Mon frère, je ne sais si je peux te laisser y aller... [la pile]

 ::  :: Les Archives :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 28 Fév - 22:13
Et si nous partions un peu dans le passé ? Et si nous laissions les mois s’égrener en arrière pour nous retrouver à un moment important, un moment où une vie peut basculer. En ces temps troublés, Alcarin était encore à Dol Amroth, et notre relation si fraternelle était au beau fixe. Les fiançailles arrangées qu’on m’avaient imposées avec Niniel étaient oubliée, du moins la tension qui avait habité notre relation, à mon frère et moi s’était estompée lorsqu’Alcarin avait réalisé que je n’étais pas du tout enjoué à cette idée, bien au contraire. Le temps avait effacé la cicatrice dans son cœur, et les jours à voir Niniel comme étant non plus mon amie d’enfance mais ma fiancée avait créé quelque chose, dans mon cœur. Un sentiment qu’en cette époque je ne m’expliquais pas. Mais, à Alcarin, j’avais promis une chose : je prendrais soin de Niniel, envers et contre tout. Parce que, me mettre entre eux, me retrouver incapable de choisir ma propre vie… C’était douloureux. En fait, je savais que je me fiancerais à quelqu’un, sans l’avoir choisie, mais… Niniel ? Réellement. Je n’étais pas tout à fait sûr de moi, à l’époque, et l’éloignement d’Alcarin avait été un couteau qu’on retournait dans une plaie déjà béante.

Mais, alors que nous sommes tous les deux penchés sur un plan de la Terre du Milieu, où de petites figurines en fer forgé rouges représentent l’avancée des ennemis de mon père, tout ceci est oublié. Tout est effacé et le monde tourne un peu plus rond. Le monde avance un peu mieux, et nous avons tiré un trait sur tout ça. Et là, nous sommes face à une décision épineuse, une décision que je dois prendre, mais à laquelle je n’arrive pas à réfléchir. Depuis quelques mois, c’est la vie de mon père, qui représente le soldat de plomb noir, centré à Dol Amroth. Aujourd’hui, nous venons de dénouer, à nous deux, un complot contre sa vie, et alors que nous sommes penchés sur la carte, plusieurs figurines sont allongées, représentant les arrestations qui ont eu lieu. Si la plupart de celles encore debout ne sont pas réellement importantes, l’une d’entre elle que nous décalons sur le côté nous intéresse particulièrement.

- Il faut envoyer quelqu’un à sa poursuite.

Mais qui ? Personne, en dehors de nous deux n’est capable de comprendre la totalité de cette affaire. Car, en dehors de nous deux et de Père, personne ne savait pour ce complot. Aujourd’hui, je ne sais qui choisir.

- Eldred est un bon choix, qu’est-ce que tu en pense ? Mais, est ce qu’on pourra tout lui dire…

C’est une autre histoire. Eldred est un des capitaines de la garde, un homme fiable et intègre. Lui et son frère Dastan sont les deux meilleurs éléments de notre garde. Mais, peut-on leur dire tout et les envoyer comme ça ? Peut-être pas. De plus, Père va avoir besoin de protection, et je n’ai d’autre nom en tête que ceux de ces deux-là pour cette tâche. C’est une solution inextricable.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 3 Mar - 10:15

 
A-t-on réellement le choix?
 

Je lui en ai voulu. A mort. Pour tout dire, intérieurement, je lui en veut encore. Même si je sais qu'il n'est en rien responsable de la décision de son père. Les grands décident, le monde obéit, et je savais depuis longtemps que le couperet nous tomberait un jour dessus, à Niniel et moi. Aujourd'hui, si j'ai du continuer à avancer tout de même, il y a des choses que je ne parviens pas à accepter, tout de même. Entendre Adrahil évoquer Niniel, les voir ensemble, et, pour finir, croiser la jeune femme que l'on m'a enlevé contre mon gré. C'est une plaie assez béante pour ne pas y remuer davantage le couteau en me berçant d'espoirs inutiles, et, aussi stupide que soit cette décision, je préfère l'éviter autant que faire se peut.

Enfin, aujourd'hui que Adrahil et moi sommes penchés sur une carte détaillée de la Terre du Milieu à parler complots et stratégies, Niniel est loin de mes pensées, ce qui me va plus que de raison. Je décale l'une des figurines en fer forgé représentant nos ennemis afin d'accorder sa position aux dernières nouvelles qui nous sont arrivées à son sujet, et il n'en faut pas plus pour qu'Adrahil me dise qu'il va lui falloir envoyer quelqu'un à sa poursuite. Je le regarde en coin avant de retourner à l'étude des dernières positions relevées d'autres hommes, moins préoccupants que celui-ci mais à ne pas perdre de vue tout de même, alors que le jeune prince me parle d'Eldred, l'un de ses capitaines, comme "bon choix". Je ne sais pas. Si l'homme n'a pour le moment jamais failli à sa tâche, je sais qu'il n'est jamais bien loin de son frère, avec qui le courant passe beaucoup moins entre nous. Lui, en revanche, aussi loyal soit-il, je le voit parfaitement en dire trop avec deux verres dans le nez et une catin de trop dans les bras... on ne peut pas être parfait dans tous les domaines, c'est certain.

"Tu veux que je te dise? J'ai pas particulièrement envie de passer trois jours à expliquer tous les détails de sa mission à un homme pour qu'il n'en saisisse que la moitié. Non pas que je doute d'Eldred, mais ce sont des semaines, voire des mois de complots à lui expliquer en trop peu de temps, et aucun homme n'est capable d'assimiler tant d'informations en si peu de temps... Non, il nous faut quelqu'un qui soit trempé dedans depuis le début..."

Et je ne donnerai pas toute ma confiance à Dastan, non plus, mais ça, je pense que ce n'est pas nécessaire de le préciser, Adrahil me connait suffisamment pour avoir senti le sous-entendu.
Mon regard soutient celui du prince alors que l'expression de son visage me montre qu'il comprend aussi vite que moi le choix qui s'impose donc face à nous. "Quelqu'un qui soit trempé dedans depuis le début", cela revient à Adrahil, son père et moi, et personne n'a jamais eu la stupidité d'envoyer un prince dont la tête est plus que mise à prix vu les dernières tentatives d'assassinat à son égard, ni son seul héritier, dans la gueule du loup.

"Bon bah je crois que ça ne laisse que moi ... Ça tombe bien, j'avais prévu d'aller prendre l'air."

Être sarcastique ne me réussit pas, comme il aurait fallu qu'il soit totalement ailleurs pour ne pas deviner la raison pour laquelle je souhaiterais ici et maintenant être ailleurs que dans cette cité... Après tout, nous avons toujours su lire l'un dans l'autre comme dans des livres ouverts.

 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 4 Mar - 0:00
Les paroles de celui que j’ai toujours considéré comme un frère résonnent à mon oreille alors qu’il fait simplement échos à mes propres pensées, et un sourire amère monte à mes lèvres. Qui, alors ? Je ne peux me passer de personne, et prendre le temps d’expliquer toute cette histoire à quelqu’un d’extérieur… C’est une idée tout ce qu’il y a de plus stupide. Ce serait long, ce serait compliqué, et envoyer quelqu’un sans informations, je préfère ne pas y penser. Non, vraiment c’est un mélange inextricable dans lequel je suis pris pour le moment, et ces pensées noires me donnent la migraine. Si nous avons déjoué le complot, nous savons qu’il reviendra, cet homme. Lui ou un autre, en fait, peu m’importe. Ils reviennent toujours, ceux qui en veulent à notre famille et à sa position si particulière au Gondor. Je retiens un soupir, me laissant aller sur un fauteuil, mes coudes sur mes genoux, ms mains nouées devant ma bouche, un air profondément pensif sur le visage. Qui ? Eldred et son frère sont petit à petit devenus les gardes du corps de Père, et je ne sais si je peux le priver de ces deux hommes en qui il a confiance.

- Non, nous n’avons pas le temps. Nous n’avons le temps de rien. Nous aurions du mettre quelqu’un d’autre dans la confidence.

Je soupire un coup et je secoue la tête une nouvelle fois. Je n’ai pas l’habitude d’être mis face à ce genre de situation inextricable. Mais, je ne sais pas… Je ne sais pas comment est-il possible d’avoir confiance en quiconque. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi… Pourquoi ne peut-on pas laisser Dol Amroth et ses dirigeants vivre tranquillement… Est-ce trop demander ? est-ce trop espérer ?

Mon regard se tourne vers mon frère, alors qu’il reprend la parole, et je fronce les sourcils. Attendez, il vient de dire quoi, là ? Il vient de … Non, ce n’est pas possible.

- Il est hors de question que je te laisse aller courir à ta mort pour ça, mon frère. Je préfère encore y aller moi même.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 4 Mar - 1:17

 
A-t-on réellement le choix?
 

"Et Dol Amroth sera dans de beaux draps si t'en reviens pas. Je préfère jouer les espions de substitution que les héritiers de substitution, tu vois."

Mon ton est plus sec, plus cassant, que je ne l'aurai voulu, mais a au moins le mérite d'être clair. Cette option n'est même pas envisageable à mes yeux. Même si une part de moi lui en veut et lui en voudra surement toujours concernant Niniel, et que je compte pas particulièrement être invité ni au mariage ni aux réunions de famille, je ne peux pas sciemment le laisser aller au devant du danger alors que je peux parfaitement y aller moi-même. Sincèrement, à force, faire passer les autres avant soi, c'est chiant, vraiment, mais j'y peux rien, je suis comme ça. Et ça me perdra, ça aussi j'en ai pleinement conscience. Sauf qu'à la limite, moi, on s'en fout les gens, j'ai pas l'avenir d'une cité sur les épaules et je ne l'aurait jamais.

"Enfin, vas-y, vas expliquer à ton père que tu comptes te rendre dans la gueule du loup pour m'empêcher d'y tomber moi-même. Je doute qu'il ai un discours très différent de celui que j'ai à cet instant. Tu es un prince, et je ne suis que ce que tu décide de faire de moi, l'ordre des priorités est rapidement établi."

Je le regarde droit dans les yeux à présent, les bras croisés sur ma poitrine alors que tout dans mon attitude le met au défi de trouver un argument allant contre ma logique. Et qu'il fasse gaffe s'il sort le mauvais, je pourrais bien lui rappeler qu'il n'a jamais su esquiver mes crochets du droit...
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 4 Mar - 23:33
- Oh, arrête…

Il parle et je me tais avant d’entendre sa phrase suivante. Là … Là il va trop loin, beaucoup trop loin. Je ne peux pas tolérer qu’il me considère comme étant une petite chose fragile. Qu’il mette à nouveau mon père dans cette histoire. Parce que, je sais de quoi il s’agit en réalité.

- bah au moins ce sera toi qui sera fiancé à Niel comme ça, c'est ce que tu veux non ?

Les mots sont sortis avant que j’ai le temps de les retenir. Je me relève et je plonge mon regard dans le sien, alors que je le vois raide comme un piquet. Je l’attrape par le col pour approcher son visage du mien, une soudaine colère envahissant mon être tout entier. Comme si j’avais cherché à me mettre entre eux deux… Comme si j’avais voulu quoi que ce soit de ce qui arrive en ce moment. Ce mariage, ce complot, toutes ces histoires…

- Ose me dire que ta soudaine envie d’aller au casse-pipe n’a rien à voir avec ça ? Ose me dire que tu ne m’en veux pas, alors que tu sais parfaitement que j’ai tout fait pour que Niel et toi ça marche. Je t’ai anobli pour que tu sois un bon parti pour elle, je t’ai laissé toute la place, et j’ai même supplié Père de rompre ces fiançailles dont je n’ai jamais voulu. S’il faut que je parte à la poursuite de cet espion, quitte à me faire tuer, pour que tu comprennes que je te laisserai ma place sans hésiter une seule seconde, crois-moi bien que je me passerais de l’avis de mon père et que j’irais après t’avoir assommé suffisamment fort pour que la mission soit terminée quand tu te réveilleras, même si maintenant que nous sommes fiancés, je commence à ...

Je m'interrompt, sans pourtant lâcher le col de celui que je considère comme un frère depuis ma plus tendre enfance, et c'est avec une expression de dégout sur le visage que je reprends :

- Je commence à avoir l'impression que tu ne sais que tirer un trait sur le passé que nous avons construit pas à pas ensembles, pour grandir et nous construire en tant qu'hommes, tout ça à cause d'une fille, mon frère.

A mes yeux, aucune fille ne vaut la peine que nous nous séparions. Aucune. J'irais au bout du monde pour lui. J'irais au bout du monde, mais je ne suis pas certain qu'il arrive à le concevoir.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 5 Mar - 10:45

 
A-t-on réellement le choix?
 

Je soutiens son regard alors qu'il se rapproche dangereusement de moi, sa main accrochée au col de ma chemise, et je le laisse parler sans l'interrompre, sachant parfaitement que je n’aurai de toute façon aucune chance de le faire s'il ne l'a pas décidé. Lui et moi avons bien trop de points communs, au final, et j'ai l'impression que le monde a décidé de s'en jouer plus que de raison.
J'hésite un instant à lui coller ma main dans la figure avant de renoncer, pour une raison autre que le fait qu'il soit bien trop proche de moi en cet instant pour pouvoir lui en coller une proprement, bien sur. Quoique, ça a peut-être joué.
Je baisse un instant le regard avant de lui répondre d'une voix trop calme, tranchant avec la sortie de sa petite crise de nerf.

"Ce n'est pas juste 'une fille', et tu le sais aussi bien que moi."

Je redresse le regard vers le sien en tentant un pas en arrière pour me défaire de sa prise sur mon col avant qu'il ne m'étrangle pour de bon avant de continuer, l'arrêtant d'une main à demi levée comme je le sens prêt à renchérir aussi vite.

"Toi, arrêtes. Il n'y a pas que nous deux dans le royaume, et vu o combien m'apprécie sa mère, je pense que Niniel serait fiancée à la moitié du pays avant que je n'arrive en haut de la liste. Prévoir autant de meurtres, ça me fatigue d'avance..."

Ma main rejoint son épaule alors que je sens la tension entre nous redescendre d'un cran. Là, tout de suite, je n'ai pas envie de me battre. Pas contre lui. Mais s'il ne veut rien entendre, je lui offrirai son scénario à l'envers. C'est moi qui l’assommerait, et il va dormir un moment.

"Même pour elle, je ne comptes pas te laisser aller au casse-pipe sans rien faire. Tu l'as dit, tu es mon frère, et même si je t'en veux plus que de raison à propos de cette histoire, me débarrasser de toi n'est pas encore dans mes projets d'avenir. Mais... j'ai besoin de me retrouver seul avec moi-même, et ce n'est pas ici que j'y arriverais. Laisse moi faire d'une pierre deux coups et en profiter pour offrir à Niniel la seule chose que tu ne pourras jamais lui apporter. La sécurité."

Oh oui, il a tiqué, je l'entend de là me faire le discours sur ses capacités militaires et celles de ses soldats. Je les connais par cœur, pas besoin d'un résumé. J'ai appris à me battre à ses cotés, et j'ai été de chacun des plans de bataille de son armée. Je connais parfaitement les capacités de la cité. Sauf qu'à coté de ça, les complots contre son père, et par extension sa famille, sont de plus en plus réguliers et de plus en plus tordus à déjouer ...

"Il n'y a pas endroit plus dangereux dans la cité qu'au sein de ta famille, ne le nie pas. Un complot visant ton père ne peux que te viser toi et les tiens. Et je ne compte pas rester sagement ici à regarder le jour où elle sera le dégât collatéral d'une action à ton encontre."

C'est ça d'avoir grandi quasiment au sein de cette famille - par nourrice interposée, m'enfin, l'idée est là -, j'ai bien retenu ma leçon, et j'en serais presque à mettre Adrahil au défi de me prouver que j'ai tord.

"Et puis après tout, je ne vois même pas pourquoi on en discute. Je le trouve, je l’abats,je reviens... Ce n'est pas la mer à boire. Enfin, sauf quand on tient aussi mal à cheval que toi, bien sur!"

Ouais, bon, je suis peut-être moqueur pour rien. Il sait presque monter à cheval quand même, lui manque juste la leçon "rester sur la selle"... ok, je vais voir ailleurs, c'est ça?
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 6 Mar - 0:45
Si, ce n’est qu’une fille. Certes, il a l’air bien accroc, mais… Mais toute cette histoire nous dépasse, elle nous a toujours dépassée. Mon regard se pose dans le sien et ne le quitte pas, alors que je serre les poings. Il laisse… Il laisse les choix d’autres personnes venir ternir notre relation, cette relation de frères que nous avons eue depuis notre plus tendre enfance. Nous avons eu la même mère, comme la mienne est morte en couches, nous avons grandi comme des jumeaux, et jamais nous n’avons remis ceci en cause, jusqu’à du moins que mon père accepte de me faire épouser la fille de son conseiller préféré, mort depuis un moment. Depuis… Depuis tout est en train de partir en live complet, et je ne contrôle plus rien. Niel m’évite, Alacarin est en train de crever de jalousie et moi… Moi j’aimerai tellement revenir en arrière… Tout recommencer.

Il essaie de me calmer, et je le vois. Je le sais, mais je n’y suis pas sensible. Je ne suis pas là pour me calmer. Mon frère, la seule personne qui a toujours été là pour moi, la seule personne qui a toujours fait en sorte d’être totalement sincère avec moi, il se trouve incapable de me pardonner pour quelque chose que je n’ai pas choisi.

- Tu as…

Je secoue la tête de droite à gauche et je recule d’un pas pour m’éloigner de lui, et je n’ai pas envie d’être là. Je n’ai plus envie d’être là et je croise les bras pour observer Alcarin, un air profondément dégouté sur le visage. Je lève les deux bras et je rends les armes.

- Je n’ai jamais eu l’intention de mettre Niel en danger. Jamais. Je n’ai pas choisi cette foutue histoire de fiançailles. Je savais que je finirais par épouser quelqu’un que je n’ai pas choisi. Je le savais parfaitement et je n’ai jamais rien fait pour l’éviter. Mais je n’aurais jamais pensé que ce serait Niel. Je te l’ai dit, Alcarin. J’ai tout fait pour qu’elle soit à toi quand j’ai vu vos sentiments l’un envers l’autre évoluer.

Je soupire un coup avant de reprendre et de croiser les bras, sur la défensive. Non, je ne décolère pas.

- Si tu veux partir, alors pars. Mais, ne prends pas cette histoire de complot comme excuse pour t’en aller. Je refuse que tu y ailles. Je trouverais quelqu’un d’autre.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 19 Mar - 17:09

 
A-t-on réellement le choix?
 

Il m'énerve. Non, même pas. Il me donne juste envie d'aller m'en jeter un à la taverne, en fait. Même pas de l'énervement, plutôt de la lassitude, comme nous nous retrouvons une fois de plus dans la situation de savoir lequel de nous deux est la plus belle tête d’âne du duo. Et j'vous le donne en mile, ça peut durer assez longtemps pour qu'un elfe prenne peur de mourir de vieillesse avant d'en voir la fin.
Je décide donc de jouer la politique de l'autruche et un retrait stratégique de mes positions. Comme dirait l'autre, il faut savoir reculer pour mieux sauter. Je retourne donc examiner la carte sur laquelle nous planchions avant le début de cette discussion, à peu près comme si elle n'avait jamais eu lieu, à ceci près que je ne tarde pas à relancer Adrahil sur son choix d'homme à envoyer en avant.

"Bon, et bien, je te souhaite bonne chance pour réussir à faire rentrer tout ce que tu as à leur apprendre pour penser qu'ils parviendront à achever leur mission dans la tête de Dastan et Eldred. Sur ce coup-là, je t'abandonne. J'ai jamais su être fin politique, et si l'un des deux me fait le coup de me demander de lui réexpliquer trois fois un truc, j'vais en tuer un. Ça serait dommage, et puis, j'ai pas envie de nettoyer les traces de sang sur le tapis."

Je lui jettes un regard en coin alors que je ne peut empêcher l'ironie de faire surface, attendant sa réponse presque avec impatience. Bon, je vais définitivement devoir l'assommer ou il va me laisser m'en jeter un à la taverne, potentiellement en sa compagnie?


 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 22 Mar - 17:22
- Et bien, abandonne moi. Mais prends le temps de m’en envoyer un ou les deux au passage, comme ça je pourrais passer la nuit à leur raconter tout ce qu’ils ont à savoir. Comme tu viens de me le dire, je suis meilleur stratège politique que toi et je n’ai pas l’intention de te laisser prendre mes décisions à ma place. Je leur donnerai les informations nécessaires à leur mission.

Bras croisés, je n’ai rien à dire de plus, alors que mon ami de toujours me tourne le dos pour s’éloigner vers la porte. J’ai l’impression qu’il va trop loin, qu’il va beaucoup trop loin.

- Et ne profite pas que je serais occupé pour t’en aller. Je te poursuivrais jusqu’aux confins du monde pour te botter le train.

Cette fois, c’est mon tour de lui tourner le dos et de me pencher sur la carte pour l’observer, un air inquiet sur le visage. Je n’ai pas l’intention de pardonner à Alcarin son envie de courir au casse-pipe. En fait, je ne veux simplement plus le voir.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 31 Mar - 23:49

 
A-t-on réellement le choix?
 

Ok, j'ai définitivement besoin d'un verre. Si ce n'est pas la première fois que nous nous prenons le bec de la sorte, cette fois-ci a un goût amer de dernière fois que je ne saurais expliquer. La fois de trop, réellement? Je ne saurais le dire, et n'aurai pas à le dire pour l'heure, comme sa dernière recommandation fait écho à la pensée qui tourmente mon esprit. Profiter de la nuit pour prendre la route, connaissant parfaitement ma destination, en devançant les deux hommes que Adrahil compte envoyer à ma place pour cette mission qu'il juge trop dangereuse pour moi. Pas de quoi me sentir flatté, vraiment. Je suis aussi bon guerrier que lui et cela n'est pas la première mission dans laquelle je me retrouve. Ni la dernière, croyez moi bien.

Je lui envoie donc les deux frères avant de rejoindre mes appartements, où je prépare consciencieusement mon paquetage, éludant les questions de ma mère qui se demande où je m'en vais cette fois-ci. C'est que malheureusement pour moi, elle a eu vent de l'état actuel de mon cœur mis en miette et s'est chargée de me couver davantage qu'à l'habitude. C'est bon, j'ai plus cinq ans.

Une fois mes affaires prêtes, et la nuit assez tombée pour que je sache Adrahil occupé à tenter de faire rentrer quelque chose dans la tête de ses capitaines, je me dirige vers l'écurie où je selle rapidement ma monture avant de faire sortir les autres chevaux de leurs boxes histoire de créer assez d'animation pour pouvoir filer en douce - ce qui est totalement idiot, je le concède, vu que toute la cité ou presque dors, j'aurai aussi bien pu m'en aller sans rien dire à personne... - avant de monter sur l'étalon noir et lui faire prendre le galop en direction de la sortie de la cité.
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Je ne peux m'empêcher de facepalm '-'
» Je suis égoiste de vouloir te garder. Mais je ne peux te laisser à un autre. # Heather
» Une invitation que,malheureusement je ne peux refuser(PV HC)
» Je sais une église... écrit sans un seul O
» Je suis un peu Perdu..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Archives Rp-
Sauter vers: