When you're lost, find a guide [pv Aod]

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 18 Juin - 2:30








When you're lost, find a guide

Aodhan Delwyn φ Daràn Arendil

La prochaine fois qu'une idée aussi folle que celle de rallier cette Forêt Noire depuis Dol Amroth, ou du moins la cote proche, me prend, faites moi interner, ligotez moi, ce que vous voulez, mais empêchez mon entêtement d'avoir raison de toute forme d'intelligence.
Enfin, jusqu'à présent je sais parfaitement ou je vais - ce qui est en dire beaucoup, vu que je ne connais aucune des régions au nord de Minas Tirith, n'étant d'ailleurs jamais monté jusqu'à la Cité Blanche. Je sais tellement bien ou je vais, a dire vrai, qu'il se trouve que la moitié des personnes a qui j'ai demandé ma route ne savaient pas même de quoi je causais, et l'autre moitié m'indiquait toujours la direction opposée a celle dans laquelle je me dirigeait...Un navire et un compas incapable d'indiquer le nord, tels sont mes seuls points de repère. Ne jamais mettre un pirate sur la terre ferme, il est seulement pas capable de retrouver le chemin de...ah si, la taverne, ca il en connait le chemin, pas de problème a ce sujet.
Donc, je disais que si j'en écoute les dernières indications que j'ai reçues ainsi que mon compas bien désœuvré, et que je rajoute a cela la position du soleil a l'heure a laquelle nous sommes - il est quelle heure? - je dirai que je me trouve approximativement au milieu de nulle part. Enfin, il est vrai que j’aperçois autant les montagnes que la forêt, mais, mis a part les plaines et autres cités, il n'y a a peu près que cela sur le continent, autant dire que cela ne m'est d'aucune aide... En parlant de cité, certainement qu'en suivant la voie a peu près couramment utilisée - au vu des traces de sabots en tout cas - sur laquelle je me trouve, j'ai a peu près espoir de tomber sur quelque chose de potable.
Aussi vais-je, pour une fois, suivre la voie de la raison, et suivre cette voie au passage, m'apercevant rapidement qu'elle mène effectivement a une cité, dont il vaut mieux me demander ni le nom ni l'emplacement exact. Cependant, a peine arrivé dans les rues étroites et ombragées, dédale dans lequel la vie grouille de partout a la fois, que je trouve le moyen de me faire remarquer. Il est évident que mon style vestimentaire indique clairement que je ne suis pas des environs, mais tout de même, j'avais espéré passer inaperçu un petit quart d'heure avant de devoir rendre des comptes... Enfin, si il le faut vraiment, je ferai dans l'art subtil de la délicatesse auprès de ces deux soldats me suivant depuis l'instant ou j'ai passé les murs de la cité. J'ai bien parlé de délicatesse n'est-ce pas? Voyez vous même.
"Si c’est ma tête qui vous revient pas, vous pouvez toujours aller roupiller dans le couloir. Et à partir de maintenant, si j’entends un mot plus haut que l’autre je vous… renvoie dans votre bled natal à coups de pied dans… dans le fion. Comme ça vous pourrez aller ratisser la bouse et torcher le cul des poules, ça vous fera prendre l’air. Sur ce, bonne journée messieurs les officiers."
M'inclinant tout en retirant mon tricorne - toujours solidement ancré sur mon crane malgré la distance me séparant de mon navire - je fais ensuite demi-tour, laissant les deux soldats, et, j'en suis certain, quelques passants alentours, passablement interloqués. Libre a eux de désirer m'interpeller si l'envie les en dit, mes dagues et mon sabre étant parfaitement accessibles a mes mains depuis la ceinture ou ils se trouvent attachés. Tournant dans une rue sans regarder ou je met les pieds, à mon habitude, je me retrouve à percuter violemment quelque chose, ou plutôt quelqu'un, manquant par la même chuter au sol. Pour tout avouer, seul le mur proche me sauva de la chute. Me relevant, je porte immédiatement la main a l'une des dagues que je porte à la ceinture, ne la dégainant cependant pas, tout en observant l'homme que je viens de renverser, plus rapide que moi à se redresser.

© Méphi.








Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 5 Aoû - 20:06




∞ When you're lost, find a guide
Ce serait tout de même un comble pour un cartographe de se perdre dans une région du Rhovanion alors qu’on l’y avait envoyé pour justement compléter les cartes sur les chemins serpentant a travers les Monts Brumeux jusqu’aux Champs aux Iris. Et pourtant cela arrive parfois. Certes rarement, mais quand cela arrive, il y a bien de quoi vous foutre en rogne. Dire qu’il était perdu serait un bien grand mot mais nous allons dire qu’il aura fait quelques détours pas franchement utiles. Les dernières semaines n’avaient pas étés des plus reposantes et il mettait volontiers ces erreurs de routes sur le compte de la fatigue ou encore sur l’agacement causé par le vole d’une de ses dagues. Et ciel que la mission aux Champs des Iris tombait bien : il avait eu écho que son chapardeur galopait dans cette direction ! Que les Destin fait bien les choses me direz-vous… Mais revenons à nos moutons.

Le bruit des sabots des chevaux était étouffé par la couche d’herbes grasses qui recouvraient les collines de la Région, de joyeux bavardages se faisaient entendre alors que le cortège avançait péniblement vers la petite cité qui se dessinait plus loin à l’Est. Que l’on se perde seul est une chose, mais qu’on tombe sur des gens perdu alors que soit même on ignore plus ou moins où l’on se trouve est sommes toute plus embêtant. Il avait croisé la petite troupe alors qu’il refaisait une énième fois un nouveau travers pour sortir du labyrinthe des Monts Brumeux. Evidement qu’il n’allait pas crier sur tout les toits qu’il était perdu – de toute manière il ne l’était pas tout à fait car il connaissait un autre chemin pour en sortir mais il voulait absolument en trouver un autre…- quand le chef de la Bande vint lui demander le chemin. Aodhán aurait certainement refusé d’accompagné ces gens s’il n’avait pas vus les femmes et les enfants près à tomber de fatigues au moindre pas. Ce fut donc dans un soupir qu’il accepta de les y conduire – abandonnant au passage la raison principale de sa venue dans les Monts Brumeux- et se retrouvant à présent à pied, tenant Gondor par les rênes alors que deux jeunes enfants qui ne devaient pas avoir plus de dix ans profitaient de la vus perchés sur le dos de l’Etalon. Lui qui faisait tout pour éviter au maximum de voyager en groupe, il était servis. Voila quatre jours qu’il les menait vers cette cité où il avait mis les pieds sans doute une ou deux fois dans sa vie, priant pour avoir une bonne place dans une auberge et avoir la possibilité de repartir au plus vite.

Dans la petite cité, la vie grouillait de partout. Les marchants avaient sorties leurs étales sur les parvis pour profiter du soleil, les citadins arpentaient les rues pour le plaisir de flâner ou tout simplement pour faire les courses afin de faire un bon repas pour le soir et quelques gardes surveillaient cette foule. Gondor n’était pas à laisse dans cette foule, trop de monde autour de lui et par trois fois il manqua de botter une personne qui lui avait frôlé la croupe de trop près. Aodhán devait trouver une écurie et vite s’il ne voulait pas que l’étalon blesse quelqu’un ou se blesse lui-même. Il abandonna ses compagnons de voyage au détour d’une ruelle, profitant d’un endroit désert pour se changer. Roulant sa cape dans sa besace il ressorti son manteau sans manche en cuir fin, son étoffe rouge quitta son cou pour enserrer sa taille. Ici il faisait plus chaud que dans les Monts Brumeux, inutile de rester couvert ainsi. Une fois a son aise, il ressorti de la ruelle de l’autre coté, vers une rue moins bondée où Gondor pouvait se mouvoir sans avoir a fouiller de la queue pour montrer son agacement même s’il manqua de choper un type étrange qui passa un peu trop près avec les dents . Aodhán lui lâcha une tape sur les naseaux histoire de lui faire comprendre qu’il n’avait pas à le faire avant que quelque chose – ou plutôt quelqu’un- le heurte de plein fouet. Non pas que le choc fut violant mais il du se tenir au quartier de sa selle pour se remettre d’aplomb. Il reconnu l’homme que Gondor avait faillit mordre deux minutes avant, et remarqua sa main posé sur sa dague.

« J’oublierais cette idée à votre place » dit-il en écartant un pan de son manteau pour laisser voir les gardes de ses deux dagues à lui. « Un simple pardon suffira…A moins que je demande a ces messieurs de nous servir d’arbitres » poursuivit Aodhán a désigna d’un signe de tête deux gardes qui semblait chercher quelqu’un du regard. Mais il n’avait pas spécialement envie de se bagarrer maintenant, optant plus pour une bonne bière que pour croiser le fer. « Et puis franchement j’ai plus envie d’une bière que de vous foutre une trempe… »

© .JENAA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» When you're lost, find a guide [pv Aod]
» [Guide] Le charpentier
» [Guide]Du niv.0 au niv.2
» [Guide]Le prestige
» coulisseau et son guide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: