Suilaid meldis ; Salutations amie ft Galadriel

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 2 Mar - 18:13


Suilaid meldis ; Salutations amie


Cela faisait une vingtaine d’année que Calériand était revenu dans les Terre de l’Ouest, cette fois-ci sa venue n’avait rien avoir avec le fait de parcourir ses terres. Cette fois-ci il s’était mis en tête de sauver ce pays de la menace de Sauron. Il savait qu’il ne pourrait le faire seul, il n’était pas inconscient, il voulait apporter son aide au peuple libre. Le prince avait rodé près de la forêt noire avant de retourner vers la Lorien et demander conseil à la dame Galadriel. Cela faisait longtemps qu’il n’était pas venu lui rendre visite, il était retourné près des siens pour apporter les nouvelles de son voyage et par la même occasion se reposer. Après plusieurs jours de route, il arriva enfin à Caras Galadhon. Il ne put voir la dame de suite, elle n’était apparemment pas dans la cité d’après les dires de la personne qui l’avait reçu. Calériand était impatient de la voir, il avait tant de chose à lui raconter, malheureusement on ne pouvait pas lui dire quand elle serait de retour.

L’elfe prit rapidement ses marques parmi les autres elfes, il était de nature à se lier facilement. C’était un homme qui allait vers les autres avec une certaine aisance, parfois déconcertante. La plupart des habitants de la forêt le prenait pour un jeune elfe qui ne connaissait pas encore grand-chose à la vie. Seuls les seigneurs de la Lorin connaissaient sa véritable identité, il préférait ne pas l’ébruiter pour ne pas créer de problème à son peuple. C’était son père qui lui avait demandé d’être discret, le fils veillait donc à être le plus discret possible. Pour le moment, peu de personne connaissait son secret et c’était mieux ainsi.

Il avait entendu parler du dragon Smaug, qui avait chassé le peuple des nains de son royaume pour s’approprier son trésor. Il avait l’intention de se rendre à Erebor pour avoir la chance d’apercevoir la créature. Il avait toujours été fasciné par les dragons et s’il avait la chance d’en voir un, il en serait très heureux. Bien entendu, ce que Smaug avait fait au nain était horrible, l’elfe serait prêt à aider ce peuple le moment venu. Il n’avait pas le don de voir l’avenir mais il savait que les nains avaient l’intention de reconquérir le royaume sous la montagne. Le dragon ne se laisserait surement pas faire… Ce dragon était une autre raison de sa venu ici, Galadriel aurait surement des informations à lui donner.

Une semaine s’était écoulé depuis son arrivé dans la région, le prince elfe avait pu revoir d’anciens amis et ça lui avait fait réellement plaisir. Alors qu’il était assis près d’un point d’eau, il sentit une présence. Quelques instants plus tard, la dame de la Lorien apparu. Calériand se leva et alla la rejoindre pour la saluer. « Bon retour chez vous ma dame, je suis content de vous revoir… » lança Calériand d’un air calme que nous avions peu l’habitude d’entendre, tout en s’inclinant légèrement.

made by pandora.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 3 Mar - 15:09
Le Salut veut dire bien des choses et ces choses sont souvent bienheureuses à entendre
Suilaid Meldis


Mon voyage m'avait bien appris des choses, les temps avaient réellement changés.Les sentiers et les forêts n'étaient pas aussi sûre qu'avant. Des voleurs et des trolls en tout genre les arpentaient en silence même en plaine.Faisant vol et blessés. Idril, avait protégé une hobbite lors de son voyage .. Aux environs de Fondcombe même.J'étais donc partie passer quelques jours en compagnie de ma fille Célébrian, d'Elrond, de mes petits fils turbulent et d'Arwen. Ce moment passé en leur compagnie, m'avait fait beaucoup de bien, cela me changeait de la Lothlorien et du silence y régnant. J'avais rajeunis, il me semblait de quelques siècles. Et j'aurais bien voulu les emporter avec moi. Tellement que Elrond me promit de me les envoyer pour le lairë (l'été). Je me demandai bien, comment avait évolué leurs maturités. Il faudrait que je change mes leçons de morales me dis-je en rigolant d'un rire clair et serein. Lors de mon retour, je reçus un message de la part de Niriel, ma conseillère. Un elfe désirait me voir et sa demande lui semblait urgente. L'urgence n'est jamais bon signe pensai-je. Ne faisons donc pas attendre mon invité. Imposant un rythme légèrement plus rapide à ma jument, lui soufflant "Huorë" (Courage). J'avais la chance de voyager seule avec Celeborn et un garde. J'appréciais cette intimité, être au centre des projecteurs est parfois lassant, heureusement Celeborn n'est pas ainsi, il m'aime pour ce que je suis et moi aussi, je l'aime, ainsi.

Une semaine s'était écoulée depuis l'arrivée du message et donc de son invité, lorsque Galadriel franchit les portes de la Lorien. Accueillie par Niriel et Haldir. Malgré la durée du voyage, j'étais heureuse et prête. La fatigue et la lassitude ne me guettant point de près. Foulant le sol d'un pas léger, accompagné du léger bruissement de ma robe blanche brodée d'un fil azur de voyage, je retirai le capuchon que je portais jusqu'à présent. Lorsque j'arrivai non loin de mon invité, je le vis se retourner vers moi, me saluant de sa riche voix. Calériand. Cela fait bien longtemps, qu'il n'était pas venu par ici. Prince de l'Est, que je considère comme un membre de ma famille. Qu'est-ce qui l'amène donc par ici ? Cet elfe, ne vient jamais sans motif même si nous apprécions l'un et l'autre notre compagnie, ce n'était pas suffisant, pour lui faire traverser la terre entière. D'opposé à opposé. De l'est à l'Ouest. J'espérais qu'il ne tiendrait pas dans les mains de mauvais conseil.

<< - Bienvenue en Lorien, Calériand, c'est toujours un plaisir de vous accueillir ici. >> répondis-je, calmement, cachant sous un masque ma surprise de le voir ici. Inclinant légèrement la tête en réponse à la sienne.

<< - Cela fait bien longtemps, que je n'ai pas vu votre visage. >>

Et ce n'est pas seulement sa voix que je n'avais pas vu, ouï depuis longtemps, mais ses histoires, ses aventures, ses nouvelles des terres éloignées des miennes également. Je l'invitai à me suivre, à l'intérieur du palais de Caras Galadhon, mon palais même si je n'aimais pas cette étymologie de puissance pure. A l'intérieur, nous nous installâmes dans un endroit discret sous le couvert et le confort des arbres. Où nous pourrons parler tranquillement et sans les oreilles indiscrètes de certains par ici. Je respectais le fait, que, Calériand ne désirait pas que son identité de prince de l'Est soit révélée. Bien qu'un jour tout finit par se savoir, cela ne sera pas par la bouche des Seigneurs de la Lorien.


made by pandora.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 4 Mar - 16:12


Suilaid meldis ; Salutations amie


Calériand avait pu prendre ses marques dans le royaume de la Lorien, il attendait impatiemment la dame qui apparut bientôt devant lui. Il la salua en s’inclinant légèrement et elle en fit de même en rajoutant que cela faisait bien longtemps que l’homme n’était pas venu en ses lieux. Il est vrai que cela faisait un long moment qu’il n’avait pas franchit les frontières de Caras Galadhon. Il affectionnait cet endroit tout particulièrement tout comme Fondcombe et le royaume des elfes en Forêt Noire. Ses trois lieux étaient les derniers endroits où les elfes résidaient. Il trouvait cela triste de voir la Terre du Milieu se dépeupler de ce peuple si mystérieux et magique. C’était une chose qu’il ne pouvait pas comprendre, lui, descendants des elfes qui avait refusé l’appel des Valar. Son peuple aimait la terre du milieu plus que tout et n’avait aucune envie de la quitter pour un autre endroit. Ils y avaient fondé des villes, des cités et des royaumes, pourquoi devraient-ils les abandonner ? Toute fois, le prince respectait la décision de chacun mais il était peiné à chaque fois qu’un de ses amis se rendaient aux havres gris. Calériand ne pouvait s’empêcher de s’imaginer comment serait-ce cette terre sans les elfes, ses voyages seraient, sans doute, devenu sans intérêt. Ce n’est pas qu’il dénigrait les autres peuples mais c’était avec les elfes qu’il se sentait le mieux.

« Je vous remercie de toujours m’accueillir ici, c’est toujours un plaisir pour moi d’être ici ! » Galadriel l’invita à se rendre à l’intérieur du palais pour s’installer dans un endroit discret mais très confortable. L’elfe la suivit en silence et s’assit juste en face de la dame. « Il est vrai que je suis parti il y très longtemps mais j’avais besoin de voir les miens, je suis revenu dans les contrées de l’Ouest il y a vingt-ans maintenant… » Il lui expliqua donc pourquoi on le l’avait pas vu ici depuis un bon moment. Il avait été voir les siens et ils leur avaient donné des nouvelles de l’Ouest. Cependant, son peuple est très fermé et ne s’occupe pas de l’extérieur. Peu d’entre eux se sentent concerné par la menace de Sauron, Calériand faisait parti de ses elfes qui voulaient aider les peuples libres. « Je suis revenu ici pour une raison bien précise, je ne peux rester chez moi tout en voyant la menace grandissante de l’ombre. C’est pour cela que je viens vous demander conseil… Vous sentez tout comme moi que l’ombre grandit de jour en jour… » Il ne lui parla pas directement du dragon, jugeant cela secondaire par rapport à sa vrai mission qu’il s’était fixé. La menace de Sauron et de ses alliés étaient sa principale préoccupation.


made by pandora.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 5 Mar - 0:33
Dans la vie, il y a pile et face. J'ai dis Pile et j'ai perdu. C'était Face. Bon augure et devenu Mauvais augure.
Suilaid meldis


Oui, le plaisir d'être avec les siens ne pouvaient être occulté, notamment quand chaque présence compte, quand on a besoin de vous. C'est ce qui retient Galadriel, de répondre à l'appel de sa mélancolie. Qui était forte certaines fois et moins d'autres fois. Heureusement, en ce moment, ce désir est refoulé facilement car elle a beaucoup à faire. Même la présence de l'ancienne servante du Roi des Valar, Valar de l'air, du nom de Manwë ne se faisait plus aussi douloureuse qu'avant. Un moment de répit bien méritée. Même si Galadriel savait que beaucoup de ses amis avait pris le large des Havres Gris, le Temps des Hommes sont venus et Galadriel assistera aux débuts de celui-ci après que Sauron ne fut plus, avant de partir, elle aussi, pour les Havres Gris. Purger son âme de ses malheurs, offrant ses bons souvenirs, ses joies, au regard inquisiteur du Valar Mandos, juge des morts, des elfes. Avant de se réincarner et de continuer un autre cycle. Le corps est mortel, mais l'âme est immortelle.

Calériand me raconta alors son retour chez lui, dans les Pays de L'Est. Des Pays bien méconnus de ma part, au parfum salé de l'eau. Si j'allais là haut, je succomberais très certainement et rapidemment à ma mélancolie. Malgré leur culture interne, de tout ce que m'avais appris Calériand, je les admirais. D'ailleurs Calériand en est un bon exemple. Même si, les elfes d'ici aussi le sont et qu'au fond les différences réelles se tiennent à l'accent, les valeurs étant les mêmes ou quasiment ou entre d'autres termes.

<< - J'espère un jour, pouvoir t'y suivre et découvrir un peu plus les Pays de L'est. Si tu le voudrai, bien sûr >>

Et descendant d'un octave, j'ajoutai :
<< - Quand tout cela, sera résolu >>

Face à son initiative, je souriais intérieurement, l'inactivité des siens pour nous, l'énervait. Peut-être que ceux des Pays de L'est avait besoin de venir ici, également. Quelle invitation lancer en premier ? Bonne question n'est-ce pas ! Dans tout les cas, je respectais, leur inactivité. Il n'y a qu'à regarder la notre, lors de la prise d'Erebor par Smaug. Enfin ceci est une autre histoire ou l'inconnu ne joue pas puisqu'il n'existe point.

Apprenant ses raisons, je soupirais, Sauron, l'Ombre Grandissante, le destin et la vie de la Terre du Milieu, allait encore être changé à tout jamais, et cela dans les effluves de la tristesse, de la mort, et du sang. A croire que le renouveau, la renaissance ne connait pas d'autre moyens de réssuciter. Le Destin devrait s'inspirer de Mandos, lui qui rends notre existence après notre mort plus paisible et notre renaissance sans tension, libre comme l'air. Mes chers amis, c'est la première fois que vous me verrez faire autant cas des Valar, étant donnée que je suis une bannie comme une majorité des Noldor.

Son courage et son aide, est la bienvenue.

<< - Hantanyël [Merci] >>

Je fis une pause, insistant sur le baume que faisait son aide à mon coeur et au coeur des Pays Libres.

<< - Si mes conseils peuvent vous aider soit, je ne vais pas voiler la vérité, l'ombre grandit de jour en jour et chaque jour qui passe le montre de plus en plus, révélant sa signature à chaque coin d'arbre. L'anneau se fait de plus en plus pressant, fort contre mon doigt>>
dis-je en levant ma main, révélant l'éclat de plus en plus aveuglant de Nenya à mon index. Sous celle-ci ma peau était comme légèrement brûlée. L'anneau semblait animer par la vie, semblant vouloir se dégager de mon corps.

<< - Calériand, en quoi puis-je vous être utile ? >>
Cet elfe n'étant pas un dernier-né, je ne me permettais pas de délivrer réponse sans question. Il était assez grand et vieux pour connaître ceux que je sais déjà et que beaucoup ignore. Peut-être que sa présence peut révéler cet avenir, vu qu'il est appelé. Il faudra que je regarde ce que le Miroir voudra me laisser voir. En ces temps, il ne fallait perdre aucune vision, quand on sait que l'ennemi peut en avoir aussi. Même si peu, font attention à cette possibilité. Il est déjà assez effrayant sans, alors imaginez avec.
made by pandora.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 11 Mar - 17:54


Suilaid meldis ; Salutations amie


Calériand lui expliqua qu’il avait du repartir chez lui, les siens lui manquait et il devait rapporter les nouvelles à son père. Son peuple avait décidé de ne pas intervenir dans la guerre contre Sauron, ce qui avait pour effet d’énerver le prince. Ils faisaient tous parti de la Terre du milieu, ils étaient donc concernés par ce qui se tramait à l’Ouest. De plus, si le mal l’emportait, il viendrait vers l’Est, cela, Calériand en était sûr. Toutefois, personne ne le prenait sérieux dans son pays, c’était une des raisons qui l’avait poussé à voyager. Bien sûr, il comprenait pourquoi les siens réagissaient ainsi, ils voulaient seulement protéger ceux qui aimaient en étant le moins possible exposé aux guerres. Leur contrée avait connu d’innombrable guerre et ne voulait pas se risquer dans une autre d’une très grande envergure. « Se serait un grand honneur pour moi de vous montrer mon pays, mon père serait très honoré de vous accueillir…» Son père était un des touts premiers elfes, il était donc un des plus âges en terre du milieu. Il avait décidé de ne pas répondre à l’appel des Valar et de rester en Terre du Milieu. Il n’avait jamais connu Valinor mais le roi n’avait jamais regretté son choix. La dame le remercia pour son implication dans cette guerre, il inclina sa tête légèrement comme réponse. Pour lui, c’était tout à fait normal qu’il participe à ce conflit.

Galadriel sentait également l’ombre grandir, elle exprima son inquiétude face à l’ennemi. Par la même occasion, elle lui révéla que Nenya, l’anneau de l'eau, se faisait de plus en plus pressant. Calériand connaissait l’histoire des trois anneaux, et il savait que Sauron pouvait contrôler en pensée les porteurs de tous les anneaux s’il détenait l’unique. Galadriel était tout à fait disposé à répondre aux questions du prince, plutôt que de question il avait besoin de conseil mais quelques questions trottinaient dans sa tête également. « Je vous remercie de bien vouloir répondre à mes interrogations. » Le jeune homme respira doucement puis lui demanda des informations sur celui qu’on devait battre. « Il est évident que Sauron rassemble ses troupes, d’ailleurs certains peuples des Hommes dans l’Est ont déjà prêté serment, j’en ai combattu quelques un lors de mon voyage pour venir ici. Il veut retrouver l’unique, je pense que nous devons mettre la main sur cet objet avant lui. Avons-nous un quelconque moyen de le retrouver ?» Calériand savait qu’il était difficile de retrouver cet objet mais n’avait-il pas une volonté propre ? Si c’était le cas, il attendait surement le bon moment pour être "retrouvé". Toutefois, l’homme voulait partir à sa recherche, c’était peut-être fou de pense que l’on peut retrouver un si petit objet dans une terre si vaste mais il ne pouvait pas rester sans rien faire.

made by pandora.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 24 Mar - 16:22
La lumière naît de l'espoir des ténèbres et les ténèbres de l'aveuglement de la lumière
Suilaid meldis


L'Appel est une chose que l'âme ne peut refuser éternellement, nous y serons tous confronté, même les plus jeunes d'entre nous. Et cela est bien triste de priver d'un monde de sa magie, mais lorsque votre âme rumine des choses depuis bien trop longtemps, le tout perd de sa vivacité, la magie y compris. Mais alors, comment faire pour ne pas y répondre trop tôt n'y trop vite ? Il suffit de voyager, de découvrir d'autres gens, d'autres us et coutumes, d'autres paysages. Laisser vagabonder notre imagination paisiblement, comme elle le ferait dans les grottes de Mandos ... Ainsi, les Pays de L'Est était une excellence alternative pour moi et j'en serai honoré de les rencontrer un peu plus, que par le biais de la personnalité de Calériand.

<< - J'en serai très honoré également >>

De plus cela me permettrait d'utiliser une formule que je n'ai pas utilisé depuis bien longtemps qui est "Une étoile brille sur notre rencontre"

Après cette petite aparté de voyage et de rencontre, nous rentrâmes immédiatement dans le vif du sujet. Celui de Sauron. Cet homme qui depuis le 1er âge de la Terre du Milieu ne cherche qu'à faire le mal, à assouvir des êtres, Hommes, Elfes,Nains, Hobbits et Orc tous confondus. Dire que tout cela a commencé avec un mal que nous avons nous même amené de Valïnor lors de notre exil. J'ignorais encore beaucoup de chose à son propos, mais ce que je sais, c'est qu'il ne faut jamais le sous-estimer et que l'Unique est sa plus grande force mais aussi sa plus grande faiblesse. Mais ... l'exploiter pourrait prendre des millénaires et bien des vies. Encore une fois ... Déclenchant une guerre dont la puissance, la portée, augmente, à chaque fois. Tandis que je repassais ses actes dans ma tête, mettant des images sur des corps sans vie, sur chacun des anneaux forgés, il me répondit. Et je hochai la tête à sa réponse, mettre des mots là-dessus ne servait à rien, nous n'en avions pas besoin.

<< - Déjà ... >>

La guerre était à notre porte, plus proche que je ne la pensais, et ses ambitions étaient un gouffre pour nous. Entre ses pouvoirs, l'Unique et ses conquêtes ... Montrez donc la puissance pure, physique, morale et magiques à des hommes avares de pouvoir, en faisant de belle promesse d'avenir et de protection pour les leurs contre ce qu'on ne peut leur offrir nous et vous réunissez une armée en un rien de temps. Cette perspective me lassait encore plus.

<< - Des Hommes ? Sont-ils nombreux ? >>

A chaque information que Calériand me délivrait, je sentais quelque chose s'emballer en moi. Car ce n'était qu'un avant goût, un avant goût d'un futur très proche. Cela pouvait être dès demain dans la lueur de l'aube montante. Ce ne serait pas une nouveauté. Il attaque toujours pas derrière, toujours traîtreusement.

<< - C'est une évidence dis-je en parlant de l'Unique >>

Si Sauron, a main mise sur l'Unique, alors nous pourrions réunir toute les armées, les plus nombreuses et les plus puissantes. Unir nos anneaux de pouvoirs, nous serions inefficace contre leur puissance conjugué. Et la Terre du Milieu ne serait plus verdoyante comme elle est aujourd'hui, elle serait lande désolée et abreuvée de sang noir, suant de tout ses pores le mal. Chacun des peuples réduit en esclavage. Cette guerre ne sera pas qu'une guerre alors mais aussi une course contre la montre, une course truquée et dont la montre aura été réglée à loisir par notre ennemi. Depuis combien de temps cherchai-t-il l'Unique, depuis combien de temps rassemblait-il des troupes sans que nous le voyons ?

<< - Non, nous en avons aucun >> répondis-je sincèrement

A l'heure actuelle, nous n'en avions aucune, elle peut-être dans le butin d'un troll, comme ranger dans un coffre de bijou de famille. Peut-être que l'objet que Varda avait trouvé, pourrez nous aider. Mais nous n'avions aucune preuve, de la véracité de celui-ci. S'il est vraiment un palantiri ou une pâle copie de cet objet de pouvoir.

made by pandora.


HJ : Excuse moi du gros temps que j'ai mis à te répondre
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 27 Mar - 20:34


Suilaid meldis ; Salutations amie


Après avoir discuté sur de probable voyage à l'Est, Calériand se concentra sur la raison pour laquelle il était venu : l'ombre qui grandissait. Celui-ci donna quelques informations sur les hommes qui avaient prêté serment à Sauron, la dame voulait en savoir davantage. Le prince connaissait très bien les régions de son "pays" et savait qui était fidèle au seigneur des ténèbres. Ses hommes ne le cachaient pas et préparaient déjà leurs armées. Le reste du peuple de l'Est restait confié dans leur ville, ne prêtant pas attention aux autres. « A l'est, les terres les plus proches du Mordor, on les nomme Elrad et Alrad, la majorité de leur peuple ont prêté serment à Sauron. Ils commencent à préparer leur armé... Et oui, ils sont assez nombreux !» Il s'arrêta puis continua en donnant quelques espoirs avec l'arrivé des Istari en ses terres. « Toutefois, les mages bleus ont été envoyé pour semer la discorde entre eux et cela semble bien fonctionné. »

L'unique était la principale préoccupation du prince, c'était la raison de son retour à l'Ouest. Malheureusement pour lui, Galadriel n'avait aucune réponse positive à lui donner. Il n'y avait aucun moyen de retrouver l'unique, il s'y attendait mais avait tout de même un peu d'espoir. L'objet ne pouvait pas être retrouvé aussi facilement, Calériand se contenterait d'être à l'affut du moindre mouvement de l'ennemi. Il parcourait également les terres pour retrouver les disciples de Sauron et leur soutirer des informations. « Je m'attendais à cette réponse mais je ne perd pas espoir. »

Le regard du prince se porta sur l'horizon, comme s'il était en pleine reflexion, après quelques secondes il reprit la parole. « J'aurai également une autre question à vous poser, cela concerne les dragons. Vous avez surement entendu parlé de la rumeur sur les nains qui tentent de reconquérir leur royaume ? Pensez-vous qu'ils ont une chance contre Samug ? » Le prince était assez "courageux", il n'hésiterait pas à aider les nains dans leur combat. Cependant, il n'avait jamais vu de dragon de sa vie, il ne sait donc pas comment il réagirait devant une telle créature.

made by pandora.




Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» recherche amie
» Amie, ennemie...[Victoire+Marianne] - [terminé]
» Cordiales salutations et frappe amicale d'un Troll (18 points de dégats....)
» Essai: juste une petite salutation!
» La pirate, cette amie versatile... [Pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: