Une rencontre pour le moins inattendue (Niniel)

 ::  :: Les Archives :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 12 Déc - 15:56

Une rencontre pour le moins inattendue


La foule était dense en ce soir d’hiver, quelques jours avant Noël. Les gens recherchent des cadeaux pour leurs proches, et si la neige n’est pas encore là, tout le monde sait qu’elle viendra bientôt se répandre sur la terre du milieu, pour accueillir ce doux moment de repos et de festivités. Chaque année, c’est la même chose, et chaque année, j’aime à avancer dans les rues d’Edoras bondées pour simplement profiter du bain de foule, et accessoirement perdre dans la cohue les gardes qui me suivent. Car, jamais l’héritier que je suis n’a la moindre seconde de liberté, et c’est une chose qui m’ennuie un peu. Alors, j’ai acheté, sous une nouvelle identité une petite maison dans la ville basse, et je me retrouve souvent là bas, pour réfléchir et pour me retrouver. Je dois avouer que je ne pensais pas que je me retrouverai face à une demoiselle que je n’ai pas vue depuis… deux ans ? Quelque chose comme ça. Un sourire sur mes lèvres, je m’immobilise et je mets les mains dans les poches de mon long manteau, et je finis par secouer lentement la tête de droite à gauche.

- Niniel Theodoras. Voilà quelques années que nous ne nous sommes vus. Que faites vous donc à Edoras ?

J’hésite une seconde, puis une autre et puis… Mes mains quittent les poches de mon manteau et j’avance de quelques pas pour la serrer dans mes bras. Je suis content, vraiment content de revoir cette demoiselle qui m’avait bien diverti lors de mon voyage à Dol Amroth. Oui, vraiment… C’est un plaisir de la revoir. Je finis par m’éloigner d’elle, mes mains toujours sur ses épaules.

- Je suis vraiment heureux de vous revoir.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 14 Déc - 17:58


Why I'm here?

Maybe it's time


Edoras ... Une belle cité, nul doute là dessus. Mais elle ne se souvenait pas d'y être venue en période de fêtes de Noël. A cette période là, elle était généralement entourée de ses proches. De ses amis. De sa famille. Ils riaient. Ils passaient un bon moment ensemble. Ils ouvraient leurs cadeaux. Joie et bonne humeur. Seulement, cette année, ça serait différent pour la jeune femme. Níniel était loin de ses proches. Loin de sa famille. Loin de ses amis. Ils n'étaient pas là. Ou plutôt, c'était elle qui n'était pas à Dol Amroth. Est-ce que ça lui manquait ? Oui. Elle commençait à prendre conscience que ce n'était pas là sa place. Attention, qu'on se le dise. Elle aimait cette liberté dont elle jouissait. Elle aimait faire ce qu'elle voulait, quand elle le voulait. Elle était seule. Et elle suivait son propre destin. Mais elle ne pensait pas qu'elle ferait cela toute sa vie. Cela faisait un moment qu'elle était partie de sa cité. Et quand bien même elle détestait certaines choses, ça lui manquait. Peut-être plus qu'elle n'aurait bien aimé l'avouer. Mais voilà. Níniel réfléchissait encore à ce qu'elle devait faire. Rester ? Partir ? Elle ne pourrait pas fuir éternellement. Elle le savait. Peut-être encore un peu ? A voir.

Quoi qu'il en soit, malgré tous les bons conseils que Eodia avait pu lui donner, Níniel ne pouvait pas s'empêcher de sortir. Et là ... Et bien, elle avait fait attention à ne pas mettre des vêtements trop voyants. Mais des choses un peu plus passe-partout. Elle n'avait pu se résigner, non plus, à se couper les cheveux. Elle avait pensé durant un temps que ça aurait pu être bien. Que ça serait bien moins voyant et qu'on la reconnaîtrait moins facilement. Mais une fois avoir eu l'objet en main pour les couper, elle n'avait pu le faire. Elle était prête à faire certaines choses pour rester inconnue. Mais pas tout non plus. Elle resterait Níniel Théodoras. Future épouse du fils du prince actuel de Dol Amroth. Quelle plaie ... Ca faisait bizarre quand elle le disait à voix haute. Mais ils n'étaient pas encore mariés. Ca lui laissait le temps, en quelque sorte, de faire face à l'idée.

Níniel en vint à se tourner. Et qui voilà devant elle ? Thodir de Dunharrow. Elle avait dansé avec lui lorsqu'il était venu à Dol Amroth. Elle avait attisé la jalousie d'Adrahil. Il avait vu rouge quand il avait vu danser sa belle promise avec un autre. Thodir ne devait pas être au courant qu'elle s'était enfuie. Voilà pourquoi il cria haut et fort, façon de parler, qui il avait devant lui, avant finalement de la prendre dans ses bras, tout en la saluant. "C'est un plaisir de vous revoir également Thodir. Néanmoins, j'aimerais que ma présence ... en ces lieux ne s'ébruite pas trop." Sans doute qu'il devait se demander pourquoi elle lui demandait une telle discrétion. Mais elle finirait par lui dire. "Ne pouvons-nous pas ... aller en discuter ailleurs ?"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 21 Déc - 3:27

Une rencontre pour le moins inattendue

Hum… Hé bien, vu la tête de la demoiselle, je tombais mal, vraiment mal. Je souris un coup, un peu stressé, avant de pencher la tête sur le côté. Parce que j’avais du mal à comprendre. La demoiselle serait-t-elle en fuit ? Mais, en fuite contre qui ? Quoi ? Je n’avais pas réellement d’idée là-dessus, mais pour le coup : mes questions attendraient. Parce qu’au fond… au fond, je devais bien à cette demoiselle de la mettre en sûreté. Mon bras saisit le sien et je nous perdis dans la foule du marché. Ah, Noël, cette ambiance de fête… J’adorais ça. Il me faudrait un cadeau pour Eodia, d’ailleurs. Un cadeau que je ne lui offrirais sans doute jamais, par peur de lui déplaire. Un rictus déforme mes lèvres et je tourne dans une ruelle sombre, avant de guider Niniel dans une autre ruelle, où je m’arrête devant la porte d’une maison. Je la déverrouille et invite la jeune femme à entrer, un sourire sur les lèvres.

- Après vous.

Là, la maison est bien décorée, très cosy. Elle est simple, avec quelques tentures pour cacher les murs. Je dirige la demoiselle vers un petit salon où brûle un feu dans la cheminée.

- Cette maison, je l’utilise lorsque j’ai besoin d’un lieu discret où me reposer.

La cours d’Edoras pouvait être particulièrement intrigante, et j’adorais me retrouver loin de cet endroit. La maison était petite, certes, mais elle était bien meublée, confortable, possédait deux chambres, et elle m’avait servit plusieurs fois pour héberger des amis en détresse. Peut être que Niniel allait simplement en être la nouvelle occupante ?

- Et si vous me racontiez ce qui vous amène par ici, miss Niniel ? Personne ne nous dérangera.

Autant le dire clairement, j’étais intrigué par la demoiselle. La dernière fois que nous nous sommes vus, c’était lors de ce bal à Dol Amroth, où elle m’avait appris à danser. Si j’étais d’humeur badine, je lui aurais certainement dit que j’avais continué à apprendre des pas de danse. Mais, en cet étrange soir, l’heure n’était pas aux chocolat chaud avec ses petits caramels, et encore moins à cette histoire de danse. Non, ce soir, j’était intrigué par la lueur de peur qu’il y avait dans les yeux de Niniel lorsque je l’avais saluée.




désolée, c'est court u__u"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 21 Déc - 17:16


Why I'm here?

Maybe it's time


Níniel l'avait peut-être un peu affolé. Elle le reconnaissait. Néanmoins, elle ne pouvait pas se permettre de rester dans les rues. Surtout après qu'il ait ouvertement dit son prénom. Il l'avait reconnue. Et ça pouvait lui être préjudiciable. Oh, elle ne lui en voulait pas le moindre du monde. Thodir était gentil. Et il n'était pas au courant de ce qui avait pu lui arriver ces derniers temps. Il n'avait, sans doute, pas eu la visite des hommes d'Adrahil. A contrario d'Eodia qui avait eu leur visite. Mais elle n'avait rien dit. Une chance pour Níniel qui aurait pu ... et bien, qui aurait pu tomber entre leurs griffes plus rapidement qu'elle ne l'aurait souhaité.

Sans attendre guère plus longtemps, Níniel fut aggripée par la main. La voilà crapahutant dans les ruelles d'Edoras, menée par Thodir. Elle n'avait aucune idée d'où il pouvait l'emmener. Elle aurait préféré le savoir. Peut-être la menait-il tout droit dans un traquenard ... Non, elle en doutait. Elle espérait bien que cela ne soit pas cela. Finalement, après quelques minutes, ils se retrouvèrent dans une mignonne petite maison. Avec quelques décos de Noël, quelques cadeaux au pied d'un sapin et un bon chocolat chaud, et elle aurait presque pu se croire chez elle, à Dol Amroth, avec les siens. Mais elle n'était pas chez elle. C'était une période de l'année difficile. Elle n'avait jamais été aussi loin des siens. Et elle commençait à prendre conscience qu'il faudrait peut-être qu'elle songe à rentrer. Un de ses jours ... Restait à savoir quand elle le ferait. Et si elle le ferait.

La porte se referma derrière eux et Thodir l'emmena jusque dans le salon, au coin de l'âtre où il faisait bon. Une ambiance chaude. Une ambiance agréable. Níniel en vint à se dévêtir en enlevant cette cape dont elle n'avait plus vraiment besoin. "Le cadre est très agréable. Vous avez bon goût." en vint-elle à lui dire dans un hochement de la tête. "Mais vous ne devez y venir que guère souvent, je me trompe ?" Quoi qu'elle comprenait ... Elle comprenait qu'il puisse avoir besoin de calme. Elle comprenait qu'il puisse avoir besoin de se reposer. De penser à autre chose. Elle-même aurait aimé avoir un endroit de ce genre. Ca lui aurait, sans doute, évité de nombreux ennuis. Et elle ne serait peut-être pas partie. Enfin, elle n'en savait rien.

Quoi qu'il en soit, ce cher Thodir était intrigué et cherchait à comprendre pourquoi tant de mystères. "Et bien ... C'est compliqué ... Enfin, pas tant que cela si on y réfléchit bien." Elle passa une main dans ses cheveux et soupira quelque peu. Ils lui posaient tous la question. Cette même question. Que faisait-elle dans les parages ? Alors qu'elle était si loin, trop loin de chez elle. Il était normal qu'on la questionne. "J'ai quitté Dol Amroth ... un peu précipitamment. J'ai appris certaines choses ... Que je n'ai pas vraiment apprécié." Elle baissa quelque peu la tête. Elle ne voulait pas être considérée comme un objet. Et elle n'aimait pas non plus qu'on lui mente. Qu'on détourne la vérité pour arriver à telle ou telle chose. Níniel ne supportait pas cela. Elle ne savait pas pourquoi Adrahil avait fait cela. Elle n'avait pas encore eu l'occasion de s'expliquer avec lui. "Et comme je suis partie sans rien dire ... Disons qu'on me recherche." A nouveau, elle passa une main dans ses cheveux, ennuyée quelque peu par tout cela. "La princesse Eodia les a croisés. Et les a envoyés sur une fausse piste, heureusement pour moi."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 23 Déc - 17:15

Une rencontre pour le moins inattendue

J’aurais peut-être dû expliquer plus tôt à la jeune femme ce qu’il se passait. Mais, d’un autre côté, je ne savais pas réellement ce que j’allais faire en l’emmenant comme ça. Mais, l’idée est venue, et la façon pressante qu’avait la demoiselle de me demander de baisser d’un ton m’a inquiété plus que ce que je n’aurais cru. Je me suis donc retrouvé à faire un choix rapide, du genre de ceux qu’on m’a appris à faire depuis ma plus tendre enfance. Un sourire sur les lèvres, je laisse donc la demoiselle entrer dans ma demeure, et je referme la porte derrière elle, en lui expliquant où elle se trouve. Je hoche la tête à sa réponse pour la remercier. Oui, j’ai chiné ces meubles, j’ai fait en sorte que l’intérieur me ressemble, car ce serait peut être le seul endroit que j’aurais à moi.

- Je viens ici lorsque j’ai besoin de m’éloigner des intrigues de la cours, ce qui arrive plus souvent qu’on ne pourrait le croire pourtant.

Une fois installés dans le petit salon, j’hésite à sonner la servante qui vit ici en permanence pour qu’elle nous apporte du thé. Mais, au final, nous serons peut être plus tranquilles simplement tous les deux. Pas que je n’ai pas confiance dans cette vieille dame, mais je dois avouer que je préfère que des oreilles écoutent ce qu’il va se dire. Niniel m’inquiète. La dernière fois que nous nous sommes vus, à Dol Amroth, elle respirait tout simplement la joie de vivre et l’énergie. Là, pour être tout à fait sincère, je la trouve un peu éteinte par rapport à l’impression qu’elle m’avait faite la dernière fois. Mon regard finit par se poser sur elle alors qu’elle m’explique petit à petit ce qu’il s’est passé. Sourcils froncés, je l’observe sans rien dire le temps qu’elle arrive au bout, et je me contente de secouer la tête.

- Si vous ne voulez pas entrer dans les détails, je ne vous poserai pas la question. Dans tous les cas, sachez que vous êtes la bienvenue ici aussi longtemps que vous aurez besoin de cet endroit pour vous cacher. La maison est un peu excentrée, et personne ne pourra vous trouver si vous faites attention. De plus, ma vieille gouvernante pourra s’occuper de vous.

Je croise les bras pour l’observer. Oh, si je suis intrigué par cette histoire. Je suis réellement intrigué par tout ce qu’il a bien pu se passer pour qu’elle en arrive à fuir de cette manière. Mais, d’un autre côté, je sais que parfois, les gens ont des secrets qu’ils préfèrent ne pas partager. J’ai moi-même mes propres secrets, j’ai moi-même des choses dont je suis peu fier ou des choses dont je n’aimerai pas que le monde se serve contre moi. Niniel et moi ne nous connaissons pas réellement. Nous ne nous connaissons qu’au travers de cette soirée durant laquelle nous avons dansé ensemble. Si je l’ai reconnue, c’est qu’elle a simplement marqué mon esprit. Mais, peut être devrions nous apprendre à nous connaître un peu plus avant d’en venir à ce genre de confidences ?

- Si mon amie Eodia vous a aidée, je ne peux que faire la même chose, vous comprenez ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 25 Déc - 20:46


Why I'm here?

Maybe it's time


Un bâtiment coquet. Une petite maison charmante. Rien à redire. La décoration était sympathique. Non, vraiment, c'était une bonne idée que d'être venue jusque là. En sécurité pour Noël, un beau cadeau, en quelque sorte. Manquait plus qu'un bon chocolat chaud. Enfin, elle n'aurait jamais pensé à mettre les pieds ici si ... Et bien, si Thodir ne l'avait pas emmenée jusque là. Et ce qui était bien, c'est qu'ils étaient quelque peu en retrait. Ce qui signifiait qu'elle serait tranquille et qu'on ne risquerait pas de venir la chercher. Ou du moins, c'était ce qu'elle espérait. Thodir en vint à lui expliquer qu'il venait ici quand il avait besoin d'être seul et de se retrouver avec lui même. Níniel aurait eu un endroit de ce genre, chez elle, à Dol Amroth, pour se retrouver toute seule, pour réfléchir, sans doute qu'elle n'aurait pas cherché à fuir. Elle serait peut-être encore chez elle ... Oh, elle devait arrêter de penser à tout cela. De ce qu'elle aurait fait ou n'aurait pas fait. Elle était partie. Elle était au Rohan maintenant et ce n'était pas comme si elle allait rebrousser chemin immédiatement. "Je veux bien vous croire." se contenta-t-elle de répondre. "J'aurais bien aimé avoir un coin de ce genre chez moi." Des regrets. Oui, elle nourrissait quelques regrets. Elle aurait tout le temps d'y penser.

Elle n'avait pas souhaité conter tous les détails à Thodir. Et elle ne savait pas pourquoi. Il lui avait semblé sympathique lorsqu'ils s'étaient rencontrés à Dol Amroth. Ils avaient dansé, ils avaient conversé. Mais ils n'avaient pas eu l'occasion de se revoir depuis. Peut-être qu'elle avait peur. Elle ne savait pas si elle pouvait lui faire confiance ou bien ... Ou bien si, justement, cette confiance était mal placée. Elle ne savait pas du quel côté il irait. Et si jamais elle se livrait un peu trop et qu'il finissait, au final, par la trahir et la livrer à Dol Amroth? Peut-être se posait-elle trop de questions. Peut-être qu'elle devait faire confiance. Il n'était pas désagréable. Ou du moins, elle ne pensait pas que ça soit le cas. Et puis, à toujours rester sur ses gardes, ça devenait fatiguant. Oui, lâcher prise ... Ca ne semblait pas être une si mauvaise idée. Níniel ne lui avait pas donné tous les détails. Mais cela ne signifiait pas pour autant que Thodir était prêt à la laisser se débrouiller toute seule. Il lui offrait le gîte. Un toit sécurisé et sécurisant. Eodia avait fait la même chose. Et pour cela, elle ne la remercierait jamais assez. "Je vous remercie beaucoup. Mais je n'aimerais pas m'imposer pour autant." Elle ne voulait pas ... le déranger. Après, si ça venait du coeur, si c'était une proposition et qu'il n'attendait rien en retour, oui, peut-être qu'elle en profiterait pour se reposer un peu. Et au moins, elle serait sûre et certaine qu'on ne viendrait pas la déranger.

Thodir lui parla d'Eodia. Elle était son amie. Elle pouvait peut-être lui parler alors. Lui dire ce qui se passait. Pourquoi elle était là. Elle baissa quelque peu la tête et soupira, après avoir passé une main dans ses cheveux. Elle redressa la tête, tout en regardant Thodir. "Vous devez vous souvenir d'Adrahil, n'est-ce pas ?" Ils avaient du passer un peu de temps ensemble. Et Níniel était pratiquement sûre et certaine qu'il s'en souvenait. "Nous avions un ami en commun, Adrahil et moi-même. Il répondait au nom d'Alcarin. Un homme fidèle. Loyal. Et gentil. Nous avions grandi ensemble tous les trois." De bons souvenirs qu'elle avait de cette période. "Peut-être que je me suis trop rapprochée d'Alcarin. Peut-être ai-je envoyé de mauvais signes. Et par ma faute, il a été envoyé loin de Dol Amroth. Au départ, je pensais que son départ était dû à une mission. Et j'ai appris, de la bouche même d'Adrahil, qu'il était responsable de son départ." Elle poussa un soupir. "Une indiscrétion. Je ne voulais pas écouter. C'est juste ... J'aurais préféré ne pas avoir entendu cette conversation." Elle secoua la tête. "J'ai l'impression ... d'avoir perdu sur tous les plans en quelque sorte."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 26 Déc - 16:34

Une rencontre pour le moins inattendue

- Vous ne vous imposez pas : c’est moi qui vous propose d’occuper la maison. Je n’aime pas laisser ma vieille nourrice seule, de plus. Vous pourriez garder un œil sur elle en échange ? De plus, elle fait des petits financiers à la fraise absolument délicieux, vous seriez bien ici.

Oui, Nana la choierait. Elle faisait ça avec toutes les personnes de passage dans cet endroit. Oh, peut être… Peut-être qu’elle essayerait de glisser dans la conversation avec Niniel quelques allusions au mariage. Nana avait peur qu’il ne finisse vieux garçon… Après tout, il était l’héritier d’une cité merveilleuse, située à quelques heures de cheval d’Edoras. Mais, il ne fallait pas que Nana s’inquiète : son cœur était déjà pris, depuis un long moment. Il ne savait juste pas comment tourner les mots dans sa bouche pour que la dame de ses pensées finisse par ouvrir les yeux et par le remarquer. Mais, mis à part ça, Nana était adorable. Et puis, elle aussi veillerait sur Niniel, soyez en sûrs. Sous ses airs de vieille femme fragile, elle m’en a appris des vertes et des pas mûres à l’épée, et aujourd’hui encore, même si je suis considéré par mes professeurs comme étant un épéiste aguerris, Nana reste celle qui continue à me mettre des raclées monumentales. Cette femme restera pour moi un mystère absolu. Quoiqu’il en soit, cette excuse pour que Niniel s’occupe de Nana était la première chose qui m’était venue à l’esprit, et… Disons qu’il ne faudrait pas une semaine à Niniel pour réaliser que Nana n’a nullement besoin d’être surveillée en quoi que ce soit.

- Adrahil ? C’est … Votre fiancé n’est ce pas ? Le jeune homme qui me regardait de travers pendant que nous dansions ?

Après cette question, je restais silencieux, observant la jeune femme avec un air impénétrable, rejeté en arrière dans mon fauteuil, observant la jeune femme qui parlait en face de moi. Je n’avais rien à redire à ça, si ne n’était que les aléas de la cours semblaient parfois pires que tout. Ce genre de manipulations dans le dos de tout le monde, j’y étais de plus en plus habitué. Mais, pour une demoiselle qui n’avait jamais eu affaire à ce monde en face, il fallait avouer que c’était tout de même déroutant. La jalousie de certains pouvait conduire à des extrémités qu’elle n’arrivait pas à envisager, et qui pouvaient être blessantes.

- Vous me voyez navré de ce qui arrive à votre ami. Les intrigues de cours sont parfois plus blessantes qu’une guerre sanglante. Vous êtes partie à la recherche de … Alcarin, c’est ça ? Ou, vous avez simplement décidé de vous éloigner de Dol Amroth le temps d’y voir plus clair ?

Si j’avais connu Niniel un peu plus, peut être que je lui aurais pris la main, à cet instant, pour lui montrer ma sympathie. Mais, je ne voulais pas que mes gestes, tout comme mes paroles puissent être mal interprétées. Alors, je me contentais de me lever pour m’approcher du feu, pensif, avant de me retourner vers la jeune femme au bout de quelques secondes.

- Comme je vous l’ai dit un peu plus tôt, vous êtes la bienvenue ici. Nana pourra vous faire passer pour sa nièce, si besoin est de vous trouver une nouvelle identité, et je serais ravi de mettre la seconde chambre à votre disposition le temps que vous y voyiez plus clair.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 28 Déc - 17:59


Why I'm here?

Maybe it's time


Ne pas s'imposer. Ce n'était pas son genre. Si Thodir voulait qu'elle parte, elle le ferait. Pourtant, c'était tout le contraire. Il n'avait pas vraiment envie qu'elle s'en aille. Peut-être avait-il peur pour elle. Le monde était vaste. Et il était dangereux. Surtout pour une femme seule et désarmée. Elle n'aurait pas tenu longtemps dans un combat, même si son père avait pu lui apprendre quelques trucs. Níniel n'était pas une guerrière. Elle était une fille de bonne famille. Ni plus, ni moins. Savoir que Thodir l'accueillait les bras ouverts, ça faisait chaud au coeur. Et histoire de la convaincre un peu plus, il était prêt à lui donner une mission. Celle de surveiller sa bonne vieille nourrice. Elle eut un sourire. "Et bien, à vous entendre, je n'ai guère d'autre choix que d'accepter." Non. Elle avait le choix. Elle pouvait très bien repartir si elle le désirait. Mais pour aller où ? Elle comptait beaucoup sur les autres actuellement. En même temps, c'était normal. Elle n'avait que peu d'économie. Elle était dans une ville qu'elle ne connaissait que trop peu. Elle n'avait pas beaucoup d'amis dans les parages. Normal qu'elle vive quelque peu aux crochets des peu de personnes qu'elle pouvait connaître. Mais ça la gênait.Et pas qu'un peu. Quant aux petits gâteaux à la fraise ... Franchement, c'était plus qu'une bonne idée pour l'attirer. "Je crois que vous avez fini par me convaincre ..." Oui. Sans doute qu'elle allait rester dans les parages. Et quand elle serait prêtre, elle prendrait sa décision. A savoir de rester. Ou bien de partir.

Níniel lui devait une explication. Ou elle avait besoin d'en parler. Elle ne savait pas trop. Ainsi donc, la voilà lui dévoilant le comment du pourquoi de toute cette histoire. Pourquoi elle était à Edoras. Au Rohan. Et pas chez elle. Elle eut un hochement de la tête. Thodir avait besoin d'une confirmation. "Effectivement. Votre hôte de cette semaine là. Il n'a guère apprécié que nous dansions ensemble." Non, elle ne cherchait pas à faire culpabiliser Thodir. Mais c'était pour qu'il comprenne un peu mieux l'oiseau, si on pouvait dire cela ainsi. "Je ne sais pas si je dois dire c'est ou c'était d'ailleurs." Elle passa une main dans ses cheveux. Éprouvait-elle quelque chose pour lui ? Ou tout était mort après qu'elle ait découvert la supercherie ? Elle n'en savait rien. "J'ai bien peur que la jalousie n'ait eu raison de nous." Parce qu'il y avait eu un nous. A un moment. Mais tout s'était envolé. Elle l'avait perdu. Non, c'était plutôt l'inverse. Elle était partie parce qu'il avait déconné. Elle ne lui avait pas laissé le temps de lui en parler. Peut-être avait-il une véritable raison. Peut-être que c'était autre chose. Peut-être qu'elle n'avait pas tous les détails. Trop tard pour le moment. Mais elle savait qu'à un moment ou à un autre ils devraient en discuter. D'une manière. Ou d'une autre.

Níniel lui parla de son ami Alcarin. Du fait qu'il avait été envoyé loin de Dol Amroth parce qu'elle était trop proche de lui et parce qu'on craignait qu'il n'en vienne à lui voler son coeur. "Les deux à dire vrai. Seulement, je n'ai pas réussi à lui mettre la main dessus." Elle poussa, à nouveau, un soupir. "J'aurais aimé le revoir. Afin ... Et bien, afin d'avoir son point de vue sur le sujet. Et peut-être le ramener également à Dol Amroth. Mais mes recherches ont quelque peu échoué ... Enfin, ce n'était pas comme si j'ai réellement eu l'occasion de le chercher. J'ai plus été préoccupée par ma fuite qu'autre chose." Se cacher ... Se cacher des gens. Pour éviter qu'on ne la force à retourner à Dol Amroth. Elle savait que ça arriverait à un moment ou à un autre. Elle savait qu'Adrahil allait finir par la trouver et la ramener chez lui. Chez eux. "Mais oui ... j'ai besoin d'y voir plus clair. J'ai besoin de savoir ce que je dois faire. J'ai besoin de réfléchir à tout cela." Et elle ne savait pas quoi faire, justement. Peut-être discuter avec Thodir allait l'aider. C'était dur. C'était difficile. Elle aurait tant aimé trouver une solution. Elle aurait tant aimé pouvoir passer à autre chose. Ne plus penser à tout cela. "Mais on parle beaucoup de moi. Et vous alors ? Depuis la dernière fois que nous nous sommes croisés ..." Non, non, elle ne changeait pas de sujet. Enfin, si, peut-être un peu.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 1 Jan - 15:48

Une rencontre pour le moins inattendue


Un sourire monte à mes lèvres alors que la jeune femme en face de moi accepte de rester là. Pour le coup, il est intéressant de se retrouver là, face à elle, et de découvrir ce qu’elle est devenue durant ce temps où nous avons été séparés. Oh, pas que j’en fasse non plus grand cas. Après tout, nous n’avons fait que partager une soirée de danse. Mais, cette demoiselle m’avait fait bonne impression, vraiment. Et puis, elle est après tout amie avec Eodia, elle ne peut donc qu’être intéressante, n’est ce pas ? Par ailleurs, elle semble si perdue… Seule ici, dans une contrée qu’elle ne connait pas… Ce n’est pas facile. Ce n’est pas quelque chose que j’aurais aimé ressentir, pour être tout à fait sincère.

- Bien. Alors, je demanderai à Nana de vous préparer la chambre du haut, tout à l’heure.

Quoi que, connaissant la vieille femme, elle doit avoir l’oreille qui traine de l’autre côté de la porte, histoire d’être certaine de pouvoir venir si je l’appelle. Mais, je ne lui en veux pas. Cette femme est peut être la seule en qui j’ai une confiance totale et absolue : elle a été dévouée à mon père toute sa vie, et désormais, elle fait en sorte de me protéger dans l’ombre. Telle que je la vois, elle serait même capable de m’enterrer, vu la robustesse qu’elle possède. Mais, revenons à la conversation. À cet Adrahil, et à la question que je viens de poser à Niniel.

- Vous m’en voyez désolé. Cependant, je ne vois pas quelle jalousie il aurait pu y avoir de sa part… Danser n’est pas se fiancer, et jamais je ne toucherai à la femme d’un autre.

Ça non. Trop bien élevé pour ça, trop galant surtout. Et puis, je n’aimerai pas qu’on me fasse la même chose. Ce serait une telle horreur. C’est bien pour ça que mon cœur, même s’il est pris depuis longtemps, n’a de cesse que de rester discret.

- Cette jalousie mal placée… On dirait qu’elle n’est pas prête de s’arrêter, n’est-ce pas ? Si une simple danse a provoqué cela chez lui… Je comprends mieux sa réaction avec votre ami d’enfance, du coup.

Je comprends mieux, du coup, pourquoi Niniel est partie. Je ne juge pas l’homme, je ne le connais après tout pas, presque pas. Cet homme-là, il me semble vraiment pas digne de confiance, en tout cas. Un soupir monte à ma poitrine. Un profond soupir. Si cette demoiselle devait épouser un homme pareil, emplit de jalousie et de principes étranges… Non, vraiment : c’est impossible à concevoir. Qui voudrait épouser un homme pareil, hein ? Que Niniel soit partie ne m’étonne donc plus réellement. Et, qu’elle veuille retrouver Alcarin est une bonne chose. Parce qu’elle doit avoir son point de vue sur ce qu’il s’est passé pour mieux comprendre.

- Si je peux vous aider là-dessus aussi, je le ferais. Je suis à la tête… comment dire ?

Je réfléchis quelques secondes avant de contempler la jeune fille en face de moi. Elle vient de m’ouvrir son cœur, et je me dois de faire en sorte de faire la même chose, non ?

- Depuis un siècle, il existe une société secrète dans le Rohan, qui a à cœur de protéger les lieux. J’y ai été entrainé depuis mon plus jeune âge, et nommé il y a peu par le Roi pour les diriger. Je peux leur donner pour mission de poser des questions discrètement dans le Rohan, pour savoir si votre Alcarin y a été vu.

Je me relève pour aller vers la porte, afin de la laisser réfléchir à cette proposition. J’appelle Nana pour lui demander du thé, et je reviens ensuite m’installer à ma place, avant de soupirer devant la question de la jeune femme. Ce que je deviens ?

- Et bien, je suis devenu l’un des conseiller de mon roi, au cœur des intrigues de la cours, je suis monté en grade, et j’essaie de concilier les différentes responsabilités qui m’incombent, en tant qu’héritier de Dunharrow, mais aussi de conseiller, instructeur d’armes, responsable d’une section secrète de l’armée, et de grand frère. Je n’ai tout simplement pas une minute à moi, je passe ma vie à courir et à être surveillé par mes ennemis.

Je soupire alors que Nana entre dans la pièce et je secoue la tête alors qu’elle pose le thé sur la table.

- C’est bien pour ça que je viens me ressourcer ici. Nana, je te présente Niniel, elle va rester vivre avec toi quelques temps. Elle a besoin de mettre sa vie à plat, et pour ça rien de tel que cet endroit, n’est ce pas ?

La vieille dame se contente de sourire et de s’incliner devant Niniel en lui souhaitant la bienvenue. Et puis, elle s’esquive, certainement pour aller préparer la chambre de la demoiselle.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 5 Jan - 9:18


Why I'm here?

Maybe it's time


Rester, c'était une bonne idée. Ca lui laissait le temps de se ressourcer. De penser à autre chose. De peser le pour et le contre. De voir ce qu'elle allait faire ou ne pas faire. Níniel savait très bien qu'elle ne resterait pas éternellement à Edoras. Viendrait le jour où elle s'en retournerait chez elle. Avec ses proches. Elle prendrait ses frères et soeurs dans ses bras. Les serrerait tout contre son coeur parce qu'elle serait bien contente de les revoir. Sans doute qu'elle en ferait de même pour sa mère. Quant à Adrahil ... Adrahil ... Ah, elle ne savait pas quoi faire avec lui. Son coeur lui appartenait. Ou du moins en avait-elle l'impression. Mais elle avait du mal ... Beaucoup de mal à passer outre ... ce mensonge. Le fait d'avoir envoyé au loin Alcarin. Se pouvait-il qu'elle ait mal compris ? Qu'elle ait mal saisi ses propos ? Lui cherchait-elle des excuses ? Ou bien, au contraire, est-ce qu'elle avait visé juste ? Elle était perdue. Et Níniel avait besoin de faire le point. De se concentrer là dessus. Et de ne pas penser, sans cesse, à ceux qui ... Et bien, à ceux qui cherchaient à la retrouver. Et à la ramener à Dol Amroth. Peut-être qu'elle se faisait trop d'idées. Peut-être qu'elle avait juste besoin de réfléchir à tout cela. Et de balayer d'un revers de la main les doutes qu'elle pouvait avoir.

Níniel passa une main dans ses cheveux. Ce que Thodir disait était loin d'être dénué de sang. Une danse, ce n'était qu'une danse. Ni plus. Ni moins. "Je tiens à préciser que je ne suis pas encore sa femme. Et qu'à l'allure où ça va, il est possible que je ne le devienne jamais. Ou pas." Elle ne savait pas ce qu'elle voulait. Elle ne savait pas si elle voulait encore de lui dans sa vie. Ou bien si elle préférait tout recommencer à zéro. Et repartir de rien. Elle avait du mal à s'y faire. Beaucoup de mal. "Peut-être qu'il a eu peur ... Peur de me perdre ... Je ne saurais dire. Je ne lui ai pas laissé le temps de s'expliquer." Peut-être qu'il était attaché à Níniel. Si attaché à elle qu'il n'avait pas envie de la voir partir loin de lui. Mais tout ce qu'il avait fait n'avait servi qu'à une seule chose : l'éloigner de lui. Peut-être seulement pour quelques mois. Ou pour toujours. Elle ne savait pas encore. "Peut-être ai-je mal compris ses intentions également. Je ne sais pas." Elle soupira à son tour. Il l'aimait. Et elle l'aimait. Mais pourrait-elle encore l'aimer si elle apprenait qu'il était réellement responsable du départ d'Alcarin ? Pourrait-elle encore éprouver de quelconques sentiments à son égard si elle apprenait qu'il s'était joué d'elle ? "Il y a des moments où je me dis que je n'aurais peut-être pas dû partir sans rien dire. Et que nous aurions dû avoir une conversation." Une longue conversation. Mais au moins, elle ne serait pas dans le doute en ce moment. "Et je serais fixée, à ce jour. Et j'arrêterais de me torturer avec tout un tas de questions." Peut-être qu'au final, c'est elle qui avait mal agi. Peut-être qu'elle aurait dû rester. Et l'affronter. Plutôt que prendre la tangente et fuir. "Ai-je mal agi à votre avis ? Aurais-je dû rester ?" Après tout, Níniel était peut-être en tort.

Quoi qu'il en soit, Thodir était prêt à l'aider. A l'aider à retrouver Alcarin. Il était ... Et bien, Thodir avait de petites choses à cacher. Et il lui dévoila, justement, le fait qu'il était à la tête d'une organisation secrète. Elle était étonnée d'apprendre cela. Etonnée qu'il lui en parle d'ailleurs. Elle aurait pensé qu'il aurait tenu cela secret. Qu'il aurait protégé ses sources, en quelque source. Mais non. "Je ..." Elle ne savait pas. Bien sûr, elle voulait retrouver Alcarin. Lui demander son point de vue. Voir avec lui ce qui c'était réellement passé. Mais elle n'avait eu aucune nouvelle de lui depuis son départ. A dire vrai, elle craignait ... Elle craignait qu'il ne soit mort. Et si jamais elle en venait à apprendre sa mort, elle ne savait pas si elle le supporterait. Oui, elle le cherchait. Mais en ne le trouvant pas, cela lui laissait l'espoir de ... Et bien de lui mettre la main dessus un jour ou l'autre. Thodir ne lui avait pas laissé le loisir de lui donner sa réponse immédiatement. Il s'était éloigné quelque peu avant de revenir auprès de Níniel, quelques minutes plus tard. Peut-être ne lui donnerait-elle pas de réponse tout de suite. "Je vais ... y penser." Elle lui donnerait sa réponse assez rapidement. Peut-être dans la soirée. Ou la journée suivante. Juste le temps d'y réfléchir. "J'ai un peu peur ... qu'on en vienne à remonter jusqu'à moi." Il fallait qu'elle se protège. Elle ne voulait pas rentrer. Pas tout de suite néanmoins.

Afin de ne pas monopoliser la conversation, et être le seul sujet de conversation, elle en était venue à détourner la conversation. Justement. Histoire d'en savoir un peu plus sur Thodir. Ce qu'il devenait. Ce qu'il prévoyait de faire. Des petites choses dans le genre. Tout simplement. Il était occupé. Très occupé. "A ce que je comprends, vous avez un emploi du temps très chargé." Et pourtant, il était là, avec elle. A perdre du temps. Enfin, ce n'était pas une perte de temps. C'était s'enquérir de la santé d'une amie et la soutenir. "Je comprends mieux pourquoi vous me disiez que vous veniez ici pour oublier vos ennuis." Ca devait lui faire du bien. De penser à autre chose. De faire autre chose. La vieille femme en vint à rentrer dans la pièce afin d'apporter le thé. Des présentations rapides. Et sans plus attendre, elle était repartie aussi rapidement qu'elle était arrivée d'ailleurs. Une femme discrète. "En tout cas, je ne pourrais jamais assez vous remercier pour tout le mal que vous vous donnez pour moi." Certains l'auraient laissée se débrouiller. Mais les gens du Rohan étaient bien. Et elle avait bien fait d'atterrir ici. Sans le vouloir, certes. Mais si elle avait été ailleurs, qui sait si elle serait encore en vie.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 8 Jan - 20:29

Une rencontre pour le moins inattendue

Un rire monte à ma poitrine alors que la demoiselle tentait de se justifier. De dire qu’elle n’était pas encore mariée, et que rien n’était joué, encore. Un sourire monte à mes lèvres, et j’essaie de ne pas montrer qu’elle m’amuse. Car, au fond, malgré tout ce qu’elle a vécu, toutes ces choses qu’elle possède, elle n’arrive pas à s’arrêter de vivre. Non. Elle continue d’avancer, encore et encore. Elle continue de se battre, à sa manière, avec cette étrange force de caractère qui m’a plu la première fois que je le l’ai vu. Car, elle sait ce qu’elle veut, cette Niniel. Elle sait ce qu’elle veut, et pour ça, elle est prête à tout. Elle est prête à tout pour avancer encore et encore, même à partir au bout du monde, sans avoir la moindre idée de ce qu’il va bien pouvoir lui arriver par la suite. Un sourire sur mes lèvres, je croise les bras pour l’observer, avec cette étrange maturité que je peux posséder, parfois. Est-ce que c’est une conséquence de cette vie qu’on m’a donné, une vie d’héritier pleine de complots et d’entrainements ? Je ne le sais. Je crois que je ne le saurais jamais. Mais, malgré mon jeune âge, je sais prendre le recul qui s’impose parfois. Et là, Niniel me semble avoir besoin de parler et de commencer à trouver quelque chose à faire, d’exprimer certains doutes, aussi.

- Je pense que vous savez, comme moi, que pour la réponse à la plupart de vos questions, il faut aller voir Adrahil en personne, n’est-ce pas ? Mais, je ne suis pas certain que vous deviez y aller avant d’être prête. Cependant, spéculer sans avoir le fin mot de l’histoire ne fera que vous énerver encore plus. Et, je crois que je n’aimerai pas me retrouver face à vous armée d’une épée en ce moment. Que vous sachiez la manier ou pas, ce serait une arme redoutable pour exprimer votre colère et votre désespoir.

Je souris à nouveau avant de secouer lentement la tête de droite à gauche face à cette question étrange qui sort de la bouche de la jeune femme. Avait-elle raison ? Tort ? Il me fallait un peu de temps pour réfléchir à ça. Je me laisse donc aller contre mon siège, appuyant mon dos contre le dossier, sourcils froncés.

- Je pense que vous avez peut-être agi un peu vite. Partir comme ça, sans donner la moindre raison ni la moindre nouvelle à quiconque… votre famille va s’inquiéter et s’imaginer le pire. Maintenant, si vous êtes partie comme ça, c’est simplement parce que vous en aviez besoin, pour faire le point, et prendre le temps qu’il faut pour essayer de comprendre par vous-même. Peut-être qu’Alcarin pourrait vous aider dans cette manœuvre, mais il n’est pas présent parmi nous. À votre place, je pense que je serais parti moi aussi, pour prendre le temps qu’il faut. J’aurais cependant peut être préparé un peu plus mon départ, mais… Ce doit être la force de l’habitude qui me fait penser ça.

Car, oui, je voyage beaucoup. Bien trop. Et, un sourire monte sur mes lèvres. Je commence alors à parler. A expliquer certaines choses à Niniel car… Maintenant qu’elle a accepté de rester ici, elle va me voir revenir au milieu de la nuit, vêtu comme un mendiant, puant tout ce qui est possible de sentir mauvais, ou encore simplement couvert de sang de la tête au pied. Il faut bien qu’elle sache dans quoi elle s’engage. Mon sourire se crispe en la voyant hésiter, cependant. Est-ce ma proposition qu’elle trouve trop grosse, ou alors cette annonce qu’elle ne devait pas soupçonner qui la met ainsi dans l’ambarras. Voilà pourquoi je m’éloigne quelques minutes, pour la laisser réfléchir.

- Mes amis n’ont pas à poser de questions sur le pourquoi je rechercherai cet homme. Je le leur demanderai comme on recherche un ancien ami dont on souhaite avoir des nouvelles. Mais, prenez votre temps pour réfléchir, dans tous les cas. Je vous protègerai de ceux qui vous cherchent. Personne ne connait cette demeure, et en choisissant un nouveau prénom, vous pourrez vous faire passer pour quelqu’un d’autre. Peu de gens connaissent votre visage, les portraits sont rares et précieux, et je ne pense pas qu’on en fera faire des centaines juste pour vous retrouver.

Après un rapide passage de Nana – qui désapprouvera certainement que j’ai avoué l’un de mes noirs secrets à Niniel. Mais, elle doit comprendre. Et puis, elle a besoin de se retrouver en sécurité. Je pourrais lui apporter une partie de cette sécurité, je pense. Mais, je ne suis pas tout à fait certain de savoir accepter ma propre sécurité par moments…

- Oui, cet endroit est parfait pour se reposer. Nana va aller préparer votre chambre. Et, si vous arrivez à vous la mettre dans la poche, elle acceptera peut être de vous montrer quelques passes de défense au couteau. Si comme vous le dites, on vous recherche activement, savoir vous défendre pourra vous aider. Mais, ce quartier est calme et éloigné du centre et de l’agitation. C’est l’endroit parfait pour se cacher et être en toute sécurité.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 12 Jan - 9:19


Why I'm here?

Maybe it's time


Des questions. Trop de questions. Et ça la tuait. Ca la tuait à petit feu de ne pas savoir quoi faire. De ne pas savoir quoi dire. Peut-être s'était-elle trop emportée. Peut-être qu'elle devait faire la part des choses. Penser à autre chose. Peut-être devait-elle se donner du temps. Ou bien balayer tout cela d'un revers de la main loin. Bien loin. Elle aimerait tant penser à autre chose. Elle aimerait tant se concentrer sur autre chose. Elle aimerait tant tourner la page. Mais elle ne semblait pas y parvenir. Pour le moment. Níniel eut un petit sourire tandis que Thodir lui avouait ne pas vouloir se retrouver au bout d'une lame contre la jeune brune en ce moment. Elle secoua la tête. "Oh, vous savez, je doute que j'arriverais à vous faire du mal. Mon père a bien tenté de m'apprendre quelques petites choses ... Mais j'ai été une mauvaise élève. Je crois ... que j'aurais dû faire quelques efforts." Car oui. Elle n'était clairement pas douée avec une lame. Une dague, encore, disons qu'elle pourrait faire mal à l'autre. Sans arriver à le tuer. Elle n'était pas méchante. Pas une once de méchanceté. Certains auraient pu dire qu'elle était naïve. Egalement. Et qu'elle prenait la vie du bon côté. Sans chercher à se prendre la tête. Mais là ... En quittant prématurément Dol Amroth, la jeune Níniel avait changé. Peut-être ... qu'elle avait grandi. Et que ce n'était pas plus mal, d'ailleurs, qu'elle soit partie. Certains diraient qu'elle avait changé en mal. Mais elle ne pensait pas avoir changé en mal. Non. Plus affirmée. Plus déterminée. "Je vais voir ... Ce que je vais faire ... Avec Adrahil ... Peut-être vais-je attendre encore un peu." dit-elle dans un hochement de la tête. Le temps ... De quoi se laisser un peu de temps pour réfléchir à tout cela. Ni plus. Ni moins.

Autre interrogation qu'elle se posait, c'était de savoir si elle avait bien fait. De partir. Comme ça. Sans rien dire. Sans un mot. Il y avait des moments où elle regrettait. Où elle se disait qu'elle n'avait pas fait les choses correctement. Qu'elle aurait pu agir ... réagir autrement. Mais la jeune brune n'arrivait pas réellement à s'en convaincre. Voilà pourquoi elle demandait l'avis de Thodir. Il était extérieur à tout cela. Il n'avait pas toutes les cartes en main. Mais il pourrait éventuellement lui dire ce qu'il pensait de tout cela. Peut-être également lui donner quelques conseils. Qu'elle suivrait. Ou non. Selon le jeune homme, Níniel n'aurait peut-être pas dû partir de la sorte. Certes, partir était loin d'être une mauvaise idée. Mais elle aurait dû prévenir ses proches. Ses amis. Leur dire de ne pas s'inquiéter. Qu'elle avait besoin d'un peu de temps pour elle. Pour réfléchir à tout cela. Sans doute que ses proches devaient se faire un sang d'encre à son sujet. Peut-être pensaient-ils qu'elle était morte. Qu'ils ne la reverraient peut-être jamais. "Ils doivent sûrement être en train de le faire ... S'inquiéter pour moi. Se demander si je suis encore en vie ... Et si je leur reviendrais. Peut-être s'attendent-ils au pire." Et peut-être également que si elle restait le plus longtemps possible hors d'atteinte, ils la croiraient perdue. Définitivement. Et elle serait ainsi tranquille. Mais le voulait-elle réellement ? Être tranquille ? Ou bien voulait-elle qu'on la cherche ? Et qu'on cherche à la ramener ? Níniel n'aurait su dire ce qu'elle voulait réellement. Qu'on la cherche ... Qu'on la laisse tranquille ... Peut-être un peu des deux. Thodir ajouta que son ami Alcarin pourrait sans doute l'aider à voir plus clair dans toute cette histoire. "Sans doute. Mais encore faudrait-il que je puisse lui mettre la main dessus." Et ce n'était pas gagné d'avance. Níniel n'avait aucune nouvelle de lui. Personne n'en avait. Même pas ses parents. Elle aurait pensé qu'il aurait pu ... Et bien, qu'il aurait pu lui donner quelques nouvelles. Lui envoyer une lettre. Un petit mot. Ou que sais-je. Mais rien. Pas un mot. Pas une note. Ce qui ne laissait présager rien de bon. Elle avait peur ... Peur pour lui. Peur de découvrir qu'il était en réalité mort.

Voilà pourquoi Níniel était hésitante. Elle ne savait pas si c'était une bonne idée de vouloir le retrouver. Et de découvrir ce qu'il était advenu. Il était peut-être mort. Et la jeune brune n'avait clairement envie de découvrir le comment du pourquoi de toute cette chose. Mais également, elle était perplexe ... Par rapport aux révélations que Thodir lui avaient faites. Pourquoi lui parler de tout cela ? Peut-être parce qu'il se doutait qu'elle n'irait pas le répéter. Parce qu'elle était fiable. Parce qu'elle ne dirait rien. Parce qu'elle savait garder un secret. Et elle le ferait. Elle ne parlerait de cela à personne. Parce qu'elle n'avait pas spécialement envie de s'attirer plus d'ennuis. Elle en avait déjà bien assez selon elle. Enfin, elle n'en aurait pas si elle rentrait chez elle. Mais elle ne le ferait pas tout de suite. A sa manière, Thodir voulait l'aider. Et il l'aiderait à retrouver Alcarin s'il le pouvait. Et il le pouvait. Il pouvait glisser le mot. Thodir lui conseillait de changer de prénom. D'être connue sous une autre identité. Le temps ... Et bien, le temps qu'elle décide de quoi faire. Et le temps qu'elle resterait sur le Rohan. "C'est loin d'être une mauvaise idée. Je n'y avais pas pensé à dire vrai." Nouvelle vie. Nouvelle identité. Ca serait temporaire. Mais ça lui éviterait quelques ennuis sans doute. Elle devait donc réfléchir à une nouvelle identité. Un nouveau prénom ... Elle pencha la tête sur le côté. Vers la droite. Puis vers la gauche. "J'aime bien Histiel. Qu'en pensez-vous ?" Ca ressemblait à Níniel. Mais ce n'était pas Níniel pour autant. Et personne n'irait faire le rapprochement. Du moins, elle le pensait. Et puis, comme le soulignait Thodir, les portraits étaient rares. Mais elle était sûre et certaine qu'Adrahil ferait son possible pour la retrouver, quitte à faire circuler des portraits d'elle. Mais elle ne voulait pas trop y penser.

Elle allait se reposer. Quelques jours. Quelques semaines. Quelques mois. Elle ne savait pas combien de temps ça prendrait. Mais elle en avait besoin. Et ça durerait le temps qu'il faudrait à dire vrai. Thodir lui expliqua que si elle était gentille avec Nana et que celle-ci lui apprendrait quelques trucs. "Oh, je ne sais pas si c'est une bonne idée. Enfin ... j'veux dire ... Oui, apprendre à me défendre, ça serait bien. Mais ... je crains de n'être une réelle bonne élève." Et elle n'avait pas spécialement envie de se faire mal. Ou bien de blesser quelqu'un d'autre. Elle était ... Un peu maladroite. Beaucoup. "Je serais du genre à m'entailler sans le vouloir." Ca serait dommage que ça arrive, non ? "Pour le moment ... Je vais me contenter ... de faire profil bas. De prétendre être quelqu'un d'autre. Et une fois que j'aurais les idées claires, j'aviserais." Ne pas prendre de décision hâtive, en quelque sorte. Et patienter.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 16 Jan - 23:05

Une rencontre pour le moins inattendue


- Mais si, tout le monde peut apprendre l’art de la lame, au moins pour se protéger soi même. Je m’en voudrais de vous laisser sans défenses dans ces rues dangereuses.

Car oui, au fond de mon cœur, je savais parfaitement combien les rues étaient dangereuses ici. Je savais parfaitement ce qu’il se passait ici. Les coupes gorge étaient légion, et une demoiselle au visage aussi délicat que Niniel devait absolument savoir se protéger. D’ailleurs, j’avais du mal à comprendre comment elle avait pu faire pour arriver jusqu’ici entière. En fait, j’avais tout simplement du mal à réaliser que tout ait pu bien se passer pour elle alors qu’elle traversait les terres du milieu seule. Aucun orc ne l’avait-donc trouvée ? Aucun brigand ne l’avait attaquée ? Un sourire indulgent monte à mes lèvres et je soupire un coup avant de contempler la jeune femme.

- Oui, vous devez vous reposer, et tenter de voir clair dans tout ça. C’est le plus important.

J’essaye de la conseiller petit à petit, j’essaie de lui dire qu’elle doit patienter et laisser son cœur la guider alors que cette difficile épreuve l’attend. Car, faire un choix n’est pas facile du tout, surtout un choix aussi important. Devait-elle pardonner ou non à l’homme de sa vie ? Si tant est qu’il était encore l’homme de sa vie après ça. Après tout, tout ceci était on ne peut plus compliqué, et je n’aurais pas aimé me retrouver dans cette situation. Non, cela aurait été complexe. Il fallait dire que j’ai un point d’avance sur elle là : je suis un homme. Et, je n’aime pas les hommes. Pas de cette manière en tout cas. Pas de cette manière. Non, mon cœur était pris depuis un petit moment, par une princesse à la peau si blanche et au regard si profond que j’ai parfois l’impression que jamais je ne pourrais m’en détacher lorsque j’y plonge. Et, je ne vois pas Eodia avoir ce genre de comportement, ça non. Tout comme, si un jour je devais avoir la moindre raison d’être jaloux, et encore pour cela faudrait-il qu’il y ait le moindre moment de romance entre nous, j’irais plus lui parler qu’autre chose. Je n’irais certes pas faire la moindre action dans son dos pour ne pas qu’elle puisse m’en vouloir de cette manière.

- Oui, vous pouvez leur envoyer une lettre, sans leur dire où vous êtes, si vous voulez les rassurer.

Envoyer un messager peut être une bonne chose, et je connais justement quelques messagers capables de garder ce genre de secrets, tout en apportant une réponse si besoin s’en fait sentir. Un sourire monte à mes lèvres, et je me demande si je dois exprimer le fond de ma pensée à Niniel. Non, peut-être pas. Elle doit avoir le temps d’y réfléchir. Pour une seule soirée, je dois avouer trouver que ça fait beaucoup d’informations à gérer, et je ne sais comment faire pour lui faire comprendre que mes conseils et mes propositions ne s’envoleront pas au matin venu, mais qu’au contraire, elle peut prendre tout le temps dont elle a besoin pour réfléchir, se reposer et poser tous les éléments qu’elle possède pour prendre sa décision, et ensuite seulement venir me voir pour me faire part de ses décisions.

- C’est un nom elfique non ? C’est joli, en tout cas. J’aime assez. Alors, Dame Histiel, soyez la bienvenue dans ce monde.

et la joueuse aime bien le clin d’œil. Levant la tasse de thé qui refroidit devant moi, je salue la demoiselle avec un sourire sur les lèvres avant de boire une gorgée. C’est un nom simple, qui résonne comme celui qu’elle porte depuis sa naissance. Cette demoiselle me semble avoir un esprit pratique, et je vois là comment elle a pu s’en sortir jusque là en étant seule. Un sourire monte à mes lèvres et je pose mon coude sur la table avant de mettre mon menton dans ma main et de l’observer une seconde.

- Vous êtes intelligente, mon amie. Vous vous en sortirez grâce à ça. Je passerai vous voir aussi souvent qu’il me sera possible, afin que nul ne puisse mettre en doute votre honneur ni le mien. Mais, savoir vous défendre est indispensable. Je serais loin, et Nana se fait vieille, même si jamais elle ne l’avouera à haute voix. Edoras est une ville dangereuse, et même si ce quartier est tranquille, alors que vous marcherez dans ses rues, vous ne serez pas à l’abris des coupes jarrets qui sont prêts à tout pour une bourse vide ou pleine.

Je ne veux cependant pas l’inquiéter, aussi je me tais quelques secondes, le temps d’avaler une nouvelle gorgée de thé, et de soupirer un coup.

- Nana est un excellent professeur. Elle saura vous apprendre à vous défendre contre ça. Vous allez me trouver insistant, mais je ne supporterais pas que ma proposition de rester ici vous attire des ennuis, quels qu’ils soient.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 21 Jan - 20:30


Why I'm here?

Maybe it's time


Combattre ... Se défendre ... Des mots horribles selon la jeune Níniel qui ne comprenait pas pourquoi des gens se battaient entre eux. Elle avait eu de la chance. Elle avait vécu durant de longues années dans une cage dorée, où personne ne pouvait l'atteindre. Où elle n'était pas en danger. Où elle était en sécurité. Où elle pouvait compter sur les autres pour la défendre. Et puis, elle était partie. Elle était sortie de sa bulle. Elle avait vu le monde. Et le monde, il était moche. Dans le sens où elle avait été tenue à l'écart des atrocités. Elle était peut-être un peu naïve. Peut-être pensait-elle que le monde entier était calme et sécurisant. Mais maintenant, ce n'était plus le cas. Du tout. Elle connaissait les dangers. Elle avait rencontré Indira, dans une auberge. Elles avaient été attaqués. Níniel avait eu la chance de s'en sortir sans encombres. Mais elle n'avait pas de nouvelles de l'autre humaine. Et elle ne savait pas si la jeune femme était encore en vie, si elle avait pu échapper à leurs agresseurs, ou bien si elle avait fini par y rester. Dans un certain sens, elle ne voulait pas y penser. Peur de culpabiliser, sans doute. "Pour se protéger alors ..." Parce qu'elle savait très bien qu'on ne pouvait pas toujours la protéger. Elle était seule en Rohan. Sans ceux qui veillaient sur elle, et elle savait qu'ils étaient nombreux. Comme elle était la futur épouse du jeune héritier, elle se doutait qu'on la surveillait, dans l'ombre. Mais cela ne l'avait pas empêché de s'en aller néanmoins. D'ailleurs, elle se demandait parfois si sa fuite n'avait pas été facilitée d'une quelconque manière. Car à bien y penser, elle était partie facilement. Sans heurts. Elle allait devoir réfléchir à tout cela. Pour sûr. "Mais je doute être la meilleure des élèves. Car cela n'est pas quelque chose qui m'intéresse réellement. L'art de la guerre ... Cela sera plus l'art de la défense qu'autre chose." Ôter une vie ? En serait-elle capable ? Elle n'en avait aucune idée. Et elle ne voulait pas y penser. Mais avant de se lancer dans un travail d'une telle envergure, elle se reposerait. Elle se ressourcerait. Elle reprendrait un peu de couleurs car il lui semblait qu'elle était un peu trop pâle à son goût. Peut-être le changement d'air. Le fait de voyager. La fatigue. Tout simplement.

Quand bien même Níniel ne souhaitait pas rentrer tout de suite chez elle, Thodir lui conseillait de ... Et bien d'envoyer une lettre à ses proches. Une missive. Pour les rassurer. Leur dire qu'elle allait bien. Qu'elle était encore en vie. Car oui. Ils devaient s'inquiéter. Mais la brune avait peur qu'on finisse par lui mettre la main dessus si elle envoyait une telle missive ... Bah, c'était un risque à prendre. Et elle était prête à le prendre. Parce qu'elle avait des amis. Des proches qui s'inquiétaient et qui se demandaient s'ils allaient finir par la revoir un jour. Elle verrait ce qu'elle ferait ou ne ferait pas. Là, elle était quelque peu fatiguée. Et elle ne souhaitait pas prendre une décision hâtive qui pourrait ... Et bien, qui pourrait lui faire défaut par la suite. Non. Elle devait réfléchir à tout cela. Et prendre son temps. Ni plus. Ni moins.

La seule décision qu'elle allait prendre tout de suite, c'était concernant sa nouvelle identité. Autant se fixer sur un prénom dès maintenant. Elle n'avait pas besoin de réfléchir plus longuement sur le sujet. Elle eut un sourire tandis que cela semblait amuser Thodir qu'elle choisisse ce prénom. "Merci à vous, sir Thodir, de m'accueillir dans ce monde." ajouta-t-elle dans un sourire avec un hochement de la tête. C'était mignon tout plein. Et puis, ça lui était venu comme ça. Et ça lui irait sans doute bien. Enfin, ça ressemblait à son propre prénom. Peut-être aurait-elle du choisir une autre consonance. Quelque chose de bien plus éloigné de Níniel ... Non, Histiel, c'était bien. Autant rester sur ce prénom. Toujours se fier à sa première idée. Parce que la suivante pouvait être horrible.

Thodir insista sur le fait qu'elle devait apprendre à se défendre. Qu'il ne pourrait pas être là pour la protéger. La vieille femme non plus. Elle avait de la ressource, mais cela ne suffirait pas. "A vous entendre, j'en viendrais presque à croire que vous cherchez à m'inquiéter." Mais c'était peut-être le cas. Parfois, une inquiétude justifiée vous fait prendre les bonnes décisions. Et la bonne décision pour Níniel, c'était de ne pas s'endormir sur ses lauriers. Elle n'était pas dans sa cité où elle connaissait tout le monde, ou presque. Où elle avait des gardes qui la surveillaient. Des protecteurs qui étaient là si jamais elle avait besoin d'être. Un fiancé qui gardait toujours un oeil sur elle afin d'être sûr qu'elle allait bien. Maintenant, elle était seule. Seule dans un vaste monde dont elle ne connaissait pas toute l'étendue. Seule avec elle-même. "Ennuis ou non, que je le veuille ou non, ils viendront forcément à un moment ou à un autre toquer à la porte." Elle ne voulait pas paraître défaitiste mais bon. Elle savait qu'elle se ferait tirer les oreilles une fois qu'on l'aurait retrouvée. Pour le moment, elle allait savourer ses quelques instants de liberté, encore, et elle apprendrait également deux ou trois choses avec Nana. "Sur ce ... je ne veux pas vous paraître malpolie. Et n'allez pas croire que vous présence m'importune, bien au contraire ... Mais je commence à être fatiguée ... Je crois que c'est la pression et l'adrénaline qui est en train de retomber." Le fait de savoir qu'elle serait tranquille, ici, chez Thodir. Qu'elle serait en sécurité. Et qu'elle ne risquerait rien. Le fait de savoir qu'au final, elle n'était pas toute seule et qu'elle avait des alliés.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 24 Jan - 2:53

Une rencontre pour le moins inattendue

Je suis ce qu’on peut appeler quelqu’un de têtu. Et, pour le coup, j’ai besoin d’être sûr que mon amie soit en sécurité ici, même si je dois lui apprendre moi-même l’art du combat. En fait, il s’agit par là surtout d’éviter qu’elle ne s’attire des ennuis à cause de moi. Oh, si quelqu’un découvrait que je la cache ici… Au mieux, on la prendrait pour ma maitresse, au pire on tenterait de l’utiliser contre moi. Et, lui faire du mal serait l’une des choses les plus crédibles et possible. Alors, comme j’ai de puissants ennemis, j’ai l’intention qu’elle apprenne à se défendre. Pour sa propre protection. Je n’irais pas jusqu’à en faire une obligation mais… si elle refuse, je vais devoir lui envoyer un garde du corps. Et, les gardes du corps… Oh, ce n’est pas vraiment ce qui court les rues. Même si étant à la tête d’une organisation secrète, je peux très bien décider de lui envoyer un de mes gars. Ça, pour le coup, il est quelques noms qui me viennent immédiatement à l’esprit. Cependant, Niniel semble finir par se ranger un peu à mon avis, même si je vois bien que c’est à contrecœur. Peut-être ai-je eu tort d’insister de cette manière ? Peut-être que j’aurais dû simplement la laisser réfléchir comme il se doit ? Oui, certainement même. Mais, je ne suis pas le genre de personne qui laisse aux autres le temps. Non, j’ai tendance à agir à l’instinct, et cet instinct ne se trompe que rarement. Enfin. Ce n’est pas grave.

- Et, c’est tout ce qui compte. Savoir vous défendre. Si vraiment vous être un cas aussi désespéré que vous le prétendez, je vous assignerais un garde du corps. Mais, je ne me pardonnerai pas si mes ennemis vous faisaient du mal. Ou, si quoi que ce soit vous arrivait. Pour une femme seule, une ville aussi grande qu’Edoras reste dangereuse. Et, je ne puis être là tout le temps. J’ai des obligations, pour mes hommes comme au palais, où je suis l’un des conseillers du roi depuis quelques semaines.

La remarque de Niniel… Pardon, Histiel me tire un sourire et je soupire quelque peu en la voyant m’appeler Sire Thodir. Non, vraiment… C’est idiot. Je ne suis pas un sire. De naissance, certes je suis noble et l’héritier d’une cité mais… Mais je suis loin d’avoir gagné de par mes prouesses le moindre titre. J’en suis réellement à me demander ce que peut bien me trouver le roi, comme parfois il semble me trouver de bon conseils, ou un preux guerrier. Je n’ai que dix-neuf ans, et déjà je suis conseiller du roi, et capitaine de son ordre secret personnel… Parfois, je me demande si mes épaules sauront se montrer assez fortes pour tenir tous ces grades qu’on m’octroie. Mais, Père m’a maintes fois répété que même si je n’ai pas l’impression de mériter mon rang et mon grade, je n’ai qu’à faire comme si je pensais que si. Car, c’est ainsi que je saurais m’en montrer digne, en les acceptant, en les portant, et en tentant de faire honneur aux gens qui m’ont fait confiance. Ce conseil m’est précieux, et j’essaie jour après jour de le tenir, même s’il m’arrive, comme à tout le monde je pense, d’avoir des moments de doute.

- Mais, je vous en prie, Dame Histiel. C’est avec grand plaisir que mon toit vous est ouvert.

Mon toit et mon amitié la plus sincère. Non, décidément, cette demoiselle m’est chère. Et, ne voyez là aucun élan amoureux, non. Cela fait bien longtemps que mon cœur a été volé par deux grands yeux bleus et un sourire si pur que nul ne pourra jamais l’égaler. Mais, il est rare de trouver en ce monde quelqu’un qui sait attirer mon attention et mon amitié. Niniel est réellement spéciale, et c’est cette force de la nature que mon œil de guerrier tente d’entretenir. Car, même si elle n’a aucun élan guerrier, même si elle est une femme et que sa place et loin des champs de bataille, quelque chose me dit qu’il faut que je tente quelque chose, tout comme j’espère lui apprendre à se protéger. Cette force de caractère qu’elle possède, elle pourrait la mettre dans l’art de l’épée, pour sa propre protection, j’en suis sûr. Mais, alors que je remet le sujet sur le tapis, en insistant sur le fait qu’une femme seule en cette cité peut avoir des ennuis, j’ai l’impression de tourner en rond.

- Non, je ne souhaite pas vous inquiéter, mais… Mais j’ai réellement peur pour vous. Vous avez eu beaucoup de chance d’arriver jusqu’ici indemne, et je n’aime pas compter sur la chance pour m’en sortir. J’ai peur de vous voir épuiser tout votre quota de chance et finir dans des ennuis d’où je ne pourrais vous tirer, et d’où vous ne saurez vous tirer non plus.

Je hoche la tête en l’entendant me demander congé. Oui, il est tard. Très tard. Et, moi-même j’ai beaucoup à faire avant d’aller me coucher. Je dois retourner au palais, et aussi passer dans un coin reculé de la capitale du Rohan pour demander à un homme de confiance de garder un œil sur la maison. Car, même avec Nana ici, je préfère être certain que tout ira bien pour mon invitée.

- Alors, permettez-moi de prendre congé. Je dois retourner au palais pour ce soir, mais je reviendrais certainement dans la semaine pour dîner avec vous, si vous me le permettez. Avant de vous laisser, je vais vous montrer votre chambre, au premier étage.

Je me relève, et je m’incline devant la demoiselle, une main sur le cœur, avant de la précéder dans le couloir. Je lui montre les latrines et la salle de bain, où se trouve un baquet qu’on peut remplir avec des seaux d’eau chaude, puis je monte l’escalier et lui indique ma chambre, la première porte sur la droite, sa chambre à gauche et celle de Nana au fond du couloir. Les pièces sont simples mais confortables, et je suis certain qu’elle trouvera le lit confortable pour dormir. Je la laisse pénéter dans la pièce, et je m’adosse au chambranle

- Si vous souhaitez revoir la décoration de la maison, n’hésitez pas. Ce sera bien plus votre chez vous que le mien.

Après quelques minutes, je me retire une dernière fois, et je repars dans les rues de la ville pour monter à la caserne, puis au palais.



HJ : un jour, il faudra que tu m'explique comment j'arrive à sortir 1000 mots en 20 minutes pour toi quand je galère à en sortir 400 en 1h pour d'autres hein XD
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 25 Jan - 22:03
25.01.2015

Why I'm here?

Maybe it's time


Combattre pour combattre, par plaisir, ou bien pour tuer, c'était hors de question. Par contre, pour se défendre, et éviter de ... et bien, s'éviter des ennuis, oui. Elle était d'accord. Níniel n'était pas certaine qu'elle serait bonne élève. Qu'elle serait douée. Elle n'était pas certaine d'y parvenir. Mais pourquoi pas ? Ca ne pouvait pas lui faire du mal. Bien au contraire même. Cela ne pouvait lui être que bénéfique. Thodir était prêt à l'aider. Et si jamais elle était irrécupérable, et bien, oui, il trouverait une autre solution. Et il lui trouverait un garde du corps. Elle pencha la tête légèrement sur le côté. L'idée était intéressante en soit, mais elle n'avait pas envie d'être le fardeau d'une autre personne. "Je ne saurais comment vous remercier. Néanmoins, je n'ai pas vraiment envie d'être ... comment dire ... un boulet." Qu'une personne veille sur elle, oui, pourquoi pas. Mais un garde du corps. "Et honnêtement, un garde du corps ne ferait qu'attirer l'attention sur moi. J'apprécie le mal que vous vous donnez. Et je comprends que vous ne souhaitez que me protéger. Mais je dois aussi faire ma part. Et me prendre en main." ajouta-t-elle dans un hochement de la tête. Elle devait se bouger les fesses. Elle avait parcouru tellement de lieues, elle avait été tellement loin par ses propres moyens. Elle se devait de faire attention. Elle se devait de faire des efforts. Et la première chose qu'elle devait faire, c'était apprendre à se défendre. Ni plus. Ni moins.

Dame Histiel. C'est ainsi qu'on la nommerait à présent. Et ce pour un temps indéterminé. Quelques jours. Quelques semaines. Quelques mois. Tant qu'elle pourrait poursuivre la supercherie. Enfin, Níniel savait que cela ne pourrait pas durer éternellement. Mais elle avait encore besoin de temps. Et elle ne pourrait s'en ressortir qu'améliorée de cette situation. Moins naïve. Moins ... calme. Moins douce également. Certes, cela l'arrachait au monde de l'enfance. Mais il était temps de grandir. Et de ne plus croire qu'elle vivait dans un monde de bisounours. Quoi qu'il en soit, il était appréciable qu'elle soit tombée sur Thodir, au marché. Car elle chercherait sans doute un endroit pour passer la nuit. Oh, elle avait déjà trouvé. Mais la petite maisonnée de Thodir était quelque peu plus luxueuse que la précédente. Elle s'y sentirait bien. En sécurité. Elle ne serait pas seule. Elle apprendrait à connaître Nana. Oui. Ca ne pouvait être que bien.

Thodir continuait de s'inquiéter pour elle. Pour sa santé. Il avait peur qu'il ne lui arrive quelque chose. C'était compréhensible. Mais il ne devait pas s'inquiéter. Elle avait su s'en sortir jusque là. Avec un peu de chance, elle allait continuer ainsi et il ne lui arriverait rien. Enfin, ça, c'était son côté optimiste. "Oh diable ! Vous êtes bien pessimiste ! Vous allez finir par me porter malchance !" en vint-elle à lui dire sur un air amusé, tout en lui tirant la langue. "Peut-être ai-je une bonne étoile qui veille sur moi. Et j'espère bien que cela va continuer longuement." Elle savait très bien qu'elle ne pouvait pas compter que sur la chance. Níniel n'était pas stupide pour autant. Elle comprenait tous les dangers de sa venue au Rohan. Elle comprenait qu'elle pouvait être une cible. Elle comprenait qu'elle ne rentrerait peut-être jamais chez elle. Mais la brune ne souhaitait pas vraiment y penser. Elle préférait ... Et bien, elle préférait garder espoir. Et de ne pas trop s'en faire.

Mais ils auraient tout le temps d'en reparler. Une autre fois. Il commençait à se faire tard. Elle était fatiguée. Et lui devait avoir d'autres choses à faire. Il devait s'en retourner au palais. Compréhensible. Elle eut un hochement de la tête et elle suivit alors Thodir qui s'engouffrait dans les différents couloirs afin de la mener jusqu'à sa chambre. Une petite visite, en quelque sorte. Bien qu'elle aurait sans doute l'occasion de découvrir les lieux le jour suivant. "Ceci est votre domaine. Vous serez toujours le bienvenu." Il pouvait passer quand il le désirait, cela ne dérangeait pas la jeune femme. Il était chez lui après tout. Et il pouvait venir quand il le désirait. Cela restait sa maison. Sa demeure. Son coin où il pouvait réfléchir. Penser. Être seul. Et si jamais elle devenait gênante, si jamais elle l'ennuyait, il n'aurait qu'un mot à dire. Et elle s'effacerait. Níniel n'était pas du genre à s'imposer. Elle ne le ferait pas. Jamais. "N'hésitez pas à passer. Autant que vous le désirez." Ca lui ferait du bien de le voir. Parce qu'ils étaient peu à connaître sa véritable identité. Elle ne souhaitait pas mettre plus de gens au courant. Quoi qu'il en soit, Níniel était en train de découvrir sa chambre. Thodir lui parla également de la décoration. Qu'elle pouvait se permettre de faire quelques petits changements si besoin était. Níniel eut un sourire ainsi qu'un hochement de la tête. "Encore une fois, merci beaucoup pour tout." Elle lui aurait bien fait un bisou sur la joue mais elle trouvait que cela était déplacé. Alors, elle ne fit rien. Elle se contenta de le regarder s'en aller après qu'elle l'ait salué. Demain serait un autre jour. Un jour meilleur sans doute.


Ah, je ne sais pas ? En même temps, c'est pas pour rien qu'on raffle les awards des meilleurs RP ;) Sur ce, terminé, à moins que tu n'aies des choses à rajouter ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Réglage du PC pour consommer moins
» Une ONG pour le moins raciste
» Un entrainement pour le moins... foudroyant! [pv Buster]
» Un spectacle pour le moins vivant ! 《 Pv Natsume Homura & Saama Zenko 》
» Elvia&Gab •• Des retrouvailles pour le moins royales

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Archives Rp-
Sauter vers: