L'arc de Bregil Part 2 ✖ Quête PNJ [Elladan & Galadriel]

 ::  :: Les Archives :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 2 Juin - 23:08

Cette pierre bizarre que j'ai trouvé dans la montagne, j'ai passé des heures à l'observer de tous les sens et de tous les cotés pour essayer de comprendre ce qu'elle peut être d'autre qu'une pierre de couleur bizarre. Quelque part, dans mes tripes, je sens qu'elle doit bien servir à quelque chose, mais de là à savoir à quoi et pour quoi faire, il y a un monde. Alors j'ai continué à la regarder de tous les cotés pendant que Valaina remettait Elrohir sur pied et arrangeait deux trois de mes plaies, plus superficielles qu'autre chose - sauf peut-être celle à l'épaule, mais j'y survivrais, y a un truc magique qui s'appelle cautérisation, une dague, une flamme, de la chaire carbonisée et pouf, guéri -, jusqu'à ce qu'on puisse reprendre la route. Imladris? A vrai dire, c'était ma destination, si Elrohir avait été vraiment en mesure de voyager, mais là, dans les faits, La Loriel suffira comem trajet. En fait, plus j'y pense, plus je me et qu'on aurait déjà du s'arrêter en Eryn Lasgalen, comme il est certain que Silye ou Thranduil auraient déjà pu éclairer ma lanterne. Enfin, on c’était presque arrivés en Lorien quand je le suis fait cette réflexion, donc ... on n'allait tout de même la faire demi tour.
Nous allons donc nous arpenter en Lorien, où, à peine arrivé, et Aranwë placés à l'écurie, je demande une radiance à ma grand-mère afin de lu exposer mon problème.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 7 Juin - 15:02

 
l'arc de Bregil part. 2
 

Installée dans ma chambre, vêtue d’une de ces longues robes blanches en dentelle que j’apprécie particulièrement lorsque je suis chez moi, je suis en train d’écrire une lettre lorsqu’on frappe directement à ma porte. J’invite donc la personne à entrer, et elle m’annonce qu’on a vu mes petits fils à la frontière. Leur allure n’est pas très rapide, et je hoche simplement la tête de haut en bas pour remercier le garde. Ici, je suis très proche de mes gens, et si je suis celle qui dirige la cité, je reporte mon trop plein d’amour envers mes éclaireurs et mes gardes, qui oublient parfois qu’il n’est pas convenable de venir en courant m’annoncer les nouvelles qu’ils viennent avoir directement dans ma chambre… Cependant, c’est avec un sourire que je passe l’éponge et me contente de terminer la lettre que je signe. Ensuite, je m’éloigne rapidement pour aller rejoindre le haut de ma cité suspendue, là où sont gardés les corbeaux. J’en envoie un au sud, voir le seigneur Elrond et reste là quelques minutes. Ou quelques heures, peut-être ? Je n’ai aucune idée du temps qui passe. Finalement, un elfe arrive, essoufflé, et m’indique qu’Elladan me demande une audience.

- Conduit-le dans la clairière

Je le vois repartir en flèche, et je descends les escaliers avec plus de lenteur, pour arriver finalement, pieds nus, dans la clairière. L’herbe fraiche sous mes pieds me tire un sourire et j’avance lentement jusqu’au miroir, qui ne contient actuellement aucune eau. Sur le côté, la petite source laisse ensemble son bruit familier. Une main de chaque côté de la coupelle magique, je laisse mon regard dériver vers le vide, attendant l’arrivée de mon petit-fils.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 7 Juin - 15:05

quête PNJ

L'elfe à qui tu as demandé une audience réapparait devant toi après une demi-heure d'attente et t'indique de le suivre. Il t'emmène jusqu'à l'entrée de la clairière où se trouve ta grand-mère, qui étrangement ne te prends pas dans les bras, contrairement à son habitude. Elle te semble particulièrement distante et cérémonieuse.

Information : Lui parler de la pierre étrange tout de suite ou bien tenter de comprendre ce qu'il lui passe par la tête ?

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 7 Juin - 15:25

Une demi-heure d'attente avant que l'elfe ne revienne finalement vers moi pour m'annoncer que je dois rejoindre ma grand-mère dans la clairière où elle a l'habitude de se trouver, là où se trouve son miroir. Après avoir trépigné sur place durant tout ce temps, je ne met que quelques minutes à rejoindre la dite clairière, en ayant bien assez d'attendre. Pour voir ma grand-mère? Sincèrement, je n'ai absolument pas la tête à la famille ici et maintenant, qu'elle s'occupe de me dire à quoi sert cette maudite pierre et ce sera déjà pas mal. Et ça tombe bien, elle n'a pas l'air décidée à se la jouer famille aujourd'hui non plus. Tant mieux.
Je sors ma pierre de ma poche avant de tendre la main vers elle pour la lui poser dans le creux de la main avant de croiser de nouveau mes bras sur ma poitrine, me contentant d'un salut rapide. Je suis fatigué, j'ai toujours aussi mal à cette maudite épaule, je m'inquiète encore un peu pour mon frère et j'ai juste envie de me trouver une auberge où passer la nuit, alors je passerais au dessus de l'amabilité.

"Tu sais ce que ça peut-être que ça? Et surtout à quoi ça peut bien être utile? J'suis pas très versé dans les objets magiques."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 13 Juin - 14:49

 
l'arc de Bregil part. 2
 

D’un geste de la tête, je remercie l’elfe qui a conduit mon petit-fils par ici et je place mes mains de chaque côté de la coupe de pierre qui me permet d’avoir des visions du futur. J’en ai eu une, il y a peu, alors que je dormais, m’indiquant que c’est ici que je devrais me trouver la prochaine fois que je verrais Elladan. Il y a ces choses qui sont, ces choses qu’on pressent et qu’on doit absolument résoudre, de la manière dont elles nous ont été montrées. Je ne peux bouger de cette voie. Certaines choses sont immuables, d’autres peuvent être adaptées grâce à ce petit grain de sable qu’on appelle le libre arbitre. Tant de choses, tant d’images qui se mèlent dans ma tête en ce moment. Cet endroit a toujours été l’un des pires pour moi, pour ces visions qui hantent mon esprit. Ici, j’ai du mal à savoir quelles sont les pensées qui viennent de moi et quelles sont celles qui finissent par être des prophéties. Lorsque je suis en Caràs Galadhon, des rêves hantent mes nuits, des rêves aussi contradictoire que totalement étonnants, et je ne sais jamais en me réveillant s’il s’agissait des divagations de mon esprit ou bien de visions envoyées par la proximité de ce miroir auquel je suis tellement liée. Je suis préoccupée, et je reste perdue dans mes pensées durant quelques instants avant que la voix d’Elladan ne me fasse revenir au moment présent.

Mon regard reste vague, et je maintiens mon masque de Dame pour ne pas qu’Elladan voit que son attitude, au fond, me blesse. Nous sommes de la même famille et nombreuses sont les fois où nous avons passé du temps ensemble, où nous avons créé tous les deux des souvenirs et des choses que nul autre ne sait. Un instant durant mon esprit se rappelle de cette fois où nous avons cassé une partie du salon avec les feux d’artifice de Gandalf pour détruire une des œuvres particulièrement laides que Celeborn aime à ramener chez nous. Mais, je n’ai même pas le droit à un bonjour ni même une accolade. Voilà qui ne donne pas envie de l’aider à continuer sa quête. Pas du tout même. J’ai beau être une elfe plurimillénaire, avoir vu des choses inimaginables pour le commun des mortels, il y a toujours certaines choses qui restent importantes à mes yeux. Et, le minimum de politesse indispensable serait au moins de saluer la personne qu’on a en face de soi avant de commencer à lui poser des questions sur ce qu’on vient chercher.

Mon regard d’un bleu si clair qu’on croirait y voir un ciel d’été se baisse pour se poser sur la pierre et je fronce les sourcils. Ma main se tend pour la prendre et son contact glacé me fait frissonner. Je la tourne dans mes doigts durant quelques minutes, attentive à sa forme et la façon dont elle a été taillée, avant de soupirer, un sourire amusé sur mes traits :

- Ce n’est pas une pierre magique, c’est une clef. Sa forme a été soigneusement étudiée pour qu’elle entre dans une serrure. C’est très certainement du travail de nain, pour garder un tombeau ou une caverne au trésor.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 13 Juin - 14:51

quête PNJ
 

Tu as donc trouvé la clef d'un endroit que tu ne connais pas. Il ne doit pas exister grand nombre d'endroit qui peuvent s'ouvrir avec une clef comme celle-ci, mais tu n'en connais pas.

Information :Que décide-tu ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 10 Juil - 11:16

J'ai vu tant de morts au cours des derniers jours que cela influe sur mon humeur sans que je ne l'ai véritablement décidé. On pourrait penser qu'après deux millénaires de combats, je soit suffisamment rodé aux affres de la guerre pour passer au dessus de tout cela sans m'en préoccuper, mais, si certains de nos anciens savent le faire à la perfection, je ne reste dans ma tête qu'un gamin perdu face à toute cette violence. Un gamin perdu qui revit la disparition de sa mère à chaque conflit, et se forge un masque dépourvu de sentiments pour éviter de subir les efforts de ses proches pour le raisonner. Les cauchemars que je fais chaque soir sont eux bien réels, et si j'en avais presque oublié la saveur au cours de ces nuits passées près de Elinà, ils n'ont pas attendu longtemps pour me revenir en pleine face dès lors que j'ai repris la route sans elle.

Cependant, l'attitude de ma grand-mère, d'ordinaire si prompt à briser ce masque que je porte pour parvenir à lire dans mon cœur comme dans un livre ouvert, fait hésiter mes défenses, et j'ose un instant me demander ce qu'elle a pu voir de si noir pour rester ainsi distante.

En attendant, je lui confie la pierre que j'ai trouvé, appréciant de la voir enfin sourire, même si cela doit être sur ma bêtise, quand elle me dit que ce n'est pas une pierre mais une clef. Une clef d'ouvrage nain, certainement pour ouvrir un tombeau ou un trésor. Peut-être les deux, les connaissant. Je reste un instant songeur, répétant ses paroles dans mon esprit pour ne pas en perdre le moindre détail, avant de reprendre doucement la clef qu'elle me tend dans sa paume ouverte et m'avancer vers elle des quelques pas qui nous séparaient pour poser ma tête dans le creux de son épaule, décidant de relâcher la pression du guerrier qui m'habite. Les elfes n'ont pas pour habitude d'être tactiles, mais depuis la perte de ma mère, j'ai laissé ma grand-mère prendre la place pour certaines choses, comme réconforter l'elfling que je reste au fond de moi quand les choses le dépassent.

"Je l'ai revue. J'ai revécu cet instant, cette peur et ce désespoir. Il s'en est fallu de peu qu'Elrohir ne perde Valaina, et je crois que tout ce que nous ne voyons, l'un comme l'autre, était l'exacte réplique de ce qui s'est passé quand elle ..."

Je ne finis pas ma phrase, n'en trouvant pas la capacité et sachant parfaitement que ma grand-mère sait de quoi il en retourne. C'est de sa fille que l'on parle, après tout, et ici et maintenant, la culpabilité de rouvrir cette plaie dans son cœur vient s'ajouter à celle, jamais partie, de n'avoir pu la lui ramener. L'on a beau avoir entendu au cours des cinq derniers siècles que nous avions fait notre possible pour sauver notre mère, c'est une culpabilité qui ne me quittera jamais, et un souvenir si vivace qu'il refait surface dès lors que je revis une situation similaire. Il m'a fallu des siècles pour oser regarder mon père en face après cet échec, et je n'aurai sans doute plus jamais été capable de croiser mon frère de nouveau si nous avions échoué à sauver Val', tout comme je sais que j'en mourrai s'il arrivait une telle chose à Elinà.

Je finis par me redresser légèrement, me reculant de quelques centimètres pour essayer de me libérer de l'étreinte de ma grand-mère avant de jeter un œil à la main que j'ai refermée sur cette "clef" avec tant de force que mes jointures en sont blanches. Je cligne des yeux plusieurs fois pour en chasser les dernières larmes, croisant le regard de ma grand-mère pour la remercier silencieusement d'être toujours autant là pour moi avant de reprendre ma mauvaise habitude à faire passer le "boulot" avant les sentiments pour ne pas m'y perdre trop profondément.

"T'as une petite idée de l'endroit que ça peut ouvrir? Erebor et la Moria mis à part, je ne connais rien aux royaumes nains. Tu me connais, demande moi l'emplacement exact de tous les trous de gobelins qu'on a pu vider dans les montagnes, je te les donnerai, mais jusqu'à il y a peu, je suis certain que j'aurai su me perdre pour rejoindre Erebor depuis les bois de Thranduil."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 23 Juil - 15:52

 
l'arc de Bregil part. 2
 

Froide et distante, perdue entre le présent et le passé, mon regard est perdu dans le vide. En cet endroit, je n’ai que plus de mal à rester concentrée sur le présent. Les images vacillent à la limite de mon esprit, d’autant plus que mon regard est attiré par l’eau dormant dans la coupelle qui me permet d’utiliser cette magie. Si je n’avais pour habitude de garder mon anneau à mon doigt en permanence, je crois bien que je l’aurais retiré, afin de me désensibiliser de ces visions qui ne demandant qu’à exploser dans mon esprit. Mes doigts jouent avec la pierre donnée par Elladan, et certaines images, liées ou non à cet objet, emplissent mon esprit. Ma voix me parait distante et lointaine, presque prophétique, alors que je réponds aux questions d’Elladan sur l’objet. Oh, cette pierre a été polie, elle a été parfaitement taillée, et si je ne vois où il faut la mettre…

Une main attrape l’objet et le jette en l’air. Le nain a un air arrogant et un sourire fixé sur ses lèvres charnues alors qu’il observe l’elfe en face de lui. Il se rengorge, certainement de voir que ceux qui ont pourtant tant de talents en forge et en joailleries ont besoin de lui. Qui il est ? Oh, ce n’est pas la question.

L’image s’envole, et je tressaille avant de resserrer mes doigts vivement sur l’objet. Machinalement mon regard se pose sur Nenya et je prends une grande inspiration.

- Tu es sûr que ça va fonctionner, nain ?
Celui-ci éclate de rire. Les intonations étonnamment cristallines emplissent mon esprit et un sourire nait sur mes propres lèvres. L’elfe, quand à lui, semble inquiet. Il sort une bourse de sa poche et la jette au nain.
- Très bien. Voilà ta récompense.
- Tu pourrais tout de même me remercier. Construire une caverne et une clef aussi parfaite en à peine dix ans…
- N’abuse pas de ma patience. La clef.
L’elfe tend la main et le nain lui jette le caillou, d’un air bien moins affable. Il contemple l’elfe en face de lui avec un air étrange, comme si un ressentiment était à deux doigts de le faire exploser. Finalement, il soupire et se détourne, sur une dernière phrase.
- La prochaine fois que nous nous croiserons, Elfe, nous serons ennemis.


Je titube et m’agrippe au rebord du rocher où est posée la coupelle en argent. Oui, c’est une clef. Ce qui semble étrange, cependant, c’est que je n’arrive pas à voir où cela mène. Mon attention se reporte sur Elladan, qui n’a certainement pas remarqué ces quelques secondes d’égarement dans lesquelles je me suis perdue. Voilà qui est étrange, avec ces visions. Elles me semblent durer parfois de longues heures, mais en réalité quelques secondes suffisent pour que mon esprit voie tout. Les paroles d’Elladan, cependant, réveillent en moi bien pire que ces visions fugaces que je peux avoir en cet endroit, et je me fige totalement, semblable à une statue lorsque je réalise qu’il parle de ma fille. Si son attitude jusque-là a su éviter mon courroux, malgré le fait qu’il ne m’ait pas saluée, se contentant de m’envoyer ses questions à la figure comme s’il n’était là que pour ça, le fait qu’il mentionne ma fille me glace au plus profond de moi.

Une seconde qui me parait une minute. J’ai l’impression d’être glacée alors que les images, alors que mes souvenirs reviennent à l’assaut. En temps normal, je sais maintenir très loin ces évènements passés. J’ai appris à me murer contre ces malheurs, comme lorsque j’ai perdu mes frères. Mais… Cela. Non, je ne peux le tolérer. De la colère envahit mon cœur gelé et je me rengorge pour tenter de reprendre mes esprits. La haine et les tourments qui découlent de ce jour sont dangereux. Oh, pas pour moi. Non, cela fait bien longtemps que j’ai compris que jamais je ne pourrais me pardonner ce qui est arrivé à ma fille. C’est de chez moi qu’elle partait. C’est ma faute si elle n’a pas eu l’escorte qu’il lui fallait. J’ai été trop faible et son merveilleux regard bleu a su faire passer au second plan mes inquiétudes à ce sujet. Celebrian a toujours été téméraire, et elle a toujours été mon unique faiblesse, l’unique partie de mon existence à qui je ne pourrais jamais dire non.

Si durant ces cinq derniers siècles j’ai su me montrer maternelle avec les jumeaux et Arwen, si durant toute cette période, en façade, je semblais prendre bien cette épreuve, bien peu s’aventurent aujourd’hui à mentionner Celebrian dans les conversations, y compris Celeborn. Je crois qu’il a compris bien avant moi que jamais je ne m’en remettrais, que jamais je n’accepterais de me pardonner ou de passer au-dessus de cette épreuve. Celebrian était mon unique rayon de soleil, et aujourd’hui encore, lorsque j’y pense, mon cœur se glace et une colère sans fin m’envahit. Je n’ai jamais pu pleurer son départ. Aucune larme de tristesse n’a jamais quitté le refuge de mes yeux. Je n’ai même pas su évacuer mon amertume. S’il recherche le réconfort aujourd’hui, il ne l’aura pas de moi. Je ne le peux.

- Tais toi.

Ma voix claque comme un fouet. C’est un regard vide de tout sentiment, que je sais particulièrement effrayant, que je pose sur mon petit-fils, le jaugeant de haut en bas. Je laisse le silence s’épaissir volontairement jusqu’à le voir paraitre mal à l’aise, puis je reprends.

- Tu sais que tu ne dois pas la mentionner face à moi. Je me moque de ce par quoi tu as pu traverser ou de ces peurs qui ont pu envahir ton cœur. On ne mentionne plus le nom de ma fille devant moi. Tu n’es pas le seul à souffrir, tu n’as pas le monopole des souvenirs douloureux ou de cette tristesse qui semble sans fin. Tais-toi avant d’aller trop loin et que je doive te faire quitter ces lieux entre deux gardes. Ce sujet est clos.

Je le toise de haut en bas avant de le laisser, enfin, reprendre la clef naine. Sa question sur l’endroit qu’elle ouvre me laisse songeuse. De ce que j’ai vu il y a peu de chance que l’endroit se trouve dans un royaume nain. Je tends la main vers la coupe en argent devant moi et je la soulève pour renverser son contenu sur l’herbe luxuriante du sol. Une fois l’objet remis à sa place, mes pieds nus s’éloignent d’Elladan et je me dirige vers la petite source qui se trouve à côté de l’escalier. Là, je remplis une cruche ouvragée et reviens vers le centre de la clairière.

- Il te faut regarder par toi-même pour avoir la réponse à cette question. Je crois cependant que les royaumes nains n’auront pas à souffrir de la visite de l’un des fils d’Elrond pour le moment.

Droite et fière, je remplis le miroir et recule d’un pas pour laisser à Elladan la possibilité de s’avancer pour plonger son regard dans l’eau. De toute façon, quoi qu’il voit, je le verrais aussi.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 21 Aoû - 10:55

Je tend le bras vers ma grand-mère lorsqu'elle semble vaciller sur ses appuis, n'ayant cependant pas le temps de l'aider vraiment qu'elle s'est déjà rétablie par elle même, avant qu'elle ne se déchaine littéralement sur moi, peu certain de la réaction à employer en réponse à ses paroles. D'ordinaire, elle est celle à qui je peux confier mes craintes, et parfois celle qui m'offre les siennes, sur ce sujet, lorsque nous nous retrouvons tous deux comme la grand-mère et le petit fils que nous sommes. Alors, si j'ai tendance à éviter de parler de ma mère parce que je sais que cela remue le couteau dans la plaie de chacun de nous - même si d'habitude je peux sans mal parler de mes cauchemars à l'elfe face à moi -, je ne l'ai jamais éviter pour éviter de me faire agresser de la sorte par la personne de ma famille que j'apprécie et respecte le plus, peut-être même plus que mon frère, par moments.

Je baisse le nez au sol en guise d'excuses, mon regard soudain attiré par les dernières plaies de mes bottes usées qui mériteraient un peu plus de soins que ce que je leur offre, tout en me disant qu'il n'est peut-être pas jour à lui parler de Elinà et de nos projets de mariage. Galadriel ne semble pas dans les meilleurs humeurs pour entendre parler du bonheur de quelqu'un, alors même que je me faisait une joie de venir lui annoncer la nouvelle comme le gamin d'un siècle que je sais parfois encore être, au milieu de tous ces combats qui ont parfois tendance à me laisser aigri. Oui, l'idée d'abandonner cette guerre et retourner à Imladris aux cotés de ma belle m'a plus qu'éffleuré l'esprit et aujourd'hui, il ne faudrait pas une grande dose de persuasion à l'elfe de ma vie pour me convaincre de poser les armes. Imladris, ma prochaine destination, si les Valars le veulent, car rester plus longtemps loin d'Elle me devient de plus en plus insupportable à chaque jour et chaque nuit hantée de cauchemars qui passe.

Perdu dans mes pensées, je ne vois même pas ma grand-mère préparer son miroir, et sursaute même lorsque sa voix, heureusement pus calme désormais, résonne de nouveau dans l'air entre nous. Je relève le nez devant elle, non sans aller jusqu'à croiser son regard - ah il est beau le prince elfe! - avant de la rejoindre face à la coupole pour observer l'eau. Tant mieux si les royaumes nains n'auront pas à souffrir de ma venue, ils sont bien trop loin au nord et à l'est, moi, c'est l'ouest qui m'intéresse ici et maintenant. L'est et les yeux verts d'une jolie elfe...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 26 Aoû - 23:32
Suite à la refonte totale du système de quête, cette quête est archivée.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Les membres du CEP frappés d’interdiction de départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Archives Rp-
Sauter vers: