and your heart? what do it say? ♛ bouclette

 ::  :: Les Archives :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 14 Juin - 20:10

and your heart? what do it say?
Revoir Adrahil, ici, au Rohan, ce n'était pas rien. Níniel avait été fortement chamboulée par cette rencontre. Parce qu'elle ne s'était clairement pas attendue à sa venue en ces lieux. Oh, elle se doutait qu'un jour ou l'autre, il aurait fini par lui mettre la main dessus. Elle se doutait qu'il aurait fini par la retrouver. Elle avait pensé ... Et bien, Níniel ne savait pas trop. Elle savait qu'un jour ou l'autre elle rentrerait chez elle. Qu'elle n'aurait plus cette liberté dont elle avait pu jouir tandis qu'elle était seule au Rohan. Mais savoir qu'Adrahil l'avait cherchée durant tout ce temps ... Savoir qu'il n'avait pensé qu'à une chose : la retrouver ... Savoir qu'elle était importante pour lui ... Ca lui prouvait qu'une chose : qu'elle avait été égoïste. Qu'elle n'en avait fait qu'à sa tête et qu'elle n'avait même pas cherché à lui laisser le temps de s'expliquer. Non. Elle avait joué les petites filles capricieuses, faisant du mal à ceux qui étaient autour d'elle. Sa mère. Ses frères et soeurs. Adrahil également. Elle l'avait blessé. Elle était partie sans rien dire, de son côté. Sans se dire si c'était bien ce qu'elle faisait ou si, au contraire, il y avait une autre manière de faire les choses. Elle n'avait pas cherché à savoir à dire vrai. Elle était juste partie. Parce qu'elle pensait que c'était la seule solution pour elle. Elle s'était trompée. Et nul doute que Níniel le regrettait. Parce qu'après tout, Adrahil avait tout fait. Il avait tout fait pour éviter qu'Alcarin ne soit envoyé au loin. Il avait remué ciel et terre pour retrouver son frère de coeur. Tout comme il en avait fait de même pour la belle de son coeur. Y avait-il encore quelque chose de possible entre eux ? Après son départ ? Après ces longs moments loin de l'un et de l'autre ? Níniel n'aurait su dire.

Quoi qu'il en soit, la jolie brune était bien pensive. Elle n'avait pas encore recroisé Adrahil. Sans doute qu'il avait dû se rendre quelque part où il serait en sécurité et qu'il avait besoin de réfléchir à ce qui venait de se passer. Au fait qu'il avait retrouvé Níniel. Est-ce qu'il voulait sauver ce qu'il y avait entre eux ? Ou au contraire, cherchait-il à se défaire de tout cela ? La brune n'aurait su dire. Et à dire vrai, elle aurait bien aimé qu'ils en parlent. Parce qu'au fond, même si tout ça n'était qu'un mariage arrangé au départ, elle avait su l'aimer. De manière sincère. De manière profonde. Elle n'irait pas jusqu'à dire qu'elle n'aurait pas pu tomber amoureuse d'une autre personne lors de son périple, d'un autre homme. Mais même si elle avait été en colère contre Adrahil, même si elle avait longuement pensé qu'il lui avait menti, elle n'avait eu de cesse de penser à lui. En avait-elle seulement encore le droit ? Bonne question. Une question à laquelle elle se devait de répondre. Voilà pourquoi elle avait laissé en plan ce qu'elle était en train de faire, sous le regard surpris d'une Nana qui ne l'avait pas vue ainsi depuis sa venue en ces lieux. Níniel n'avait rien dit. Elle s'était contentée de se lever, d'attraper sa cape et de quitter la maison qui était son toit depuis de si longs mois. Elle se mit à arpenter les rues d'Edoras, tel un fantôme errant, cherchant les jolies bouclettes blondes de celui qui faisait battre son coeur. Chose qu'elle n'avouerait pas. Du moins, tant qu'une petite discussion n'aurait pas eu lieu entre les deux promis. "Si j'étais toi ... où irais-je ?" Oui. Où avait-il élu domicile depuis ces quelques jours. Le trouver n'allait pas être une chose facile.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 14 Juin - 21:48

 
and your heart? what do it say?
 

Voilà quelques jours que je reste cloitré dans mon auberge, mon regard fixé dans le vide, jouant avec une dague, la lançant sur le mur en face de moi, avant de me relever pour aller la chercher au bout de quelques minutes. Si j’avais pensé revoir Niniel un jour, je dois avouer que je n’étais pas tout à fait certain non plus de ce que cela donnerait. Et, cette impression que j’ai eue que, malgré le temps qui a passé, rien n’a réellement changé… C’est étrange. Totalement étrange. À chaque fois que je repense à cette surprise sur son visage, à cette dispute… Oh, oui, rien n’a changé. Nous avons une année à rattraper, ça c’est certain, mais pour l’heure je n’arrive pas à réaliser. Non, je ne réalise pas ce qu’il s’est passé. Mon regard reste vide, et je me demande… Je me demande ce que tout cela va donner. Oh, à un moment ou à un autre, il faudra que je sorte de là et que j’aille voir, dans cette petite maison où elle vit, pour savoir… Pour parler de nous. De notre futur. Ni l’un ni l’autre nous n’avons rompu nos fiançailles, nous sommes toujours promis l’un à l’autre. Elle est le soleil de ma vie, et ce depuis que j’ai appris à la connaitre. Oui, j’ai toujours des sentiments pour elle, et je crains de ne jamais pouvoir passer au-dessus de cette impression qu’elle est là pour moi, qu’elle reste celle qu’il me faut. J’aime les femmes avec du caractère. Non. J’aime Niel. Même si nous traversons des embuches, même si nous nous opposons sur un certain nombre de choses, elle est celle qu’il me faut. Parce que, justement, elle s’oppose à moi et elle fait en sorte de me faire réfléchir. Elle est intelligente, et je sais qu’elle fera une bonne souveraine à mes côtés, pour diriger Dol Amroth, un jour.

Je me lève pour attraper ma dague dans le mur et cette fois, la range dans son ceinturon et je me dirige vers le bain que j’ai demandé il y a une demi-heure. L’eau commence à être froide, mais ce n’est pas grave. Je me lave rapidement avant de me rhabiller et d’enfiler mon épée à ma ceinture. Je descends au rez de chaussée de l’auberge pour demander quelque chose à manger, de préférence pour emporter. La servante me tend une tartine de pain avec du fromage et du jambon et je m’éloigne dans la salle avant de sortir dans la ruelle bondée. Bon. Et si je découvrais un peu cette ville ? Machinalement, mes pas se dirigent vers la maison où habite Niel, et je m’arrête au bout de la rue, tout en mordant dans ma tartine. Je secoue mes bouclettes blondes à peine sèche, et je fais demi-tour pour m’éloigner de la demeure. Mon regard est lointain, et je ne veux pas réellement lui donner l’impression de la harceler. C’est bien pour ça que je la vois là, à quelques mètres de moi, un air pensif sur le visage. Je mets le dernier bout de ma tartine dans ma bouche, essuie mes mains sur ma tunique et m’approche d’elle dans son dos, pour poser mes mains sur ses yeux.

- Devine qui c’est ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 15 Juin - 13:07

and your heart? what do it say?
Cela faisait combien de temps ? Peut-être une vingtaine de minutes qu'elle était sortie de sa maisonnée. Et elle cherchait. Elle cherchait Adrahil. Elle se demandait si elle était encore dans les environs. Elle se demandait s'il n'avait pas préféré s'en aller. Partir. Sans rien dire. Et la laisser là, seule. Qu'aurait-elle fait ? Ou bien qu'aurait-elle pu dire si ... s'il était parti ? L'idée lui traversa l'esprit durant quelques secondes. Est-ce qu'elle avait envie qu'il parte ? Ou au contraire, avait-il envie qu'il reste dans les parages ? Ou encore, souhaitait-elle repartir avec lui ? Tant de questions ... à lesquelles elle n'aurait peut-être pas de réponse si jamais il n'était plus là. Elle se pinça les lèvres. Là, sur le coup, il est vrai qu'elle prit peur. Et si elle ne le revoyait pas ? Et s'il ne voulait plus d'elle ? Et s'il mettait à mal leurs fiançailles ? Tant de questions. Trop de questions. Elle était éprise au doute. La jolie brune s'arrêta de marcher durant quelques instants. Peut-être que ... Elle n'en savait trop rien. Peut-être qu'elle se posait trop de questions. Peut-être que tout irait bien après tout. Peut-être qu'elle devait arrêter de se torturer l'esprit ainsi. Ou alors, c'était la fatigue qui parlait et qui faisait divaguer son esprit. Car après tout, elle n'avait pas très bien dormi ces derniers jours. Revoir Adrahil ... Lui avait fait immensément plaisir, même si elle ne lui en avait rien dit. Peut-être devrait-elle lui dire. Qu'elle tenait à lui. Oui. Sans doute ... qu'elle devait le lui dire. Qu'elle devait le lui avouer. Avant qu'elle ne le perde à jamais. Et il prendrait sa décision ensuite. Sur quoi faire. Ou bien ne pas faire.

Elle allait reprendre sa route quand on en vint à lui cacher ses yeux. Elle avait légèrement sursauté en l'air. Fallait dire que depuis sa petite agression, Níniel était sur le qui-vive. Elle n'était plus aussi ... comment dire ... détendue que par le passé. Nul doute qu'elle ne le serait plus jamais à dire vrai. Détendue. Enfin, peut-être le jour où elle s'en retournerait à Dol Amroth. Là, elle saurait qu'elle était en sécurité et qu'elle ne risquait plus rien. Mais bon. Pour le moment, ouais, c'était pas tip top. Adrahil à ses côtés, ça changerait peut-être la mise. "Tu m'as fait peur." avait-elle fini par dire en poussa un léger soupir. Oui, il lui avait fiché la trouille. Mais ça irait bien. Ca irait bien, pour sûr. "Je te cherchais ... justement." Oui, autant dire les choses directement. "J'ai cru pendant une fraction de seconde que tu avais pu ... repartir sur Dol Amroth." Parce que sous le coup de la colère, il arrive qu'on fasse des choses stupides. Et elle avait craint ... Oui, elle avait craint qu'il ne soit plus là. "Mais je crois que c'était un peu stupide de penser cela." Parce qu'il était là. Face à elle. Et d'une certaine manière, elle était soulagée.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 22 Juin - 23:36

 
and your heart? what do it say?
 

Un sourire sur les lèvre, je me contente de hausser les épaules. Je lui ai fait peur ? Elle est sérieuse là ? C’est elle qui part du jour au lendemain pour l’autre bout des Terres du milieu sans même me prévenir, et c’est moi qui lui fait peur ? Mais dans quel monde vit-ton ? Mon regard se pose donc sur elle je ne dis rien de plus, un sourire énigmatique tracé sur mes traits. Je retiens un soupir et relève une main pour caresser sa joue. Quelque part, j’ai envie de lui assurer que je ne bougerais plus jamais de là, que je serais toujours là pour elle, mais j’ai peur que reprendre là où on en était, sans avoir laissé à l’abcès percé la dernière fois le temps de totalement se remettre, ce soit une mauvaise idée. J’ai envie de l’embrasser, là maintenant, mais alors que nous sommes en pleine rue, je me retiens. J’ai un rang à tenir, même si pour l’heure j’ai plus l’apparence d’un roturier que d’un noble. Mon sourire s’élargis et je lève les yeux au ciel :

- Quel homme serais-je si je repartais sans ma fiancée ? Père n’apprécierais pas de me voir revenir sans toi, cette fois.

D’autant que Père a un peu insisté pour que je rompe ces fiançailles et me trouve une demoiselle un peu plus… présence. Il parait que pour se marier et ensuite faire des enfants, avoir une fiancée sur place, c’est tout de même mieux. Mon sourire s’élargis et je secoue lentement la tête de droite à gauche pour observer la demoiselle en face de moi :

- Niel… Je n’en ai pas fini avec toi, tu le sais. J’ai l’intention de te ramener à Dol Amroth, de te mettre la bague au doigt, et d’être heureux avec toi pour le reste de ma vie. Je ne te laisserais plus jamais t’enfuir, on aura douze enfants, juste pour que je sois sûre que tu reste à mon côté. Pour toujours

Je laisse retomber ma main de sa joue pour attraper ses doigts et les entremêler aux miens, avant de pousser un soupir : ça c’est dans le monde merveilleux dans lequel j’aime à complaire mon esprit. Dans ce monde, il n’y a pas d’orc, le ciel est rose et nous vivons tous sur es petits nuages. Un rire léger monte à ma poitrine et je secoue la tête pour chasser l’image et plonger mes yeux dans ceux de Niniel.

- Mais pour ça, il faut qu’on prenne le temps de discuter. De rattraper cette année. Et que tu me dise si c’est ce dont toi tu as toujours envie… On trouve un endroit calme ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 26 Juin - 13:37

and your heart? what do it say?
Oui, elle avait eu peur. Elle était devenue craintive avec le temps et l'éloignement. Enfin, ce qui la gênait surtout, c'était l'agression dont elle avait été victime. Ca l'avait profondément marqué, y'avait pas à dire. En venant au Rohan, elle avait perdu sa sécurité, sa sérenité. Elle finirait sans doute par la retrouver. Quand ? Là était toute la question. Peut-être une fois qu'elle serait revenue à Dol Amroth. Parce que oui, sans doute qu'elle allait s'en retourner chez elle. A moins qu'elle arrive à convaincre Adrahil de changer de lieu d'habitation. Mais non. Parce qu'il était prince de Dol Amroth. Et il se devait de vivre chez lui. Parmi ses sujets. Dans sa contrée. Et pas à l'autre bout de la terre. Enfin, revenons à ce qui nous intéresse. Níniel lui avait fait part de sa crainte. Du fait qu'elle avait pensé qu'il ne serait plus là. Qu'il serait reparti. Ce à quoi il avait répondu qu'il ne partirait pas sans elle. Que son père lui taperait sur les doigts s'il ne revenait pas avec sa promise. Loin de se douter, néanmoins, qu'Angelimir n'avait plus trop envie de voir Níniel dans les parages. "C'est bon à savoir." avait-elle dit dans un hochement de la tête. Elle avait parlé plus pour elle-même que pour Adrahil. Mais ça lui faisait plaisir, néanmoins, de savoir qu'on tenait à elle et qu'on souhaitait la revoir. En tout cas, Adrahil la rassurait. Sur le fait qu'il n'en avait pas terminé. Qu'il voulait la ramener chez eux. Qu'il voulait se marier avec elle. Et lui faire plein d'enfants. Elle eut un sourire, et secoua quelque peu la tête. "C'est pas un peu beaucoup douze ?" Ils n'en avaient jamais parlé à dire vrai. Níniel savait très bien qu'en l'épousant, faudrait qu'elle lui donne au moins un héritier. Ou deux. Ou peut-être plus. Au cas où. Au départ, quand elle avait su que sa mère avait arrangé leurs épousailles, ça l'avait ... Disons que ouais, ça l'avait refroidie. Parce qu'elle s'était dit qu'il n'y aurait pas d'amour entre eux. Pas de sentiments. Que c'était juste ... pour sauver les apparences, en quelque sorte. Elle s'était trompée. Elle s'était bien trompée même. Parce qu'elle avait fini par l'aimer. De tout son coeur. Et même si elle ne le montrait pas. Même si elle ne lui avait pas dit, oui, ça lui avait fait quelque chose de partir. De s'en aller. Sans rien dire. Adrahil en vint à ramener sa main au niveau de celle de Níniel, jouant ainsi avec ses doigts, les entrelaçant les uns aux autres. Elle eut un hochement de la tête. Ils devaient en parler. En tête à tête. "Oui. Il faut qu'on en parle." Elle, dans sa tête, c'était tout décidé, ou presque. Elle s'était faite de fausses idées. Elle lui avait prêté des propos qui n'étaient pas vrais. Elle avait pensé qu'il était responsable et il ne l'était pas. Un coin tranquille. Níniel avait penché la tête sur le côté durant quelques instants, histoire de réfléchir à un endroit où ils pourraient se rendre. Un endroit calme. Un endroit au chaud. Car quand bien même l'arbre provoquant l'hiver avait été brisé, cela ne voulait pas dire pour autant que la température s'était réchauffée. Normal après tout. On était en pleine période hivernale. "M'est d'avis que nous devrions nous trouver un endroit au chaud. Sauf si tu préfères que nous mourrions de froid." avait-elle dit dans un haussement des épaules. Et elle savait très bien que ce n'était pas ce qu'il désirait. Où se rendre, néanmoins, hormis dans une auberge où des oreilles indiscrètes pourraient les entendre ? Ou peut-être s'en retourner chez Níniel. Ou du moins, ce qui lui servait d'habitation. "Je pense ... que nous devrions aller chez moi. Nous serions plus tranquilles ainsi."

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 27 Juin - 18:40

 
and your heart? what do it say?
 

- Je t’en ferais douze de plus s’il le faut pour que tu reste avec moi, et que tu ne puisse pas les quitter tellement tu les aimeras.

Un rire monte à ma poitrine, parce que… Si on m’avait dit que j’apprécierais un jour cette demoiselle autant que cela… Lorsque j’ai appris nos fiançailles, j’ai été anéanti, à l’époque. Aujourd’hui, je ne peux imaginer vivre ma vie avec une autre. Certains disent qu’il y a du sang elfique dans la lignée princière de Dol Amroth, et en cet instant, alors que je pose mon regard sur elle, je crois que je comprends cet unique amour que peuvent avoir les elfes. Niel est tout simplement la femme qu’il me faut, et il n’y en aura jamais d’autres. Père peut ne pas comprendre totalement, j’avoue que je m’en fiche. J’aime Niniel de la manière la plus pure et la plus entière possible, et je n’ai pas l’intention de la laisser me filer entre les doigts, même si je devais la poursuivre au travers des Terres du Milieu tout entières. Je n’hésiterais pas une seule seconde à le faire, d’ailleurs, et j’aimerais que Niniel en soit consciente, sans pourtant avoir envie de le lui dire. Et si ça lui donnait des idées, après tout ? Et si elle se mettait à parcourir les Terres du Milieu seule, juste pour vérifier si ce que je dis est vrai ? Je me retrouverais dans une belle panade, à devoirs traquer ma fiancée comme si elle était une bande d’orcs particulièrement habile à fuir devant moi !

C’est pour cela que je propose à la jolie brune devant moi d’en parler. De discuter. De voir ensemble cet avenir qui s’offre à nous. Nous ne pouvons pas simplement effacer cette année, non. Je me suis trop inquiété pour l’effacer. Pour elle, pour Alcarin, pour toute cette histoire. Combien de fois ai-je eu à l’idée que, si elle était partie, c’était pour épouser Alcarin, celui qu’elle aimait de tout son cœur, et que les deux personnes à qui j’avais jamais su confier mon cœur étaient aujourd’hui heureuses, à se moquer de moi et de ma naiveté ? Oh, bien trop… Je sais très bien que, dans le futur, lorsque je me réveillerais, si elle n’est pas à mon côté, ma première pensée sera qu’elle a fuit à nouveau. Quelque part, j’ai besoin d’être rassuré. J’ai besoin qu’elle me dise qu’elle veut rester, qu’elle veut reconstruire quelque chose avec moi, qu’elle veut réellement lier nos destins l’un à l’autre. Cela me rendrait une partie de cette sérénité que j’ai perdue.

- J’avoue qu’un endroit chaud, avant que mes cheveux ne se changent en glace, serait une bonne idée. Je ne sais pas ce qu’il m’a pris de sortir de l’auberge sans avoir pris le temps de les sécher totalement au coin du feu… L’envie de partir à la chasse à la princesse dans les rues d’Edoras, je pense ?

Un sourire monte à mes lèvres et je hausse un sourcil en observant Niniel. Quand à sa proposition de l’accompagner chez elle, une nouvelle fois, elle me fait hocher la tête de haut en bas. Nous ne sommes pas très loin, et comme je l’ai dis : nous devons parler. Au chaud ce sera mieux. Je passe une main sous ma cape pour attraper une petite bourse que j’agite sous le nez de Niniel :

- Alors tu me laisseras préparer du thé. J’ai ramené de Dol-Amroth ton thé préféré, celui aux fruits qui poussent dans les jardins du palais. Je me suis mis à l’apprécier moi aussi pendant ton absence…

Pour compenser, quelque part, la dite absence ? Oui, certainement. Cette odeur embaumait toujours les appartements de Niniel lorsque je lui rendais visite, autrefois. Elle m'a toujours fait penser à elle, même alors qu'elle était loin de moi.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 1 Juil - 21:13

and your heart? what do it say?
Ils n'auraient pas assez de leurs deux mains en communs, soit vingt doigts, pour compter tous les enfants qu'ils pourraient hypothétiquement avoir. Deux douzaines ... Níniel secoua la tête. "Je te signale que ce n'est pas toi qui vas les porter durant neuf mois." C'est pas lui qui allait endurer les maux de dos. Les sautes d'humeur et toutes les autres petites choses de ce genre. Elle avait vu ça chez sa mère lors de sa grossesse. Du moins, quand elle était en âge de comprendre. "On commencera peut-être par deux. Et après, on verra." dit-elle dans un hochement de la tête. Bizarrement, elle se projetait dans le futur. Bizarrement, elle faisait des projets. Peut-être que ... peut-être que cette année au loin lui avait fait du bien et lui avait permis de prendre conscience qu'elle était bien avec Adrahil. Ils n'avaient jamais réellement parlé de ce que pourrait être leur vie à deux une fois qu'ils seraient mariés. Ils n'avaient pas parlé de l'endroit où ils vivraient, bien qu'elle en avait une petite idée puisqu'il était prince et héritier du trône après tout. Ils n'avaient pas parlé du nombre d'enfants qu'ils auraient. Ils avaient parlé du mariage qu'ils feraient. Elle avait tenté de faire les préparatifs. De voir la salle. Comment les gens allaient être répartis. Les fleurs qu'elle allait choisir. La robe qu'elle porterait. Mais elle n'était jamais arrivée à se projeter dans le futur. Chose qu'elle pouvait faire maintenant. Oui. Vraiment. Peut-être que cette année au loin lui avait fait du bien. Et ils devaient en parler maintenant. Afin de savoir s'ils étaient sur la même longueur d'ondes. Ou si, au contraire, cette année loin de l'un et de l'autre les avait éloignés. Encore fallait-il qu'ils trouvent un endroit pour discuter. Il aurait fait beau, ils auraient pu rester dehors et profiter du bon temps. Mais là, il faisait froid. Bien trop froid pour qu'ils restent dehors. Ca serait dommage que les bouclettes de Adrahil soient touchées par le froid et qu'elles tombent par terre, non ? "Hélas pour toi mon cher. Les princesses du Rohan sont prises. L'une déjà mariée. L'autre fiancée." Et elle, elle n'était pas une princesse. Elle était noble, certes. Mais Princesse, pas du tout. Elle le deviendrait en l'épousant, oui, mais elle n'était pas une princesse. Enfin, de toute manière, ils devaient se rendre au chaud pour discuter. Sans doute que ça reviendrait sur le tapis encore une fois. Adrahil voulait lui préparer du thé. Thé qu'il détestait, pourtant, quand elle en buvait quand elle étiat encore à Dol Amroth. Elle lui en avait proposé à quelques resprises. Il avait toujours refusé. "Effectivement ... Dans mes souvenirs, tu faisais tout ce que tu pouvais pour éviter ce thé." dit-elle dans un hochement de la tête. Il ne l'aimait pas. Et maintenant, oui. Les choses finissaient par changer. Ou alors, ça lui rappelait la douce et gentille Níniel. Enfin, pas si gentille que ça puisqu'elle était partie sans rien dire mais bon. Maintenant, ils allaient devoir arranger les choses. A deux. Et voir si leur vie à deux était toujours possible ou non. "On y va ?" lui avait-elle demandé en penchant la tête sur le côté. Elle avait fini par le prendre par la main. Est-ce que ça lui demandait beaucoup d'efforts de le faire ? Pas du tout. Elle était contente qu'il soit là. Contente qu'il ne soit pas encore parti. Contente qu'ils puissent discuter. Et qu'ils puissent se retrouver, peut-être bien.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 15 Juil - 21:55

 
and your heart? what do it say?
 


Un rire monte à ma poitrine devant l’air boudeur que prend Niniel en me disant que c’est elle qui va les porter, pas moi. Justement, c’est le principe. Si elle porte mes enfants, elle ne pourra plus s’enfuir. Je compte bien la garder dans un cocon de bonheur pour le reste de sa vie – de notre vie, en fait – et ce afin d’être totalement sûr que, lorsque je me réveillerais le matin, elle sera toujours à mon côté.

- Oui, tu as raison, on verra.

Un sourire sur les lèvres, je lui concède cette petite victoire. Cela ne me coute rien, et puis… Si ça lui fait plaisir. Nous serons heureux, ensemble, c’est tout ce qui peut compter à mes yeux. J’ai envie de pouvoir préparer ce mariage avec elle. De m’attabler devant une dizaine de gâteaux succulents et autant de mets raffinés pour tout goûter, avec elle. J’ai envie de débattre des heures durant sur ce qui sera le meilleur : le poisson ou le poulet ? Le gâteau au chocolat ou celui aux fraises ? Oui, j’ai envie de m’impliquer dans ce mariage, j’ai envie de commencer ma vie sur de bonnes bases. J’ai envie qu’elle et moi on construise quelque chose, on crée quelque chose. Nous deux. Parce qu’on l’aurait choisi. Parce que c’est notre envie, à tous les deux.

- Je ne parlais pas des princesses du Rohan, voyons, mais ce celle qui a volé mon cœur.

Je la taquine. Un peu. Je lui souris, et lui propose de préparer le thé. Je n’aimais pas le thé. Je détestais ça, avant. Et puis, parce que ça me rappelait Niniel, j’ai commencé à en boire. Par nostalgie. Oh, les premières fois, j’ai dû mettre tellement de sucre que ça n’avait aucun gout. Et, j’ai commencé à aimer ça. Petit à petit. Les choses ont changées. J’ai changé.

- Je te suis.

Mes doigts emprisonnent la main qu’elle a glissée dans la mienne et je serre les doigts pour assurer ma prise dessus. Nous avançons dans les rues, je la suis, un pas après l’autre, et nous avançons jusqu’à chez elle. Là, je la laisse me précéder dans l’intérieur qui m’est déjà un peu familier, y étant venue une fois déjà, il y a quelques jours. Je prends mes aises, retirant ma cape pour la mettre sur la patère, puis cherchant la cuisine et une casserole pour mettre de l’eau à bouillir.

- Tu sors des tasses ?

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 22 Juil - 10:01

and your heart? what do it say?
Un enfant, ça serait déjà bien. Deux, ça serait le top, histoire que le premier ne soit pas pourri gâté et qu'il apprenne le sens du partage. Plus ... Ca serait à voir. En plus, elle ne savait même pas si elle avait la fibre maternelle et si elle ferait une bonne mère. Elle voulait le découvrir, oui, elle voulait avoir des enfants, oui. Mais quand ? La était toute la question. Il fallait qu'elle s'en retourne à Dol Amroth. Il fallait qu'elle se marie avec Adrahil. Parce qu'il était hors de question d'avoir des enfants hors mariage. Ca ne se faisait pas. Ils feraient partis des petites gens, oui, ils pourraient se permettre d'avoir des enfants alors qu'ils n'étaient pas mariés. Mais ce n'était pas le cas. Ils marchaient, tranquillement, main dans la main. Ils s'en retournaient à la maison de Níniel. Enfin, la maison qu'on lui prêtait. D'ailleurs, faudrait qu'elle dise à Thodir que son fiancé était dans les parages. Elle n'avait pas encore eu l'occasion de lui parler. En fait, il avait été pas mal occupé depuis son mariage et ils n'avaient guère eu l'occasion de se voir ou bien de se parler. Faudrait qu'elle passe au château. Histoire de lui faire un petit coucou. Histoire de lui dire que sa vie avait changé également. Histoire qu'il apprenne qu'elle n'allait peut-être plus rester bien longtemps au Rohan et qu'elle allait s'en retourner chez elle. A de nombreuses reprises, Thodir avait conseillé de reprendre contact avec Adrahil. Histoire de régler les choses et de mettre cartes sur table. C'était chose faite maintenant. Et ça allait l'entraîner loin du Rohan. Bonne ou mauvaise chose ? Elle n'aurait su dire. Elle avait beaucoup aimé cette indépendance dont elle jouissait depuis ces dernières années. Mais ses proches lui manquaient. Et elle voulait les revoir. Elle était prête. Prête à faire autre chose de sa vie. Prête à ce que sa vie prenne un nouveau tournant. Prête à évoluer, en quelque sorte. "Celle qui t'as volé ton coeur t'as fait aussi beaucoup de mal." Oui, bon, elle ne souhaitait pas spécialement ramener le sujet sur le tapis. Mais elle l'avait blessé. Elle était partie, sans rien dire. Dieu seul sait ce qu'elle avait pu faire durant cette absence. Il avait dû se poser tout un tas de questions. Se demander si elle était encore en vie. Elle l'était. "Et j'en suis désolée." Oui. Partir sur un coup de tête, oui. Elle ne referait pas l'erreur une nouvelle fois. Enfin, c'était pas vraiment une erreur. Mais bon. Passons. Ils avaient fini par rejoindre la maisonnée. Adrahil s'était mis à l'aise, enlevant sa cape. Níniel l'avait imité. Nana ? Et bien, elle ne semblait pas être là. Elle avait dû filer au marché. Ou ailleurs. Elle ne savait pas trop. Elle ne s'inquiétait pas pour la vieille femme. Elle savait se défendre. Adrahil lui avait demandé des tasses. Elle avait fini par s'exécuter et elle les avait déposés sur la table. Elle était contente d'être tombée sur Adrahil mine de rien. Au moins, elle n'aurait pas à le chercher dans toute la ville.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 27 Juil - 1:53

 
and your heart? what do it say?
 


Je ne relève pas la remarque de Niniel sur le fait qu’elle m’ait fait du mal. Mon regard se perd une seconde durant dans le vide, n’observant ni la rue ni le marché qui nous entoure, avant de secouer lentement la tête de droite à gauche et de sourire simplement. C’est du passé. Si je suis prompt à tirer des enseignements du passé, je suis aussi prêt à l’oublier lorsqu’il se doit. Et, là, j’ai l’impression que je ferais mieux d’oublier cette histoire, et de la laisser dans les tréfonds de ma mémoire, où elle ne viendra me torturer que lors de cauchemars hasardeux. Mieux vaut cela qu’autres rêves terrifiants que je n’apprécie pas plus que ça, et dont je me réveille trempé de sueur des pieds à la tête. Fort heureusement, ils sont rares, et proviennent généralement des récits de bataille si vivants de mes mentors, ou alors de certains combats qu’après coup, j’aurais préféré éviter. Cependant le baptême du sang a été une part indispensable de mon éducation militaire. Père considère qu’aucun dirigeant ne peut être bon tant qu’il n’a pas appris à se battre aux côtés de ses hommes. Si je le remercie pour le respect que cela m’a apporté, je ne suis pas tout à fait certain d’arrêter un jour de repenser à cette éclat dans le regard de mon adversaire au moment où j’ai pris sa vie. Cependant, Dol Amroth se doit d’être protégée, envers et contre tout. Les traitres sont partout, et ma lignée est bien trop importante pour qu’on puisse leur laisser le bénéfice du doute. Par ailleurs, Père dit toujours que l’homme qui énonce la sentence doit être celui qui l’accomplit.

Mais, nous voilà désormais chez Niniel, et j’entre à sa suite. Je me mets à l’aise. Je n’hésite pas. Elle m’a invité, après tout. Elle m’a proposé de m’occuper avec elle. Et puis, nous devons parler. Nous devons faire en sorte de recoller les morceaux. Alors, je fais comme si c’était chez moi et je me dirige vers l’emplacement le plus logique de la cuisine pour y faire du thé. Je mets de l’eau à chauffer, ouvre un placard, puis un autre, avant de trouver une théière au couvercle ébréché. Un rire monte à ma poitrine et je secoue la tête. Me retournant vers la table, j’observe les deux tasses et les prends dans les mains pour les faire tourner entre mes doigts. Ce n’est pas assorti. Elles sont toutes avec des dessins différentes sur la porcelaine. Même la forme n’est pas la même. Je pose les tasses sur l’épaisse table en chène massif qui sert d’ordinaire à préparer le repas plus qu’à le manger. Un sourire sur mes lèvres je verse dans la théière les feuilles de thé que j’ai sorties de mon pourpoint, avant d’ajouter quelques écorces de citron dedans. Petit ajout personnel à la recette de Niniel.

- Tu fais collection des tasses cassées et des théières dépareillées maintenant ? On doit en avoir des dizaines au palais, si tu veux…

Moqueur, moi ? Certainement. Nous avons tant de choses à réparer et à reconstruire que je ne sais pas par quel bout commencer. Tournant le dos pour me pencher sur l’eau qui commence à bouillir dans l’âtre, j’attrape mon courage de mes deux mains et baisse les yeux vers les braises. Ainsi agenouillé, je laisse ma voix, un peu hésitante, emplir l’espace qui nous sépare.

- Et si … Et si tu me racontais comment tu es arrivée jusqu’ici ? La dernière fois, nous avons surtout parlé de ce qu’il s’est passé avant ton départ mais… J’aimerais savoir où tu as vécu. Ce que tu as vu. Comment tu t’en es sortie.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 4 Aoû - 17:40

and your heart? what do it say?
Plus elle y pensait, plus elle se disait que ce qu'elle avait fait à Adrahil était horrible. Partir comme ça, sans rien dire. Alors qu'ils étaient fiancés. Alors qu'ils étaient sur le point de se marier et d'être heureux ensemble. Mais à quoi avait-elle pensé ? Níniel avait agi sur un coup de tête. Elle avait agi comme une sale gamine capricieuse. Oui. Elle n'avait pensé qu'à elle. Oui, sur ce coup là, elle avait joué les égoïstes. Elle voulait ... Níniel ne savait pas trop. Oui, elle voulait penser à autre chose. Oui, elle voulait penser que c'était derrière elle mais elle y pensait encore souvent. Et avoir Adrahil en face d'elle, oui, elle y pensait d'autant plus. Elle allait devoir ... faire la paix avec elle-même et penser à autre chose. Pour sûr. Quoi qu'il en soit, ils étaient tous les deux, maintenant, dans la maison qu'occupait Níniel. Il en vint à rire quand il vit les tasses qui n'étaient pas du tout assorties. Alors oui, la jeune femme eut un rire amusé à son tour. "Non, en fait, ce n'est pas moi qui les collectionne. C'est pas ... ma maison ici. C'est juste un prêt, si on peut dire ça comme ça." Et si elle devait lui raconter l'histoire qu'il y avait derrière les tasses, elle n'était pas certaine qu'il apprécierait. Elle n'était pas certaine non plus qu'il apprécierait s'il en venait à apprendre que la maison appartenait à Thodir et qu'elle l'avait vu plus d'une fois. En même temps, hein, il ne s'était jamais rien passé entre elle et lui mais bon. Tandis qu'il lui tournait le dos, Adrahil en vint à lui demander ce qu'elle avait pu vivre ces derniers temps. "J'ai pas vraiment cherché à vivre la grande aventure mais c'était compliqué. Très compliqué. Outre le fait que j'étais tout le temps en train de regarder par dessus mon épaule pour savoir si je n'étais pas suivie, je craignais ... je craignais pour ma vie." Níniel avait eu un hochement de la tête. "Vivre dans une belle maison dorée, c'est bien, certes. Mais je suis sortie de mon cocon et il n'y avait plus personne pour me protéger." Oui, elle avait eu peur. Chaque jour qui l'éloignait un peu plus de Dol Amroth, elle avait vu sa peur grandir. "A plusieurs reprises, je me suis dit que je ferais mieux de rentrer. Mais je l'ai pas fait. J'ai continué d'avancer. J'ai fait quelques escales à droite, à gauche. Je me suis arrêtée chez quelques fermiers. Certains acceptaient volontiers de me donner le gîte pour une nuit ou deux." Níniel passa une main dans ses cheveux. "J'ai fait un bout de chemin avec Indira. Tu te souviens d'elle ? Elle a vécu un moment parmi nous à Dol Amroth. Je n'aurais pas cru la croiser sur la route. Nos chemins se sont séparés un peu avant d'arriver à Edoras. Et je ne saurais dire à présent où elle est." Elle ne s'était pas sentie en sécurité, elle non plus.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 8 Aoû - 19:47

 
and your heart? what do it say?
 



Donc, ce n’est pas chez elle. Je lui jette un regard amusé et hausse un sourcil, attendant d’en savoir plus. Quelque part, dans ma poitrine, mon cœur a manqué un battement. Un an… C’est long. Et si… Et si elle avait refait sa vie ? Et si elle avait refait sa vie ? Épousé quelqu’un d’autre. Ou… Pire encore. Partagé la couche d’un homme à qui elle n’est pas mariée. Je serre les dents à cette pensée avant de finalement m’installer à table, de servir le thé et d’écouter son discours, attentif. Mon regard finit néanmoins par glisser sur ce petit nez retroussé, sur ce sourire qui lui prend lorsqu’elle parle d’Indira. Je hoche la tête simplement, pris par la musique de ses paroles.

- Je vois. Tu as été bien occupée. Tu n’as pas eu le temps de penser à moi, n’est-ce pas ?

Je suis un peu amer alors que je sers le thé, mais je tente de chasser cette idée de ma tête. Je ne suis pas ravi qu’elle soit partie, non. Je ne suis pas ravi qu’elle ait pu se trouver une maison ici, et mon esprit ne peut s’empêcher de divaguer quelques secondes.

- Indira… Je ne l’ai pas revue depuis… Tellement longtemps que je ne saurais dire quelle a été la dernière fois que je l’ai croisée. Elle allait bien, donc ?

J’observe la demoiselle qui me fait face et porte la tasse de thé à mes lèvres. Je laisse son goût capiteux envahir mon palais avant de reposer la tasse ébréchée sur la table de la cuisine. Je relève les yeux vers Niniel et lui souris une nouvelle fois. Malgré moi, je suis toujours sur la défensive et je n’arrive pas à arrêter de l’être.

- Et cette maison ? Tu y es arrivée comment ?

La question me brûle la langue depuis un moment, et j’avoue sans peine avoir du mal à accepter la réponse. Je l’attends avec une impatience mêlée d’une peur totalement irrationnelle. Je vais me faire du mal. Je le sens. Je le sais. Ou alors, peut être que je vais pouvoir me décharger d’une partie de cette impression qui m’étreint. Après tout, Niel est une noble. Elle ne… Elle n’accueillerait pas un homme dans son lit pour une maison. Je la connais mieux que ça. Mais, lorsqu’on n’a pas le choix… Certaines extrémités peuvent être atteintes.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 15 Aoû - 20:38

and your heart? what do it say?
Níniel lui avait raconté sa vie durant cette dernière année. Ce qu'elle avait pu vivre. Le fait qu'elle avait eu souvent peur. Le fait qu'elle n'avait pas cessé de regarder par dessus son épaule et qu'elle avait eu la trouille qu'il lui arrive quelque chose. Adrahil semblait ... amer. Et c'était normal à dire vrai. Elle était partie. Sans rien dire. Et la manière dont elle venait de lui parler de tout cela, pour Adrahil, elle n'avait jamais dû penser à lui. Pas à un seul instant. Elle secoua la tête. "Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit." Elle n'avait rien dit de tel. "A qui, à ton avis, pensais-je les soirs lorsque je m'endormais dans ce qui me servait de lit ? Ou du moins, quand j'arrivais à m'endormir et que je n'étais pas terrifiée de me retrouver morte au petit matin." Enfin, elle n'aurait jamais remarqué qu'elle était morte parce qu'elle aurait été morte mais bon. "Mes pensées étaient tournées vers Dol Amroth. Et plus je m'en éloignais, plus c'était présent dans ma tête." Et plus elle s'était dit que c'était une mauvaise chose de s'en aller mais sa fierté l'avait empêchée de faire demi-tour. Et puis, ça lui avait permis de voir le monde. De se faire une idée du monde. Et c'était pas plus mal, non ?Adrahil reprit sur Indira. Níniel eut un léger hochement de la tête. "Elle allait bien. Stressée et angoissée, tout comme moi. Elle avait peur d'être suivie. Et nous nous sommes séparées assez rapidement. Je ne saurais dire si elle a fini par s'en sortir ou non." A dire vrai, ce soir-là, dans cette taverne, elle avait eu les pétoches. Elle s'était demandée si c'était elle qu'on recherchait, ou bien si c'était Indira. Elle n'avait eu de cesse d'y penser. De ce dire qu'elle était peut-être morte maintenant. Elle préférait ne pas trop y penser. Mais c'était quand même là, dans un coin de sa tête. Et ça lui faisait peur. Peut-être moins peur que la question qu'il venait de lui poser en rapport à cette maison qu'elle occupait actuellement. Elle porta sa tasse à ses lèvres afin de boire un peu de ce thé. Histoire de lui donner un peu de courage égalemen. Elle redoutait la réaction d'Adrahil. "Je n'ai pas toujours été dans cette bâtisse. Au départ, c'est la princesse du Rohan ... Enfin, reine maintenant, qui m'a offert le gite dans une de ses résidences secondes. Ce n'était que pour un temps limité. Je le savais très bien. Et ça me permettait de me laisser le temps de me retourner. Et de réfléchir à ce que j'allais faire." Níniel marqua une pause avant de reprendre. "Et puis, j'ai croisé ce cher Thodir." Bon, elle était pas sûre, mais vraiment pas sûre que Adrahil le prenne bien mais bon. A quoi bon ne pas lui en parler ? Ca serait sûrement pire. "Il n'a eu de cesse de veiller sur moi. De demander à certains de ses hommes de veiller sur moi pour que je sois en sécurité. Il m'a également donné quelques cours pour que je puisse me défendre moi-même. Hélas, je pense que je suis très mauvaise élève." Mais ça lui avait été utile quand même. "Il m'a proposé de rester ici le temps nécessaire à ma réflexion. Il m'a fait passée pour sa cousine." Ca évitait qu'on ne se pose trop de questions. Níniel avait relevé la tête en direction d'Adrahil, attendant sa réaction. Elle la craignait quelque peu à dire vrai.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 30 Aoû - 13:59

 
and your heart? what do it say?
 



Quelque part, je m’en veux. À moi. Parce que c’est ma faute, on ne me l’enlèvera jamais de la tête. C’est ma faute si Niel a dû partir. Parce qu’elle ne me faisait plus confiance. Parce que j’ai fait cette erreur qui lui a fait douter de moi. Nous aurions dû être mariés depuis longtemps, et peut être même avec un enfant en route, à l’heure qu’il est. Nous aurons dû être heureux, ensemble, sans qu’il n’y ait personne sur notre chemin. En cette seconde, c’est à Alcarin que j’en veux. Je lui en veux parce que s’il m’avait écouté, jamais Niniel ne serait partie. Jamais elle n’aurait douté de moi. Je me doute bien que ça devait être difficile et compliqué pour lui de nous voir heureux, mais tout de même ! Partir pour me prouver qu’il peut être une pire tête de mule que moi… Non, vraiment c’est stupide. Une part de moi, en cette seconde, a envie d’arrêter les recherches. De le laisser là où il est, mort ou vivant. Mais, une autre sait que j’ai besoin de mon meilleur ami, que j’ai besoin de le voir me mettre le nez dans les choses que je ne suis pas capable de voir clairement et dans les décisions que je ne peux prendre de manière cohérente. Une part de moi se dit que Niniel pourrait prendre cette place : devenir ma meilleure amie et mon égale, mais je suppose que le peuple n’apprécierait pas cette marque de progression sociale. Pourtant, elle est tellement intelligente… Tellement belle aussi.

Concentration. Le temps de penser au petit nez mutin, au sourire enchanteur et aux grands yeux innocents de Niniel n’est pas venu, d’autant que cette innocence s’est aujourd’hui teintée des épreuves qu’elle a du subir pour s’en sortir jusqu’ici. Je hausse un sourcil lorsque Niel me demande vers qui je pensais qu’elle tournait ses rêves et ses soupirs… Je baisse un instant les yeux pour m’empêcher de répondre « Alcarin ». La jalousie qui m’étreint n’a pas lieu d’être, je le sais, mais je ne peux empêcher mon cœur de se serrer à cette pensée. Je n’en sais rien. Un an, c’est long… Tu aurais pu m’oublier. Me remplacer. Pourquoi n’est-elle pas rentrée ? Pourquoi s’est-elle imposé cette longue épreuve sans fin ? Pourquoi n’a-t-elle pas su arrêter lorsqu’elle s’est trouvée trop en danger ? Je crispe la mâchoire, plein de ces questions et de ces incertitudes. Peut-être voulait-elle se prouver qu’elle pouvait le faire ? Qu’elle pouvait aller jusqu’au bout. Qu’Indira ait été avec elle et qu’elles se soient séparé m’inquiète. Elle aurait pu l’aider. La supporter. Indira sait se mettre dans les ennuis jusqu’au cou, mais elle sait aussi comment s’en sortir.

Et puis, vient cette question qui me fait crisper les doigts sur l’anse de ma tasse. Cette question sur la maison. Que va-t-elle me répondre ? La vérité ? Un mensonge ? Je ne sais pas trop ce que je préfèrerais. Si elle me mentait pour me préserver, je pourrais comprendre, même si cela ne veut pas dire que j’apprécierais. Mais, est ce que je suis en état de supporter la vérité ? Je n’en sais rien… Mon regard se fait lointain et je laisse les mots envahir mes oreilles alors qu’elle parle. Mon visage reste impassible, mes yeux fixés sur la tasse de thé en face de moi. Thodir… Il fut un temps où je ne l’appréciais pas. Il dansait avec ma fiancée sous mon nez, sans même prendre la peine de me demander si ça me gênait. Et puis… En cet instant, je suis presque rassuré. Thodir et moi avons eu une relation compliquée, autrefois. Mais, aujourd’hui, tout s’est calmé. Nous avons mûrit l’un comme l’autre, et j’ai compris qu’il était simplement naturellement poli avec les femmes. Quelque part, je pense l’avoir pris en exemple, du peu que j’en ai vu. Mais, je ne suis pas certain d’apprécié qu’il ait passé autant de temps avec ma fiancée sans même me laisser le savoir. Dans mon dos. Je me renfrogne un peu avant de soupirer. Une part de moi a envie de le remercier d’avoir pris soin de toi, Niel, mais une autre veut lui casser la figure de ne rien m’avoir dit.

Au moins, c’est clair et net. Je relève les yeux et souris tristement à la demoiselle en face de moi Je me suis inquiété, Niel. Chaque jour. Ta mère s’en est rendue malade. Père a été obligé de l’envoyer à la campagne, avec tes frères et sœurs pour qu’elle se calme. Je secoue lentement la tête. Tu aurais dû lui laisser un mot au moins… Au moins à elle, si c’est moi que tu voulais tellement fuir…


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 6 Sep - 9:44

and your heart? what do it say?
Ses pensées ... Ses pensées avaient toujours été tournées vers ceux qu'elle avait laissé à Dol Amroth. A sa mère. A ses frères et soeurs. Mais également vers Adrahil. Il n'avait eu de cesse d'hanter ses nuits. Nombre de fois où elle avait rêvé de lui. Rêvé de leur mariage. Rêvé qu'il la retrouvait et qu'il la kidnappait pour la ramener chez eux. Rêvé qu'ils passaient de bons moments ensemble. Rêvé, également, de disputes à propos de son départ. De pourquoi elle s'était enfuie. Oui, des rêves proches de la réalité. D'autres plus des fantasmes sans doute. Quoi qu'il en dise, quoi qu'il pouvait en penser, elle l'avait. Elle l'avait toujours aimé. Elle avait juste été en proie de la colère et du doute quand elle avait cru comprendre qu'il était responsable du départ d'Alcarin. Mais elle s'était fourvoyée. "T'oublier ou bien te remplacer par qui ? Par quelqu'un qui aurait pu m'offrir une protection ?" Elle secoua la tête. Quelque peu vexée, à dire vrai, qu'il ait pu songer une seule minute qu'elle ait pu offrir sa couche au premier venu. "J'aurais pensé que tu me connaissais un peu mieux que cela." En même temps, il était normal qu'il soit rempli par le doute. Il n'avait pas partagé la vie de celle qui lui était promise pendant près d'une année. Normal qu'il se pose des questions. Et qu'il se demande si elle avait pu lui être infidèle. Et même si elle avait pu avoir des pensées lubriques envers un autre homme -bien que ça ne lui était pas arrivé, pas le temps de penser à cela-, elle n'aurait pas pris le risque de franchir la ligne. Pour se retrouver engrosser par le premier venu et se retrouver enceinte jusqu'au cou dans un monde qu'elle ne connaissait pas, ou presque pas ? Non. Clairement pas une bonne idée. Aucun homme ne pouvait se vanter de l'avoir touché. Hormis Alcarin ou bien Adrahil. Mais ni l'un ni l'autre n'avait eu l'occasion de la déflorer. Point important, qu'on se le dise, puisqu'elle allait épouser un prince qui deviendrait un jour le régent de sa région. Et dans la noblesse, on ne déconnait pas avec ça. Surtout du côté des femmes qui pouvaient vite se faire répudier parce qu'elles avaient été voir ailleurs. Que ses messieurs le fassent, c'était moins gênant. Ils pouvaient avoir des maîtresses. Mais elles des amants, hors de question. Enfin, pour en revenir à ce qui nous intéresse, non, elle ne lui avait pas été infidèle. "C'est comme si je te demandais si tu m'as remplacé durant mon absence." Elle trouvait cela vexant. "Question que je ne te poserais pas d'ailleurs." Elle ne voulait pas savoir s'il avait posé les yeux ou bien ses mains sur une autre femme. "Parce que j'ai confiance. Et que je sais que tu m'as cherché. Et que je suis sûre que tu ne voulais qu'une personne dans tes bras. Tout comme moi." Il y avait une certaine tristesse dans sa voix. Peut-être le regret d'être partie. Ca devait être ça, sans doute.

En tout cas, Níniel avait fini par lui raconter chez qui elle logeait actellement. Sans doute qu'il avait eu peur d'apprendre qu'elle s'était tapée un homme et que maintenant, il l'entretenait. Mais cela n'était pas cela. Du tout. Elle n'aurait pas trouvé Thodir, sans doute que la princesse Eodia l'aurait accueillie un peu plus longuement. Et sans doute qu'elle serait repartie plus vite chez les siens d'ailleurs. Bonne ou mauvaise chose, elle n'aurait su dire. Adrahil était ... Disons qu'il semblait être soulagé. Comme il était également en colère que Thodir n'ait rien dit. Et il était partagé entre le fait de le remercier. Ou bien de lui refaire le portrait. A lui de voir. "Ne lui en veux pas. S'il n'a rien dit, c'est à cause de moi. Nombre de fois qu'il m'a incité à prévenir quelqu'un de Dol Amroth que j'étais en vie." Nombre de fois qu'il avait tenté de la convaincre d'écrire une lettre, de prévenir les siens. Mais elle n'en avait rien fait. D'ailleurs, c'était, sans doute, pour cela que Adrahil la regardait de cette manière, là, tout de suite. Et maintenant qu'il lui parlait de sa mère, Níniel était inquiète pour elle. Pour sa santé. "C'est un tout que j'ai fui. Et pas uniquement toi. Et quand on fait quelque chose sur un coup de tête, on ne pense pas forcément à laisser un petit mot." Elle était partie en furie, sans trop emmener de choses, si ce n'était une bourse bien remplie. Nombre de fois qu'elle avait failli se faire attaquer d'ailleurs. Mais ça, elle allait éviter de lui en parler.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» and your heart? what do it say? ♛ bouclette
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Archives Rp-
Sauter vers: