Un nain aveugle dans les rues d'une cité sur pilotis [topic libre]

 ::  :: Les Archives :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 12 Déc - 1:55

Un nain aveugle dans les rues d'une cité sur pilotis


Autrefois, alors qu’il était un jeune nain sans réelle ambition, alors que Noël approchait ou s’éloignait, laissant l’euphorie grimper ou retomber, kili avait joué avec son frère à se bander les yeux, pour tenter d’avancer dans les rues de la cité naine des montagnes bleues sans y voir. Mais, malheureusement pour lui, il n’y était jamais réellement arrivé. Il aurait eu besoin d’un guérisseur pour montrer ses yeux, mais malheureusement pour lui, il n’y avait personne dans Esgaroth qui possédait les compétences dont il avait besoin. Afin de ne pas aggraver les choses, il avait placé un linge sur ses yeux, et il les baignait à l’eau tiède matin et soir, en espérant grandement que cela suffirait. Car, le jour de Durin approchait, et il ne pouvait rester aveugle. Surtout à cause d’une histoire aussi stupide qu’un coup de vent glacé dans ses yeux. Non, vraiment, il ne pouvait pas continuer comme ça.

Un soupir monta à sa poitrine, et il rajusta le linge sur son visage, inclinant la tête avant de la secouer pour être sûr que rien ne bougerait. Et puis, armé de son arc, qu’il utilisait comme un bâton de marche, il sortit de la pièce pour se rendre dans les rues d’Esgaroth. Il lui fallait faire on ne peut plus attention à ce qu’il faisait, car il ne savait pas nager, et il n’avait pas envie de finir dans le lac. Quelle utilité pour un nain des montagnes d’apprendre à nager, hein ? le surf des neiges sur l’écu de chêne de son oncle avaient été une bien meilleure occupation. Et, désormais, il devait avancer sur les rues de bois, sans sa vision pour le guider, et en faisant attention de ne rentrer dans rien du tout. Sauf que, bien évidemment, ce ne fut pas le cas, et la personne qu’il bouscula manqua de le faire tomber au sol. Avec un grognement il se remit d’aplomb, avant de secouer la tête de droite à gauche.

- Milles excuses, madame ou monsieur. Je n’avais nulle intention de vous rentrer dedans en ce jour, mais mes yeux me font défaut.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 20 Déc - 15:06

Kili & Cyrïelle

Poussez moi, excusez vous !
Le jour et la nuit n'étaient qu'illusoires, une simple magie des Dieux pour montrer aux Hommes qu'ici et là, il fallait faire une activité. La journée était celle du travail et du labeur, et heureusement pour toi, tu en avais écopé aujourd'hui. Après tout, cette femme était payée par ton père pour garder sous silence ton secret alors quand tu arrivais tant bien que mal à retourner le sort en ta faveur, tu obtenais un jour de repos de plus que ta pauvre Érika restée seule dans cet atelier de couture. Elle n'avait certes pas de chance et c'est ce pour quoi tu avais prévu de passer la voir le soir même avec un repas chaud, elle qui manquait de tout. Elle avait perdu son mari lors du retournement de son navire et aujourd'hui, elle attendait un enfant sans revenue autre que celui qu'elle se tuait à avoir dans cette immonde maison à tisser. Et toi, tu avais atterrit là par le plus grand des mécontentements et tu n'en aurais certainement jamais la cause. Neesa avait le don de te manquer, elle et sa naïveté maladive. Tous tes amis te manquaient et Mirkwood n'était pas si loin finalement.

Oh, jamais tu n'avais songé à partir d'ici et faire grandir le désespoir de ton père. Il t'aimait, mais il voulait certainement faire de toi quelqu'un de meilleur. Ce qui en soit fonctionnait petit ç petit depuis que tu étais arrivée à Lacville. Et autant dire que cette petite cité sur pilotis va son lot de misère et de rebondissement. Qui ne savait pas que cette femme trompait son mari avec un tel, alors que le mari ne le savait pas lui m^m’aveugle à l'amour qu'il portait à sa femme. Toi, tu te contentais de vivre avec eux en aidant ceux que tu trouvais plus dans le besoin. En premier lieu les enfants, car il y en avait une tripotée, comme quoi les hommes aimaient ce genre de plaisir que d'avoir une grande famille. Tu ne comptais pas en avoir une de sitôt pour ta part, ton coeur étant encore à prendre. Dernièrement pourtant, la ville était ua petite secrète et raconteriez en tout genre. Des nains avaient fait leur apparition et tu n'en avais jamais vu de ta vie enfermée entre les murs de ta cité. Curieuse, on t'avait mis une tonne d'idée malsaine sur les nains en tête et puis tu avais envie de te faire ton idée propre plus que celle de ta culture.

Car autant le dire, les elfes avaient une façon de voir déjà différente des hommes sur certains points et parfois ton peuple n'avait pas totalement raison. Enfin... allant ici et là prendre des ivres pour le repas de ce soir, tu abordais une robe brune recouverte de ton étole écrue recouvrant tes frêles épaules, laissant tes cheveux glisser dans ton dos en fines boucles couleur soleil. Lorsque, tête en l'air vraiment comme tu l'avais toujours été, tu bouscula ou on te bouscula, le concept était vraiment hasardeux à vrai dire, en manquant de te prendre les pieds dans ta robe, tu te rattrapas rapidement et par réflexe à une corde qui passait par là pour ne pas tomber à l'eau alors que la personne. Petite personne, te présenta des excuses en ajoutant qu'il n'avait pas les yeux purs y voir correctement.

À bien y regarder, cet homme était plus petit qu'un homme, mais avait bien une voix mature et assurée d'un homme d'un âgé certain. Barbe et autres ornements, tu t'arrachas toi_même une sourire en comprenant que tu venais de tomber sur un nain qui était à Esgaroth depuis peu. Digne, tu ne t'abaissas pas à sa hauteur, mais tu posas une main sur son épaule se voulant réconfortante et ajoutant : « Ce n'est rien Monsieur, il arrive à tout le monde d'être en proie à certain mot et de vouloir vivre malgré eux. ». Bien que cette gentillesse en toi semblait te porter, à aider les autres, un humain pour qui tu devais te faire passer, aurait certainement aidé ce pauvre nain si comme toi il n'avait rien à faire. « Néanmoins, pour ne pas bousculer d'autres personnes en ces lieux puis-je vous aider à quelque chose ? Vous rendre quelques parts par exemple ? »

HRP: J'ai tenté de faire court >w<


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 21 Déc - 20:57
HJ : je suis pas d'accord. J'suis pas roux XD

Un nain aveugle dans les rues d'une cité sur pilotis

La voix mélodieuse qui arriva à ses oreilles lui tira un sourire. Il se contenta de sourire, avant d’incliner la tête dans la direction d’où venait cette voix. Il ne savait qui il avait bousculé, cette fois, mais cette personne semblait un peu plus aimable que le tavernier de la veille. Ou, par cet homme qui avait menacé de le jeter à l’eau alors qu’il n’avait pas réellement fait exprès. Enfin, on ne choisissait pas sa vie.

- Oh, ne vous en faites pas, gente dame, cet état ne durera pas. Le vent de cette cité est violent, et c’est lui qui a abîmé mes yeux, mais ça va guérir selon le guérisseur de la cité qu’on m’a envoyé voir.

Après, le nain ne savait pas réellement si ce guérisseur était digne de confiance ou pas. Après tout, il n’avait jamais entendu parler de lui auparavant. Chose peut étonnante quand on savait que le nain venait des montagnes bleues, si loin d’ici qu’entendre parler de la renommée locale d’un guérisseur était tout bonnement impossible. Mais, il n’avait pas non plus fait quoi que ce soit pour mettre en doute la parole de celui-ci. Il n’avait pas réellement le choix. Il devait prendre son mal en patience et laisser ses yeux guérir. D’ici deux jours, avec un peu de chance, il serait capable de commencer à voir, et sa vue serait totalement revenue pour le jour de Durin. Oh, il ne manquerait ça pour rien au monde. Rien du tout.

- Je ne me rends nulle part en particulier. Je me contente simplement de me balader dans ces rues et de me laisser bercer par le bruit des gens qui passent.

Enfin, il fallait avouer qu’aussi il tentait de s’habituer à cet état au cas où ce serait permanent. Mais, il espérait au plus profond de son cœur que ce ne serait pas ce genre de chose impossible à guérir qui dépassait les guérisseurs. Mais, il n’avait pas d’autre choix que d’attendre. Pour un nain archer, c’était étrange de se voir ainsi privé de la vue. Mais, il saurait aussi faire en sorte de s’en sortir, du moins l’espérait-il.

- Je me nomme Kili, et vous madame ?

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 23 Déc - 1:01
HJ : Je te trouve très sexy en roux ! le coucher de soleil romantique tout ça tout ♫ *ceci est une vile blagounette!*


Kili & Cyrïelle

Poussez moi, excusez vous !
Il y avait de ces gens qui savaient être agréable dès le premier coup d'œil. Et bien que tu sois une elfe et lui un nain. Il avait d’agréables manières qui t’ont vite fait de te remettre en question face à cette aversion qu’avaient les elfes sur cette étrange culture. Certes, tu n'étais pas une experte, mais de vivre à Esgaroth, tu étais au milieu d'un mélange culturel relativement énorme. Il en passait du monde et tu aimais le voir passer, car c'était fascinant de rencontrer de nouvelles personnes un peu chaque jour. Alors quand ce genre de curieuses petites personnes vous rentrait dedans sans le faire exprès, c'était encore plus drôle. Et en plus quand on savait que votre peuple et le sien n’étaient pas en très bon terme, surtout entre Mirkwood et les nains d’Erebor. Et ce, avant la chute du Roi sous la montagne. Tu fus néanmoins réjouie de le voir sourire à l’écoute de ta voix qui lui disait que ce n’était pas grand-chose que de rentrer dans quelqu’un par erreur, surtout que ces yeux bandés devaient être un véritable fardeau. Enfin, il se justifia de peu en mettant en cause le vent froid de la cité et les dires du guérisseur local. En tant qu’elfe qui avait quelques dons, tu ne lui faisais pas confiance et tu préférais tes méthodes de loin, c’était un peu par méfiance que tu n’allais jamais le voir et que tu donnais des remèdes à Erika quand elle était mal. Alors bon, sans qu’il ne le voie, tu affichas une légère grimace. Et tu ajoutas légèrement : « Avec les temps durs j’espère qu’il n’a pas été trop dur sur le prix de ses conseils, j’espère que son remède vous sera efficace. Sans quoi il perdrait en réputation. »

Tu souris un peu à cette idée et ça avait certainement dû s’entendre dans ta voix. Ta main sur son épaule, en lui proposant de l’aide pour te déplacer, tu semblais presque humaine à bien te regarder, sauf que derrière tes allures de jeunes femmes de vingt ans, tu avais déjà deux millénaires et huit centenaires. Ce qui en est n’était jamais trop négligeable. Enfin, il te dit qu’il était en promenade, une simple promenade avec le bruit des gens, et le vent qu’ils pouvaient braser et très certainement, les insultes qu’ils pouvaient porter contre lui s’il ne faisait pas attention. Les ingrats, il y en avait partout ici en plus de ces perfides avares. Mais c’était un détail que tu te gardas de dire tant cette répulsion pour ce trait de caractère te mettait en colère. Et puis les nains n’étaient en soi pas très généreux à ce que l’on t’avait dit sur eux. Donc il fallait peut-être éviter de le froisser. Tout en réfléchissant au sens des mots, le jeune nain d’apparence se présenta, te demandant à ton tour ton prénom. Kili, il s’appelait Kili… C’était relativement mélodieux comme prénom pour un nain. Cependant, il restait vraiment respectueux, vraiment, il n’y avait pas tant d’égard chez les hommes. Tu te décidas à répondre finalement : « Cyrïelle, je m’appelle Cyrïelle. Enchanté Kili ».

Les présentations étaient faites, c’était désormais une connaissance. À la fois tu étais surprise de ton choix et heureuse de l’avoir fait. Une elfe qui connait après tant de temps un nain, c’était presque incongru de voir ce genre de chose. Et pourtant un petit sourire apparu sur ton visage au même moment que tu demandais : « Et si cela ne vous gêne en rien, j’ai quelques heures à perdre avant le repas, peut-être puis-je les partager en votre compagnie. Il se dit bon nombre de choses à votre sujet dans tout Esgaroth. » Tu laissas un peu de temps avant d’ajouter dans la précipitation, de ta curiosité maladive : « Pas que l’on dise du mal de vous, du moins je n’en pense pas, je suis juste curieuse au-delà du raisonnable et fascinée par les aventures comme celle que vous vivez en ce moment même. C’est très intrigant. » Au moins, sur le tapis il y avait désormais ta vile curiosité et ton envie de trop en savoir alors que c’était peut-être interdit. Tu avais ce genre de manie de tout vouloir savoir juste pour ta satisfaction personnelle, mais aussi parce que tu aimais vraiment les récits.



(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 23 Déc - 17:33
HJ : non mais c'est pas parce que PJ a fait de moi une lopette amoureux d'une elfe que j'vais forcément ... T___T Non.

Un nain aveugle dans les rues d'une cité sur pilotis


Le prix ? Oh, le nain n’avait aucune idée de ce que le guérisseur avait bien pu demander. Pour être tout à fait exact, c’était de la bourse de Thorin qu’étaient sorties les pièces qui avaient payé le guérisseur. Son oncle était inquiet de cette soudaine perte de vision, pour la simple et bonne raison que le temps filait entre les doigts des nains, et que bientôt le moment de partir pour la montagne serait venu. Pour l’heure, chacune se reposait comme il le pouvait et les treize nains, accompagné de leur petit cambrioleur étaient bien heureux de ce soudain répit. Non, ils n’avaient pas envie d’arriver épuisés à la montagne, car là, d’autres dangers et d’autres choses importantes les attendaient, et la moindre seconde d’inattention pouvait tout faire rater. Pour tout dire, Kili n’était même pas sûr de pouvoir se rendre sur place si ses yeux n’étaient pas réparés d’ici là. Mais, il n’avait pas réellement le choix. Il voulait réellement continuer à aider ses frères d’armes. Il voulait que tout avance, et il ne voulait pas que cette soudaine infirmité ne le mette en retrait. Ce serait une catastrophe pour lui. Le jour de Durin arrivait.

- Je dois vous avouer que sans vision, je n’ai aucune idée de ce que mon oncle a bien pu payer. J’espère cependant, comme vous le dites, que le remède sera efficace. J’ai besoin de mes yeux pour la suite de ma quête.

Après quoi, il décida de se présenter. Car, il désirait connaitre le nom de cette étrange demoiselle. Il avait réellement envie d’en savoir plus sur elle. Parce que ce n’était pas tout à fait normal our celui qu’il était d’être pardonné avec autant de douceur quand il bousculait quelqu’un. Cette ville était emplie d’un nombre certain d’égoïstes qui n’avaient de cesse que d’avancer et de continuer à vivre leur vie comme s’ils se trouvaient incapables de s’arrêter deux secondes.

- Cyrielle ? C’est un nom intéressant.

Après quoi, la demoiselle lui proposa de passer la journée avec lui. Il hésita un peu, d’autant qu’elle semblait vraiment plus intéressée par sa quête que par sa personne avant de finalement se contenter de hocher la tête. Après tout, pourquoi pas. Il sourit et il se tourna pour désigner le vide des rues.

- Peut être pourrions nous trouver un endroit chaud pour discuter de tout ça ? Le froid de cet étrange hiver au mauvais moment de l’année ne me donne pas envie de rester dehors.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 23 Déc - 18:34
HJ : PJ a eu tord de te mettre avec Tauriel, elle est si pitoyable -meurt- Mais si le coucher de soleil c'est mignon è_é et puis voilà quoi ! c'était pour l'harmonie entre les gifs ;; -meurt- Je suis aussi désolée de te faire des trucs tout court ;;


Kili & Cyrïelle

Poussez moi, excusez vous !
Ce nain malgré tous les aspects et les qualités apparentes arrivait à te dérouter plus que d’habitude. C’est vrai, vos races ne sont pas véritablement censées s’apprécier et pourtant, il t’arrivait de ressentir cette once de sympathie que ton père aurait certainement blâmée tant il était de ceux qui les détestaient comme la peste. Bien que ce soit dans son histoire, tu n’avais rien contre ces petits hommes, tu les trouvais peut-être barbares parfois, mais apparemment cela dépendait de ceux que l’on pouvait croiser dans votre vie. D’après ce que l’on disait dans les rues, il y a en avait treize à Esgaroth en ce moment même et c’était bien ta chance de tomber sur l’un d’entre eux, le plus gros problème était cependant qu’il eût été malade pour la quête qu’il devait accomplir comme il te l’annonça si bien. De tout cœur, tu espérais intérieurement qu’il soit rétabli pour le jour J, car selon les dires ce n’était pas une misérable quête que ces nains avaient entreprise bien au contraire. Mais des rumeurs restaient des rumeurs, et tu te trouvas bien mal poli d’aborder ce sujet si rapidement soit-il. Pourtant quand tu annonças ton prénom, il ajouta que ce dernier était intéressant. Tu eut un petit sourire qu’il ne vu pas pour autant que tu ajoutas presque à ton tour. « Je devrais vous retourner vos paroles. Kili ? C’est un prénom tout de même mélodieux, mais je pense que vous le portez très bien. »

Eh bien oui, malgré tout ce que l’on puisse dire, les nains avaient ce don de faire de grandes fêtes où chansons et musiques se mêlaient très bien selon quelques écrits et chants de bardes que l’on pouvait entendre venir déclamer leur histoire à Mirkwood. Ce qui te rendit presque nostalgique un temps avant de te reprendre, alors que les mots sont sortis bien seuls de ta bouche en parlant de sa quête et donc de son groupe par extension. Tu lui proposais ta journée en échange d’histoire, c’était presque enfantin comme réaction et pourtant, il hocha la tête en souriant, comme pour approuver ton invitation. Tu étais presque comme une gamine à qui on venait d’offrir une poupée de chiffon, depuis que tu étais à Esgaroth de toute façon, tu te contentais des choses relativement simples de la vie, le luxe ayant presque déserté les lieux les plus riches de cette bourgade. Kili te proposa néanmoins de parler dans un endroit chaud et il n’avait pas tout à fait tort, mais où aller c’était bien cela, le souci, tu hochas les épaules en réfléchissant un instant le regard incrédule, perdu dans le vide. « La nature elle-même perd Constance avec ces changements, j’espère que cela s’arrêtera rapidement si vous voulez mon avis. »

Néanmoins en souriant, tu te penchas un peu vers lui en ajoutant : « Préférez-vous vous guider seul jusqu’à la taverne ou préférez-vous tenir mon bras ? Histoire que vous n’attrapiez pas de rhume en tombant à l’eau. » Tu étais rieuse, mais c’était bien vrai déjà que son oncle avait dû payer une fortune pour ce guérisseur local tant on manquait d’argent en ville.

D’un pas, tu te plaças à ses côtés n’ajoutant rien, attendant juste qu’il fasse son choix, prêt à jouer à colin-maillard dans les rues pavées de planches de bois humides. Ce qui pouvait être assez drôle si on retirait les regards désemparés des gens que vous alliez gêner. Cependant, l’alternative te fit rire doucement, alors que tu remettais ton étole qui tombait légèrement de tes épaules. « Tu ajoutas tout de même à son adresse, souriante : « Imaginez-vous les bras tendus guidez juste par une voix. Arriveriez-vous à faire les quelques mètres que nous avions à faire de cette façon ? Évidemment, je me verrais obligée de vous offrir une boisson pour votre exploit et votre courage. ». Pourtant, c’était vraiment une perceptive alléchante que de faire ce jeu à cette heure de la journée où tout le monde semblait aller et venir avec ferveur pour gagner quelques dimes. « Suis-je excessive en affirmant que les nains ne boivent que de la bière ? Ou est-ce que c’est faux d’ailleurs ? ». C’est vrai que dans ta découverte d’une culture, il y avait bien des questions qui te traversaient l’esprit. C’est vrai il faut l’avouer que hormis se cacher dans leurs montagnes, faire la guerre et partir en quête, on ne voyait pas énormément de nains dans ces contrées.



(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 23 Déc - 19:42
HJ : mouais, on va dire que c'est le soleil alors... Parce que je suis brun moi. J'ai une belle barbe brune, et des beaux cheveux bruns.

Un nain aveugle dans les rues d'une cité sur pilotis

- Je vous remercie ma Dame.

Un sourire sur les lèvres, il inclina la tête, avant de changer de sujet, et d’écouter la jeune femme en face de lui dire qu’elle aimerait bien l’accompagner. Politesses mises de côté, le nain hocha la tête, mais il proposa plutôt d’aller se mettre au chaud quelque part, car la température compliquée de cette journée lui donnait l’impression que ses yeux ne seraient pas assez protégés du froid. Certains racontaient que la neige fondait, mais il lui semblait bien au contraire qu’ici elle persistait. Et, il savait bien pourquoi : aussi proches des montagnes, l’air était naturellement plus froid, et l’hiver se tenait plus rigoureux qu’ailleurs. En cette fin d’octobre, il y avait souvent de la neige en Esgaroth, et encore plus dans les montagnes dans lesquelles les nains allaient se rendre sous peu.

- L’hiver en cette contrée est long, ma Dame. Les écrits de mon peuple indique qu’il dure plusieurs mois, à cause de la proximité des montagnes. Si le mage maléfique n’a fait que précipiter l’hiver, je pense que maintenant qu’il est lancé, il ne risque pas de s’arrêter.

Un sourire monta à ses lèvres, et il secoua lentement la tête de droite à gauche avant d’écouter la jeune femme lui proposer d’aller à la taverne. Il secoua lentement la tête cependant, pour refuser son aide à marcher :

- Bien qu’aveugle, je sais que je suis un nain, et bien plus petit que vous, ma Dame. Contentez-vous de poser votre main sur mon épaule pour que je règle mon pas sur le vôtre, cela me permettra de savoir la direction a prendre.

Les nains vivaient, après tout, dans des endroits très sombres, et se diriger sans y voir était une chose qu’il avait l’habitude de faire. Mais, il préférait tout de même pouvoir compter sur ses yeux. C’était une véritable torture de devoir chercher sa fourchette pendant dix minutes à table, sous les rires de ses frères d’armes. Il attendit donc que la dame décide de poser sa main sur son épaule et le guide ainsi sur les pilotis.

- Alors, j’espère qu’ils servent de la bière naine dans votre taverne, ma Dame.

Le nain raffermit sa prise sur son arc, qui lui servait temporairement de bâton d’aveugle et il se mit à avancer, un sourire amusé fixé sur ses lèvres. Si on mettait de la bière dans les enjeux… La question suivante de la demoiselle le fit s’immobiliser, cependant, alors qu’il se tournait vers la source du bruit, un peu étonné :

- Non. Nous avons des vins épicés, de l’hydromel… Nous fabriquons surtout de la bière, cependant, et il est vrai que c’est une boisson que nous apprécions tout particulièrement. Mais, l’importation de vins fait partie de nos coutumes.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 28 Jan - 23:30

   
Kili & Cyrïelle
   
   
Poussez moi, excusez vous !
   
L'hiver dur sujet qu'il ne fallait certainement pas aborder avec l'elfe en face de lui. Cyrielle malgré tous ses airs de jeune humaine un peu perdue avait tendance à détester cette saison, préférant la beauté printanière, vivante et faste, plutôt que l'hiver froid, rude et stérile. Il n'y avait pas à dire tous soufres pendant l'hiver et les plus faibles perdaient la vie sans demander leur reste. C'était toujours niais et elle vivrait encore assez longtemps pour comprendre que ça le serait toujours. Un Elfe ne quitte cette terre que pour en rejoindre une autre, et c'est ainsi. Cyrïelle ne serait pas de ceux qui suivrait le mouvement et elle l'avait toujours pensé ainsi, c'est parce qu'elle était née sur la Terre du milieu que cette dernière demeurait son somptuaire quelque en soit le prix que ça lui couterait. Le nain en face d'elle, les yeux bandés comme dans un jeu, semblait tenir des propos très cohérents qui eurent le don de la surprendre, les nains qui savaient lire avaient une certaine éducation, et l'éducation on la recevait dans toutes les cultures d'un certain rang. Elle ne savait plus qui elle avait véritablement en face d'elle. Hormis Kili, simplement Kili, rien de plus. Pourquoi voulait-elle en savoir plus ? Elle n'avait que faire des titres, elle qui n'était qu'une noble de seconde zone. Elle répondit vaguement en regardant les montagnes au loin : « Pourtant, les montagnes sont pleines de secrets, certains bien plus sombres ou plus extraordinaires que ceux de ce mage. » Le timbre de la curiosité de la rêverie passé, Cyrielle, s'amusa de lui et de son état lui proposant tout de même un endroit plus chaud et surement plus approprié.

Elle fut heureuse de le voir sourire à sa petite provocation, bien qu'enfantine et follement mal polie, il ne l'avait pas mal pris et c'était quelque chose qu'elle avait d'apprécier chez les autres. Kili semblait espiègle et cela était plaisant, les compagnons de blagues, défis ou autres jeux se faisant rares à Esgaroth en ces temps rudes. Pourtant, elle se contenta de suivre ses paroles et elle posa sa main blanche comme le marbre sur son épaule. Elle sourit en voyant que finalement, il n'était pas si petit, son épaule arrivant à peu de chose près à la taille de la demoiselle. La blonde se mit à marcher à travers les allées de bois et de monde. Certes, elle avait bien envie d'en pousser un ou deux dans le lac, mais elle n'avait pas envie de se faire remarquer en retour. Loin de tout cela son but, elle semblait poser une question au nain qui le laissa là, dubitatif et étonné d'une telle question venant d'elle. Si bien qu'il se stoppa net en se tournant vers elle. Et autant dire que la raison ne la choqua pas outre mesure, les hommes du lac vendaient du vin à Mirkwood, elle se doutait bien qu'ils n'étaient pas seuls clients des hommes.

« Le commerce est chose rare dans cette région quand on parle des nains savez vous, les montagnes bleues sont à des lieues et le plus proche reste Mirkwood. Et l'hydromel, en fabriquez-vous là d'où vous venez ? » Cyrielle se doutait que la réponse serait positive, car les néants avaient ce don de fabrication de l'alcool. Et les Dieux savaient qu'ils le faisaient si bien. Son père gardant toujours un petit baril de bière naine. Cela lui fit comme une pique à vif, se rappelant ses souvenirs, elle secoua la tête rapidement. Percutée par une balourde empestant le vin chaud, elle se retournant, ne lâchant pas l'épaule du nain à ses côtés, regard noir avant de lancé bas : « Ils ont de ses manières ! » L'elfe des bois soupira en reprenant sa marche. Elle était toujours en joie d'être avec le nain, mais les hommes avaient le don de l'espérer par moment. « C'est par choix que vous vous trouvez ici Kili ? Ou obligation ? Une personne avec de telles manières ne peut pas venir ici en sachant que l'odeur de poisson est honnie présente. » Elle en riait presque sur les derniers mots de sa phrase. Oui, si elle avait sur que c'était cela Esgaroth, elle aurait supplier son père de ne pas la laisser aller ici.

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 31 Jan - 19:19

           
Un nain aveugle dans les rues d'une cité sur pilotis
 

Oui, il faut avouer une chose : les montagnes ont des secrets, de vrais secrets qu’elles savent garder. Smaug et toute son aventure, Smaug et le passé commun qu’il avait avec les nains… Oh, cela fait partie du tronc commun, des choses que toutes les cultures savent. Mais, il existe d’autres choses que toutes les races ne savent pas, et que seuls ceux qui sont proches de l’héritier du trône sont capable de prendre en compte. Toute cette histoire, toute cette épopée qui a fait traverser toutes les Terres du milieu d’est en ouest à quatorze personnes pour permettre à un nain, un seul, de reprendre son héritage. J’ai du mal à comprendre ce qu’il se passe réellement en mon cœur en ce moment, comme si la phrase de la jeune femme à mon côté a fini par réveiller une certaine nostalgie des Montagnes Bleues où je suis né, où j’ai grandi, où j’ai vécu chaque jour de mon existence. Mais, désormais je ne sais plus où je suis, je ne sais plus ce que je dois faire. Car, je suis aveugle. Je suis aveugle et incapable de protéger mon oncle. Je suis incapable de dire si je peux ou ne peux pas avancer dans cette vie étrange qui s’offre à moi. En quoi un nain aveugle pourrait aider les autres à reprendre la montagne et à trouver l’Arkenstone, n’est-ce pas ?

- Oui, les montagnes sont magiques. Celles où j’ai grandi sont encore plus belle que celle que vous pouvez voir. Plus hautes, plus majestueuses aussi.

Et puis, guidé par la demoiselle, qui a posé une main sur mon épaule, voilà que j’avance avec plus de facilité dans les ruelles de la ville du lac, un sourire distant sur les lèvres. Parler d’hydromel, voilà une chose intéressante car comme tous les nains, j’aime la bière et certaines autres boissons aux épices ou non. Et, je finis par hésiter alors que je cherche à répondre à la question sans me perdre dans des explications trop longues.

- De la bière, évidemment, comme tous les nains, mais aussi un hypocras très épicé. Sur nos montagnes, il pousse quelques épices rares qu’on met dans le raisin tout juste pressé pour donner du goût avant de laisser le tout fermenter. Mais, pas d’hydromel non.

Un sourire monte sur mes lèvres, et je me laisse aller à quelques souvenirs enfantins, avant qu’il ne se passe quelque chose que je ne réalise pas tout de suite. Mais, le grognement de la demoiselle, et ce ‘ils’ me font froncer les sourcils. De qui parle-t-elle donc ? Des elfes ? Des humains ? Cette demoiselle ne serait pas une humaine, alors ? Je me déride cependant avant de me décider à ignorer cette question. Peut-être parlait-elle simplement des hommes et de leur côté balourd ?

- N’êtes vous donc pas au courant de ce que font les nains ici ? Nous partons reprendre notre montagne, ma Dame. Mon oncle dirige cette compagnie, et c’est avec plaisir que je l’accompagne. Je n’aurais manqué ça pour rien au monde, même si ça signifie échapper à des trolls ou alors me retrouver dans une ville qui sent le poisson.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 8 Fév - 18:17

   
Kili & Cyrïelle
   
   
Poussez moi, excusez vous !
   
C'était toujours très encourageant pour elle de faire des rencontres de toutes sortes et qu'elle se dise que dans son for intérieur, elle avait changées de cette affreuse grâce qui ne se laissait approché que si elle voyait un quelconque intérêt à engager une conversation ou bien à avoir quelques présents après une courte période de flatteries envers la personne en face d'elle. Oui pendant trop longtemps Cyrïelle avait été cette femme vénale que l'on appréciait faussement, mais que l'on se ferait plaisir de poignarder si on en avait l'occasion et les raisons. Ce qui avait en soi poussé son exil dans ce village d'Hommes et de pêche. En règle général, elle aimait l'eau et adorait, quand elle avait le temps, remontrer le petit ruisseau qui allait se jeter dans le lac et qui donnait lieu de voir cette ville de loin. Esgaroth n'avait jamais été son fantasme si bien qu'elle avait toujours méprissé les humains avant de les vivre et de comprendre que malgré leur espérance de vie bien inférieur à la sienne, ils avaient les mêmes problèmes et peut-être d'autres bien pire. Les sentiments semblaient bien moins forts que ceux qu'un elfe pouvait ressentir, mais pas douloureux ou heureux selon la définition qu'on pouvait s'en faire. C'était comme ça, si les Dieux avaient créé ce monde, c'était pour mettre en lien toutes les races qui pouvaient y vivre dans une certaine harmonie. Harmonie qu'ils devront en soi créer pour parvenir à battre les ennemis communs. La vraie force n'est pas que physique comme pourrait le dire son père.

Mais Kili n'avait pas tord en disant que les montagnes étaient magiques, mes forêts pouvaient l'être alors pourquoi pas ces dernières. Après tout, ce n'était pas rien si à certains mètres d'altitude, elles pouvaient garder la neige toute l'année même durant les périodes chaudes. Cependant, l'elfe se demanda d'où il pouvait venir, les rumeurs disaient qu'ils étaient venus de Bree et donc d'Eriador, ce qui était fort loin de l'endroit où ils se tenaient tous deux maintenant. Cyrïelle était plus curieuse depuis qu'elle était arrivée ici, tentant de comprendre au mieux les réactions des hommes pour mieux les imiter. Alors, elle posait des questions et finalement, elle se prit au jeu de vouloir découvrir son interlocuteur. Les rumeurs restent les rumeurs. Le face à face est bien mieux. Maïs c'était comme discuter de la neige ou du soleil que de parler de boissons avec un nain. Pourtant le portrait qu'il glissa sur l'hypocras, qu'elle n'avait jamais gouté au par avant, la ravie au point qu'elle demande : « Seriez vous m'en ramener une bouteille si vous revenez à Esgaroth ? ». C'était un peu osé, mais elle n'avait pas d'arrière-pensée amoureuse dans la voix, ni dans la tête, juste cette envie de savoir un peu plus et de découvrir réellement ce qu'elle entendait ou ce qu'elle pourrait lire.

Les rues étaient bondées et tourner à gauche ou à droite avec une personne temporairement aveugle était un peu compliqué, mais la taverne se dressait au loin, alors que le bout des doigts de la blondinette prenait déjà une teinte violasse. Elle venait de demander à Kili ce pour quoi il était là, et la réponse ne tarda pas à venir. Quand il parla de cette compagnie diriger par un Prince sous la montagne, elle se stoppa nette, alors ce qu'on disait était vrai, le grand roi des elfes, son roi, avait aidé les nains à venir ici. Elle était pétrifiée de stupeur, resserrant son emprise sur l'épaule du brun. Elle n'avait certainement pas peur, mais... « Vous êtes courageux, je vous envie, véritablement. » Il y avait de l'admiration dans le ton de sa voix, elle qui n'était pas même capable de faire face à son père et à sa demande de venir vivre ici, braver les routes, les tempêtes et les dragons, c'était bien plus fous qu'autre chose. Après un certain temps, elle recommença à avancer, l'aidant toujours, poussant la porte de l'auberge et entendant le brouhaha qui l'accompagnait. Cyrïelle demanda tout de même un endroit calme, les malades devaient éviter l'agitation et le bruit pour guérir au mieux, elle qui était guérisseuse le savait très bien.

Assise pour de bon, elle préféra demander une infusion de plante, laissant le nain choisir sa boisson malgré tout. Seul, après son départ, Cyrïelle ajouta avec un ton méditatif prononcer « Votre Oncle est le Roi sous la montagne, n'ai-je pas négligé les convenances envers vous ? ». C'était une question un peu débile aux premiers abords, mais les filles de bonne famille étaient éduquées ainsi, devoir représenter dans la société leur famille et leur faire honneur :  « J'espère ne pas avoir été offensante à votre égard. » Finit-elle alors que leurs boissons arrivaient.

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 12 Fév - 16:47

           
Un nain aveugle dans les rues d'une cité sur pilotis
 



- Si je retourne dans les montagnes bleues, noble dame, je me ferais un plaisir de vous ramener de l’hypocras. C’est un breuvage que les gens apprécient, généralement.

Un sourire sur ses lèvres, le jeune nain oublie petit à petit son handicap, alors qu’il parle avec la demoiselle, dans les rues bondées, sans réellement savoir qu’il se trouve face à une elfe. Mais, après tout, lui-même n’a jamais été enclin à croire aux rivalités qui unissent les elfes et les nains, car ce n’est pas son genre du tout de se laisser influencer par d’autres personnes. Non, Kili est plus du genre à se faire, un jour ou l’autre, sa propre opinion pour essayer de voir ce qu’il se passe et les affinités qu’il peut créer. Alors, non il n’a aucun apriori. Et, s’il savait qu’il était là face à une elfe, peu de choses auraient changées.

Le temps est au beau, même si le froid maintenant lancé ne semble pas être sur le point de s’arrêter. Le nain le ressent, un peu, et il n’en a pourtant cure. Le froid, il l’a connu toute sa vie alors… Un peu plus ou un peu moins. En réalité, il s’inquiète plus pour la demoiselle à côté de lui, comme elle a déjà parlé de cette histoire de froid un peu plus tôt. Mais, voilà qu’alors qu’ils parlaient tous les deux, Cyrielle s’immobilise. Le nain, lui, fait encore deux pas, et il sent la main sur son épaule disparaitre. Alors, le voilà qui s’arrête à son tour, un peu perdu, jusqu’à ce que la voix de la jeune femme reprenne la parole, le rassurant sur sa présence. Il n’aurait pas aimé la perdre ainsi, car cette conversation lui est étrangement agréable.

- Courageux ? Oh, pas vraiment. Voyager avec plusieurs personne permet de se partager le courage, afin que ce soit une épreuve de groupe.

Un peu d’humour, notre nain ? Oui, tout à fait. Certes, il sait ne pas manquer de courage, mais il sait aussi qu’il ne doit pas s’en vanter. Car, il a appris avant toute chose la modestie, et il ne doit pas non plus jouer avec son égo, car il sait que seul, il n’est rien. Il doit réellement penser aux autres. Seul ? Oh, s’il avait été seul, il aurait très certainement pris la fuite il y a longtemps. Cette entreprise semble trop grande pour un nain seul. Et puis, la demoiselle remit sa main sur son épaule, et ils se remirent à avancer tous les deux, jusqu’à trouver un coin calme dans l’auberge de la ville. Le nain commanda un bière, avant de se tourner vers la demoiselle.

- Oui, mon oncle est bien le Roi sous la Montagne, et non, il n’y a pas de convenances négligées. Nous autres, les nains, ne sommes pas aussi conventionnels que le reste des peuples. Mon oncle est le Roi, et moi je ne suis que son neveu, un nain comme les autres. Mais, vous ne m’avez même pas parlé de vous, ma Dame. Peut-être est-ce moi qui ai été inconvenant sans le savoir ?

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 27 Fév - 19:26

   
Kili & Cyrïelle
   
   
Poussez moi, excusez vous !
   
Il parlait de l'esprit d'équipe, le groupe avant l'individu. Pour la jeune elfe, cela n'engageait absolument rien au courage, il fallait de soi et du groupe pour venir au bout des situations les plus dangereuses, si un pleutre était dans un groupe, il irait se cacher sans pour autant venir en aide à ses amis, c'était la loi de la peur et s’il était là, c'est qu'il avait mérité sa place dans le groupe auquel il appartenait. Kili semblait bien aise d'en faire parti. Si bien qu'elle ait perdu l'épaule du nain pour pester contre un homme qui l'avait bousculé, et le fait qu'il s'arrête à son tour pour l'attendre lui avait arraché un sourire et cette phrase sur le courage. Pour la Dame, ce n'était pas une histoire de groupe ou quoi que ce soit, si le courage était partagé, il en fallait en soit. C'était un peu la norme du partage, si l'on n’a rien à partager, on ne peut pas le partager. Du donnant donnant. Étrangement, et avec aise, elle se plaisait à poser sa main sur son épaule à discuter avec lui, aveuglement comme son état physique. Elle n'avait que peur de se dévoiler et qu'il la déteste. C'était le souci principal qui hantait son esprit à ce moment, ne pas dire, ne pas dévoiler ses bonnes manières pourtant en compagnie d'un personnage important. C'était un peu plus compliqué. Ne pas respecter les habitudes de son enfance, son éducation, que les Dames elfiques qui l'avaient inspiré seraient peu fières d'elle en là voyant ainsi. Pourtant, l'ironie du nain la fit rire légèrement, elle n'avait rien à ajouter, s'il se considérait ainsi, il n'avait que de bonnes attentions dans le but de ce voyage, de cette quête.

Des murmures, on murmurait juste à Esgarot à ce sujet, les nains venus reprendre leur royaume, l'or qui coulerait et qui permettrait une vie meilleure. C'était sans compter les prés jugés qu'on pouvait avoir sur les nains, avares et insensibles à la misère d'autrui. Elle qui vivait ici pour apprendre ce que c'était la misère, ferait tout pour partager l'or qu'elle avait en trop. La taverne était pleine de monde, e, mais certaines tables restaient à dispositions dans un coin loin du bruit des hommes ivres et des leurs blagues et histoires sales. Bien qu'elle en avait eu l'habitude avec le mari de cette pauvre Erika, Cyrïelle préférait garder son âme pure jusqu'à son mariage à elle. Pourtant, elle posa la question, et elle eut rapidement la réponse. Oui Kili était l'un es princes sous la Montagne, de par son Oncle. Elle en avait les joues rougies de honte, elle ne s'était pas correctement tenue et l'avait fait remarquer. Autour certains pourraient bien dire qu'elle était charmée par l'homme en face d'elle, mais l'elfe en elle n'avait que faire des commérages de taverne. L'or achetait bien des secrets chez les hommes.

Pourtant, l'aveugle en face d'elle lui demanda tout en affirmant son identité, si c'était lui qui avait commis une faute de protocole. Finalement, elle posa une main autour de sa tasse et poussa la chope du nain en face de lui, mettant un instant avant de diriger la main de ce dernier sur le verre débordant de mousse. Les convenances, est-ce vraiment obligatoire ici à Esgaroth ? Peut-être pas. En souriant, elle répondit simplement : « En d'autres lieux et en d'autres circonstances, peut-être aurions nous été inconvenant l'un envers l'autre, mais ici, je pense que nous sommes sur un pied d'égalité. » Elle but une gorgée avant d'ajouter plus sereinement : « Très franchement, il y avait bien une année qu'un ne m'avait pas appelé Ma Dame. J'en serais presque flattée. » Cyrïelle était sincèrement flattée qu'on puisse reconnaître qu'elle avait quelques choses de noble en elle, même quand on ne la voyait pas. Alors, c'était plus. Naturel, plus vrai comme rencontre. Elle avait ses préjugés sur les nains, il devait avoir ses préjugés sur les elfes pourtant... C'était comme effacé par le manque de vision. « Alors, cette bière est à votre gout ? »

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 1 Mar - 15:13

           
Un nain aveugle dans les rues d'une cité sur pilotis
 

Soudainement, le nain se retrouve avec une chope entre les mains. Un sourire sur les lèvres, il se contente de hocher la tête pour remercier la demoiselle en face de lui. Décidément, rares sont els fois où il a l’occasion de faire la tête depuis qu’il est parti pour vivre dans le monde étrange qui l’entoure. Oh, certes, il a bel et bien envie de voir la montagne revenir à ses pairs, mais il n’a pas non plus envie de se retrouver à penser à sa petite personne avant de penser au bien du groupe qui l’accompagne. Ils sont, après tout, sa famille la plus proche, comme sa mère est restée au loin, dans les montagnes bleues. Kili espérait que Dis allait pouvoir revenir rapidement du fin fond du monde, pour les découvrir triomphants dans leur montagne, en train de danser sur le cadavre de Smaug.

- Vous m’en voyez soulagé, Ma Dame.

Le prince nain hoche lentement la tête de haut en bas, et il soupire un coup avant de secouer la tête, étonné par la remarque sur le temps que cela faisait qu’on n’avait pas appelé son interlocutrice « Dame ». Les hommes sont-ils donc si rustres que ça, pour ne pas traiter leurs femmes correctement ? Peut-être est-ce simplement lui qui se retrouve trop bien élevé, de par son statut de prince ? Il ne le sait pas, et de peur de faire quelque chose de mal et de vexer son interlocutrice, il se contente de choisir ses mots avec diligence.

- Les Hommes ont-ils une coutume différente pour s’adresser à une inconnue ?

Après cela, le nain prit totalement en main cette chope qu’il tenait dans ses mains sans la gouter, et il la leva pour l’amener à ses lèvres pour gouter le breuvage. La demoiselle en face de lui lui demandait justement ce qu’il en pensait, et il haussa les épaules.

- C’est correct.

Correct, oui c’était le mot. Il faut dire que le nain est aussi capable de gouter les saveurs d’un grand nombre de bières et que celle-ci n’était ni la pire ni la meilleure qu’il ait jamais testée. Il y en aurait d’autres, d’ailleurs, comme la bière est l’une des boissons préférée des nains.

- Et vous, qu’avez-vous pris ?


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 10 Mar - 13:35

   
Kili & Cyrïelle
   
   
Poussez moi, excusez vous !
   
Tout était peut-être un peu trop facile et à son avis, une journée comme cela n'était que de courte durée. Autant dire que l'elfe n'avait pas le temps de tout faire, de penser à tout. Au début de la journée, elle était juste partie faire quelques courses pour son amie. Et là voilà à la taverne en compagnie d'un nain royal. C'était un peu plus inattendu que prévu, mais la blonde avait réussi à se faire à cette compagnie agréable. Autant l'avouer, elle l'aimait bien, comme elle pouvait aimer Ingeras son cousin. Kili était tel un compagnon de discussion, quelqu'un qui pouvait parler sans savoir à qui et pourquoi. C'était un peu inattendu de la part d'un nain envers une elfe. Mais personne ne le savait qu'elle était de nature elfique et c'était tant mieux, elle pouvait rencontrer une tonne de personnes, ressentir des émotions qu'elle n'aurait pas ressenties dans sa ville natale, trop cloitrée dans une vision plus stricte de la vie. Elle n'était pas prête de renoncer à sa liberté et à ce qu'elle pouvait faire maintenant qu'elle fût partie, maintenant que ce n'était plus la petite gourgandine ou la petite sainte nitouch de Mirkwood. Cyrïelle avait perdu de sa soi-disant superbe en se ravissant à la vie plus basique et banale des humains sans que personne ne s'en aperçoive. Pas même Erika sa plus proche amie d'Esgaroth. Elle avait eu beau se sentir en danger à Esgaroth, elle avait réussi à vivre dans ce climat de miséreux en se prenant au jeu. Malgré elle. Malgré l'éducation qu'elle avait reçue, faire des manières aurait été trahir sa nature et pourtant, elle avait encore quelque reste, mais tout serait à revoir, à réapprendre peut-être. Mais peu importe, elle n'était plus aux pièces pour rentrer à Mirkwood. Elle se sentait un peu chez elle ici.

Alors, Kili se mit à sourire, en lui demandant si les manières humaines étaient différentes pour s'adresser aux autres. À vrai dire, la question laissa quoi la Dame en question ne s'étant jamais intéressée à cela. Elle n'avait pas eu à se faire aux uses et coutumes de nobles humains, car à Esgaroth, seul le Maître était noble selon certain, et Cyrïelle ne l'ait vue que de rare fois et en compagnie de son diplomate de père. Alors autant dire que ce dernier s'était adapté aux coutumes elfiques et non les elfes qui c'était plier aux coutumes humaines. Pourtant, elle ramena une mèche de cheveux en réfléchissant un instant. Que répondre au nain sans se trahir en vérité, c'était un peu compliqué. Simplement elle lança : « Ici, il n'y a pas vraiment d'inconnu, tout le monde sait où tout le monde vit. On nait ici, on vit ici et on y meurt malgré tout. On nous connait à l'état de nourrisson donc on ne se donne pas la peine d'être présenté, vous savez. » Et ce n'était pas totalement faux, pourtant, elle était juste une pièce rapportée à Esgaroth, amis sa petite histoire avait eu le don de faire compatir les autres et éviter qu'on lui pose des questions gênantes sur ses origines. Et le nain répondit à sa question sur la bière que cette dernière était correcte. Elle esquissa un sourire et pouffa silencieusement. C'était vrai qu'elle avait elle aussi l'habitude de meilleures boissons à Mirkwood, mais on était à Esgaroth quoi de plus normal que ce soit simplement correct. Ne sachant que répondre, elle reprit une gorgée de tisane en écoutant sa question au sujet de sa boisson. Gracieusement, elle répondit sagement : « Une tisane aux plantes que l'on trouve aux pieds de la berge. Il paraîtrait qu'elles ont des vertus pour apaiser le sommeil, je préfère la boire avant de la conseiller à une amie qui en a besoin ces derniers temps. »

La moue devenue une caractéristique du visage de Cyrïelle qui pensa directement à Erika et ses cauchemars. La pauvre humaine n'arrivait pas à dormir à cause de son deuil et de sa grossesse. Pourtant, tout ne semblait pas mal se passer, l'elfe était là pour veiller sur elle et sur la croissance de son enfant. Alors qu'elle sentit le souffle glacial du vent après que l'on a ouvert la porte de la taverne, Cyrïelle se retourna sur le nouvel arrivant qui cherchait quelqu'un et cela semblait bien important. Du coin de l'oeil, elle reconnut Jamon, un ami de la courtière et d'Erika. Rapidement, elle se leva signalant sa place et où elle se trouvait. Cyrïelle posa une main nerveuse sur la table. Ne sachant pas quoi faire en attendant qu'il traverse la foule dense de l'endroit bondé à cette heure. Quand le brun arrive à sa hauteur, il a l'air essoufflé, mais arrive à articuler : « Erika, elle est tombée, il faut aller l'aider, elle a mal au ventre, ta patronne crainte pour l'enfant. ». L'effroi parcourt la couturière, qui retient le choc, son amie tombée et le bébé... Par les dieux, elle récupère son panier. Prenant une main de Kili dans la sienne, le timbre de sa voix paniquée : » je suis vraiment désolée, Kili, je... je dois aller l'aider. Je... Pardon, je ne sais que faire, que vous dire. Passer du temps en votre compagnie était agréable. Je vous retrouverais et nous pourrons continuer à discuter autour de la bouteille d'hypocras que vous avez promis de me ramener. » D'un geste, elle remonta sa main sur la joue du nain pour lui dire au revoir, le laissant aux bons soins de Jamon, alors qu'elle pousse des brutes et des hommes ivres pour aller aider son amie en danger.

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   
Fin du RP
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un nain aveugle dans les rues d'une cité sur pilotis [topic libre]
» Defi pour futurs maires: les marches publics dans les rues
» Le canada dit à Martelly : enlever les fatras dans les rues de PAP
» Missions diplomatiques dans l'eau chaude !
» Dans les rues de Pré-Au-Lard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Archives Rp-
Sauter vers: