"Trapped" - Rhovanion - Champ aux iris {ft. Aiden Evertsen & Aodhán Delwyn}

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 20 Juin - 15:15



“Trapped” - ft. Aiden Evertsen


Le jour se couchait tranquillement sur le Rhovanion, couvrant de teintes fauves les plaines du Marais aux Iris. Il ferait bientôt nuit aux sein des marécages et il n'y aurait alors plus que les rayons de la lune pour éclairer la voie. Pestant contre sa mauvaise fortune, Indira tentait vainement de trouver un abri où elle serait un peu plus en sécurité qu'au beau milieu des fondrières. A ses côtés Coral s'agitait discrètement, visiblement mécontente de se trouver là, sa dernière mésaventure dans le Marais aux Cousins bien trop fraîche à sa mémoire. Elle l'était également à celle d'Indira qui ne parvenait pas à oublier les nuits passées dans le froid et le vent, recroquevillée autour du feu, ni les longues traversées quotidiennes, à errer entre les tourbières et les sables mouvants. Elle aurait du trouver une autre solution, c'était de sa faute. Mais c'était soit ça, soit prendre le risque de pénétrer au sein de Mirkwood. Et sa dernière rencontre avec le Roi de la la Forêt Noire était bien trop récente, autant ne pas se rappeler à sa mémoire trop rapidement. Quoique. Un peu d'aide ne serait pourtant pas de refus.

Ils l'avaient poursuivie. Visiblement vexés d'être battus à leur propre jeu par une petite humaine de rien du tout, ces fichus gobelins avaient fini par la rattraper alors qu'elle reprenait la route et l'avaient acculée au cœur du marais. Voilà qui était fâcheux. Il ferait bientôt trop sombre pour qu'elle puisse se permettre d'évoluer à travers les sables mouvants et il ne lui resterait plus que deux alternatives, rester et se battre, ou libérer Coral. La deuxième possibilité lui semblant tout bonnement incongrue. Mais, même si elle ne les avait pas tous vu, la perspective de se battre seule contre un groupe de Gobelins revanchards n'augurait rien de bon. Il fallait trouver une solution et le plus rapidement possible. Et pour l'instant le champ des possibilités était bien mince. La rumeur des grognements qui l'avait suivie alors qu'elle cheminait le plus discrètement possible à travers les marécages s'était tue depuis quelques temps déjà. Soit avaient-ils perdu sa trace, soit il s'agissait d'un énième stratagème visant à lui faire baisser sa garde. Mais quoi qu'il en soit, l'éclaireuse ne se laisserait pas avoir si facilement et continuait sa progression, le plus silencieusement possible. Elle espérait secrètement ne pas les voir surgir brusquement d'un fourré. Mais avec ces satanés Gobelins il fallait s'attendre à tout, même si la discrétion n'était pas vraiment leur fort.

D'ailleurs, un bruit léger attira son attention, quelque part sur sa droite. On avançait vers elle, et contre toute attente, cette personne était seule. S'agissait-il d'un énième piège destiné à détourner son attention? Sans pour autant perdre de vue les lieux, Indira porta lentement la main à sa hanche, saisissant l'un de ses nombreuses lames qui y était accrochée. Qui que se soit, il serait bien reçu, d'une lame entre les deux yeux. La tension à son comble, les épaules contractées, les secondes lui parurent interminables et la jeune femme s'imaginait déjà face à une bande de bestioles irritées en quête de vengeance. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque la silhouette qui émergea s’avéra être largement plus grande et aussi bien plus familière. Mais trop tard, la lame était déjà partie dans sa direction. Heureusement déviée par son moment de surprise, s'enfonçant profondément dans la terre meuble à ses pieds. Une série de jurons étouffés échappa à la jeune femme, celui la pouvait remercier sa bonne étoile. Que faisait-il donc ici? Cela faisait tellement longtemps qu'ils ne s'étaient pas vus.
- On peut dire que tu as bien de la chance! Lança-t-elle à la fois moqueuse et soulagée
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 28 Juin - 4:07
"Trapped"
Aiden & Indira


Aiden fronça légèrement le nez, l'odeur faisandée des marais tout proche lui agressant l'odorat. Il avait toujours détesté les marais, aussi loin qu'il se souviennent. Bouger, c'était vivre. Or, foutre un orteil dans les marais était synonyme d'enlisement, et s'enliser c'était crever.

Mais il y avait autre chose dans les Marais qui glaçait Aiden jusqu'au plus profond de son être. Les marais de la Terre du Milieu avaient une fâcheuse tendance à petre d'anciens champ de bataille, et à abriter des morts plus ou moins frais. Or, s'il y avait bien une seule chose sur cette terre dont Aiden avait peur, c'était...

Un bruit sur le côté attira son attention, chassant ses pensées morbides d'un souffle de vent glacial. Lentement, mesurant avec soin chacun de ses gestes, il s'avança à couvert, les fourrés lui offrant pour l'instant un abri suffisant pour ne pas être vu. Il était contre le vent, donc peu importe ce qu'il y avait là-bas derrière, cela ne l'avait probablement pas détecté, et surtout c'était sûrement jusqu'au genou dans la vase collante et vorace, qui ne semblait jamais vouloir vous relâcher. Ses pas épousant sans un bruit le sol meuble, il continua lentement sa progression, et observa la source du bruit attentivement.

Un large sourire étira ses lèvres, et il émergea des fourrés. Enfin, il avait réussi à lui remettre la main dessus ! Tant de jours de recherches, à la pister comme un animal rare et insaisissable, cherchant les signes qu'il savait pertinemment qu'elle laissait par jeu derrière elle, et aussi un peu parce que l'un et l'autre ne voulaient jamais vraiment se perdre de vue... Aiden allait ouvrir la bouche pour dire quelque chose, mais n'en eut pas le temps. Dans un pur instinct de survie, il se jeta pratiquement en arrière, pour voir une lame se planter parfaitement dans le sol, juste devant lui, brillant doucement dans la lumière sanglante du soleil à l'agonie. Tétanisé pendant un instant, fixant la lame qui, il le réalisait avec horreur, se serait plantée avec la même aisance entre ses deux yeux, il fallut qu'elle brise le silence pour qu'il relève la tête, toujours aussi choqué. Mais lorsque son regard croisa celui, pétillant d'amusement, de son... amie n'était pas le terme exact, mais il conviendrait, il retrouva toute sa contenance. Ramassant le couteau d'un geste souple, il l'effleura, le bout de son doigts courant le long du fil de la lame.

« J'ai toujours adoré ta façon de m'accueillir. » sourit-il, moqueur et soulagé à la fois.

D'aussi loin qu'il se souviennent, Indira avait toujours trouvé un moyen, volontairement ou non, de l'accueillir en le frappant/lui jetant quelque chose/le faisant tomber/ou n'importe quoi d'autre l'amenant à frôler la mort.

Il s'avança vers Indira, et une simple accolade conclut ces retrouvailles. L'un comme l'autre n'étaient pas du genre démonstratif, et avaient toujours trouvé leur équilibre dans la simplicité. Il jeta un regar circulaire au paysage qui les entourait, et flatta distraitement l'encolure de la jument d'Indira, l'équidé ayant l'air à peu près aussi réjoui que lui à l'idée d'être ici.

« Avec toi, la chance est une condition de survie. Et sinon, la région te plaît ? Cet endroit, là, serait parfait pour une cabane  !  »

Il eut du mal à masquer le rire dans sa voix, pourtant, il ne pouvait pas nier une certaine inquiétude. Il ne l'avait plus revue depuis longtemps, mais il connaissait Indira. Si elle s'était aventuré dans un endroit comme celui-là à la tombée de la nuit, c'est qu'elle avait une bonne raison.
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 1 Juil - 16:38



“Trapped” - ft. Aiden Evertsen


Aiden. Apercevoir un visage familier dans ces marais de malheur eut le don de la rasséréner quelque peu et son sourire lorsqu'il apparu fut un peu plus franc que nécessaire. Indira ne l'avouerait probablement jamais, elle était trop fière pour ça, mais son arrivée était décidément providentielle et lui permettrait peut-être de se sortir de ce mauvais pas. Elle avait plutôt intérêt d'ailleurs. Étrange comme il s'ingéniait à apparaître dans sa vie aux moments les plus inattendus. L'histoire qui les liait était longue et pleine de détours. Et même si elle n'avait plus l'occasion de le voir aussi souvent qu'avant, croiser un visage ami dans ces collines désertées étaient signe de réconfort. Depuis combien de temps ne s'étaient-ils pas vus? Longtemps. Il y avait eut une époque, celle où elle n'était qu'une jeune fille perdue à Minas Tirith où ses visites s'étaient faites plus régulières. Mais l'histoire avait bien changé et depuis qu'elle avait pris la route, Indira n'avait plus l'occasion de revoir son vieil ami. C'était tellement vieux. L'époque de de leurs premières chamailleries lui semblait bien lointaine, celle où le jeune homme qu'il était s'était mis en tête de la sortir de sa réserve, lui enseignant tout ce qu'il y avait à savoir lorsqu'on était un voyageur solitaire en Terre du Milieu.

- Tu trouves aussi? Renchérit-elle, je me suis toujours dit que ça ne manquait pas d'originalité.

Se faisant elle s'était avancée tranquille, tendant la main pour récupérer son bien. Une dague de bonne facture qu'elle aurait regretté de perdre au profit de mains baladeuses. Fussent-elles amicales. Lui ôtant l'arme des mains, elle la rangea tranquillement. L'accolade qui suivit lui arracha un petit sourire. Indira était heureuse de revoir son vieil ami. Elle n'était pas du genre à en faire étalage mais elle savait qu'il le comprenait. Même si elle aurait préféré nier plutôt que de s'abîmer dans des démonstrations inutiles.

- Et encore, je ne visais peut être pas à hauteur d'homme, souffla-t-elle malicieuse alors qu'il passait un bras autour de ses épaules en guise de salut.


Heureusement pour lui dans ce cas qu'elle ait raté son tir. Mais comme il le disait si bien, ça ne serait pas la première fois qu'elle le gratifierait d'un de ces accueils dont elle avait le secret. Il fallait avouer qu'il avait le chic pour apparaître en plein cœur de situations impossibles  comme s'il débarquait par le plus pur des hasards. Mais Indira savait qu'il existait en réalité comme un code entre eux. Un jeu de piste qui s'était installée au cours des années, sans qu'ils en parlent vraiment. Des signes jetés au hasard des routes, pour s'amuser, voir si l'autre serait capable de les interpréter. Ça ne marchait pas toujours mais la jeune femme trouvait amusant de s'amuser à déjouer le destin de la sorte. Elle savait très bien qu'il l'avait retrouvée grâce à ses indices mais s'amusait toujours à faire l'étonnée. D'autant plus que l' éclaireuse s'était faite une spécialité de jouer les insaisissables.

- Fais attention, ajouta-t-elle, je pourrais finir par penser que tu me traques! Mais ne t'inquiètes pas, j'ai toujours eut beaucoup de chance!

Mais une série de grognements dans les fourrés l'arracha brusquement à leurs retrouvailles. Sa chance venait de tourner. Ces sales bêtes n'étaient vraiment pas loin. Étouffant une série de jurons particulièrement sanglants, Indira tendit l'oreille cherchant à évaluer la distance qui les séparaient des ses ennemis du jour. Avaient-ils suffisamment de temps pour fuir ou ne leur restait plus qu'à rester et se battre? L'un dans l'autre, la solution ne lui plaisait guère.

- J'ai comme qui dirait eut un petit malentendu avec des habitants du coin, lança-t-elle mi-moqueuse mi-penaude, j'espère que tu es en forme? Parce que j'ai bien l'impression que l'heure des explications approche.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 16 Juil - 2:20
"Trapped"
Aiden & Indira


S’il y en avait bien deux en Terre du Milieu qui méritaient la récompense des situations les plus inextricables, c’étaient eux. Minas Tirith et ses gardes avaient connu nombre de leurs frasques –en fait, surtout celles d’Aiden, mais Indira suivait toujours sans trop protester- et ils avaient plusieurs fois échappé de justesse aux geôles de la cité blanche. Mais chaque fois, avec leur capacité incroyable à se sortir des plus mauvais pas, ils passaient entre les mailles du filet. Pour des raisons de survie, ils n’avaient pas intérêt à remettre les pieds à Minas Tirith avant deux Âges, mais au moins ils étaient libres.

Aiden sentit la dague quitter ses mains et retint un sourire. Indira le connaissait parfaitement, et savait que pour lui, trouver c’était acquérir. Il avait eu quelques fois la mauvaise tendance de lui « emprunter » quelques affaires à plus ou moins long terme… ce qu’elle avait pris soin de lui faire regretter amèrement.

Et encore, je ne visais peut être pas à hauteur d'homme.

L’Homme tourna vers elle des yeux légèrement écarquillés. Décidément, elle réussirait toujours àa lui clouer le bec. Mais rapidement, il ravala sa peur toute masculine et répondit dans un sourire :

« Tu me vois ravi de ton échec, dans ce cas… »

Il avait mis assez de temps à la retrouver pour qu’elle ne l’émascule dès qu’il pointait le bout de son nez. Trouver les signes avait été particulièrement laborieux cette fois-ci, surtout avec l’autre dingue aux trousses. Mais il avait fini par le semer, et par retrouver la piste de la Sudiste. Trouver une piste est une chose… La suivre en est une autre. A force, il avait fini par chercher dans le moindre arbre un peu bizarre le signe qu’elle lui avait laissé, dans ce jeu de piste géant auquel ils se livraient depuis des années dans la parfois très peu hospitalière Terre du Milieu.

Fais attention, je pourrais finir par penser que tu me traques! Mais ne t'inquiètes pas, j'ai toujours eut beaucoup de chance!

Des grognements tout sauf amicaux vinrent ponctuer la fin de sa phrase. Aiden tourna la tête dans cette direction, avant de jeter à Indira un regard moqueur, le sourcil légèrement relevé. Aux borborygmes gutturaux qui résonnaient jus'à eux, le chasseur avait parfaitement identifié des gobelins.

« Je vois ça… Mais garde ta chance, s’il te plaît. »

Ils avaient beau discuter avec humour, dans un coin de son esprit, l’Homme se rendait bien compte que ce qui leur arrivait était tout sauf rempli de bonnes intentions, et que, cette fois comme les autres, ils pourraient bien y laisser l’un comme l’autre la vie. Il jeta un regard circulaire. Ils étaient encerclés par les eaux stagnantes et gluantes qui constituaient le paysage piégeux du champ aux iris. Aiden ignorait totalement ce qui sillonnait ces eaux profondes, mais à choisir il préférait encore affronter une troupe entière de gobelins.

J'ai comme qui dirait eut un petit malentendu avec des habitants du coin, j'espère que tu es en forme? Parce que j'ai bien l'impression que l'heure des explications approche.

Aiden lui rendit son sourire moqueur, et effleura de la main la garde de l’épée qui pendait à sa ceinture. Ce serait aussi l’occasion d’étrenner sa nouvelle « acquisition », cette fameuse dague pour laquelle il avait couru comme un animal traqué pendant des jours.

« Tu me connais, je ne refuserai jamais un arrivage de gobelins frais ! »

Il raffermit sa prise sur son arc, et jeta à nouveau un regard circonspect sur les environs.

« D’autant qu’il me semble que nous n’ayons pas vraiment d’autre choix… Si nous nous enfonçons dans ce marasme, ils n’auront plus qu’à nous tirer comme des lapins… »

Ce qu’Aiden n’avouait pas –bien qu’Indira le sache probablement- c’est qu’il aurait préféré affronter le Mordor en personne que de poser un pied dans les marécages. Il restait… hanté, littéralement, par une aventure malheureuse dans des marécages, et rien que l’odeur lui arrachait des frissons de peur. Alors non, il ne poserait pas un orteil dans ce terain incertain en n’y voyant pas à cinq mètres. Mais oui, il était prêt à mettre la dérouillée de l’Âge aux gobelins qui arrivaient.

« Et... que leur as-tu fait exactement ? Parce que des gobelins qui poursuivent quelqu'un ainsi, c'est assez rare... »


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 21 Juil - 21:57



“Trapped” - ft. Aiden Evertsen


Un sourire amusé s'étira sur ses lèvres devant son léger mouvement de recul. Ce ne serait pas la première fois qu'elle n'aurait aucun scrupule à protéger ses arrières de cette manière mais il fallait avouer que la zone de tir était pour une fois totalement fortuite. Leurs chamailleries étaient légion, surtout à l'époque de Minas Tirith où elle n'avait été qu'une jeune fille qu'il s'amusait à traîner dans la plupart de ses mauvais coups. Mais aujourd'hui, si elle le menaçait gentiment, cela faisait fort longtemps qu'elle n'était pas passé à l'acte. Pas avec lui en tout cas. Mais n'importe quel abrutis trop entreprenant se serait vu menacé du même châtiment sans aucun état d'âme.
La rumeur des grognements jusque là lointaine grandissait un peu plus à chaque instant, preuve que leurs ennemis n'étaient pas si loin. Il leur faudrait bientôt prendre une décision, le plus rapidement possible. Et Indira savait que s'enfoncer dans le marais était loin d'être la chose à faire. Le terrain ne leur était pas familier, ils seraient en position de faiblesse dans ce coupe-gorge et encombrés par leurs montures. La dernière option serait d'affronter ces sales bestioles et d'en finir. Et il ne serait pas de trop pour cela. Le sort faisait décidément bien les choses et il avait raison de dire qu'elle avait de la chance. Même si ce n'étais pas pour les mêmes raisons.

- Pourquoi donc? Répondit-elle, tu penses que nous allons avoir besoin d'une dose supplémentaire de bonne fortune?


De la chance peut être pas, mais un peu d'adresse et de vivacité ne feraient pas de mal. Du coin de l'œil, elle le vit porter la main à la garde de son arme. L'éclat brillant du métal la fit froncer les sourcils. Une drôle d'impression la saisit, curieux mélange de familiarité et de différence, comme si quelque chose n'était pas à sa place dans le tableau mais qu'elle l'avait pourtant déjà vu quelque part. Mais c'était impossible, non? Mais plus le temps de s'étendre en discours inutiles, l'ennemi serait bientôt sur eux, prêt à frapper. Ou plutôt à mordre en l'occurrence. Et inutile de préciser qu'elle n'avait aucune envie d'affronter un seul coup de dent de la part de ces nuisibles. La première expérience s'était révélée suffisamment mémorable.
Le groupe surgit sans crier gare, jaillissant des buissons sur leur droite, toutes griffes dehors, leur lames rudimentaires au poing. Leurs formes maigrelettes s'écrasant au sol dans un joyeux désordre, accompagné d'un concert de grognements et d'imprécations en tout genre. Ils étaient en tout une quinzaine, agités et prêts à en découdre. L'un d'entre eux, plus grand que les autres, manifestement leur chef, se détacha du groupe. L'air goguenard, un poignard de mauvaise facture à la main, il la désigna. Une blessure encore fraîche sur son flanc laissait s'échapper des traînées de sang et sa paupière droite était fermée, maculée de sang coagulé, son œil manifestement crevé.

- Comme on se retrouve, cracha-t-il de sa voix nasillarde, tu croyais pouvoir disparaître après ce que tu as fait? Laisse moi un peu, que je te fasse payer pour mon œil, Longues Jambes!


Indira réprima une grimace. Pas de chance, celui là était manifestement vindicatif. Et réclamait vengeance pour son œil perdu dont elle était bien évidemment responsable. Mais plus le temps de tergiverser que déjà plusieurs d'entre eux se jetaient sur le duo, leurs armes sifflant dans l'air de toute la vivacité de leurs lames émoussées. Se jetant vivement de côté pour éviter l'un de ces petits monstres, l'éclaireuse sortie sa propre lame, parant le coup à la dernière seconde. Son cimeterre rencontra l'acier du poignard dans un crissement assourdissant alors qu'elle se baissait vivement pour éviter un coup ennemi venant de sa gauche. Les choses sérieuses démarraient sans tarder.

- Ainsi donc tu aimes le gobelin? Lança-t-elle railleuse à son compagnon d'infortune, voilà qui devrait te satisfaire!

Sans détourner le regard, sa main se porta à sa ceinture d'où elle décrocha une dague qu'elle lança sur un des gobelins qui se rapprochait dangereusement d'elle. La lame l'atteignit en pleine tête et la créature s'effondra au sol sans un geste de plus, figée en plein mouvement. Il n'y avait aucun ordre dans cette attaque, ils se contentaient de se jeter sur eux, fous de rage. Et au beau milieu de ce chaos, le chef de la bande hurlait ses ordres, gesticulant tel un pantin désarticulé.

- Occupez vous du gringalet à l'arc et laissez moi m'occuper de la donzelle, hurla-t-il, on a un compte à régler elle et moi!





Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 23 Juil - 1:06
"Trapped"
Aiden & Indira


Aiden avait déjà vu des créatures répugnantes. Vivantes, ou mortes, fraîches ou à demi-composées. Mais il n’existait à sa connaissance qu’une seule espèce qui puisse mériter ces qualificatifs tous à la fois: les gobelins.

Et visiblement, Indira ne l’avait raté, celui-là. Le probème avec les gobelins, comme avec le reste de la vermine, c’est qu’une fois à l’article de la mort, cette saleté se met à s’accrocher à la vie comme une tique à un cheval,et se mettait à se battre avec d’autant plus de férocité et de vice qu’il était atteint. Et à voir l’était de celui-là, Aiden sentit que le combat ne serait pas le plus facile de ceux que leur duo avait mené jusqu’ici… que du contraire.

Lorsque la troupe arriva pêle-mêle, avec à leur tête un encore plus hideux que les autres, Aiden ne put s’empêcher de les analyser rapidement. C’étaient des gobelins tout à fait classiques, si ce n’est qu’Indira les avait méchamment échauffés. Il brandissait sans technique de combat apparente leur lames émoussées et rouillées, le genre qui vous fait connaître une mort des plus douloureuses qui soit. Le chasseur jaugea un instant la situation. Le dialogue n’allait pas durer des siècles, alors sortir son arc n’avait pas vraiment d’utilité. Aiden profita des quelques secondes de répit qu’il leur restait pour arrimer solidement son arc, et sortit son épée. La lame blafarde brilla dans la lumière changeante de ce début de nuit. Il connaissait cette épée par cœur, pour la manier depuis qu’il était enfant.

Et, un peu plus tôt qu’ils ne l’avaient prévu, les petites créatures se jetèrent sur eux dans des gargouillis pour le moins… écoeurants. Une lame siffla à sa droite, mais déjà la sienne rencontrait dans un crissement suraigu une autre sur sa gauche, son ennemi gargouillant de plus belle pour marquer son insatisfaction. Les coups se succédaient, mais toujours l’épée parait.

- Ainsi donc tu aimes le gobelin? Voilà qui devrait te satisfaire!

L’Homme jeta un coup d’œil amusé à sa partenaire du jour, avant de répondre sur le même ton :

« Tu les as parfaitement chauffés ! Ils sont juste à point ! »

Ce petit instant d’inattention faillit le perdre. Pour éviter un nouveau coup inattendu, Aiden dut pratiquement se jeter en arrière. Mais, à sa plus grande surprise, le sol s’enfonça sous son pied et il perdit l’équilibre, basculant en arrière. Une lame siffla, un gargouillis l’accompagna. Aiden voulut parer, mais le mouvement était mauvais et son épée valsa.  Voilà qui était… problématique.

Son ennemi sourit –enfin, ça y ressemblait- d’un air mauvais, avant d’abattre sa lame levée. L’Homme se jeta sur le côté, sentant la peur instinctive de la mort lui saisir le ventre. Il fallait se relever. Être couché, c’était être mort.

Il ne lui restait plus qu’un choix. Osant le risque, Aiden, d’une détente, se rétablit sur ses pieds au prix d’une acrobatie improbable. Un gargouillis. Un mouvement. Et puis la douleur. L’Homme étouffa un juron, mais n’eut pas le temps de se concentrer davantage là-dessus, que déjà son Gobelin et un de ses potes fonçaient sur lui, décidés à l’achever. Le combat allait devenir vraiment... dangereux. Les deux Gobelins foncèrent tête baissée, sans se demander si l’Homme avait un autre atout à sortir. Ce qu’il avait, et ce qu’il fit. Les deux lames brillèrent, l’une plus que l’autre, et les deux Gobelins s’écroulèrent, terrassés.

Aiden s’avança, pour récupérer les deux dagues sur les cadavres. L’une, la sienne, légèrement courbes, délicat ouvrage du Sud. Et la seconde… Celle-là, on pouvait dire qu’il l’avait méritée. Des journées à fuir cet inconnu qui refusait de lâcher prise. Il observa l’arme fine, presque parfaite, et décorée avec soin… l’arbre du Gondor. Tiens…

Mais l’heure n’était pas à l’orfèvrerie. Déjà, d’autres Gobelins fonçaient, et pour l’une des premières fois de ses voyages en Terre du Milieu, Aiden se dit qu’ils auraient sans doute du mal à vaincre cette fois. Mais il ne se résignerait pas. Il se battrait jusqu’au bout. Parce que s’il existait bien un truc qui vous remontait le moral, c’était taper sur du Gobelin. Le suivant en fit les frais, s'écroulant avant même d'avoir pu frapper. Mais en suite en venait un autre, et encore un autre, et un autre...


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 30 Juil - 22:13



“Trapped” - ft. Aiden Evertsen


Un sourire grimaçant lui échappa à la vue de sa chute malheureuse dans la vase. Il n'y avait rien de drôle, il avait probablement évité une blessure plus grave uniquement grâce à son agilité mais il fallait avouer que ça n'était pas la première fois qu'un moment d'inattention manquait de lui coûter cher. Mais plus le temps de s'appesantir sur les acrobaties de son compagnon d'infortune, son ennemi du jour s'avançait déjà vers elle, visiblement prêt à en découdre. Poignard à la main l'air plus féroce que jamais, il s'apprêtait à se jeter sur elle de toute la vitesse de ses jambes tordues.

- Approche un peu ma jolie, je vais t'apprendre à vivre! Hurla-t-il
- C'est moi qui t'apprendrais quelque chose si tu m'appelles encore une fois ma jolie, cracha-t-elle, mais ça risque de ne pas te plaire!


Homme ou gobelin, il y avait des familiarités que la jeune femme n'était certainement pas prête à accepter. Et ces mots la hérissaient toujours autant. Mais il ne se formalisa même pas de sa réponse, tout à sa colère. Il se jeta sur elle et la jeune femme l'évita avec aisance. Mais ce qui lui manquait en agilité, il le compensait par la force et la vibration occasionnée par le choc de leur lame se heurtant lui parcourue le bras dans un tremblement désagréable. Reculant d'un pas sous la force du coup, l'éclaireuse para de son mieux, le repoussant dans un grincement rageur. Le bruit de commotion pas loin derrière lui indiqua qu'Aiden était lui même aux prises avec quelques unes de ces immondes bestioles. Mais difficile de se préoccuper de son ami quand une espèce d'abomination en furie décidait de vous charger sans crier gare.

- Et bien? Lança-t-elle en l'esquivant, tu veux peut-être que je t'arrange ton œil restant? Il suffisait de demander!

Ce n'était pas la chose à dire, pas du tout même. Le gobelin, déjà bien hors de lui laissa échapper un cri de rage, suivi d'une phrase dans une langue qu'elle ne compris absolument pas. Mais inutile d'en connaître les rudiments pour deviner qu'elle contenait autre chose que des mots doux. Une intuition lui soufflait même que c'était tout le contraire. Repoussant une nouvelle fois la lame qui tentait une fois de plus de l'atteindre, la jeune femme cherchait une faille dans cette attaque désordonnée, susceptible de lui donner l'avantage. L'ennemi, court sur pattes l'obligeait à ajuster ses coups, abaissant sa lame dans le but de le toucher. La bestiole semblait infatigable, enchaînant les coups sans aucune retenu. A n'y rien comprendre aux vues de la vilaine blessure qui ornait son flanc. Un sourire mauvais étira ses lèvres à cette idée. Voilà qui était mieux. S'abaissant vivement, tirant une lame de son étui, Indira pris le risque de se rapprocher un peu plus, tenant le poignard bien serré. Le coup suivant fut violent mais la jeune femme s'y attendait. Parant de son cimeterre, elle pivota sur elle même et frappa de l'autre main, la lame de la dague s'enfonçant profondément dans la chair déjà meurtrie. Le gobelin poussa un hurlement retentissant, reculant de quelques pas, ses mains griffus agrippant son flanc d'où dépassait encore son arme. Profitant de son tourment, la jeune femme se redressa d'un mouvement et lui enfonça la lame de son cimeterre en pleine pour poitrine. Pour faire bonne mesure. Il s'effondra au sol dans un gargouillis infâme,  son regard haineux fixé droit sur elle.

- Même pas un adversaire digne de ce nom, murmura-t-elle dédaigneuse


Mais il n'était déjà plus en était de répondre et Indira s'en désintéressa aussitôt son poignard récupéré. Ses comparses constituaient une toute autre forme de problème<, ils étaient encore nombreux. Peut être pas très malins mais nombreux. Du coin de l'œil elle vit deux d'entre eux s'effondrer au sol, à l'instar de leur chef. Une lame en pleine poitrine. Et là, les derniers éclats du soleil mourant lui offrirent une vue à laquelle elle ne s'attendait pas. Elle avait déjà vu cette dague. Et de très près d'ailleurs. Sa lame c'était trouvée à quelques centimètres à peine de son visage, suffisamment pour qu'elle puisse détailler les gravures qui la ciselaient en un laçage compliqué. Ce Gondorien stupide s'était-il donc fait un devoir de hanter chacun de ses pas? Dans un juron bien senti, la jeune femme se rapprocha subrepticement, assommant l'un de ces petits monstres au passage.

- Pardonne ma question, lança-t-elle tout en évitant un nouvel assaillant, mais j'ai comme l'impression que tu as de nouveau eut la main leste. Je me trompe?


Ce faisant elle désigna l'arme d'un signe de tête. S'il s'agissait bien de celle à laquelle elle pensait, il allait au devant d'autres ennuis. A n'en pas douter. Et dire qu'elle se croyait débarrassée de lui voilà qu'il trouvait le moyen de se trouver encore et toujours sur sa route. Comment diable avait-il fait pour se retrouver au contact de son ami, c'était un mystère. Curieux comme le destin s'acharnait parfois à vous rendre la vie difficile et vous plaçait sur le chemin de personnes que vous ne teniez absolument pas à voir. Comme par le plus grand des hasards. Comme à cette instant précis où deux gobelins, se rendant manifestement compte de son intervention lâchèrent leur cible pour s'approcher d'elle. Leur chef disparu, ils n'en étaient pas moins décidé à en découdre.

- Si cette lame est celle que je crois, ajouta-t-elle, laisse moi te dire que tu viens de te faire un nouvel ennemi Aiden.

Le ton était pince sans rire. A la fois amusé de le voir s'attirer une nouvelle fois des ennuis à cause de cette sale habitude mais également contrariée par ce que cela impliquait. Car nul doute que son propriétaire viendrait réclamer son dut. Borné comme il était. Mais l'heure n'était plus à la réflexion. Un poids la heurta de dos, s'agrippant à ses épaules, la faisant chuter au sol. S'effondrant, un de ces monstre accroché à ses bras, Indira laissa échapper un cri rageur. D'une ruade, la jeune femme roula sur le sol herbeux, projetant son assaillant au sol avant de l'assommer d'un coup en pleine tête. Cet affrontement commençait à sérieusement l'agacer.

- Trêves de plaisanteries, cracha-t-elle, ces sales bestioles commencent à réellement me fatiguer!


Il était temps d'en finir une bonne fois pour toute avec ces gobelins, la plaisanterie avait suffisamment duré et Indira n'avait décidément plus envie de jouer.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 20 Sep - 1:33
Trapped
Aiden & Indira & Aodhán



Je n'ai aucune excuse pour ce retard sans nom... Pitié, pardonnez-moi cryyy 


______


Les deux Gobelins effondrés, les assaillants mirent un temps à se ruer de nouveau sur Aiden. Déjà, certains hésitaient, voyant qu’autour des deux humains qui se battaient furieusement, les corps s’amoncelaient avec grande facilité. Cette respiration de quelques secondes laissa le temps à Aiden de récupérer ses deux dagues, et, dans un bond, de récupérer son épée, encore noire de sang épais. Pouah.  Il n’y avait rien de plus sordide que le sang de ces créatures, visqueux et noirâtre, dont l’odeur vous poursuivait des jours durant. Ignorant la douleur vive qui lui lançait dans tout le côté gauche, le chasseur sourit dans la direction d’Indira, répondant à sa question avec l’humour qu’on lui connaissait :

« Je ne perds pas la main, tu as vu ça ? Et je peux te dire que ça n’a pas été simple, il m’a collé aux basques plusieurs jours… »

Un éclair de lumière sur le côté gauche lui rappela que ça grouillait toujours dans le coin. Et les Gobelins, visiblement plutôt fâchés de la mort de leur chef, avaient retrouvé une férocité toute neuve, qui les rendait encore plus dangereux. Devenus comme fous, ils semblaient prêts à se jeter sur toute chose vivante aux alentours, et pour l’instant, les seules choses vivantes, eh bien c’était eux.

- Si cette lame est celle que je crois, ajouta-t-elle, laisse moi te dire que tu viens de te faire un nouvel ennemi Aiden.

À ce point ? Le chasseur ouvrit la bouche pour répondre, mais n’en eut pas le temps. Déjà, trois autres assaillants fonçaient sur lui. Son épée dans une main, il dégaina la fameuse dague gondorienne, plus longue que la sienne, comme arme de poing. Et n’eut pas le temps de réfléchir davantage, que déjà les Gobelins, hurlant dans ne langue aussi affreuse que leurs traits, se jetaient sur les deux compagnons d’infortune. Un des Gobelins frappait sans relâche, et Aiden paraît les coups aussi bien qu’il pouvait. Mais la créature semblait voir ses forces décuplées par la rage dont l’humain ne comprenait pas pleinement l’origine… apparemment, ils semblaient bien décidés à manger de l’humain rôti ce soir. Parant un nouveau coup de son épée, le chasseur abattit la dague en traître. La lame ouvragée s’enfonça dans la chair molle du cou comme dans du beurre, et le Gobelin s’écroula, agonisant dans un gargouillement répugnant.

Mais déjà, un autre était venu remplacer celui qui était tombé, et il semblait qu’à chaque ennemi qui tombait, deux autres apparaissaient, sans fin, sans espoir de voir un jour s’arrêter les coups qui pleuvaient. Et bientôt, Aiden sentit un dos contre le sien. Il n’avait pas besoin de regarder pour savoir qu’il s’agissait d’Indira… Et le souvenir d’une de leurs dangereuses frasques lui revint en mémoire. La dernière fois qu’ils s’étaient ainsi retrouvés aculés, dos l’un à l’autre, ça c’était plutôt mal terminé… L’homme para un nouveau coup, abattit sa dague, perforant un estomac, tranchant une gorge, fendant un crâne.

« C'est à croire que ça ne cessera jamais ! »

Et toujours cette douleur aigue sur le côté gauche, qui semblait le déchirer en deux à chaque mouvement. A ce point du combat, Aiden ne voyait pas vraiment ce qui aurait pu lui arriver de pire…




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [TAKEN] JEREMY RENNER - Aiden Evertsen [HUMAIN]
» Aiden Evertsen # No one knows what it's like to be the sad man
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Le champ d’herbe a pipe de Nirco
» Mon mékano avec champ de force

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: