Something To Fight For - Thorin Oakenshield

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Fév - 6:13

Thorin & Nydoeclya


« There're things in this world worth fighting and dying for...»

« Sans vouloir te manquer de respect, je doute que ta décision soit très judicieuse. » Souffla Sannyn à l’intention de la Princesse tandis que les autres cavaliers terminaient leur repas à quelques mètres de l’endroit où ils se trouvaient. La brune qui terminait de préparer sa monture fronça légèrement le sourcil. Depuis tout le temps qu’ils se connaissaient, pensait-il vraiment pouvoir parvenir à la faire changer d’avis ne serait-ce qu’une fois ? « Je te rappelle que je sais me défendre, nous avons été formés par les mêmes personnes, alors je te prie de croire que si je croise la route d’un Orc il y a vraiment très peu de chance qu’il s’en sorte. » Le Capitaine de la petite garde improvisée esquissa un vague sourire, pourquoi se doutait-il qu’elle allait lui fournir une réponse pareille ? « Et s’il y a des Wargs avec eux ? » Au moins il ne pourrait pas dire qu’il n’avait pas tout tenté pour la retenir dans ses idées. Nydoeclya soupira fortement et leva les yeux au ciel. « Alors je vous ramènerais de douces couvertures pour affronter la froidure de la nuit et quelques crânes pour manger vos rations quotidiennes. Et puis soyons honnêtes, tu penses qu’ils réagiraient comment s’ils nous voyaient tous débarquer en une seule fois, montés sur nos chevaux, bardés de suffisamment d’armes pour faire la guerre ? Tu crois vraiment que les nains vont se laisser aussi facilement convaincre ? Crois-moi, quand il est question d’or, de fierté et d’honneur, il n’y a pas plus méfiant qu’un nain, à part peut-être mon oncle, mais vu où ça l’a mené, c’est un très mauvais exemple… » Elle lança un clin d’œil à son interlocuteur avant de se mettre à cheval dans un mouvement souple et léger. « On se retrouve au point de rendez-vous prévu. » Khan, la monture couleur ébène de la Princesse se cabra prêt à partir à l’aventure avec sa maîtresse. « Ne sois pas en retard ! » Lança le Capitaine alors qu’elle s’éloignait déjà au trot vers la direction opposée à celle qu’ils devaient prendre initialement. « Je ne suis jamais en retard, si je ne suis pas là, c’est que je suis morte ! » Lui rétorqua la brune avant de finalement disparaitre complètement dans l’obscurité de la nuit. Un jour, cette phrase allait finir par lui porter préjudice. Sannyn espérait vivement se tromper, mais à force de jouer avec le feu, il était rare de ne pas se brûler. Il soupira fortement et rejoignit ses hommes qui semblaient se poser des questions sur ce soudain changement de plan.

La distance qu’il lui restait à parcourir avant d’entrer en Eriador n’était à présent plus très grande. Perchée sur son cheval qui galopait à vive allure, Nydoeclya savait que les chances de trouver ce qu’elle cherchait du premier coup étaient relativement minces vue l’étendue de la région cependant, malgré cela, la brune restait confiante. En y mettant toute sa bonne volonté elle trouverait, c’était à n’en pas douter, et puis en même temps, des nains dans ce coin de la Terre du Milieu ça ne devait pas passer inaperçu. Après tout, si deux vieux à moitié bigleux avaient bien réussi à remarquer que certains d’entre eux se rendaient vers la Comté il y a quelques jours de cela, alors elle, qui était en parfaite possession de toutes ses capacités ne devrait pas rencontrer trop de difficulté, non ? La jeune femme fut soudainement sortie de ses pensées par sa monture qui s’ébroua afin de lui signifier que non seulement elle était parvenue à destination, mais qu’en plus, un peu de repos ne serait pas de refus après avoir fait tout ce chemin en seulement cinq jours. « Tu as raison mon vieux, une petite pause ne ferait pas de mal… » Souffla-t-elle en caressant l’animal. D’un mouvement souple, elle le stoppa alors complètement, et après avoir vérifié que l’endroit ne recelait aucun danger potentiel, elle mit pied à terre afin d’établir son campement pour la nuit. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas voyagé seule, et bien qu’elle appréciait la compagnie de ces hommes, avoir un peu calme lui était vraiment profitable pour réfléchir à tout ce qu’il l’avait menée jusqu’ici. La Cité sous la Montagne, Erebor. Rien que l’évocation de ce nom suffisait à lui donner un léger frisson. Combien de fois avait-elle harcelé sa nourrice pour qu’elle lui parle de cet endroit ? Et combien de fois durant son enfance, avait-elle imaginé qu’elle s’y rendait pour terrasser Smaug Le Doré à elle seule ? Un mince sourire s’afficha sur son visage. A cette époque là, elle était loin de se douter qu’un dragon c’était bien plus gros qu’un cheval et qu’il fallait vraiment être très doué et en partie suicidaire pour arriver à le tuer… Posant au sol la selle de son cheval, elle attacha ce dernier à un arbre puis s’éloigna quelque peu à la recherche de baies et de champignons pour agrémenter son repas en partie constitué de viande séchée et des restes des lapins qu’elle avait tués la veille. C’était vraiment une chance que la lune soit pleine ce soir, elle peinerait moins à trouver ce qu’elle cherchait. Se penchant alors pour ramasser ses premières victuailles, la brune se stoppa net dans son mouvement lorsqu’un bruit de branche cassé parvint à ses oreilles. Une chose était certaine, ce n’était pas Khan qui en était à l’origine, là où il se trouvait actuellement il n’y avait que du gazon, des feuilles et de la mousse, ça signifiait par conséquent qu’elle n’était pas seule. Rapidement, elle se redressa et alla se dissimuler derrière l’arbre le plus proche afin de voir, tout en étant à l’abri, si quelqu’un ou quelque chose venait dans sa direction. Une minute s’écoula, puis une autre et encore une autre. Aux aguets, Nydoeclya se résolu à sortir son épée lorsqu’elle entendit à nouveau du mouvement. Finalement, l’Eriador n’était pas aussi paisible qu’on avait pu lui dire… Elle inspira doucement. Aux sons qu’elle pouvait à présent percevoir, son adversaire ne devait plus être très loin. Deux possibilités s’offraient donc à elle. Soit elle attendait que le responsable de ce bruit fasse demi tour et regagnait son campement pour partir aussi sec, soit elle passait maintenant à l’attaque et trucidait celui qui avait osé la déranger à une heure pareille. La respiration de son adversaire lui parvint plus distinctement. Il ne devait se trouver qu’à quelques mètres de sa position à présent, ce qui ne lui laissait plus guère le choix. Sa main se resserrant sur la garde de sa lame elfique, elle revérifia le bon emplacement de son couteau à sa ceinture puis se jeta à corps perdu dans le combat, le silence de la nuit disparaissant brutalement dans le bruit de deux armes qui s’entrechoquent lourdement.



(c) Suika

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Fév - 8:58
[ hrp : désolé pas fameux, mais je me rattraperais au prochain promis. Dur de démarrer, peu de background rp avec ce perso ]

Bilbo Sacquet. Ce nom n’était pas doux aux oreilles du roi sous la montagne. Ce hobbit était loin d’être aussi compétent que le disait Gandalf, mais cela faisait malheureusement parti de leur accord. Bien que borné par moment, Thorin était conscient que l’aide du magicien gris était indispensable dans la quête à venir ; un dragon n’était pas une proie facile, et la magie leur serait probablement plus que nécessaire au cours de cette quête. C’est pour cette raison, qu’à contrecœur, le nain s’était rendu dans la comté pour y rejoindre ses braves. La rencontre s’était passée comme l’avait prévu le souverain. Son opinion sur le treizième membre de cette compagnie était déjà bien arrêtée. Cette quête prenait des tournures, qui ne plaisaient guère au roi en exil ; il sentait que les choses lui échappaient à présent, et qu’il n’avait plus aucun contrôle sur sa mission. Sa joie fut grande quand ils partirent vers la montagne solitaire, en laissant derrière eux ce fameux Sacquet et la comté. Ce serait un fardeau de moins. Leur mission était périlleuse, et nécessitait une bonne dose de courage et de sang-froid, ainsi qu’un cœur vaillant. Des qualités qui faisaient nettement défaut au supposé cambrioleur hobbit. Malgré tout, cette soirée fut agréable. Une sorte de moment hors du temps. De la bonne nourriture, une bonne chanson et de la bonne herbe à pipe. Dans son esprit résonnait encore la petite chanson sur la montagne solitaire.

Et pourtant, le lendemain matin, le hobbit se ravisa. Il ne cessa de se plaindre dès le début de trajet, un véritable homme d’intérieur. Le voyage s’annonçait beaucoup plus ennuyeux, et fastidieux que prévu. Thorin préféra ignorer Bilbo, et faire comme si il n’était pas avec eux. Cela facilitait nettement les choses, et lui permettait de rester calme. C’est pour cette raison que la première nuit, le roi en exil partit seul pour la chasse. Ce serait un bon moment de détente, et lui permettrait de réfléchir à la situation en solitaire. Bien qu’accompagné de nains proches de lui, le nain avait besoin d’un peu de solitude. Cette partie de chasse le ravit très rapidement. Armé de son arc, de son épée et de son bouclier pour palier à toute éventualité, Thorin avançait à pas feutré, enfin autant que possible pour un membre de son peuple. Une proie digne de ce nom coupa son chemin, et le chasseur se mit en chasse. Son arc bandé, il suivit les traces pendant un long moment, dérivant du camp plus que prévu. Ce n’était pas très responsable de sa part mais parfois, on ne peut que se laisser porter par la traque. La bête fut abattue une heure plus tard. Le roi en exil la mit sur son épaule et rejoignit son camp par le chemin le plus direct. Tous ses sens étaient aux aguets, d’autant que sa charge supplémentaire le rendait plus bruyant et plus facilement repérable.

Des branches craquèrent sous son poids, et le roi en exil maudit sa propre négligence. Le chasseur s’était aventuré imprudemment dans un endroit rempli de branches séchées. Un bruit de sabot sur de la terre meuble se fit entendre au loin, et Thorin lâcha immédiatement sa proie. Quelqu’un était présent, et l’observait. Son arc et ses flèches furent déposées à côté de l’animal mort. Le nain mit en place son bouclier en chêne, et dégaina son épée silencieusement. Avançant plus discrètement que précédemment, le guerrier ne fut trahi que par sa respiration, un souci de nain. La seconde suivante, du métal brillant sortit d’un arbre pour le frapper. Thorin para le coup avec facilité, et le bruit du métal s’entrechoquant résonna au lointain troublant le silence de la forêt. Son adversaire était plus grand que lui, d’une tête à en juger par sa silhouette, mais ce n’était pas pour embêter le nain malgré tout. Quel que soit son adversaire, le souverain se battrait avec férocité. Il ne pouvait se permettre de perdre un combat à présent que sa quête était lancée. Tout un peuple comptait sur lui. Se servant de son bouclier comme d’une massue, le nain l’envoya vers son ennemi pour l’obliger à reculer, avant de lancer un coup d’épée qui le couperait sûrement en deux si ce dernier n’était pas assez rapide. Thorin profitait de la différence de taille pour prendre l’avantage, le temps n’était pas aux paroles mais bien au sang et au combat. Son regard féroce et déterminé se posa finalement sur le visage d’une femme, nulle surprise n’y apparut mais juste l’envie de la tuer avant de rejoindre les siens. Ces derniers étaient peut-être en route, si le bruit du métal s’entrechoquant les avait atteints.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 4 Mar - 4:19

Thorin & Nydoeclya


« There're things in this world worth fighting and dying for...»

La meilleure défense c’est l’attaque. Ne jamais avoir la moindre once de pitié pour son adversaire quelle que soit sa taille ou sa race, car de toute façon, lui n’en aura aucune pour vous. L’espace d’un instant, Nydoeclya fut surprise par l’apparence de son opposant qu’elle avait imaginé bien plus grand, cependant pour ne pas lui offrir une quelconque opportunité, la brune reprit immédiatement son sérieux et se lança à corps perdu dans le combat. Elle qui était partie à la recherche d’une bande de nains, voilà que maintenant c’était eux qui venaient à elle, et qui plus est, avec le désir plus que visible de lui faire la peau. Par lointaine expérience, la jeune femme savait qu’essayer de leur faire entendre raison c’était comme s’adresser à un mur aussi, plutôt que de s’attarder en palabres inutiles, elle choisit de se faire comprendre par le seul moyen possible dans ces cas là, la force. Il n’était pas né celui qui la ferait se rendre, et si lui croyait qu’elle n’était qu’une faible femme qui ne connaissait que les rudiments de base du combat à l’épée, il se mettait le doigt dans l’œil et jusqu’au coude. S’il parvint à la faire reculer de quelques pas avec son bouclier, elle esquiva cependant d’un mouvement souple son coup d’épée et enchaina à son tour avec plusieurs passes dont elle avait le secret afin de le faire également refluer. Lorsqu’ils se séparèrent l’espace d’une seconde à peine, la Princesse en profita pour tendre l’oreille à la recherche du moindre bruit suspect aux alentours lui indiquant clairement que les renforts de son adversaire arrivaient. Il ne fallait pas se faire d’illusion, si lui se trouvait ici, d’autres ne devaient pas être loin et s’ils avaient entendu le bruits de leurs armes s’entrechoquant alors ils devaient déjà être en route pour venir prêter main forte à leur compagnon. Combien étaient-ils au total, ça elle l’ignorait complètement. Ce qu’elle savait en revanche, c’était que si elle arriverait à en repousser deux ou trois sans trop de difficultés, elle aurait bien plus de mal s’ils débarquaient à six ou sept minimum, c’est qu’ils étaient hargneux quand ils s’y mettaient ! Le silence régna jusqu’à ce que le sifflement de la lame de son opposant pourfendant les airs ne la rappelle à l’ordre. Pour quelqu’un appartenant à un peuple dont les membres étaient le plus souvent catalogués comme d’habiles combattants à la hache, il se débrouillait plutôt bien avec une épée. Elle se baissa vivement pour éviter une nouvelle attaque avec le bouclier dont la vue en détails, aussi rapide fut-elle, la laissa légèrement songeuse. Était-il possible que… ? Non, c’était inenvisageable d’avoir autant de « chance » en une seule soirée. Elle était peut-être née sous une bonne étoile, mais là c’était parfaitement improbable. Si ça se trouve des comme lui, il n’y en avait pas qu’un. Sarín connaissait peut-être nombre de ses congénères à travers la Terre du Milieu, mais certainement pas tous… D’un autre côté, a bien y regarder tout semblait coller avec les descriptions qu’elle en avait eu… Nydoeclya para de justesse une énième attaque et répliqua avec un lourd coup de coude. Si c’était vraiment qui elle pensait, elle percuta soudainement que dans son petit plan bien huilé qu’elle avait en tête depuis quelques temps à présent, elle n’avait pas étudié un seul instant la question de savoir comment aborder la raison de sa présence le moment venu. En tout cas, si conversation il devait y avoir elle ne lâcherait absolument pas ses armes tant qu’il ne l’aurait pas également fait. S’il était prêt à défendre corps et âme son projet, alors il y avait peu de chance qu’il l’épargne simplement parce qu’elle se rendait. Le combat se poursuivit encore et toujours. Chacun distribuait et recevait autant de coups que l’autre, le terrain qui les supportait avait l’air d’avoir été piétiné par un troupeau de wargs lancés au grand galop et personne n’était encore venu voir ce qui se passait ici malgré le peu de délicatesse dont ils faisaient preuve. « Vous ne vous rendrez pas et vous pouvez toujours courir pour que moi je le fasse, alors j’espère pour vous que vous n’êtes pas attendu où que ce soit, car la nuit risque vraiment d’être très longue… » Lança-t-elle finalement avec un sourire carnassier. Et sur cette petite mise en bouche, la brune reprit l’affrontement en dégainant de la main gauche son couteau qui aurait pu très bien servir de petite épée à un Hobbit.


(c) Suika



Note:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 4 Mar - 11:04
Une fois le camp installé, Thorin était parti en quête du repas de la compagnie. Ce n’était pas son rôle, et certains protestèrent en vain. Comme tout nain, il était borné et têtu ; de plus, étant le prince et chef de cette expédition, il était encore plus difficile de le contredire. Ce moment loin du camp, et de certains indésirables, lui serait profitable, et lui permettrait de se calmer. Sa chasse l’emmena loin du camp, et le priva d’aide et de renforts en cas de nécessité. Enfin le voyageur était habitué à ce genre de situation, et ne craignait aucunement une rencontre impromptue. La bête fut tuée, et placée sur l’épaule du nain. Ce dernier reprit alors le chemin vers le campement, tout en savourant à l’avance cette viande tendre et savoureuse. Emportée par ses pensées, le chasseur ne remarqua que trop tard ce qui jonchait le sol où il se trouvait. Des branches séchées et cassantes. Une négligence dangereuse dans ce genre d’endroit en pleine nuit. Continuant son chemin, car il était trop tard pour rebrousser chemin, le roi en exil avançait prudemment en tendant l’oreille. Un bruit de sabot lui fit comprendre qu’il n’était pas seul, et cela confirma son impression d’être observé. L’animal mort fut déposé sur le sol, ainsi que l’arc et les flèches. Le guerrier ajusta son bouclier, dont il ne se séparait que rarement, et sortit son épée afin de pallier à toute éventualité. Ami ou ennemi, la réponse viendrait très rapidement. Une ombre sortit d’un arbre, et Thorin para la première attaque et riposta faisant reculer son adversaire sous peine de se voir couper en deux. C’était une femme, et plutôt habile dans le maniement de l’épée. Le nain resta malgré tout concentré, et son regard trahissait sa férocité et sa détermination.

Méfiant, Thorin était conscient qu’une femme, humaine, naine ou elfe, était tout aussi redoutable qu’un homme, une fois bien instruit dans le domaine du combat. Son adversaire maîtrisait son arme, et son sujet. Son coup frappa dans le vide, et la contre attaque ne tarda pas. Une succession de coup rapide, et de feinte, fit faire un pas en arrière au nain. Mais il ne céda guère plus de terrain, pour le moment, sa taille et son bouclier jouaient encore en sa faveur. Comme deux prédateurs, les combattants s’écartèrent un moment pour s’observer. Et pourtant l’attention de la dame fut tournée durant quelques instants vers autres choses. Le nain n’espérait pas voir la compagnie venir, ils étaient encore trop loin et le bruit ne les atteindrait pas. Et même si cela était le cas, il resta concentré sur le combat. Elle semblait être seule, sinon une escorte ou un compagnon serait déjà intervenu depuis longtemps. Profitant de cette inattention passagère, l’épée trancha l’air et manqua de peu la damoiselle. Elle avait de bons réflexes, et savait se battre. Ce n’était pas son premier affrontement. Le regard du nain restait hargneux et obstiné. Elle l’avait attaqué, et peu importe la raison de cet assaut, il ne se laisserait pas avoir. Trop de chose reposait sur ses épaules. Le guerrier continuait de frapper pour tenter de déséquilibrer la combattante, alternant entre son épée et son bouclier. Sa hache lui manquait en cet instant, le long manche aurait été un atout de choix. Elle esquivait les attaques comme si il frappait au ralenti, et lui les parait comme si ce n’était rien d’autres qu’une pichenette.


_ « Oh êtes-vous sûr de tenir toute la nuit à courir à droite et à gauche ? Pensez-vous garder votre agilité et votre légèreté encore longtemps ? Pour ma part, vos coups ressemblent plus à des tapes amicales ma chère. Etes-vous sûre d’être à votre place, ne devriez-vous pas être à l’ouvrage sur une quelconque broderie ? »

Le ton fut sec et légèrement méprisant. Le sourire qui accompagna ses paroles fut moqueur et amusé. Le but était évident. La provocation. Thorin ne souhaitait pas combattre toute la nuit, et cherchait tout simplement à mettre hors d’elle son adversaire pour l’obliger à faire une erreur. Bien que son analyse était plutôt juste, elle s’épuisait à courir à droite et à gauche ou à sautiller comme un cabri ; lui il restait stable et souple, bloquant sereinement les attaques. Sa robustesse était mise à profit, et c’était l’un des points forts des nains. Le combat reprit des plus belles, chacun campa sur sa technique pendant encore quelques temps. Après sa petite provocation, le nain tourna autour de son adversaire… Et trébucha sur une branche. Son action fut très réaliste, et naturelle bien qu’elle fut feinte. Restant légèrement prostré sur le sol, le nain attendait l’attaque de son adversaire pour riposter ; si son bouclier frappait, elle serait légèrement déstabilisée quelques secondes par la douleur au ventre. Il prit un risque mesuré, et se retrouva avec une coupure sur le visage au moment de lancer en se redressant calmement. Quelque chose lui donnait l’impression qu’elle ne souhaitait pas le tuer, et c’était probablement la raison pour laquelle, il retenait encore ses coups.

_ « Vous souhaitez jouer encore longtemps avec moi, ou me sous estimez-vous réellement ? Si vous me disiez ce que vous cherchez vraiment, et pourquoi vous m’avez attaqué ? Suis-je vraiment votre cible ? Car pour un assassin, vous n’avez aucune envie de tuer. »

Thorin était debout dans la lumière de la lune, et des étoiles. Son arme au poing, et son bouclier légèrement devant lui. Le nain regardait fixement la demoiselle, en attendant sa réaction ou sa réponse. En tout cas, cette fois, le guerrier ne comptait plus jouer ou s’amuser. Selon sa réponse, elle mourrait ou il mourrait. Pas question de combattre toute la nuit, et son estomac commençait à gronder légèrement. Il avait faim. Cette femme combattait très bien, et avait de l’expérience dans ce domaine. Le roi en exil était impressionné, et reconnaissait la valeur de cette personne. Et pourtant, à cet instant, il lui manquait le plus important : l’envie de tuer son adversaire. Elle était même plutôt charmante pour une humaine. Enfin Thorin attendait donc de voir quel dénouement elle choisirait pour la suite des évènements. Un combat à mort, ou une petite explication. Ou était-elle tout simplement une espionne ? Quoi que sa manière de se mouvoir et son attitude laissait plutôt penser à un membre d’une haute lignée.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 5 Mar - 5:59

Thorin & Nydoeclya


« There're things in this world worth fighting and dying for...»

Oui vraiment, les nains avaient un don particulier pour trouver les mots exacts afin d’exprimer leurs opinions. Franchement, qu’est-ce qu’il ne fallait pas entendre… Que croyait-il du haut de son mètre cinquante à tout casser ? Qu’il était le meilleur combattant que la Terre du Milieu ait jamais porté ? Elle fronça le sourcil et considéra son idée de départ sous un autre angle, si jamais elle parvenait à ses fins, le voyage s’annonçait long, mais alors vraiment très long à n’en pas douter. « Vous devriez sortir de votre grotte un peu plus souvent Maitre Nain, il y a bien longtemps que les femmes de ce monde ne perdent plus leur temps dans des activités de ce genre. La broderie… vous êtes bien plus archaïque que je ne le pensais ... » Un petit rire s’échappa d’entre ses lèvres et le combat reprit. C’est vrai, elle bougeait beaucoup plus que lui, mais comme elle l’avait appris lorsqu’elle n’était encore qu’une jeune demoiselle, la subtilité était parfois bien plus efficace que la force brute, et puis s’il voulait vraiment la trouver, Nydoeclya n’y voyait pas le moindre problème, donner quelques coups de pieds, de coude ou même de tête ne la dérangeait pas un seul instant. Il verrait bien le nain si elle frappait comme quelqu’un qui fait de la couture. Le visage de la brune se ferma, ses mains resserrèrent leur emprise sur ses armes et elle attaqua de nouveau. Il croyait qu’elle allait finir pas s’user à la longue, il se trompait, l’agilité et la légèreté, elle avait ça dans le sang. Certes, ce n’était qu’à moitié seulement, mais elle n’en restait pas moins plus endurante que la moyenne, ou tout du moins suffisamment pour mettre une bonne raclée à qui de droit surtout si elle était bien remontée. Cette fois, ce n’était pas le cas, enfin pas complètement. Bien sûr, en d’autres circonstances elle ne se serait pas privée de lui écraser violemment la figure contre l’arbre le plus proche histoire de lui prouver une bonne fois pour toute qu’il avait tord, cependant, son esprit ne cessait de lui rappeler que celui qui se trouvait en face de lui était sans doute ce qu’elle attendait depuis longtemps, ainsi l’éliminer reviendrait tout simplement à se saboter soi-même. Il tourna autour d’elle, elle émit un léger rictus. Pour quelqu’un qui lui reprochait de s’agiter un peu trop voilà qu’il faisait de même. Décidément, le peuple nain restait encore une véritable énigme pour la Princesse. Elle l’observa attention, détaillant alors chacun de ses mouvements afin de se préparer à la suite du combat…ou pas. Venait-il vraiment de se prendre les pieds dans une racine ? Ne pas crier victoire trop vite, jamais. Un guerrier comme lui devait rarement s’écraser au sol à cause d’un vulgaire bout de plante légèrement sortit du sol, sinon il ne serait certainement pas là maintenant, mais plutôt raide mort, la lame d’un de ses ennemis enfoncée au plus profond de ses entrailles. Malgré cela, elle choisit tout de même de l’attaquer, probablement plus par fierté qu’autre chose, elle ne voulait pas se rendre comme ça, surtout pas après qu’il se soit légèrement foutu de sa gueule. Le coup tomba pour l’un comme pour l’autre, elle recula d’un pas ou deux, le souffle presque coupé. Elle avait bien compris qu’il avait une idée derrière la tête mais ne s’était peut-être pas assez attendu à ça, trop occupée à jongler entre l’affrontement et toute cette histoire qui l’avait menée jusque là. Nydoeclya le foudroya du regard. « Un assassin ? Si j’avais été un assassin, j’aurais attendu que vous dépassiez l’arbre derrière lequel je me trouvais et plus discrètement que vous, ce qui en soit n’est pas très difficile, je me serais faufilée derrière votre position comme une ombre avant de vous trancher la gorge d’une oreille à l’autre. Dois-je vous rappeler qu’il fait nuit, que nous sommes au beau milieu d’une forêt et que nous sommes loin de vivre dans un monde en paix ? J’ai fais ce que tout le monde aurait fait à ma place en entendant du bruit, me défendre. Et pour répondre à l’autre question, non je ne vous sous-estime pas, je retiens mes coups parce que j’ai traversé la moitié de la Terre du Milieu rien que pour vous trouver, alors avouez qu’il serait vraiment inconsidéré de ma part que de vous saigner comme un animal une fois devant moi. » Elle soupira fortement et prit le risque de ranger ses armes dans leur fourreau respectif. « Vous êtes vraiment pire que ce que je n’avais imaginé et pourtant je peux vous assurer que tout ce qu’on m’a dit de vous venait de la bouche de l’une des vôtres… » Oui, à présent elle était relativement convaincue de l’identité de son adversaire, la plupart des traits que sa nourrice lui avait énuméré à plusieurs reprises sous sa demande expresse correspondant à ceux de celui qui lui faisait face. Elle l’observa une énième fois avec attention tandis que son esprit se demandait déjà s’il allait croire ne serait-ce qu’un mot de ce qu’elle pourrait lui dire pour lui expliquer cette soudaine rencontre.



(c) Suika



Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 5 Mar - 8:23
Cette innocente petite partie de chasse privée se transforma rapidement en joute avec un adversaire plutôt compétent. Thorin avait été un peu trop sûr de lui, et surtout perdu dans ses pensées au cœur de cette forêt. Ce ne fut que grâce à la monture, qu’il eut le temps de se préparer à l’attaque. Les deux adversaires se jaugeaient et louvoyaient autour l’un de l’autre, cherchant à déterminer quelle tactique adopter, ou tout simplement cherchant à connaître les intentions de l’autre. Le nain se posait des questions sur cette femme lui faisant face, et surtout pourquoi elle se trouvait ici. Toutes les hypothèses sauf la bonne passèrent dans son esprit en quelques secondes. Concentré sur le combat, il avait un léger avantage d’intention sur son adversaire ; il souhaitait réellement la battre et la tuer si nécessaire. Elle semblait plutôt chercher à… autre chose de mystérieux en fait. Cherchant à la provoquer et la pousser à la faute, le roi en exil se moqua de son sexe et de sa force. Et pourtant, à en juger de ce court échange, elle était probablement plus forte que certains nains de la compagnie et plus redoutable que certains de leurs ennemis. Le guerrier devait bien l’admettre, elle l’impressionnait. C’est probablement pour cette raison qu’il eut recours à une ruse, plutôt que de continuer dans l’affrontement direct et bestial. Quelque chose poussa son adversaire à le frapper, alors qu’il était conscient qu’elle sentait le piège. Le nain reçut une entaille peu profonde au cou, encore une fois son manque d’envie de tuer, et elle reçut le bouclier droit dans le bas ventre. Cette fois, plus aucune envie de tuer, juste l’envie de discuter un peu et chercher les raisons de la présence de cette femme et ses intentions vis-à-vis de lui.

Cette combattante n’avait pas sa langue dans sa poche. Sa première réponse le démontra, même si le nain ne releva pas la remarque. Son peuple était archaïque, et le revendiquait à bien des égards. C’était ainsi qu’on les avait créé, et il respectait cette volonté. Même si les naines étaient aussi d’excellentes guerrières, contrairement aux humaines, elle bénéficiait de la robustesse et de la puissance de leur race. Se redressant, et faisant face l’arme au poing, Thorin reprit la parole et l’interrogea sur ses intentions. Les paroles de cette femme étaient sensées, et plutôt amusante. Aucune retenue, ni aucun langage châtié. Pourtant, il aurait juré qu’elle était de haute lignée. Lorsqu’elle rangea ses armes, et termina sa phrase, le roi en exil partit d’un rire franc et massif tout en rangeant la sienne. Il ne se moquait pas d’elle, mais de sa propre bêtise. Pourquoi n’avait-il pas interpellé l’intrus avant d’avancer plus furtivement que précédemment ? La méfiance étreignait le cœur de tous les voyageurs ces derniers temps. Doucement, mais sûrement, le nain se calma et reprit une attitude plus sérieuse tout en jaugeant son interlocutrice.


_ « Et je suppose que je dois vous croire sur parole, ou sur votre simple bonne foi. D’ailleurs, qui cherchez-vous exactement ? Après tout, une description peut ne pas correspondre à un nom, si elle a été mal faite ou exagérée. »

Le regard du nain se montra perçant, et sonda le visage et les expressions de l’humaine. Encore un inconvénient des humains, il devait lever la tête pour jouer à ce petit jeu de qui cache le mieux ses intentions. Son expression s’était radoucie, mais ses yeux continuaient d’afficher de la méfiance mêlée à un intérêt certain. Etait-il bien celui qu’elle cherchait ? Et pourquoi le cherchait-elle exactement ? Pour le moment, Thorin n’avait aucune raison pour douter des paroles de cette personne. Mais pourquoi une humaine le chercherait dans toute la terre du milieu. Aucune nouvelle concernant ce fait ne l’avait encore atteint. Etait-ce l’un des « ajouts » de Gandalf à l’expédition. Cet homme avait le don de ne prévenir des choses qu’aux derniers moments, et d’imposer sa volonté de cette façon. Puisqu’elle ne souhaitait pas le tuer, et avait mis en avant des arguments allant dans ce sens. Le nain lâcha la jeune femme du regard, et partit vers sa proie et son arc pour les récupérer. Le roi en exil tournait le dos à la demoiselle, et gardait une main sur le pommeau de son épée, accrochée à sa ceinture, au cas où. Une fois à côté de l’animal mort, il se tourna vers son interlocutrice.

_ « Avez-vous déjà mangé ? Un bon combat me met toujours en appétit. »

Pour le moment, le nain préférait éviter d’amener cette étrange personne vers son campement. Et il n’avait aucunement l’intention de se présenter avant qu’elle ne lui dise qui elle cherchait. Ces derniers temps, Thorin faisait bien trop d’étranges rencontres, et semblaient devenir le centre d’intérêt de nombreuses personnes. Son plan avait-il été ébruité ? Ou tout simplement cherchait-on à le surveiller maintenant que la rumeur de la disparition de Smaug se répandait dans les Terres du Milieu. Autant prendre cela avec philosophie, et rester vigilant. De toute manière, il ne pouvait rien faire contre cela pour le moment. Et puis, contrairement à son plan initial, son peuple allait être prévenu et se tiendrait prêt à venir défendre sa demeure. Autant dire que des nains se battant avec férocité pour les leurs et leur foyer étaient des adversaires redoutables. Personne ne s’attendrait à cela, et puis l’aide de son cousin des Monts de Fer était aussi de l’ordre des possibilités. D’ailleurs, en y pensant, Thorin enverrait peut-être des messages avant d’être arrivé à destination pour prévenir à toute éventualité.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 9 Mar - 5:13

Thorin & Nydoeclya


« There're things in this world worth fighting and dying for...»

Lorsque le rire du nain vint à briser le silence de la forêt, la brune fronça légèrement le sourcil. Enfant, elle n’avait jamais cessé d’imaginer à quoi ressemblerait sa rencontre avec celui qui avait pendant longtemps été le héros des nombreuses histoires que sa nourrice lui racontait, et pour être honnête, elle avait songé à tout sauf à ça, même lorsqu’elle eut prit quelques années de plus. « C’est vrai, vous avez raison, la description qui m’a été faite de vous à lourdement été exagérée maintenant que je vous vois…Enfin c’est toujours comme ça te toute manière lorsque l’on fait la description de quelqu’un qu’on admire, à chaque fois on parle de ses qualités, mais on oublie très souvent toute la partie concernant les défauts… » Nydoeclya esquissa un rapide sourire narquois avant de reprendre. « Quant à savoir si vous devez me croire ou non, je pense sincèrement que vous devriez songer au fait que vous êtes toujours en vie puis ensuite revoir votre avis sur le sujet, pour ma part je peux vous assurer que je ne me roulerais pas par terre pour essayer de vous convaincre de mes bonnes intentions. » Ah ça non, plutôt mourir que de s’abaisser à geindre pour qu’il veuille bien prendre en considération ce qu’elle avait à dire. Il allait devoir se débrouiller avec ce qu’elle lui donnerait, et si ça ne lui plaisait pas alors tant pis, elle userait de son plan de secours et se rendrait par elle même à la Montagne Solitaire en compagnie de ses hommes. Ca le contrarierait peut-être une fois lui aussi sur place, mais au moins il comprendrait qu’elle était loin d’être quelqu’un qui se laisse abattre au moindre obstacle, fusse-t-il d’un mètre cinquante avec une hache et un caractère bien trempé. Qui plus est, elle n’avait certainement pas fait tout ce chemin et ouvertement menti à ses conseillers pour faire demi tour à cause d’un caprice. Les nains étaient peut-être têtus, mais elle pouvait l’être encore plus quand elle le voulait. Baissant d’ailleurs les yeux sur son interlocuteur en quête d’une quelconque réaction à ses propos, elle constata rapidement que lui aussi était en train de sonder son visage à la recherche de la moindre expression indiquant le contraire de ce qu’elle avançait. là-dessus, il pouvait toujours attendre, elle n’avait rien d’un assassin, ni même d’une espionne à la solde de qui que ce soit, elle était juste une Princesse bien loin de son royaume, partie pour une aventure dont l’issue pouvait lui être fatale tout comme elle pouvait l’être pour lui et les autres. Une seconde s’écoula puis une autre et encore une autre. Visiblement le nain ne trouva pas ce qu’il cherchait aussi il cessa de l’observer et se dirigea tranquillement vers le coin où il se trouvait avant qu’ils ne vienne à se croiser. « Et bien il se trouve justement qu’au moment où nos chemins se sont soudainement croisés, j’étais en train de chercher quelques baies et champignons pour accommoder les quelques morceaux de viandes qu’il me restait de ma dernière halte, mais question trouvailles il semblerait que vous ayez été un peu plus chanceux… » Un nouveau sourire se dessine sur ses lèvres tandis que d’un rapide mouvement de tête elle désigne l’animal mort se trouvant à ses pieds. « Maintenant si vous n’avez pas peur que je vous égorge au détour d’un arbre, vous pouvez toujours m’accompagner jusqu’à mon modeste campement et vous joindre à moi pour le diner, nous en profiterons pour discuter des raisons qui m’ont fait traverser la moitié de la Terre du Milieu pour vous trouver vous et votre bouclier en Chêne. » Combien de chance y avait-il pour qu’il accepte ? Aucune à n’en pas douter, mais s’il y mettait un peu du sien, il pourrait voir de ses propres yeux qu’elle n’avait aucunement l’intention de le tuer et que contrairement à lui, elle était seule avec son cheval. D’ailleurs, concernant ce dernier, elle ne garantissait en revanche absolument pas qu’il se tienne à carreau, c’était un animal avec du caractère (comme sa maitresse) qui ne se montrait amical avec presque personne, pas même les palefreniers qui en avaient la charge à Dol Amroth. Oh bien sûr, il ne piétinerait pas le nain, mais si jamais il venait à se montrer menaçant avec sa cavalière, alors il se ferait une joie de lui distribuer quelques coups de sabots pour calmer ses ardeurs. Elle émit un fugace sourire à cette pensée puis reporta son attention sur son interlocuteur. « Oh et si ça peut vous rassurer, il n’y a pas de nain au menu, juste du lièvre, de la biche et quelques morceaux de bœuf séchés... »




(c) Suika

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 9 Mar - 11:04
Un bon combat, dont l’issue aurait été peut-être tout autre si les deux adversaires avaient réellement eu envie de tuer. La guerrière s’était montrée dangereuse, et Thorin n’avait pas réellement eu envie de la tuer contrairement à ses premières pensées. Il s’en rendait compte à présent que tout était fini. Un rire franc et massif raisonna dans la forêt. Ce n’était pas une moquerie, juste un amusement face à sa propre bêtise et à cette situation cocasse. La méfiance était de mise. Et finalement, ils s’étaient sautés dessus sans réellement prendre le temps de connaître l’identité de l’autre ; dans ce sens, ils étaient tous les deux fautifs et à blâmer pour leur réaction trop prompte et violente. Le prince remarqua que son interlocutrice ne répondit pas à sa question, elle avoua que les descriptions pouvaient parfois être trop parfaites pour être réelles. Le guerrier était conscient que son peuple le voyait souvent comme une sorte de héro, un combattant invincible. Cette réputation était un peu exagérée, même si c’était un combattant redoutable et farouche. Et qu’il avait déjà échappé de nombreuses fois à la mort, mais ce grâce à l’aide de nain courageux ou de sa vivacité d’esprit. Non par un quelconque pouvoir suprême. Le fait qu’il soit en vie n’était pas une preuve en soi, juste que pour le moment, sa mort n’était pas nécessaire ou souhaité par la jeune femme. Rien de plus ni rien de moins. En tout cas, le nain tenta de sonder cette demoiselle, et d’y trouver une réponse quelconque à sa méfiance. Etait-elle justifiée ou non ? La question resta en suspens. Aucun des deux ne trahit ses pensées, ni ses intentions. Ce fut le nain qui bougea en premier pour récupérer sa proie et son arc.

Souhaitant en apprendre plus sur cette étrange personne, mais ne voulant pas l’amener au campement de la compagnie, Thorin proposa à l’intéressée de partager son repas. Cela lui permettrait sûrement d’en apprendre un peu plus sur elle, et d’en découvrir plus. Mais il courait le risque d’en dire un peu trop à son tour, et de dévoiler des choses qui ne devrait l’être. Le nain sourit, et hausse les épaules. La chance n’avait rien à voir dans sa prise, elle fut obtenue grâce à une traque et une chasse obstinée pour débusquer et tuer cet animal. Le voyageur arqua à un sourcil à son tour, en signe de défi à sa menace d’égorgement. Que pensait-elle ? Ce n’est pas parce qu’elle l’avait blessé, et qu’il ne l’avait pas atteinte grièvement qu’elle avait le dessus sur lui. En y pensant, avant de ramasser ses affaires et sa proie, le nain arracha un morceau d’étoffe de sa chemise et l’accrocha autour de son cou pour servir de bandage à son entaille ; elle n’était pas très grave, mais le sang coulait sur son torse sous sa chemise. C’était assez gênant et dérangeant à présent. Il la regarda fixement. Le mot chêne ne fut pas choisi au hasard, mais elle n’avait toujours pas prononcé son nom à lui, ni le sien d’ailleurs. Toujours méfiant, le prince ramassa l’animal et rejoignit l’humaine d’un pas lent. Il finit par reprendre la parole et répondre le plus naturellement du monde.


_ « Et rassurez-vous. Il y a juste cette biche dans mon menu, et non une humaine. »

Un sourire carnassier et moquer s’afficha sur son visage. Thorin resta très calme et observa attentivement la demoiselle. Si elle comptait l'effrayer, elle était loin du compte. Qu’elle soit seule ou non, qu’elle est d’autres armes ou même une quelconque aide extérieur, il vendrait chèrement sa peau et ne partirait pas seul. C’était une certitude. De toute manière, le temps jouait en sa faveur. Ses compagnons finiraient par s’inquiéter et venir à sa recherche. Même si certains n’oserait le déranger, Balin serait assez raisonnable pour penser qu’il lui était arrivé probablement quelque chose. L’assurance de cette jeune femme commençait un peu à agacer le nain. Peut-être se trompait-il sur les intentions ou les sentiments de l’humaine. Mais sa trop grande confiance en elle finirait un jour par jouer en sa défaveur.

_ « Eh bien qu’attendons-nous ? Je vous suis à présent. Je commence vraiment à avoir faim. » Il marqua un temps de pause avant d’ajouter. « A part ça, vous ne m’avez toujours pas répondu. Qui cherchez-vous finalement ? Vous semblez être persuadé que c’est moi. Peut-être ai-je juste dépouillé celui que vous cherchez avant de lui voler ses affaires. Vous ne semblez pas le connaître personnellement. »

Ses mots furent prononcés sur un ton très naturel, comme si tout était normal. Après tout, quelle preuve avait-il à part la parole de cette humaine inconnue. Et puis, Thorin n’aimait pas les gens qui le recherchaient sans qu’il ne les ait jamais rencontrés auparavant. En tout cas, le nain espérait qu’elle finirait par arrêter d’éluder sa question et se présenterait à son tour. Sinon elle aurait le droit à – humaine – ou – ma dame – selon ses envies du moment. Quoi qu’il se passe, le guerrier gardait toujours un œil vers elle et ses mains n’étaient pas très loin de son épée et de son bouclier. Seulement, la faim devenait plus forte que la méfiance. Et puis il sentait bien que pour le moment, elle ne tenterait de le tuer réellement.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 14 Mar - 6:41

Thorin & Nydoeclya


« There're things in this world worth fighting and dying for...»

Tandis qu’ils avançaient à présent vers le campement de la jeune femme, cette dernière, en entendant l’ultime remarque du nain, ne pu s’empêcher d’émettre un léger rire. « Non c’est vrai, je ne le connais pas personnellement, il faut avouer que lui et moi fréquentons un monde bien différent, cependant j’en sais suffisamment à son sujet pour croire qu’il ne serait pas assez stupide pour se faire détrousser par le premier nain venu… Thorin Oakenshield, fils de Thráin, petit-fils de Thrór le Roi sous la Montagne, l’un des rares nains à avoir survécu lors de l’attaque de Smaug Le Doré sur Erebor, celui qui a repoussé les orcs dans la Moria et tué Azog le Profanateur, avouez que ça serait vraiment un comble, non ? Oh mais je suis bête, la seule chose qui va sortir de votre bouche maintenant c’est une nouvelle question pour savoir d’où est-ce que je tire ces fameuses informations ou un truc du genre… Et on dit que ce sont les femmes qui sont trop curieuses… » La brune soupira et leva rapidement les yeux au ciel avant de se décider à raconter enfin à son interlocuteur pourquoi elle avait traversé la moitié de la Terre du Milieu juste pour le trouver. S’il ne voyageait pas seul comme elle le pensait, ceux qui l’accompagnaient ne tarderaient certainement pas à se demander où il pouvait bien être passé et lorsqu’ils l’auraient enfin retrouvé, elle n’aurait peut-être plus l’occasion de lui parler seul à seul. Elle soupira fortement. « Quand ma mère est morte en me mettant au monde, mon père s’est fait la promesse de toujours être à la hauteur de la tâche qui lui incomberait désormais. Malheureusement pour lui, tout ne se déroula pas comme il l’avait imaginé et à regrets, je fus confiée aux bons soins d’une nourrice. Les premières années de ma vie ne furent pas très palpitantes et puis, j’ai finalement atteint l’âge où un enfant aime à s’interroger sur à peu près tout ce qui l’entoure au point de devenir très rapidement un motif de crises en tout genres pour les adultes. Je devais alors avoir cinq ou six ans, j’étais encore moins haute que vous - sans vouloir vous offenser - et je me souviens avoir demandé sans le moindre détour à cette femme qui s’occupait de moi, pourquoi elle n’était pas de la même taille que les autres grandes personnes qui m’entouraient. Je n’oublierais jamais le regard que mon père m’a lancé ce jour là, j’ai cru l’espace d’un instant que j’allais prendre toutes les fessées auxquelles j’avais échappé jusque là. De son côté, Sarín - car c’est ainsi qu’elle s’appelait - m’a souris et m’a gentiment expliqué que si elle était différente des autres, c’était tout simplement parce qu’elle n’appartenait pas à la même race que mon père et moi, qu’en fait c’était une naine. Sur le coup, j’avoue en être restée totalement muette, il faut l’avouer je ne m’étais pas vraiment attendue à ça, mais le soir venu, au moment de me mettre au lit, en voyant mon regard pétillant de curiosité à son égard, elle a eu l’extrême amabilité de bien vouloir m’en dire un peu plus sur elle et les siens. C’est ainsi qu’elle me raconta pour la première fois l’histoire d’Erebor, de Smaug le Doré, de l’exil des nains en Terre du Milieu et de celui qui deviendrait un jour Roi sous la Montagne, Thorin Oakenshield. Son récit me fascina totalement et depuis ce jour, il ne se passa presque pas une semaine sans que je lui demande de m’en reparler ou de me chanter cette chanson qu’elle fredonnait parfois en me coiffant le matin. Bien sûr, parfois elle râlait me reprochant de connaitre déjà sur le bout des doigts tous les détails qu’il y avait à savoir de ces événements, mais elle finissait toujours par céder en sachant pertinemment que pendant ce temps là, je serais parfaitement calme et attentive, un luxe qui devenait de plus en plus rare à mesure que je prenais de l’âge. Ce qu’elle ne savait pas en revanche, c’est que lorsque je pouvais enfin aller jouer dehors, je m’amusais à terrasser ce maudit vers pour lui reprendre cette cité qui ne lui appartenait pas, menant au combat toute une armée imaginaire avant de finalement faire la fête avec les nains. » Nydoeclya marqua une pause alors qu’ils arrivaient enfin à destination. Distraitement, elle caressa sa monture afin de la rassurer sur la présence de celui qui l’accompagnait puis lorsque cette dernière se remit à brouter les quelques herbes folles qui se trouvaient là où elle avait été soigneusement attachée, elle alluma un feu afin de pouvoir à son tour se restaurer. « Les années sont passées, j’ai pris du plomb dans la tête, et cette histoire qui m’avait distraite des heures durant a prit une toute autre signification à mes yeux. Ce n’était pas un jeu, c’était la réalité et ça n’avait rien d’amusant, surtout pour ceux qui avaient été contraints à la fuite et qui avaient tout perdu. Sarín pour sa part, est restée à mes côtés jusqu’à mes vingt-cinq ans. Elle aurait pu partir bien avant, mais elle ne l’a pas fait, ne me demandez pas pourquoi. Un an avant son départ pour les Montagnes Bleues, elle m’a été d’une aide très précieuse dans une affaire personnelle et c’est à ce moment là que j’ai décidé que c’était à mon tour de faire quelque chose pour elle. Je me suis donc promis de lui rendre son foyer, pour la remercier de toute ce qu’elle avait fait pour moi durant toutes ces années, qu’importe le temps que ça me prendrait et si je devais y rester. » Son regard acier se posa finalement sur son interlocuteur. « Voilà toute l’histoire. Vous avez encore des questions à me poser ? »


(c) Suika


Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 14 Mar - 21:04
Le combat était fini, et Thorin était devenu un peu plus amical et léger dans ses paroles et ses gestes. Pourtant la méfiance était toujours de mise et présente. Le nain n’était pas prêt à baisser la garde en présence d’une étrangère, aussi amicale ou pétrie de bonnes intentions soit-elle. Récupérant sa proie, et ses armes, le prince suivit l’humaine vers son camp. Pour le moment, il ne souhaitait pas l’amener auprès de la compagnie sans connaître ses véritables intentions, ou même son but dans cette histoire. N’oublions pas qu’elle le cherchait d’après ses dires. Ce fait suffisait à rendre le guerrier curieux, et suspicieux. Son intérêt était éveillé, et il devait l’assouvir à présent. Cette humaine savait parfaitement jouer avec les mots. A présent, c’était à elle de rire. Dire que quelques secondes plus tôt, l’ambiance fut électrique et explosive entre eux. Alors qu’à présent, ils discutaient comme de vieux amis, et riaient ensemble. Ne pipant mot, Thorin écouta le récit de cette demoiselle et sourit largement à sa manière de présenter les choses. Et surtout, elle s’était méprise sur ses intentions. Pourquoi demander d’où venaient les informations, puisque tout le monde dans les Terres du Milieu pouvait y accéder. Sa légende et son histoire dépassaient depuis bien longtemps les frontières des royaumes nains, et des Montagnes Bleues. Marchant aux côtés de la demoiselle, le nain restait silencieux et l’observait ; elle se dévoilait de plus en plus, et il n’avait pas encore admis être la personne qu’elle recherchait. Quoi que ce ne fut plus vraiment nécessaire à présent. Cependant, il ignorait encore son nom et ses motifs. Il préférait donc la laisser parler, puisqu’elle semblait partie pour un beau monologue.

Haussant les épaules, Thorin ne se vexa pas de sa réflexion. D’autant plus qu’il doutait fortement qu’un enfant humain mesure près d’un mètre cinquante-deux à cinq ou six ans ; il fallait sûrement ajouter trois ou quatre ans de plus de son point de vue. Cependant, sa connaissance des humains et de leur croissance était minime par choix. Son intérêt était tourné vers les nains, et il traitait les autres races comme il était traité. Un raisonnement simpliste, mais pour le moment, le guerrier ne voyait aucune autre raison de changer de mode de fonctionnement. Le camp fut finalement atteint. Et Thorin restait silencieux, méditant les paroles de cette humaine. Il avait appris que des nains étaient partis chercher une nouvelle vie dans les contrées plus à l’Ouest et dans le Sud, et que personne n’en avait entendu parler par la suite. Bien que sceptique, le nain était persuadé de la sincérité des paroles de cette humaine. On peut feindre l’enthousiasme ou l’optimisme, mais il est difficile de simuler la nostalgie inhérente à ce genre de récit. Sa voix, son attitude et son regard confirmaient unanimement la véracité de ses paroles. Soutenant son regard, Thorin répondit nonchalamment en posant l’animal mort près du feu.


_ « Histoire intéressante et gentillette. Je ne mets pas en doute vos paroles, mais plutôt vos motivations. En quoi votre projet nécessite de trouver Thorin Oakenshield, de me trouver… Inutilement de jouer la comédie. Vous me semblez à même de faire cette quête seule, ou accompagner de votre armée. Car je doute qu’une fille de bonne famille voyage seule loin de son pays. » L’arrêtant avant toute négation, il continua « Ne vous vexez pas, je ne mets pas en doute vos compétences à l’épée. Elles sont excellentes, mais vous êtes de nobles lignages, certains manières vous trahissent. Et soit vous êtes escortés, soit on vous poursuit pour vous retrouver. Vous me semblez maline, je pencherais donc pour la première solution. »

Prenant place à l’humaine de l’autre côté du feu, Thorin oublia son estomac et l’animal mort pour le moment. Cette conversation prenait une tournure intéressante, et étrange ; son attention complète était requise à présent pour démêler le vrai du faux. La croyance de la vérité. Le nain ne voyait pas quel service rendu pouvait entraîner un paiement mettant en jeu une vie, sa propre vie. Les choses étaient délicates, et il se demandait si d’autres raisons sous-jacentes mais dissimulées ne motivait pas la quête de cette demoiselle. Enfin d’un œil perçant il fixait l’humaine et finit par prendre la parole à nouveau sur un ton sec, intimant une réponse franche et honnête.

_ « Et si vous me disiez votre nom, et vos origines afin de nous mettre sur un pied d’égalité. Et surtout, pourquoi ne pas dire franchement ce qui vous motive à me chercher aussi ardemment, et ce que vous souhaitez réellement. Vos intentions semblent nobles, mais même les meilleures intentions peuvent dissimuler de sombres desseins. Encore une fois, je ne cherche qu’à comprendre. Non à juger ou à provoquer. De vos réponses dépendront les miennes. Soyez franches, et je le serais. Jouez avec moi, et j’en ferais de même. »

Un sourire fendit le visage fermé du nain. Il était lourd de sens, mais ne signifiait en rien l’amusement ou la joie. Thorin n’aimait pas trop cette situation, et sa méfiance était poussée à son paroxysme dans cette situation. Comme tout autre personne, ou nain, l’humaine devrait faire ses preuves et s’octroyait la confiance du nain avant toute chose. Lui mentir serait un mauvais choix. Bien que la pensant accompagner, le prince n’avait pas peur de ce qu’il pourrait arriver. La peur n’empêchait jamais rien, et seul la détermination menait vers la victoire. Malgré tout, ses sens étaient aux aguets par sécurité.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 16 Mar - 3:50

Thorin & Nydoeclya


« There're things in this world worth fighting and dying for...»

Assise à même le sol, le dos calé contre un rocher de taille plutôt imposante, Nydoeclya saisit d’un mouvement souple la sacoche qui était accrochée à sa selle posée non loin de là afin d’en extraire les restes de son dernier repas. Aucun des mots de son interlocuteur ne lui échappa, et lorsque ce dernier lui confia sa théorie sur le fait qu’elle appartenait à une très bonne famille, la brune ne pu s’empêcher d’esquisser un léger sourire. C’est vrai, certaines manières la trahissaient, mais en même temps, elle n’avait jamais cherché à s’en cacher, elle faisait simplement en sorte de ne pas se comporter comme ces dignitaires qui aimaient bien que tout le monde sache qui ils étaient, n’importe où ils allaient, dans l’unique but d’obtenir des traitements dignes de leur rang. En fait, la seule chose qu’attendait la Princesse de ceux qui l’entouraient, c’était le respect, le reste lui importait peu, surtout quand elle se trouvait au beau milieu de nulle part à patauger dans la boue comme la première venue. « Je ne suis plus escortée depuis cinq jours. » Admit-elle bien volontiers tout en terminant de préparer ses quelques morceaux de viande pour la cuisson. Ses gestes se voulaient fermes et précis, bien loin de ce qu’ils avaient pu être alors qu’elle n’était encore qu’une jeune demoiselle en apprentissage de la survie en milieu sauvage, cependant elle cessa net lorsque le nain lui demanda d’un ton sec qui elle était. « Je m’appelle Nydoeclya, fille de Vaddýn, descendante de Galador, ce qui fait de moi l’actuelle Princesse de Dol Amroth. Je voyage seule parce que j’en ai décidé ainsi, et parce qu’il m’a semblé plus judicieux que nous nous rencontrions ainsi plutôt que dans un climat trop tendu où vous n’auriez sans doute pas prit la peine de m’écouter, trop occupé à vous demander lequel des membres de ma garde vous découperiez en premier avant que ça ne soit l’inverse. Quant à savoir pourquoi je tenais tant à vous trouver, eh bien je pense qu’il était plus acceptable que nos routes se croisent maintenant plutôt qu’une fois arrivé à destination. Nous le savons tous les deux, les rumeurs au sujet de votre Royaume vont bon train ces derniers temps, et il faudrait être sot pour croire qu’une fois sur place vous serez les seuls à vouloir rentrer, tout comme il faudrait l’être de penser qu’à ce moment là nous aurions eu le temps de discuter comme des gens civilisés. » La brune reprit tranquillement ce qu’elle était en train de faire l’espace de quelques secondes. Si le nain semblait avoir totalement oublié sa faim, ce n’était pour sa part pas du tout le cas, comme pouvait d’ailleurs l’attester clairement son estomac. « Je vous propose mes services, et je vous prie de croire qu’ils s’étendent bien plus loin que la couture, afin que vous puissiez mener à bien votre quête. Loin de moi l’idée que vous n’en soyez pas pleinement capables vous et vos compagnons, mais je tiens vraiment à ce que vous y parveniez et de préférence en un seul morceau. » Embrochant les quelques morceaux de viandes qu’elle avait à sa disposition sur des branches sèches, elle mit finalement le tout à griller là où le feu était le moins violent puis sortit une gourde d’eau qu’elle posa à ses côtés. « Je n’ai aucune mauvaise intention envers qui que ce soit. Déclara-t-elle en portant à nouveau son regard sur son interlocuteur. Si vous voulez absolument tout savoir, mon père à lâchement été assassiné avant que je n’atteigne mon seizième anniversaire. Pendant longtemps tout le monde à cru qu’il était simplement mort dans son sommeil, mais il s’est avéré qu’en réalité il avait été empoisonné par son propre frère. Sarín l’a vu faire ce soir là. Elle ne m’en a pas parlé immédiatement parce qu’elle craignait qu’on mette ses paroles en doute, mais elle a tout de même finit par le faire quand elle a compris qu’un un jour ou l’autre, il m’arriverait la même chose si elle gardait plus longtemps le silence. Si elle n’avait pas été là, Dol Amroth ne serait peut-être plus entre mes mains aujourd’hui, et vus les antécédents de mon oncle, je pense pouvoir être en mesure d’affirmer qu’en plus, je n’aurais certainement pas été là pour raconter cette histoire à qui que ce soit. » D’un mouvement souple, elle tourna ses brochettes improvisées pour s’assurer que la cuisson soit parfaitement uniforme des deux côtés avant de reprendre la conversation là où elle l’avait laissée. « Pensez-en ce que vous voulez, que c’est n’importe quoi, que c’est un vulgaire caprice ou même que c’est de la folie, mais à mes yeux c’est important et je pense que je lui dois bien ça. Je ne demanderais rien en échange et une fois ma mission accomplie, nos chemins se sépareront aussi vite qu’ils se sont croisés. » Elle retira son repas du feu et tendit l’une des brochettes de viande au nain. S’il n’avait pas l’intention de faire un sort à sa biche, il ne pourrait au moins pas dire qu’elle était mal polie et ne lui avait rien proposé.



(c) Suika


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 17 Mar - 17:07
Le camp de la demoiselle n’était pas très loin de l’endroit où ils avaient combattu. La marche fut lente, et la discussion intéressante du point de vue du nain. Afin de briser la glace, et parce qu’il était dans la nature de son peuple de foncer tête baissée, Thorin attaqua directement avec ses suppositions et hypothèses, ainsi que les questions concernant les motivations de son interlocutrice. Elle n’était probablement pas seule, et les membres de la compagnie finiraient par arriver. Autant profiter de ce répit pour en apprendre le plus possible, avant de prendre une décision finale sur la conduite à tenir. Il y avait encore beaucoup d’inconnu concernant cette jeune femme, et surtout les raisons l’ayant poussée à le chercher si ardemment. Enfin encore une fois tout reposait sur l’idée que ses paroles étaient honnêtes et franches. Elle confirma ses doutes concernant des protecteurs situés à bonne distance. Le prince en exil s’installa confortablement, et laissa sa proie à ses côtés. Il préférait attendre avant de la préparer, et puis de toute manière, elle était destinée à la compagnie et à ses hommes. Non à cette rencontre impromptue au milieu des forêts de l’Eriador. Terminant son petit discours, et se plaçant en attente, Thorin se demandait quelles seraient ses réponses. En tout cas, il ne s’attendait pas du tout à ce qui allait suivre. La chose était plus complexe qu’il ne l’avait supposé, et cette personne semblait avoir parfaitement analysé la situation. Comme quoi un secret, même bien gardé, finit toujours par s’ébruiter. Ses intentions avaient été trop limpides à priori.

Une princesse de Dol Amroth. Thorin ne connaissait ce pays que de nom, ou de réputation. Son histoire était touchante, et semblait cohérente ; ses mots respiraient l’honnêteté et la sincérité. Silencieux, il se contenta de plisser les sourcils lorsqu’elle évoqua sa quête, et les rumeurs. Ce fait ne faisait qu’apporter du crédit à son projet, et lui redonnait un regain d’énergie pour accomplir la mission qu’il s’était fixé. Elle confirmait aussi son idée qu’elle était loin d’être stupide. Le nain soupira intérieurement. Toutes ses personnes qui semblaient connaître son projet le rendait plus nerveux quant à la suite des évènements, et surtout tous ces gens aux bonnes intentions souhaitant l’aider. Pourtant, aucune aide n’était venue depuis ces dernières années. Les nains en fuite avaient dû se débrouiller seul pour se reconstruire une communauté à peu près stable, de manière à s’offrir un peu de confort. N’esquissant toujours aucune réponse, ni même une réaction, Thorin sortit une pipe, la bourra d’herbe et l’alluma. Cela lui permettait souvent de réfléchir, et de prendre ses décisions. Plus un rituel né de l’habitude qu’une nécessité particulière. Malgré tout, et avant qu’elle ne continue plus avant son explication, il souffla un peu de fumée et prit la parole sur un ton neutre.


_ « Personne n’a jamais de mauvaises intentions ces derniers temps. Et qui vous dit que nous aurions besoin de vous, si nous tentions d’entreprendre une telle folie ? Qu’apporterez-vous de plus ? Ce n’est pas votre demeure, ni votre foyer ancestral. Aucune attache ni obligation ne vous retient. Et si vous me disiez vraiment ce qui vous motive à présent ? »

Thorin sentait que l’histoire n’était pas complète, et que ce qui restait était plus important que tout ce qui avait pu être dit durant les dernières minutes. C’est ainsi que Nydoeclya reprit son discours, et expliqua enfin cette fameuse dette envers la naine. Comme promis le nain ne jugeait pas. Chacun voyait une dette d’honneur où il le souhaitait, et la remboursait comme il le souhaitait. Qui était-il pour émettre un jugement de valeur. La seule chose tenait dans le fait qu’il n’était pas obligé d’accepter cette aide, ni de participer à ce remboursement de dette. Tout en silence et en réflexion, il prit la brochette et en mangea machinalement un morceau. De toute manière, le temps de la méfiance n’était plus venu. Que souhaitait-elle vraiment ? Qu’il accepte qu’elle les accompagne avec ses hommes, et mette encore plus en péril cette mission déjà précaire ? La rapidité et la discrétion seraient leurs meilleures armes. Pour le moment, certains se préparaient mais personnes n’osaient avancer vers Erebor. Le spectre du dragon était encore bien présent. Des guerriers ne pourraient rien faire si Smaug veillait encore sur son trésor, sinon les nains auraient pu se défendre lors de la première attaque. Tout résidait dans l’idée que le dragon n’était plus, et que Gandalf trouverait un moyen de se débarrasser de la bête. Beaucoup de suppositions pour une mission si dangereuse.

_ « Si je comprends bien, vous êtes en train de me forcer la main pour que je vous laisse nous accompagner, si jamais nous avions un tel projet en tête. Soit je vous accepte, soit vous y allez seule et je n’aurais qu’à m’en mordre les doigts. » Un petit rire vint ponctuer sa tirade. « Drôle de façon de proposer son aide vous ne trouvez pas. Et puis dites-vous bien une chose si une telle quête était montée, je n’irais pas m’encombrer d’une armée d’humain… ni même d’une armée tout court. Mais si vous souhaitez aller vérifier si le dragon est vivant par vous-même, libre à vous. Etes-vous assez sûre de vous pour mener vos hommes à leur perte ? Vous êtes princesse, le bien-être de votre peuple et la protection de vos sujets passent avant toute autre chose non ? »

Son ton n’était ni réprobateur ni vindicatif. Ce n’était qu’un simple constat neutre. De toute manière, les nains avaient un avantage sur toute autre compagnie. Ils avaient une carte, et connaitrait prochainement l’existence d’un passage dérobé pour pénétrer dans Erebor. Si même le prince ne le connaissait pas, il doutait que quelqu’un d’autre le sache. Il attendait de voir ce qu’allait répondre Nydoeclya concernant ses questions. Le nain commençait à réfléchir à cette éventualité. Derrière son masque d’assurance, il s’inquiétait de la possibilité de voir un autre peuple franchir les portes avant eux. Ce serait difficile à treize de reprendre le royaume sous la montagne à une armée ou une troupe d’hommes. Cette discussion servait aussi à jauger son interlocutrice, et sa valeur. En souvenir avec les paroles de Dís, Thorin se disait qu’une personne étrangère à son peuple pourrait l’aider, et redorer un peu l’image des nains auprès des autres races. Il avait promis à sa sœur de changer un peu, n’était-ce pas l’occasion rêvée ? Enfin pour le moment, aucune décision n’était prise dans un sens ou dans l’autre. Le nain étudiait juste la possibilité. Mais si il devait accepter cette proposition, elle devrait venir seule, sans escorte. La confiance était une chose réciproque, et importante dans un petit groupe. Enfin le changement devait s’opérer à un moment ou à un autre, et Thorin préférait commencer avec un humain qu’un elfe…
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Thorin Oakenshield, roi sous la Montagne
» Thorin Oakenshield
» Thorin Oakenshield || King Under The Mountain.
» Thorin Oakenshield ▬ Roi des Exilés
» "Jeu de mains, jeu de vilains" || feat Thorin Oakenshield

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: