L'amour c'est comme une boule de neige - Valaina

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 14 Mar - 16:09

L'amour c'est comme une boule de neige.
Valaina feat Nolàs.



« Je hais cet amas neigeux » laissa t’il échapper entre ses lèvres tandis qu’il luttait pour installer son piège. Difficile d’en installer un quand la forêt était devenue immaculée de blanc. Même sa dextérité –légendaire- semblait ne lui être d’aucune utilité. « ça t’apprendra à passer ton chemin » renchérit-il avant de mettre fin à son œuvre. Si un seul des bandits remarquait le piège, il ne s’appelait plus Nolas Hawkfern.

Quelques jours plutôt, le chef d’un village avait fait appel à ses services. Il lui avait demandé pour une modeste somme d’argent de lui venir en aide à lui ainsi qu’à ses villageois pour mettre à mal une bande de voleurs de grands chemins. Logiquement, Nolàs aurait refusé. Mais l’ennui commençait à le ronger. Depuis que la neige s’était mise à tomber, ses missions se faisaient de plus en plus rares. Botter les fesses à des bandits ne pouvaient donc que lui faire du bien et il allait en profiter. Ce qui est bien avec ce genre de personnage, c’est qu’ils n’ont rien de grands intellectuels. Voler peut s’avérer très facile, Nolàs ne parlait pas dans le vide, c’était un connaisseur. Il lui était arrivé de voler, par si, par là, juste comme ça. Ça ne demandait pas des capacités particulières, surtout quand on s’attaquait à un petit village soumis à la rigueur d’un hiver sans fin.

Le -maire- du village avait donc fait appel à la bonne personne. L’homme avait eu de la chance de tomber sur un Nolàs en manque d’activité, c’était ça qui l’avait poussé à accepter. Pendant un temps, l’elfe était resté à l’ombre des maisons et des arbres, il avait doucement espionné les bandits. D’ailleurs, il ne s’était pas trompé à leur sujet. Ils n’avaient rien de très dangereux, du moins pour lui, la question était différente pour les villageois. Avant de les arrêter, il devait avant tout trouver leur planque. Par la suite et bien, ce n’était plus qu’une question de temps. Il n’avait plus qu’à les cueillir sur le chemin. C’était là que son piège entrait en jeu.

Assis dans un des arbres. Assez haut pour que les bandits ne le remarquent pas, il était comme un spectateur devant un spectacle. Il ne fallut pas longtemps pour que le groupe de 6 hommes se retrouvent suspendus dans les airs. Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de Nolas tandis qu’il se laissait tomber de l’arbre. « Belle prise » affirma t’il en observant les hommes mugir entre les mailles du filet. Ils lui proposèrent d’ailleurs un jolie somme pour être relâchés mais Nolas avait déjà accepté un accord. Il avait de nombreux défauts, mais il restait droit. Il ne pouvait pas oublier les enfants qui crevaient de faim à cause d’eux, alors non, il allait les livrer. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour faire descendre le filet dans un chariot pourvu d’une cage. Le grand brun se frotta les mains avant de prendre les rênes. Les deux chevaux qui tractaient eurent quelques difficultés à se sortir de la forêt. La neige était de plus en plus haute, faire du hors piste était une très mauvaise idée. Ce fut donc par chance qu’il pu regagner le visage sans trop de dommage.

Pour dire vrai, il était attendu, son arrivée éveilla la curiosité de quelques villageois qui sortirent la tête de leur maison avant de s’y engouffrer de nouveau. Non, ils n’étaient pas sauver tant que cette vague de froid continuait. Nolàs sentait dans ses tripes qu’il se passait quelque chose d’anormal, mais il n’y prêtait pas vraiment attention. Il attrapa sans rechigner la bourse que lui tendait le maire et la fourra dans sa sacoche. Il avait le choix : Soit il quittait la ville, soit il passait à la taverne pour boire quelque chose.
Se passant la langue sur les lèvres, il contempla Beren. L’étalon gris semblait las de ses journées passées dans le froid, il pouvait lui accorder une nuit de repos dans un lit de paille. « t’as gagner » murmura t’il et puis il n’est pas contre une bière ou deux…

C’est en gagnant la taverne qu’il fut attiré par une chevelure brune qui passait non loin de là. Il s’immobilisa l’observant pendant un temps. Elle ne l’avait pas remarqué ou faisait-elle semblant. N’était-il pas la seule personne dans les environs qu’elle aurait du voir. Ni une, ni deux, le beau brun saisit un peu de neige entre ses mains avant de l’envoyer en pleine tête de la jolie brune, de quoi réveiller le joli dragon. « Pardon Milady » ajouta t’il d’un ton sifflant. Oui, il était très heureux de la retrouver, mais il semblait bien incapable de lui faire comprendre comme l’aurait fait n’importe qui.


@destiny.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 14 Mar - 22:57

Love is like a snowball


Ah, l'Ithilien et ses forêts à pertes de vue ! Valaina aimait bien se promener dans les parages. Vivre au contact de la nature, c'était quelque chose qu'elle adorait. Seulement, ces derniers temps, c'était bien plus difficile que d'habitude. A cause de ce manteau blanc qui recouvrait la Terre du Milieu. Longtemps, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas neigé autant. Et longtemps que la neige n'avait pas tenu autant. Il y avait des fois où son pauvre cheval avait beaucoup de mal à avancer. C'était même l'horreur. Si bien qu'elle avait décidé de laisser sa monture, un temps durant, en Ithilien. Un petit village par lequel elle passait souvent et où il y avait un forgeron très gentil qui acceptait grandement de s'occuper de sa monture. Ce que faisait Valaina dans un coin aussi reculé ? Pourquoi était-elle là et pas plus au nord ? Ou bien dans une autre forêt ? A cause du froid, la belle brune savait très bien que les hommes étaient plus susceptibles au maladie. D'ailleurs, en descendant par le sud, elle s'était confrontée à quelques villages où de pauvres habitants étaient malades. Et il n'avait guère fallu de temps pour cette chère Valaina de poser un pied à terre et tenter d'aider son prochain, et ce même si on ne lui avait rien demandé ou bien qu'on voyait sa présence d'un très mauvais oeil. Mais elle s'en fichait. Tant qu'elle pouvait aider les autres, elle n'allait pas s'empêcher de le faire.

D'ailleurs, le village où elle avait élu domicile, du moins pendant quelques jours, peut-être quelques semaines, le temps de guérir diverses maladies, infections ou autre, avait quelques petits soucis. Enfin, en plus de la maladie. Des brigands qui s'attaquaient au village. Mais ça, Valaina ne pouvait rien y faire. Dans le sens où elle ne s'attaquait pas aux hommes, et ce même s'ils n'étaient pas du bon côté de la loi. Les seules créatures qu'elle acceptait volontiers de combattre -et de décapiter par la même occasion-, c'était bien les Orcs, les Trolls ou bien les Gobelins. Mais pas les hommes. Peut-être que ça lui jouerait un tour un jour. Peut-être qu'il faudrait qu'elle combatte ... D'ailleurs, à bien y penser, si elle avait botté des fesses un peu plus régulièrement, certains arrêteraient, sans doute, de lui jouer des farces à tout bout de champ.

En tout cas, la demoiselle était donc dans une petite maisonnée. Il y avait un enfant, couché sur un lit. Sous l'oeil attentif de ses parents, Valaina était à son chevet. Elle venait de terminer d'écraser quelques herbes dans un petit bol et le tendit à sa mère. "Mettez un peu d'eau chaude avec deux ou trois feuilles à chaque fois et faites lui boire une fois toutes les trois heures." Lui avait-il de sa douce voix et avec un sourire. "D'ici demain, il ira mieux et la fièvre sera tombée." Tendant le bol, Valaina prit la main de l'enfant. Une sale blessure qu'il avait. Elle murmura quelques mots avant de passer un chiffon mouillé dessus. L'enfant eut un drôle de rictus. Ca piquait, pour sûr, mais c'était pour son bien. Valaina attrapa un bandage qu'elle avait préalablement préparé et elle l'enroula autour de la main de l'enfant, toujours en murmurant quelques mots elfiques. Une fois fait, elle se leva et posa une main attendrissante sur l'épaule de la mère, lui disant que tout irait bien et qu'il serait en forme demain. Valaina s'éloigna et passa le pas de la porte.

Elle prit une lente inspiration. L'air ne s'était pas adouci. Il faisait encore froid. Un filain de brume s'échappait de sa bouche. "Et bien, ça ne s'arrange pas ..." Elle se mit à avancer, bien déterminer à aller trouver son prochain patient. Mais c'était sans compter sur la présence d'une personne qu'elle ne connaissait que trop bien. Elle l'avait remarqué. Et pourtant, elle ne s'était pas arrêtée ni même approchée de lui. L'ignorait-elle ? Peut-être bien un peu. Valaina allait donc s'éloigner sans rien dire. Mais c'était sans compter sur une boule de neige qui vint s'écraser contre l'arrière de son crâne. Elle se tourna vivement, tandis qu'il s'excusait. "Et c'est tout ? Juste pardon ?" Elle avait un drôle d'air sur le visage. Mais au fond, elle-même était contente de le revoir. "A ce que je sache, les boules de neige ne se forment pas toutes seules. Et elles ne volent pas non plus dans les airs. L'auriez-vous fait exprès pour attirer mon attention ?" Elle savait que c'était ça. Les hommes n'aimaient pas être ignorés.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 15 Mar - 11:00

L'amour c'est comme une boule de neige.
Valaina feat Nolàs.



Traquer, les brigands, les bandits ou tout simplement des prisonniers lui permettait de gagner sa vie. Il lui arrivait de se demander comment serait sa vie si ses errances avaient fini par le pousser en Gongorth. Ses connaissances du monde elfique étaient assez déplorables, ce qui expliquait qu’il était finalement incapable de savoir ce qui aurait pu se passer. Il ne pouvait que se l’imaginer et cela ne lui donner pas envie. Dans gouverner, il y avait le mot responsabilité qui revenait souvent à ses oreilles or il n’était pas responsable. Il suffisait de regarder sa vie pour le comprendre. Nolas était chanceux, il était passé plusieurs fois non loin de la mort, il s’en était toujours sorti. Bien sur, il n’y avait pas que de la chance dans tout ça. Nolàs avait beau être prétentieux, il doutait fortement de sa capacité à faire le bien. Cela n’aurait surement eu aucun intérêt si le sang qui coulait dans ses veines ne venait pas du Gongorth. Mais malgré les apparences qui sont souvent trompeuses, il était bien un héritier perdu terrorisé par l’idée de rentrer à la maison. En conséquence, il faisait tout pour ne pas être remarqué. Et le plus amusant, c’est qu’il n’avait évidemment pas conscience de tout ça. Non il était bien trop aveuglé par tout ce qu’il s’était construit autour pour y prêter une quelconque attention. Vivre comme un rodeur lui allait très bien et il était satisfait de ne pas être reconnu comme un elfe. D’une certaine façon sa chevelure brune n’aidait pas vraiment et vu qu’il portait bien souvent une capuche, il était finalement peu aisé de lui prêter des origines elfiques, ce qui l’arrangeait pour passer inaperçu. Sa démarche pouvait le trahir, raison pour laquelle, il avait appris au fils des années à marcher comme un homme.

Une fois les bandits remis au maire, il se retrouvait donc de nouveau seul sans aucun but. C’était bien l’immortalité, mais quand vous n’avez rien à faire, elle peut devenir un peu ennuyeuse. Selon les dires certains elfes quittaient les terres pour partir vers les rivages blancs. Un jour peut être … Mais pour le moment, il n’était pas décidé à quitter la terre du milieu, il aimait bien trop ces terres pour s’en aller et puis rien ne lui disait qu’il y serait accepté. Rajoutons aussi qu’il était bien trop intéressé par la jolie Valaina pour la laisser seule dans ce monde hostile. Ou peut être n’avait il tout simplement pas envie de vraiment dire adieu.

D’ailleurs en parlant d’elle, celle-ci semblait toujours aussi douée pour jouer avec ses sentiments. Nolàs détestait ça. Ils avaient quand même partagé pas mal de choses entre eux. Ils étaient proches… Enfin c’était compliqué. A un moment, ils finissaient toujours par se séparer. Nolàs y était surement pour quelque chose mais il n’était pas le seul fautif dans l’histoire. Les deux elfes semblaient en effet très attachés à leur liberté ce qui les amenait à refuser de trop s’attacher. En tout cas, la présence de la jolie colombe venait d’égayer la journée du grand brun. Lui qui avait pensé qu’il allait finir sa journée dans une taverne à tenter de battre son record de bières. Désormais, une soirée bien plus intéressante semblait s’offrait à lui. Fallait-il encore qu’elle accepte de lui parler… Et peut être que lui lancer une boule de neige n’était pas la meilleure idée du siècle.

La sale bête songea t’il , elle l’avait vraiment ignoré. L’ignorer lui ? Mauvaise idée. Cependant il n’entra pas vraiment dans son jeu. Après tout c’était Nolàs et il possédait une certaine répartie. « Alors comme ça vous m’ignorez, puis-je en connaitre la raison ? » Il s’approcha d’elle et l’observa d’un regard avisé. « Serait ce parce que vous êtes affreuse en ce moment, vous ressemblez à un épouvantail » Un sourire amusé, un brin sarcastique était posé sur son visage angélique de quoi le rendre potentiellement attirant. Sauf qu’il n’était pas en face de n’importe qui et il avait bien compris qu’elle ne mordait pas si facilement à l’hameçon. « Vous auriez pu au moins avouer que mon tir était parfaitement réussi » ajouta t’il avec un air quelque peu enfantin posé sur le visage. Après tout qui n’avait pas joué à ça dans son enfance, pas lui en tout cas. C’était même un expert !


@destiny.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 15 Mar - 12:02

Love is like a snowball


Ah, Nolàs, ce cher Nolàs ! Elle était bien la dernière personne que Valaina pensait croiser au fin fond de la forêt, à dire vrai. Enfin, ils n'étaient pas véritablement en forêt mais ils n'en étaient pas loin non plus. En tout cas, elle était plus qu'étonnée de voir l'Elfe dans les parages. Et pas en même temps. Elle en vint à se dire qu'il était sans doute là à cause des brigands qui semaient la terreur dans les environs. Ce cher Nolàs avait dû faire le nécessaire pour botter en touche les brigands. Mais la belle aurait sans doute l'occasion de lui en reparler, un peu plus tard. Parce que maintenant qu'elle savait qu'il était là, ce n'était pas comme si ... Et bien, comme si elle allait continuer à l'ignorer. Surtout après cette boule de neige qu'il venait de lui lancer.

Valaina se rappelait encore de leur toute première rencontre. Elle se revoyait, là, entourée par les Gobelins, dans une fâcheuse posture à dire vrai d'ailleurs. Mais elle avait su tirer son épingle du jeu et botter en touche lesdites créatures, au nez et à la barbe de Nolàs. D'ailleurs, si ses souvenirs étaient bons, l'égo de l'Elfe en avait pris un sale coup. Lui qui pensait pouvoir sauver la demoiselle en détresse et se frayer, ainsi, un chemin dans son coeur. Mais pas besoin de lui sauver la vie pour remarquer qu'il y avait un truc entre eux. Disons que ... disons que Nolàs lui avait tapé dans l'oeil ce jour là. Mais comme elle aimait son indépendance, et sa liberté, disons qu'elle faisait taire, pour le moment, ses sentiments. Et ce même si la belle était toujours ravie de le voir et de le savoir dans les parages. Un réel bonheur d'ailleurs de croiser son chemin. Peut-être devrait-elle arrêter ce petit jeu. Peut-être qu'elle devrait ... Oui, peut-être qu'elle devrait laisser parler ses sentiments et voir ce qu'il adviendrait ? Hmmm ... Pas aujourd'hui ... Peut-être parce qu'elle avait peur de se faire des idées et que rien de tout ceci ne soit réciproque. Enfin, passons.

En tout cas, à nouveau, leur petit jeu habituel reprenait. Elle lui suggérait qu'elle l'avait totalement ignoré et qu'elle se fichait bien qu'il soit là, alors que c'était tout le contraire. Pourquoi l'avait-elle ignoré ? Parce qu'elle était affreuse, comme il le suggérait si bien. "En voilà des manières. Je vois que vous avez perdu le mode d'emploi pour parler aux dames. Seriez-vous devenu grossier depuis notre dernière rencontre ?" Ca ne remontait pas à si loin ... Si ? Oh, peut-être bien un demi-siècle. Peut-être même plus. Valaina ne comptait plus les âges à dire vrai. C'était ça d'être immortel. On se rappelle de tout mais jamais quand ça s'est réellement produit. Quant au fait qu'elle avait dit "Dame" dans sa phrase, Valaina se doutait qu'elle venait de lui tendre une perche et qu'il allait sûrement chercher à retourner contre elle ce qu'elle venait de dire. Du genre, qu'elle n'était aps une dame, qu'elle avait des manies qu'une dame n'aurait pas et d'autres trucs dans le genre. "A moins que ça soit une nouvelle technique pour parler aux dames mais je ne la connais pas. Et je doute qu'elle soit réellement efficace." Elle le charriait un peu. Beaucoup même. Mais c'était là leur relation. Ils se cherchaient, continuellement. Leur jeu à eux.

Valaina pencha légèrement la tête sur le côté, ça lui donnait un petit air mignon. "Parfaitement réussi ? Hmmm ... Je ne sais pas trop. Si ça se trouve, vous visiez une toute autre personne et c'est tombé sur moi par le plus grand des hasards." Elle savait que non. "Il me semble que vous êtes bien loin de chez vous. Qu'est-ce qui vous amène par ici ? La grande aventure ?" La curiosité, toujours. "A moins que vous me suiviez ?" Ce qui était fort probable, mais pratiquement impossible. Parce qu'elle l'aurait remarqué. "Peut-être vous manquais-je ?" Tant de suppositions. Et elle était certaine qu'il ne répondrait pas ouvertement et qu'il allait tout nier en bloc.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 15 Mar - 14:15

L'amour c'est comme une boule de neige.
Valaina feat Nolàs.



Nolas n’avait pas envie de la voir disparaitre une fois de plus. Voila bien un demi-siècle qu’ils s’étaient quittés. Ces années loin d’elle lui avaient paru bien trop longue pour qu’il recommence encore. Il savait que cela allait arriver. C’était ancré dans leurs veines et pour que cela change, ils devraient y mettre beaucoup du leur. D’ailleurs, il ne savait pas s’il en serait capable, il n’y réfléchissait même pas. Nolas était posé, mais il demeurait impulsif. Refléchir avant d’agir ne faisait pas parti de ses qualités. Il aurait pu faire le choix de la laisser continuer sa route, après tout si elle avait feint de l’ignorer pourquoi donc la déranger ? Désormais il était un peu pris au piège car c’était lui qui avait cherché le contact, mais il préférait cela à la voir disparaitre une fois de plus. Il avait du mettre sa fierté de côté pendant quelques secondes, un effort assez important pour lui et il espérait que celui-ci ne soit pas vain. D’un autre côté, il se demandait pourquoi il avait agi ainsi, était-il le dernier des imbéciles ? Quoiqu’en y réfléchissant la réponse risquait de fortement le décevoir alors autant ne pas aller sur un chemin glissant.

Maintenant qu’il avait entamé la conversation, il n’allait pas rester loin d’elle. S’approcher était la moindre des choses et cela lui permettait aussi de profiter de sa beauté, même si pour cela il devait passer par différents stratagèmes plus idiots les uns que les autres. Valaina était sublime, du moins c’était ce qu’il avait toujours pensé. Bien entendu, elle aurait surement pu se mettre plus en valeur si elle se décidait à être plus souriante, mais il adorait la voir comme ça et cela ne semblait pas prêt de s’arrêter. Il savait parfaitement qu’il serait surement reste de glace en la voyant à Fondcombe vêtue des plus belles tenus du peuple elfique. En fait, il ne l’avait connu qu’en voyage et dans ce genre de cas tout est plus pratique.

« Manières ? Il faudrait déjà que j’en possède »
lui rétorqua t’il avant de jeter un regard autour d’eux. Ils étaient seuls, personne en vue. Aucun villageois n’avait le courage de se promener dehors quand la nuit s’apprêtait à tomber. Pour les deux elfes, l’histoire était différente. La nuit ne les gênait pas plus que ça et même s’ils ressentaient le froid, il était tolérable. Mais pour en revenir à nos moutons, il fallait avouer que Nolàs ne possédait pas vraiment les manières des elfes, ni celles des hommes d’ailleurs. Son père devait surement se retourner dans sa tombe en voyant ce que son fils était devenu, mais on ne se refait pas. « Aussi surprenant que cela soit, il n’y a qu’avec vous que je suis ainsi, cela vient donc de vous » Après tout, elle était aussi en tort, il n’y était pour rien, ou il n’y était que pour la moitié, si elle ne l’attirait pas autant, il aurait tout simplement continué sa route. « Vous êtes en train de me parler » Nolàs possédait un certain charme et il savait en jouer. De nombreuses humaines avaient succombés à ses avances et il en avait profité. Valaina lui rendait les choses bien plus compliqués car il ne la considérait pas comme tout les autres, elle était en train de changer sa vision des choses. En conséquence, il tâtonnait plus qu’il n’avançait, heureusement pour lui, il était du genre assez accroché.

« Pour cela, il faudrait que de nous ne soyons pas seul »
Le souffle chaud de l’étalon dans son cou le rappela doucement à la réalité. L’animal semblait bien décidé à regagner l’auberge au plus vite. Comme si son cheval allait se mettre à le commander… Quoique ? Rapidement il sortit une couverture et la déposa sur le dos de l’animal. Beren n’était surement pas le plus heureux, mais au moins il ne pouvait pas se plaindre de l’absence de confort. « L’argent !! » Amusé, il fit sauter sa bourse dans sa main avant de la remettre dans son sac. Nolas était un peu un anti héro, il protégeait mais il aimait avoir une contre partie, c’était plus intéressant. « Des amateurs ces bandits… » Soupira t’il. Il aurait surement aimé avoir à faire à de plus coriaces mais il n’avait pas vraiment eu le choix. C’était soit eux… soit rien. Alors à choisir. « Me manquer ? » Il fit mine de réfléchir avant de plonger son regard dans le sien. « Et si c’était le cas que diriez vous ? » Car oui, elle lui avait bien manqué, mais il était d’humeur assez taquine aujourd’hui et toutes ses questions lui permettaient finalement de tâter le terrain.

@destiny.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 15 Mar - 22:59

Love is like a snowball


Des bonnes manières ? Nolàs n'en avait pas. Et à dire vrai, cela ne l'étonnait guère. Valaina eut un petit hochement de la tête à son encontre tandis qu'il lui parlait. "Voyons, voyons. Nous avons tous des bonnes et des mauvaises manières. Vous êtes plus du côté des mauvaises, tout simplement." Elle le narguait. Encore. Mais c'était leur truc à eux et ça n'allait pas changer, pour sûr. Le grand brun en vint à lui répondre qu'il n'était ainsi qu'avec elle et personne d'autre. Comment devait-elle prendre ça ? Elle pencha la tête légèrement sur le côté, réfléchissant à ce qu'il venait de dire. "Je me demande bien si je dois prendre ça comme un compliment ou non." Avait-elle rétorqué ça plus pour elle que pour son interlocuteur, et ce même s'il l'avait écouté. Valaina avait peut-être une mauvaise influence sur lui, qui sait ? Peut-être plutôt une bonne. Elle n'aurait su le dire. Elle le connaissait, certes, mais pas autant qu'elle le voudrait. Dans le sens où chacun ne connaissait pas totalement la vie de l'autre. Ils avaient encore de quoi découvrir des choses sur l'autre.

En tout cas, ce cher Nolàs avait le sens de la répartie et il ne se laissait pas faire. A chaque fois que Valaina avançait un argument, il faisait tout son possible pour la contrer ou lui faire penser le contraire. Un beau parleur, certes, et qui avait toute la beauté elfique de son côté. Et un côté maraudeur qui ne laissait clairement pas indifférente la belle brune. Un jour, peut-être qu'elle arrêterait de tourner autour du pot et qu'il se passerait quelque chose entre eux. Mais quand ? Difficile de dire. Ca prendrait peut-être des années, voire des siècles. Quoi que, fallait pas trop qu'elle attende non plus, sinon, elle pourrait tout perdre. Mais là n'était pas le sujet. Le comment du pourquoi de sa présence ? L'argent, et les brigands. Valaina secoua quelque peu la tête. Elle désapprouvait les batailles contre les hommes, et ce même s'ils étaient des bandits. Il connaissait son point de vue. Ou il lui semblait lui avoir déjà expliqué. Elle ne savait plus. "Se battre entre congénères ... J'espère qu'ils sont encore en vie et seulement blessés." Parce que ça la gênerait de savoir qu'il les avait tués. Et ce même si, à dire vrai, ça n'avait aucune importance.

Si Valaina avait joué au départ avec Nolàs, maintenant, c'était à son tour de le faire. La belle lui avait posé un peu la question qui tue. Et à nouveau, il l'avait retournée contre elle. "Et bien ... Je pourrais dire que c'est touchant. Et que ma compagnie est loin de vous déplaire." avait-elle répondu avec un certain sourire. "Et dans le cas où je vous aurais effectivement manqué, je dirais, sans doute, que l'inverse est aussi vrai." Avouait-elle à demi mot qu'il lui avait manqué et qu'elle était contente de le revoir ? Oui, sans doute que c'était le cas. Mais elle était certaine d'une chose : elle était contente, effectivement, d'avoir croisé sa route. Surtout que cela faisait fort longtemps qu'ils ne s'étaient pas vus. "Que diriez-vous de nous rendre à la taverne et boire quelque chose ? Parce que je n'aimerais pas me retrouver avec les mains gelées à cause du froid. J'en ai besoin pour soigner les gens." Et oui, parce que la belle n'était pas là pour le plaisir après tout.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 16 Mar - 13:30

L'amour c'est comme une boule de neige.
Valaina feat Nolàs.



« Vous en êtes sur ? » Lui avoir de mauvaises manières ? Voila qui semblait sortir tout droit du cœur de la jolie brune. Pouvait-il vraiment la contrer sur ce sujet. Non il ne pouvait pas, il en était incapable tout simplement parce qu’il adorait ses mauvaises manières, elles faisaient tout simplement parties de lui. Défauts, qualités, tout se mélangeait en lui, créant un mélange assez explosif. Non vraiment, il n’était pas comme tout le monde et il cultivait sa différence avec un certain plaisir. Nul doute qu’il aurait été différent si son histoire avait été différente. S’il avait été élevé en Gongorth auprès de sa mère…

Sa mère… il ne s’en souvenait pas, après tout, il n’avait que quelques jours lorsqu’elle le confia à son père. Enfant il avait souvent rêvé d’elle, imaginant ses traits jusqu’à la rendre réel. Désormais il avait doucement oublié, après tout il ne pouvait pas la ramener, mais il avouait qu’il aurait aimé en connaitre un peu plus sur elle. Hélas, on ne peut refaire le monde.

« ça dépends de vous » Après tout, il ne pouvait pas lui dire comment agir à sa place. Non c’était à elle de trouver une réponse à cette question. En tout cas, il était heureux de pouvoir lui parler de nouveau même si cela restait assez neutre. Dans le fond, il n’avait aucune envie de la laisser tomber et de la voir partir une fois de plus. Il possédait de nombreux défauts, mais il n’avait pas envie de briser ses ailes. D’une certaine manière, elle était comme lui, il avait tout deux besoins de liberté, ils n’aiment pas se sentir enchainé. Cela les rendait difficile à vivre et à cerner. Vivre avec quelqu’un durant toute une vie, ressemblait pour eux à une véritable restriction. Du moins c’était ce qu’il en avait pensé durant des millénaires. Désormais cela semblait sur la pente descente… Le futur parlerait pour lui.

« Pas besoin de les blesser pour les capturer vu la bande de bras cassés »
Il poussa délicatement un tas de neige avec son pied avant de l’aplatir. Il n’aimait pas particulièrement la neige, il préférait les couleurs chatoyantes du printemps. Mais il n’avait pas le choix. Il devait cependant avouer que Valaina était à son meilleur sur cette couverture blanche. Celle-ci semblait faire ressortir sa beauté, mais ça il le gardait pour lui par peur de l’effrayer, ou tout simplement de lui confier qu’elle lui plaisait vraiment. Avait-il peur qu’elle le repousse ? Et bien oui, cette peur était bien présente. Lui qui avait tendance à dire qu’il n’avait peur de rien, il avait peur du sentiment le plus naturel qui soit…

« Ah vous voyez »
Il s’approcha de nouveau d’elle, mais cette fois ci il était bien obligé de s’arrêter pour ne pas la percuter. En tout logique il était plus respectable de rester à distance des dames. Sauf qu’il n’avait pas vraiment envie de rester loin… Il aimait bien trop son contact pour ça. « Et puis d’une certaine façon, il semblerait que le destin aime nous réunir » rajouta t’il d’un ton sérieux avant de lui dédicacer un sourire charmeur. Allez boire un verre, voila qui lui semblait être une très bonne idée. Un, il avait soif, deux, il n’avait pas envie qu’elle finisse congelée, et puis Beren n’allait pas tarder à le tirer vers l’auberge sans lui demander son reste. « Après vous » Il la laissa placer avant de s’élancer derrière lui.« Alors comme ça vous êtes venu ici pour venir en aide aux villageois, voila qui vous ressemble »




@destiny.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 16 Mar - 14:24

Love is like a snowball


Oh que oui. Valaina était sûre que Nolàs avait de très très mauvaises manières. Mais à dire vrai, elle s'en fichait. Parce que ça lui donnait un certain charme. Lui ? Irrésistible ? Peut-être bien. Mais elle n'était pas certaine qu'elle l'apprécierait à sa juste valeur si jamais ... Et bien, si jamais il était un gentil garçon. Aimait-elle les mauvais garçons ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Mais il était vrai qu'elle appréciait Nolàs, avec ses bonnes ou ses mauvaises manières. Elle s'en fichait. C'était du pareil au même pour elle. Savoir qu'il n'était plus dans son champ de vision, là, par contre, elle trouvait ça dommage. Et elle espérait que ça n'arriverait pas avant un bon moment. Ils venaient de se retrouver. Avec un peu de chance, ils allaient se supporter ... quelques jours, semaines, voire des mois ou des années. Avant de se quitter à nouveau, comme ils le faisaient si souvent. A moins que cette fois-ci, ils restent ensemble. Qui sait ce que l'avenir pourrait leur réserver ?

Nolàs avait fini par lui parler des bandits, et le fait qu'il les avait arrêtés. Enfin, il n'avait pas employé ce terme à dire vrai. Valaina lui avait posé une question sous-jacente, histoire de savoir ... Et bien, histoire de savoir ce qu'il avait fait des brigands. Les avait-il tués ? Ou bien leur avait-il bottés les fesses, tout simplement, et il les avait livrés à qui de droit ? Honnêtement, Valaina espérait que ça soit la deuxième solution. Et elle eut un sourire non dissimulé quand son congénère lui répliqua qu'il les avait tout simplement capturés. "Vous avez joué la carte de la sournoiserie je présume. En posant des pièges ici ou là." Technique ma foi efficace. Valaina n'avait rien à redire et elle était contente. Contente qu'il n'y ait pas de mort. Contente que les brigands aillent bien, même s'ils devaient être dans une fâcheuse posture à présent à dire vrai. Un petit bottage en règle, ça ne faisait jamais de mal, non ? Sauf bien sûr en ce qui concerne l'égo. Parce que là, à dire vrai, ils devaient en avoir pris un certain coup, en ce qui concerne l'égo.

Valaina en vint à lui proposer d'aller boire un verre à la taverne. Ou peut-être manger un bout à dire vrai. Non, elle avait du lambas et elle préférait de loin le lambas, surtout dans les régions pauvres où les gens n'avaient pas toujours de quoi nourrir tout le monde. Certes, l'Elfe rendait quelques petits services mais elle n'aimait pas se faire payer. Elle était là parce que les gens avaient besoin d'elle et rien de plus, rien de moins. "Comme il aime nous séparer aussi. Mais je crois que c'est ce qui rend nos retrouvailles à chaque fois des plus intéressantes, non ?" avait-elle dit en penchant la tête légèrement sur le côté. Ils se mirent à marcher, donc, en direction de la taverne. Nolàs la laissa passer devant et lui emboîta le chemin assez rapidement. Elle tourna la tête lorsque ce dernier lui posa une question. "Et oui. Avec cet hiver mordant, beaucoup de gens tombent malades et ne savent pas tous comment se soigner. Et ces dernières semaines, j'ai eu de quoi occuper mes journées." Voire même des nuits parfois. Et Valaina se doutait que c'était loin d'être terminé et que ça allait continuer. Au moins jusqu'à ce que la neige n'en vienne à fondre et que le froid reparte dans les montagnes. "Et il faudra sans doute que je me réaventure dans la forêt à un moment ou à un autre. Les herbes vont commencer à manquer." Et si c'était le cas, fini les potions miracles pour soigner les gens. M'enfin, y'avait pas de quoi s'inquiéter parce que pour le moment, elle avait de quoi faire. "Et vous alors ... Là pour traquer des brigands. Je ne me souvenais pas que vous étiez enclin à aider les autres." Elle marqua une pause. Avant de sourire et de tourner la tête vers lui. "J'oublais que vous aimiez sauver les demoiselles en détresse, et ce même si ces dernières vous disent qu'elles n'ont pas besoin de vous." Une petite allusion à leur toute première rencontre. "Vous comptez rester longtemps dans les parages ? Ou vous allez partir, maintenant que vous avez chassé ces brigands ?" Bonne question. Elle se renseignait. Ce qui était normal. Devait-elle s'attendre à le voir encore quelques jours ? Ou devrait-elle faire le deuil de sa présence rapidement ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 17 Mar - 14:10

L'amour c'est comme une boule de neige.
Valaina feat Nolàs.



Nolàs était quelqu’un d’assez difficile à comprendre. Bien que doué pour combattre, il n’aimait pas tuer pour le plaisir, cela ne lui apportait aucun bien être alors autant éviter tant qui le pouvait. La situation était différente quand on l’attaquait et qu’on le voulait mort, dans ce cas, il pouvait se montrer redoutable. Son métier lui demandait souvent de donner quelques coups, ce n’était pas lui qui donnait le coup fatal. Ce qu’il advenait des gens après qui les ai livré et bien.. cela ne le regardait pas. Il lui était arrivé de laisser s’enfuir des personnes qu’il avait jugées comme innocente, mais c’était finalement assez rare. Connaissance la jeune elfe, il savait qu’elle n’aurait pas approuvé de suivre quelqu’un sans foi ni loi. Heureusement pour elle, il n’était pas comme ça. Il avait une conscience et tuer pour tuer ne l’intéressait pas. C’était surement son côté elfique qui parlait pour lui. Valaina était une guérisseuse douée qui prenait soin des habitants de la plupart des villages qu’elle croisait. Il était différent d’elle. Il lui arrivait de prêter main forte, mais c’était assez rare. Il fit la moue avant de faire un signe négatif avec sa tête. Sournois ? Cela ne sonnait pas vraiment comme un compliment, il aurait préférait qu’elle lui dise qu’il était intelligent ça l’aurait plus mis en valeur. « A vous entendre je suis pire qu’un serpent mais c’est vrai que je me débrouille » Il n’avait pas vraiment de mal à capturer les humains mais était ce vraiment étonnant, après tout il était un elfe… « et je n’ai posé qu’un piège » oui autant lui avouer la vérité, il n’avait pas besoin de plusieurs pièges, un lui suffisait.

Il osa les épaules « êtes vous sur qu’il s’agit du destin ? » au fond de lui, les seuls responsables de leurs nombreuses ruptures se trouvent l’un en face de l’autre. C’était bien eux qui en était responsable et personne d’autre. Cela ne servait finalement à rien de se trouver des astuces, ils étaient tout les deux assez grands pour faire le choix et ils avaient tout les deux choisis de se quitter. Ils avaient toujours une excuse pour se séparer… Des excuses qui étaient toutes fausses. En tout cas, il fut bien plus intéressé parce que qu’elle ajouta. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres tandis qu’il avançait doucement la poudreuse. « Et qui s’est occupé de vous ? » Sa voix sonna avec une pointe d’amusement, bien qu’il était surtout intéressé d’apprendre si elle était toujours libre. Question idiote car il devinait facilement la réponse. Elle ne serait surement pas là si elle avait trouvé chaussure à son pied. « Vous arrivez à trouver les herbes avec toute cette neige? » La question lui semblait intéressante, la neige recouvrait les sols depuis plusieurs jours désormais et elle s’accumulait de plus en plus. Trouve des herbes devenaient donc devenir de plus en plus compliqué.

« L’ennui a une raison de moi … Vous n’êtes pas la seule que j’ai sauvé » laissa t’il en suspens. Elle aurait du être comme tout les autres, et pourtant…
Il se souvenait très bien de leur première rencontre et il n’avait pas envie de l’oublier.

Avant de rentrer dans la taverne , il rentra beren à l’écurie. Désormais devant la porte, il poussa celle-ci et laissa entra Valaina avant de refermer la porte derrière eux. La chaleur l’envahit rapidement, par réflexe, il rabattit un peu plus sa capuche. Il détestait qu’on l’observe. Le mystère qui tournait autour de lui était cage de sécurité. Un sourire amusé se dessina sur son visage. « Si vous voulez me demander de rester avec vous, il suffit de me le demander. Il se pourrait d’ailleurs que j’accepte avec plaisir, juste histoire de vous aider à trouver des herbes » Sa voix était amusée, bien sur qu’il n’avait pas envie de passer sa journée à chercher des herbes, la seule chose qu’il avait envie de rester dans les parages, histoire de la voir sous l’œil. « Je n’ai nulle part ou aller, cela ne change pas vraiment » Après tout, c’était un rodeur et cela signifiait l’absence de demeure.




@destiny.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 17 Mar - 15:11

Love is like a snowball


"Un serpent ? Voyons, ne me tenez pas des propos que je n'ai pas dit." Après tout, Valaina n'avait rien dit de tel. Et puis, la sournoiserie, ça avait du bon parfois. Mieux valait-il être sournois et astucieux que malhonnête. Mais elle n'était pas certaine qu'elle irait le lui avouer. "Qu'un seul piège ? Ils ne devaient pas être très nombreux alors. Ou totalement stupides. J'aurais bien aimé voir comment vous vous y êtes pris." Est-ce que, d'une certaine manière, Valaina était impressionnée par son exploit ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Mais il était vrai qu'elle aurait aimé voir ce que ça avait donné. Le genre de piège qu'il aurait pu installer, ce qu'il avait dit ou ce qu'il avait fait ... Comment il avait botté les fesses des brigands. Dommage ... Pour une prochaine fois sans doute. Après tout, avec un peu de chance, ils seraient de nouveau collés pendant quelques temps. Et elle aurait, sans doute, l'occasion de voir ça dans un avenir plus ou moins proche.

Tandis qu'ils marchaient, Nolàs lui demanda s'ils devaient se fier au destin. Du fait que Valaina avait dit que ce dernier finissait toujours par les séparer. "Et bien, je pense. Sinon, il ne nous ramènerait jamais l'un vers l'autre et nous ne nous serions pas revus à plusieurs reprises." Peut-être qu'ils auraient pu ne jamais se revoir. A cette idée, le visage de Valaina se ferma. C'était une vision très pessimiste de la chose. Et ne plus voir Nolàs, elle n'irait sans doute pas l'avouer maintenant mais ça lui ferait quelque chose quand même. Comme un manque. Valaina redressa la tête lorsque l'Elfe en vint à lui demander qui s'était occupé d'elle pendant toutes ces semaines. "Et bien ... Personne, du fait que je suis assez grande pour m'occuper de moi-même. Une chance de ne pas être sujette à la maladie. Sinon, j'aurais eu beaucoup de mal à m'occuper de tous ces gens." La condition elfique, c'était bien, y'avait pas à dire. "Mais il est vrai que ça serait bien d'avoir, de temps en temps, quelqu'un qui veille sur moi. Tant que il ou elle ne me demande pas de me ménager." Et d'oublier le bien être des autres pour se concentrer sur elle. Est-ce que cette phrase s'adressait à Nolàs ? Y avait-il un sous-entendu là-dessous ? Peut-être bien que oui. Elle secoua la tête concernant la question d'après. "Malheureusement, les herbes commencent à se faire rare. Et j'ai beaucoup de mal à les trouver. Je pourrais, bien évidemment, m'éloigner très loin de la ville mais j'ai encore des patients que je dois surveiller. Peut-être en partant d'ici, une fois que j'aurais terminé, je trouverais mon bonheur. Du moins, si le manteau blanc accepte de s'en aller." Et elle n'avait pas l'impression que le temps allait s'améliorer. Peut-être qu'elle se trompait. Mais difficile de dire.

Quoi qu'il en soit, les deux Elfes avaient fini par rejoindre la taverne. Et de la main, Nolàs invita la belle à rentrer la première. Qu'il faisait bon dans la taverne, même si Valaina n'irait pas jusqu'à dire qu'elle craignait le froid. Elle avait tellement voyagé que le froid ne l'éprouvait pas. Mais bon. "Oh, vous resteriez ? Vous m'étonnez mon cher." Elle aurait plutôt cru qu'il serait parti bien vite. "Il est possible, alors, que ma compagnie est loin de vous déplaire. Et si vous voulez rester et m'accompagner à la cueillette d'herbes, je serais ravie de vous avoir à mes côtés." Au moins, c'était dit. Valaina tourna la tête à droite, à gauche, cherchant une table, un coin où ils pourraient s'installer. Et il y avait effectivement un endroit. Elle s'y avança donc avant de tourner la tête, une nouvelle fois, vers son interlocuteur. "Vous devriez avoir un chez vous. Un pied à terre, quelque part où aller entre deux aventures." Elle, elle avait élu domicile dans les monts du Rhudaur. Et elle s'y rendait souvent. Enfin, elle faisait souvent le chemin entre Fondcombe et Lacville. Et parfois un peu vers la Lothlorien. Même si elle s'était aventurée bien plus bas cette fois-ci. "N'y avez-vous jamais songé ?" lui avait-elle demandé tandis qu'elle s'installait. "Un port d'attache est toujours utile vous savez. Surtout pour se reposer de temps à autre. Vous devriez y penser."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 18 Mar - 19:48

L'amour c'est comme une boule de neige.
Valaina feat Nolàs.



Avec le nombre des années qui avait fini par s’accumuler, Nolàs avait eu le temps d’apprendre bien des choses sur le comportement humain. Bien que souvent encore surpris par les hommes, il devait aussi avouer que certains étaient faciles à lire. Comme par exemple ce petit groupe de brigands. Durant sa longue vie, il avait eu affaire à des groupes plus coriaces, certains plus que d’autres. Mais le plus souvent ces actions n’avaient rien de vraiment extraordinaire. « Un seul a suffit » Le plus important n’avait pas été dans le cas présent le nombre de piège mais l’endroit ou le disposé. Une fois fait, il ne lui avait suffit que t’attendre pour les cueillir. Voila comment il avait fini par mettre la main sur ce petit groupe qui désormais risquer de croupir en prison pendant quelques temps. Le froid et la faim poussaient pas mal d’hommes et de femmes au-delà des limites qu’ils s’étaient donnés. C’était valable pour toutes les espèces. La survie demandait des concessions.

«Ou on aurait mieux fait de ne pas se quitter »
glissa t’il avec aisance dans la conversation comme il aurait pu le faire en parlant de la neige qui tombait depuis des jours. Nolàs croyait au destin, il ne savait pas ce que celui-ci lui avait réservé. Surement rien de vraiment extraordinaire vu le peu de chose qu’il avait accompli en plus de trois mille ans d’existence. Mais il se contentait de sa vie, il ne souhaitait pas un destin hors du commun. Passer inaperçu et n’être qu’une âme parmi tant d’autres lui allait très bien. Il espérait juste être assez maitre de son destin pour choisir les routes qu’il désirait vraiment, mais ça c’était une grande question et il n’avait aucune envie d’y réfléchir en cette fin de journée qui s’annonçait bien plus intéressante que ses soirées passées. « Le froid n’aide en rien » rajouta t’il. Valaina venait souvent en aide aux malheureux, il le savait pour l’avoir vu souvent faire. Cependant, en été, les maladies se faisaient souvent plus rares. L’hiver apportait son lot de tracas et de maladies indésirables. « Espérons que l’hiver cesse enfin » Tout en disant ça, il savait parfaitement qu’il se passait quelque chose, tout cela n’avait rien de naturel… ou il se trompait, mais ce n’était pas l’impression qu’il en avait. Un sourire amusé se dessina sur le visage du beau brun tandis qu’il gardait le silence. S’il y avait bien une chose qu’il avait appris sur Valaina, c’est que pour la garder à ses côtés il fallait lui laisser le plus de libertés possible et il allait tenter de s’y atteler.

« Ici ou ailleurs je crois que cela ne change rien »
Il parlait bien évidemment des plantes. Pour avoir fait pas mal de route sous cet épais manteau blanc, il pouvait parler sans craindre de se tromper. La neige recouvrait tout et pour dégoter des herbes ou toutes autres végétations, creuser était devenu obligatoire. « Si elle m’était déplaisante, sachez que je ne serais pas ici » répondit il sans l’ombre d’une hésitation. Il était assez sur de lui et il ne craignait pas de parler ouvertement. Il n’était pas en train de lui dévoiler ses sentiments, mais juste entrain d’expliquer qu’il ne se forçait pas. Dans le cas contraire, il aurait déjà fait volte face.

« Que voulez vous ? » Il commanda une bière avant de poser son regard sur Valaina dans l’attente de sa réponse. Ainsi elle lui parlait de chez soi, de ce qu’on appelait couramment une maison. « Ce n’est pas dans les manières des rodeurs… Et pourquoi n’êtes vous pas chez vous ? » Avouons le, il n’aimait pas vraiment parler de ses origines, de ses racines, car pour lui le mot maison résonnait finalement comme le lieu ou il se devrait d’être… Car le seul endroit qui était chez lui et bien finalement… il n’y avait jamais mis les pieds. « Il y a bien une époque ou je passais quelques mois à Erebor… une cité merveilleuse, mais elle n’avait rien d’un point d’ancrage. Je crois bien ne jamais en avoir eu et ne jamais en avoir éprouvé le besoin. Cela arrivera peut être un jour.. »


@destiny.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 18 Mar - 21:38

Love is like a snowball


"Il est vrai que si nous ne nous quittions pas, nous n'aurions pas besoin de nous chercher. Et chacun saurait où l'autre se trouve." Mais est-ce que ça lui plairait ? Elle qui avait vécu une grande partie de sa vie toute seule, se pouvait-elle qu'elle puisse vivre avec quelqu'un toute sa vie ? Oh, sans doute que oui, qu'elle le pourrait. Avec l'homme qui ferait battre son coeur à cent à l'heure. Et pour le moment, en plus de deux milles ans, les seuls sentiments qu'elle avait eu pour un homme, et bien ... C'était bien pour Nolàs. Mais en même temps, elle avait peur. Peur de perdre sa liberté. Peur de se retrouver avec des chaînes au niveau des bras ou bien des jambes. Oui, elle craignait trop s'attacher. et finir par avoir le coeur brisé. Et elle ne voulait pas que ça arrive. C'était peut-être bien pour ça que, pour le moment, elle attendait le moment opportun. Et peut-être de savoir ce que Nolàs éprouvait pour elle. Enfin, s'il avait des sentiments pour elle. "Je sais bien que le froid n'aide en rien. J'aime la neige. Mais en même temps, je n'aime pas ce qu'elle apporte. Les maladies, les désastres et des personnes qui ne savent pas comment s'y prendre pour se soigner." Peut-être fallait-il qu'elle voit le côté amusant de la neige. Le fait qu'on pouvait faire des bonhommes, ou bien des anges des neiges. Des batailles, comme Nolàs l'avait provoquée tout à l'heure.

Des herbes médicinales ? Oui, elle ne savait pas trop vraiment où elle pourrait en mettre la main dessus. Mais bon. "A deux, la recherche ira sans doute plus vite. Enfin, si vous acceptez, effectivement, de rester un bout de temps avec moi." Valaina eut un joli sourire quand Nolàs en vint à lui répondre qu'il aimait bien sa compagnie, comme elle venait de le suggérer. Est-ce que ça lui faisait plaisir ? Bien sûr. Elle était contente de savoir ça, même si ça ne voulait probablement rien dire de bien probant. "Fort bien. Alors, je propose que nous passions un peu de temps ensemble." Disons ... Pour les quinze à vingt prochaines années ? Oh, Valaina n'était pas certaine que ça dure autant. Ca n'était jamais le cas d'ailleurs. Mais elle aimerait que ça change. Quand ? Difficile de le dire.

Ils étaient rentrés dans la taverne. Et ils avaient fini par s'installer. Nolàs avait commandé et il avait demandé à la belle brune ce qu'elle prenait. Elle pencha la tête à droite, à gauche, réfléchissant bien à ce qu'elle voulait boire. "Et bien ... Je ne sais pas trop ... Surprenez-moi." Qu'elle laisse Nolàs prendre les commandes ? Ca pouvait être risqué, pour sûr. Mais parfois, fallait savoir prendre des risques. C'était ça la vie d'une certaine manière. "Mon chez moi est au Rhudaur. Mais j'y suis seule et là-bas, je n'aide personne. Alors quand vient le grand froid et l'hiver, je m'aventure, toujours plus loin vers le sud, pour aider les hommes. Même si, je dois dire, il me tarde de revoir les verts pâturages et de remonter en direction de Fondcombe." Non pas qu'elle y avait de la famille. Mais elle avait des gens, là-bas, à qui elle tenait beaucoup. Et il faudrait bien qu'elle les revoit à un moment ou à un autre. Surtout qu'ils allaient finir par se demander si elle était toujours en vie puisque cela faisait un moment qu'elle n'avait pas donné de nouvelles. "Oh, ça nous ferait presque un point commun. J'ai voyagé beaucoup dans cette région. Enfin, je ne suis allée qu'une fois à Erebor puisque la plupart du temps, je m'arrêtais à Lacville." Ville de ses parents, ou du moins, où ils avaient choisi d'élire domicile. "Votre vie de nomade ne vous déplaît guère à ce que je comprends. Mais il est bon, parfois, de se poser. Vous devriez essayer. Vous pourriez apprécier." avait-elle conclu par un sourire.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 22 Mar - 16:30

L'amour c'est comme une boule de neige.
Valaina feat Nolàs.



Nolas n’avait rien d’un mauvais garçon, il était assez atypique ça on pouvait lui accorder, mais dans le fond il était loin d’être mauvais. Sa personnalité évoluait en fonction des personnes qu’il côtoyait. Son éducation faite de voyage en tout genre lui avait montré une manière de vivre bien différentes de celle qui appartenait logiquement à son peuple. Les elfes étaient connus pour apprécier leur résidence plus que tout autre chose. C’était en tout cas ce qu’il avait pu comprendre. De ses longues années passées à voyager de par et d’autres, il n’avait croisé que quelques elfes solitaire. En comparaison aux hommes, ils ne représentaient qu’une infime partie des elfes. Pourquoi avait il choisi une vie différente ? Il n’en savait rien. Pour Nolàs, l’histoire était assez différente. Il fuyait ses responsabilités, elles le terrorisaient comme il fuyait les sentiments qu’il éprouvait pour Valaina. S’il y avait une chose pour laquelle Nolas était douée, c’était bien la fuite, mais un jour il allait bien devoir trouver le courage de faire face à ses responsabilités à ses sentiments. Voila plus de 3000 ans qu’il s’entêtait à fuir, n’était il pas temps de finir avec tout cela. « Cette neige n’a rien de naturel » Pas besoin d’être devin pour le savoir, mais il y avait quelque chose d’anormal dans tout ça. Nolàs se sentait mal à l’aise à l’extérieur comme s’il ressentait le mal être en bien de la terre du milieu. Sentiment étrange qu’il préférait garder pour lui.

Avec un léger sourire il acquiesça « Je pense que je peux faire ça » Après tout il avait un peu lancé le sujet. Il n’avait aucune envie de s’enfuir et de la laisser. Chercher des plantes n’était surement pas ce dont il avait rêvé pour fêter leurs retrouvailles, mais il allait s’y faire. Après tout ça ne devait pas être si difficile, bien qu’il puisse avouer qu’il détestait tout cette neige et qu’il aurait préféré que cela se passe sous un joli ciel bleu. En acceptant, il venait de signer pour quelques années en sa compagnie. Pour un elfe quelques années ne représentaient rien de très important, une décennie ce n’était rien en comparaison à sa longévité. Il espérait cependant réussir à approfondir la relation et donc à se laisser aller à ses sentiments mais pour le moment il préférait tâter le terrain avant de se lancer à l’aveuglette.

Une boisson qui pourrait la surprendre, sans vraiment savoir ce qu’il pouvait choisir, il se dirigea vers une boisson non alcoolisé qui ravirait surement l’elfe, enfin c’était ce qu’il espérait. Lui allait se contenter d’une bonne bière, rien de mieux pour terminer une journée. Qui plus est, l’alcool n’avait aucun effet sur lui, boire ne le dérangeait pas plus que ça, alors il pouvait se faire plaisir et c’était d’ailleurs ce qu’il était en train de faire.

« Fondcombe » Il connaissait ce qu’on disait sur elle, mais il n’y avait jamais vraiment mis les pieds, un jour peut être. Il n’était attaché à aucun endroit en particulier. « Pourquoi avez-vous ce désir d’aider le peuple des hommes ? » C’était une question qui le taraudait. Les elfes avaient pour habitude de rester loin des hommes, de ne pas se mêler de leur vie, et pourtant ce n’était pas le cas de la jeune femme. « Erebor ne méritait pas cette fin, mais Thror a précipité la chute de son royaume » A l’époque, il avait doucement compris que l' entassement de richesse aveuglait le nain. Bien que tragique la fin d’Erebor avait été prévisible… Du moins d’une certaine manière. « J’y penserais » Mais pour se poser il lui fallait une bonne raison et pour le moment il n’en avait aucune.

@destiny.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 24 Mar - 9:21

Love is like a snowball


La belle brune haussa un sourcil tandis que Nolàs lui disait que la neige n'avait rien de naturel. C'était son impression. Elle pencha légèrement la tête sur le côté. "Vous le pensez vraiment ?" Elle le fixa durant quelques instants. "Peut-être que vous avez raison. Mais qu'est-ce qui vous fait croire cela ? Pensez-vous qu'un vilain magicien est derrière tout ça ? Ou une autre force hors du commun ?" Peut-être qu'il avait tort, peut-être avait-il raison. Valaina n'aurait su le dire. Mais il était vrai qu'il n'avait pas neigé autant depuis plus d'un âge. Et c'était un peu inquiétant, à dire vrai.

Quoi qu'il en soit, le sujet fut plus joyeux lorsque Nolàs en vint à accepter à venir à la cueillette avec Valaina. Et celle-ci eut un adorable sourire sur le visage. C'était une bonne nouvelle. Et au moins, ils allaient pouvoir encore passer du temps ensemble. "Bien alors, c'est une bonne nouvelle. J'aurais trouvé dommage de se séparer aussi rapidement." Même plus que dommage. Elle n'aurait pas apprécié. Parce qu'elle aimait bien sa compagnie. Et qu'elle l'aimait bien aussi. Des sentiments pour lui ? Peut-être, elle ne savait trop. Elle n'avait jamais éprouvé un tel attachement pour une autre personne. De l'amitié, si, de fortes amitiés. Mais rien de semblable à ce qu'il y avait entre elle et lui. D'ailleurs, elle ne savait pas quoi donner comme nom pour leur relation. Etaient-ils de bons amis ? Plus encore ? Voyait-elle quelque chose qui n'existait pas ? Ou y avait-il, réellement, quelque chose entre eux ? Tant de questions auxquelles elle n'avait pas de réponse. Mais Valaina arrivait à faire le point sur tout ça et à démêler tout ça. De ça, elle en était certaine. Ca prendrait juste un peu de temps.

Ce qu'elle allait boire ? Une surprise. Elle laissait Nolàs choisir pour elle. Une marque de confiance, parce qu'elle n'agirait pas ainsi avec tout le monde à dire vrai. Comme quoi, y'avait vraiment un truc entre eux. Valaina lui parla de Fondcombe. A son regard, elle avait l'impression qu'il ne connaissait pas vraiment. "Fondcombe est une magnifique cité où tout Elfe est le bienvenu dans la demeure du Seigneur Elrond." Valaina se rappelait de tous les bons moments passés là bas. Comme les mauvais. Les mauvais étaient rares, bien évidemment. Sauf quand elle avait les deux jumeaux sur le dos. Qu'est-ce qu'ils pouvaient être terribles ces deux là quand il avaient envie de l'embêter ! "Peut-être pourriez-vous m'y accompagner lors de mon prochain voyage ?" avait-elle dit en penchant légèrement la tête sur le côté. Elle arriverait peut-être à le convaincre, qui sait ? Et là, Nolàs lui posa la question qui tue. Pourquoi aider les hommes ? Valaina eut un haussement des épaules. "Honnêtement, je ne saurais dire. Peut-être parce que j'ai été élevée dans la maison du Seigneur Elrond et que lui-même aide tous ceux qui passent par son domaine." Elle n'aurait su dire le comment du pourquoi de la chose. "C'est une question que je ne me suis jamais posée à dire vrai." Et elle n'avait pas réponse à lui fournir. Valaina eut un léger hochement de la tête concernant la suite et le fait qu'il pensait que Thror était, en partie, responsable du désastre à Erebor. "Probablement. Mais il n'empêche qu'un peut d'aide de la part du Seigneur Thranduil ne leur aurait pas fait de mal." Mais tout ça, c'était loin derrière eux. Très loin.

Le tavernier se ramena donc avec la boisson des deux Elfes. Et Valaina le salua d'un hochement de la tête en guise de merci. La belle ramena son regard sur Nolàs tandis qu'elle prenait sa boisson en main. Elle en but une gorgée. Pas mauvais. Et pas fort non plus. En même temps, ce n'était pas de l'alcool. Quoi qu'elle n'aurait, sans doute, pas dit non remarque. "Pour en revenir sur le fait de poser ses bagages, vous savez, si vous m'accompagnez ..." Pourquoi si alors qu'il lui avait donné son accord ? Peut-être par peur qu'il ne revienne sur sa parole. "Il nous arrivera, sans doute, de rester quelques semaines, voire quelques mois au même endroit." Elle ne savait pas trop pourquoi elle le prévenait d'ailleurs. Peut-être pour éviter qu'il ne soit surpris quand ça sera le moment.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'amour c'est comme une boule de neige - Valaina
» (M) Colton Haynes || L'amour c'est comme l'art et l'art demande du temps..
» L'effet boule de neige
» boule de neige
» Derek de Saxe,« En amour comme à la chasse, le vrai plaisir est de braconner. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: