditions. La brume avait pris ses quartiers dans la clairière, ne semblant pas vouloir s'évaporer de si tôt. Si bien que, privée de sa vue, la jeune femme devait se fier à d'autres sens. Tendant l'oreille, elle distingua le frottement discret que faisaient les vêtements de Dís, quelque part sur sa gauche.

- Vous avez l'air d'être au courant de ce qui se passe ici, marmonna-t-elle dans un souffle, de quoi s'agit-il?

Et la jeune femme espérait avoir une réponse assez rapide, l'attente devenant de plus en plus inquiétante. Quoique se soit, cette petite mise en scène suffisait parfaitement à mettre dans l'ambiance. Indira se demanda vaguement si elles ne feraient pas mieux de suivre l'exemple du sous-bois et de détaler en vitesse. Ça semblait toujours plus productif que d'attendre là qu'une quelconque horreur leur tombe dessus. Mais il lui paraissait risqué de tenter quelque chose avant d'en savoir plus sur leur assaillant. Si assaillant il y avait. Car cet ennemi avait tout l'air d'être invisible. Après le tapage provoqué par la fuite des animaux, un silence de plomb s'était abattu sur la forêt, nimbant les lieux d'un calme irréel annonciateur d'ennuis à venir. Fichu brouillard, Indira ne se sentait clairement pas à son avantage dans une telle configuration.

- Et surtout que faisons nous? Murmura-t-elle, je doute que nous bénéficions de beaucoup de répit. Quoique se soit, c'est tout proche.

Elle ne croyait pas si bien dire. A peine avait-elle prononcé ces mots qu'une cavalcade se fit entendre à quelque pas. Tout proche. Quelques dizaines de mètres à en juger par le bruit. Il n'était plus temps de tergiverser, il fallait agir et Indira préférait ne pas courir au devant d'ennemi dont elle ignorait tout. Entraînant Dís avec elle, la jeune femme tenta, au jugé, de gagner le couvert des arbres, lui faisant signe de la suivre. Avisant un bosquet de fougère, elle s'agenouilla derrière, à l'affut. Les chances de se débarrasser d'un ennemi au milieu d'une telle purée de poix étaient minces, autant établir un semblant de plan. Rester et se battre, ou fuir, la situation était claire.


Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 7 Fév - 18:03
    La situation pouvait sembler quelque peu étrange, en tout cas la scène : deux femmes au aguets au milieu de la forêt dans un épais brouillard pas très naturel et des plus douteux. Pourtant il ne fallait pas se fier aux apparences, dans une autre situation on aurait été très menaçantes. Une femme est tout aussi dangereuse et redoutable qu'un homme. Mais actuellement c'était plutôt l'inverse, c'était nous qui était menacées. Non pas part la forêt qui ne faisait que se défendre face à l’hostilité, donc pas contre nous.Mon expérience dans cette forêt m'avais permis de vite réagir.Mon poney avait reculer de quelques pas, se fourrant et se cachant dans des buissons, épée à la main j'ai suivis la femme, n'ayant pas eu le temps de lui dire quoi que se soit. On avait certes rien à craindre de la forêt mais ce n'était pas le cas de ce qui avait créer cette agitation au sein du bois. j'ai glissé mon épée dans ma ceinture et regardé les arbres autour de moi.

    -Les Arbres. Grimpez. On sera caché du regard de cette menace sans nous perdre dans se brouillard.

    Prenant un peu d'élan je saute et attrape une branche. Je me hisse sur celle-ci et grimpe sur deux autres branches plus hautes, pour pouvoir être en hauteur et donc en dehors du champs de vision de quelle qu'on que créature. Assise sur ma branche, je regarde l'autre femme m'assurant qu'elle avait suivit mon action. A présent il fallait attendre que cela se passe et que la forêt s’apaise. La patience était de mesure mais je ne pouvais m’empêcher de m'inquiéter pour mon poney.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 10 Fév - 15:43
Le temps pressait. Aussi, lorsque la naine lui proposa de gagner en hauteur, Indira n'hésita pas à une seconde. Agrippant une branche basse d'une main, la jeune femme se hissa sur un érable qui étalait son sommet à plusieurs mètres de hauteur. Son point de vu ne lui permettait pas de distinguer ce qui se passait alentour mais c'était tout de même moins exposé qu'au sol. Recroquevillée sur sa branche, la jeune éclaireuse attendit, à l'affut du moindre bruit suspect. Le tapage du sous-bois s'était tut. Chacun avait regagné sa cachette ou son terrier et attendait, dans l'attente du passage de la chose. C'était à se demander si la jeune femme n'aurait pas préféré être fixée immédiatement. Cette attente idiote ne rimait à rien, si ce n'était alimenter son appréhension. Car même si l'éclaireuse avait affronté de nombreux ennemis, elle n'en détestait pas moins l'incertitude de l'attente.

- Vous aviez l'air d'en savoir plus tout à l'heure, souffla-t-elle, de quoi s'agit-il?


A présent qu'elles se trouvaient sensiblement plus en sécurité, elle aurait un peu plus le temps de lui révéler ce qu'elle savait. Non pas qu'Indira tienne à lui soutirer la vérité mais en savoir plus sur cet ennemi invisible aurait pu grandement les aider.
Tentant tant bien que mal de trouver une position moins inconfortable, Indira ne perdait pas une miette de ce qui se déroulait deux mètres en dessous. Et elle en était là de ses réflexions quand la silhouette sombre déboucha à l'autre bout de la clairière. Ce n'était guère plus qu'une forme aux contours imprécis, Indira n'aurait même pas pu discerner si elle avait quelque chose d'humain ou pas. C'était juste une ombre qui se déplaçait, profitant de la brume pour se cacher au yeux de la forêt. Ce qui n'était de toute évidence pas très efficace puisque tous l'avaient sentie approcher. Elle était au centre de la clairière lorsqu'elle s'arrêta, humant l'air comme si elle avait cru sentir quelque chose de particulièrement intéressant.

Accroupie sur sa branche, la jeune femme attendit. Le souffle coupé, comme si cette chose avait pu entendre le bruit sa respiration, Indira n'osait plus faire un geste, de peur d'être repérée. L'instant sembla durer une éternité, l'étrange apparition scruta le sous-bois avec attention, visiblement à la recherche de la source sans parvenir à l'identifier. Visiblement, la jeune éclaireuse était ravie de s'être hissée plus en hauteur. Cette chose était terrifiante mais apparemment pas bien futée. Et un soupir de soulagement failli bien lui échapper quand elle vit l'apparition amorcer son départ, n'ayant visiblement pas trouvé ce qu'elle cherchait. Soupir qu'elle retint au dernier moment en réalisant que la direction prise par cette chose l'amènerait à passer juste en dessous de leur arbre et à quelques pas du poney. Jetant un regard en direction de Dís, elle se fit toute petite, dans l'attente. Il n'y avait plus qu'à espérer que cette silhouette passe son chemin sans faire attention à elles.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 16 Fév - 13:38
    Perché sur ma branche, je ne pouvais qu’espérer que tout se passe bien. Espérer que mon poney ne se fasse pas repéré et tuer – voire manger- et espérer que les branches ne craquent pas sous notre poids. Je ne doute pas force et ténacité de ses arbres de cette forêt, mais qui qu’on soit on est jamais aussi l’léger qu’une plume. J’avais réussi à trouver une position plutôt confortable, le dos plaquer contre le tronc et mes jambes repliés avec mes pieds posés sur la base naissante de la branche. Ma petite taille me permettait d’avoir un peu plus d’espace et donc de facilité à bouger dans ce genre d’environnement. Je posai mes yeux sur la femme qui venait de poser – une nouvelle fois- une question. Un peu trop curieuse à mon idée, elle ne pouvait pas attendre simplement en faisant ce que je dis et on aura tout le temps de taper la discute lorsque-il qu’il n’y aura plus de danger. En parlant de danger une silhouette des plus imposantes venait d’apparaitre dans la clairière. C’est bien ce que ce que pensais, en même avec une telle réaction de la forêt il pouvait avoir deux que deux solution : gobelin ou troll. En l’occurrence ici c’était un troll. L’inquiétude pour mon pauvre poney venait de monté d’un cran quand on savait que ses créatures mangeait tout est n’importe quoi de vivant.

    A nouveau mon regard se porta sur Indira et je lui fis signe qu’il ne fallait surtout pas faire de bruit ou bouger. Il fallait être le plus discrète possible car à deux, même si on pouvait être de redoutables guerrières, contre un troll on ne pouvait pas faire face. Je me redresse comme si le fait de me plaquer encore plus contre le tronc de l’arbre pouvait me rendre encore plus discrète.



[HJ: je m'excuse pour se rp pourri, j'avoue ne plus trop avoir d'idée et avoir l'impression de me répéter -_-]
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 18 Fév - 21:57
Étonnant comme le temps avait le don de passer à une lenteur infinie lorsque vous êtes sur le qui vive. Recroquevillée sur sa branche, le souffle court, Indira avait l'impression que ce moment voulait durer des heures. L'inquiétude la gagnait pour de bon quand une silhouette massive et maladroite sembla émerger de la brume comme d'un rêve. Gris comme la pierre, lourd et incertain, un troll se déplaçait précautionneusement entre les arbres, comme si lui aussi peinait à voir à travers les lambeaux de brouillard. Parfait. Voilà que leur adversaire du jour se révélait être un troll. Indira qui s'était imaginé on ne savait quelle créature ténébreuse et inconnue, retint un soupir irrité. Ces bestioles étaient aussi stupides qu'obstinées et un combat avec l'une d'entre elles ne l'enchantait guère. Aussi comptait-elle sur l'intelligence limitée du colosse. Plus occupé à ne pas heurter un tronc dans sa marche, il ne les verrait peut être pas. C'était une toute autre histoire pour le poney qui se trouvait sous leurs pieds et la jeune femme espérait vaguement qu'il lui laisserait la vie sauve et passerait sans les sentir. Heureusement, le feu de bois qui avait servir à préparer de le repas de la naine était mourant et la fumée qui s'en échapper couvrait les alentours d'une odeur de bois vert calciné qui suffirait avec un peu de chance à masquer la leur.

La chance ça n'existait pas, tout du moins Indira n'y avait jamais cru. Mais lorsqu'elle vit la silhouette du troll s'éloigner dans la direction opposée, elle se dit qu'elle pouvait décidément remercier sa bonne étoile. Qui sait ce qui se serait passé si la bestiole avait tout bonnement décidé de revenir vers elle. Prudente, la jeune femme attendit quelques minutes, sondant l'air. On aurait dit que la sensation d'urgence avait disparue. Si la brume subsistait, la vie reprenait peu à peu possession du sous-bois, le pépiement de oiseaux retrouvant domicile au creux des branches environnantes. Indécise, Indira resta accrochée à sa branche,ne sachant que faire. Devait-elle descendre? Était-ce prudent? La présence de cette chose si loin des montagnes était inhabituelle et proprement inquiétante. Comment était-elle arrivée là, sans se retrouver prise au piège des rayons du soleil? Il y avait décidément quelque chose de mauvais à l'œuvre ce soir. Ces quelques minutes de réflexion lui firent réaliser qu'elle devait retrouver sa caravane au plus vite. Elle avait suffisamment flâné pour ce soir là et qui sait ce que ces gens avaient pu faire en son absence.

Délaissant le couvert des arbres pour la terre ferme, la jeune femme se laissa descendre au sol en un mouvement fluide. Le brouillard se retirait doucement, ne laissant qu'une nappe blanche, ondulant à leurs pieds. Le bruissement caractéristique de la forêt avait repris possession des lieux, la faune réinvestissant son habitat aussi rapidement qu'elle l'avait quitté. On aurait dit que tout ceci n'avait été qu'un rêve. Mais Indira n'était pas dupe et se doutait bien qu'une chose bien étrange venait de se passer sous leurs yeux. Les trolls des montagnes ne descendaient pas de leur tanière pour le plaisir d'une promenade en forêt. Comment, mais aussi pourquoi, était-il arrivé si loin de son habitat naturel? Elles ne trouveraient probablement pas de réponses à leurs questions car il y avait peu de chance qu'elles le revoient, d'autant plus qu'Indira avait la ferme intention d'éviter de croiser sa route à nouveau. Réajustant sa tenue de manière machinale, elle s'apprêta à prendre congé de sa nouvelle connaissance.

- Il me semble que l'heure est venue pour moi de vous laisser, annonça-t-elle, ma compagnie m'attend.


Ils allaient finir par se demander où elle était passé. Et ses compagnons éclaireurs l'attendaient probablement pour une dernière ronde avant de se partager les tours de garde. La nuit d'Indira ne faisait que commencer, elle avait encore du travail qui l'attendait. La caravane comptait sur elle et elle ne pouvait pas se permettre d'aller voguer on ne savait où et de s'attirer des ennuis.

- Il est inutile que je vous conseille d'être prudente? Ajouta-t-elle, ce que nous avons vu parle pour nous.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Fév - 11:02
    On pouvait dire qu’on avait eu une chance incroyable, Indira, moi et aussi mon poney. L’immense troll faisait demi-tour et retournai sûrement sur ses pas rejoignant sa tanière. En voir un en plein jour était des plus étrange quand on sait que le soleil les changes en pierre. Même ici dans une région qui pouvait semblé calme il se passait des choses étranges. On était en sécurité nulle part en Terre du Milieu, et c’était ça qui semblait aberrant, jusqu’à présent il n’a jamais rien eu de bien grave pour qu’il y ait une certain insécurité (je ne parle pas de Smaug qui sévie à des lieux d’ici). La silhouette disparut j’eu un soupir. La tentions était redescendu et je me surpris à maudire mon frère d’avoir entreprit un voyage pareil. Ma camarade avait été tout aussi réaliste que moi et avait bien eu conscience des choses et n’avais rien tenté. J’ose imaginer nos soucis si j’étais tombé sur une femme inconsciente et tête brûlée. On avait toute deux ça en commun. Je finis par m’accroupir sur la branche, m’y accroché et descendre de façon un peu brusque (mon épée ne m’avait pas aidé à avoir un geste plus fluide).

    Au sol je regarde un peu partout, mon feu étant éteint, laissant paraitre que des braises et mon poney caché sans un bruit derrière le même fourré. Deuxième soupir, tout était redevenu normale, à part la forêt qui était toujours un peu sur ses gardes, elle dans un sens elle avait bien raison. Je me retourne, vers la femme prête à partir. Je lui fais signe alors de ne pas bouger, je me dirige vers mon poney et le rassure en lui parlant et le caressant. Dans une sacoche d’attaché à la scelle je sors une pierre d’un gris profond rectangulaire et aussi grosse d’un œuf de poule. Cette pierre de rune a été gravé à mon nom (j’en ai trois avec moi), cela permet à qui qu’on que de me retrouver, enfin que je retrouve la personne en possession de la pierre. Je retourne vers Indira et lui tend la pierre.


    -La prudence est de mise je vous l’accorde. Si un jour nos chemins ont besoin de se recroisé pour quelle qu’on que raison, voici une pierre de rune, exposé là au rayons de la lune et je vous retrouverais. Une aide est toujours la bienvenue, et si un jour vous avez besoin je serais honoré de l’être.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 28 Fév - 19:08
Indira s'apprêtait à rejoindre le sentier lorsque la naine l'interpella une dernière fois, lui faisant signe d 'attendre. D'une des sacoches de son poney, elle extirpa une pierre. De prime abord, ça n'avait pas l'air de grand chose mais sa surface grise luisait au clair de lune, laissant apercevoir le dessin d'une rune sur sa surface. Dís lui expliqua alors que la pierre lui servirait à communiquer avec elle si le besoin s'en faisait sentir. Un artefact des nains qu'il suffisait d'exposer aux rayons de la lune pour activer. D'une main, Indira effleura la surface brillante, s'imprégnant de l'objet.

- Merci, répondit-elle avec un hochement de tête

Empochant l'objet dans une des sacoches qu'elle avait ceinte à sa taille, Indira pris bien soin de la refermer pour ne pas perdre la perdre. Elle ignorait si elle l'utiliserait un jour mais le cadeau était le bienvenu et pourrait toujours se révéler utile. On ne pouvait pas cracher sur un allié en Terre du Milieu. C'était bien la première fois qu'elle pourrait se vanter d'avoir côtoyé un nain. Si elle croisait d'autres communautés au cours de ses voyages, leurs relations étaient habituellement assez lointaine et chacun restait chez soi. Mais le temps était venu de faire ses au revoir. Il fallait vraiment qu'elle retourne au camp avant qu'on s'inquiète de son absence.

- Il me faut mettre un terme à notre rencontre, conclut-elle, que votre route soit sûre.

Et sur un dernier signe de tête, la jeune femme s'éloigna, laissant la naine et sa monture au silence de la forêt. Elle n'y aurait certes par rencontré d'arbres vivants ou de sentiers farceurs mais sa mésaventure de ce soir lui avait appris une chose ou deux sur les rumeurs. Sur le chemin du retour, le gravier crissait à chacun de ses pas et les couinements des petites bêtes accompagnaient sa marche. Alors qu'elle s'éloignait tranquillement, on aurait dit que la Vieille Forêt se refermait derrière elle et le tapage des animaux du sous-bois diminua à mesure qu'elle approchait du camp. Sur un dernier regard vers le sentier, Indira se retourna définitivement, quittant la végétation pour la civilisation.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Étranges retrouvailles fortuites
» La curiosité est un mauvais défaut [pv Dis Trainstson]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: