Première rencontre / LUNA & EODIA

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 1 Jan - 23:13






    Le soleil venait à peine de se lever. J'avais décidée de m'arrêter pendant quelques secondes près d'un ruisseau. J'étais peut être une elfe mais je n'étais pas insensible au sentiment de soif. Posant pied à terre je j'etais un coup d'oeil autour de moi. Je n'étais pas tranquille. La raison? J'étais sur les terres du Rohan. C'était un redoutable peuple d'Hommes, presque aussi doués à l'arc que les Elfes et très bon dresseurs de chevaux. Bien évidemment, personne n'arriverait à m'approcher mais je préférais me méfier. Cela faisait soixante ans que je parcourais la Terre du Milieu, fuyant les émissaires de mon père. Pourtant, aussi étrange que cela peut paraître pour une elfe descendante de la lignée royale de Thranduil, c'était avec les Hommes que j'avais eu le plus de problèmes.
    La rivière face à moi était claire et ses eaux calmes. Je laissais mon cheval boire quelques instants, il le méritait bien. C'était une monture du Royaume des Elfes et bien qu'elle n'était pas aussi rapide qu'un Méaras, elle n'était pas à négliger.

    Je ne devais pas m'attarder. Remontant à cheval, je partis au galop sur le chemin. Je ne savais pas vraiment où j'allais, je savais juste qu'il me fallait partir. C'était devenu mon quotidien. Je repensais au passé. J'étais quelqu'un d'important avant, Princesse du Royaume de Thranduil, j'étais la seule héritière. Mon père m'aimait, sincèrement, de cela j'étais sure. Il était froid comme un roc avec les autres mais avec moi il était aussi doux qu'une brise printanière. Mais tout avait changé. J'avais grandis, et j'avais eu un petit frère. Il s'appelait Legolas et faisait la fierté de mon père. Je n'avais jamais compris l'obsession de mon père d'avoir un enfant mâle. Ce n'était pas dans nos coutumes de désirer cela, nous n'étions pas comme les hommes après tout. Pourtant, je revoyais sans cesse le regard de mon père lorsqu'il prit dans ses bras le petit chérubin blond... Legolas avait grandit, il était devenu un bel elfe élancé, très doué aux armes et tellement semblable à notre père qu'on aurait pu le confondre avec lui. Moi pendant ce temps j'avais été oubliée. Mon père ne laissait personne m'approcher, mais il ne voulait pas non plus s'occuper de moi. Je me sentais seule et perdue. Et puis deux elfes étaient arrivés du domaine du Seigneur Elrond. C'était ces deux enfants, Elladan et Elrohir. J'ai cru pendant un instant que tout irait mieux mais mon père continuait à être de plus en plus froid avec moi.

    Une douleur fulgurante me transperça, me coupant de mes pensées. Une flèche, j'avais pris une flèche dans le dos. La chute fut rude et je m'ouvrais le crâne en tombant sur les rochers. Des cavaliers du Rohan. J'avais été tellement perdue dans mes pensées que je n'avais même pas remarquée leur présence. J'avais eu définitivement raison, les Hommes causeraient ma perte. Ma famille aussi. Jamais je n'aurais du ressasser le passé au point de baisser ma vigilance.
    Je sentis une deuxième flèche s'enfoncer dans ma poitrine. Nous les Elfes étions très résistant à la douleur et ne pouvions pas mourir de blessures superficielles mais elles pouvaient cependant nous immobiliser le temps que le processus de guérison fasse effet. Je sentis alors deux hommes m'attraper et me soulever. La douleur me paralysait totalement. Ils avaient visés une jambe et un bras. Ils savaient que j'étais une elfe et ils savaient comment m'immobiliser pendant un certain temps. Je reçu un autre coup derrière la tête et sombrait dans les ténèbres.


    Lorsque je me réveillais, j'étais dans une pièce sombre et visiblement bien attachée. Lâchant un juron, je tirais sur les cordes aussi fort que je le pouvais. N'y arrivais pas, je poussais un autre cri. Un homme entra dans la pièce, me disant de me lever. Lui montrant mes liens, j'attendis qu'il me libère. M'ordonnant de bien me tenir, il me souleva et me dit qu'il m'emmenait voir le Roi. Lui sortant une blague un peu cynique, je me repris un grand coup dans le nez. Lorsque l'on arriva dans la salle du trône, quelque chose que je n'avais pas vu venir m'attendait. Une jeune femme. Voyant une goutte de sang de mon nez tomber au sol, je ne pu m'empêcher de sortir avec un petit rire cynique:

    LUNA: Excusez moi, je donnerais bien un coup pour nettoyer mais je suis attachée à une brute.

    Le garde me remis un coup dans la tête, me faisant tomber à genoux. Je l'entendis alors murmurer à l'oreille de la jeune femme qu'ils m'avaient trouvés sur les Terres du Rohan et que le Roi avait ordonné d'emmener tout elfes qui franchiraient les terres du Rohan. Ah, il était prêt à parier que mon père avait déjà envoyé des hommes par ici et qu'ils n'avaient pas du être très aimable avec les cavaliers du Rohan.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Eru Ilúvatar
vous salue
avatar
vous salue
× Messages : 1387
× Inscrit le : 29/12/2012
× Dime : 62079
Mer 2 Jan - 0:07

    Il était encore tôt ce matin, lorsque la princesse se leva de son lit. Après avoir fait sa toilette et manger son petit-déjeuner, la jeune fille partit rejoindre son professeur pour son premier cours de la journée.C'était une élève très assidue, elle aimait apprendre l'art de l'a guérison et espérait devenir comme sa mère. Dans son temps, on la disait très douée et la fille voulait tellement lui ressembler qu'elle avait décidé de devenir guérisseuse. Cependant, le chemin était long avant d'obtenir le niveau de la défunte princesse, c'est pour cela qu'Eodia redoublait d'effort pour y parvenir. Son professeur était un homme très âgé mais il était le meilleur dans sa discipline, c'était un honneur pour la princesse d'être instruite par cet homme.

    Il n'était pas encore dix heures lorsqu'un solda interrompu le cours pour demander à voir la princesse. Celle-ci fut mécontente d'être ennuyé de la sorte mais l'homme insista et disait que c'était urgent. Eodia avait des devoirs et malgré le fait que cela ne lui plaisait guère, elle prit congé de son professeur pour se rendre à la salle du trône.

    Eodia arriva à la salle du trône après avoir été appelé par l'un des gardes, apparemment, on avait besoin d'elle vu que son oncle était en déplacement à l'extérieur. Elle était l'unique princesse du royaume après la mort de sa mère et la fuite de son cousin, c'était donc à elle de prendre soin de son peuple en l'absence du roi. La jeune fille ne s'installa pas sur le siège du roi mais un siège juste à côté lui était réservé. Entouré de ses gardes, on lui fit venir une jeune elfe devant elle. Celle-ci avait l'air mal en point, elle était blessée, la question était de savoir si on l'avait trouvé dans cet état ou était-ce les hommes du Rohan qui s’était bien amusé. Connaissant les lois de son oncle, elle penchait pour la deuxième option. La captive était maintenant à genoux après avoir reçu un coup de l'un des soldats, pendant ce temps, on informa à la princesse que l'inconnue avait été trouvé sur les terres du Rohan, le Roi avait ordonné de capturer tout elfe qui franchiraient les frontières.

    Eodia se mêlait très rarement aux affaires du royaume, son oncle l'en tenait éloigné car il espérait que son fils revienne pour reprendre le trône à sa mort. Néanmoins, la demoiselle était assez compétente pour prendre des décisions importantes lorsqu’il le fallait. La princesse observa attentivement la jeune elfe durant quelques minutes avant d'ordonner à ses gardes de la soigner et de l'emmener dans ses appartements une fois ses blessures pansées. « Allez panser ses blessures puis amenez-là moi à mes appartements, je la questionnerai personnellement... » La jeune brune n'était pas sans pitié, elle ne pouvait pas laisser une personne blessée sans rien faire. De plus, elle était apprentie guérisseuse, se serait être contre son étique si elle ne portait pas assistance à une personne dans le besoin.

    En fin de journée, la jeune princesse faisait les cent pas dans sa bibliothèque personnelle. Elle se demandait comment une jeune elfe avait atterri au Rohan, quel était son but ? Était-elle une espionne ? Eodia allait bientôt avoir réponse à ses questions car on lui amena la prisonnière. Celle-ci avait toujours les mains attachés, pour la sécurité de la princesse, on avait lié ses cordes à sa chaise. Habillée d'une longue robe bleu, ses cheveux attaché de moitié, la jeune femme s'avança vers son "invitée" et s'installa sur le divan qui se trouvait juste en face de l'étrangère. « Qui êtes-vous et que faites-vous ici ? » Son ton semblait autoritaire mais pas méchant, elle était celle qui donnait les ordre en ses lieux et voulait lui faire savoir...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 2 Jan - 0:44
    Je pris quelques secondes pour observer la jeune femme devant moi. Elle était bien habillée et occupait un siège à droite du trône. Pour avoir été moi même à cette place, je savais que cela pouvait signifier deux choses: soit c'était une noble bien impertinente, soit c'était une princesse héritière. Je conclus à la deuxième solution quand j'entendis son ordre et vis avec quelle rapidité mes bourreaux lui obéissait. Je pris le temps de l'observer avec une plus grande attention. Elle était très belle et avait un visage doux. A première vue elle avait l'air de quelqu'un de plutôt sympathique, cependant j'avais appris durant ces soixante dernières années à me méfier des apparences. Le début de mon exil n'avait pas été simple et j'avais fais beaucoup d'erreurs qui avaient faillit me coûter la vie. Je me rendis alors compte que la princesse me fixait, que cherchait-elle dans mes yeux? Je n'eu pas le temps de chercher une réponse à ma question que mon bourreau me tira brutalement en arrière. Il était en charge de me soigner et il le ferait, même s'il n'en avait pas très envie. Et j'étais prête à parier qu'il ne donnerait pas grande importance à la qualité des soins qu'il me procurerait contre les blessures qu'ils m'avaient eux même infligés. Je pouvais m'estimer heureuse d'être une elfe, mes blessures seraient totalement résorbées dans quelques heures, même les trous causés par les fléchés. Cependant ma belle tenue, elle, ne s'en remettrait certainement pas. Je me demandais alors où était passé mon cheval. Mon paquetage était encore dessus. L'avait-ils tués? Je ne l'espérais sincèrement pas pour eux, ils risquaient de passer un mauvais quart d'heure si je m'en sortais. Oui car ici tout était question de si je m'en sortais. Je connaissais la réputation du royaume du Rohan: s'ils vous attrapent, vous aurez du mal à fuir. Je priais alors pour que mon agilité naturelle me permette de m'échapper à la moindre baisse d'attention.

    Le garde m'emmena dans une pièce ronde, aux murs remplis de tapisseries. Elles représentaient l'Histoire du Rohan et de son peuple. Les Hommes étaient si jeunes et ils pensaient vraiment êtres les maîtres de la Terre du Milieu. Soupirant, je m'assis la ou il me fit signe. Dés qu'il tourna la tête, j'essayais de me défaire de mes liens. Ils étaient bien serrés. Pestant un bon coup, je sentis le regard mauvais du garde tomber sur moi

    LUNA: Quoi? Une Dame n'a pas le droit de dire quelques gros mots?

    Je l’énervais, et c'était totalement réciproque. Il me fit signe d'enlever ma robe. Refusant, je lui signifiais très gentiment que si il tentait de m'approcher, je le mordrais. Je vis alors l'homme hausser les épaules, se diriger vers moi, me soulever et commencer à avancer. C'est bien ce que je pensais, il ne se battrait pas pour ma bonne santé.
    Je me retrouvais en moins de deux de retour dans ma cellule froide. Les murs étaient fait de pierres et de l'eau couler dessus. De quoi tuer n'importe qui, même moi. J'essayais d'estimer la profondeur de mes blessures a la douleur qu'elles me faisaient. Mon père m'avait bien expliqué que même si nous étions immortels, une blessure grave pouvait nous tuer très facilement et justement, celle de mon épaule m’inquiétait un peu. Elle ne semblait pas guérir et me faisait un mal de chien. Savant que je ne pourrais rien faire contre, je me posais contre le mur et me mis à penser à mon Royaume Natal. Il était évident que cet endroit me manquait cruellement mais je ne reviendrais pas. J'étais une personne assez bornée de nature et je savais que mon père ne m'aurais jamais rien laissée faire. J'aurais été son bijou qu'on enferme bien précieusement à l'abri. Je repassais en mémoire tout les bons moments que j'avais pu avoir la bas et le chemin parcourut pendant 60ans dans la Terre du Milieu et m'endormit.

    Mon repos fut de courte durée. Mon bourreau préféré n'avait même pas pris le temps de me réveiller qu'il me tirait déjà par la corde. Le mordant un bon coup je lui dis que je l'avais prévenu. Il marmonna dans sa barbe que la Princesse Eodia m'attendait, qu'elle devait m’interroger. Génial... Le garde ne fut pas plus gentil lorsqu'il me posa au sol, aux pieds de la princesse. Me relevant autant que je le pouvais, je fis une petite courbette ironique devant la demoiselle. Je n'étais pas du tout d'humeur.

    EODIA: Qui êtes vous et que faites vous ici?

    Je pouvais sentir dans sa voix qu'elle voulait me faire comprendre qu'elle était chez elle et en position de force. J'avais compris le message depuis un moment déjà. mais j'arrivais aussi à déceler qu'elle n'était pas habituée à parler ainsi.

    LUNA: Je ramassais des champignons pour le repas du soir et vos hommes ont décidés que je ferais une bonne cible pour leur entrainement à l'arc.

    Le ton était ironique et un peu hautain mais je n'avais pas à me justifier et certainement pas à me présenter. La fixer de mon air le plus borné possible, je m'approchais un peu.

    LUNA: On dirait que vous ne savez pas plus que moi ce que vous faites la et que vous n'en avez pas plus envie.

    Je pouvais lire ce qu'elle avait en tête. Du moins j'en comprenais les grandes idées. J'avais héritée ce don de ma mère, elle était une grande elfe de Lorien avant de rejoindre le royaume du Roi Thranduil mais elle n'avait pas pris le temps de m'apprendre à bien le gérer. Je pris quand même le pari d'essayer un petit tour de bluff. De toute façon j'étais mal partie pour m'en sortir et il fallait que je gagne du temps pour essayer de me libérer. Fixant la princesse dans les yeux, je m'incrusta dans son esprit et lui demanda son nom, la sommant de me répondre car elle ne savait pas à qui elle avait à faire. Je n'avais pas l'habitude d'utiliser mon don, surtout pour intimider les bonnes femmes des cités humaines mais cette fois ci, ça fallait peut être la peine.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Eru Ilúvatar
vous salue
avatar
vous salue
× Messages : 1387
× Inscrit le : 29/12/2012
× Dime : 62079
Mer 2 Jan - 21:21

    La princesse du Rohan ne s'attendait pas à voir débarquer une elfe dans la salle du trône, que faisait-elle dans les frontières des Hommes ? Les elfes étaient connu pour vivre dans leur cité et de ne pas les quitter, surtout en ses temps de troubles. De plus, la prisonnière avait été capturé seule et si elle avait été accompagné, on l'aurait su rapidement. Eodia n'avait pas l’habitude de s’occuper des affaires du palais mais cela ne faisait pas d'elle une incompétente. Elle était peut-être une jeune femme vulnérable mais en tant que représentante du Rohan, elle était juste et impassible. Elle était du genre perfectionniste, elle voulait être digne de son rang et faire son travail comme il le faut. On pourrait croire qu'elle faisait ça pour obtenir l'attention de son oncle mais c'était faux, elle n'en avait cure de cette homme. Il n'avait jamais porté le moindre intérêt pour elle, pourquoi donc se soucier de lui ?

    Si la jeune femme était si attaché à ses racines, à son peuple, ce n'était que pour une seule raison : ses parents ! Elle n'avait pas eu l’occasion de les connaitre mais elle avait tant entendu parler d'eux. Sa mère était une belle princesse aimé de tous, tandis que son père fut un guerrier respecté. Ils étaient tous les deux la fierté du pays. On pourrait penser que tout ceci était un poids pour la jeune princesse mais il ne l'était pas du tout pour Eodia, bien qui le fut durant quelques années. Eodia avait appris à vivre avec toute cette pression autour d'elle. Sa nourrice, qui était également son amie, l'avait beaucoup aider dans sa jeunesse. Larewen avait été d'une grande aide pour la jeune princesse, elle avait été une mère, une confidente et une amie, elle lui en serait éternellement reconnaissante.

    Quelques heures étaient passé depuis l'arrivé de la jeune elfe dans le château, à la demande d'Eodia, on la fit emmener dans sa bibliothèque personnelle. Eodia lui demande alors qui elle était et ce qu'elle faisait au Rohan mais la jeune captive répondu d'un ton assez hautain qu'elle ne faisait que ramasser des champignons. La jeune femme resta impassible, cette réponse ne la satisfaisait pas, cela ne lui disait pas pourquoi elle se trouvait au Rohan mais il était fort à parier que la prisonnière ne voulait rien dire. « Cela ne me dit pas ce que vous faites au royaume du Rohan mais vous n'avez surement pas envie de me le dire, n'est-ce pas ? » Eodia avait remarqué que les blessures de la jeune femme n'était pas pansé, elle avait surement refuser l'aider qu'on lui avait apporté. La princesse se leva, ouvrit la porte délicatement et chuchota à l'oreille d'une de ses dames de compagnie. Elle revient rapidement s'installer sur son siège pour continuer interrogatoire. « Vos blessures n'ont pas été soigné ? Si vous me le permettez, je m’occuperai de vous.... » La jeune femme avait en réalité demandé à ce qu'on lui apporte tout le matériel nécessaire afin de soigner la blessée. Elle était apprentie guérisseuse, elle avait soigné beaucoup de monde depuis qu'elle en était capable il y a trois ans.

    La demoiselle était de nature méfiante, elle l'était encore plus avec cette jeune elfe. Eodia avait beaucoup étudié les elfes, elle savait pertinemment que ses êtres était doté de don extraordinaire. La prisonnière était du genre bornée, ce n'était pas difficile de le voir, la princesse ne fut donc pas étonnée lorsqu’elle essaya de lire dans son esprit. « Pourquoi vous fatiguez à pénétrer mon esprit ? Si vous voulez mon nom, demandez-le moi, tout simplement...» La jeune femme était chez elle dans son pays ce qui voualit dire en position de force. Elle n'avait donc aucune raison de cacher son identité. Après un moment de silence, un sourire s'afficha sur ses lèvres et elle finit par se présenter. « Eodia du Rohan, enchantée...»

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 4 Jan - 23:23
    Cette princesse était étonnante je devais bien le reconnaître. Elle n'avait pas l'air d'être impressionnée par moi ni par mon don et c'était bien une première. Après tout elle n'était peut être pas si maléfique que cela. De toute manière elle ne devait pas être pire que la brute d'avant. Je décidais de me détendre un peu. Après tout elle proposait de me soigner et elle avait l'air de ne pas dire cela en l'air. Jetant un coup d'oeil sur ma blessure, je me rendu compte que même si elle allait mieux, elle mettait beaucoup trop de temps à guérir. On m'avait salement amochée je dois dire... Pestant à voix haute, je lui fis un petit rictus pour m'excuser. C'était une Dame pas un garde, un peu de tenue ne serait pas de trop.

    LUNA: Vous avez l'air de bien connaître ma race pour ne pas être étonnée.

    C'était un compliment même si le ton était sec. Je m'étais toujours imaginée les Hommes comme des gens sans valeurs et certainement très bêtes. Il faut dire que je n'en avais pas tellement côtoyés. Je les fuyais comme la peste, ils ne pouvaient m'apporter que des malheurs. Je savais que dans le passé il y avait eu des alliances entre les Elfes et les Hommes. Le Seigneur Elrond, grand maître de Fondcombe, était allé au combat contre un grand seigneur maléfique. Mais c'était Elrond et mon père, Thranduil, n'était pas pareil. Dans notre forêt on nous avait appris à hair les hommes. Peut être mon père avait il tord, peut être que tout les Hommes n'étaient pas mauvais. J'inclinais alors la tête, signe que j'alais coopérer un peu plus.

    LUNA: Je m'appelle Luna et j'étais réellement en train de chercher des champignons dans les bois.

    Je ne pu m'empêcher de lâcher un sourire.

    LUNA: D'ailleurs si vous avez récupérer mon cheval vous les trouverez dans la sacoches, ils sont très bons. Enfin, si vos brutes ne l'ont pas tués.

    J'hésitais quand même encore à tout lui dire. Après tout je ne savais rien de ces intentions. Ces Hommes m'avaient arrêtés à la frontière sans même me questionner. Ils m'avaient tirés dessus. Peut être était il plus prudent de ne rien dire pour l'instant, je ne pouvais pas garantir qu'il ne m'utiliserait pas comme monnaie d'échange avec mon père. Après tout j'étais presque sure que c'était avec lui qu'ils avaient eu des problèmes.

    LUNA: Merci de me soigner. Vous êtes guérisseuse?

    Regardant autour de moi je vis plusieurs grimoires. Lui souriant je m'approchais d'elle.

    LUNA: Pourquoi être si nerveux à propos des Elfes. Vos Hommes ont faillit me tuer sans même me demander mon nom, ni pourquoi j'étais la


    J'enlevais le haut de ma robe, restant en corset, pour lui montrer la blessure de mon épaule.

    LUNA: D'habitude nous autre elfes nous guérissons très rapidement mais celle ci me fait vraiment mal. Je ne sais pas ce qui a été touché mais ça n'a pas l'air bon.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Eru Ilúvatar
vous salue
avatar
vous salue
× Messages : 1387
× Inscrit le : 29/12/2012
× Dime : 62079
Sam 5 Jan - 18:52
    La jeune prisonnière avait l'air d'être plus détendue, voyant qu'elle n'avait plus rien à craindre, Eodia libéra ses cordes pour que la jeune elfe puisse se déplacer avec plus de facilité. Sa blessure semblait ne pas guérir d'elle-même ou du moins, il lui faudrait plus de temps. L'elfe ne se gêna pas pour le montrer mais semblait s'excuser du ton qu'elle prenait devant la princesse. Celle-ci attendait patiemment qu'on lui apporte de quoi soigner la jeune femme, en attendant, elle en apprenait sur cette jeune elfe du nom de Luna. Elle disait qu'elle était réellement en train de chercher des champignons dans les bois. D'ailleurs, ceux-ci se trouvaient sur la sacoche accroché à son cheval. « J'irai demandé ce qu'on a fait de votre cheval mais je doute qu'on l'ait abattu.» Le peuple du Rohan appréciait beaucoup ses bêtes, Eodia était donc persuadé que l'on avait rien fait de mal à ce cheval.

    Bien que Luna affirma qu'elle était là pour ses fameux champignons, Eodia savait pertinement que les elfes se promenaient dans les frontières du Rohan sans but précis. Elle décida de ne pas la libérer tant qu'elle ne connaissait pas ses intentions réels. La princesse devait être prudente, on ne sait jamais à qui l'on a faire. A cet instant, une vielle dame entra, elle apportait le matériel indispensable pour panser la plaie. Eodia n'avait pas répondu à toutes les interrogations de la femme elfe, elle s'était contenté de l'écouter et de sourire. Elle voulait d'abord voir les dégâts de la blessure, c'était tout ce qui lui importait pour le moment. Alors, lorsque Luna retira le haut de sa robe pour lui montrer, la princesse jeta rapidement un coup d’œil. Elle en avait soigné des blessures, pire que celle-ci. Elle demanda à Luna de s'assoir sur le fauteuil pour pouvoir mieux voir la plaie. Avec l'aide de son assistante, elle commença à désinfecter la plaie et commença les soins. Tout en soignant la plaie, elle se décida à répondre aux questions de son "invitée". « J'en ai déjà vu des plaies et la votre n'est pas trop grave, quelques jours et ça ira mieux...Peut-être moins vu que vous êtes une elfe.»

    Après une demi-heure, la jeune fille termina de soigner la jeune elfe. Elle fit sortir la vielle dame pour pouvoir rester avec la prisonnière. « Pour répondre à vos questions, oui, je suis guérisseuse, je pense que vous l'avez deviné. Et non, je n'ai pas été étonné de vous voir pénétrer mon esprit, j'ai beaucoup étudié les peuples de la terre du milieu donc la vôtre ma chère...» La princesse s’installa sur sa chaise comme pour lui montrer qu'il était temps de discuter. « Bon, si vous me disiez la vérité sur votre venue ici ? J'ai du mal à croire que vous n'êtes qu'ici que pour des champignons. Vous savez, si mon oncle, le roi, revient à l'instant, je ne donnerai pas cher de votre peau. Il est dans votre intérêt de me dire tout maintenant, après je ne pourrai plus rien faire pour vous...» Eodia était sincère, elle connaissait son oncle et ses méthodes, il était un peu parano et pourrait croire que les elfes l'espionnent. Elle voulait donc aider la prisonnière mais celle-ci devait être un peu plus coopérative...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 5 Jan - 22:22
    Je vis une dame rentrer et poser devant Eodia de quoi me soigner. Je commençais à me détendre. Elle m'assura que ma blessure n'était pas trop grave. Une bon bandage et cela devrait aller, je suis résistante, même sacrément amochée. Nous restâmes un moment silencieuses, elle à me soigner et moi à l'observer. Je pouvais sentir les intentions des gens et m'autorisant à pénétrer dans son esprit je compris qu'elle ne me voulait pas de mal. Elle était en fait réellement curieuse de savoir ce que je faisais ici. Je me dis à ce moment la qu'il serait peut être plus intelligent de coopérer totalement si je voulais sortir de la le plus rapidement possible. Je doutais que tout les Hommes présent ici soient aussi aimable et bienveillant à mon égard qu'elle ne l'était maintenant.
    Lorsqu'elle eu fini de me guérir, je renfilais doucement ma robe. Lui jetant un oeil je me rendis compte que j'étais vraiment beaucoup trop sale pour oser me présenter à quelqu'un.

    LUNA: Sur mon cheval est ma sacoche, il y a mes habits. J'aimerais avoir l'occasion de me changer car ceux ci sont tachés de sang et de boue.

    Je vis Eodia s'éloigner pour s'installer sur sa chaise. Elle me dit que je ferais mieux d'y dire la vraie raison de ma présence ici. Elle me menaça même un peu. Souriant je me levais à mon tour. Je n'avais pas peur d'elle, ni de son oncle. Il pouvait être le Roi du Rohan mais j'avais appris ces soixante dernières années à survivre toute seule et dans des situations bien pires que celle la. Pourtant, je ne pouvais m'empêcher de penser que c'était ces Hommes qui avaient faillit m'abattre et pas une bande d'Orcs.
    M'avançant face à elle, je la regardais fixement. Il n'y avait plus une once d’insolence ou de rigolade dans mes yeux, je ne pouvais pas être plus sérieuse qu'en cet instant.

    LUNA: Je vais vous parler. Mais vous me laisserais libre après. De toute façon je finirais par partir.

    Respirant profondément je décidais de me lancer.

    LUNA: Comme je vous l'ai déjà dis je m'appelle Luna. Je viens d'un Royaume caché dans le Forêt, un des fiefs les plus puissants d'Elfes. Vous pensez peut être que votre oncle peut être effrayant, attendez de rencontrer mon père. Je suis Luna, fille de Thranduil, petite fille d'Oropher. Je ne suis pas venue en Rohan pour vous embetez, je suis partie de mon royaume il y a bien longtemps et je traversais juste vos terres.

    M’arrêtant, je l'observais avant de recommencer, l'air encore plus grave.

    LUNA: Mon père est toujours à ma recherche. S'il découvre que je suis ici contre mon gré il ne faudra pas longtemps pour que le Rohan se retrouve avec toutes les armées de Vert-Bois et de la Lorien à ses portes. Et la c'est à moi de vous dire que je ne donnerais pas cher de votre peau.

    Je ne voulais pas la menacer mais elle devait savoir que mon père ne plaisantais jamais. Il ne m'appréciait peut être pas plus que Legolas, pensait que j'étais une incapable et était froid avec moi, mais il n'hésiterait pas à raser un Royaume entier s'il le jugeait nécessaire.
    Regardant Eodia, je pénétrais son esprit pour lui dire qu'on dirait bien que nous étions toute deux deux princesses fuyant les responsabilités qu'incombent le pouvoir.

    LUNA: Je ne veux aucun mal au Rohan.

    J'étais sincère. En signe d'amitié, je tendis une main vers Eodia.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Eru Ilúvatar
vous salue
avatar
vous salue
× Messages : 1387
× Inscrit le : 29/12/2012
× Dime : 62079
Dim 6 Jan - 20:15
    Luna était enfin soigner, celle-ci lui demanda qu'on lui apporte sa sacoche, il y avait ses vêtements de rechange et voulait porter autre chose. On pouvait la comprendre, ses vêtements était pleine de tâches et de sangs. Eodia lui fit signe de la tête, comme pour lui dire que sa demande était accepté. Elle alla quérir une domestique pour préparer un bain à la jeune elfe ainsi qu'une chambre. « Vous pourrez bientôt prendre un bain, de plus une chambre a été mise à votre disposition, vous pourrez vous y changer librement...» La princesse voulait connaitre la vérité sur la personne qui se tenait en face d'elle. Heureusement, elle coopéra mais elle voulait liberté après lui avoir parlé. Eodia ne disait rien, elle verrait ce qu'elle ferait après avoir écouté son récit.

    Enfin, elle pu connaitre la véritable identité de la jeune femme, tout comme elle, Luna était princesse vu qu'elle était fille du Roi Thranduil. Pour une raison encore inconnue, elle s'était enfuie de son royaume et était arrivé en Rohan, terre qu'elle ne faisait que traverser. On pouvait voir de la surprise dans les yeux de l'humaine, pourquoi une princesse elfe s'enfuirait-elle de son royaume ? Cette demoiselle devait bien avoir ses raisons mais Eodia doutait qu'elle lui dise d'avantage. Ensuite, elle termina en lui disant que son père était toujours à sa recherche et si le Rohan la gardait encore captive, son pays pourrait bien avoir des problèmes. A cette remarque, la jeune princesse sourit légèrement, les hommes n'avaient pas peur des elfes ou de quiconque, ils étaient de très grands combattants. Il y avait des lois à respecter ici comme dans les autres royaume.« Il me semble que c'est vous qui soit pénétrer dans notre royaume sans autorisation, on ne fait qu'appliquer notre loi, vous pouvez le comprendre, non ? Je suppose que c'est le cas dans votre royaume également ?»

    Luna fit encore éruption dans l'esprit de la princesse, elle lui fit comprendre qu'elles étaient un peu pareille toutes les deux, deux princesses fuyant les responsabilités qu'incombent le pouvoir. Eodia était à moitié d'accord avec elle, l'humaine était loyale à son pays et bien que son rôle de princesse soit difficile, elle assumait totalement. « Il fut un temps où ce rôle fut un poids mais désormais je l'assume totalement. De toute façon, je suis persuadée que mon cousin, l'héritier du trône, reviendra si nous avons besoin de lui...» Oui, la princesse était intimement persuadé que son cousin reviendrait, de ce fait, elle ne deviendrait pas reine et serait une simple princesse. La jeune elfe ne voulait pas de mal au Rohan, en signe de "paix", elle tendit une main en direction d'Eodia. Celle-ci l'accepta volontiers pour lui montrer qu'elle la croyait. Les gardes lui avaient dit qu'elle était seule, ils avaient parcouru les frontières pour voir si elle n'était aps accompagné mais personne n'avait été aperçu. Avec ses informations, elle en déduit qu'elle disait la vérité.

    Eodia se leva, faisant le tour de la pièce tout en continuant à parler. « Je vous crois, Luna fille de Thranduil. Mon oncle revient dans une semaine, d'ici là vous êtes libre de rester ici mais ne perturbez pas les habitudes de mon peuple. Ce délai passé, je vous conseille de partir, mon oncle ne sera pas aussi clément que moi. »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 2 Fév - 23:52

    Remerçiant la princesse, je quittais la pièce. Je me retrouvais nez à nez avec mon cher garde. Lui faisant une grimace, je lui dis que j'étais l'invitée de la Princesse pendant une semaine. Bien fait pour lui, il devrait se montrer courtois. Me souriant de manière crispée, il me demanda de le suivre et me montra mes appartements.

    LE GARDE _ Voici... Princesse

    Son ton était dédaigneux mais je m'en foutais totalement. Entrant dans la chambre, je regardais autour de moi. Elle était spacieuse et bien décorée. C'était agréable. Après tout je ne pouvais pas me plaindre, cela faisait des années que je n'avais pas dormi dans une vrai chambre. Soudain une certaine lassitude me pris. Mon royaume me manquait. La fôret verte et douce me manquait terriblement, ainsi que les Elfes qui étaient mes amis. Je me demandais ce qu'étais devenu mon père, mon frère et mes amis. J'avais entendu parler de Thranduil au travers des rumeurs de la Terre du Milieu mais rien de sur. C'était une des particularité de mon père, il n'aimait pas faire parler de lui. C'était une manière de s'assurer que notre royaume reste sauf. Je me mis à penser à Elladan. Nous nous étions rapprochés énormément avant que je ne m'enfui. Me secouant, je me dirigeais vers mon sac et décidais de me changer. Cela ne me ferait pas de mal de porter des habits un peu plus propre.
    Une fois changée, je m'allongeais sur le lit et me demandais ce qui allait se passer le temps que je serais la. Je savais parfaitement qu'officiellement j'étais une invitée, mais quelque chose me disait que je ne pourrais pas partir avant que le Roi arrive, la preuve était les gardes postés devant ma porte que je pouvais entendre parler. Ils ne devaient avoir aucune idée des dons d'un elfe car ils parlaient ouvertement des choses qu'ils aimeraient me faire s'ils me croisaient dans un recoin sombre. Qu'ils essayent...


    Je me reveillais quelques heures plus tard. Cela faisait longtemps que je n'avais pas aussi bien dormi. Enfilant une robe, je me regardais dans le miroir. Je portais une longue robe verte, celle que je portais lors des cérémonies officielles dans le royaume de Thranduil mais j'avais rajouté un corset en cuir par dessus, idéal pour cacher toute sorte de poignard.
    Sortant de ma chambre je saluais les gardes. Je vis dans leurs regards qu'ils étaient impressionnés par ma prestance dans cette robe. C'est sur que quand ils m'avaient rencontrés je n'étais pas dans mon meilleur état et maintenant que j'étais dans un palais je retrouvais déjà ma stature de princesse. Leur indiquant que je voulais aller marcher un peu dehors.
    Sortant devant le palais je regardais la vue. Elle était vraiment à tomber par terre. On voyait les plaines à perte de vue et au dessus de moi l'étendard du Rohan battait dans le vent. Je devais bien le reconnaitre, les Royaumes d'Hommes avaient leur charme.
    Soudain j'entendis un son plus que familier, une flèche qui siffle. Je ne pu m'empêcher de sourire. L'arc était larme de prédilection des elfes depuis la nuit des temps. Me dirigeant assez rapidement vers la ou le son provenait je voyais des jeunes gens s'entrainer seul au maniement de l'arc. Lorsqu'ils se rendirent compte de ma prescence, ils se regroupèrent en chuchotant "une elfe, une elfe, une elfe". Leur souriant, je leur dis qu'ils n'avaient pas à avoir peur de moi.
    Un des enfants s'approcha de moi courageusement et me salua.

    LUNA_ Bonjour petit homme. Je m'appelle Luna.

    L'ENFANT_ D'ou vient tu?

    Lui souriant, je m'agenouilla devant lui

    LUNA_ Je viens d'un pays lointain. Un pays où la foret est reine autour de nous, un pays puissant et caché.

    Voyant des lueurs dans ses yeux je lui demandais de me montrer comment il savait tirer avec l'arc. Après s'être exécute, il revient vers moi me disant le regard plein d’orgueil et le torse gonflé qu'il était le meilleur de son age. Lui demandant si je pouvais essayé il se recula de quelques pas, me disant que les femmes ne tiraient pas à l'arc.
    Me tournant vers un des gardes, je lui demandais si je pouvais avoir un arc à ma taille. Je vis que l'idée ne lui plaisait pas tellement mais j'argumentait en disant que je ne ferait de mal à personne. Il obtempéra, difficilement.
    Une fois l'arc en main je visait et tirait dans un arbre, bien plus loin que la cible originale. J'adorais cette sensation. Soudain j'entendis derrière moi des pas s'approcher. Me retournant je découvris Eodia qui s'approchais. M'inclinant devant elle, je m'approchais doucement

    LUNA _ Princesse.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Eru Ilúvatar
vous salue
avatar
vous salue
× Messages : 1387
× Inscrit le : 29/12/2012
× Dime : 62079
Mer 6 Fév - 18:11
    La discussion avait pris fin avec les mises en garde de la princesse du Rohan. L'elfe sortit de la pièce pour rejoindre la chambre que l'on avait préparé spécialement pour elle. De nature méfiante, Eodia demanda à ses gardes qu'on la surveille de loin, elle ne voulait être responsable de possible problème dans son royaume à cause de la présence d'une étrangère. L'entrevue terminé, l’humaine repartit à sa première occupation : la guérison ! Elle se hâta pour aller retrouver son professeur afin de continuer là où ils s'étaient arrêté. Son maitre avait l'habitude d'être dérangé de cette façon, il n’avait pas une élève comme les autres, elle était tout de même la princesse du Rohan. Elle passa toute la journée à apprend de nouvelle recette et aida à soigner quelques malades au côté des plus grand médecin du royaume. A la fin de la journée, la princesse décida de faire une promenade accompagné d'une dame de la cour. Leur discussion reposait principalement sur la jeune elfe qui se trouvait au actuellement sur ses terres. Leur curiosité les poussait à imaginer un tas de raison à sa fuite, cependant elle ne pouvait qu'imaginer vu que Luna n'avait donné aucune explication ce qui était assez compréhensible. Qui allait révéler ses secrets à des inconnues ? Néanmoins, Eodia espérait se rapprocher de la jeune elfe, la princesse était comme attiré par elle et voulait la connaitre d'avantage.

    Alors que les deux jeunes femmes étaient sur le point de faire demi-tour pour retourner au palais, Eodia aperçut une foule de gens non loin. Intriguée par cette masse, elle décida de voir ce qu'il se passait. Elle fut étonné de voir l'elfe Luna avec une arc en main, avait-elle décidé de partager son savoir avec les enfants qui s'entrainaient à l'arc ? Car tout le monde savait que les elfes étaient loin les meilleurs dans cet art. La princesse s'approcha doucement vers son invitée mais elle ne voulait pas la gêner dans ce qu'elle faisait, elle voulait être une simple spectatrice. Cependant, Luna s'inclina à la vue de l'humaine et la salua. Eodia en fit de même et lui fit d'un signe de main qu'elle pouvait continuer et ne pas faire attention à elle. « Je ne voulais pas vous déranger, vous pouvez continuer ce que vous étiez en train de faire...» Eodia regarda autour d'elle, les enfants avaient des étoiles dans les yeux, c'était la première fois qu'ils voyaient une personne provenant de la race des elfes et c'était peut-être la dernière. « J’espère que votre chambre vous convient et que vous avez pu vous reposer...» La jeune dame voulait s'assurer que son invitée soit bien traitée et qu'elle se sente bien durant son séjour au Royaume du Rohan. Eodia voulait montrer que l'hospitalité des hommes étaient parmi les meilleurs...









Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Luna Scamander [ACCEPTEE] ~ Auror
» LUNA X GRIFFON FEMELLE 1 - 2 ANS (34) ADOPTEE
» Vient demander à Guillaume de renouer avec Luna
» Première mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: