Curiosity killed the cat [Indira & Arabella]

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 2 Fév - 18:43

Indira & Arabella
Le soir commençait à tomber sur la ville de Bree et à la taverne, les employés commençaient tout juste à s’activer. Les premiers clients arrivaient peu à peu et comme chaque jour, Arabella commença à prendre les différentes commandes, la bière arrivant en tête de liste des boissons favorites des habitants de la Terre du Milieu. Ce travail pouvait sembler un peu répétitif, mais elle l’aimait malgré tout, elle aimait le fait de rencontrer tant de personnes différentes, tant de voyageurs qui avaient tous de multiples histoires à raconter. Elle aimait badiner avec eux, et surtout les écouter, en attendant le jour où elle aussi pourrait enfin vivre l’aventure qu’elle attendait tant, voyager. Mais pour une Hobbite, partir seule sur les routes était bien loin d’être évident. Alors, depuis quatre ans, elle attendait, profitant d’une indépendance qu’elle n’aurait jamais connue si elle était restée à Hobbitebourg.

La soirée promettait d’être ordinaire et plutôt tranquille. Les clients étaient relativement peu nombreux pour le moment et elle allait des uns aux autres, prenant leurs commandes, les servant et écoutant les histoires qu’ils voulaient bien lui raconter. C’est alors que son attention fut attirée par un homme qui était entré dans la taverne et se dirigeait apparemment vers l’aubergiste. Si cela lui parut aussi étrange, c’est parce qu’elle connaissait cet homme de réputation, une réputation d’ailleurs bien loin d’être respectable. Il passait pour un arnaqueur et un receleur, et si la jeune Hobbite n’avait pas la moindre envie de le rencontrer, elle devait bien admettre que sa présence attisait sa curiosité.

Tout en faisant mine de poursuivre son travail comme si de rien n’était, elle l’observait du coin de l’oeil, et le crut voir remettre un message à l’aubergiste. Celui-ci, après l’avoir salué, se rendit derrière le comptoir qui se trouvait à l’entrée de l’établissement et l’y rangea. Il n’avait probablement pas plus d’idée qu’elle de ce que cela contenait, mais quelque chose lui disait que cela pourrait bien être fort intéressant. Elle dut cependant attendre un certain temps avant de pouvoir vérifier tout ça par elle-même, car le lieu se remplissait et les clients réclamaient son attention. Enfin, elle put se soustraire à sa tâche sans être trop remarquée et se rendit discrètement derrière le comptoir. Elle ne tarda pas à trouver ce qu’elle cherchait et constata qu’il s’agissait d’un message, destiné à une certaine Indira. Incapable de résister à la curiosité, elle choisit de faire preuve d’indiscrétion et l’ouvrit, en essayant de faire en sorte que cela soit le moins visible possible.

Le contenu du message n’était pas très explicite, mais donnait matière à réflexion. L’homme qui l’avait déposé donnait rendez-vous à sa destinataire afin de lui fournir certaines informations qui pourraient l’intéresser. La nature même de ces informations n’était pas explicitée, mais le lieu et l’heure de l’endroit laissaient à penser que tout ceci n’était guère honnête. Il en fallait bien plus pour faire peur à Arabella, qui, au lieu de sentir la crainte l’envahir éprouva une soudaine excitation face à ce que tout cela pouvait cacher. Son imagination travaillait, au point qu’elle ne vit pas qu’une silhouette s’était approchée d’elle. Lorsqu’elle perçut une ombre au-dessus d’elle, elle se redressa brusquement et dissimula le message derrière son dos, loin de penser qu’elle en avait la destinataire face à elle. Elle afficha un large sourire.

« Bonsoir, vous désirez quelque chose à boire ? »


(c) tears buried.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 2 Fév - 21:32
La soirée promettait d'être harassante. A peine avait-elle mis pieds à terre à la taverne que le propriétaire lui faisait signe d'entrer à sa suite. A peine débarquée d'une longue mission du côté des Havres Gris – et d'une mésaventure plus longue encore dans la Vieille Forêt – Indira n'aspirait qu'à la tranquillité d'une chambre, d'un bon lit et d'une quantité suffisante d'eau chaude pour faire disparaître deux semaines de poussière accumulée. La caravane avait beau être aussi bien équipée que possible, elle n'avançait pas moins à une lenteur abominable et son petit détour par la Vieille Forêt n'avait pas arrangé les choses. Mais il semblerait qu'on en avait décidé autrement. A en juger par le coup d'œil du tavernier, on avait déposé quelque chose à son intention au comptoir. Mais celui ci l'abandonna aussitôt entré dans l'établissement et Indira se dirigea seule vers le bar, ronchonnant contre les aubergistes débordés. Il lui tardait de quitter les lieux. Bondée ce soir là, la taverne était emplie de clients d'un bout à l'autre de la salle. Se hélant, hurlant à qui voudrait les entendre, les hommes trinquaient bruyamment, faisant résonner leurs rires gras et leurs allusions salaces.

Évitant ça et là les mains baladeuses et les regards intéressés, la jeune femme s'accouda au comptoir, attendant tranquillement le retour de son contact. Elle s'apprêtait à envoyer valser un énième client d'une bourrade excédée lorsque son attention se reporta de l'autre côté du comptoir où la silhouette tassée de la serveuse lui faisait face. La jeune femme retint un soupir de compréhension en réalisant qu'il s'agissait d'une Hobbit, il était vrai que le tavernier avait déjà engagé de semi-hommes par le passé. Mais cette Hobbit là cachait quelque chose de louche. Les épaules rentrées, penchée sur un objet qu'elle cachait à la vue des autres, elle semblait absorbée par ce qu'elle admirait. Instantanément, la suspicion gagna Indira qui détailla la silhouette avec d'avantage d'attention. Si bien que la petite serveuse finit par se redresser vivement, cachant maladroitement le document dans son dos, lui demandant ce qu'elle désirait.

- Pas de consommation pour moi, lâcha la jeune femme d'un ton acide, il me semble cependant que vous êtes en possession de quelque chose qui m'appartient.


Son courrier. Cette petite fouineuse était en train de lire son courrier. La colère se réveilla en Indira qui n'aimait décidément pas qu'on se mêle de ses affaires. Surtout qu'une partie de son courrier n'était pas destiné à tomber entre les mains du premier quidam venu. C'était un petit système qu'elle avait mis au point des années auparavant. Ses contacts potentiels laissaient leurs messages aux bons soins des aubergistes et la jeune femme passait récupérait les lettres lorsqu'elle était dans les parages. Ça marchait plutôt bien. Bien, jusqu'à ce que des petites curieuses décident d'y mettre le nez. En un mouvement agile, Indira passa au delà du comptoir, attrapant le bras de la petite serveuse avec plus de force qu'elle ne l'aurait voulu. Tout ce passa si vite que la plupart du public ne réalisa même pas qu'ils venaient de voir une jeune femme sauter par dessus le bar en l'espace d'une seconde. Lui arrachant le message des mains, la jeune éclaireuse y jeta un œil rapide, pestant contre cet idiot de Finnigan qui avait bien choisit son moment pour lui fixer rendez-vous.

- Qu'avez-vous lu? Questionna-t-elle sèchement

La totalité de la missive probablement. Et si elle était douée d'un peu de jugeote, elle aurait parfaitement identifié l'expéditeur -qui n'avait pas jugé bon de signer d'un nom d'emprunt. Finnigan avait beau lui rendre service, il n'était pas doué d'une intelligence à toute épreuve, c'était le moins qu'on pouvait dire. Officiellement propriétaire d'un mont-de-piété, son établissement servait régulièrement à des parties de jeux clandestins et à d'autres échanges peu recommandables. On ne pouvait pas dire que ce petit truand de bas étages avait inventé le fil à couper le beurre. Et lui faudrait trouver rapidement une solution pour protéger les arrières de cet idiot.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 4 Fév - 18:09

Indira & Arabella
Elle avait beau savoir que lire le courrier de quelqu’un d’autre n’était pas une bonne idée, et pire, que cela risquait de lui attirer des ennuis compte tenu de la personne qui l’avait déposé, elle ne put s’empêcher d’en lire le contenu. C’était indiscret, mais c’était aussi plus fort qu’elle. En son for intérieur, elle ne pouvait s’empêcher de penser que tout ceci devait cacher un mystère insoupçonné, quelque chose d’incroyablement excitant qui serait peut-être le signe qu’enfin, elle vivrait une aventure, ou quelque chose d’approchant. Inutile de dire qu’elle fut un peu déçue que le contenu du message ne soit pas plus explicite, même s’il suffisait à attiser sa curiosité. Que pouvaient bien être ces fameux renseignements ? Rapidement, elle échafauda un plan dans sa tête : elle attendrait patiemment qu’une femme qui serait la dénommée Indira, prenne ce message et là, elle pourrait la suivre et savoir tout ce qui se dirait. Elle était une Hobbite, et donc bien plus discrète que toute autre créature, elle n’aurait aucun mal à tout écouter sans que sa présence ne soit soupçonnée un seul instant.

Malheureusement, si ce plan était plutôt ingénieux, elle n’aurait pas l’occasion de le mettre en pratique. En voyant arriver une femme qui s’approchait du comptoir, elle crut qu’il s’agissait d’une simple cliente. Celle-ci trouverait peut-être son attitude étrange, mais il n’y avait aucune raison pour qu’elle la soupçonne de faire quelque chose de mal. Mais elle comprit bien vite que cette inconnue pouvait être la fameuse Indira, destinataire du message. Celle-ci n’était visiblement ni aveugle, ni stupide et avait parfaitement compris que la petite Hobbite s’était montrée très indiscrète. Décontenancée, Arabella ne sut pas immédiatement quoi répondre, ce qui était plutôt inhabituel chez elle. Elle tenta de reprendre contenance, mais avant qu’elle ait pu inventer une quelconque explication, la jeune femme passa par-dessus le comptoir avec agilité et lui attrapa le bras.

« Lâchez moi, espèce de brute ! »


Indira lui prit le message des mains et la Hobbite put dégager son bras. L’indignation avait remplacé la gêne qu’elle avait éprouvée en se sachant prise au piège. Elle faisait peut-être la moitié de sa taille, mais elle n’avait pas l’intention de se laisser traiter avec si peu de civilité, peu importe si c’était elle qui était en tort. Elle se doutait cependant que la jeune femme ne devait pas être particulièrement ravie, mais à présent que la surprise était passée, Arabella de sentait prête à l’affronter, d’autant plus qu’elle se disait qu’elle pourrait s’arranger pour que son interlocutrice l’emmène à ce fameux rendez-vous et lui permette d’y assister. Ou alors qu’elle lui dise au moins en quoi tout cela consistait. Après tout, elle en savait déjà plus qu’elle ne l’aurait dû. Face au ton peu engageant d’Indira, un fin sourire se dessina sur ses lèvres.

« J’ai tout lu. Mais lorsqu’un homme pareil laisse un message, il est facile d’en deviner le contenu. » Puis, elle prit un ton plus innocent. « A quoi fait-il allusion lorsqu’il parle de renseignements ? »

Elle n’avait pas peur de l’agacer, ni de ce que cette femme pourrait tenter contre elle. Après tout, elles se trouvaient dans un lieu public, et au besoin, la jeune Hobbite pouvait se montrer plutôt rapide, même si elle n’avait aucune expérience dans le domaine du combat. Elle s’avança vers elle, prête à lui faire part de ce qu’elle désirait exactement.

« Vous avez l’air de tenir à ce que ce message ne circule pas trop. J’imagine que ça doit être plutôt louche, et je pourrais peut-être oublier que je l’ai lu... » Elle resta silencieuse un instant, avant de poursuivre. « ... Si vous m’emmenez avec vous à ce rendez-vous... »


(c) tears buried.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 4 Fév - 23:21
Devant la réponse de la demoiselle, la jeune femme arqua un sourcil moqueur. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle ne manquait pas de culot. Mais elle aurait du employer sa curiosité à autre chose. On ne se mêlait pas de ses affaires sans en payer les conséquences. Et Indira qui avait très bonne mémoire pouvait patienter longtemps. Elle n'était pas pressée. Elle s'adossa au comptoir, éclatant d'un rire amusé devant l'audace de la jeune Hobbit. En voilà une qui ne doutait de rien. Remballant sa missive dans une poche de sa tunique, elle inclina le regard vers la petite curieuse. Son coup d'oeil indigné était positivement hilarant et tournait son irritation au fou rire.

- Tu n'a donc jamais entendu parlé de moi? Lâcha-t-elle entre deux rires, tu crois que je m'amuserais à tenter quoi que se soit ici? Je serais toi, je me méfierais plutôt de la prochaine fois que je rentrerait chez moi tard le soir.

La jeune Hobbit finirait par se méfier de chaque événement bizarre qui surgirait dans les mois à venir et Indira ne lui indiquerait certainement pas si elle reviendrait ou pas. Et elle partie dans un nouveau rire, se permettant d'ébouriffer les cheveux de la brunette. Si mademoiselle voulait se lancer dans de nouvelles aventures, elle allait être servie. Il n'y avait rien de plus mémorable qu'une balade dans le cercle de jeu clandestin de Finnigan Duverrier, tout du moins dans les parages. Indira avait même une petite idée fort amusante. Ça ne plairait pas forcément au petit truand mais ça lui apprendrait à envoyer son courrier en signant de sa main. C'était à se demander comment sa petite entreprise pouvait encore subsister avec une telle bêtise.

- Tu n'es pas faites pour l'aventure si tu joues les effarouchées pour ce genre de message, ajouta-t-elle


Tous le monde était au courant de la drôle de réputation de la Variag. On n'avait jamais rien prouvé mais Indira jouait toujours sur la corde raide,se balançant entre secret et clandestinité. On murmurait quelques ragots de-ci delà, on lui lançait des regards curieux et on finissait par fermer les yeux sur ses drôles d'échanges. Après tout, ne contribuait-elle pas à la sécurité du commerce en contrepartie? Donnant-donnant. Et quiconque aurait eut la mauvaise idée de l'accuser de quoi que se soit se serait sûrement privé d'une alliée précieuse. Il valait mieux compter la jeune femme parmi ses amis, ça pouvait toujours se révéler utile. A défaut d'être particulièrement forte ou meurtrière, la jeune femme pouvait devenir une insupportable enquiquineuse, la plupart de ceux qui l'avaient bien cherché le regrettait encore. La petite curieuse pouvait toujours venir, il serait bien temps de lui enseigner les vertus de la discrétion plus tard. Et à moins de se tromper, Indira avait une petite idée de ce que son contact avait à lui apprendre. Rien de bien compréhensible pour les non initiés.

Mais il ne faudrait plus tarder à partir. Se présenter en retard à un rendez-vous de Finnigan Duverrier c'était courir le risque de trouver porte close. Le prêteur était peut être stupide mais exigeant sur la ponctualité. De toutes les obsessions de la Terre, il avait fallut qu'il soit affublé de celle-ci. Hors, Indira avait besoin de cette information au plus vite car elle ne prévoyait pas de repasser par Bree avant un certain temps. Et le service postal en Terre du Milieu était de toute évidence peu fiable. Gratifiant sa compagne involontaire d'une tape dans le dos, elle indiqua la porte d'un air pressé.

- Si tu veux venir tu as trois minutes pour être prête, lança-t-elle sans appel





Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 9 Fév - 0:35

Indira & Arabella
Arabella était sans aucun doute assez vexée de voir la jeune femme lui rire ainsi au nez. Néanmoins, elle était habituée à ne pas être prise au sérieux en tant que Hobbit et il lui en fallait bien plus pour la décourager ou la faire sortir de ses gonds. Elle se fichait bien de cette femme au fond ou de ce qu’elle pensait, ce qu’elle voulait, c’était l’accompagner. En réalité, elle n’était pas certaine de savoir pourquoi elle y tenait tant. Après tout, ce n’était pas comme si tout ceci était du plus grand intérêt, il ne s’agissait probablement que de vulgaires petites magouilles, mais elle sentait que ce pourrait être le point de départ de quelque chose pour elle.

« Il en faudrait plus pour me faire peur. » répondit-elle avec un petit sourire amusé. « Et pour vous répondre, non, je n’ai jamais entendu parler de vous, et pourtant, j’en ai entendu des histoires, dans cette taverne. Vous ne devez pas être très connue. »

Ce n’était pas tout-à-fait vrai, elle avait parfois entendu le nom de la demoiselle, mais c’était bien la première fois qu’elle la rencontrait. Elle n’aima pas particulièrement se faire ébouriffer les cheveux comme si elle n’était qu’une enfant, et elle n’aimait pas non plus qu’on ne voit en elle qu’un être de petite taille alors qu’elle avait tant d’autres atouts.. Elle se dégagea rapidement et remit ses mèches en place. Elle aurait volontiers renoncé à cette escapade uniquement pour ne pas avoir à la supporter, mais après tout, elle n’aurait pas à le faire longtemps. Il y avait fort à parier qu’après ce soir, elle ne la reverrait plus jamais et c’était une bonne chose, car elle la trouvait fort désagréable. Elle persistait d’ailleurs à la vouvoyer, elle qui était si habituée à faire preuve de politesse élémentaire envers les inconnus. Mais bon, peut-être tout cela était-il mérité, après tout, elle avait tout de même fourré son nez dans ses affaires. Cependant, fière comme elle l’était, Arabella n’allait certainement pas l’admettre.

« Ce qui m’effarouche, comme vous le dites, c’est plutôt le fait que votre ami ait utilisé son véritable nom dans ce message. On ne peut pas dire que ce soit très malin. »

En vérité, elle ignorait si c’était son véritable nom, mais c’était celui sous lequel tout le monde le connaissait, donc ça revenait au même. Indira était-il le vrai prénom de la jeune femme? Elle l’ignorait également, mais s’il n’avait pas utilisé de pseudonyme pour lui, il en avait probablement fait de même pour elle, ce qu’elle trouvait particulièrement stupide. Elle ignorait si son interlocutrice était de la même trempe et cela lui était un peu égal à vrai dire. Elle voulait l’accompagner et c’était tout. Etrangement, elle n’avait pas peur alors qu’il aurait pu arriver n’importe quoi. Peut-être avait-elle trop confiance en ses propres capacités, mais elle savait que si elle avait un talent, un seul, c’était celui de savoir parler aux hommes, quelle que soit leur race. Et puis dans le pire des cas, elle aurait toujours la possibilité de s’enfuir. Elle était peut-être petite, mais elle était rapide et elle avait confiance en sa capacité de se sortir des pires situations. Heureusement, Indira sembla finalement décidée à l’amener avec elle. Immédiatement, la jeune Hobbite sortit de derrière le comptoir et interpella le tavernier.

« Je prends ma pause, je reviens vite. » dit-elle en le gratifiant d’un sourire qui rendait difficile toute réponse négative.

Puis, elle se dirigea vers la porte et la passa en compagnie de la jeune femme. La nuit était fraîche, mais pas suffisamment pour décourager la jeune Hobbite.

« Et bien, où allons-nous exactement ? »


(c) tears buried.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 10 Fév - 15:41
La demoiselle n'avait visiblement pas apprécié de se faire traiter de la sorte et répondit par une petite pique qui visait probablement à provoquer Indira. Mais la jeune femme se contenta de hausser une épaule, toujours aussi amusée. Peu importe qu'on ne la connaisse pas d'un bout à l'autre de la Terre du Milieu, ça arrangeait plutôt ses affaires. Ce genre de commerce se réglait mieux dans la discrétion et la plupart des gens qui connaissaient son nom se souvenaient juste d'une silhouette féminine enveloppée d'une longue cape, se rappelaient parfois de sa longue chevelure brune mais c'était déjà plus rare.

- Par pitié, lâcha-t-elle, mes amis ont tout de même le bon goût de se montrer un peu plus malins que ça.

Finnigan était juste une relation de travail. Le petit escroc était un peu trop terre-à-terre et grossier pour entrer dans les bonnes grâces de la jeune femme qui la plupart du temps le considérait d'une mine assez circonspecte, voire moqueuse. Mais ça s'arrêtait là, Indira ne venait pas pour une visite de courtoisie. Aussitôt arrivée, aussitôt terminée,avant que le petit truand ne se mette en tête de vouloir l'entraîner dans on ne savait quelle combine. Même si la demoiselle Hobbit en aurait eut pour ses frais si elle s'était retrouvée mêlée à un de ces trafics de contrebande dont Duverrier avait le secret. Ça n'avait rien d'intéressant comme elle avait l'air de le penser, c'était même ennuyeux à mourir de l'entendre négocier des heures entières le prix du cours du Vieux Tobie. C'était bien là le problème de Finnigan, il avait les contacts mais aucune ambition.

- Tu verra bien, répondit-elle lorsque la demoiselle s'inquiéta de la direction qu'elle prenait, nous n'allons pas loin.

Sans attendre plus de réponse, Indira se dirigea vers la sortie de la taverne. Elle la suivrait de toute façon. A l'image de ces derniers jours, le temps à l'extérieur était proprement exécrable. Des bourrasques glacées annonciatrices d'orage balayaient les rues, faisant fuir les derniers passants. Au loin, le grondement sourd de l'orage promettait un mauvais temps imminent et Indira rabattit son capuchon sur son visage, prenant rapidement la direction de la maison de prêt. En fait de mont-de-piété il s'agissait juste d'une vieille bâtisse croulant sous le poids des années et noyée dans l'obscurité d'une ruelle. Coincée entre une maison abandonnée et une boutique en ruine, la devanture ne payait pas de mine et la peinture défraîchit de l'enseigne était rongée par la moisissure. Difficile à croire que l'endroit fut encore occupé. Une couverture intelligente pour éloigner les petits curieux des magouilles qui se tramaient au sous sol. Agrippant la poignée, Indira frappa, enchaînant un cycle de claquement convenu d'avance avec le propriétaire des lieux. Vivement, une trappe s'ouvrit à hauteur de regard et le visage d'un homme apparu.

- Mot de passe, annonça-t-il d'un ton bourru
- Dis à ton patron que s'il m'agace encore avec ses histoires de mot de passe, je reviendrais en pleine nuit et me ferais un plaisir de le délester d'un ou deux orteils


Ce type était persuadé que ses activités ô combien précieuses devaient être protégées du sceau du secret et employait tout un arsenal de protections aux formes aussi diverses que variées. Dont un mot de passe qui changeait toutes les semaines et qu'Indira ne se donnait jamais la peine de rechercher ou de retenir. Son intermédiaire qui semblait penser qu'elle avait pour activité secrète de faire de la dentelle en peau d'escroc ne répondait jamais aussi vite que lorsqu'elle le menaçait de le soulager d'un membre ou deux. Moins de deux minutes plus tard, le cerbère revint à la porte et lui ouvrit de mauvaise grâce, venant visiblement de se faire remonter les bretelles par son patron.

- Je connais le chemin, répliqua sèchement Indira lorsqu'il fit mine de la suivre

Le vestibule était aussi miteux que l'entrée, les murs tombaient en ruine et la peinture s'écaillait par planques entières. Il régnait ici une odeur détestable, mélange de moisis et d'humidité qui prenait à la gorge dès qu'on y mettait les pieds. Dédaignant les nombreuses portes de l'entrée, la jeune femme se dirigea vers le fond, où un escalier dissimulé derrière un paravent s'enfonçait dans le sous sol, à peine éclairé par l'ombre timide de deux flambeaux. L'entrée du cercle de Finnigan Duverrier ne payait pas de mine. C'était au bas de ces fameuses marches qu'on entrait dans un autre monde où la clandestinité avait posé bagage et où chaque conversation se teintait d'une part d'illicite.

- Prête pour une petite aventure? Lança-t-elle à sa compagne

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 13 Fév - 10:58

Indira & Arabella
Si le reste de ses amis étaient plus malins, elle ne pouvait pas vraiment en juger, elle ne se fiait qu’à ce qu’elle voyait à ce moment même, c’est-à-dire un individu peu recommandable qui avait inscrit son propre non sur une missive plutôt suspecte. Rien de bien malin en vérité, mais cette Indira avait l’air quelque peu différente. Elle avait beau la trouver insupportable, Arabella devait bien reconnaître qu’elle n’avait pas l’air totalement stupide, loin de là. Quelque part, elle était même plutôt intrigante, et bien qu’elle n’ait aucune envie de la revoir après ce soir, elle aurait été curieuse d’en savoir un peu plus à son sujet. Bien évidemment, elle n’en dit rien, se contentant de la suivre jusqu’à l’endroit où elle se rendrait.

A vrai dire, elle ne savait pas très bien dans quoi elle s’embarquait exactement. Il était possible que ce soit d’un ennui mortel, mais au fond d’elle, la petite Hobbite espérait au contraire arriver à pimenter un peu son existence, le temps d’une soirée, et découvrir ce à quoi pouvait ressembler une vie plus aventureuse ailleurs que dans les livres qu’elle avait pu lire. Peut-être que cela la déciderait enfin à partir. Bien sûr, elle avait quitté la Comté voilà plusieurs années, elle avait pris son indépendance, mais on ne pouvait pas dire qu’elle était réellement partie à l’aventure. Elle avait un travail, elle gagnait un salaire et vivait dans une petite chambre confortable à l’étage. Rencontrer des voyageurs et entendre leurs récits était passionnant pour elle, mais peu à peu était venu le moment où ces récits n’avaient plus été suffisants. Désormais, elle se prenait à envier ces clients de passage et à souhaiter elle-même vivre leur vie. Peut-être que sa rencontre avec l’humaine était un signe au fond. Mais ça, elle ne le saurait qu’en la suivant.

La jeune femme confirma qu’elles n’allaient pas loin, et durant leur marche à l’extérieur, elle ne cessa de s’imaginer dans quel lieu elles se rendaient, mais elle fut rapidement distraite par le mauvais temps et remonta son châle sur ses épaules puis le rabattit sur sa poitrine afin de se protéger du froid. Elle n’avait pas vraiment prévu de sortir ce soir là et elle espérait bien qu’Indira n’avait pas menti en disant que le lieu qu’elle désirait rejoindre était proche. Enfin, elles arrivèrent en vue d’une vieille bâtisse aussi délabrée qu’elle se l’était imaginée. Même si elle n’avait pas encore vraiment peur, elle fut quelque peu refroidie par l’aspect du bâtiment et ce demanda ce qu’on pouvait trouver à l’intérieur. Visiblement, sa compagne connaissait les coutumes du lieu et envoya superbement promener l’homme qui était apparu à la porte en leur réclamant le mot de passe, avant de lui faire savoir qu’elle n’avait aucunement besoin d’être guidée/

Durant tout ce temps, Arabella, habituellement plutôt bavarde était restée silencieuse. Elle eut tout de même droit à un regard curieux de la part de l’inconnu, qu’elle soutint sans baisser les yeux. Elle n’était pas stupide, elle savait qu’un mot de travers aurait pu lui causer de gros ennuis et préférait éviter de se retrouver bêtement dans une situation fâcheuse. Au lieu de ça, elle examinait les lieux d’un oeil plutôt critique. L’intérieur était presque pire que l’extérieur, et l’odeur était épouvantable, mais ce n’était pas suffisant pour la pousser à renoncer. Puis, elle suivit Indira vers les escaliers qui semblaient mener à un tout autre monde.

« Toujours prête. »

Elle lui lança un sourire convaincu. Elle était à la fois anxieuse et impatiente de découvrir ce qui se dissimulait derrière cette porte. Elle se doutait bien sûr que rien de très illicite ne devait se produire par ici, et en un sens elle devait bien admettre qu’elle était plutôt impatiente d’en savoir plus. L’escalier était extrêmement sombre et elle faisait attention de suivre les pas de sa compagne. Elle sentait qu’il lui serait finalement difficile de s’enfuir si les choses tournaient mal, mais c’était plus fort qu’elle.


(c) tears buried.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 14 Fév - 20:38
L'endroit n'avait pas changé depuis sa dernière visite. Il y avait peu de monde à cette heure de la soirée mais les clients anonymes ne tarderaient pas à faire leur apparition. Silhouettes fugitives réunies autour des tables de jeu, le visage encapuchonné, comme pour se cacher à la vue des autres. L'odeur du bois vert calciné provenant des torches nappait la salle d'une atmosphère lourde que n'apaisait pas le nuage épais provoqué par l'herbe à pipe. Et l'éclairage était presque aussi mauvais qu'à l'étage, des taches de lumière vacillantes se focalisant sur les différentes tables, plongeant les allées dans une semi pénombre. Dans un coin de la pièce, tout au fond, la jeune femme repéra la silhouette reconnaissable de Duverrier qui semblait en grande conversation avec un étranger.
Il n'apprécia visiblement pas d'être dérangé en pleine négociation et le regard noir qu'il lui lança n'émut pas Indira plus que nécessaire. S'il avait le culot de la faire venir dans ce tripot sordide, il pouvait au moins avoir la correction de se tenir à sa disposition. D'un signe de tête elle lui indiqua une porte au fond de la salle, elle l'attendrait dans son bureau.
Ou plutôt dans le réduit qui lui servait de bureau. La table vacillante coincée entre deux étagères emplies de désordre en tout genre faisait office d'espace de travail et croulait sous les documents et objet divers. Des sièges miteux étaient disposés de par et d'autre, sièges sur lesquels Indira se garda bien de s'asseoir.

- Il arrive, informa-t-elle, sois discrète. Ce type n'est pas bien malin mais il est très méfiant lorsqu'il s'agit de protéger ses petites affaires.

Elle espérait que la demoiselle Hobbit saurait tenir sa langue et éviterait de provoquer une esclandre ce soir. Son impulsivité pouvait leur jouer un vilain tour et la jeune éclaireuse ne tenait pas à se sortir de ce bouge l'épée à la main. Le bruit pesant des pas dans l'entrée l'averti de l'arrivée de plusieurs personnes. Et effectivement, tel un roi entouré de sa garde personnelle, Finigann Duverrier fit son entrée, flanqué de ses sbires. C'était un petit homme au physique quelconque, au visage de fouine mais à l'œil vif. Ses rares cheveux d'un blond filasse tombaient sans élégance sur des épaules courbées comme écrasées par un poids invisible. L'escroc donnait toujours l'impression de comploter quelques mauvais coups.

- Que me vaut l'honneur de ta visite Ahmedani? Lança-t-il aimablement
- Trêve de politesse Duverrier, répliqua la jeune femme, tu n'es pas sans savoir que c'est toi qui m'a donné rendez vous?


La comédie mourut aussi vite qu'elle avait commencé et l'homme se départi de son masque d'affabilité. Le regard mesquin les détailla pour finalement se poser sur la petite serveuse, ne s'attendant manifestement pas à lui trouver de la compagnie. Cet état de fait dut profondément le contrarier et ses sourcils se froncèrent imperceptiblement alors que sa main se serrait convulsivement. La présence de la jeune Hobbit bouleversait ses plans de la soirée, c'était certain. Sur ses gardes, Indira ne relâcha pas pour autant son attention, prête à réagir à toute éventualité. Mais la présence inattendue ne l'arrangeait guère et si les choses tournaient mal, la demoiselle devrait également s'en sortir par elle même.

- Il me semblait t'avoir dit de venir seule? Insista-t-il manifestement pas décidé à parler
- Et il me semblait t'avoir dit d'arrêter de me contacter à l'auberge? Contra la jeune femme aussi sec


Elle ne permettrait pas à ce voyou de bas étage de dicter les règles ce soir, il devrait apprendre à se montrer un peu plus respectueux. Et ses caprices de petit garçon ne marcheraient pas avec elle. Pas plus que ses vaines tentatives pour l'intimider. Les deux colosses qui l'accompagnaient étaient certes impressionnants par leur taille mais ne brillaient ni par leur intelligence, ni par leur rapidité. Et c'était un point qu'elle comptait bien utiliser à son avantage.

- Et tu ne m'avais pas dit que tu fricotais avec les demi-portions?


Indira retint un soupir. Finigann ne savait pas dans quoi il venait de mettre les pieds, sa remarque allait certainement mettre le feu aux poudres. Et la jeune femme su qu'elle ne pourrait rien faire pour prévenir l'explosion. Se résignant à l'affrontement, elle porta la main à son arme discrètement et attendit une réponse qui ne tarderait certainement pas à venir.


Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 6 Mar - 15:22

Indira & Arabella
On ne pouvait pas dire que l’endroit était particulièrement attrayant. Une odeur de renfermé était répandue dans toute la pièce et la décoration était absolument atroce, à l’image des individus louches qui peuplaient ce lieu. Le faible éclairage provenait de torches qui ajoutaient à l’atmosphère pesante. Très honnêtement, Arabella eut à cet instant bien envie de rebrousser chemin, trouvant que cet endroit était bien peu exaltant. De plus, les individus qui s’y trouvaient ne lui disaient rien qui vaille. Cependant, elle n’état pas du genre à abandonner la partie. Elle avait envie d’aller jusqu’au bout et de prouver qu’elle était parfaitement capable de faire face à une situation dangereuse, et ce malgré sa petite taille.
Elle n’eut également aucun mal à repérer Finigann Duverrier, qu’elle avait déjà croisé à plusieurs reprises à la taverne. Son visage et sa silhouette étaient toujours aussi désagréables à regarder. Il n’avait effectivement pas l’air particulièrement brillant, mais ce n’était pas une raison pour ne pas s’en méfier, d’autant plus qu’elle risquait de se trouver bientôt dans une très fâcheuse posture.
Elle suivit docilement Indira vers une petite porte au fond de la salle qui menait à un réduit poussiéreux et dans lequel devait se cacher pas mal de vermine. Elle songea à la maison propre et nette dans laquelle elle avait grandi à Hobbitebourg et elle poussa un léger soupir. Sa compagne lui signifia clairement qu’elle ne devrait pas se faire remarquer, ce que la Hobbite approuva d’un signe de tête.

Elle était bel et bien décidée à tenir sa langue et à n’être qu’une simple spectatrice. Malgré son caractère bien trempé, elle sentait bien qu’il s’agissait là d’un univers qu’elle ne connaissait pas et dans lequel il valait mieux qu’elle se montre très prudente. Enfin il entra, les jaugeant toutes les deux de ses yeux de fouine. Jusqu’à présent, elle avait pu passer inaperçue, mais ils étaient désormais seuls tous les trois et il semblait s’être enfin aperçu de sa présence. Si elle avait pu être un peu impressionnée, elle cessa de l’être lorsqu’il demanda à Indira la raison de sa visite. Elle haussa un sourcil, l’air moqueur. C’était bien lui qui lui avait demandé de venir, alors pourquoi posait-il une questions si absurde? Par chance, il ne sembla pas remarquer la manière dont elle le regardait, se concentrant plutôt sur la jeune femme qui fit très exactement la même remarque qu’elle, mais à voix haute. Elle s’efforça de prendre un air neutre, impatiente de savoir quelles étaient les explications qu’il allait donner au sujet de son message et de leur présence ici.

Mais malheureusement pour elle, cet homme semblait décidé à retarder les choses, continuant en lui reprochant de ne pas être venue seule. Indira avait du répondant, et Arabella espérait que cela finirait par le lasser et qu’il en viendrait au fait. Elle trouvait l’air de la pièce de plus en plus irrespirable et commençait à en avoir assez d’être coincée ici. Elle avait espéré que les choses iraient plus vite, mais Finigann en avait visiblement décidé autrement et semblait prêt à affronter sa compagne pour l’intimider et demeurer maître de la situation. Mais l’humaine ne semblait pas être du genre à se laisser impressionner et la jeune Hobbite devait bien admettre que sa force de caractère était digne d’admiration.

C’est alors que le bandit fit une épouvantable erreur en la traitant de demi-portion. Arabella avait beau être intelligente, elle était aussi fière et impulsive. Se sentant profondément insultée, elle le foudroya du regard.

« Comment osez-vous, espèce de grosse barrique mal éduquée ! Vous vous croyez mieux avec cette porcherie dans laquelle vous vivez ? »

Elle s’enflammait vite, beaucoup trop vite et à peine eut-elle fini de parler qu’elle réalisa son erreur. Elle lança un regard désolé à Indira, mais il était trop tard : les traits de Finigann exprimaient clairement qu’il allait y avoir des représailles.


(c) tears buried.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 9 Mar - 16:49
Si elle avait pu, Indira aurait levé les yeux au ciel. Elle aurait du s'attendre à une telle réaction de la part de la petite Hobbit. Et lorsqu'elle vit les traits de Duverrier se crisper en une grimace de colère, la jeune femme su que ça avait été une mauvaise idée de l'emmener avec elle. Pourquoi s'était-elle retrouvée accompagnée d'une impulsive pareil? L'homme avait beau être stupide, sa fierté ne manquerait pas d'être égratignée par l'insulte pour le moins colorée qu'elle venait de lui lancer. Et si Finnigan Duverrier ne manquait de rien, sa fierté ne risquait certainement pas de lui faire défaut. Imbu de lui même et prompt à la colère, l'escroc prendrait cette attaque comme un affront personnel. Même si la réplique était plutôt drôle, l'idée de ce qu'elles allaient récolter en retour suffisait à lui couper tout élan d'hilarité. Et à n'en point douter, ses deux sbires ne manqueraient pas d'intervenir. Rouge de colère, tremblant de rage, l'homme pointa un doigt autoritaire en direction de ses acolytes.

- Attrapez les! Hurla-t-il

Sitôt dit, sitôt fait, les deux brutes se ruèrent dans leur direction, poings en avant. Manque de chance pour Indira, ces deux là étaient un obstacle de taille entre elles et la seule sortie possible, dans tous les sens du terme. Se baissant au dernier moment pour éviter un coup lancé dans sa direction, la jeune femme agrippa la manche de la hobbit pour en faire de même. Dans un même mouvement, la jeune femme sortie son arme et de la garde, frappa la cheville de son assaillant. Déséquilibré, l'homme trébucha, tenta de se rattraper sur une étagère avant de s'effondrer au sol, enseveli sous le poids du meuble qui déversa son contenu sur lui. Profitant de la diversion qui avait déconcentré son collègue, l'éclaireuse le contourna par la droite, se ruant vers la porte. Mais Indira fut stoppée dans sa course en voyant que Duverrier avait profité de la situation pour obstruer l'entrée. Il avait beau peser cinquante kilos tout mouillé, la lame de son poignard aurait totalement pu trancher n'importe quoi. Elle n'allait pas se lancer tête baissée, histoire de voir si ça passerait. Surtout qu'Arabella était avec elle.

-Laisse tomber Duverrier, lança-t-elle, si tu laisse partir la Hobbit je serais peut être disposée à oublier ton grossier comportement!
-Hors de question! Répliqua-t-il, ça fait bien trop longtemps que tu me nargues avec tes grands airs!

Voilà que cet imbécile choisissait son heure pour régler ses comptes! Il avait un sérieux problème d'infériorité. L'éclaireuse aurait beau crâner elle ne se sortirait pas de cette situation comme ça. Irritée, elle assura sa prise sur sa lame, pas disposée à se tailler une sortie à coup d'épée mais déterminée à s'y résoudre en cas de besoin. Mais elle avait perdu trop de temps à parlementer et une douleur fulgurante dans son épaule lui signala que son adversaire venait de la frapper par derrière. Dans un cri de rage, la jeune femme tomba au sol, agrippant son bras. Le truand n'était pas bien gras mais ses sbires avaient suffisamment de force pour faire mal. Dans un claquement métallique, son cimeterre lui échappa des mains, envoyé à l'autre bout de la pièce d'un coup de pied rageur de son adversaire. Brillant, elle venait bêtement de se faire désarmer! Du coin de l'oeil, elle vit l'éclat brillant de son arme sur laquelle se reflétait la flamme des chandelles. Si seulement elle pouvait la récupérer. Portant discrètement la main à sa botte à la recherche de son poignard, la jeune femme attendit patiemment l'occasion de frapper. Jetant un regard alentour, elle chercha Arabella des yeux, espérant qu'elle s'en sorte bien.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Mar - 20:51

Indira & Arabella
Une fois de plus, elle avait obéi à ses accès d’impulsivité, disant tout haut ce qu’elle aurait en réalité dû penser tout bas. A peine les mots furent-ils sortis de sa bouche qu’elle les regretta instantanément. Elle espéra un instant que l’homme pouvait éventuellement avoir le sens de l’humour. Malheureusement, il en semblait totalement dépourvu. Elle vit son visage changer de couleur sous ses yeux tandis qu’elle aurait volontiers disparu sous terre si elle l’avait pu. Mais impossible de faire marche arrière : il était trop tard, et déjà elle avait le sentiment que le malfrat était sur le point d’exploser. Il n’en fit rien et au lieu de cela ordonna aux deux colosses qui se trouvaient devant la sortie de les attraper. Les choses s’annonçaient mal. Elles qui rêvait d’aventures, voilà qu’elle était servie. Avant même d’avoir eu le temps de réagir, elle fut attrapée par la jeune femme qui la poussa à se baisser pour éviter un coup. Elle n’avait pas le temps de souffler ou de réfléchir à quoi que ce soit. Il fallait sortir de là, et au plus vite.

Elle eut l’occasion de constater l’habileté de Indira au combat. D’un geste, celle-ci sortit son arme et s’en servit pour frapper la cheville de l’un des hommes qui les attaquait. Il eut le malheur de se rattraper à une étagère qui s’effondra sur lui. Décidée à ne plus risquer leurs vies de manière impulsive, elle suivit les pas de l’humaine qui se fraya un chemin. Mais elles arrivèrent trop tard : cet imbécile de Finnigan bloquait désormais l’entrée, la seule entrée qui menait dans cet épouvantable sous-sol. Il n’avait pas l’air bien costaud, mais il était armé et visiblement toujours furieux. Elle songea que décidément, ces Hommes n’avaient pas le moindre sens de l’humour et que c’était bien malheureux. Mais ce n’était pas le moment de se perdre dans ses pensées, bien au contraire, d’autant plus que la remarque de la jeune femme fut pour le moins surprenante. Arabella aurait plutôt pensé qu’elle l’aurait jetée dans les griffes de ces brigands à la première occasion, surtout après tous les ennuis qu’elle lui avait causés.

« Hors de question ! » Répondit-elle spontanément, presque en même temps que Duverrier.

Elle se surprit elle-même, mais elle se sentait néanmoins indignée : elle était peut-être impulsive et maladroite, mais certainement pas lâche et sa fierté ne l’aurait certainement pas toléré. Mais plus que sa fierté, c’était sa vie qu’elle risquait très fortement de perdre, et elle n’avait aucune envie de mourir dans ce trou à rats, alors qu’elle n’avait encore rien vu du monde en dehors de Bree et de la Comté. Non, il était hors de question qu’elle se défile. Mais elle réalisa bien vite qu’il lui serait possible de ne pas s’en sortir. Lorsqu’Indira cria et tomba au sol, elle comprit rapidement que celle-ci avait été frappée. La jeune Hobbite eut tout juste le temps de se baisser ce qui lui évita le même sort, et se déroba en se faufilant entre les jambes de son assaillant. Elle était petite et rapide, ce qui était un avantage certain parmi ces brutes épaisses. Malheureusement, ces sbires étaient plutôt déterminés et elle dut mettre en oeuvre toute son agilité pour éviter de tomber entre leurs mains, une agilité qui ne fut pas suffisante car l’un de ses poursuivants parvint à la faire tomber par terre.

Elle tenta de se redresser, et c’est alors qu’elle vit cette lame au sol, une lame qui n’était autre que celle de la jeune humaine. Sans même réfléchir, elle attrapa la poignée de l’arme. Elle dut la tenir à deux mains et faire montre de toute sa force pour la soulever et frapper maladroitement celui qui l’attaquait. Elle parvint à le toucher à la jambe et il poussa un cri de douleur. Incapable de tenir l’arme plus longtemps, elle dut la lâcher et profita de cette distraction pour courir vers sa compagne d’infortune.


(c) tears buried.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 28 Mar - 13:32
La petite hobbit qui était parvenue à leur échapper jusqu'à maintenant venait à son tour de se faire jeter au sol par une de ces brutes. Mais le coup de pied de son assaillant avait fait valser l'arme d'Indira à portée de sa main et la jeune femme – bien qu'elle n'aurait jamais cela possible – fut bien soulagée lorsque celle ci s'en saisit pour porter un coup à son adversaire. L'arme était évidemment trop lourde pour elle et le coup était maladroit mais elle bénéficia de l'effet de surprise et de son agilité. Le géant n'eut pas le temps de réagir et fut touché à la jambe, tombant à genoux dans un grognement de douleur. Profitant de la cohue générale, la jeune éclaireuse extirpa son poignard de sa ceinture et frappa son assaillant, l'arme allant se planter profondément dans son épaule. Le colosse agrippa sa blessure, avec une grimace de douleur mais mis du temps à réagir, temps qu'Indira mit à profit pour rejoindre Arabella qui courrait vers elle et récupérer sa précieuse arme tombées au sol. Leurs assaillants ne tarderaient pas à se relever, elles n'avaient pas beaucoup de temps pour prendre la clé des champs.

- On file, lança-t-elle à la Hobbit hors d'haleine

Profitant du fait que Duverrier avait libéré l'issue, le duo se faufila par la porte sans attendre. La traversée de la salle de jeu se fit sous les regards estomaqués des clients et les hurlements du propriétaire, trop furieux de voir décamper ses cibles aussi vite. Mais des grondements sourds à l'arrière annoncèrent à la jeune femme que les deux brutes étaient à leur trousse, visiblement pas très contentes de s'être fait mettre au tapis par deux demoiselles qui devaient peser moins du double de leur poids. Grimpant les marches de l'escalier quatre à quatre, Indira déboucha dans la rue déserte. Vivement, elle entraîna Arabella à sa suite, espérant que les deux sbires se lassent rapidement de cette poursuite, ou encore qu'elles réussissent à les perdre à travers les petites rues. Une chose était certaine, l'éclaireuse ne risquait pas de remettre les pieds de si tôt chez Finigann Duverrier. Détallant comme des lapins dans la lande, les deux demoiselles filèrent à travers la ville sans demander leur reste et ne s'arrêtèrent pas avant qu'Indira soit certaine de les avoir semés. A bout de souffle, appuyée contre un mur, la jeune femme reprenait sa respiration, lançant un regard amusé vers la Hobbit.

- Toi qui voulais un peu d'aventure tu as été servie, lança-t-elle

Mais perdre un indicateur tel que Duverrier l'embêtait sérieusement. Il était désagréable, stupide et avare, mais surtout utile. Et maintenant qu'elle n'avait plus droit de cité dans son cercle de jeu, les choses deviendraient plus compliquées pour elle. Il lui faudrait faire profil bas à Bree pendant encore quelques temps, histoire de le laisser oublier cet affront.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 14 Avr - 13:11

Indira & Arabella
Elle avait réussi. En voyant cette brute pousser une expression de douleur et tomber au sol, elle se sentit envahie d’une immense fierté. Alors comme ça, elle était incapable de se défendre, hein? Pour un peu, elle aurait volontiers sauté de joie à travers le sous-sol, mais elle fut bien vite ramenée à la réalité : cette petite victoire n’était très probablement pas la fin de ses ennuis, et de plus, elle ne pouvait tenir cette épée très longtemps. Lorsqu’elle la lâcha, celle-ci tomba lourdement sur le sol. Elle ne ressentit pas la fatigue. Elle n’en avait pas le temps. La suite alla très vite, et de nouveau elle se sentit prise dans un véritable tourbillon. Indira se remit vite des coups qu’elle avait reçus, ou du moins, elle put prendre le dessus et frappa son assaillant à l’aide d’un poignard dont la Hobbite n’avait pas vu la provenance. Elle s’en souciait peu d’ailleurs, car à présent, une seule chose comptait vraiment : sortir d’ici, et vite, avant que les choses dégénèrent encore plus. L’humaine s’élança vers elle, récupéra d’un geste son épée et lui signifia ce qu’Arabella savait déjà : il était plus que temps de prendre la poudre d’escampette.

Une fois de plus, elle suivit les pas de la jeune femme et enfin, enfin elles atteignirent la porte. C’est à peine si elle fit attention aux exclamations des clients et aux cris furieux du propriétaire des lieux. Elle ne songeait qu’à sortir et à s’éloigner de cet endroit. Et cela valait effectivement mieux pour elles deux, car leurs assaillants semblaient n’avoir guère apprécié de s’être fait traiter de la sorte. Heureusement, elle put atteindre l’extérieur et elle se sentit presque giflée par l’air de l’extérieur. Il lui semblait qu’enfin, elle pouvait respirer après avoir passé un temps indéterminé dans un lieu confiné à l’atmosphère étouffante. Elle se sentait épuisée, mais malheureusement, la course n’était pas terminée, loin de là. Elles étaient sorties, mais il leur fallait encore semer ces épouvantables brutes. Par chance, elle connaissait plutôt bien la ville, ce qui avait également l’air d’être le cas d’Indira. Toutes deux se faufilèrent à travers les petites ruelles et une fois de plus, elle oublia la lassitude de ses membres pour privilégier sa survie, leur survie à toutes les deux. Enfin, elles s’arrêtèrent. La Hobbite, aux aguets, n’entendit plus rien, plus de bruit de pas ou de cri venant dans leur direction. Elle soupira et ne put s’empêcher de rire, envahie par un intense sentiment de soulagement.

« C’était incroyable ! J’ai bien cru qu’on ne s’en sortirait pas... » Elle sembla alors se souvenir que si elles avaient risqué leur vie, c’était bel et bien à cause d’elle. « Et... désolée pour tout ça... Je crois que je me suis laissée emporter. »

Elle se demanda si toutes les journées de la jeune humaine ressemblait à ça. En vérité, elle ne savait absolument rien à son sujet. Alors qu’elle allait lui poser la question, elle réalisa quelque chose d’important : elle était supposée retourner à l’auberge, une auberge que fréquentait Duverrier et où il avait eu maintes occasions de la voir. Si elle n’était pas certaine qu’il l’ait remarquée auparavant, elle était en revanche persuadée que ce serait le cas la prochaine fois qu’il viendrait.

« Dites euh... votre ami, il est très rancunier ? Et il a bonne mémoire? »


(c) tears buried.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 22 Avr - 13:31
Le sourire extatique arracha un petite rire à Indira. Elle qui n'était pas bien motivée une fois arrivée au sous sol du repère de Duverrier mais semblait à présent ravie d'avoir participé à cette petite escapade. Voilà un changement radical! Elle affichait un sourire enchanté, étouffant tant bien que mal un rire où pointait tout de même une petite note de soulagement. Tout c'était passé si rapidement qu'Indira n'avait pas eut le temps d'éprouver quoique se soit, peut être une petite appréhension due au revirement brusque de situation. Et encore, il lui fallait garder la tête froide pour agir et le mieux était encore de ne pas se laisser aller à la peur ou à la panique. Deux sentiments qui pouvaient vous amener à faire les pires bêtises et vous faire perdre la tête en un rien de temps. La jeune éclaireuse l'avait appris à ses dépends par le passé. Car il fallait bien commettre des erreurs pour un jour progresser.

- Laisse, répondit-elle tranquillement, Finnigan n'est qu'un grossier personnage. Il était temps que quelqu'un le remette à sa place.

Indira elle même avait été tentée de le faire de nombreuses fois. Mais malgré ses sales manies et son arrogance, Duverrier s'était révélé utile. Aussi la brune s'était-elle contentée de réponses froides et acerbes, prête à composer avec la crapule en question en échange de revenus substantiels. C'était bassement financier mais qu'y pouvait-on? Elle préférait mettre sa fierté de côté contre un mois ou deux avec un toit au dessus de sa tête et de quoi se nourrir dans son assiette. L'expérience lui avait appris qu'on n'avait que faire de l'honneur et de la moral quand la faim vous tenaillait le creux de l'estomac. L'honneur c'était bon pour les gens qui avaient les moyens de se payer une nuit au sec. La question suivant lui laissa une mine songeuse.

- Je serais toi j'éviterais quelques temps d'aller traîner de ce côté là de Bree, finit-elle par répondre, par sûr qu'il oublie facilement cet affront. Et si d'aventure tu le croisais au détour d'une rue? Je te conseillerais de mettre ton agilité à profit.

Traduction? Non Finnigan Duverrier ne risquait pas d'oublier sa petite mésaventure. Pas pour le moment. Et il voudrait très certainement leur trancher la gorge si sa route recroisait un jour la leur. Situation délicate quand on savait que Bree n'était pas si grande que ça et qu'il avait des oreilles partout. Heureusement pour elle, Indira quittait la petite bourgade dès le lendemain pour un petit périple vers les Hauts du Nord. Mais ceci était une autre histoire.

- J'espère en tout cas que ça n'a pas tari tes envies d'évasion, mademoiselle l'aventurière! Conclut-elle sur un sourire satisfait

Aux vues de son sourire ravi, Indira doutait que ça soit le cas mais qui sait? Cette petite Hobbite lui laissait l'impression de vouloir quitter ses verres et son comptoir pour partir à l'aventure. Mais les vastes contrées de la Terre du Milieu étaient loin d'être si tranquilles et elle ferait mieux d'être totalement avertie avant de se lancer dans pareille entreprise. La petite mésaventure de ce soir n'était pas si mal tombée finalement. Et lui montrerais que la vie d'un voyageur pouvait parfois virer à la catastrophe et qu'il fallait alors pouvoir s'adapter à toutes les situations. Mêmes les plus compliquées. Ça n'avait pas été si désagréable finalement et Arabella lui avait malgré tout rendu un fier service ce soir là. Même si sa soirée prévoyait d'être légèrement moins mouvementée à la base.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 6 Juin - 17:27

Indira & Arabella
Vivre une telle aventure avait été à la fois intense, périlleux et incertain. Elle avait cru mourir plus de fois que durant tout le reste de sa vie. Elle avait eu peur, elle avait été frappée à plusieurs reprises, avait failli être blessée, tuée. Sur le moment, rien de tout cela n’avait été amusant. Et pourtant, à présent qu’elles étaient loin de cette épouvantable maison et vraisemblablement tirées d’affaires, elle sentait l’adrénaline faire son effet en elle. Elle était tout simplement euphorique en repensant à ce qu’il s’était passé. Voilà ce qu’elle voulait, une existence pleine d’aventures, même si cela signifiait risquer sa vie. Elle avait vécu quelque chose d’incroyablement intense, qui rendait le reste de son existence bien fade en comparaison. Comment avait-elle pu se satisfaire d’un simple emploi de serveuse à Bree ? Elle regrettait néanmoins qu’Indira ait perdu l’un de ses associés, mais celle-ci la rassura rapidement et avec ce qu’elle avait pu voir de cet homme, ce n’était certainement pas elle qui allait la contredire.

En revanche, elle fit un peu la grimace en entendant la suite. Elle n’avait évidemment pas pensé qu’elle allait se faire un ennemi, mais elle aurait sans doute dû le prévoir étant donné qu’elle n’avait pas sa langue dans sa poche et que ce qu’elle lui avait dit était loin d’être amical. Après ce qu’il s’était passé ce soir, elle n’avait pas eu l’intention de rester ici très longtemps, mais elle avait tout de même espéré pouvoir prendre le temps de se retourner un peu, d’établir un projet avant de quitter Bree, mais visiblement ce ne serait pas le cas.

« J’imagine qu’il serait mieux que je parte dès demain matin... Après tout il sait où je travaille. »

Ce type avait effectivement l’air particulièrement rancunier, et s’il ne l’avait pas repérée avant ce soir, c’était désormais chose faite et il y avait fort à parier qu’elle aurait de ses nouvelles très rapidement, plus rapidement qu’elle le pensait. Il allait falloir qu’elle récupère ses affaires, tout l’argent qu’elle avait mis de côté et s’éloigne rapidement de la région. Où allait-elle aller ? Elle n’en avait pas la moindre idée, ce qui était un peu inquiétant, mais également extrêmement excitant. Elle avait toujours rêvé de partir à l’aventure, mais n’était jamais allée plus loin que cette ville. Peut-être était-ce en réalité la chance de sa vie, un signe du destin, le signe qu’il était temps qu’enfin elle prenne la route. Eternelle optimiste, elle décidait de le prendre cette manière, bien qu’elle n’ait absolument aucune idée de l’endroit où elle allait se rendre. Ce fut donc avec un certain enthousiasme qu’elle répondit à sa compagne.

« Bien sûr que non. » Elle se tut, puis se tourna vers elle avec un air qui se voulait angélique. « Peut-être même que je pourrais partir avec vous... »

Etant donné la situation qu’elle avait provoquée, elle se doutait bien qu’il y avait fort peu de chances pour qu’Indira accepte à ses côtés une telle calamité, mais qui ne tente rien n’a rien et elle se dit qu’elle avait bien le droit d’espérer un peu. Même si elle ne savait absolument pas quels étaient les projets de la jeune femme. De toute façon, plus rien ne la retenait ici et elle se sentait tout à fait prête à partir seule s’il le fallait. Ce n’était pas parce qu’elle n’était qu’une petite Hobbite qu’elle en était incapable, la preuve !


(c) tears buried.


Je suis vraiment, vraiment désolée pour le retard :/
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 14 Juin - 21:48
La réaction d'Arabella arracha un sourire amusé à Indira. Son air extatique montrait que la petite mésaventure de ce soir était loin d'avoir atténué ses envies d'aventure. Au contraire, la hobbit semblait encore plus déterminée à se  lancer dans l'inconnu. Elle ne parut nullement chagrinée de devoir quitter Bree, quoiqu'un peu prise au dépourvu à l'idée de plier bagages si vite. Mais ça n'était pas plus mal, rancunier comme il l'était Duverrier n'en ferait qu'une bouchée s'il lui mettait la main dessus. Il valait peut être mieux qu'elle soit loin d'ici avant qu'il décide de se venger. Car il ne manquerait pas de le faire une fois la surprise passée et Indira préférait la savoir hors de Bree lorsque ce moment arriverait.

- Je pense effectivement que l'idée n'est pas mauvaise, répondit-elle

Cela devait sembler impressionnant lorsqu'on se retrouvait à laisser ses repères derrière soi à l'improviste. Indira ne connaissait rien d'elle mais elle supposait qu'abandonner sa petite vie du jour au lendemain devait être inattendu et un peu intimidant, mais c'était probablement pour le mieux. C'était curieux d'imaginer que sa venue au Poney Fringant ce soir là avait bouleversé les plans de la demoiselle. Pour le pire ou le meilleure, le choix lui revenait. A sa question suivante, Indira retint un sourire mi-désolé-mi amusé. Elle était hélas attendue dans deux jours. Une mission qui la mènerait très loin vers les terres du nord à Fornost. Quelle drôle d'idée que de vouloir se rendre si loin par un temps pareil. Car l'hiver qui avait pris ses quartiers depuis de nombreux mois refusait de s'en aller et résistait encore et toujours, apportant son lot de chute de neige et de verglas.

- Non pas que l'idée de voyager avec toi me déplaise, répondit-elle, mais on m'attend dans deux jours pour un voyage vers le nord.

Le travail l'attendait comme on disait. Et aux vues de ses finances, il était grand temps qu'elle s'y mette. Les missions se faisaient fort rares en hiver, d'autant plus lorsqu'il s'était révélé être aussi froid et rigoureux que celui ci. Alors la jeune femme ne pouvait se permettre de refuser une offre aussi bien payée. Même si imaginer la petite Hobbit seule sur les route lui paraissait bien incertain.
Soit, il lui faudrait bien voler de ses propres ailes un de ces jours et l'éclaireuse n'aurait pas le loisir de la guider pour cette fois. Sa route se poursuivait en solo.

- Je pourrais faire un bout de chemin avec toi demain mais nos chemins se sépareront là hélas, ajouta-t-elle, tu as des projets? Si tu le souhaites, j'ai des cartes sur lesquelles tu pourra repérer ta route.

C'était une des concessions sur lesquelles elle pouvait jouer, histoire de se faire pardonner son ingérence de ce soir. Après tout Arabella était quitte pour une petite nuit blanche à préparer son départ. Ayant repris son souffle, elle s'était mise à marcher tranquillement, toujours à l'écoute du moindre bruit suspect. La nuit était largement avancée à présent et il serait temps de retourner à l'auberge.

- Allez, rentrons, j'ai entendu dire qu'il y avait de la mouclade à la carte de ce soir! Lança-t-elle étrangement de bonne humeur


Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 14 Juil - 15:15

Indira & Arabella

Arabella avait bien l’intention de partir très rapidement sur les routes. Maintenant que le danger était passé et qu’elle ne risquait plus de se faire blesser ou tuer, du moins pour le moment, elle ressentait toute l’excitation qu’elle avait pu éprouver : voilà ce qu’elle voulait, voilà l’univers dans lequel elle voulait évoluer. A présent, elle ne s’imaginait plus recommencer à servir des clients dans la taverne où elle avait travaillé. Tout cela était bel et bien derrière elle. L’aventure, voilà ce qu’elle voulait ! Ne pas savoir ce qui allait lui arriver, être confrontée à des dangers de toutes sortes, apprendre même à se battre. Et on disait que les Hobbits n’étaient faits que pour leur petit confort ! Elle avait bien l’intention de prouver le contraire.

« Bon très bien, c’est ce que je ferai » soupira-t-elle.

En un sens, c’était peut-être la meilleure chose qui lui soit jamais arrivée : elle allait pouvoir vivre ce dont elle avait toujours rêvé, et cette fois-ci, elle serait bien forcée de se jeter dans l’inconnu étant donné que rester ici signifiait risquer de se faire tuer par Duverrier, qui ne la raterait sans doute pas le jour où il la retrouverait et cela ne saurait tarder. Il savait où elle travaillait et les Hobbits hors de la Comté n’étaient pas si courants. Elle aurait préféré avoir davantage de préparation, mais bon, elle n’avait pas franchement le choix. En tout cas, elle était plus que ravie que sa compagne semble désormais la considérer un peu mieux que comme une demi-portion fourrant son nez partout. Elle fut même surprise de ne pas essuyer un refus plus sec à sa proposition.

« Tant pis, ce n’est pas grave, je voyagerai toute seule. »

Elle esquissa un sourire en songeant à quel point il était grisant de prendre la route sans vraiment savoir où cela mènerait. Il lui tardait de commencer son périple. Elle espérait seulement pouvoir trouver une carte assez facilement, ce qui lui permettrait de décider du premier endroit où elle se rendrait. Durant toute sa vie, elle avait rêvé d’explorer les diverses contrées de la Terre du Milieu et elle espérait bien pouvoir le faire à présent. La rôdeuse sembla lire dans ses pensées, puisqu’elle lui proposa de l’accompagner pendant un temps et de lui fournir des cartes. Un sourire éclaira le visage de la Hobbite.

« Je ne sais pas encore où je souhaite aller, mais votre aide serait plus que la bienvenue. Justement, j’espérais pouvoir me procurer une carte avant demain matin. »

Voilà qui se présentait pour le mieux. Elle allait pouvoir se repérer et peut-être même apprendre deux ou trois petites choses auprès d’une rôdeuse chevronnée. Indira avait dû vivre de nombreuses aventures, elle, et peut-être accepterait-elle de lui en raconter quelques unes autour d’un bon repas.

« Parfait, je meurs de faim ! » s’exclama-t-elle, ravie que la jeune femme ne soit plus d’aussi mauvaise humeur qu’auparavant.

Joyeuse également, elle se mit à s’avancer en sautillant jusqu’à la porte de l’auberge qu’elles ne tardèrent pas à atteindre, oubliant contrairement à Indira de se montrer un peu plus prudente. Mais après tout, le pire était passé, n’est-ce pas ?


(c) tears buried.


Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 17 Juil - 15:45
Indira lui emboita le pas tranquillement. Plus aucun bruit de poursuite ne filtrait des ruelles environnantes, sans doute que leurs poursuivants avaient finit par se lasser de courir après des ombres. Le danger était passé. Bree retournait à sa tranquillité, délaissant le désordre pour retrouver son calme. Tout du moins pour le moment. Se détendant quelque peu, elle reprit le chemin de l'auberge, échafaudant un itinéraire plausible pour le lendemain. Avec tout cela, elle aurait presque pu oublier qu'elle même reprendrait la route le surlendemain. Sa propre quête serait bien longue et la jeune femme ignorait même la date de son retour.

- Tout dépend de ce qui t'intéresse, répondit-elle, j'ai entendu dire que la vague de froid peinait à quitter la route de l'est. La passe vers les Mont Brumeux doit donc être totalement enneigée. Mais passer par le sud mettra des marais sur ta route. A toi de décider, entre ces deux points noirs je dirais.

Pour avoir déjà vécu les deux, l'éclaireuse savait que se ne serait pas simple pour la Hobbit. Les routes étaient dangereuses pour les voyageurs inexpérimentés. Elle devrait redoubler de prudence, savoir déterminer ses points forts lui serait un atout précieux dans ce périple. Il fallait parfois s'incliner et éviter le danger ou encore l'affronter. Un bon esprit d'analyse ne ferait pas de mal. Indira se rappelait bien que ses propres débuts avaient été pour le moins mouvementés. Ce qui ne l'avait pas empêché de s'en sortir sans trop de casse.

- C'est la première étape lorsqu'on souhaite voyager, répondit-elle avec entrain, avoir une bonne carte est primordial!

Il lui restait encore un petit moment pour aiguiller la demoiselle avant son grand départ. Un petit sourire se peignit sur son visage. Il fallait croire qu'il y avait toujours un événement inattendu qui se chargeait de mettre le désordre dans vos petites vies tranquilles. Et pour le coup cet événement s'appelait Indira. Ce n'était pas sans lui rappeler de vieux souvenirs.

- A toi l'honneur, future aventurière, conclut-elle en indiquant la rue d'un signe de tête


Et déjà l'obscurité se referma sur les deux silhouettes qui s'éloignaient vers l'inconnu. Bree se retournait déjà sur les évènements qui l'avait secouée. Le lendemain, la rumeur se lèverait et on raconterait partout qu'un drôle de duo avait mis un sacré désordre chez Finnigan Duverrier. Mais pour l'heure, la rue s'endormait sur son secret et plus rien ne filtrerait avant l'aube. Et avant que la ville et ses habitants ne réagissent, l'auteur de ce petit débordement serait déjà loin et on n'aurait plus que des commérages pour alimenter cette étrange histoire.


Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 23 Juil - 15:38

Indira & Arabella

Il était à présent évident que leurs agresseurs étaient loin derrière elles. Arabella n’entendait plus rien, et elle avait l’ouïe plutôt fine. Mais qui sait, peut-être étaient-ils dissimulés quelque part en embuscade, prêts à se jeter sur elles ? Allez savoir... Cependant, elle était encore si euphorique et pleine d’entrain que même une telle perspective n’aurait pu lui faire peur. Elle se sentait puissante, et ce pour la première fois de sa vie, malgré sa petite taille. Elle avait beau faire la moitié de la taille d’un homme, elle avait tout de même aidé à combattre une bande de brigands, ce qui n’était pas rien tout de même, n’est-ce pas ? Elle avait de plus la possibilité de bénéficier des conseils d’une voyageuse expérimentée.

« Mmmm... je pense que j’aimerais assez aller au sud. »

Elle n’était pas totalement naïve, elle savait que son parcours serait parsemé d’embûches, mais elle avait hâte d’avoir l’occasion de les affronter. Et c’est en voyageant qu’elle apprendrait le mieux les règles élémentaires de la survie, néanmoins elle ne rechignait pas contre un peu d’aide de la part de la jeune humaine. Justement, elles allaient pouvoir utiliser le reste de la soirée à cet effet, car dès cette nuit, elle devrait quitter l’auberge avant le lever du soleil si possible, car si leurs poursuivants avaient visiblement renoncé à les rattraper, elle était certaine que dès demain ils ne se priveraient pas pour venir la chercher.

« Très bien je m’en souviendrai. »

Toujours avoir une carte sur elle. Elle aurait pu s’en douter seule, mais le fait qu’Indira le lui confirme y ajoutait un poids supplémentaire. Elle espérait bien en savoir autant que possible sur l’art et la manière du voyage et sur tout ce dont elle pouvait avoir besoin. Sa rencontre avec Indira était décidément la meilleure chose qui lui soit jamais arrivée, l’événement grâce auquel elle allait enfin pouvoir partir à l’aventure. Et tout ceci ne serait sans doute pas arrivé si elle ne s’était pas montrée indiscrète.

« Merci beaucoup » dit-elle en s’engageant dans la rue.

Bree était redevenue la ville calme qu’elle connaissait, comme si rien ne s’était passé alors qu’en réalité, tout était différent désormais. Elle allait retourner sur son lieu de travail, une dernière fois avant que sa vie ne se transforme réellement. A compter de ce soir son existence aurait changé, à tout jamais. Et il lui tardait que cette aventure commence.


FIN

(c) tears buried.


Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Curiosity killed the cat [Indira & Arabella]
» Curiosity killed the bird
» Intrigue n°15: Curiosity killed the cat
» Haitian official says 2 journalists killed in mob attack
» IL A Indira Gandhi ! POURQUI ET POURQUOI UN DIX COUPS EN OCTOBRE ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: