Palantíri ou pâle copie? [Quête]

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 3 Mar - 19:59

Il faisait nuit. Varda patrouillait au trot à la lisière de la Lorien, suivie par une vingtaine de ses fidèles soldats. Cela faisait une heure, et ils n'avaient rien vu. Rompant son calme et sa disipline habituelle, Arada-orë secoua la tête et étendit l'encolure comme pour lui arracher les rênes. Oui, il était fatigué, elle aurait du prendre Racië-ondo, qui était plus jeune et plus vif, surtout si c'était juste pour une petite balade nocturne au trot d'une heure, sans combats ni agitations.
Baillant sous son casque, Varda se retourna vers ses hommes:

"Bon, on va monter le campem..."

Le vent tourna. Une immonde odeur d'orcs flotta jusqu'à son nez. Elle était si horrible qu'elle eu l'impression de prendre un coup de poing dans le nez.
Bien rodés par l'habitude, les hommes de Varda tirèrent leurs armes et firent tourner bride aux chevaux dans la direction de l'odeur. La capitaine se tourna a nouveau vers ses soldats.

"Au plus sombre de la nuit, quand les créatures du mal rôdent, nous, cavaliers de la Lothlorien, nous interviendrons et les réduiront à néant quand nos semblables dorment paisiblement, et pour qu'il puisse continuer ainsi!" s'exclama Varda d'une voix puissante, avant de brandir son épée. " POUR LA DAME DE LORIEN!"

Elle piqua des deux et son étalon partit au galop de charge, tandis ce que ses hommes reprenaient son cri et s'élancaient derrière elle. Les orcs furent anéantit, mais Varda en garda peu de souvenirs tant ce qui allait survenir plus tard la marqua.
Couverte de sang, elle constata que leurs ennemis étaient tous morts ou en fuite. Elle interdit d'un geste à son lieutenant de poursuivre les fuiards et ils commencèrent à empiler les corps pour les brûler. L'elfe souleva un énième cadavre sur son épaule avec un sourd grognement. Soudain une forme sombre attira son regard. Elle lança la carcasse sur le tas avec les autres et se tourna vers le coffre. Il s'agissait peut être d'un quelquonque butin. Varda en approcha sa main pour l'ouvrir et la retira comme si elle c'était brulée. Quelque chose n'allait pas avec ce coffre. Il contenait quelque chose de mauvais. De très mauvais.
Fallait-t-il le détruire sans l'ouvrir? Non ce n'était pas la bonne solution. La seule personne qui pouvait l'aider dans ce cas, c'était Galadriel et c'était urgent.

"Thanond! Prend la tête de la compagnie et mène les en sécurité dans la forêt, prenez du repos, il faut que je porte ça à Galadriel, le plus vite possible!" la capitaine souleva le coffre, ignorant le malaise que lui causait la proximité de l'objet. "Et prête moi ta jument."

Varda retrouva avec plaisir Ouvara, avec qui elle avait rencontré la hobbite Aludda. La jument était la plus rapide du détachement et une des plus en forme. Sanglant le coffre sur sa croupe, elle monta en selle.

***

Varda mit pied à terre. Elle avait galopé sur le dos d'Ouvara toute la nuit vers Garas Galadhon. La pauvre jument chancelait sur ses jambes, écumante, en sueur. Elle arriva devant le jardin de Galadriel. Un garde veillait sur la porte du domaine de la dame.

"Je dois d'urgence voir Galadriel! Prenez soin de la jument, elle est épuisée."

Varda lança les rênes à l'elfe et récupéra le coffre sur le dos d'Ouvara, qui donna un coup de cul, heureuse d'être débarassée de son chargement.
La capitaine franchi la porte et chercha la dame du regard. Elle aperçu la blanche silhouète de Galadriel.
Elle ôta son casque et posa un genou à terre, la tête baissée.

"Dame de Lorien..."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 4 Mar - 23:39
Pierre de vision, Pierre du destin, orbe précieuse. 8 vous serez.
Palantïri ou pâle copie


Galadriel se réveilla en sursaut, dans les bras d'un Celeborn endormit. Elle avait fait un étrange rêve. Elle voyait la Terre du Mileu entière défilant dans une orbe de pierre transparente. Sentant l'ombre avancer et la lumière stagnante, débordée, sur son train arrière. La gorge sèche, je me levai en silence, me servant de l'eau. Dehors, les prémices de l'aube se faisaient sentir, caressant le monde, du moins la Lothlorien de rayon de chaleur. La journée à venir semblait être radieuse. Derrière moi, Celeborn s'éveilla à son tour, me prenant dans ses bras, debout contre moi, son souffle chaud contre ma nuque. Nous n'avions nul besoin de nous parler, il me comprenait et on était si bien, ici, nous deux, loin des soucis. Pourtant entant que seigneur, nous ne pouvions pas oublier la vie alentour. Brisant notre étreinte, j'enfilai une robe blanche, ou était brodée des discrètes ailes de colombe argentée dans mon dos, à la naissance des omoplates. Coiffant ma chevelure, retrouvant son aspect naturel : bouclé et dompté à la fois. Plaçant sur ma tête, le diadème de la Lorien. J'étais prête, Celeborn aussi. Bras sous bras nous descendîmes ensemble, la Dame et le Seigneur, se levant avec la Lorien et se couchant avec. A mon habitude, je descendis aux jardins, contemplant le lever du soleil. Je saluai l'elfe, qui les gardai. Même s'il faudrait être fou pour s'introduire ici, sans permission.

Restant debout, je regardai au loin, quand je vis de la poussière qui se levai. Quelqu'un arrivai. Que c'était-il passé ? Pour avoir besoin de moi, de si bon matin, alors que l'aube ne fait que de se lever. Je pensai à Varda qui était en patrouille avec ses hommes. Avait-il relevé des mouvements importants ? des morts ? des évènements mystérieux ? Des objets ? En ce moment, beaucoup de chose se perdait, se révélait,amenant à réflexion et découverte. La magie se faisait de plus en plus présente dans l'air, presque lourde. J'entendis alors la voix de Varda Surien, Capitaine de la Cavelerie et Dame avec qui j'aimais passer du temps libre pour parler de tout et de rien, de tout sauf de problème et de ténèbre. Ceux-ci c'était en d'autres temps et en d'autres lieux. Varda avait l'air fatiguée, essoufflée. Comme si elle avait galopé toute la nuit, avec force et sans arrêt pour revenir. Le timbre de sa voix n'annonçait rien de bon. Le dos tourné, je l'entendis arriver et me retournai. Tandis qu'elle posa genoux à terre, enlevant son casque et me saluant.

<< - Varda. Vous allez bien ? >>

J'aperçus alors, un coffre non loin d'elle, un coffre de bois sombre, scellé. Et il n'y avait pas que le bois qui était sombre. L'énergie qui s'en dégageait me donner un haut de coeur, assez puissant. Je sondai, rapidemment Varda. Ma tension s'apaisant lorsque je constatais qu'elle n'avait rien.

<< - Qu'est-ce que ? >> dis-je en un souffle lorsque je m'attardais de nouveau sur le coffre.

Plus je le fixais, plus il me semblait malsain, j'étais envahie de sentiment contradictoire. La puissance de celui-ci m'appelait mais son énergie maléfique me répugnait. J'étais ballottée, dans une mer loin d'être calme et loin de se calmer. Le Soleil de cette journée n'était plus, il était remplacée par un astre noir et terrifiant. Je me fis pensive. Le regard rivée sur le coffre, tandis que Varda le rapprochait de nous. J'allais bientôt pouvoir le toucher. J'avais l'impression que j'allais découvrir que le coffre avait un coeur battant, suintant de son sang noir. Chacune des images se succédant dans ma tête, entretenant, le mystère de cet objet, de son contenu.
made by pandora.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Mar 5 Mar - 21:59

Palantíri ou pâle copie ?
❝ Quête Sur.❞
Le coffre est arrivé en Lorien, Galadriel sent l'ombre émanant de celui-ci. La dame questionne la capitaine sur cet objet, dans quel circonstance a-t-il été trouvé ? Après avoir trouvé réponse à ses questions, Galadriel et Varda emmène le coffre dans une salle à l'abri des regards. Les deux femmes hésitent à l'ouvrir mais après discussion, elles décident qu'il est plus prudent de savoir ce qui s'y trouve.

Varda Surien ouvre donc le coffre délicatement sous le regard curieux de la dame, c'est avec stupeur qu'elles y découvrent une boule de cristal de couleur noire...

Vous devinez rapidement à quoi vous avez à faire mais vous doutez sur sa véracité, les Palantíri ont pratiquement tous disparu, non ?

Vous devez donc prendre une décision, se débarrasser de cet objet le plus vite possible ou le garder en Lorien ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 8 Mar - 17:28

"Epuisée, dame et préocupée, mais votre voix est le meilleur réconfort que je puisse espérer."

Varda avait répondu sans quitter sa position agenouillée, mais en se dévissant la nuque pour voir Galadriel. La capitaine se sentait terriblement grossière à coté de la belle dame. Ses cheveux roux, libéré de son casque bouclaient, indomptables et hirsutes autour de son visage et dans son dos. Elle était poussiéreuse, suante courbaturue et épuisée, son armure couverte de boue et de saletés mettait en valeur ses trop larges épaules. Alors que Galadriel était belle et calme dans sa robe blanche. Il semblait à Varda qu'elle n'était même pas une elfe, mais une déesse, car elle la voyait en contre-plongée qui plus est. Le regard de la dame se porta sur le coffre posé près de Varda. Celle-çi suivit son regard machinalement. Le frisson qui l'envahi se sentit dans sa voix quand elle répondit à la Galadirel:

"Nous avons mit en déroute une troupe d'orcs à la frontière nord de la forêt. Ce...Cette chose était au milieu des cadavres. Il avait une aura...mauvaise. Je...Je n'ai pas osé l'ouvrir sans votre avis."

Varda baissa la tête comme si elle s'attendait à être réprimandée par sa lâcheté. Ce que contenait ce coffre était quelque chose à ne pas mettre entre toute les mains et terrifiait la capitaine. Une peur atroce, qui n'avait rien à voir avec l'angoisse de la mort qu'elle avait eu à la veille de ses premières batailles. C'était la peur d'être dépassée, engloutie par les ténebres qui guètent la moindre faiblesse au fond du coeur de chacun des êtres vivants, cet ennemi intangible que Varda ne pouvait frapper, ni des poings ni de l'épée et encore moins cribler de flèches, que son cheval ne pouvait charger, de qui aucune armure, aucun bouclier ne saurait la protéger.
L'elfe sentait une froide sueur couler le long de son dos.

***

"Je vais le faire, dame...."

Varda et Galadriel se trouvaient à présent dans une salle peu fréquentée de la demeure de la dame. Après quelques minutes de palabres, la capitaine avait admis que bouter le feu au coffre pour le détruire avec ce qu'il contenait était une très mauvaise idée: elles avaient fini par décider de l'ouvrir.
Varda approcha ses mains de la fermeture du coffre. Elles tremblaient et s'arrêtèrent quelques minutes avant de le toucher. Elle inspira et expira deux fois, très lentement, puis ouvrit l'objet, très vite.
L'intérieur était rembourré pour ne pas abimer l'objet qui s'y trouvait: une boule de cristal très sombre qui accrocha le regard de Varda.

"Un palantiri..." elle fixa l'objet encore quelques secondes avant de s'en détourner brusquement pour regarder Galadriel: "Il faut le détruire! Ou le cacher dans un trou, au plus profond de la forêt!"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 17 Mar - 23:07
Gardienne, il faut se faire, au péril de nos vies.
Palantiri ou pâle copie ?


Les Orcs. En possession d'un palantiri ? C'était une affaire fort étrange, même si les orcs sont réputés pour leur goût du trésor. Cela faisait bien depuis le début du troisième âge que j'en n'avais point vue ou entendu parler. Surtout dans la main des orcs.

<< - Des êtres assoiffés de trésor et de sang. Des notres ont-ils étaient blessés ? >>

Les orcs bien que démunis d'intelligence était néammoins fort et puissant, leurs coups pouvant être facilement mortel. Même si, nous étions leurs pires ennemis, Prudence et mère de sûreté et il me semble logique de demander des nouvelles de ceux qui risquent leurs vies tous les jours pour vous, pour que la Lorien puisse vivre et dormir en paix.

Ecoutant le timbre de sa voix et regardant sa posture, je vis la peur qu'elle ressentait et l'impression pressante sur ses épaules qu'elle avait mal fait quelque chose.

<< - Non. Vous avez le bon choix >> dis-je en la tirant dans ses pensées.

Posant l'objet, dans la salle, à l'abri des regards indiscret, nous nous préparâmes à l'ouvrir. Varda me devança. Appréciant sa bravoure, je la laissais faire. La magie dans mes mains prête à la protéger. On entendait notre respiration synchronisé, avec notre coeur battant à tout rompre. Sans constance. On l'ouvrit alors et enrobée de velours noirs, reposait une boule de cristal noiri,plus précisément un palantiri avec son oeil de flamme, semblant vibrer. Il était aussi réel que vous et moi. Pourtant il me semblait impossible, que mes yeux voyent ce qui voyait : un palantiri. L'énergie malsaine augmenta alors, pourtant elle se faisait si attirante. La chaleur dans la pièce augmentant. En un souffle, nous dîmes la même chose :
Palantiri. Je voyais Varda s'affoler. Et j'ignorais, qu'en faire.

<< - Le détruire serait trop dangereux, j'en ai peur des conséquences. Avec toute cette énergie malsaine qui se répandrait dans le monde >>

Mais pourquoi apparaissait-il aujourd'hui ? Il ne pouvait s'agir de coïncidence, entre ce rêve bizzare ce matin, l'ombre planante d'Angnmar, Smaug ...

<< - Pensez vous que sa présence ici, aujourd'hui soit un hasard ou une coïncidence ? >>

Vous ai-je déjà dit que le destin fait bien la part des choses, oeuvrant pour tous les camps à la fois ? En ne faisant point de jaloux par ses actions mais par les leur ? Une décision, telle que celle-ci peut changer à tout jamais l'avenir de la terre des milieux, de vous. Et elle ne change pas que l'avenir, parfois même le présent, le caractère, l'environnement ...

<< - Nous allons le garder, ici en Lorien ... Mais peut-être faudrait-il prévenir Elrond ? >>

L'ambition n'est pas son souhait premier, et le pouvoir ne lui est pas aussi attirant que pour moi. Ses décisions lèveront le voile, l’imprégnant d'un peu de justesse. Mais j'hésitais, le silence est d'or et parfois le secret utile. Il n'y avait donc que des interrogations dans le ciel, voilà la météo de la nuit et du jour suivant qui se profilait.


made by pandora.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Mar 19 Mar - 19:27

Palantíri ou pâle copie ?
❝ Quête Sur.❞
Les deux femmes décident de garder l'objet en Lorien, trouvant trop dangereux de le détruire. Toutefois, vous ne savez pas réellement quoi faire de cet objet à long terme, peut-être que les conseils avisé du semi-elfe Elrond vous seront utiles ?

Vous n'aurez pas le temps d'envoyer un message à Fondcombe, le Palantíri émet tout d'un coup une lueur étrange. On dirait qu'il veut vous faire comprendre quelque chose ? Voudrait-il que vous le touchiez pour voir ce qu'il renferme ?

Cette décision peut-être lourde de conséquence mais peut-être répondrait-elle à vos interrogations sur cet objet ? Car en y repensant, rien de vous dit que c'est un authentique "Palantíri"...

Est-ce donc Varda Surien ou Dame Galadriel qui va se proposer de saisir l'objet de ses mains et connaitre les secrets qu'il renferme?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 20 Mar - 19:49
Elles avaient fini par convenir qu'il était dangereux de détruire le Palantiri. Après avoir prit quelques secondes pour reprendre son sang froid, Varda s'était rendue compte qu'on ne pouvait pas prévoire ce qui ce produirait quand l'objet éclaterait au sol ou sous le marteau. Il pouvait y avoir une explosion ou un mal insidieux qui se libererait pour infecter Varda et Galadriel.
Celle-çi avait très justement suggéré de solliciter l'avis d'Elrond. La capitaine ne pouvait qu'approuver: il était sage et très cultivé, si quelqu'un savait quoi faire c'était lui. Mais le temps manquait désépérément. Un oiseau était trop peu fiable pour ce genre de messages de la plus haute importance et un messager à cheval serait trop lent. Varda échafaudait rapidement un plan dans sa tête. Une bête jeune, comme Racië-ondo pourrait peut-être survivre pour faire le trajet aller-retour en une traite à condition qu'elle gère son allure. Si elle prenait en plus un deuxième cheval qui galoperait dans le sillage du premier de manière à ce qu'elle puisse changer de monture régulièrement, c'était jouable, mais pas sans sacrifices. Au moins une des deux bêtes ne survivrait pas à la chevauchée et dans le pire des cas, Varda finirait sa route en courant.
Elle se tourna vers Galadriel.

"Le temps manque, mais je pourrais faire le trajet en deux jours et deux nuits avec mes chevaux, dame. Ce sera dur, mais possible. Elrond serait quoi faire, c'est certain!"

De la lumière apparu soudain, Varda, déjà nerveuse et ne la voyant que du coin de l'oeil, sursauta violemment. Elle pivota et se rendit compte que la lueur émanait du Palantiri. Ce n'était pas du tout pour la rassurer. Elle avait déjà une violente envie de le toucher, d'y poser ses mains. Elle les plaqua toute les deux violemment contre sa bouche pour lutter contre la nausée qui venait de l'envahir.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Dim 9 Juin - 19:13

Palantíri ou pâle copie ?
❝ Quête Sur.❞
Après hésitation, c'est Varda Surien qui décide de toucher l'objet. La lumière qu'il émane ne s'arrête pas quoi que vous fassiez, il est donc évident qu'il a un message à vous faire passer.

La dame Galadriel s'éloigna de quelques mètres tandis que Varda osa toucher ce qui s’apparente à un Palantíri. Celui-ci donna trois visions aux capitaines de Caras Galadhon :

• Des hommes du Sud se dirigent vers le Nord, ils sont armés.
• Un homme étrange traversent la mer, il est habillé de blanc et va vers le Nord.
• Un Hobbit se trouve à Fondcombe.


Chacune des trois visons s’apparentent à un temps précis : le passé, le présent et le futur. Bien entendu, vous ignorez lequel...

La lumière de l'objet s'éteint, la dame de la Lorien l'emmène avec elle pour le grand conseil. Maintenant, vous avez le choix de partager ses visons avec qui vous le voulez...

Info : Quête terminé, vous pouvez terminer par un petit rp pour expliquer ce que vous aller faire avec ses informations.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Palantíri ou pâle copie? [Quête]
» Avec l’insomnie, plus rien n’est réel ! Tout devient lointain. Tout est une copie, d’une copie, d’une copie...
» [APO] Copie de l'auberge en ruine du site Tabletop World
» [PROGRAMME]Logiciel capture d'écran rafale
» FLASH ÉLECTIONS : L'OEA recommande Manigat - Martelly au second tour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: