I solemnly swear that we're up to no good ◊ KILI

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 16 Mai - 22:59

MISCHIEF -ALMOST- MANAGED
I solemnly swear that we're up to no good.

Rivendell. Si Fili avait su que cette quête les mèneraient ici, il aurait peut-être songer à deux fois avant de suivre aussi aveuglément son oncle. Quoi que non à vrai dire, il l'aurait fait tout de même car sa dévotion et sa loyauté envers celui qu'il considérait depuis bien longtemps comme son propre père, était sans failles. Mais quand même, d'être ici, entouré d'elfes, ça le rendait presque mal à l'aise. Il avait entendu pas mal de choses -vraies ou non- à leur sujet et il n'était pas réellement très chaud pour vérifier par lui-même si tout ce qu'il avait pu entendre sur leur compte tenait au final plus du mythe que de la vérité. Mais il ne pouvait pas nier que l'endroit semblait posséder une aura spécifique qu'il ne s'expliquait pas. Mais pour le moment, il préférait profiter de ce répit temporaire qui leur était accordé dans leur quête pour fureter un peu partout afin d'assouvir sa curiosité naturelle. Et évidemment, il ne comptait pas faire ça tout seul. Il partit donc à la recherche de son frère qui devait encore se trouver avec les autres. Vous vous demandez bien sûr pourquoi fallait-il toujours que Fili fasse tout avec son cadet ? Tout simplement parce que depuis que ce dernier était venu au monde il y a de ça plus de sept décennies à présent, il en avait toujours été ainsi. Il veillait sur lui en permanence -ou pas loin- et de toute façon, Kili se retrouvait toujours à le suivre quoi qu'il arrive. Ce qui avait bien sûr plus que largement contribué à faire naître l'idée que dans le fond, ces deux là étaient des jumeaux alors qu'il n'en était rien. Mais passons.

Cherchant du regard son frère dans le large attroupement qui dînait présentement, il vint le rejoindre, poussant Bofur sur le côté afin de se faire une place et attrapa un verre sur la table. Pour le moment, il y avait encore trop d'attention sur eux pour pouvoir s’éclipser aussi facilement. Ils étaient des invités ici et bien qu'on pense les Nains dépourvus de bonnes manières -et on se demande bien pourquoi...-, il fallait tout de même faire un minimum d'efforts, juste histoire de ne pas faire plus de vagues qu'ils n'en avaient déjà fait en arrivant. Il se pencha à l'oreille de son cadet après avoir reposé son verre à table. « J'ai bien envie d'aller jeter un coup d'oeil aux alentours, tu es avec moi ? » Oh, il connaissait déjà la réponse de son frère, qui serait positive mais quand même, il posait la question, plus par habitude qu'autre chose. Il lui arrivait parfois d'abuser de son ascendant sur son frère, pour l'entraîner dans des aventures en tout genre mais ils s'en sortaient toujours au final, alors quitte à s'attirer une fois de plus la colère de leur oncle, il était dans leur nature de toujours fourrer leurs nez là où ils n'étaient pas censés le faire. « On partira dès que tout le monde se dispersera. » Cette parenthèse dans la quête offrait au moins un certain divertissement, il devait l'admettre. Ici tout était bien différent et ce à tout point de vue. Les vêtements, la décoration sans parler de l'ambiance sans parler évidemment de la nourriture. Comment pouvaient-ils se nourrir uniquement de verdure ? Peut-être était-ce là le secret de leur longévité ? Qui sait. Mais dans ce cas là, Fili préférait encore resté mortel mais pouvoir savourer un bon poulet rôti et d'autres mets savoureux plutôt que ces machins infâmes et sans goût. Ça, ça ne ferait jamais l'ombre d'un doute.

Après un moment, l'occasion se présentait enfin à nos deux comparses de se faufiler hors de la surveillance de leurs hôtes et de leurs compagnons. Fili attrapa donc son frère par le col et s'avança un peu au hasard dans les interminables couloirs du palais de Lord Elrond. « Ces maudits couloirs, tous se ressemblent trop. Tu te souviens par où l'on doit aller pour accéder à la forêt ? » demanda-t-il à son cadet, tournant sur lui-même pour essayer -en vain sans doute- de se repérer dans ce dédale de couloirs. Habituellement, il savait très bien se repérer et suivre une piste mais malheureusement par ici, il n'y avait rien qui pouvait lui permettre de trouver son chemin, rien de familier et sûr en tout cas. Et étant fier de nature, comme son oncle, il n'appréciait guère de se retrouver ainsi, un peu perdu dans un lieu inconnu où soyons honnêtes, il savait qu'il n'avait pas sa place. « Par là ! » s'exclama-t-il soudain, ayant visiblement retrouvé la mémoire ou se fiant tout simplement à son instinct, si tant est qu'il puisse réellement s'y fier dans un tel endroit...

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 27 Mai - 21:12

« I solemnly swear that we're up to no good »
Fili & Kili

Foncombe. Dés l'instant où j'avais posé le pied ici, le souvenir de la rencontre avec cette étrange créature aux oreilles pointues m'était revenue à l'esprit. J'en avais bien sûr fait part à ce frère qui était plus mon ombre - et la lumière guidant mes pas - qu'autre chose mais peut-être pas aussi précisément qu'il l'aurait espéré. Je n'avais pas apprécié cette entrevue improvisée, premièrement parce que cette demoiselle, si bien attentionnée se voulait-elle, restait avant tout une elfe et je n'appréciais guère la relater. J'étais actuellement entouré d'un nombre peu rassurant de ses confrères. Idril de Foncombe - aussi clair pouvait résonner le son de sa voix, aussi loin me semblait son nom qui ne ressemblait plus à rien de concret en mon esprit. Que m'avait-elle déclaré déjà? Ah oui ; qu'elle voyageait, libre comme l'air. Elle possédait ce don, que je connaissais aux elfes, de ressentir au-delà des semblants, les états d'âmes des êtres sans même avoir recourt à la parole. Et dans une bonté que j'avais trouvée gênante, elle s'était mis en tête de venir en aide à ce nain la menaçant d'une flèche. Quel curieux spectacle aurions-nous offert si spectateur il y avait eu. Mais, comme cela arrivait rarement - et fort heureusement - je m'étais retrouvé seul, face à cette illustre inconnue me voulant du bien. Mais j'avais refusé, sans doute pour de vieilles rancœurs, des histoires d'honneur et parce qu'elle n'était pas la personne appropriée. Il n'y en avait qu'un en ce monde à qui je pouvais me confier comme je souhaitais le faire le jour de notre rencontre ; il était l'unique ; il était Fili. Plus qu'un frère, souvent, à tort, qualifié de jumeau, je n'imaginas pas un seul instant vivre mon existence sans cet être blond à mes côtés. Dés l'instant où j'étais venu au monde, il avait veillé sur moi et que pouvais-je faire d'autre que de l'aimer de tout mon cœur en retour? Nous étions complémentaires, nous dissocier ne rimait à rien et nous aurions bataillés jusqu'à notre dernier souffle pour que jamais cela ne se produise.

Pourtant, il n'était pas à mes côtés. Le bougre. Je m'étais vivement retourné, la bouche grande ouverte afin de lui faire part d'une impression de la plus haute importance portant sur le goût pour la décoration de nos hôtes avant de me rendre compte qu'il n'y avait rien de plus derrière moi qu'un vide me faisant presque sursauter. Fort bien, il s'était éclipsé. Fronçant subtilement les sourcils, je détestai à l'instant même ce manque qui vient directement me brûler le torse, m'imaginant déjà mille effroyables choses avant que Bofur ne vienne me tapoter l'épaule en me proposant de s’asseoir à ses côtés. Je cherchai tout de même un instant Fili, trop préoccupé par ce qu'il pouvait bien être entrain de manigancer avant d'hausser les épaules ; je le connaissais assez que pour savoir que si mauvais coup il y avait à faire, il m’appellerait sans plus tarder. Bien qu'il faudrait tâcher de se tenir à carreaux ; nous étions chez des elfes qui nous avaient plus ou moins bien accueillis avec un oncle prêt à gronder aussi fort que l'orage. Même si mon frère et moi étions des nains absolument dévoués et des plus téméraires, nous restions jeunes et souvent insupportables, à son plus grand dam en sachant que nous étions l'avenir de la lignée de Durin. Quand j'y pensais - et cela arrivait de plus en plus souvent -, je me redressai fièrement, tentant vainement de rassembler toute la prestance dont je pouvais faire preuve en me disant qu'en tant que prince, je devais revenir en héros. C'était, en somme, une des plus grandes raisons qui m'avait motivé à suivre Thorin dans ce périple qui promettait d'être encore long et tortueux.

Puis, alors que j'entreprenais de remplir à nouveau mon verre, je fus surpris de voir Bofur s'écarter - non sans grogner et rouspéter - avant d'apercevoir l'éclat doré de la chevelure de mon frère. J’accueillis celui-ci avec un radieux sourire qui apaisa d'une seule fois l'entièreté de mon être ; bien sûr, il n'avait jamais été loin. Mais nous étions chez des elfes. Et je ne les connaissais que trop mal pour pouvoir deviner leurs intentions réelles. Sa question raviva le rictus pendant à mes lèvres, un regard en coin, pétillant d'une certaine malice venant remplacer tout mot nécessaire pour réponse ; si j'étais avec lui? Ça aurait été m'insulter que de penser ne fusse qu'un instant le contraire! J’acquiesçai à sa deuxième réplique, déjà excité à l'idée de parcourir ces lieux, je l'avoue, plutôt enchanteurs en sachant qu'à notre retour, si nous n'avions pas tâchés d'être assez discrets et peu maladroits, ce serait un oncle armé de mille remontrances paternelles qui nous attendrait. Comme à chaque fois.

Quand l'occasion s'y prêta enfin, je sentis la main de mon aîné me saisir par le col et je m'empressai alors de le suivre. Il semblait si sûr de lui qu'il ne me vint pas à l'idée qu'en vérité, il était absolument perdu - comme il me semblait l'être moi-même. Ralentissant la cadence en remarquant qu'il s'était repéré aussi bien que ma personne, je l'observais tourner sur lui-même tout en tentant de deviner l'issue que pouvait prendre les différents couloirs. J'effectuai une petite moue peu convaincue quand il s'exclama savoir par où se diriger, hochant négativement de la tête avant de répliquer « Tu fais fausse route, ça doit être par là. » tout en lui montrant la direction opposée du doigt. « Par là, comme tu dis, nous revenons sur nos pas. » ajoutai-je en acquiesçant mes propres dires, quasiment sûres de leur authenticité. Mon frère avait beau être le meilleur pisteur - sans doute manquais-je d'un peu d'objectivité en son cas - que je connaissais en ce monde, il n'en restait pas moins vrai que ces maudits couloirs se ressemblaient tous à tel point que je commençais à douter de mes propres paroles. Et si nous nous perdions à jamais? Ce serait fort embêtant dans ce monde si peu semblable au nôtre. Il fallait que nous trouvions rapidement une solution car nous retrouver nez à nez avec un elfe mécontent ne me semblait guère être une bonne idée mais plutôt une mauvaise expérience doublée par la colère dont l'écho des cordes vocales de notre oncle ferait résonner la force.
créée par Matrona

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 25 Juin - 16:22

MISCHIEF -ALMOST- MANAGED
I solemnly swear that we're up to no good.

Dire qu'il ne pouvait plus rien faire sans son frère était peut-être un brin exagéré même si en vérité, il n'y avait pas vraiment de moments où dans la mémoire commune, l'un ait été vu sans l'autre dans les parages. Inséparables depuis la venue au monde de son cadet, Fili veillait toujours sur lui depuis -et parfois oui, admettons-le, c'était l'inverse- mais l'essentiel restait toujours le fait qu'ils ne pouvaient être véritablement définit sans la présence de l'autre à leurs côtés. Si bien que souvent oui, à tort, on parlait d'eux comme de jumeaux alors que Fili -malgré ce que pouvait le laisser penser sa taille- était l'aîné. Ce qui ne voulait pas pour autant dire qu'il était le plus mature et le plus sage, il restait un aventurier dans l'âme ne l'oublions pas. Et de se retrouver ici à Fondcombe, entouré d'elfes avait pour ainsi dire, réveiller en lui une curiosité un peu malsaine car il comptait bien explorer les lieux et ce, sans escorte. Enfin, outre que celle de son frère, bien entendu. Mais pour le moment, il devait déjà lui exposer son idée, bien qu'il sache par avance que quoi qu'il puisse dire, son cadet le suivrait sans poser la moindre question. Tout simplement parce qu'ils faisaient toujours tout ensemble, parce que jamais l'un d'eux ne s'aviserait de dire non à l'autre, surtout pas quand il s'agissait comme ici d'aller mettre son nez où il ne fallait pas. Mais la tentation était trop grande, et ce malgré ce qu'ils pouvaient savoir des elfes et de leurs coutumes. Déjà que celles-ci lui semblaient bien étranges comme ça... Quelle idée vraiment de ne se nourrir que de plantes vertes.

Le banquet allait bon train malgré tout, et à son avantage, son oncle était occupé avec Gandalf à la table de Lord Elrond, ce qui lui laissait une petite marge de manoeuvre pour pouvoir s'éclipser sans être repéré de suite, même si pour le coup, il laissait son frère derrière lui. Mais il voulait d'abord jeter un coup d'oeil lui-même afin de repérer un minimum les lieux même si tout ici selon lui ressemblait à un drôle de labyrinthe. Certes, agir de la sorte alors qu'ils étaient invités chez les elfes, ces mêmes elfes à qui leur oncle reprochait depuis des lustres de ne pas être venus à son secours et à celui du peuple d'Erebor quand le terrible dragon était venu les attaquer, ça n'était pas vraiment quelque chose à faire. Mais ils étaient les plus jeunes de la compagnie et à ce titre, sans doute les plus curieux de tous. Dans ces moments là, Fili oubliait en un rien de temps que si jamais il arrivait quelque chose à son oncle, il prendrait sa place sur le trône, en tant que prince c'était son devoir et son destin. Mais il préférait largement ne pas y penser, ne se sentant pas prêt à pouvoir assumer une telle tâche, bien trop imposante selon lui et qui l'obligerait à jamais à abandonner cette vie qu'il avait connu jusqu'à ce jour. Une perspective qu'il préférait donc ne jamais voir prendre forme et il ferait en sorte que ça n'arrive pas. Même s'il semblait avoir développé avec son frère, une fâcheuse tendance à se mettre dans de drôles de situations sans le vouloir -enfin, en apparence du moins-.

Une fois son petit repérage effectué, Fili revint auprès de ses compagnons et bien sûr, aux côtés de son frère, poussant au passage Bofur un peu plus loin afin qu'il puisse prendre sa place -oui, il était de fait établi qu'il devait toujours être assis avec son frère quoi qu'il arrive, fait que Bofur semblait lui aussi prendre pour acquis puisqu'il se décalait non sans grogner légèrement au passage-. Il exposa donc assez rapidement son plan à son cadet, qui affichait déjà sur son visage un consentement tacite à ce dernier, tout en sachant qu'ils devraient restés discrets au possible s'ils ne voulaient pas au final avoir à subir les foudres de leur cher oncle qui déjà devait subir le choix de Gandalf de les avoir conduit ici à son insu, sachant combien il pouvait détester de se retrouver ainsi redevable à ceux même qui lui avaient tournés le dos quand il avait le plus besoin de leur aide. Mais avant de se lancer à l'aventure, ils devraient attendre d'être moins nombreux, afin qu'ils puissent se glisser hors d'ici sans être vus d'office, tous les elfes étant rassemblés ici avec eux pour le moment -ou en tout cas, une bonne quantité parce qu'il avait beau regarder avec insistance, pas un seul recoin ne semblait être dépourvu de ces êtres aux oreilles pointues pour le moment-. Prenant son mal en patience, il se servit un verre, prenant l'air de rien tout en se tenant prêt à profiter de la moindre occasion pour disparaître avec Kili.

Quand celle-ci arriva enfin, il agrippa le col de son frère et ils partirent tous les deux dans ce dédale de couloirs qui semblaient ne plus en finir et qui se ressemblaient tous. Il savait pister comme personne, il avait appris ça de son oncle en grande partie mais surtout des nombreuses sorties en forêt qu'il faisait avec, là encore une fois, Kili bien sûr. Mais il refusait d'admettre qu'ici, il ne parvenait pas du tout à se repérer correctement. Ce qui devait se lire sur son visage et à sa façon de tourner sur lui-même, hésitant à prendre un couloir plutôt qu'un autre. «
Tu ferais bien de ne pas te tromper sur ce coup là sinon... » Non, il ne menaçait pas réellement son cadet de représailles en cas d'erreur -quoi que, il le lui ferait sans doute payer d'une manière ou d'une autre sans le vouloir- mais il n'avait pas envie de tomber nez à nez avec un de leurs hôtes, surtout pas par ici où en théorie, ils n'avaient strictement rien à faire. Mais c'était précisément ça qui était marrant non, dans le fait de partir ainsi à l'aventure ? « De toute façon, avant même de sortir, on doit retrouver nos armes. » lança-t-il alors à l'adresse de Kili. Hors de question pour eux de s'aventurer là dehors sans leurs armes. Ils étaient peut-être deux jeunes trublions mais des trublions prudents.« Alors, par où on va ?» finit-il par demander, ne sachant à vrai dire pas si son frère s'était mieux repérer que lui dans cet univers qui leurs était totalement inconnu mais qu'ils avaient hâte de découvrir par eux-même en tout cas.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL

Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» I solemnly swear that we're up to no good ◊ KILI
» I solemnly swear that I am up to no good #Gadreel
» oh i swear to you, i'll be there for you ☆ 26.06, 18h21
» MB - It's bloody and raw, but I swear it is sweet
» — I swear, I heard it talking to me ! ✤ REGH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: