In the footsteps of my past [ Alenmor ]

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 3 Avr - 21:02

In the footsteps of my past
Les souvenirs, c'est bien joli mais on ne peut ni les toucher, ni les sentir, ni les serrer contre soi. Ils ne collent jamais complètement au moment présent et s'effacent avec le temps.

Le passé. Douloureux et insupportable. Souvent je dois prendre sur moi, pour garder le contrôler de mes émotions je m’efforce à chaque fois de ne pas m’écrouler, de ne pas me mettre à genoux en hurler au ciel toute la haine que j’éprouve en son égard pour m’avoir fait subir toutes cette cruauté. Je me demande souvent pourquoi ? Qu’est-ce qu’elle m’apporte? Du chagrin, de la haine, de la souffrance, surtout des regrets et un manque d’un être cher à mon cœur. Ma famille m’ayant abandonné, mon frère et moi et en prime, m’arracher mon frère d’une cruelle façon. Ne pas savoir ce qu’il est devenu. Est-il en vie ou n’est-il plus de ce monde ? Des questions qui demeurent sans réponse et qui me rongent au plus profond de mes entrailles. Il faut croire que j’aime la souffrance car en ce moment je suis de retour vers mon village où j’y ai passé mon enfance.


Pourtant le village n’est plus aussi convivial et gai qu’il y a quelques années. Ils restent intacts et imbibés les traces de ces incendies aux temps jadis. Toutes les maisons ou demeuraient les villageois ne sont plus que débris et il n’y a plus âme qui vivent. Je erre sans vraiment savoir ce pourquoi je suis ici. J’ai sans doute besoin de revenir ici pour me souvenir de mon enfance, les moments de tendresse, d’amusement, de fougue et d’innocence. Des heures passaient à jouer sans le moindre épuisement, à rire aux éclats jusqu’aux larmes. Mon cœur bat plus rapidement mais bien vite mon pincement au cœur refait surface et je perds cette inondation de bonheur qui m’avait inondé il y a quelques secondes. Je me trouve devant mon ancienne maison, là où mes parents vivaient avec mon frère et moi. La toiture est brisée cette maison est devenue inhabitable. Je l’observe de loin, au début je n’ose pas trop m’y approcher pas à cause pas à cause des dégradations matérielles mais parce que j’appréhende d’y retourner.


Je dois prendre mon courage à deux mains. Je respire un bout coup. Mon visage revient impassible, pas la moindre expression de chagrin ou de peine ne peut s’y lire. Mon expression est de marbre et je m’avance vers la maison, tout doucement ne précipitant point la cadence de mes pas. Subitement mon regard divague autour, je vois enfin dans mon champ de vision quelques âmes errantes en cet ancien village qui n’en est plus vraiment un. Surtout des personnes âgées, démuni, vivant dans des conditions plus qu’insalubre. Ca me tiraille le cœur mais je ne me laisse pas le temps de divaguer en sentiment. Soudainement, j’entends du bruit dans cette maison où j’ai vaincu mon enfance. Qui peut bien y être ? Qu’est-ce qu’une personne pourrait acquérir en la fouillant de fond en comble alors que ce n’est qu’un tas de ruine. Je sors mon épée la brandit devant moi, je commence à m’avancer vers l’enceinte de la porte. En hurlant fortement, ma voix n’est pas des plus rassurantes.


« Qui est là ? » - je commence à pénétrer dans mon ancienne demeure, l’odeur de moisissure me prend aux tripes. La poussière est à son comble. Tout est délabré et pourtant je vois devant moi, de dos une silhouette masculine. Je reste sur mes gardes attendant qu’il se retourne et qu’i dédaigner confesser sa présence en ce lieu.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 4 Avr - 21:02



In the footsteps of my past

Voilà des jours et des jours que je marche sans voir une ville ou un village. J’ai vraiment besoin de prendre un peu de bon temps. Trouver une taverne, boire une bonne bière et trouver une jolie jeune fille à éconduire, peut-être que j’aurais même le droit de passer un peu plus de temps avec elle. Celle de la dernière fois était plutôt mignonne, mais elle parlait beaucoup trop… dommage. J’avais eu le droit à mes attaques quasiment hebdomadaire d’orcs ou d’autres créatures sortis de l’enfer… enfin même si j’essayais du mieux possible de les éviter. Elle me donne envie de vomir ! Les pauvres, elles ne doivent pas passer de bons jours tous les jours. Je marche et marche encore lorsque je vois au loin des bâtisses. Ah enfin un peu de détentes ! Du moins j’espère que ce n’est pas un de ces vieux villages abandonnés.

J’arrive enfin dans le village, si on peut appeler cela un village. Tout est en ruine. Quelques personnes errent, mais j’ai plus l’impression de me trouver en face de zombies ou encore de fantômes. Où est ce que j’ai atterri ? Ce n’est surement pas là que je vais trouver un petit endroit pour boire. Il vaut mieux que je m’en aille d’ici, c’est complètement déprimant. Je me retourne, mais derrière moi un homme me regarde intensément. Il murmure quelque chose que je ne comprends pas.

- Vous pouvez répéter ?

Il dit quelque chose, me bouscule et part en courant. Il m’avait pris ma chaine… là seul chose qui appartenait à ma mère. Je partis à sa suite, et heureusement pour moi, il n’est pas très rapide. Je le rattrape facilement, et reprend mon bien. Malgré le peu de force qu’il a, il est tenace, mais j’arrive à reprendre mon bien. Je lui demande de partir avant qu’il goute à mon épée. Il le fait sans protester en levant les mains au ciel. « Monsieur ! Je ne veux pas mourir, mais je dois nourrir ma famille, on meurt de faim ici. ». Il repart. Je reste ébahi par ses paroles. Mon dieu, le monde va de plus en plus mal. Est-ce qu’on va réussir à retrouver la paix ? Je regarde autour de moi et m’aperçois que je suis rentré dans une maison. Bon il vaut mieux que je reparte d’ici avant qu’on me dépouille complètement. Mais un bruit attise ma curiosité. Une épée qui sort de son étui. Oh c’est pas vrai, moi qui cherchais un coin tranquille pour boire une bière ! « Qui est là ? ». Ah une voix de femme, c’est intéressant, avec une épée. Il vaut mieux que je reste sur mes gardes. Plusieurs il m’est arrivé de me trouver en face de femme sachant se battre, et elles sont très hargneuses. Je me retourne tranquillement avec une main sur mon épée, prêt à dégainer. Lorsque je me retrouve en face de la jeune personne, je me dis que peut-être ça pourrait bien se passer. Je la regarde de haut en bas : vraiment pas mal... Je la regarde dans les yeux en souriant.

- Bonjour ! J’allais partir, pourrais-je passer ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 21 Avr - 20:21

In the footsteps of my past
Les souvenirs, c'est bien joli mais on ne peut ni les toucher, ni les sentir, ni les serrer contre soi. Ils ne collent jamais complètement au moment présent et s'effacent avec le temps.


Apparemment le fait que je sois devant lui, en train de le menacer avec mon arme n’avait pas l’air de lui poser le moindre souci, au contraire j’avais l’impression que mes menaces que j’engendrais en son égard ne l’effrayaient tout bonnement pas. Pourtant, je n’allais pas pour autant le laisser partir sans avoir veillé à l’instant, qu’il n’est pas volé quoique ce soit appartenant à ma famille. Je le regardais donc avec une grande attention, ne laissant pas pour autant mon arme s’abaissait0. Je gardais la pointe de ma lame en sa direction mais quand il eut le malheur de faire le moindre pas, en tentant de s’échapper j’avais ajusté ma prise, n’éprouvant aucune remord à laisser la lame lui lasserait la peau, au contraire le geste était confiant et rassurant. Je n’allais pas le laisser sans tirer aussi facilement.



« Non, vous ne passerez pas. C’est clair. » - je ne ménageais pas mes mots, ma parole n’était point douce et rassurante, mais elle était menaçante plus qu’autre chose, avant de partir je voulais m’assurer qu’il n’avait pas volé le moindre bien qui appartenait à ma famille.



« Avant de vous laisser partir, je tiens à vérifier que vous n’avez rien volé dans cette ancienne demeure, qui fut la mienne. Je ne supporte pas les voleurs comme vous, qui osent se permettre d’entrer dans une ancienne demeure, où une famille entière vivait, et qui se permet d’y entrer comme si c’était la chose la plus normal sur terre. » - je pointais mon épée vers son corps, le jaugeant de la tête aux pieds, un regard malicieux et sans la moindre peur l’observant avec attention.



« Déshabillez-vous donc, et ensuite vous pourrez disposer. » - je n’avais pas peur au contraire je ne ressentais aucune gêne face à cet ordre, il devrait l’exécuter et ensuite je lui laisserai la possibilité de s’échapper et de poursuivre son chemin.


FICHE ET CODES PAR RIVENDELL

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ♥ - Forget Your Past
» in this bright future you can't forget your past. ▲ (08/02 - 14:50)
» The ghosts of our past. (CHARLIE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: