Un petit déjeuner qui tourne mal [Pv Elladan]

 ::  :: Les Archives :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:30
Il y a un peu plus de mille ans

Quelques fois, mon frère et moi, on a des idées totalement farfelues, des trucs qui nous viennent, comme ça, sans qu'on sache réellement d'où ça sort. Ce qui est sûr, en tout cas, c'est que ça ne nous vient pas de notre père. Beaucoup trop coincé et borné pour arriver à comprendre notre énergie et notre besoin d'évacuer... Evacuer quoi d'ailleurs ? Nos idées débiles, peut être. Enfin, ce n'est pas que je n'apprécie pas Père, bien au contraire. Mais, parfois... Bon, d'accord : souvent : je pense que le poids de ses responsabilités lui enlève son sens de l'humour. Père est, d'un certain coté, un modèle à suivre, mais je ne sais pas réellement si un jour j'arriverai à sa cheville. Cette maturité qu'il possède... C'est quelque chose qui m'est totalement inconnu, et quelque chose qu'au fond de moi je n'ai pas du tout envie de voir arriver.
Quoi qu'il en soit, ce matin, nous étions en Lorien, pour passer quelques jours avec notre sœur et nos grands parents. Disons le clairement : Père en avait juste eu assez de nous voir nous amuser à faire du lancer de couteau dans les couloirs, et autres entraînements et concours improvisés tout aussi peu à leur place à l'intérieur d'une bâtisse. Alors, il nous avait chargé d'un message quelconque, et nous avait expédiés séance tenante à l'autre bout du monde. Mais, qu'on s'y tienne. Ce n'était pas parce que nous n'étions plus chez nous que nos idées allaient arrêter de germer dans nos têtes. Et puis, notre grand mère est adorable, une vraie perle. Nous allons certainement passer de bons moments ici.
J'avais peu dormi cette nuit, fixant le plafond et me demandant ce que nous allions bien pouvoir faire de notre journée, quand les premiers rayons du soleil entrèrent dans la chambre que je partageais avec Elladan. J'attrapais mon oreiller et le lançait au travers de la pièce, sur le lit de mon frère. Voyant qu'il ne réagissait pas, je me levais et me laissais tomber de tout mon poids sur lui.
Quelques grognements et un début de bagarre plus tard, je balançais mon idée, au milieu de deux éclats de rire :
- Dis, 'Dan, on va faire le petit déjeuner pour tout le monde ?
Ai-je oublié de préciser qu'à part le lapin rôtit nous ne savions rien cuisiner ? Bah, il devait bien y avoir des livres avec des recettes dans cette bâtisse... Non ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:31
Il semblerait que notre réputation ne soit plus à faire au sein de la cité d'Imladris, et pourtant, je trouve que ces derniers temps, mon frère et moi n'avons ab-so-lu-ment pas été au niveau auquel nous sommes capables de nous placer. Après tout, ce n'était qu'un concours de tir à l'arc dans un couloir, même si il se trouve qu'il y avait un vase au bout de ce couloir... remarquons que même Elrohir n'a pas réussi à le briser par accident, donc il n'y a aucun ennui à notre présence en ces lieux... Ouais, bon, je l'avoue, il y a peut-être eu aussi quelques couteaux en trop, un duel a l'épée à l'issue légèrement incontrôlée dans l'un des escaliers... rien de bien méchant en somme, on a pas fait la course sur nos montures au milieu des couloirs cette fois-ci.
Sincèrement, écoutez-moi encore deux minutes et vous jurerez que nous nous sommes assagis!

Tout ça pour dire qu'après une nouvelle tentative de notre père de nous mettre un peu de plomb dans la cervelle, il a abandonné une nouvelle fois, préférant nous envoyer un moment en Lorien, offrant quelque tranquillité à Imladris et lui-même, et comptant bien faire profiter Galadriel, Celeborn et cette pauvre Arwen (qu'il m'arrive de plaindre, réellement) de notre imagination débordante de créativité.
Bien entendu, le voyage ne nous a en rien empêché de réfléchir à d'autres idées, à garder précieusement pour notre retour - explosif, je l'espère, surtout si on remet la main sur le petit stock de pétards empruntés à Mithrandir il y a plusieurs saisons de cela, et jamais utilisés, en espérant que personne n'a mis la main dessus avant -, et c'est en faisant la course comme des fêlés que nous avons parcouru la distance entre Imladris et la Lorien, n'étant sans doute pas loin de mettre un nouveau record sur le temps mis pour parcourir cette route.

Nous sommes arrivés hier, et j'ai passé quasiment toute la nuit à dormir, trouvant dans mes rêves la meilleure inspiration pour d'éventuelles bêtises à inventer. Et à ceux qui me diront que je ferais mieux d'avoir des rêves un tant soit peu sérieux, je réponds que j'aime autant éviter de passer la nuit à combattre un troll ou une araignée géante. En plus de n'être absolument pas reposant, je vais finir par tourner barge si j'en vois trop. Un poids atterrissant dans mon dos me fait à peine réagir comme je sais clairement de toute façon de qui il s'agit. Du moins, jusqu'à ce qu'un poids vraiment conséquent n’atterrisse sur mon épaule, me tirant quelques grognements et un bras levé pour me débarrasser de l'intrus, sans succès hélas comme il s'accroche malgré que je me retourne totalement pour l'écraser.
"Rendre service de notre propre volonté? T'es pas bie... Ah ok, dit comme ça, c'pas une mauvaise idée en fin de compte. Le premier recouvert de farine de la tête aux pieds fait le trajet retour jusqu'à Imladris à l'envers sur sa selle!"
Je saute sur mes pieds, bousculant Elrohir, avant de sortir de notre chambre, le sachant sur mes talons.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:32
La réponse de mon frère ne se fit pas attendre : me repoussant, il jaillit de son lit, et je ne fus pas long à suivre, démarrant comme une fusée sur ses talons. J'aurais su... Je serais partie vachement plus tôt. Quand à son petit défi, je devais avouer qu'il ne me surprenait pas. J'avais eu quelques idées de ce genre là moi aussi, mais j'avais décidé d'attendre de voir s'il était partant. Une fois dans la cuisine, 'Dan partit sur les placards de droite et moi sur la gauche, et je fus l'heureux trouveur d'un énorme sac de farine.
Je me dirigeais donc, un pas après l'autre, sur la pointe des pieds, vers mon frère, et lui versait le sac sur la tête.
- Dommage pour toi frérot. Mais, je m'imprégnerait de ce moment merveilleux encore et encore à chaque minute du voyage jusqu'Imladris.
Esquivant la rispote, je mis le plan de travail entre mon frère et moi, mort de rire, et je finis par me baisser pour esquiver un projectile indéterminé.
- Oh, y'a des livres de cuisine !
J'en levais un en guise de drapeau blanc, puis repassais la tête par dessus le plan de travail. On étaient là, après tout, pas pour faire des bêtises, mais pour tenter de faire en sorte que nos grands parents aient quelque chose sur la table pour le petit déjeuner, et ce avant que la cuisinière n'arrive. Oui, parce que se faire aider, c'était de la triche vous comprenez.
Je jetais un livre à Elladan et plongeait mon regard dans le mien, qui traitait de l'art nain de faire la cuisine. Autant dire que ça me parlait beaucoup. Viandes grillées à chaque pages, avec de la bière pour donner du gout. Mais, pourquoi n'y avais-je pas pensé avant pendant nos voyages ? Ca nous aurait changé du lapin grillé, carbonisé ou encore presque cru que nous partagions chaque soir. Oui, bon, je n'ai jamais aimé le Lembas... Je préférais largement garder ce trucs là pour le donner aux autres, et faire en sorte de me cuisiner un truc à chaque escale. Et, quoi qu'en dise mon frère, c'était moins raté que ce qu'il pensait.
- 'Dan, la cuisine naine, c'est un truc génial. Y'a plus d'alcool là dedans que de nourriture... On tente ?
Comment ça nous allions souler mamie et papi au réveil ? Mais non voyons.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:33
J'atteins la cuisine bien avant Elrohir, me demandant ce qu'il peut bien fiche à être si lent à venir, avant de commencer à fouiller dans les placards pour trouver quelque chose d'intéressant, avant qu'un nuage blanc ne se forme devant mes yeux comme je sens un truc frois me dégouliner dans le cou et, à dire vrai, à peu près partout. Le salaud, il a trouvé le sac de farine avant moi! Je me retourne pour le frapper mais il a déjà contourné le plan de travail, et je retire ma tunique couverte de farine (quoique je sois pas plus frais en dessous...) pour la balancer dans sa direction, malgré qu'il se soit penché à temps pour éviter le projectile. Pas grave, j'aurai ma vengeance.
Elrohir, caché derrière le plan de travail, finit par lever un livre de cuisine comme drapeau blanc, et je range l’œuf que je m'apprêtais à lui envoyer pour réceptionner le livre qu'il m'envoie, levant un sourcil sur les recettes bizarres que j'y trouve. Sincèrement, qui a envie de tester du gobelin farci? Et celle là n'est pas mal non plus...oreilles de troll à la broche... Je repose mon livre sans conviction avant de me pencher par dessus le plan de travail pour regarder par dessus l'épaule de mon frère afin d'observer ce qu'il a trouvé. Cuisine naine, ça peut pas être pire à mon gout, et si y a de l'alcool, ça peut être une bonne raison d'en voler un peu.
"T'as un truc qui nous prendra pas la journée à préparer et pour lequel on risque pas de leur voir des têtes désespérées avant qu'on arrive à leur faire avaler en réserve?"
Et pour lequel je peux récupérer les dégâts de Elrohir, comme mon frère n'a jamais su gérer la cuisson de quoi que ce soit, nous offrant parfois du lapin carbonisé ayant plus le gout de bois brulé qu'autre chose. Mais je m'abstiens de tout commentaire, ne comptant pas voir autre chose se rajouter à la farine qui me recouvre à peu près l'ensemble du corps.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:36
Pendant qu'Elladan regarde mon bouquin, j'en récupère un autre. Dedans, plein d'idées, de sauces, de trucs marrants qui pourraient aller avec la cuisine naine. Bah quoi ? Les mélanges ça fait la cuisine, non ? Mélanger des trucs, et au final, si on oublie pas la cuisson, ça donne un bon repas. Du moins, ça c'était la théorie.
- Bah, prends une page au hasard. Et, on essaie d'adapter ça avec ce qu'on a sous la main.
Je tournais les pages de mon propre livre, finissant par trouver un truc sympa.
- Sauce au chocolat avec tes... Tripes au vinaigre ?
Ouais, bon... Peut être pas. Quoique... Une idée était en train de naitre dans ma tête. Et si on leur faisait deux repas, en fait ? Un faux repas, absolument horrible et dégoutant, qu'on leur servirait en premier juste pour voir leur tête, avant de leur servir ce qu'on mangeait réellement au petit déjeuner normalement.
J'exposais mon idée à Elladan, avant de plonger à nouveau le nez dans mon livre de pâtisserie.
- Pour le vrai repas, on pourrait faire de la brioche. Ca a pas l'air dur. On ira réveiller Arwen pour qu'elle lui fasse une tresse, à not' brioche, vu que c'est comme ça qu'il faut la coiffer avant de la faire cuire.
D'ailleurs, ça me semblait assez bizarre. Tresser une brioche ? Mais pourquoi ? Les tresses, c'était pour les cheveux des filles ? Pourquoi coiffer un aliment ? Bah, les gens pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient, et au pire, on trouverait bien un truc pour le mettre à cuire correctement.
- Et, là y'a une recette de confiture à la banane. ça peut aller pour mettre dessus, non ?
Je tendis le livre à mon frère, avant de me plonger dans celui qu'il avait regardé en premier, histoire de trouver un autre truc pour le faux plat.
- Oh, regarde, on pourrait mettre des verres de terre grillés en guise d'accompagnement avec les tripes au vinaigre sauce chocolat ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:37
"Tu vas réussir à me faire vomir frangin."
Je laisse tomber les recherches dans le bouquin que j'ai dans les mains, me disant que Elrohir est encore capable de trouver pire que ses tripes au chocolat ou ses vers de terre, avant de poser un doigt sur le haut de la page du livre que tient mon frère pour le faire pencher dans ma direction et pouvoir lire, même à l'envers. Je lis très bien à l'envers, ma curiosité maladive y aide beaucoup. Quand à faire de la brioche, pardon, je reformule ... NOUS, faire de la brioche? Il est pas timbré mon frangin?!
"Bah, ça reste qu'on va faire un truc d'utile si on fait un vrai repas... m'enfin, si c'est que les tresses qui t'inquiètes, j'suis pas sans savoir qui s'amuse avec mes cheveux quand je dors hein... et tu crois sincèrement que Arwen va pas aller tout cafter avant qu'on ai fini?"
Bon, j'sens que les mélanges vont dégager une odeur suffisamment dégoutante pour que je refuse d'avaler quoi que ce soit pendant quinze jours, mais je récupère les ingrédients nécessaires pour la brioche et la confiture, comptant bien laisser à Elrohir le soin de récupérer les vers de terre. Et je sors même, triomphant, une sorte de grande fourchette au nom inconnu avant de la lui tendre.
"Pour les vers de terre, creuse près de la rivière tu devrais en trouver. Pendant ce temps là, je ruine le reste, ca t'va?"
Et même si ça ne lui convient pas, je ne lui laisse pas le choix. Ses idées, ses emmerdes. Faire autrement signifierait lui montrer qu'il peut se prendre pour le chef, et ça je n'y compte pas. Même si il est bien souvent l'instigateur de nos inventions, je suis ses idées de mon plein gré, parce que je les trouve intéressantes, et certainement pas parce qu'il m'y oblige.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:37
Faire vomir mon frère serait, en effet, une bonne idée. Une petite victoire, même. Mais, ce n'est pas tout à fait le moment. Là, c'était le moment de tester un mélange de cuisine naine, de cuisine troll et autre cuisine humaine. Pour le coup... Elladan avait raison.
- Arwen m'a appris à faire des tresses. Je lui en fait de temps en temps le matin, quand t'es pas dans les parages pour me donner l'impression que faire une bonne action envers ma frangine est une chose affreuse.
Je souris à mon frère avant de pousser un soupir de lassitude. Ouais, il me laissait le pire truc, hein. Aller chercher des vers de terre à la rivière. La rivière. Là où il y a des grenouilles partout. Comment dire... Je détestais les grenouilles. Totalement et irrémédiablement. Ces trucs qui font croâ croâ, c'est juste horrible, une création des démons et autres monstres sous le lit. J'aimais ça à peu près autant qu'Elladan aimait les souris.
Tremblez, habitants des Terres du Milieu : les jumeaux maléfiques d'Elrond ont une différence. L'un n'aime pas les grenouilles, l'autre n'aimait pas les souris. Et ouais, c'est comme ça.
Néanmoins, j'attrapais la fourchette géante et je sortis, laissant là mon frère avec la recette de la brioche tressée.
- Oublie pas de mettre les tripes à cuire, avec plein, plein de vinaigre !
Je souris, m'éloignant en sifflotant. Au passage, je croisais Haldir, le garde du corps personnel et chef de la garde et maitre d'arme et... j'en passe et des meilleures. Les titres de cet homme étaient on ne peut plus nombreux, et pour moi, il était simplement l'une de mes nombreuses victimes. Je le saluais d'un signe de la tête, ma fourchette géante sur l'épaule, puis je me dirigeais vers la rivière.
Je ne mis que quelques minutes à récupérer des verres de terre dans un seau, et je revins vers la cuisine où mon frère était occupé à ... je ne sais pas trop quoi. Du coup, j'allais m'occuper de mes verres de terre. Je les rinçais à grande eau, puis je les versais dans le plat de tripes qui mijotais sur le feu.
- Bon, vous, vous restez là dedans. Pas bouger, hein.
Je rajoutais des carrés de chocolat dedans, un peu plus de vinaigre, de la biere naine, des épices diverses et variée que je trouvais dans un placard, pour finalement me retourner vers mon frère.
- T'en es où ?
Et merde. Les vers de terre essayaient de se faire la malle... Ils pouvaient pas mourir correctement, non ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:38
Et oui, à la rivière y a des grenouilles. C'est une juste vengeance pour la dernière fois où il m'a fait envoyer dans le grain à sa place - qu'est-ce que j'ai du aller foutre dans le grain moi déjà? - et qu'une colonie de souris en est sortie devant mon nez pour me voir fuir en courant et aller me réfugier dans les bras de ma mère. Chacun son tour de voir sa réputation ruinée par les cris hystériques lâchés à cause de ces saletés de bestioles!
Pendant ce temps, j'attrape la bouteille d'huile et je la retourne tout bonnement dans le plat de tripes, attendant qu'elle se vide avant de l'en retirer, allant me battre avec les œufs et la farine...et pourquoi pas du chocolat? C'est bon la brioche au chocolat, surtout quand elle finit dans mon estomac! Bon, les tresses ça a jamais été mon fort, mais vu que chaque brin de pâtes va être plus large qu'une de mes mèches de cheveux, ça devrait le faire, on s'en fiche si y a un coté pas tout à fait aussi large que l'autre hein... Et voila l'aut qui revient avec ses vers de terre, les arrosant avant de les balancer dans l'huile et les tripes. Pauvres bêtes. Je le regarde faire sa popotte d'un air distrait avant de voir la tête d'un ver remonter du plat et m'écarter d'un pas pour qu'il soit définitivement hors de question que le dis ver m'approche de trop près.
"Moi? Je regarde ta viande fiche le camp de ton plat, à part ça, j'pense que la brioche ressemble à de la brioche. T'as pas croisé trop de grenouilles, ça va?"
Fais gaffe à la façon dont tu vas me répondre coco, j'ai toujours les munitions d’œufs à portée de main, et je sais m'en servir.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:39
Armé d'une cuiller, je tente désespérément d'assommer les vers de terre, ou tout du moins de les faire rester dans la marmite, mais le combat semble perdu d'avance, comme il en sort plus que je n'arrive à en rentrer, jusqu'à cependant que la mixture que j'ai préparée commence à bouillir à grosses bulles et que je me prenne une vague d'odeur nauséabonde dans le visage. Là, pour le coup, je laisse le champs libre aux vers de terre pour sortir de là si ça leur chante, me contentant de sortir de la pièce pour vider le contenu de mon estomac sur le sol. Je reviens ensuite, m'essuyant la bouche avec un torchon, pour couvrir le mélange infâme que je viens de faire avec un couvercle en fonte, pas tout à fait certain d'être capable de le rouvrir pour servir le plat.
- T'es un peu vert, frérot… ça va aller ?
Je me prends bien sûr un œuf dans la figure, un sourire mi figue mi raisin sur le visage, et je l'essuie avec le même torchon avant de jeter celui-ci à mon frère et de remarquer qu'une partie des vers de terre est en train de s'enfuir sur le parquet de la cuisine.
- Oh merde. Aide moi à attraper tout ça, papi va nous tuer sinon…
Je récupère ma cuiller et mon saut pour partir à la chasse aux vers de Terre qui s'éparpillent partout sur le sol de la cuisine, dans tous les sens et bien plus nombreux que ce que j'avais l'impression lorsque j'ai retourné le saut dans la marmite. Ils se multiplient ou quoi ? Sérieusement, autant je sais que notre grand mère en rierait avant de nous faire tout nettoyer du sol au plafond nous même, en guise de punition, autant notre grand père... Sérieux, on a plutôt intérêt à être partis à l'autre bout des terres du milieu avant qu'il ne découvre notre bêtise. Pourvu que ce soit Galadriel qui pousse la porte... Ou personne, tient, le temps qu'on s'occupe de ranger un peu... Enfin, autant prier Arda une fois de plus, ça ne me fera pas de mal, car l'heure a tourné, et il se peut que cette porte s'ouvre d'une seconde à l'autre.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:42
Je l'avais bien dit qu'il avait intérêt à se méfier de la réponse qu'il me donnait. En l'occurence, l'odeur innommable qui se dégage de son fumet me donne juste envie de vomir, quoique apparemment j'ai l'estomac plus solide que lui vu que lui sort rendre son repas à l'extérieur. A son retour, et à la suite de sa question tout à fait déplacée vu qu'il est à l'origine de mon mal-être, l’œuf que je tiens dans la main finit en plein sur son visage avant que je ne m'éloigne de quelques pas pour avoir une vision générale de la situation dans laquelle se trouve désormais mon frère, et me trouver le plus loin possible de sa viande trop crue. Désolé, mais comme je l'ai dit précédemment, ses idées, ses emmerdes, et pour le coup, non, je ne l'aiderais pas à ramasser ses vers de terre. Pourquoi? Parce que c'est juste dégueulasse, voilà pourquoi.

"Papi va te tuer sinon. Désolé, moi j'ai fait de la brioche, pas du ver de terre aux petits oignons. J'vois pas pourquoi j'me ferais tuer pour tes beaux yeux."

Non, je ne me considère pas comme un fumier sur ce coup-là. Trop souvent nous prenons les remontrances à deux alors que nous n'avions pas tous deux le même niveau de participation à la bêtise en cours (dans un sens comme dans l'autre, je n'irais pas me porter en victime alors que je prépare autant de stupidités que lui), et là est la limite de ma tolérance. Non, je ne toucherais pas à ces bestioles, et je ne compte rien avoir à faire avec elle. Je préfère encore aller crever l'abdomen d'une araignée géante et me faire arroser de son contenu, c'est moins dégoutant!

"Aller, dépêche toi de ramasser ça, j'veux pas marcher dessus ... ou qu'ils me marchent dessus! Nan sérieux Elro, tu déconnes là"!

Mais ça rampe partout, et ça me grimpe sur les bottes ces machins là! Eh oh! stop!!!
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:43
Pris à la gorge par l’odeur, oui, je l’avoue sans peine : j’ai vomis, et en revenant, je fais face à l’invasion de vers de terre avec un sourire totalement blasé. Je n’ai réellement aucune envie d’être là, soudainement, et cette peur qui me tient au ventre de voir s’ouvrir la porte est une horreur. Alors, lorsque mon frère commence à s’amuser à me reprendre sur qui va se faire gronder, je lève les yeux au ciel, attrapant la marmite et un couvercle, et je me diriger vers la porte qui va dehors pour renverser le contenu de mon chaudron maléfique directement sur le sol. Voilà. Maintenant, cassez-vous les vers de terre. Je soupire un coup, et je me dirige vers la cuisine, observant ceux qui rampent partout sur le sol. Bon, alors maintenant… Il faut réellement faire en sorte de ramasser tout ça, même si la plupart des vers de terre semble être désormais dehors.

- Je te rappelle, frérot, que si un des jumeau fait une connerie, le reste du monde met généralement les deux dans le même panier. Donc, oui, je vais me faire démolir la tête à coup de pioches, mais je pense que tu vas en prendre quelques-uns toi aussi.[ Et, je pense que nous n’aurons pas notre mot à dire là-dessus. Nous n’avons jamais notre mot à dire sur les punitions…

Mais, voilà que mon frère commence à râler parce qu’il ne veut pas salir ses fichues bottes. Oh, c’est bon, hein : je fais ce que je peux. Je suis en train de leur courir après pendant que monsieur s’amuse à sautiller dans son coin, avec des vers de terre qui lui monte dessus… Sérieux, Elladan, après la peur des souris, tu vas me faire celle des vulgaires vers de terre ? Je leur cours après, partout dans la pièce, et je commence à en avoir ramassé la quasi-totalité quand la nécessité d’aller jeter mon seau dehors me saute aux yeux. Et ouais, les vers de terre, ça tente désespérément de s’enfuir du seau. Je m’éloigne en courant pour renverser le seau et je reviens pour ramasser la dernière dizaine et l’envoyer elle aussi dehors. Bien, ça c’est fini.

- Voilà, voilà. Maintenant, il faut ranger le reste. La farine, c’était pour TA brioche, frérot. Et, l’œuf qui traine un peu partout aussi… Je m’occupe du chocolat, de la sauce au vinaigre et de la vaisselle.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:43
Elrohir qui propose de lui-même sans que je n'ai rien à dire de faire la vaisselle? Bien sur que non, je ne vais pas le reprendre. Puis, entre nous, je peux me sacrifier à ramasser la farine et le reste d’œuf au sol maintenant que j'ai échappé à ses maudits vers de terre. Non, je n'en ai pas peur, désolé, il en faut un peu plus que ça, mais c'est juste dégueulasse ces machins, et la limite de ce que je peux supporter d'avoir dans les mains ou de voir ramper vers moi a été largement atteinte.
Je ramasse le paquet de farine dans le placard d'où je l'ai tiré avant de me baisser à terre pour ramasser les coquilles d’œuf, me saisissant ensuite d'un chiffon pour essuyer le blanc d’œuf au sol - le jaune, il est sur la tronche de mon frère ... - et la farine tombée un peu partout. Non, je ne me suis jamais vanté d'être un bon cuisinier, c'est tout juste si je sais faire rôtir un lièvre à la broche quand mon frère et moi sommes en voyage. Je chasse, il cuisine, il faut bien se répartir un peu les rôles de temps en temps. Après, bien sur que je saurais ne pas m'empoisonner si je devais cuisiner seul, mais je dois bien donner le point à mon frère, c'est davantage son domaine que le mien.

"Pas la peine d'insister sur le fait que la brioche est de moi, ça doit être le seul truc potable du repas. Alors, si j'étais toi, je me la fermerais et j’accepterai la bonté de mon ainé de dire qu'on l'a faite à deux cette brioche. Ou alors ils nous collerons Lindir sur le dos à chaque chevauchée pour être certains qu'on ai un truc potable à manger durant notre voyage ..."

Ouais, effectivement, mes talents de cuisinier ne sont pas connus que de moi-même, et si ça se savait que, de nous deux, c'est moi qui ai sauvé les meubles, on se retrouverait avec une nourrice de compagnie pour nous préparer nos repas à heure fixe et ce même si on est occupés à botter le cul de quelques orcs ...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:44

Je jette les objets sales dans l’évier avant d’en boucher le fond et de pomper l’eau pour remplir le bac, avant de jouer avec le savon noir pour faire mousser le linge en mailles épaisses qui va me servir à décrasser tout ça. J’ignore la remarque de mon frère sur l’état de ma cuisine. Il est vrai que si je suis une catastrophe monumentale en cuisine, lui n’est pas mal non plus, presque pire que moi. Et pourtant, pour faire pire… C’est pas vraiment tout à fait possible. Une fois la vaisselle à peu près propre – ce qui en fait prend bien moins de temps avec des ustensiles pour laver comme ce truc en maille que quand on essaie de récurer le fond cramé d’une marmite à la cuiller dans un ruisseau glacial… Il faudra que je songe à le piquer ce truc là. Bref. Une fois la vaisselle propre, je nettoie la farine sur la table, et je récupère dans ma main ce qui en tombe pour ne pas salir le sol.

- Ils ne sont pas obligés de savoir ce qu’on a fait du reste… De toute façon, grand-mère nous connait : nous sommes irrécupérables alors… On peut très bien avoir au choix : piqué ce qu’il manque, avoir fait une bataille de bouffe, ou s’être levés en plein milieu de la nuit pour le manger. Maintenant, tu devrais sortir ta brioche du four, sinon ça va crâmer. Au fait, t’as bien mis du sucre dedans ? Pas du sel hein…

Un sourire amusé sur le visage, je sors des assiettes et de la confiture pour le disposer sur la table. Le soleil est désormais levé, et les gens ne vont pas tarder à descendre pour prendre le petit déjeuner. Je récupère du lait dans le garde-manger avant de le faire chauffer dans une casserole, juste ce qu’il faut pour ne pas qu’il s’échappe, et qu’il soit chaud pour lorsque mamie et papi pousseront la porte de la pièce. Ce qui ne devrait plus trop tarder, en fait.

- Bon. J’espère qu’ils seront contents. On a même nettoyé la cuisine pour pas qu’on voit à quel point on a merdé. Bon, me reste du jaune d’œuf dans les cheveux mais c’est pas grave. J’irais me baigner dans la rivière après le p’tit dej.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:45
Je jettes un regard ennuyé à mon frère lorsqu'il me demande si j'ai mis du sel ou du sucre dans ma brioche, et j'attrape un torchon pour sortir la dite brioche du four avant qu'elle ne crame, comme dit si bien Elrohir, avant de la poser sur la table devant son nez.

"Du poivre bien sur, et regarde bien, j'ai même du ajouter de l'ail. Nan mais sérieusement, j'sais p't'être pas cuisiner mais je suis pas complètement débile non plus! Bien sur que j'ai mis du sucre."

Bon, en attendant, je récupère un couteau pour couper la brioche en tranches, m'abaissant au niveau de la table pour vérifier que mes tranches sont pile poil identiques pile poil droites au fur et à mesure que je les coupe. Et oui, je ne suis peut-être pas bon, et même carrément mauvais, pour la cuisine, mais j'ai la précision d'un archer, et cela va jusqu'à la coupe des tranches de brioches, oui, oui.

Cela fait, je relève le regard vers mon frère lorsqu'il dit avoir du jaune d’œuf dans les cheveux, et je finis par me relever complètement, avançant de deux pas vers lui jusqu'à attraper une mèche de ses cheveux du bout des doigts avec une grimace. Il croit peut-être qu'il va attendre que ça sèche là-dedans pour aller se laver? Mais il a quel age bon sang?!

"Ouais, et après le p'tit dej, ça sera aussi sympathique à décoller de tes cheveux que de dégratter le fond d'un plat qu'on a oublié de laver le soir même. Aller, t'façon ils dorment encore, et je ne nous ai jamais connu, ni l'un ni l'autre, du genre à rester trois heures dans l'eau de la rivière. Amène toi maintenant, plus tôt on part, plus tôt on revient."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:45

On peut toujours vérifier, non ? La dernière fois, il avait mis du sucre dans le poisson, alors j’ai le droit de vérifier… Mamie et Papy seraient du genre à ne pas réellement apprécier se trouver face à une brioche ratée. Surtout vu ce qu’ils ont faillis manger, ça aurait été comique… Enfin, ce n’est pas grave : si Elladan a réellement réussi sa brioche, alors ça devrait compenser le garde-manger vide, et les cochons qui mangent désormais ce qu’il reste de ma tentative de préparer quoi que ce soit. Enfin, ce n’est pas grave. Ils auront finit de manger avant qu’on ait le tmps de dire ‘ouf’.

Par la suite, je parle d’aller prendre une longue douche, ou un bain chaud, pour enlever le jaune d’œuf de mon crâne, mais d’un autre côté, je n’ai pas envie de voir ma famille arriver pendant que je suis à l’autre bout de la cité, dans les bains publics, et il fait peut être un peu frisquet pour un bain dans la ricière. Cependant, il n’est pas possible de rester comme ça, et je vois bien sur le visage de mon frère que ce que j’ai sur le crâne est dégoutant.

- Bon, allez, on y va… On va se cailler les miches mais on y va.

Je suis donc mon frère en contrebas, avant de virer le haut de ma tunique et je plonge la tête directement dans l’eau glaciale, avant de frotter un peu mes cheveux pour en retirer toute trace d’œuf. Ensuite, je récupère mes affaires, et nous remontons dans la cuisine où grand-mère vient d’arriver, et est justement en train de gouter notre exploit, et visiblement ça a l’air bon. Elladan et moi récupérons les félicitations, et le petit déjeuner s’installe dans la cuisine, avec confiture et thé bien chaud. Nous sommes rapidement rejoints par le reste de la famille, et les conversations se mettent à fuser dans tous les sens.


- Sujet terminé -
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [libre] Un petit déjeuner ?
» Nicholas a rendez-vous avec Noah pour un petit déjeuner, père et fils...
» Petit déjeuner studieux [Libre]
» " L'enfer, c'est les autres" Sartre (Dhaaarc ! DDF ? :3)
» Arrête-moi si tu peux [Pv Sarah Mann & Leroy Jethro Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Archives Rp-
Sauter vers: