Blessing in disguise {ft. Thranduil}

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 14 Mai - 19:42
Blessing in disguise
Forêt Noire
{ft. Thranduil}


Le jour se profilait à peine sur la plaine. Loin à l'horizon, l'astre du jour se lèverait bientôt sur Mirkwood. Mais pour l'instant seule la lueur pâle d'une aube grise et morne éclairait la rive est de l 'Anduin et le soleil semblait hésiter à faire grâce de ses rayons malgré le printemps qui était déjà bien installé. Après avoir passé la nuit près du fleuve, Indira avait repris la route dès l'aube dans sa hâte de rejoindre sa destination. La jeune éclaireuse ignorait encore ce qu'elle espérait trouver, ce voyage se basant uniquement sur une intuition de sa part. Cela faisait un moment qu'elle prévoyait de quitter l'Eriador pour rejoindre le sud, ce détour par le Rhovanion ne serait qu'un petit accroc à son emploi du temps. Sans oublier que les rumeurs allaient bon train ces temps ci et qu'Indira était une irrémédiable curieuse. Mais la traversée des Monts Brumeux lui avait pris plus de temps que prévu. Le beau temps aurait déjà du être bien présent à cette époque de l'année mais les chutes de neige avaient ralenti sa traversée plus que de raison. Aussi la jeune femme était-elle ravie d'avoir quitté les montagnes pour la quiétude des plaines, même si la vue des landes grises et froides ne laissaient pas présager que quelque part plus au sud, l'été approchait déjà.

Caché derrière la couche nuageuse, le soleil poursuivait sa progression, aussi l'éclaireuse profitait-elle d'une pause bien méritée pour consulter ses cartes. Elle avait fait halte au cœur d'un bosquet solitaire, s'étendant au pied d'un pente vallonnée que traversait un ruisseau. A une lieu de là, en direction du levant, l'ombre imposante de la Forêt Noire couvrait l'horizon, s'étendant à perte de vue. Il courrait sur les lieux les histoires les plus délirantes. Plus folles encore que les racontars de vieilles femmes sur la vieille forêt. On chuchotait que ceux des arbres gardaient jalousement leurs secrets et n'appréciaient pas spécialement que des étrangers s'introduisent sur leurs terres. Ce qui tombait à pic puisqu'Indira n'avait aucunement l'intention de pénétrer dans les bois. De temps à autre, une rumeur étrange montait de la cime des arbres et des vols entiers d'oiseaux sauvages prenaient la fuite, effrayés par on en savait quelle menace invisible. Et la jeune femme qui avait rencontré suffisamment d'ennuis ces derniers temps entendait se tenir aussi éloignée que possible de tout problème potentiel. Pour l'instant. Car si on considérait sa future destination, sa position était des plus paradoxales.

Comme pour prouver ses dires, une rumeur lointaine s'éleva, bientôt suivie du bruit d'une cavalcade. Impossible d'avoir une bonne visibilité en direction de la forêt, le vallon montait en pente douce vers l'est, sa ligne s'étendant pendant plusieurs centaines de mètres dont ne dépassaient que la cime des arbres. Aux aguets, l'éclaireuse se leva, rassemblant ses affaires. Une compagnie était à l'approche. Peu nombreuse aux vues du bruit mais venant droit sur elle. La jeune femme gronda à voix basse, maudissant sa malchance. Elle n'avait pas spécialement envie de croiser du monde dans les parages. Au mieux s'agirait-il de voyageurs sans histoire, au pire d'opposants potentiels. Et entre devoir affronter la curiosité des gens et croiser le fer avec une compagnie ennemie, Indira ne savait ce qui serait le pire. Mais il n'était plus temps de fuir, ils arrivaient déjà.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 21 Mai - 0:19
    Lancés au grand galop sur leur chevaux, quelques soldats elfes sortaient de la forêt de Mirkwood. Devant, ayant troqué son Caribou pour un cheval, se tenait le roi Thranduil. Ils galopaient vers un but précis: une de leur jeune recrue serait tombée dans un piège tendu par nul autre que des Gobelins. Et qui ne connait pas la haine des elfes envers ces monstres? Ils ne les portent pas du tout dans leur coeur. Lorsqu'il avait appris que l'une des recrues était prise au piège, le roi avait rapidement rassemblé quelque-uns de ses hommes et avait fait préparer les chevaux en vitesse. Il fallait qu'ils fassent vite. La vie de cette recrue était en danger. Thranduil aimait beaucoup son peuple, et les mettait le moins possible en danger. C'était pour cela qu'il n'avait pas intéragit lors de l'attaque de Smaug le Terrible à Dale et Erebor. Il savait qu'on ne pouvait rien faire contre un dragon qui voulait à tout prix son trésor. Donc, comme l'un des siens était en danger, il était parti lui porter secoure. Ils progressaient vite. Rapidement, ils avaient atteind l'orée de la forêt du côté des Monts Brumeux.

    Le groupe venait de sortir de la forêt, quand le roi indiqua à ses hommes de ralentir l'allure. Devant eux, à quelques mètres, venait de se dresser une forme humaine. Alors qu'ils passaient au pas, Thranduil remarqua, de ses yeux perçants, qu'il s'agissait d'une jeune femme. Que venait-elle faire ici? Il décida, au lieu de l'éviter, d'aller à sa rencontre. Peut-être savait-elle quelque chose au sujet d'un elfe prit au piège? L'avait-elle peut-être même vu? Le groupe de cavalier fut bientôt à la hauteur de la jeune femme. Ils s'arrêtèrent, et Thranduil se détacha du groupe et vint se poster face à elle. Il l'observa un moment, évaluant si elle risquait de s'attaquer à eux. Elle en serait probablement capable. Il se demandait aussi ce qu'elle venait faire près de Mirkwood. Sans prendre la peine de se présenter, il la questionna. « Qui êtes-vous, et que venez-vous faire aussi près de ma forêt mademoiselle? »

    Il vit qu'elle avait des cartes avec elle. Peut-être était-elle seulement perdue? Le roi n'était pas contre le fait que des voyageurs viennent lui demander de l'aide ou seulement lui demander un toit pour la nuit, mais il préférait quand même qu'il n'y ait pas trop d'étrangers qui viennent sur ses terres. Il préférait rester avec son peuple. Et s'il devait accueillir des voyageurs, il préférait les connaitre avant tout. Il aimait garder ses secrets et que personne ne vienne les découvrirs. Mais, lorsqu'il devait accueillir, c'était un vrai luxe pour ses invités. Ce n'était pas parce qu'il n'aimait pas spécialement recevoir des étrangers qu'il devait mal les traiter.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 25 Mai - 22:56
Des elfes. L'éclaireuse observa ébahie, toute une compagnie d'elfes approcher d'elle. A cheval et visiblement armés de surcroit. La jeune femme avait rarement l'occasion d'en côtoyer et la dernière fois remontait à une mésaventure au Mont Venteux l'année précédente. Mais il fallait admettre qu'elle fréquentait en majorité les cités des hommes et que sa présence dans cette partie du Rhovanion – si près de la Forêt Noire- était plus que fortuite.

L'un d'entre eux, celui qui se tenait à la tête du groupe vint se poster face à elle. Il avait un air à la fois soucieux et méfiant, pas spécialement désagréable, mais plutôt le genre d'expression qu'on arborait lorsqu'on s'adressait à un inconnu qu'on ne s'attendait pas à trouver là. Il ne s'était pas encore présenté, lui ayant immédiatement demandé de le faire, mais quelque chose dans sa posture indiquait qu'il se différenciait du reste de sa troupe. Indira n'y connaissait pas grand chose en la matière. Hormis quelques racontars passés sous le manteau à des coins de tables, des murmures entendus de-ci de-là prononcés à la va-vite, la jeune femme ne connaissait absolument pas les elfes de la Forêt Noire et n'en avait jamais vu de sa vie. Mais celui-ci, quel qu'il soit avait l'air d'être un personnage important, le fait qu'il utilise le terme « ma forêt » jetant le trouble dans son esprit. Sûrement que des têtes couronnées ne s'amuseraient pas à errer à travers les bois et à aborder des humaines sans importance, non? Forte de ce raisonnement, la jeune femme se dit qu'elle devait se trouver face à quelqu'un d'assez important à en juger par sa posture et la déférence évidente des membres de son groupe envers lui. Mais pas suffisamment pour échapper à la corvée de devoir vagabonder entre les arbres pour assurer la sécurité des lieux.

- Puis-je vous retourner la question? Glissa-t-elle avec un petit sourire tout en rangeant ses cartes

C'était résolument effronté de sa part de parler ainsi et la jeune femme se dit qu'elle s'attirerait probablement des ennuis pour avoir répondu de la sorte. Il était chez lui, sur ses terres et plutôt en droit de lui demander des comptes si l'envie lui en prenait. Mais son audace légendaire avait déjà coûté bien des ennuis à l'éclaireuse qui ne savait jamais quand il était temps de se taire. Mais face à une compagnie d'elfes visiblement armés et capables de lui faire payer son manque de politesse, la jeune femme se dit qu'il serait peut être temps, pour une fois dans sa vie, d'obtempérer et de répondre aux questions qu'on lui posait. Ne serait-ce que pour s'éviter de nouveaux ennuis.

- Mon nom est Indira, répondit-elle, quant à la raison de ma présence ici, elle est toute simple. Je voyage vers le sud.

Elle avait parlé d'une voix calme et sans aucun trace d'ironie, histoire de montrer qu'elle était de bonne fois et animée d'aucune mauvaise intention. Mais avait tout de même pris la précaution d'éluder son nom. Elle n'aimait pas révéler des origines un peu trop sudistes à des inconnus. Ses expériences passées lui avait révélé qu'on n'aimait pas beaucoup les gens du Khand sur les terres du nord. Et ce même s'il s'agissait de querelles anciennes. Elle omit également les raisons de son voyage, estimant qu'elle était en droit de garder ses intentions pour elle. Inutile de soulever d'autre questions quant à son envie subite d'aller visiter des forteresses abandonnées.

- Je n'avais aucunement l'intention de m'aventurer sur vos terres, ni de franchir vos frontières, ajouta-t-elle

Autant bien le préciser, avant qu'il ne se mette cette idée en tête. C'était un pieux mensonge, mais quelques lieux ne faisaient pas une bien grande différence, non? Mais leur présence hors des bois interpellait la jeune femme qui s'était laissé dire qu'il y avait peu de chance que des elfes sylvains s'aventurent si loin de leur cité d'origine. Qu'étaient-ils donc venu faire du côté des frontières occidentales de la région? Etaient-ils en mission? Quelles raisons avaient pu les amener si loin de chez eux?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 26 Mai - 23:33
Le roi observa la jeune femme, qui lui avait répondu d'une façon effrontée. Elle avait eu l'audace de lui demander qui il était. N'avait-elle donc jamais entendu parler du roi de la forêt noire? Il lui semblait pourtant que, malgré qu'il ne chevauche pas son habituel destrier, la couronne de piques ornant sa tête en révélerait un peu plus sur son importance à la jeune femme. Eh bien non. La jeune femme qui déclara se nommer Indira, ne semblait avoir remarquée qu'elle s'adressait à un roi. Ce jour-là, il avait mit son armure, et avait prit avec lui sa longue épée. Les elfes qui l’accompagnaient avaient eux aussi revêtu une armure et pris leurs armes. Il dû, bien sûr, se présenter à son tour, comme la jeune femme le lui avait demandé, et qu'elle semblait ignorer qui il était vraiment. Elle ne devait pas venir des régions aux alentours pour ignorer qui il était. Elle lui annonça également qu'elle voyageait vers le sud. Elle devait donc venir des montagnes. Peut-être aurait-elle vu que quelque chose se tramait chez les Gobelins?

« Je me présente, Thranduil, roi de la forêt de Mirkwood. »

Il jeta un regard vers les montagnes et les sombres cavernes de Gobelins qu'elles abritaient, puis le reposa sur la jeune femme. Elle ne semblait pas avoir de mauvaises intentions envers lui et son peuple, et elle déclara qu'elle ne comptait pas s'aventurer dans la grande forêt. Au moins c'était déjà un bon point. Elle ne viendrait pas déranger la forêt et ses araignées. On risquerait moins de la retrouver emballée et empoisonnée par le venin des araignées. Le roi savait qu'il ne devait sous estimer personne de la Terre du Milieu, mais les blessures causées par les terribles bêtes de la forêt étaient fréquentes, même pour les meilleurs guerriers. Il observa encore un moment la jeune femme, puis reprit la parole, posant la question à laquelle il voulait absolument une réponse positive. Il espérait qu'elle ait vu quelque chose chez les Gobelins, et, au mieux, qu'elle ait vu la jeune recrue.

« Vous devez donc venir des montagnes, n'est-ce pas? Si c'est le cas, auriez-vous aperçu quelque chose d'étrange chez les Gobelins? Ou encore un jeune elfe près des montagnes et des repaires des Gobelins? »

La jeune femme était probablement passée par les chemins sur la montagne. Il était peu probable qu'elle ait décidée de venir par les cavernes des Gobelins. Et, à moins d'être passé par un autre endroit peu fréquenté des Gobelins sur les montagnes, il était difficile de manquer l'agitation chez les Gobelins quand il y en avait une. Ces êtres affreux n'était pas très discrets en général... Ils faisaient souvent un tapage d'enfer lorsqu'ils marchaient dans les vallées ou entre les arbres. Difficile de les manquer la nuit.




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 9 Juin - 19:33
En d'autres temps, les joues de la jeune femme auraient probablement pris une jolie teinte cramoisie devant une telle méprise. Mais il était trop tard pour revenir en arrière et elle avait encore un peu de fierté à sauvegarder. Et puis elle l'avait un peu cherché, il fallait l'avouer. Mais la perspective de tomber nez à nez avec le roi de Mirkwood lui même semblait tellement impossible qu'elle n'y avait pas cru. Quelles raisons avaient pu pousser le souverain à quitter lui même sa cité? Cela devait être de toute première importance. Elle n'imaginait pas qu'il puisse se balader par ici pour des broutilles. Ainsi donc, il y avait du vrai dans ces rumeurs qui circulaient? Indira n'y avait pas prêté crédit avant d'en obtenir les preuves mais il se murmurait que des choses étranges avaient lieu loin à l'est. Quoi que se soit, ça avait l'air suffisamment important pour que les bruits parviennent jusqu'en Eriador. Et que le souverain des lieux se déplace lui même si loin de son lieu de résidence.
Retrouvant un peu plus de contenance, Indira inclina discrètement la tête en signe de reconnaissance. Téméraire mais pas stupide, elle ne tenait pas à se mettre à dos le souverain de la Forêt Noire lui même. Il lui faudrait mettre un peu d'eau dans son vin histoire d'éviter d'aggraver son cas. Il ne ferait pas bon finir dans un cachot pour avoir été incapables de tenir sa langue. Et dieu sait qu'Indira s'était déjà attiré toutes sortes d'ennuis à cause de son impulsivité.

- Pardonnez ma méprise, répondit-elle en s'inclinant, elle est plus due à un manque d'expérience qu'à un manque de respect de ma part.

Sa question suivante éveilla la curiosité chez elle. Étrange. Ainsi étaient-ils à la recherche d'un des leurs? S'ils avaient véritablement été fait prisonnier par les gobelins, Indira ne donnait malheureusement pas cher de son sort. Ces horribles créatures n'étaient pas réputées pour leur clémence et leur charité. Terrés le jour au fin fond des montagnes, ils sortaient la nuit venue, saccageant et pillant tout sur leur passage. Ennemis jurés des elfes, opposants de longue date, ils n'auraient aucune pitié pour le malchanceux tombé entre leurs mains. Elle n'avait rien entendu de la sorte hélas.

- Cela ne me dit hélas pas grand chose, admit-elle désolée


Même sa dernière mésaventure ne lui avait rien appris sur le sujet. Il fallait avouer qu'à part cette unique rencontre, elle n'avait croisé âme qui vive à travers les montagnes. Si tant est qu'on puisse croiser des voyageurs sur ces terres isolées et inhospitalières. Mais quelque chose avait dérangé sa traversée. Comme une rumeur confuse qui parcourait les tréfonds de la montagne. Un grondement sourd et menaçant, annonciateur de mauvais présages. Mais cela aurait put vouloir dire beaucoup de choses. Que quelque chose de préparait ou qu'elle était tout simplement un peu trop méfiante.

- Mais la rumeur m'a accompagnée durant toute ma traversée, ajouta-t-elle, il y un grondement au cœur des montagnes qui n'y est pas habituellement. Et tout est désert, on dirait que les animaux ont fuit.

Ça relevait probablement de la superstition mais qui sait? Il y avait véritablement eut quelque chose d'étrange au cours de cette traversée. Comme si les lieux avaient été désertés de toute vie. Pas le moindre animal et aucun prédateur n'avait montré le bout de son nez, comme s'ils avaient eux aussi fuit devant une quelconque menace. Et s'il s'agissait véritablement des gobelins, ils avaient probablement eut raison. Sa réponse n'avait probablement pas du tout aidé le roi elfe mais si elle avait bien compris et qu'ils étaient à la recherche de l'un des leurs, ses heures étaient comptées.

- Les voyageurs murmurent qu'il existe un repaire de Gobelin quelque part sur le versant est, ajouta-t-elle, juste après la passe des Monts Brumeux. Mais je suppose que je ne vous apprend rien? Si comme vous avez l'air de l'insinuer, vous recherchez l'un des votes, je ne saurais que trop vous conseiller de vous y rendre.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 20 Juin - 3:04
Méprisante devait être le mot… La jeune femme s’excusa d’ailleurs de sa méprise. Il en était peut-être mieux pour elle. Pourtant, elle pouvait être pardonnée : ne venait-elle pas d’annoncer au roi le pourquoi de sa méprise? Si elle était due à un manque d’expérience, elle pouvait très bien être pardonnée. Il relâcha son air sévère, sans toutefois adresser un seul sourire. Son fin visage demeura impassible, sans plus aucune expression. Il accepta les excuses de la jeune dame.

« Vos excuses sont acceptées. »

Thranduil avait trop espéré que la jeune femme ait vu quelque chose concernant la jeune recrue perdue dans les montagnes, que lorsqu’elle lui annonça que cela ne lui disait pas grand-chose, il en fut déçu. Ainsi, ils allaient devoir continuer leurs recherches, sans vraiment plus de détails qu’à leur départ de la grand forêt noire. Mais, alors que le roi allait quand même remercier la jeune femme, elle ajouta qu’une rumeur l’avait accompagnée toute la nuit. Ainsi, il y aurait un grondement inhabituel au cœur de la montagne, et les animaux auraient fui?  Était-ce possible que la jeune recrue se retrouva au cœur de la montagne? Si c’était le cas, ses heures étaient comptées. Peut-être même que le malheureux avait quitté ce monde. Thranduil aurait bien voulu rester positif et croire que rien n’était encore perdu pour la jeune recrue, mais avec des Gobelins, il fallait rester réaliste. Si jamais l’elfe se trouvait bien au cœur de cette montagne avec tous ces Gobelins, il y avait peu de chances qu’il ne soit toujours en vie. À moins d’avoir reçu une aide miraculeuse, ou que, d’une façon ou d’une autre, les Gobelins n’aient pas eu envie d’en faire tout de suite leur festin. La situation était préoccupante. Le roi regarda la montagne au loin, puis reporta son attention sur la jeune dame, qui avait ajoutée quelque chose sur un repaire de Gobelins juste après la passe des Monts Brumeux. Elle les conseillait de s’y rendre. Et, c’est probablement ce que Thranduil et ses cavaliers allaient faire.

« Je vous remercie pour ses informations. En effet, j’étais au courant pour ce repaire de Gobelins près de la passe des Monts Brumeux. Nous nous y rendront, car il semble que ce ne soit le seul emplacement où peut être notre jeune recrue dans les environs. Et cette rumeur, comme vous dites, ne semble pas très rassurante. »

Il observa la jeune femme. Ne venait-elle pas de ces montagnes, justement? Peut-être pourrait-elle les aider dans ce cas?

« Si vous venez de ces montagnes, cela vous dérangerait-il de nous accompagner afin de nous aider dans nos recherches? Vous êtes déjà passée par là, et peut-être saurez-vous mieux que nous où se trouve l’entrée de ce repaire de Gobelins. »

Bien sûr, si la jeune femme ne souhaitait retourner dans les montagnes, le roi n’allait pas l’y obliger. Il pensait simplement qu’elle pourrait être d’une bonne aide dans ces hautes montagnes. Surtout que les elfes ne s’y aventuraient que très rarement. Ils restaient le plus souvent dans leur forêt, et lorsqu’ils en sortaient, c’était le plus souvent pour se rendre à Lac Ville, de l’autre côté.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 23 Juin - 17:54
Indira se détendit imperceptiblement. Le roi eut l'air d'accepter ses excuses sans trop poser de soucis. Voilà qui réglait la question et éloignait la perspective de devoir affronter un roi elfe vexé et sa troupe. Inutile de dire qu'elle aurait été légèrement en position de faiblesse.
Il eut l'air d'être déçu par sa première réponse, espérant visiblement une affirmation positive de sa part. Quoi qu'il se soit passé, ils avaient l'air sur le pied de guerre. La situation semblait très sérieuse. A bien y regarder, la tension se lisait sur le visage des membres de la compagnie tandis que leur leader discutait avec elle. Ils paraissaient avoir hâte d'être fixés. Ce qui était plus que compréhensible.

Une étincelle intéressée naquit dans son regard lorsqu'elle lui parla de cette fameuse rumeur. Une lueur qui rassura la jeune femme qui espérait ne pas passer pour une vulgaire superstitieuse d'avoir parler de telles choses . Mais le souverain de la Forêt Noire eut l'air de s'intéresser à son information et envisagea même de s'y rendre, histoire de vérifier si ses dires étaient véridiques. On racontait que les Monts Brumeux cachaient en leur sein un repaire souterrain, royaume des Gobelins. Des cavernes innombrables grignotant la roche, abritant ces horribles bestioles. Mais ajouté à ce repère secret, de nombreuses caches avaient été repérées par des voyageurs. Caches qu'elle évitait de son mieux dès qu'elle mettait un pied dans les parages. Les Gobelins étaient des bêtes sournoises et vicieuses et elle n'aurait pas aimé en croiser une fois la nuit venue.

- Il ne s'agissait peut être que d'une impression mais il y avait vraiment quelque chose d'inhabituel, admit-elle, j'espère en tout cas que votre recherche portera ses fruits.

La surprise se peignit sur son visage lorsqu'il lui proposa de leur servir de guide. Une humaine qui menait une compagnie elfes à travers les montagnes? Voilà qui était pour le moins original et incongru, on aurait décidément tout vu! Mais il était vrai que les rumeurs suggéraient que les premiers nés n'étaient pas particulièrement friands des régions montagneuses, particulièrement le peuple de la Forêt Noire. Mais ceci n'était que des racontars comment savoir si c'était vrai? Elle était cependant en partance vers la direction opposée. Aurait-elle le temps de se détourner de sa quête pour leur rendre ce service. La réponse était évidemment affirmative. Ses petites investigations devraient attendre, il lui aurait été difficile de décliner l'offre sachant ce que cela représentait. Cet elfe disparu était peut être en danger, dans l'attente d'être secouru.

- Je serais ravie de vous rendre ce service, finit-elle par répondre, j'ai déjà eut l'occasion de passer à proximité du lieu supposé de ce repère. Si des Gobelins se trouvent dans les parages nous ne les manqueront pas.

Rassemblant ses cartes, l'éclaireuse les rangea prestement dans sa sacoche, saisissant les rênes de Coral, déjà prête à partir. Il n'y avait plus de temps à perdre. Le flanc est de la passe des Monts Brumeux se trouvait à plus d'un après midi de chevauchée, il leur faudrait redoubler d'ardeur pour espérer atteindre les lieux avant la nuit. Ce qui serait plutôt une bonne idée, ces fichues bestioles s'éveillant à la tombée du jour. Ils disposaient encore de quelques heures devant eux, assez pour atteindre les lieux et effectuer une reconnaissance.

- En route, lança-t-elle, nous avons encore une chance d'atteindre les lieux avant le coucher du soleil!
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 1 Juil - 17:25

    Seulement qu’une impression…
    Le roi n’y croyait pas trop. Après tout, il fallait s’attendre à n’importe quoi avec les gobelins. Cela serait étrange que ce ne soit qu’une simple impression. Lorsque les gobelins s’agitaient, cela se faisait généralement ressentir. Et puis ils étaient tellement bruyants que la jeune femme avait raison : ils ne les manqueraient pas s’il y en avait dans les parages. Le roi fut heureux qu’Indira accepte de leur venir en aide dans les montagnes. Il était rarement allé dans ces endroits, préférant sa forêt aux passages étroits entre gouffres et rochers. Il préférait la compagnie des arbres à celle des rochers, tout simplement. Thranduil observa la jeune femme rassembler ses cartes et prendre les rênes de sa monture, puis la remercia.

    « Je vous remercie de l’aide que vous allez nous apporter. Il est rare que nous passions par ces montagnes, alors votre aide est la bienvenue. »

    L’éclaireuse déclara qu’ils avaient des chances d’atteindre les lieux avant que le soleil ne se couche. Le roi espérait que ce soit le cas, car ils devaient retrouver la jeune recrue le plus vite possible, et ils pourraient ainsi arriver sur les lieux avant que les gobelins n’envahissent les flancs de la montagne une fois la nuit installée.

    Mais, alors qu’il allait mettre sa monture en marche, Thranduil fut pris d’une soudaine envie de danser et de chanter. Peut-être était-ce dû à la joie de pouvoir retrouver la jeune recrue la journée même qu’elle avait disparue? Il ne savait pas. Cependant, sa troupe et l’éclaireuse purent le voir descendre de sa monture, s’éloigner un peu puis se mettre à fredonner ''I'm singin in the rain'', tout en exécutant quelques petits pas de danse. Après avoir fredonné un couplet, l’accompagnant de ses pas de danse, Thranduil s’arrêta, puis retourna près de son cheval. Il l’enfourcha avant de s’excuser.

    « Pardonner ce petit instant… peut-être étrange à vos yeux, mais je ne sais pas ce qu’il m’a pris. Oublions cet anecdote je vous prie, et mettons-nous en route. »
    Reprenant son air sérieux, le roi talonna doucement son cheval, suivi de toute sa troupe. Ils devaient se dépêcher d’arriver aux montagnes. L’un des leurs était en danger, prit par les gobelins vivant sous les Monts Brumeux.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 15 Juil - 22:47
Un petit sourire échappa à Indira devant cette nouvelle fantaisie. Mais le temps pressait, il leur faudrait prendre la route sans tarder. Aussi ne tarda-t-elle pas avant d'imiter le reste de la troupe et de se remettre en scelle. Nulle besoin de consulter les cartes puisqu'il s'agissait pour elle de simplement effectuer le trajet inverse à celui qui l'avait menée ici. Un petit détour sans conséquence a priori, ses propres investigations pouvaient encore attendre un jour ou deux.
La traversée des plaines à l'est de l'Anduin leur pris moins de temps que prévu et le soleil atteignait à peine l'horizon lorsque la compagnie toucha le pied des montagnes brumeuses. Ils avaient eut droit à une chevauchée sans histoire au beau milieu des vastes étendues herbeuses, sans la moindre anicroche en vue. C'en était presque étrange. Et Indira qui savait que la seconde partie du voyage serait loin d'être aussi calme était partagée entre l'envie d'être soulagée de ce petit répit et celle de se montrer terriblement méfiante. Il n'y avait pas eut grand chose à dire jusque là, et le groupe s'était contenté de chevaucher en silence. Mais les reliefs escarpés des Monts Brumeux nécessiteraient une toute autre stratégie. Aussi mirent-ils tous pieds à terre, débattant de la meilleure voie à suivre.

- Je proposerais de sélectionner un groupe plus restreint, intervint l'éclaireuse, ces falaises sont un peu trop escarpées pour permettre à des montures d'y circuler rapidement et ils nous faudra de plus être discret et progresser cachés. Qu'en dites vous?

La route n'était plus très longue à partir de là. Ils n'auraient plus grand chose à parcourir mais devraient compenser la distance en se montrant extrêmement prudents. Si les gobelins n'étaient pas connus pour leur discrétion légendaire, une ouïe fine et une parfaite connaissance de leur montagne leur conférait une vigilance acérée. Et le moindre changement suffirait à les alerter. Il leur faudrait donc se montrer particulièrement silencieux. Choses aisée pour des elfes, si elle en croyait les racontars qu'elle avait pu glaner ça et là à leur sujet. Mais la montagne n'était pas leur terrain de prédilection à en croire les dires du souverain. Aussi Indira espérait-elle que les lieux ne leur porterait pas préjudice. S'épargner une poursuite dans les entrailles de la montagne, l'arrangerait également pas mal à vrai dire. Mais ils n'en étaient pas encore là. Progressant lentement le long de la paroi rocheuse, attentive à la moindre anomalie, la jeune femme rassemblait ses souvenirs et les indications qu'on avait pu lui fournir sur ce fameux repaire par le passé. Aucune ressemblance avec leur tanière sous la montagne. Les quelques témoins rapportaient juste l'existence d'une petite grotte à flanc de falaise. Rien à voir avec les galerie tentaculaires dont parlaient les rumeurs. Mais la visibilité commençait à diminuer et la jeune femme devait se concentrer toujours un peu plus pour être certaine de ne rater aucun détail.

C'était là, quelques mètres plus loin, un escarpement rocheux se prolongeait par une courte plateforme de pierre. Il ne s'agissait que d'une mince bande, un mètre ou deux tout au plus mais il s'agissait là de l'entrée de leur repaire, si l'on en croyait les renseignements qu'elle avait pu obtenir. Toujours silencieuse, elle attira l'attention du souverain d'un geste, indiquant les lieux d'un signe de main. Ses lèvres formèrent le mot « ici » dans un murmure silencieux, la jeune femme n'osant pas parler trop fort à si courte distance de l'entrée. Qui sait si ces sales bêtes ne rodaient pas dans les parages? Le jour n'était pas encore totalement couché, ils disposaient d'un peu de répit mais mieux valait ne pas tenter la malchance. Elle eut une pensée pour cette fameuse recrue enlevée. A la tombée de la nuit, quoi qu'il arrive, son sort serait scellé. Elle espérait juste que ça ne soit pas déjà le cas.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 26 Juil - 17:05

    Leur temps pour retrouver la recrue était déjà assez restreint, et on ne pouvait prendre de pauses pour manger, se reposer, ou autre chose comme cela. Le roi s’en voulait alors atrocement de cette étrange fantaisie qui l’avait pris. Bien qu’elle n’ait pas durée très longtemps, le groupe avait quand même perdu un temps précieux. Il fallait maintenant espérer que le voyage jusqu’aux montagnes se déroulerait sans problèmes. La jeune femme s’était mise en selle et le voyage avait pu débuter. Elle entraina le roi et sa marche au travers des plaines situées à l’est de l’Anduin. Le roi fut bien soulagé lorsqu’ils arrivèrent au pied de la montagne plus tôt que prévu. La traversée des plaines c’était déroulée sans problèmes. Au-dessus du groupe, le soleil touchait à peine l’horizon. Ils avaient gagné du temps précieux.

    Une fois aux pieds de la montagne, tous mirent pied à terre. La jeune femme déclara alors de poursuivre la deuxième partie du chemin avec un groupe plus restreint, car les falaises étaient trop escarpées pour permettre à des montures d’y circuler rapidement. Ils devaient également se faire le plus discret que possible et d’être cachés. Ne connaissant pas tellement les chemins de cette montagne, le roi préféra se fier aux dires d’Indira. De toute façon, elle venait de ces montagnes… Elle devait donc déjà bien connaitre l’aspect des sentiers. D’un mouvement de tête, il acquiesça. Thranduil, ayant repris son sérieux depuis un moment, affichait son habituel visage sans expression. Après avoir approuvé les dires de la jeune femme, il entreprit de diviser sa marche. Étant au départ composée d’une vingtaine de cavalier, il n’en resta que par la suite une dizaine. Les cavaliers qui ne les accompagnaient pas repartirent en direction de leur royaume, dans la grande forêt noire. Maintenant composé de seulement une dizaine de guerriers, le groupe devait être assez petit pour être discret, mais également assez grand pour combattre si jamais des Gobelins leurs tombaient dessus à l’improviste. Il était sûr que Thranduil aurait souhaité que tous ses guerriers restent, car comme on le sait bien, les elfes sont réputés pour être très discrets, mais si l’éclaireuse croyait qu’il fallait mieux être moins nombreux, le roi préférait suivre ses conseils. Les montagnes n’avait jamais été un lieu où il avait voulu aller.

    La jeune femme se mit en marche. Thranduil marchait derrière elle, suivit des dix autres elfes. Le groupe progressait lentement. À un moment, Indira s’arrêta et fit signe au roi de s’approcher. Il se dit qu’ils devaient être arrivés près de l’entrée. En effet, la jeune femme murmura un «ici» silencieux. Le roi observa l’endroit. Il y avait un escarpement rocheux qui se prolongeait par une petite plateforme de pierre. Ce n’était qu’une bande mince, qui devait mesurer un mètre ou deux. En y repensant bien, l’éclaireuse avait bien eu raison de conseiller au roi de restreindre le nombre du groupe. Maintenant si près de l’entrée, il ne fallait plus faire de bruit, donc parler le moins possible, ou pas du tout. Thranduil jeta un coup d’œil au soleil. Bientôt, il allait totalement être couché, laissant place à la nuit. Le groupe aurait pu prendre un peu de repos, mais probablement qu’une fois la nuit installée, que la recrue n’aurait plus aucune chance et que sa vie s’achèverait malheureusement dans se repère de Gobelins, si ce n’était pas déjà fait… Le roi espérait que la recrue soit toujours bien en vie, peut-être un peu amochée, mais en vie. Un temps de pause n’était donc pas permis. D’un mouvement de tête, le roi indiqua l’entrée du repère, et murmura silencieusement :

    «Allons-y»

    La porte devait être gardée, mais s’il n’y avait aucune autre façon d’entrer chez les Gobelins, le groupe était bien obligé de passer par là. Et ils allaient devoir faire le moins de bruit possible, même s’ils avaient besoin de combattre quelques Gobelins. Le roi attendit l’avis d’Indira. Cependant, ils devaient faire vite! La vie de la jeune recrue était de plus en plus en danger à l’approche de la nuit.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 4 Aoû - 21:39

Et maintenant qu'ils ne se trouvaient plus qu'à quelques mètres de leur but, Indira sentit comme une hésitation la saisir. Une ultime réticence à l'idée de les entraîner dans ce qui aurait tout aussi bien put être un piège. C'était une chose de se lancer dans toutes sortes de situations dangereuses lorsque vous étiez seule, s'en était une autre d'attirer d'autres personnes avec vous. Voilà qui ne lui ressemblait pas d'avoir des scrupules à faire quelque chose. Mais il fallait avouer qu'une petite escapade au cœur d'un repaire de gobelins était loin de faire partie de ses projets du jour et que ses scrupules s'effaçaient plus facilement lorsqu'il y avait quelque chose à gagner dans l'affaire. Ce qui était loin d'être le cas ici. Les occasions étaient rares mais il arrivait parfois que l'éclaireuse se permette un agissement qui ne lui rapportait rien. Pour la beauté du geste si on peut dire.
D'un signe de tête, la jeune femme acquiesça. Il n'y avait plus aucune raison de traîner à présent, autant se lancer tant que la lumière du soleil était de leur côté.

- Je reviens, souffla-t-elle


A pas de velours, elle s'avança un peu plus vers la caverne, jouant des rochers escarpés pour s'abriter. Les lieux seraient forcément gardés, d'autant plus s'ils s'attendaient à leur petite visite. Contournant la grotte par son versant sud, Indira s'approchait toujours un peu plus, escaladant d'un pas leste le promontoire rocheux qui surplombait la grotte. Peu de bruits lui parvenaient des lieux et pour ce qu'elle pouvait en voir – très peu certes- la plateforme était désertée. Mais un grognement tout proche l'arrêta alors qu'elle s'apprêtait à faire signe au petit groupe. C'était discret, presque étouffé mais elle l'avait bien entendu. Mais comment s'en assurer? La morsure de sa dague sur sa hanche alors qu'elle s'accroupissait pour mieux voir lui arracha un petit rire moqueur. Loin de Fornost et toute cette histoire et sans le moindre témoin pour le voir, elle pouvait bien se permettre de piquer une idée ou deux à ce fichu Gondorien. C'était sans conséquence. Elle avait même mieux à proposer. Contre sa poitrine, à l'abri sous ses vêtements, la surface froide et familière d'un pendentif attaché à son corsage dessinait ses contours contre sa peau. C'était une ancienne superstition, des bavardages de vieilles femmes craintives et d'enfants naïfs mais la jeune femme sacrifiait aux croyances de son pays natale, plus par nostalgie que par réel besoin de se protéger du mauvais œil. D'une main, elle décrocha le grigri. Fixé à une boucle de métal, un petit miroir se balançait doucement, patiné par le temps et les manipulations. Précautionneusement, elle orienta l'objet de façon à avoir un meilleur angle de vue sur la plateforme. C'était très peu mais largement suffisant pour lui présenter le crâne dégarni et la nuque de deux de ces abominables bêtes. Recroquevillées derrière un roche, poignard en main, ils semblaient monter la garde sans pour autant avoir remarqué la présence du groupe d'elfe.

Regagner la troupe ne lui pris que quelques minutes, expliquer la situation encore moins. Deux archers sur les talons, la jeune femme regagna sa position avant d'indiquer au duo une cachette qui leur offrirait un point de vue parfait sur les gardes. La suite se déroula comme attendue et les deux gobelins s'effondrèrent dans la poussière dans un bel ensemble, une flèche en pleine tête. D'un signe de la main, Indira prévint le reste de la troupe, la voie était libre. Se laissant tomber au sol, l'éclaireuse mis un pas dans la grotte au moment même où le groupe la rejoignait. Il n'y avait pas d'autre solution que de s'engouffrer dans les lieux. Toute autre stratégie se solderait de toute façon par un échec. Une faible lueur au fond du conduit leur indiqua d'ailleurs que les lieux étaient occupés. Le reste des gobelins ne s'était encore rendu compte de rien mais ça ne saurait tarder.

Mais il semblait que leur chance était sur le point de tourner. Du coin de l'angle, le grincement familier du pas sur le gravier leur indiqua qu'on venait. Le gobelin surgit du tunnel sans crier gare, son air ahuri témoignant de sa surprise à lui de les trouver là. Aussi rapidement que le lui permettaient ses réflexes, Indira s'était saisie d'un poignard le jetant d'un geste entraîné. La bête tomba au sol, la lame en pleine poitrine. Mais il était déjà trop tard, ses lèvres fripées s'étaient ouvertes sur un grognement sonore, alertant ses camarades. Une cavalcade leur parvint de la grotte, le désordre leur indiquant que s'en était finit de la discrétion, il allait falloir se battre.

- Prêt? Murmura-t-elle son cimeterre à la main, il me semble que nous serons bientôt fixé sur le sort de votre disparu.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 6 Aoû - 19:14

    L’entrée de la grotte ne semblait pas gardée au premier coup d’œil. Mais, les gobelins n’étaient pas aussi idiots qu’ils ne paraissaient l’être. Des gardes étaient probablement dissimulés derrières quelques rochers, prêt à bondir sur la première âme, qui n’était pas un gobelin, qui osait pénétrer dans leur repaire. Mieux valait rester prudent, et peut-être aller faire une reconnaissance du terrain. Justement, la jeune femme s’en chargea. Silencieusement, elle disparut derrière des rochers, puis, après quelques minutes, Thranduil la vit revenir. Elle expliqua alors aux elfes que deux gardes gobelins se trouvaient prêt de la porte. Ils étaient, comme l’avait imaginé le roi, les deux gobelins s’étaient dissimulés derrière des rochers. Le roi fit avancer deux de ses archers, qui iraient avec Indira afin d’éliminer les gobelins. Une flèche dans chaque crâne, et les gobelins seront morts dans le silence le plus total. Sans cris, mais peut-être juste le bruit sourd de leur deux carcasses s’écrasant sur le sol de la plateforme. Cependant, ce bruit ne devrait pas alerter leurs congénères qui étaient à l’intérieur. Lorsque les deux gobelins furent morts, faisant élever autour d’eux un beau nuage de poussière, le roi fit avancer le reste de sa troupe. La jeune femme leur avait fait signe de s’approcher. Silencieux, les elfes marchèrent jusqu’à l’endroit où la jeune femme et les deux archers les attendaient.

    Une fois sur les lieux, il ne restait plus d’autres options que de s’engouffrer dans le long couloir creusé dans le roc. C’était la seule entrée possible, et il fallait bien s’y risquer, à leur risque et péril. Thranduil observa les lieux. Il n’y avait pas grand-chose à voir, mis à part qu’une lumière tout au fond du tunnel trahissait que des gobelins vivaient là-dedans. Alors que Thranduil aurait plutôt pensé que les gobelins auraient mis plus de temps à se rendre compte de leur présence, il s’en avéra le contraire. Effectivement, un bruit de pas et d’armure grinçante arrivait vers eux. Mais, voyant la tête que faisait le gobelin, il semblait qu’il ne s’attendait pas à les trouver là. La jeune femme, rapide, lui jeta son poignard, et il alla se planter en plein milieu de la poitrine de gobelin. Cependant, il avait eu le temps de pousser un cri d’alerte avant de mourir pour de bon. Maintenant, leur chance d’entrer en discrétion dans le repaire était anéantie. Le groupe allait devoir se battre, à coup sûr. Justement, le bruit d’une cavalcade leur parvint aux oreilles. Le roi dégaina son épée, alors que leur jeune guide faisait de même avec son cimeterre. Le roi acquiesça d’un mouvement de tête, et souffla :

    « Prêt »

    Quelques secondes plus tard, le groupe de gobelins leur tomba dessus. Une première volée de flèches en tua quelques-uns, et en fit hésiter d’autres, ce qui leur en coûta cher. Puis, ils reprirent leur sang-froid et le combat débuta. Étonnamment, lors de l’affrontement, le roi y trouva même l’occasion de parler d’un des livres qu’il avait lu. Se trouvant près d’Indira, c’est à elle qu’il s’amusa à le décrire.

    « Saviez-vous que, il y a quelques jours, j’ai lu un livre absolument passionnant? Il s’agissait de l’histoire d’un jeune homme, toujours seul, et dont son plus grand désir était de trouver l’amour. Il alla même jusqu’à faire le tour du monde pour retrouver la femme de sa vie. Il fit pleins de choses plus étranges les unes que les autres, pour finalement ne trouver que la compagnie d’un oiseau à qui il avait sauvé la vie après une grande tempête qui avait fait tomber le volatile de son nid. »

    Le roi prit une pause, tranchant la tête d’un gobelin qui avait voulu l’attaquer en croyant que le roi ne faisait plus attention au combat à cause qu’il ne cessait de parler, puis il reprit son récit.

    « Le jeune homme finit par vivre seul, dans une grotte, avec les animaux. Mais, ce qu’il ne savait pas, c’est qu’un jour, une jeune femme l’avait vu, marchant dans la cité où elle habitait. Se cachant derrière des murs ou des tonneaux, elle l’avait épié durant tout son séjour dans la cité. Elle en était tombée amoureuse, et l’ayant perdu de vue, s’était mise à sa recherche. Un jour qu’elle marchait dans les montagnes où l’homme s’était installé, elle le croisa justement, mais elle ne le reconnut pas tellement ses cheveux avaient poussés, ainsi que sa barbe et sa moustache. Et puis il ressemblait à un vrai sauvage avec tous ses animaux. Prise de pitié, elle se proposa de l’aider et l’amenant à la cité la plus proche, et en lui donnant une partie de sa bourse afin qu’il puisse vivre assez bien. Pendant le voyage qui les menait jusqu’à la cité, l’homme tomba amoureux de la jeune femme. Finalement, une fois arrivé à la cité et que l’homme se fut décrassé, coupé les cheveux et rasé barbe et moustache, la jeune femme reconnu le jeune homme dont elle était tombée amoureuse. S'aimant tous les deux, ils finirent par se marier et ils eurent trois enfants. Malheureusement, un jour l'homme mourut au combat, et, inconsolable, la femme en mourut de tristesse. C'est une malheureuse fin, je le reconnais, mais je vous conseille de le lire, même si vous n'êtes pas friande des histoires à l'eau de rose. »

    Le roi finit par se taire, et reporta toute son attention sur le combat. Les gobelins étaient coriaces et n'allaient pas se laisser abattre si facilement.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 25 Aoû - 16:59
Ils débarquèrent en nombre, comme une vague émergeant du bout du tunnel, arme au poing, menaçants et belliqueux. Indira ne maîtrisait absolument pas ce dialecte mais le grognement de rage était une langue universelle, inutile d'en comprendre d'avantage pour imaginer qu'ils n'étaient pas particulièrement ravis de les voir là. L'affrontement démarra quasi instantanément, ces créatures ne leur laissant même pas le temps de prévoir quoi que se soit, se jetant sur eux sans autre forme de procès. Évitant ces créatures d'un mouvement agile, son sabre fendit l'air, blessant et éliminant à tout va. Il était incroyable de penser qu'une telle quantité de gobelins puisse vivre terrée dans ces boyaux. Combien étaient-ils? Une trentaine peut être. Mais outre leur nombre, ils n'avaient pas l'air de poser plus de problème à l'éclaireuse et le reste de la troupe qui se fraya un chemin à travers le conduit, lentement mais toujours plus loin.

Le discours du roi lui arracha un petit sourire amusé. Il ne devait pas se sentir particulièrement en danger pour se permettre ce genre de digression. Sa longue tirade l'ayant manifestement déconcentré quelque secondes sans pour autant que les gobelins ne présentent une quelconque menace pour lui.

Le tunnel déboucha sur une pièce circulaire, de bonne taille au centre de laquelle brûlait un feu où ils devaient être rassemblés quelques instants auparavant, aux vues de tout l'attirail qu'ils avaient abandonné sur place. Restes de repas, gamelle en argile et autres couteaux de fortune. Un nouvel assaillant se jeta sur elle et la jeune femme du abandonner un temps sa contemplation pour l'éloigner, arrachant sa main griffue qui s'était agrippée à son avant bras pour le projeter loin au sol, son corps décharné heurtant la pierre avec force. Il tenta de se relever mais déjà son arme le frappait en plein poitrine, l'achevant sur place. Ses compagnons s'étaient approchés dans l'espoir de la toucher également mais elle en éloigna plusieurs du revers de sa lame, gagnant un peu plus de portée dans ses mouvements.

Il était là, à quelques mètres, effondré contre une paroi rocheuse, les mains liées dans le dos, incapable de faire un geste. Un filet de sang courait sur sa tempe et une tâche noirâtre s'étalait sur son abdomen, trace d'une blessure qui devait dater de plusieurs heures. Et pas des plus jolies si on en jugeait par son air hagard et son teint blafard. Une fine pellicule de sueur donnait à son visage un air épuisé et sa poitrine se soulevant difficilement n'était pas une vision des plus engageantes. Deux autres gobelins se jetèrent sur elle à ce moment là, l'empêchant d'avancer plus en avant et la jeune femme du se retourner pour leur faire face, envoyant le premier au tapis d'un coup brusque et le second finissant sa course sur la lame de son cimeterre.

Profitant des quelques secondes que lui offraient cette riposte, Indira parcouru les quelques mètres restant, s'agenouillant auprès de la victime. Ses connaissances en médecine étaient plus que basiques, le peu qu'elle savait des elfes l'était encore plus mais elle ne pensait pas se tromper en supposant que le pauvre n'allait pas spécialement bien. Cela devait faire plusieurs heures qu'il gisait là, sans aucune assistance et les circonstances ne jouaient pas en sa faveur. Elle réussit a capter le regard du souverain qui se trouvait proche d'elle à ce moment là, lui indiquant le jeune elfe d'un geste de la tête.

- Je manque d'expérience mais je pense qu'il a besoin d'assistance, lança-t-elle en élevant la voix par dessus le tapage
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 14 Sep - 17:14

    La troupe se frayait lentement un passage parmi leurs assaillants. Au bout du tunnel, on pouvait distinguer une lueur clignotante de couleur orangée. Un feu, sans aucun doute. Ils approchaient du centre du repaire des Gobelins. Après quelques instants, et quelques Gobelins morts en plus, les elfes et la jeune femme débouchèrent sur une vaste pièce circulaire, au centre de laquelle brulait un feu. Tout autour, on pouvait voir un désordre de bols d’argile et de couteaux, même aussi de nourriture étalée sur le sol. L’endroit était lugubre, sale. C’était bien un repaire de Gobelins. L’endroit était assez sombre, la seule source de lumière provenant du feu central. Les murs de pierre de la salle se reflétaient de la lumière orangée du feu. Une nouvelle riposte des Gobelins vint l’arrêter dans sa contemplation du lieu. Le roi tua ses assaillants rapidement, tranchant la tête de l’un d’eux, envoyant s’écraser un autre contre la paroi du tunnel. Les Gobelins que fit s’éloigner l’éclaireuse vinrent se jeter sur les elfes, qui finir par en achever. Les survivants restant du petit groupe qui avait riposté finirent par fuir, probablement pour aller chercher du renfort.

    Le roi ordonna à ses guerriers de surveiller l’entrée de la pièce. Après, il approchait d’Indira. Elle se trouvait agenouillée près de la jeune recrue. L’elfe était bien mal en point. Son teint blafard montrait que sa blessure à l’abdomen était assez grave. Derrière eux, d’autres Gobelins étaient arrivés pour porter renfort aux premiers. Il fallait hausser la voix pour se faire entendre par-dessus tout le bruit que créait l’attaque. Le roi observa plus attentivement la blessure de la recrue. C’était assez grave. Même avec des soins, il n’était pas sûr que l’elfe puisse survivre. Son état s’était nettement aggravé. Le groupe serait arrivé plus tôt, et les chances de survie de l’elfe auraient été plus élevées. Thranduil leva la tête, soucieux.

    « Son état est assez grave. Nous serions arrivés quelques minutes plus tard et c’en aurait sûrement été fini pour lui… Je peux lui apporter un peu d’aide ici, mais il lui faut revenir au palais pour faire soigner sa blessure complètement. Cependant… Je ne garantis pas qu’il puisse survivre au voyage. »

    Il reporta son attention sur l’elfe qui lui jetait un regard presque inexpressif. On pouvait cependant y voir une toute petite étincelle suppliante. Il fallait l’aider et vite. Le roi fouilla dans une petite sacoche qu’il avait amenée avec lui. À l’intérieur se trouvait quelques plantes médicinales et un ruban pour panser les blessures. Mais, ça ne suffirait pas à soigner totalement la blessure. Ça ne ferait qu’empêcher le sang de couler davantage. La jeune recrue en avait déjà perdu beaucoup trop. Thranduil tendit le ruban à Indira, lui demandant de l’aider. Ensuite, il s’attela à la tâche : il prit quelques feuilles d’une plante et les déchira en petits morceaux, qu’Il déposa ensuite sur la blessure. La plante allait apaiser la douleur de la jeune recrue. Une fois cela fait, il fallait bander la blessure.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 18 Sep - 10:57
Le combat tirait à sa fin. Ils avaient réussi à éliminer le plus gros du groupe, les cadavres gisant ça et là dans la grotte. Seuls un ou deux survivants étaient parvenus à s'échapper, ce qui n'arrangeait guère leur situation sachant qu'ils étaient probablement allé chercher de l'aide. Dans le pire des cas ils reviendraient en nombre et il valait mieux pour eux qu'ils aient déguerpit d'ici là. Non pas qu'une bande de gobelin constitue une terrible menace mais ils ne pouvaient se payer le luxe de perdre du temps avec un blessé sur les bras. Blessé qui d'ailleurs avait l'air bien mal en point. Sortant une petite dague de son étui, Indira trancha les liens qui lui maintenaient les poignets attachés, frissonnant à la sensation de ses doigts glacés sous les siens, ça n'était vraiment pas bon signe. Pas plus que l'éclat vitreux de son regard lorsqu'il se braqua sur elle, suppliant.

Thranduil était d'ailleurs probablement du même avis car l'air concentré qu'il affichait était loin d'être particulièrement encourageant. L'air grave, il avait écarté les pans de son vêtement, inspectant la plaie avec sérieux. Même sans connaissance particulière on pouvait deviner que c'était mal parti. Hormis l'entaille dont les berges lacérées laissaient encore s'écouler un filet de sang coagulé, son abdomen aussi blafard que son visage était marbré d'un maillage de tâches bleuâtres du plus mauvais effet. Elle n'était pas une habituée mais pour avoir contemplé quelques situations de ce genre, ça n'était jamais vraiment bon signe.

Sa réponse n'augurait d'ailleurs rien de bon. Le palais était loin, Morrigan n'était pas certaine qu'ils arrivent à temps pour ça. L'air sombre, elle aida le souverain du mieux qu'elle put, entourant le torse de la victime d'une bande serrant du mieux qu'elle pouvait. Il fallait réduire l'hémorragie autant que possible, tous les signes tendaient à prouver qu'il vait perdu beaucoup trop de sang. Mais la route à parcourir pour le rapprocher du royaume elfique était bien longue. Trop peut être pour le temps qui lui restait.

- Il faut partir avant que les gobelins reviennent, renchérit la jeune femme, aussitôt que vous pourrez le déplacer.

Elle entendait du mouvement par dessus son épaule et vit que le reste du groupe avait pris l'initiative de faire préparer une civière de fortune pour transporter le blessé. Indira s'éloigna quelque peu, les laissant installer leur compagnon avec le plus de précautions possibles. Tiendrait-il le choc? Rien n'était moins sûr, ses chances de survie étaient entre les mains des siens. S'il avait pu bénéficier d'un tout petit avantage, ça n'aurait pas été de trop. Machinalement, la jeune femme effleura la sacoche ceinte à sa taille, qui contenait le peu de potion qu'elle possédait. Ses doigts tracèrent les contours de la fiole en verre polie qui se trouvait dans l'une des poches intérieures. C'était dérisoire comparé à la situation mais ça ne pouvait pas faire du mal.

- Il me reste ceci, proposa-t-elle en tendant la fiole, je ne sais pas jusqu'à quel point cela peut faire effet sur les vôtres cependant.

Une potion du sage. Ca n'était pas grand chose, vraiment. Tout juste de quoi offrir un peu d'énergie lorsque vous étiez malade ou blessé. Ce n'était pas ça qui allait le sauver mais peut être que ça lui apporterait un regain de forces et lui permettrait d'affronter la longue route? Elle n'en demandait pas tant. Mais au pire ça ne pouvait pas faire de mal.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 6 Oct - 21:27

    Les gobelins étaient finalement partit, mais probablement pas pour bien longtemps. Les elfes de la marche du roi avaient, une fois le combat terminé, pris la peine de construire une civière pour la malheureuse recrue. Ils avaient pris c qu’ils avaient pu trouver dans la grande salle. Au moins, c’était déjà mieux que rien. Le blessé allait pouvoir être transporté plus facilement. Thranduil s’assura que le bandage n’était ni trop serré, ni pas assez, puis fit signe aux elfes qui portaient la civière de s’approcher. Il porta ensuite son attention sur la jeune femme. Elle lui tendait une petite fiole de verre. Il reconnut le liquide qu’elle contenait pour en posséder lui aussi une fiole dans sa sacoche. Il s’agissait d’une potion du sage. Les effets de la potion sur les elfes étaient semblables à ceux sur les hommes. La potion offrait un peu d’énergie lorsqu’on était blessé ou bien malade. Avec deux fioles, la jeune recrue avait peut-être plus de chances de survivre. Une fiole pour le soulager un peu au départ, et la seconde lorsque l’effet de la première s’estomperait…


    « Une potion du sage.. Il me semble que ses effets sur mon peuple sont semblables à ceux sur le peuple des hommes. J’en possède également une fiole sur moi. Peut-être pourrions-nous nous servir de la seconde lorsque les effets de la première s’estomperont? Cela aiderait ce malheureux elfe plus longtemps. »

    Il se remit debout. Il fallait déposer l’elfe sur la civière et repartir pour Mirkwood le plus rapidement possible. Les Gobelins n’allaient pas tarder à revenir, et cette fois beaucoup plus nombreux. Et avec un blessé, cela n’allait pas être facile de combattre… Thranduil sortit sa fiole de son sac et l’ouvrit.


    « Gardez votre fiole pour le moment. Si nous n’en avons pas besoin pour plus tard, vous conserverez ainsi son contenu pour un autre jour où vous en aurez besoin. »

    Le roi se pencha au dessus de la recrue, fit basculer doucement sa tête par en arrière, puis lui fit avaler le contenu de la fiole. Cela sembla le soulager un peu. Et il semblait avoir plus d’énergie. Il fallait maintenant le placer délicatement sur la civière, puis quitter cet endroit infeste qu’était le repaire des Gobelins.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 29 Oct - 14:01
La troupe était sur le départ. Comme Indira l'avait pressenti, tous préféraient quitter les lieux au plus vite. Qui sait si un nouveau groupe ne débarquerait pas en quête de vengeance? S'en débarrasser ne devrait pas poser de problème mais avec un blesser sur les bras, ils ne pouvaient pas se le permettre. Indira eut un petit sourire de reconnaissance lorsque le souverain déclina son offre. Non pas que l'acte ne soit pas sincère mais les potions de guérisons étaient des objets de grande valeur. Sur ces entrefaites, le groupe s'apprêta à partir. Ralentis par le malade qu'il fallait transporter avec précautions pour ne pas aggraver ses blessures.

Le retour vers le reste de la compagne fut assez long. Naviguer sur la piste, entre les pierres et les crevasses leur pris pas mal de temps. La piste était étroite et il fallait marcher avec précaution pour éviter de chuter, tâche bien plus ardue qu'à l'aller, bien évidemment. Surtout qu'avec l'obscurité qui s'était abattue, il fallut à la jeune femme un peu plus d'adresse et de prudence qu'à l'accoutumée. Mais bientôt la piste se fit moins abrupte et plus douce, plus facile à pratiquer. Bientôt des formes surgirent de l'ombre, s'approchant silencieusement, le reste de la compagnie venait aux nouvelles. Des murmures parcoururent les rangs, la rumeur gagnait le reste des membres. Et comme un seul homme, tous se rassemblèrent. Ils avaient bien compris qu'il faudrait partir au plus vite, ce survivant n'en avait visiblement plus pour très longtemps s'il ne recevait pas les soins adaptés.

Quelque part, elle espérait qu'il s'en sorte. Bien que l'éclaireuse n'ai aucun lien avec eux et qu'elle n'ai jusqu'à maintenant été que membre extérieur de cette petite expédition. Elle n'avait jamais eut l'occasion de les côtoyer jusqu'à présent, ne les connaissait pas vraiment mais imaginer la crainte pour les proches de ce blesser de s'imaginer perdre un compagnon après de tels évènements. Pas étonnant alors de croiser quelques regards inquiets dans l'assistance. La jeune femme senti qu'il était temps de prendre congé du groupe. Ses pas la conduisaient vers d'autres lieux et ils n'avaient pas de temps à perdre.

- Il est temps pour moi de vous quitter, déclara-t-elle, j'espère qu'un jour meilleur se lèvera pour vous et les vôtres.

Une façon de lui souhaiter bonne chance. Et ils en auraient bien besoin, la route à parcourir cette nuit serait encore bien longue. Indira elle, approchait du terme de son voyage. Enfin, de sa prochaine étape, il y en aurait probablement beaucoup d'autres. Sur un dernier salut, elle s'apprêta à prendre congé de ses compagnons inattendus. Leurs routes se séparaient là.



Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 22 Nov - 22:02

    Le groupe quitta les lieux rapidement. Le retour vers le reste de la marche fut plus long que de se rendre jusqu’à l’entrée du repaire Gobelin. La route sinueuse et étroite ne facilitait pas la tâche aux elfes qui portaient le brancard. Il fallait avancer prudemment et lentement. Un faux pas et la situation pourrait devenir critique, cela pourrait même être la fin. Même si les elfes avaient le pied assez sûr, on ne pouvait prendre le risque d’accélérer l’allure. Mieux valait avancer doucement. Aussi, si on avançait trop rapidement, on pouvait aggraver les blessures de la jeune recrue, ce qui n’était pas acceptable. La nuit qui était tombée entre temps compliquait également la tâche. Plus de prudence était requise.

    Après de longues minutes à avancer dans l’obscurité, à éviter crevassez et roches, le petit groupe arriva finalement à l’endroit où il avait laissé les autres elfes. Après s’être échangé quelques murmures, s’informant sur l’état de la recrue, la compagnie se mit en marche vers Mirkwood, quittant définitivement ces sombres montagnes. Vite, il fallait retourner au palais afin de procurer à l’elfe les soins nécessaires. Vite, il fallait se mettre en route. Thranduil marchait devant, un léger air inquiet sur le visage. Et si la recrue succombait finalement à ses blessures? Ce n’était pas acceptable. Il fallait revenir au plus vite afin de le confier rapidement à un médecin.

    Vint alors le moment où la jeune femme prit congé des elfes. Le groupe s’arrêta. Le roi se tourna vers elle, et inclina légèrement la tête pour la remercier.

    «No in elenath hîlar nan hâd gîn. Puissent toutes les étoiles briller sur votre chemin, Indira. »


    C’était une façon des elfes de souhaiter bonne chance à l’éclaireuse. Thranduil ne savait pas où elle devait se rendre, mais probablement qu’elle ferait encore de la route, parcourant la Terre du Milieu. Sur cet au revoir, Thranduil et sa marche reprirent leur route vers la Forêt Noire. Ils leur restaient encore une longue route à parcourir avant d’y parvenir. Il fallait avancer maintenant, prendre le moins de pauses possibles. Il fallait tout faire pour sauver la pauvre recrue. Maintenant qu’ils étaient sur la terre ferme et sur des chemins droits et sans trop d’embuches, les elfes pouvaient avancer plus rapidement. Cependant, leur vitesse allait encore être limitée par le blessé. Lentement, ils se rendraient à Mirkwood, mais, au moins, ils n’aggraveraient pas les blessures du jeune elfe…


Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Thranduil m'éneeeeeeeeeeerve !!!
» [Elfes] Blason de Thranduil et statut de messager
» Nandor du Royaume de Thranduil
» Lyndaria Thranduil
» Thranduil [ Résolu ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: