Maybe I should come earlier [Terminé]

 ::  :: Les Archives :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 21 Nov - 13:29




Maybe I should come earlier



Elle lui avait dit. Elle lui avait dit qu'elle ne resterait pas toujours à Imladris. Qu'un jour ou l'autre, elle bougerait. Oh, ce n'était pas à cause d'Elrohir qu'elle était partie. Il culpabilisait encore un peu. Mais il allait mieux également. Seulement, voilà, si elle était partie, c'était parce qu'elle avait des choses à faire non loin d'Esgaroth. L'hiver se prolongeait. Plus qu'elle ne l'aurait cru. Et rester parmi les siens alors qu'ils ne risquaient pas de tomber malade ... ce n'était pas bien, surtout pour ceux qui étaient la proie de l'hiver, du froid mordant. Les Hommes avaient tendance à tomber malade. Et à ne pas s'en sortir. Voilà pourquoi l'Elfe s'en retournait assez régulièrement dans le monde des Hommes, surtout avec des températures si fraîches. Voilà pourquoi elle avait quitté Imladris. Elle pensait y retourner assez rapidement. D'ici quelques mois. Et elle espérait également qu'Elrohir irait bien mieux. C'était le temps, en quelque sorte, qu'elle lui laissait pour tourner la page. Et s'il n'allait pas mieux, là, ouais, elle se faufilerait dans la nuit et ne reviendrait pas à Imladris avant un bon petit moment. C'est qu'elle était têtue notre jolie blonde. La preuve. Elle évitait Vert-Bois depuis un long moment. Depuis la décision du grand Thranduil de ne pas aider les Nains, ce jour là. Mais passons.

Ainsi donc, la voilà en direction d'Esgaroth. Elle avançait lentement. Ce n'était pas comme si elle était pressée. Et puis, elle épargnait quelque peu sa monture. Un cheval un brin fou. Il était jeune et robuste. Elle avait hélas perdu sa précédente monture. Morte de vieillesse. Et oui, ça arrivait. Valaina était éternelle, ce n'était pas le cas de son cheval, bien malheureusement. Elle était sur l'ancien chemin des Elfes. Et dire qu'elle s'était promenée dans les parages de nombreuses fois. Mais là, depuis la dernière fois, elle trouvait que cela s'était sacrément ... Comment dire ... Ce n'était plus comme avant. C'était noir. C'était sombre. C'était ... pas très bien entretenu. "Mon dieu ... que s'est-il passé ici ?" Elle regarda autour d'elle. C'était ... peu joyeux, oui. Elle avait l'impression d'être dans un cauchemar. Ou quelque chose dans le genre. Et dire qu'elle pouvait s'émerveiller, par le passé, en franchissant la forêt. Et dire qu'il y avait tellement de vie ... Et maintenant, il n'y avait plus rien. Tout foutait le camp, et c'était bien dommageable.

Valaina secoua la tête, quelque peu attristée par le sinistre spectacle qui se dessinait sous ses yeux. La prochaine fois... La prochaine fois qu'elle s'en irait pour Lacville, sans doute emprunterait-elle un autre chemin. Et qu'elle ne prendrait pas le soin de traverser la forêt, mais plutôt la contourner. La blonde en vint à diriger son cheval sur un autre chemin. Ce n'était, certes, pas le meilleur des chemins, mais c'était mieux ainsi. "Tu aurais vu cette forêt, il y a de cela quelques siècles ... Une véritable joie de se promener en ces lieux ..." en vint-elle à dire à son cheval, tout en caressant quelque peu sa crinière. Enfin, c'était ainsi, elle n'y pouvait pas grand chose, bien malheureusement.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 22 Nov - 17:14




Maybe I should come earlier


Il avançait dans la forêt. Non, en fait, il se trainait dans la forêt, sa jambe blessée ayant du mal à soutenir le poids de son corps. Chaque pas était une torture, et le prince n’hésitait pas à pester de temps à autre contre les araignées qui hantaient depuis quelques centaines d’années les bois. Ha, Vertbois… Désormais, la pourriture et la malfaisance naissait dans chaque petite parcelle d’herbe, dans chaque arbre… Même les animaux autrefois nombreux avaient déserté l’endroit. Désormais, c’étaient de nombreuses araignées de plusieurs mètres de haut qui se répandaient depuis Dol Guldur. Voilà le royaume dont il se disait prince. Voilà le royaume qu’il espérait sauver un jour. Voilà le royaume qu’il protégeait. Le regard bleu acier du prince se porta tout autour de lui, et un rictus lui monta aux lèvres, alors qu’il continuait à avancer en repensant à l’attaque du jour, et aux trois araignées qui avaient attaqué sa patrouille.

Séparé de ses compagnons, Legolas s’était retrouvé dans une bien mauvaise posture, et son arc n’avait pas suffit pour repousser la créature à temps. La cuisse du prince avait été transpercée, et il n’avait pas réfléchis, abatant sa dernière flèche, qui avait tué la créature. Et, depuis, il marchait vers le Nord, cherchant le chemin des elfes, ce chemin qui lui permettrait de retourner à la cité sans réellement être en danger. Car, le peu de magie qu’il restait ici permettait d’éloigner les araignées du chemin des elfes. Un pas après l’autre, il avançait, donc. Il se trainait vers la route. Il résistait à l’air vicié des lieux. A cet air emplit de magie. Et puis, une voix retentit, non loin de lui. Il eut un rictus. Voilà qu’il devenait aussi fou que ceux qui se risquaient dans ces bois, maintenant. Il entendait des gens vanter la beauté passée de la forêt. N’importe quoi. Après quelques pas supplémentaires, il posa le premier pied sur les pavés. Enfin. Un sourire monta à ses lèvres. Enfin il allait pouvoir s’en sortir. Il y avait souvent des patrouilles sur le chemin de pierre. On allait le trouver, soigner un peu mieux que par ce garrot maladroit qu’il s’était fait, cette cuisse qui le lançait.

Et puis, à ce moment-là, une demoiselle débarqua avec sa monture. Et, le prince s’immobilisa. Cette tignasse blonde, et ce regard bleu, il le connaissait bien. Il l’avait déjà vue, cette elfe là, il y a longtemps de cela. Non, en fait, c’était surtout sa mère qu’il avait vue. Mais, elle lui ressemblait. Elle lui ressemblait beaucoup. Un souvenir d’une conversation autour d’un repas revient à l’esprit de Legolas. Une conversation où il avait dit à la jeune elfe tout ce qu’il savait sur ses parents décédés. Pourtant, le prince mit quelques secondes à remettre un nom sur le visage de la jeune femme. Parce qu’il ne l’avait pas vue depuis plusieurs centaines d’années. Et, son esprit avait du mal à se souvenir, parfois. « Valaina ! Je suis heureux de vous voir !»

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 24 Nov - 19:31




Maybe I should come earlier


Elle restait sur ses gardes. Elle qui pouvait se balader sur ces terres, autrefois, sans risquer de se faire attaquer ... Elle n'était plus certaine que c'était le cas à présent. Non pas qu'elle avait peur. Ou bien qu'elle craignait pour sa vie. Néanmoins, il était vrai que Valaina ne se sentait clairement pas en sécurité. Il y avait ... quelque chose de maléfique dans cette forêt. Et elle n'arrêtait pas de se demander ce qui avait bien pu se passer. Pourquoi ... une telle déchéance ? Elle n'en savait rien. Est-ce que ça avait un rapport avec les actes du passé ? Elle n'aurait su dire. Valaina ne voulait qu'une chose. Traverser la forêt, et ce le plus rapidement possible. S'éloigner, s'en aller. Atteindre son but. Rejoindre Esgaroth. Y rester quelques temps. Quelques semaines. Quelques mois. Elle ne savait pas encore.

Elle se détourna de sa route. Une nouvelle fois. Le destin. Salutaire. Non pas pour elle. Mais pour cet Elfe qui était là, sur cette pierre. Blessé sans doute. Car il aurait été bien fou de ... Et bien, de s'arrêter s'il n'avait pas été blessé. Elle allait passer son chemin. Mais cette voix ... cette voix qui vint à ses oreilles. Elle la connaissait. Elle l'avait déjà entendu. Elle posa une main sur son coeur avant de descendre, finalement, de sa monture. "Legolas ? Est-ce bien vous ?" Ces yeux bleus, elle ne les oublierait pas. Jamais. Quand bien même elle était fâchée avec le père du prince, elle l'avait toujours apprécié. Et elle avait regretté, à de nombreuses reprises, de ne plus mettre un pied à Vert Bois. Mais c'était ... pour son propre bien. Pour éviter de croiser Thranduil. De lui dire que sa décision était des plus stupides.

Valaina en vint à se rapprocher du prince. "Vous m'avez l'air dans une fâcheuse posture. Comment avez-vous été blessé ?" Une bonne question. Et elle se doutait qu'elle aurait la réponse assez rapidement. Le prince n'allait pas lui cacher tout cela ? A moins qu'il lui en voulait parce qu'elle n'avait pas donné de nouvelles durant ces quelques décennies. La blonde se tourna avait de récupérer quelques petites choses dans sa sacoche. "Ca n'a pas l'air d'être très joli. Vous me laissez voir ?" lui demanda-t-elle en penchant la tête sur le côté. De toute manière, sans doute ne lui laisserait-elle pas le choix. Pourquoi ? Parce qu'elle regarderait, d'une manière ou d'une autre, sa blessure. Et ferait en sorte de le soigner. Elle le pouvait. Elle avait divers onguents et d'autres petites choses qui lui permettrait d'aller mieux. Et de le soulager également.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 28 Nov - 14:39




Maybe I should come earlier


Un rictus monta à ses lèvres lorsque l’elfe blonde lui demanda s’il était bien celui qu’elle pensait. Oh, ce n’était pas un rictus de dédain, non. C’était plutôt la seule chose qu’il pouvait faire avec la douleur qui lui vrillait la jambe. « Oui, c’est bien moi ». Il sourit. Il sourit et il s’adossa comme il le pouvait à un arbre. Il avait mal, vraiment mal. Est-ce que la blessure avait eu le temps de s’infecter ? Peut-être… Peut-être pas. « Cela fait bien longtemps que je ne vous ai vue, Valaina » dit-il, en posant son regard bleu sur la jeune femme. Il soupira et puis, il écouta la demoiselle lui demander comment il avait été blessé. Il hésita. Devait-il avouer avoir été trop présomptueux, et avoir été séparé des autres gardes ? Non, le prince, même s’il avait autrefois appris à apprécier la demoiselle qui se trouvait en face de lui, ne savait pas réellement s’il pouvait lui faire confiance. Certes, c’était une elfe, et elle ne pouvait fondamentalement pas être mauvaise. Mais, une sorte d’instinct lui soufflait de prendre son temps. De redécouvrir la demoiselle avant de commencer à lui confier des choses importantes. « Les bois sont emplis d’araignées. Je reviens du Sud, là où elles pullulent. J’ai été blessé en les combattants. »

Au fond de lui, il espérait que le reste des gardes avait pu s’en sortir, et qu’ils étaient de retour dans la cité. Le bruit que fit la jeune femme en se mettant à fouiller dans sa sacoche lui fit tourner la tête, et il se contenta de hocher la tête de haut en bas. Oui, si elle avait de quoi le soigner… De quoi soulager cette douleur qui l’habitait… Il n’allait pas refuser. Ce serait stupide de refuser. Mais, il ne parlait pas. Il ne parlait plus. Il se pencha en avant pour déchirer un peu plus son pantalon, histoire de laisser la plaie apparente. Parce qu’il n’allait pas pouvoir enlever le dit pantalon. Pas au milieu de la forêt quand même. « Si vous avez un moyen d’atténuer la douleur… Au moins le temps de rentrer à la cité. Là, on pourra faire un joli bandage. Et prendre le temps de me reposer pour que ça guérisse »

Cependant, le prince décida de tourner la tête sur le côté. Parce que la plaie était tout de même bien sale. Et, il ne voulait pas voir ce que Valaina allait devoir faire pour nettoyer tout ça.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 30 Nov - 17:25




Maybe I should come earlier


Valaina n'était pas vraiment fière. Dans le sens où elle se rendait souvent à Vert Bois, par le passé. Mais elle avait subitement coupé les ponts avec le royaume de Thranduil des suites ... Et bien, des suites de l'incident avec le dragon et le fait que les Nains avaient du se débrouiller tout seul. Elle qui avait été proche, par le passé, de Legolas. Ils n'étaient que deux inconnus, pour le moment. Enfin, pas vraiment. Mais c'était plus ou moins le cas. "Effectivement, cela fait longtemps." dit-elle dans un hochement de la tête. Quoi que, longtemps, pour un Elfe, cela ne signifiait pas grand chose. "171 années, pour être précise." Car Smaug le terrible avait frappé Erebor en 2770. "Ce qui n'est pas si longtemps que cela ... Si l'on considère notre longévité." Elle tentait de relativiser les choses. Sans doute qu'il devait se demander pourquoi ... et bien, pourquoi elle était restée à distance. Pourquoi elle n'était jamais revenue. Nul doute qu'ils auraient l'occasion d'en discuter. En temps et en heure. Et pour le moment, ce qui la préoccupait quelque peu, c'était ... la blessure qu'il avait. Legolas lui avoua qu'il y avait de nombreuses araignées et que c'était à cause d'elles qu'il avait été blessé. "Sont-elles si nombreuses que cela ?" Valaina était étonnée. Surprise. "Mais la dernière fois que je suis venue ... Elles n'étaient pas là ..." Que s'était-il passé pour que les araignées envahissent Vert Bois ?

Valaina s'affaire quelque peu à la recherche de divers onguents et autres petites joyeusetés de ce genre afin d'aider quelque peu Legolas avec sa blessure. Cela ne semblait pas très joli, à première vue, mais elle avait vu pire à dire vrai. Bien pire. Legolas déchira quelque peu son pantalon afin qu'elle ait un meilleur accès à la plaie. "J'ai quelques petites choses, effectivement, qui pourront vous aider." Valaina sortit une petite boîte. A l'intérieur, diverses herbes qui allaient grandement l'aider. "Les humains disent que ça atténue plutôt bien la douleur. Mais ils trouvent également que cela pique et n'aiment pas trop que j'en use sur eux." en vint-elle à lui dire. "Je n'ai, néanmoins, pas réellement eu l'occasion de l'utiliser sur mes congénères." Sans doute que ça serait la même chose. Homme ou Elfe, ça devait être du pareil au même. Tant que cela fonctionnait, c'était le principal, non ? Valaina récupéra un peu de la mixture et l'appliqua sur la blessure de Legolas. Elle l'étalait, soigneusement, en silence. Pour le moment. Elle avait soigné bien des gens. Jamais un de ses siens. Et encore moins un prince. "Cela vous fait-il du bien ?"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 11 Déc - 20:58




Maybe I should come earlier


Deux cent ans… Voilà le temps que le prince avait passé loin de cette amie qui, autrefois, était chère à son cœur. Mais, cette période lui avait paru bien plus longue, et ce par bien des façons. En effet, ce fut la période durant laquelle Vertbois changea du tout au tout. Ce fut la période durant laquelle l’ombre de Dol Guldur se répandit sur les arbres, amenant avec elle les araignées et la pourriture qui désormais venait empêcher les arbres de fleurir au printemps. Et, si on ajoutait à cette longue liste de choses l’hiver qui s’était acharné, des semaines et des mois durant à venir anéantir le moral des troupes… On aurait crût que la Noël était là bien avant son heure, et si cette fête peut être joyeuse pour les humains, voir l'été magiquement transformé était une torture poru les elfes. Oui, Legolas devait avouer qu’il s’était passé bien trop de choses pour qu’il n’arrive à se souvenir de chaque seconde. Et, c’était pour ça, au fond, qu’il avait eu du mal à reconnaitre Valaina sur le coup. « Non, ce n’est pas si long que ça… Mais, pour ceux qui vivent ici, ça a été deux cent années de terreur et d’épreuves, vous savez. » Et, Legolas n’avait pas envie de se plonger dans les détails. L’apparence maladive des arbres autours d’eux montrait bien ce qu’il s’était passé, et au fond… Au fond, personne n’avait réellement le fin mot de cette histoire. Seules des suppositions étaient ici à l’œuvre. Cependant, il devait expliquer son état. Ce fut d’ailleurs pour ça qu’il parla, à demi-mot, des araignées à la jeune guérisseuse en face de lui. « Elles viennent du Sud, et elles se répandent comme de la mauvaise herbe dans les bois. Elles font partie des nombreuses choses qui ont changé depuis votre dernier passage. Mais, je pense que vous vous rendrez compte rapidement seule de ce qui a changé. Je ne tiens pas à vous faire déprimer. »

Mais, Valaina s’occupa rapidement de la blessure du prince, avec un onguent qui lui tira un rictus de douleur. Certes, ce n’était pas agréable. Mais, il fallait en passer par là pour ensuite aller mieux. Il grimaça et il finit par hocher simplement la tête face à la question de la jeune femme. « Une fois passée la sensation désagréable, je dois avouer que cela calme en effet la douleur. Il faudra nettoyer ça un peu plus en profondeur, certes, mais cela devrait me permettre de rentrer jusqu’à Mirkwood. » Le prince hésita un peu avant de prononcer sa phrase suivante. Car, au fond de lui, il ne savait pas réellement ce qu’il s’était passé, ni même pourquoi son père refusait désormais qu’on prononce le nom de la jeune femme devant lui. Et, pourtant, Legolas appréciait son père plus que tout au monde. Mieux encore, il le considérait comme un mentor, un modèle à suivre. Si les farces qu’il avait autrefois faites avec les fils d’Elrond n’étaient pas loin, il restait bien plus sages que ses homologues d’Imladris, et il ne souhaitait pas envenimer les choses. « Viendrez vous jusqu’à la cité noire avec moi ? Je préfèrerais vous avoir à mes côtés afin d’éviter de me retrouver à nouveau en mauvaise posture. » et, ce même si le cœur de l’elfe préférait largement aller vers la protection de la jeune femme que de lui demander la sienne. Mais, son égo savait parfaitement reconnaitre quand une situation le dépassait, et là, il n’était qu’une simple proie pour les créatures de la forêt… « Je sais que vous êtes en froid avec mon père… »



Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 12 Déc - 14:53




Maybe I should come earlier


C'était terrifiant ... Terrifiant comme VertBois avait pu changer. Et elle n'était pas encore au bout de ses surprises. En tout cas, elle ne se démontait pas vraiment. Elle ne se laissait pas distraire par ce qu'elle pouvait voir et se concentrait sur la plaie de Legolas qui n'hésita pas à lui avouer que ça avait été terrible. "Je n'imagine pas ce que vous avez pu vivre. Vous et les vôtres." Elle avait pris soin d'éviter VertBois. Oh, oui, ça lui arrivait souvent d'écrire à Cyrielle. Elle avait évoqué dans ses lettres le fait que VertBois changeait au fur et à mesure. Mais Valaina n'aurait jamais cru ... que ça serait ainsi. Elle n'aurait jamais cru que la forêt était si ... changée. Comme quoi, il faut le voir pour le croire. Legolas lui parla des araignées. Du fait qu'elles venaient du sud. Qu'elles envahissaient les bois. "Avez-vous une idée de pourquoi elles viennent de la sorte ?" Il devait forcément y avoir une raison. Valaina se doutait qu'ils devaient faire quelque chose pour les combattre. Ou pas. Elle savait que le grand roi Thranduil pouvait être ... buté ... si on peut dire cela ainsi. Et n'était pas du genre à faire des choses qui pouvaient mettre son peuple en danger. Valaina en avait eu un aperçu avec l'histoire du dragon. Le fait qu'il avait pris soin de ne pas participer à la bataille et de laisser les Nains se débrouiller seuls. Une décision qu'elle avait toujours eu du mal à comprendre. Et qu'elle ne comprenait toujours pas d'ailleurs. Mais elle n'était pas là pour discuter de ce que Thranduil comptait faire ou ne pas faire.

La plaie n'était pas totalement refermée. Legolas aurait besoin d'autres soins. De nettoyer la plaie correctement. De faire un vrai bandage. Là, Valaina ne pouvait pas le faire. Elle était pressée parce que ... Et bien, parce qu'elle ne savait pas sur qui ils pouvaient tomber. Ou sur quoi. D'autres araignées pouvaient débarquer à n'importe quel moment. Et elle préférait l'éviter. Non pas qu'elle ne pourrait pas se défendre, ou bien le défendre lui. Néanmoins, elle préférait qu'ils n'en arrivent pas là. "Je suis ravie d'entendre cela. Il vous faudra faire attention et ne pas trop vous appuyer sur votre jambe." Ce qui était pratiquement impossible, puisqu'il était à pied. Enfin, elle pourrait toujours l'accompagner jusqu'à la cité. Il serait sur son cheval. Et elle à ses côtés. A pied. Mais l'idée de s'approcher un peu de la cité ... Je ne dirais pas que ça l'effrayait. Mais ça l'inquiétait. Certes, en ces périodes de fêtes, que les hommes fêtaient sous le trait de Noël en s'offrant des cadeaux, c'était le temps de pardonner. D'oublier les vieilles rancunes. Seulement, Valaina ne savait pas si elle arriverait à tourner cette page. Elle le devait pourtant. Laisser tout cela de côté. Et penser à autre chose.

Valaina se redressa et rangea ses affaires. Elle pensait pouvoir s'en aller. Reprendre son chemin. Néanmoins, Legolas semblait avoir besoin de son aide. Et il le formula à haute voix d'ailleurs. Il voulait être accompagné. Il pouvait avoir besoin d'aide. Il pouvait rencontrer d'autres araignées sur la route. Et ne pas pouvoir se défendre. "Je ..." Si cela ne tenait qu'à elle, elle aurait fui. Elle serait partie. Là, tout de suite. Sans demander son reste. Elle aurait tout fait pour s'éloigner de la cité de Thranduil. Legolas savait qu'il y avait un différend entre eux. Il n'était peut-être pas au courant de toute l'histoire. "Effectivement ... Disons ... que ... ce n'est pas simple." La blonde passa une main dans ses cheveux. "Votre père n'est pas des plus faciles. Et disons qu'il y a certaines choses que nous devrions régler. Mais je ne sais pas si c'est le meilleur moment pour le faire." Elle soupira quelque peu. Elle ne pouvait, néanmoins, pas laisser le prince seul. Qui sait sur qui ou sur quoi il pouvait tomber. "Je vais vous accompagner. Mais je préfère être honnête. Je ne sais pas si je pourrais aller jusqu'au bout." Elle ne rentrerait sans doute pas dans la cité. Elle pouvait se tromper. Et peut-être irait-elle. Mais peut-être ne le ferait-elle pas.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 17 Déc - 19:57




Maybe I should come earlier


Un rictus déforma les lèvres du prince devant l’hésitation de l’elfe en face de lui. Du moins c’était comme ça qu’il le ressentait. Il avait l’impression qu’elle ne comprenait pas ce qui avait bien pu se passer ici. Et, au fond, c’était un peu le cas. Mais, comment pouvait-elle ne pas avoir entendu parler de la déchéance de Mirkwood ? Oh, le nom de VertBois était désormais bien oublié. Totalement enterré. Désormais, les lieux s’appelaient La Forêt Noire, et à juste titre. Les arbres ne fleurissaient plus. L’herbe ne poussait plus. Et, il régnait dans l’endroit une sorte d’odeur putride qui montait à la tête de tous ceux qui venaient ici, leur faisant perdre leur chemin. Heureusement, malgré toute cette horreur, la magie des elfes avait pu protéger quelques passages : les chemins pavés qui autrefois guidaient les voyageurs des quatre coins de l’endroit jusqu’à la cité elfique avaient pu être ensorcelés pour continuer de faire leur œuvre, résistant à la putréfaction des lieux. « L’ombre grandit au Sud. Elle se répand petit à petit, et grignote chaque parcelle du pouvoir des elfes. » Voilà une réponse bien énigmatique, n’est ce pas ? Legolas reprit donc après quelques secondes à chercher ses mots : « Nous ne savons pas pourquoi elles viennent. Leur nid se trouve dans la cité en ruines de Dol Guldur, là où reposent les corps des Nazguls. Mais, Père nous a interdit de nous rendre sur place pour voir ce qui peut bien créer une telle profusion d’araignées. » L’elfe retint un soupir de déception. Les araignées étaient en train de leur voler les lieux. Thranduil avait enfouis la cité des elfes sylvestres sous la terre pour la protéger. Quelle était donc cette époque où les elfes devaient se cacher sous terre, comme des nains, pour survivre ? Legolas était attristé de devoir vivre ainsi. Il était attristé de ne plus savoir comment protéger les lieux, ni comment faire en sorte de préserver ce qui serait un jour lointain son héritage.

Valaina s’occupa ensuite de la blessure du prince, nettoyant rapidement la plaie, pour lui permettre de rentrer jusqu’à chez lui. Mais, malgré ça, lorsqu’il se leva pour poser son pied sur le sol, il grimaça. Parce que… Parce qu’il semblait impossible d’arriver ainsi jusqu’à la cité, sans heurt. Il restait inquiet. Séparé des gardes qu’il était censé superviser, il avait peur pour ceux-ci, même si étant plus nombreux, il restait persuadés qu’ils avaient pu s’en sortir. Cependant, lui-même étant blessé, si une autre créature de cauchemar se trouvait sur son chemin, il n’était pas tout à fait certain de pouvoir arriver entier jusqu’à la cité, quelle que soit son agilité avec un arc ou une épée. C’est pourquoi il demanda à la guérisseuse en face de lui de l’accompagner. Mais, il voyait bien sur son visage qu’elle était gênée. Car, même si Legolas n’avait jamais réellement cherché à comprendre pourquoi son amie était partie, et pourquoi elle s’était disputée avec Thranduil, il était parfaitement au courant de cette brouille. Mais, il considérait qu’il s’agissait de leurs affaires, et non des siennes. Car, lui-même ne souhaitait pas être au milieu. Il ne voulait pas être au milieu. Il n’avait pas envie d’être pris à parti par l’un ou l’autre, même s’il doutait que Valaina en arrive là. Son père par contre… Non, mieux valait ne pas parler de son père. L’elfe avait lui aussi quelques griefs contre Thranduil. « Je ne vous demanderai pas de passer les portes de la cité, ne vous en faites pas. Simplement de m’accompagner jusqu’à ce que nous soyons dans le périmètre où les araignées sont absentes même si… » Le prince se tut quelques secondes. « Même si vous vous rendez à Lacville, il faudra passer près de Mirkwood. Les chemins sont bien plus sûrs, et je ne vous laisserai pas passer par la forêt avec tout ce qui peut vous attaquer. Du moins, pas sans escorte. »


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 20 Déc - 17:44




Maybe I should come earlier


Valaina était désolée. Désolée par rapport à tout cela. Désolée d'être restée en retrait. De n'avoir rien fait. Quand bien même elle aurait été dans les parages, qu'aurait-elle pu faire de toute manière ? Prendre les armes et affronter les araignées ? Oui, bon, sans doute l'aurait-elle fait. Ou pas. Le roi Thranduil avait sa manière de voir les choses. Sans doute s'occupait-il des araignées qui rôdaient. Mais peut-être ne cherchait-il pas à défaire totalement le mal. Oh, Valaina n'en savait rien. Elle était quelque peu perdue. Savoir que la belle forêt qu'elle avait pu connaître et qu'elle avait parcouru de long en large devenir la proie des araignées, ça lui faisait quelque chose. Ca lui mettait un coup au moral. Et elle avait ce petit air triste au coin du visage. La blonde secoua quelque peu la tête, tout en passant une main dans ses cheveux. Oui, cette affaire l'ennuyait fortement. Peut-être allait-elle devoir repenser à sa position. Ou peut-être, qu'au contraire, il ne fallait pas qu'elle s'en occupe, sans quoi, ça lui apporterait quelques ennuis. Legolas lui donna quelques explications sur les araignées. Sur le fait qu'elles venaient du sud. De Dol Guldur, très précisément. Rien que d'entendre le nom, ça lui faisait froid dans le dos. Elle n'était pas née lors de la dernière alliance entre les Elfes, les Nains et les Hommes. Elle n'était pas née lorsque Sauron avait été défait la toute dernière fois. "Et c'est bien dommage que vous n'ayez pas eu l'occasion de pouvoir vérifier par vous-même de quoi il en retourne réellement." dit-elle dans un hochement de la tête. "Quand bien même il s'agit là d'un ordre direct, n'y a-t-il eu personne pour aller vérifier ? Peut-être que des alliés auraient pu ... aller y jeter un coup d'oeil." Parce que ça serait intéressant de voir ... de quoi il en retournait réellement.

Legolas avait fini par se lever après les soins de Valaina. Mais elle voyait que cela n'allait pas. Cela n'était pas suffisant. Il avait mal. Et ce même s'il ne disait rien, elle voyait très bien qu'il avait du mal à tenir sur sa pauvre jambe. Elle ne pouvait pas le laisser rentrer tout seul, à pied. Impossible. Il ne rejoindrait jamais la cité et elle aurait la mort du prince bien aimé de Mirkwood sur les bras. Et déjà que ce n'était pas la grande joie entre elle et Thranduil ... laisser son fils mourir, ou du moins, ne rien faire pour l'aider, non ... Elle ne pouvait pas le faire. Elle ne souhaitait pas agraver les choses. Legolas comprenait, néanmoins, qu'elle ne souhaite pas se rendre jusqu'à la cité. Et il n'avait pas envie non plus qu'elle passe par la forêt alors qu'elle était seule. Elle eut un sourire. "Quand bien même je n'ai pas remis les pieds dans la cité depuis près de deux siècles, j'ai eu l'occasion de me rendre à Esgaroth à de nombreuses reprises. Il est vrai que je ne passais pas toujours par la forêt et que je prenais soin de la contourner." De peur de tomber sur Legolas. Ou bien même sur Thranduil. Non, elle n'avait pas peur de les affronter. Mais à dire vrai, elle ne savait pas ... comment se comporter. Valaina bascula légèrement la tête en arrière. "De toute manière, vous n'aviez pas à eessayer de me convaincre. J'avais décidé de vous accompagner." dit-elle dans un hochement de la tête. "Et comme vous devez avoir mal, vous monterez sur le cheval." Elle leva un doigt à son égard. "Et ce n'est pas négociable." Elle savait se montrer autoritaire. Mais c'était pour le bien de Legolas après tout. Elle n'avait pas envie qu'il finisse avec une jambe en moins. "Nous devrions y aller d'ailleurs." dit-elle dans un hochement de la tête. Mieux valait-il qu'ils ne s'attardent pas trop. Car qui sait sur qui ou sur quoi ils pouvaient tomber.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 7 Jan - 23:01




Maybe I should come earlier


Un sourire amer monta sur les lèvres de l’elfe blond qui secoua lentement la tête de droite à gauche. Non, il lui était tout bonnement impossible de désobéir à son père, même si de nombreuses fois il avait été tenté. Non, le prince savait qu’il se devait d’être obéissant envers Thranduil, même s’il ne pouvait parfois pas voir tout ce que son père pouvait avoir en tête. Lui-même espérait pouvoir devenir un jour l’héritier digne de Thranduil, et alors peut-être qu’il saurait, comme son père, voir sur un plus long terme. Oh, certes, sa curiosité le poussait parfois à flirter avec le danger, comme aujourd’hui, à essayer d’aller poursuivre un ennemi au sud, si loin que les murailles de Dol Guldur seraient assez proche pour qu’il puisse voir quelque chose. Mais, quand bien même il y arriverait… Il ne pourrait pas en parler ensuite. Peut être qu’au fond, c’était ça qu’il s’était passé : certains avaient vu ce qu’il y avait là bas, mais ils avaient été muselés. « Je ne sais pas. Je crois que Père sait ce qu’il y a, il ne peut pas être aussi catégorique sur le fait qu’il ne faut pas y aller s’il ne sait pas ce qu’il s’y trouve. Mais, je pense qu’il considère que c’est trop puissant pour nous, et que c’est pour ça qu’il nous interdit d’y aller. Ou, peut-être y a-t-il une autre raison qui m’échappe. Je ne peux enter dans l’esprit de mon père vous savez. » Et, au fond, cela le désolait un peu. Car, il ne savait pas réellement s’il ferait un bon souverain un jour tant qu’il n’arriverait pas à comprendre le précédent. Oh, c’était triste de devoir penser à ça mais… Mais il n’était pas possible pour lui d’envisager autre chose. Certes, les elfes semblaient immortels, mais un jour, Thranduil choisirait de retourner sur les terres de ses ancêtres, comme tant d’autres avant lui, et tant d’autres après lui. Alors, ce serait à Legolas de prendre sa place. Et, le prince se considérait comme loin d’être prêt.

Mais, voilà désormais le prince en train de se lever, pour se diriger vers la cité, tout en parlant avec sa guérisseuse. Il ne voulait pas lui imposer un séjour à l’intérieur des murs. Il ne le devait pas, au vu des relations qu’elle avait avec Thranduil. Mais, il se devait tout de même de lui demander de l’aide, car il ne pouvait pas rentrer chez lui comme ça, tout seul. Pas avec cette blessure, et même en restant dans le sentier des elfes : tout ceci était que trop dangereux à ses yeux, et ça l’aurait été aux yeux de n’importe qui. « Donc, les rumeurs sont vraies, mon amie. Vous nous évitiez sciemment. » Voilà une pointe d’humour dans la bouche du blondinet, qui cacha son sourire sous une grimace de douleur en s’appuyant sur sa mauvaise jambe. Oh, oui : il voulait faire culpabiliser Valaina… Un peu. Juste un petit peu. « Je suis heureux de vous … Comment ça le cheval Hors de question. » Blessé, il l’était. Handicapé et incapable de marcher, certainement pas. Il leva un doigt absolument vexé vers Valaina et grogna « De toute façon, nous n’irons pas vite. Et, mon guérisseur habituel n’a de cesse de me dire que rester immobile après une blessure est le meilleur moyen qu’elle guérisse lentement car le sang circule moins bien. » Était-ce une idiotie ? Il ne le savait pas. Mais, on le lui avait répété encore et encore. « Ne comptez pas sur moi pour me balader comme un prince sur son cheval pendant que vous marchez. C’est hors de questions. On m’a mieux élevé que ça, et moi vivant, aucune dame n’aura a marcher pendant que je me repose. Blessure ou pas blessure. »

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 9 Jan - 19:38




Maybe I should come earlier


Valaina n'avait jamais mis les pieds à Dol Guldur mais elle savait que c'était une place sombre. Pas très agréable. Elle en avait entendu parler. A quelques reprises. Elle n'avait jamais eu l'occasion d'y faire un tour. Et nul doute qu'elle n'irait jamais d'ailleurs. Elle n'avait pas besoin de s'attirer des ennuis. Déjà qu'elle allait, peut-être, au devant des ennuis en se rendant à Esgaroth. Certes, personne n'avait vu Smaug depuis des siècles. Mais cela ne signifiait pas pour autant que le dragon n'était plus là. Il devait être paisiblement endormi. A veiller sur son trésor. A attendre. Et une fois que ce serait le cas, une fois qu'il serait réveillé, ça deviendrait un problème. Un véritable problème. Elle aurait pu ... Jouer la politique de l'autruche, si on peut dire cela ainsi. Et attendre tranquillement chez elle. Enfin, à Imladris, que la tempête se calme. Que tout danger soit écarté. Mais elle n'était pas comme ça notre Valaina. Pas du genre à attendre les bras croisés que la tempête se calme. "Sans doute tout un tas de raisons. Néanmoins, sauf votre respect, je doute qu'attendre et voir ce qui se passe soit la meilleure des idées. J'espère juste que le danger ne parviendra pas jusqu'à votre cité." Et elle l'espérait. Du plus profond de son coeur. Qand bien même elle était en conflit avec Thranduil, cela ne signifiait pas pour autant que Valaina leur voulait du mal. Du tout. Ils ne méritaient pas cela. Personne ne méritait d'entrer en guerre ou quoi que ce soit dans le genre.

Mais il était temps de partir. Ne pas s'attarder. Qui sait sur quoi ils pourraient tomber si jamais ils restaient plus longtemps dans les parages. Legolas lui reprochait d'être partie. Sans rien dire. D'avoir un désaccord et de faire exprès de ne pas s'approcher de Mirkwood. Elle baissa quelque peu la tête. "Ce n'est pas contre vous mon ami. Mais oui. Un désaccord m'oppose à votre père. Ou plutôt ... Une vision des choses bien différente." Ne pas aider les Nains ... Une décision vivement critiquée de la part de la jeune blonde. Mais peut-être qu'il était temps pour elle de laisser derrière elle tout cela. "Mais oui ... Les rumeurs n'en sont pas vraiment." Elle avait dû le blesser. A partir comme ça. Sans rien dire. Alors qu'ils étaient proches et qu'ils s'entendaient bien. Peut-être ne pourrait-il jamais lui pardonner. Peut-être y aurait-il toujours une certaine rancœur entre de Legolas envers la blonde. Qui sait ? Elle n'irait pas le lui demander. Du moins, pas tout de suite. Et pas aujourd'hui.

Ils étaient prêt à partir. Et pour Valaina, il était normal que le prince en vienne à prendre sa monture. Il était blessé. C'était comme si ... Comme si elle venait de dire une grosse bêtise. Non, il n'était pas offensé. Mais il était hors de question de monter sur ce cheval. Elle fronça des sourcils tout en le regardant. "Allons ... Ce n'est pas sérieux." ajouta-t-elle en secouant la tête. Elle n'était pas d'accord avec ce qu'il voulait faire. Mais en même temps, pouvait-elle l'empêcher ? Elle n'allait pas le faire grimper de force sur ce cheval, non ? De toute manière, elle n'arriverait pas à le convaincre. Il était têtu. Elle l'était tout autant. A quoi bon tenter de s'acharner ? A quoi bon user de la salive pour le faire monter sur ce foutu cheval ? "Très bien. Faites donc comme bon vous semble. Mais ne venez pas vous plaindre que la plaie a pu s'infecter entre ici et notre arrivée dans votre cité." Oh, ça n'arriverait pas. Elle avait fait en sorte, justement, de bien protéger la plaie avec ses onguents. Il irait bien. Mais elle voulait ... Lui foutre un peu la trouille, en quelque sorte. Et lui faire comprendre que ce n'était pas la meilleure des idées. "Allons-y ... Avant que de maudites araignées n'en reviennent dans les parages." Ils n'avaient pas besoin de cela.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 27 Jan - 23:40
« Allez dire ça à mon père, mon amie. Moi, je ne suis que son fils. Je n’ai pas de pouvoir de décision là dedans, et même si je l’avais… Je ne sais si je saurais tenir tête à mon père de cette manière. Vous savez qu’il se trouve être réellement buté lorsqu’il le souhaite. Mais, j’ai peur pour notre cité, j’ai peur de ce qu’il pourrait arriver si les araignées sortaient de leur trous et étaient suivies d’orcs. L’air vicié de la forêt ne sauraient les arrêter, je pense, et ils parviendraient jusqu’aux portes de la cité facilement… » La voix du prince est triste, alors qu’il parle ainsi, sans réellement savoir si ses paroles seront comprises à leur juste valeur. Car, il ne sait pas s’il sera un jour capable de reprendre les rênes. Non, il ne sait pas si un jour il pourra arriver à la cheville de son père, et c’est un fardeau sur ses épaules, fardeau dont il n’a pu parler à personne jusqu’à présent, et dont il n’était peut être pas prêt à parler. Non, au fond de lui, il ne savait pas réellement s’il serait un jour capable même d’en parler. Alors, annoncer aux autres qu’il n’était pas certains de mériter son titre de prince… Non, vraiment ce n’était pas le moment. Il n’était pas prêt pour tout ça, et ce malgré son âge avancé. Jeune pour un elfe, certes mais trop vieux pour ne pas savoir ce qu’il voulait faire de sa vie. D’un autre côté, il ne savait pas non plus si un jour il serait amené à prendre place sur le trône. N’oublions pas que les elfes sont immortels, et qu’il ne semblait pas possible pour lui que son père rende un jour l’âme.

« Pourtant, il se raconte que c’est parce que je n’ai pas été aimable avec vous lors de notre dernière conversation que vous êtes partie en courant, car vous aviez, selon les rumeurs encore, peur que je ne tourne comme mon père. J’ai été … Blessé. » Oui, le prince, malgré la douleur, malgré les doutes qu’il subissait, s’amusait à la taquiner, son amie. Il ne savait pas dans combien de temps il allait la revoir, car même avant cette brouille avec Thranduil, Valaina avait tendance à voyager beaucoup autour du monde, chose que le prince, qui était resté cloitré durant la quasi-totalité de sa vie dans cet endroit qui l’avait vu naitre lui enviait. Car, lui-même avait envie de voir le monde, de voir ce qu’il se passait de l’autre côté des arbres et de la cité qu’il connaissait désormais sur le bout des doigts. « Peut être est-ce simplement parce que je vous ai fait payer, comme j’avais oublié ma bourse, dans cette taverne qui s’enroule autour de l’un des arbres centenaires. Certainement, même. Mais, d’un autre côté, les gens parlent, et les ragots alimentent leurs nuits d’hivers. Elles sont longues et deux cent ans, c’est encore plus long. N’est ce pas ? » Un sourire sur les lèvres, il la taquinait, son amie, comme si ces deux cent années n’avaient pas existé, et au fond, il espérait pouvoir l’emmener à nouveau dans cette taverne magnifique, avec son vin épicé venu droit d’Esgaroth. Il espérait pouvoir lui montrer les nouveaux tableaux de cette œuvre d’art vivante. Il se demandait encore et toujours comment c’était possible de voir cet arbre continuer à grandir ainsi, alors qu’une taverne se trouvait à l’intérieur. Mais, il ne réussirait pas à avoir la réponse un jour, car c’était là un secret bien gardé par Illuvatar.

Mais, revenons maintenant à cette étrange blessure, et à la façon dont Valaina essayait de le faire passer pour un invalide en lui proposant de monter à cheval. Ça, non : hors de question. Il pouvait marcher, avec son arc comme soutient, et tant pis si celui-ci finissait au rebus à la fin, car déformé. Non, il préférait avancer un pas après l’autre, plutôt que de se retrouver incapable de bouger par la suite. Et puis, c’était comme ça qu’on l’avait éduqué, au fond. « Et vous, n’essayez pas de me faire peur en me promettant une infection, lorsque je sais que vos onguents sont parmi les meilleurs au monde. Et, ce ne sont pas deux heures de marche qui vont faire changer la plaie à ce point-là. Je ne suis certes pas un expert, mais je suis aussi loin d’être stupide. » Un peu acide, notre prince ? Oh, certainement. Mais, il se mit à avancer, un pas après l’autre, en clopinant tout ce qu’il pouvait, et en faisant en sorte de garder sa fierté dressée pour parer à la douleur. Car, oui, il avait bien mal, notre petit prince. Mais, il ne l’avouerait jamais : surtout pas à Valaina. « Les araignées sont bien plus au sud, normalement. Nous n’avons que très peu de chance d’en croiser, si on peut appeler ça de la chance. »

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 30 Jan - 20:59




Maybe I should come earlier


Si Valaina était un peu en froid avec le grand roi de Mirkwood, de ce qu'elle pouvait comprendre, il y en avait un autre qui n'était pas forcément ... comment dire ... d'accord avec toutes les décisions de son père. Valaina n'avait jamais eu ce problème. Se disputer avec ses parents, elle n'avait jamais pu le faire. Néanmoins, oui, elle s'était prise quelques charges par Celebrian. Ou bien même par Elrond. Sans oublier Galadriel qui avait dû lui tirer les oreilles une fois ou deux. Oui. Elle se chamaillait avec eux. Mais avait toujours respecté leur point de vue. Mais Thranduil ... Oh, ça finirait bien par passer, oui, nul doute là dessous. Legolas craignait pour Mirkwood. Il craignait que des créatures pas sympathiques en viennent à les envahir. "Facilement, j'en doute. Votre père est peut-être têtu, je le conçois, mais je sais également qu'il fait tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les siens." D'ailleurs, c'était de là que leur différend avait débuté. Parce qu'il avait refusé d'aider les nains afin de ne pas mettre en danger les siens. Un but noble et louable, certes, mais jouer l'autruche et s'enfoncer la tête dans le sable, ce n'était pas toujours la meilleure des choses à faire. "Je suis sûre et certaine que malgré les apparences, votre royaume sera en sécurité." Legolas ne devait pas s'inquiéter par rapport à tout cela. Tout irait bien. De cela, Valaina en était pratiquement certaine. Elle n'irait aps en mettre sa main à couper mais oui. Ca irait bien.

Ils parlèrent un peu de Valaina. Sur pourquoi elle était partie comme ça, sans rien dire. Legolas prêtait attention à une rumeur sur le fait qu'il n'avait pas été aimable avec elle. Il la taquinait. Valaina savait qu'il n'en pensait pas un mot et qu'il disait cela juste pour l'embêter. "Oh, je pense que si cela avait été de vôtre faute, je serais vous voir. Et je ne me serais pas enfuie à l'autre bout de la terre sans rien dire." en vint-elle à dire dans un hochement de la tête. Valaina avait toujours apprécié Legolas. Elle n'aurait pas aimé être à sa place. Qu'on l'empêche de voir le monde, ça devait être difficile. Rester coincé dans sa forêt, ça ne devait pas être une chose évidente. La blonde était libre. Libre de parcourir le monde. Libre de faire ce qu'elle voulait, quand elle le désirait, et ce sans forcément avoir quelqu'un sur son dos. "Si quelqu'un vous a dit autre chose, c'est qu'il vous a menti." ajouta-t-elle dans un hochement de la tête. Jamais, oh combien jamais elle ne pourrait en vouloir à Legolas. Mais il continua sur sa lancée, prétextant que c'était peut-être dû au fait qu'elle avait été obligée de payer leur dernier repas dans la magnifique de taverne qui s'enroulait autour de l'arbre centenaire. "Qu'ils parlent. Honnêtement, cela n'a que peu d'intérêt. Il n'y a que la vérité qui compte réellement. Et peut-être en saurez-vous un peu plus avant la fin de mon séjour en vos terres." Ce qui, d'une certaine manière, laissait sous entendre qu'elle allait peut-être rester un peu dans les parages. Qui sait ? "Et je compte bien retourner à cette taverne et vous paierez le repas cette fois-ci." Etait-elle en train de se faire inviter ? Peut-être bien. "Voyez cela comme un remerciement de vous avoir aidé aujourd'hui." Oui, bon, elle n'avait pas fait grand chose. Mais elle ne l'avait pas laissé seul. Et c'était important.

Il était temps de partir. Mais Legolas ne semblait pas vraiment ravi de vouloir monter sur son cheval. Il refusait. Il préférait se déplacer à pied, quitte à avoir quelques complications avec sa jambe. Il faisait bien ce qu'il voulait. Elle n'était pas sa mère après tout. "Ne me prêtez pas des paroles que je n'ai pas dit. Vous faites bien ce que vous voulez après tout." Que pouvait-elle dire d'autre de toute manière ? Elle n'allait pas lui mettre sa dague sous la gorge pour l'obliger à grimper sur ce maudit cheval, non ? "Ce n'est pas moi qui risque des complications. Alors, continuez à pied si cela vous chante." ajouta-t-elle dans un sourire. A quoi bon vouloir le raisonner ? "Mais ne dites pas que je ne vous aurais pas prévenu." poursuivit-elle dans un hochement de la tête. Ainsi donc, les voilà se mettant en route, direction la cité. Deux bonnes heures. Ils allaient pouvoir se raconter pas mal de choses, oui, pour sûr. Seulement, avait-elle envie de parler ? Bien évidemment. Elle n'avait pas vu Legolas depuis longtemps. Deux siècles. Ils avaient des choses à rattraper. "S'approchent-elles de la cité ou restent-elles à assez bonne distance ?" en vint-elle à lui demander.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 31 Jan - 17:36
Un sourire sur les lèvres du prince des lieux, et il se contente de hocher la tête lorsque l’elfe blonde en face de lui lui dit que son père fera tout ce qu’il est en son pouvoir pour garder les lieux en toute sécurité. Oui, elle a très certainement raison. Elle a tout à fait raison sur ce point. Thranduil, malgré ses mauvais côtés et son incapacité à se remettre en question publiquement est un bon roi, dévoué à ses sujets, et qui fera tout ce qu’il peut pour les garder en sécurité, c’est bien pour ça qu’il a refusé son aide aux nains il y a une centaine d’année. Pour ne pas attirer la foudre et les flammes de Smaug sur ses bois. Si Legolas avait compris la raison de ce refus, il ne l’avait jamais réellement approuvé. Mais, temps n’était certes pas venu de le dire à la demoiselle qu’il avait en face de lui : non, cela ne ferait que raviver la rancœur qu’elle avait envers son père. Alors, il préfère se taire, l’écouter, et simplement : hocher la tête, avant de ramener le sujet vers lui. Oh, qu’il aime bien la taquiner. Mais, en ce jour, elle ne semble pas réellement disposée à s’amuser. Peut-être est-ce dû à la blessure du prince, qui rend la guérisseuse si sérieuse… Quoi qu’il en soit, il essaye. Il essaye de la dérider, malgré l’endroit si sombre, le moment si inapproprié, et le temps qui s’écoule trop vite. Alors, il essaye. Il tente, il attaque d’un côté avant de tester d’un autre avec un sourire sur le visage. « Donc, vous allez rester un peu parmi nous ? Voilà qui est étrange, il y a deux minutes, vous ne vouliez pas… » Mais, voilà que Valaina tente de se faire inviter. Oh, certes, si les deux amis doivent retourner dans cette taverne, Legolas a bien l’intention de payer le repas. Pas galanterie, parce qu’il a envie de rendre la pareille à la jeune femme, et peut être même d’autres raisons qui ne lui viennent pas à l’esprit maintenant. Non, il ne sait pas trop pourquoi, mais il a bien envie de se rendre dans cette taverne réputée, pour laisser le vin capiteux et épicé emplir ses papilles alors qu’il discutera avec la jeune femme. « Donc, vous ne prêtez pas attention aux ragots ? Réellement ? Pourtant, certains devraient vous arriver aux oreilles… Je suis certain qu’ils vous amuseraient. Ou vous révolteraient. Les ragots sont un bon moyen de se tenir au courant de ce qu’il se passe dans notre monde d’immortels après tout. On ne se voit que tellement rarement… » Preuve en est du temps qu’il a fallu à Valaina pour revenir ici. Presque deux cent ans. « Mais, ne vous en faites pas : je payerai le repas. C’est mon tour après tout. Et, la prochaine fois ce sera à vous. »

Et puis, au terme de cette discussion où l’elfe blonde a soigné la plaie en surface, il finit par refuser de manière catégorique de monter sur l’animal. Non, vraiment hors de question. Hors de question qu’il avoue cet état de faiblesse à qui que ce soit, pas même à Valaina, pas même à celle qui vient de le soigner. Car, malgré ses gênes purement elfiques, l’elfe est un mâle, et comme tous les hommes quelle que soit leur race, il possède un certain égo, et cette incapacité à avouer ses faiblesses à voix haute. « Ne vous en faites pas. Ne vous en faites pas je m’occuperai de ma jambe tout seul comme un grand, avec mon guérisseur habituel. Car, je suppose que si ça s’infecte, vous refuserez de vous occuper de moi ? » Au fond, c’est plus une affirmation qu’une question. Alors, il se met en marche, il avance, pas à pas, et il se laisse guider par le chemin des elfes. Cependant, il ne sait combien de temps il leur faudra à cette allure d’escargot pour avancer jusqu’à la cité. « Les araignées ? Il y a suffisamment de patrouilles aux abords de la cité pour qu’elles restent à distance. Elles ne sont pas aussi stupides que ça, malheureusement. Si elles avançaient pour venir frapper contre nos portes, il serait plus facile de les exterminer, n’est ce pas ? »

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 2 Fév - 9:45




Maybe I should come earlier



Rester ou ne pas rester. Elle ne savait pas encore ce qu'elle ferait réellement. Peut-être qu'elle se contenterait de ramener le Prince jusqu'à sa cité et qu'elle se tirerait sans rien dire de plus. Sans un mot. Ou peut-être qu'elle resterait. Qu'elle irait saluer les quelques personnes qu'elle pouvait connaître. Elle verrait bien. Honnêtement, elle ne savait pas trop encore ce qu'elle allait faire. Ou ne pas faire. Legolas en vint à la rendre au dépourvu tandis qu'il lui signalait qu'il trouvait étrange qu'elle change d'avis aussi rapidement. Elle lui fit les gros yeux. "Ne dit-on pas qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis ?" en vint-elle à lui demander en penchant la tête sur le côté. "Et puis, je ne sais guère encore ce que je vais faire ou ne pas faire. Peut-être vous dis-je cela maintenant. Mais une fois arrivée à la cité, peut-être partirais-je rapidement." Qui sait ? Peut-être n'auraient-ils pas l'occasion d'aller manger dans la taverne de l'arbre centenaire. Une taverne assez marrante quand on y repensait. Un cadre agréable. Une douce musique. Un personnel assez sympathique également. Du moins, s'il n'y avait pas eu de changement depuis la dernière fois. "Des ragots ne sont que des ragots. Certains, certes, se révèlent être fiables et vrais. Mais d'autres ne sont que mensonges. Et quand bien même nous sommes immortels, je préfère constater par mes propres yeux. Et vérifier." Des ragots ? Elle en entendait assez régulièrement. Mais cela ne signifiait pas pour autant qu'elle croyait tout ce qu'on pouvait lui dire. Oh que non. "Peut-être que si nous allons dans cette taverne, vous aurez l'occasion de me parler de ces ragots." Ou pas. A voir. Ca serait à voir. Une bonne chose, c'était que Legolas allait se montrer galant et l'inviterait. "C'est une bonne idée." ajouta-t-elle dans un hochement de la tête. Chacun à leur tour. Ca ne serait pas plus mal.

Il était temps de partir. De se mettre en route. Et ce malgré l'entêtement du prince. Qu'importe. Qu'il fasse ce qu'il voulait. Valaina ne l'obligerait en rien. Pas son genre. Il fut quelque peu blessant lorsqu'il en vint à ajouter qu'elle ne s'occuperait pas de lui si jamais ... Et bien si la plaie en venait à s'infecter. Elle haussa les épaules tout en le regardant. "J'en serais venue à penser que vous me connaissiez mieux que cela." Elle secoua la tête, quelque peu déçue. "Généralement, quand je commence quelque chose, j'aime le terminer." C'est dans ses habitudes. Sauf si elle était réellement fâchée. Là, oui, elle aurait pu être capable de tout laisser en plan. Mais là n'était pas la question. "Donc, pour en revenir à votre supposition, vous supposez mal." Non. Comme dit, elle avait commencé à le soigner. Et si infection il y avait, elle s'en chargerait avec ses onguents. Mais elle avait assez bien protégé la plaie avec ses baumes et un bandage. Il devrait s'en tirer sans que cela ne s'infecte. Du moins, l'espérait-elle. Legolas en vint à la rassurer sur les araignées. Sur le fait qu'elles étaient loin et qu'elle ne s'approchaient pas autant de la cité. Valaina eut un sourire au coin des lèvres. "Cela serait vraiment trop facile, effectivement." Mais ça serait bien mieux. Bien mieux s'ils arrivaient à exterminer toutes les araignées. Les tuer dans l'oeuf. Ca serait un problème en moins. Une épine en moins dans le pied. "J'espère qu'elles finiront par disparaître totalement. Tout comme cette ombre menaçante qui rôde sur la forêt." Une ombre noire. Qui faisait s'en aller les animaux de la forêt. Et qui faisait également qu'il n'y faisait pas bon vivre.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 7 Fév - 22:07
Oh, que de suppositions que voilà. Le regard du prince se pose sur la jeune femme en face de lui, et il sourit, amusé. Voilà qu’elle se met soudainement à répondre à ses provocations ? Bien, tout espoir d’amitié entre eux deux n’est donc pas perdu, alors. Et, quelque part, cette situation rassure l’elfe au cœur millénaire. Quelques fois, les gens s’éloignent, et puis, il suffit d’un rien pour qu’ils se rapprochent à nouveau. C’est ça, l’amitié, on dirait bien. Quelque chose qui résiste à l’assaut des années. « Mais, vous n’êtes pas curieuse, mon amie, de savoir ce qu’il se raconte sur vous ? Vraiment pas ? Pourtant, c’est amusant. Vraiment amusant. » Oui, intéressant de savoir ce qu’il se raconte sur soi. Lui-même, il apprécie assez qu’on lui raconte les ragots qui tournent sur lui. Certains le font hurler de rire, une fois que seul dans ses appartements, il peut se laisser aller à l’hilarité sans que personne ne le juge ni ne le contemple avec un air un peu outré. Car, être un prince, c’est tout de même avoir des responsabilités, et devoir se forger une certaine image. Quelques fois, Legolas s’en veut de ne pas avoir écouté Elladan et Elrohir dans le passé, il s’en veut d’avoir voulu rentrer dans le moule qu’on lui a forgé. « Alors, nous verrons si nous avons le temps d’aller à la taverne. »

Et puis, ils sont partis. Ils sont partis en direction de la cité des elfes. Ils sont partis, clopin clopant, en avançant, et en espérant, du moins du côté de l’elfe blond et blessé, que le reste du chemin allait être court et rapide. « Oh, ce n’est que de la provocation mon amie. Pour vous entendre m’assurer que vous allez me soigner jusqu’au bout. Peut-être que je pourrais vous garder durant un mois à la cité, alors. » Un rire monte à la poitrine de Legolas, et il se contente de pencher la tête sur le côté. Oh, parfois il se dit que les jumeaux d’Elrond ont fini par réellement déteindre sur lui. Parfois il se trouve tout à fait imbuvable, avec ses taquineries. Mais, d’autres fois, il se dit qu’il s’agit simplement de sa personnalité, et qu’il ne peut la montrer qu’à un tout petit nombre de personnes, ceux qui font partie de ses intimes. « Oui, bien trop facile… Il faut trouver un moyen de détruire les araignées et de repousser cette ombre noire mais… C’est plus facile à dire qu’à faire, n’est ce pas ? Une attaque frontale face à ces montres serait du suicide. Elles sont déjà très nombreuses dans la forêt, alors en Dol Guldur ? » La voix du prince reste en suspens quelques secondes, et puis il hausse les épaules avant de continuer sa route. La cité se rapproche pas à pas, et il n'y a pas d'autre choix que d'avancer, pas à pas, en ignorant la douleur, pour arriver au but. Oh, qu'il a hâte de se plonger dans un bain brûlant pour oublier la tension dans ses muscles... Et l'épaisse couche de poussière qui le recouvre. « Au prochain embranchement, nous devront prendre à gauche pour nous rendre à la cité par le chemin le plus court. »

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 9 Fév - 19:33




Maybe I should come earlier



Elle avait rarement vu Legolas de la sorte. A faire des blagues. A la chercher. C'était, sans doute, bien fait pour elle, si on peut dire cela ainsi. Elle l'avait laissé durant tellement de temps qu'il était tout à fait normal qu'il cherche à se venger. Et à la faire tourner en bourrique. Alors, elle jouait volontiers le jeu avec l'elfe blond. Elle ne savait pas trop à quoi s'attendre, dans le sens où elle n'aimait pas trop jouer de la sorte mais bon. Comme dit, c'était sans doute pour se venger de toutes ces années d'absence sans avoir donné aucune nouvelle. Valaina secoua la tête. Les rumeurs, c'était des rumeurs. Ce qui se disait sur elle, ou bien sur lui, aucune importante. "Non, je ne crois pas. Je ne prête pas attention aux rumeurs. Bien évidemment, il peut m'arriver d'en capter une ou deux au passage." Mais elle ne s'y intéressait pas tant que cela. Les gens voulaient parler sur son dos ? Et bien, si ça pouvait leur faire plaisir, ils pouvaient toujours le faire. "Moi, tout ce qui m'importe, c'est ce que mes proches pensent de moi." C'était important à ses yeux, oui. "Le reste, c'est du superflu." ajouta-t-elle dans un hochement de la tête. Après, si Legolas avait des choses à lui dire, elle l'écouterait volontiers. Elle ne resterait pas sourde non plus. Quoi qu'il en soit, peut-être qu'ils auraient l'occasion d'aller à la taverne. Peut-être qu'ils n'iraient pas. Ils verraient bien. Elle ne lui en tiendrait pas rigueur, de toute manière, s'il n'avait pas de temps à lui accorder une fois rentrés. Ce n'était pas comme si ... et bien, comme si elle comptait s'attarder longtemps à Mirkwood. Quelques jours. Quelques semaines dans le pire des cas. Mais pas plus. Mais passons.

Ils avançaient. Au rythme de Legolas. Sans chercher à presser l'allure. A quoi bon se dépêcher ? Et puis, de toute manière, ce n'était pas comme s'il pouvait aller plus vite dans son état actuel. Legolas avoua la provoquer. Parce qu'il voulait être sûr. Sûr qu'elle continuerait à le soigner. Quoi qu'il arrive. "Un mois ... C'est beaucoup." en vint-elle à dire en hochant la tête vers la droite puis vers la gauche. "Peut-être quelques semaines." Un mois, elle ne pouvait pas promettre. Déjà qu'elle avait brisé une promesse en quittant Imladris du jour au lendemain alors qu'elle avait promis qu'elle ne partirait pas. Pas sans lui. Ah, elle n'osait même pas penser à ce que Elrohir pourrait lui dire ou bien lui faire quand il apprendrait qu'elle était partie sans rien dire. Non, elle ne voulait pas y penser.

Ils parlèrent des araignées. Du fait de trouver une solution quant à l'anéantissement des araignées. Les exterminer serait une bonne chose. Encore fallait-il mettre la main sur toutes les araignées, sur tous leurs nids et les détruire, sans en oublier un seul. Ou bien une seule. Sans quoi, tous les efforts qu'ils pourraient faire seraient vains. "Plusieurs petites attaques. Sur plusieurs fronts. Peut-être que ça serait efficace." Valaina poussa un léger soupir. "Mais en fait, j'en sais rien. Je ne suis pas une grande tacticienne. Et je suis sûre que les meilleurs hommes de votre père doivent se pencher sur le sujet." Ou du moins, l'espérait-elle. Ils étaient bientôt ... bientôt rentrés. Ils étaient proches de la cité. Et elle trouvait que c'était toujours autant stupide qu'il se refuse à grimper sur le cheval. "Je pense qu'il est temps de grimper sur ce cheval. Et si vous refusez toujours de me laisser marcher, et bien, je monterais derrière vous." Ou devant, comme il préférait. S'il voulait jouer les chevaliers servants, devant, lui tenant les rênes, oui, pourquoi pas. Elle espérait arriver à le convaincre. Car plus vite ils arriveraient à la cité, moins elle aurait peur de se faire attaquer. Elle ne souhaitait pas qu'il lui arrive quelque chose.  
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 12 Fév - 18:48
Ha, qu’elle semblait tout à fait hors du temps, Valaina. Qu’elle semblait incapable de s’inquiéter des choses qui pourtant viennent inquiéter ceux qui l’entourent. Un sourire sur les lèvres, notre prince essaie de taquiner son amie, pour la simple et bonne raison qu’il a du mal à penser à autre chose que sa jambe douloureuse. Alors, penser à autre chose, tenter de faire en sorte d’oublier, tenter de se focaliser sur autre chose, pendant que Valaina s’occupe de lui… Oui, c’est une bonne idée. C’est une bonne chose. Et, essayer de lui faire croire qu’il existe des rumeurs sur elle, c’est aussi amusant. Un bon moyen de se changer les idées. Un bon moyen de se laisser aller, et d’oublier petit a petit la douleur. « Oui, vous avez raison mon amie. Vous avez raison : seules les opinions de la famille et des amis comptent. »

Mais, le temps de partir était venu, et il fallait désormais avancer, et c’est clopin clopant que le prince se mit à avancer sur les pavés de la forêt, sur ce qu’on appelait le chemin des elfes. Un sourire sur les lèvres, tentant de cacher encore sa douleur, par fierté ? Oui, peut être. Mais, qu’elle était mal placée, cette fierté ! Qu’elle était mal placée devant une guérisseuse qui pourrait l’aider … Mais, il ne voulait pas se faire envoyer de force sur le cheval, ça non. Il ne voulait pas finir comme un éclopé. Oh mais attendez… N’était-ce donc pas ce qu’il était justement ? Reprenons, peut être ? Il tentait donc d’avancer, tout en discutant faisant petit à petit la discussion, demandant à Valaina de rester jusqu’à ce qu’il aille mieux. « Allons, il y a d’autres guérisseurs. Mais, je vous connais, mon amie. Même partie au loin, vous continuerez à vous inquiéter pour moi. Je vous enverrais un corbeau, si vraiment vous ne pouvez rester sur place assez longtemps. Et puis, je guéris vite après tout. »

La discussion repartit sur les araignées, sur le fléau de ces lieux, fléau venu tout droit de Dol Guldur. Le prince savait qu’une expédition finirait par être montée pour tenter d’enrayer tout ça. Mais, quand ? Est-ce que ce serait à temps ? Avant que la situation ne devienne réellement trop complexe ? « C’est pourtant une bonne idée. Et, ça pourrait marcher. » Oui, maintenant qu’il y réfléchissait, ça pourrait marcher. Mais, voilà que Valaina reprenait la parole, le mouchant tout simplement sur place, et le laissant pantois. Il observa la jeune femme à son côté, et il soupira un coup. « Très bien, montons tous les deux alors. Mais, il est hors de question que je vous laisse marcher, quand moi je galope. » Restait maintenant à monter sur le dit cheval, ce qui était compliqué, au vu de sa jambe blessée. Enfin, il se tourna vers le canasson, et il s'en approcha en boitant, avant de se plonger sur un sujet épineux : la jambe blessée ou la jambe valide, en premier ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 15 Fév - 17:24




Maybe I should come earlier


Les rumeurs ? Elle s'en fichait. Cela n'avait pas d'importance. Aucune importance. Tout ce qui était important pour elle, c'était, comme dit un peu plus tôt, ce que pouvaient penser ses amis. Alors, si Legolas avait propagé quelques rumeurs, oui, elle serait intéressée de savoir ce qu'il avait pu raconter à son sujet. Il se livrerait à cet exercice. Ou pas. Quoi qu'il en soit, il était plus ou moins d'accord avec elle sur le fait que certaines opinions étaient plus appréciées que d'autres. Ce qui fit sourire la blonde. Elle n'avait rien à dire de plus sur le sujet. Et sans doute s'étaient-ils tout dit sur ce sujet là.

Ils marchaient, tranquillement. A un rythme ... plutôt lent. Ou du moins, un rythme qu'elle considérait comme étant lent. Elle avait l'habitude de marcher un peu plus rapidement, il fallait bien l'avouer. Mais elle ne voulait pas le presser ou qu'il se fasse plus mal qu'autre chose. Parce que c'était toujours dans la précipitation qu'on faisait un pas malheureux, ou quelque chose dans le genre. Autant l'éviter, n'est-ce pas ? Pour en revenir à ce qui nous intéresse, Valaina ne partirait, sans doute, pas tout de suite. Elle voulait être sûre que Legolas s'en remettrait totalement. Qu'il n'aurait aucune séquelle. De cela, elle en était pratiquement certaine. Elle s'en assurerait. Cela serait bien dommage si ... Et bien, s'il s'en retrouvait avec des séquelles. Il était un prince après tout. Il pouvait avoir à mener des hommes sur le champ de bataille, comme son père pouvait le faire. "Je ne m'inquiète pas pour cela. Je sais que nous guérissons assez rapidement." Elle s'inquiétait plutôt des lésions. Et des séquelles qu'il pouvait y avoir. Bien qu'elle était pratiquement certaine que ça n'arriverait pas. "Et je partirais sans doute une fois que vous serez totalement remis de votre blessure." ajouta-t-elle dans un hochement de la tête. Parce qu'elle n'allait pas partir tant qu'elle n'était pas certaine qu'il allait bien. Et elle savait que ça ne durerait pas si longtemps que cela. La constitution des Elfes était bien différente de celle des hommes. Et c'était plus rapide. Et c'était plutôt bien. Au moins, elle reprendrait la route rapidement vers son but. Vers Esgaroth.

Valaina avait émis l'hypothèse d'une attaque sur plusieurs fronts pour se débarrasser totalement des araignées. D'une certaine manière, elle était ravie de lui en avoir parlé. Parce qu'ils n'y avaient peut-être pas pensé. Et peut-être que ça leur permettrait de se débarrasser de ces maudites araignées, une fois pour toute. "Ravie d'avoir pu vous aiguiller sur cette voie. Il ne reste plus qu'à voir si cela peut fonctionner." Ou si c'était peine perdue. Ce dont elle n'espérait pas à dire vrai. Valaina choisit ce moment là pour réattaquer. Et pour tenter de le convaincre, une bonne fois pour toute, de monter sur ce cheval afin d'apaiser quelque peu sa pauvre jambe meurtrie. Finalement, elle avait réussi à le convaincre. La blonde aurait dû commencer tout de suite par cela. Lui dire qu'elle serait devant ou derrière lui. "Parfait. En selle maintenant !" C'était plus facile à dire qu'à faire. Parce qu'il avait mal à sa jambe. Et parce que ça ne devait pas être simple de devoir prendre appui sur sa pauvre jambe blessée. Mais histoire que ça soit plus facile, Valaina avait fait arrêter sa monture non loin d'un tronc. Au moins, il n'aurait pas à beaucoup s'appuyer sur sa jambe. Ouais, elle cherchait à l'épargner, ce qui était tout à fait normal. "Ca devrait être plus facile pour vous."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 22 Fév - 16:59
Il était heureux de savoir que son amie resterait quelques jours. Mais, l’elfe était là, plus préoccupé par sa jambe, l’état potentiel de la guérison et surtout, la douleur actuelle qu’il avait à la cuisse. Car, ça ne faisait pas du tout du bien, tout cette histoire, ça non, même si la discussion avec la jeune femme en face de lui était plus du genre à le distraire de cette blessure qu’autre chose. « Je ne veux pas non plus vous mettre en retard, mon amie. Si vous avez autre chose à faire, faites-le. Il y a des guérisseurs plus que compétents à Mirkwood. » Et, après quelques minutes de marche, tout en parlant de cette guerre qui fait rage entre les habitants de la forêt elfique et les araignées qui tentent de s’approprier les lieux, voilà Valaina qui lui propose de monter à cheval, chose qu’il finit par accepter, bien contraint d’avouer que la blessure à sa cuisse est un peu plus handicapante que ce qu’il avait en tête au départ.

Après quelques secondes d’incertitude sur la façon dont l’elfe allait bien pouvoir monter sur l’animal, voilà Valaina qui lui désigne un tronc à côté, tronc sur lequel il se hisse avec quelques difficultés tout de même. Ha, où est donc cette agilité naturelle des elfes en cet instant, hein ? L’elfe grommelle contre lui-même, contre les araignées et contre la bêtise qui l’a conduit à se retrouver isolé de sa patrouille, tout en grimpant avec la maladresse d’un enfant humain sur la bête, qui lui semble même bien trop grande pour lui. Une fois installé, il tend la main à Valaina « N’oubliez pas, mon amie : vous devez monter avec moi. » C’était le marché, après tout. Pas question de se faire avoir !

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 24 Fév - 18:43




Maybe I should come earlier



Valaina ne savait pas combien de temps elle resterait à Mirkwood. Mais sans doute plus qu'elle ne l'aurait pensé. Dans le sens où, à la base, elle n'aurait même pas dû s'arrêter. Elle avait pris soin, jusqu'à présent, de ne pas passer près des frontières du royaume et d'emprunter des chemins un peu moins sécurisés. Pour être sûre, justement, qu'elle ne passerait pas à proximité de gardes qui ne la ramèneraient pas dans la cité. Elle avait un passif là-bas. Elle y avait passé beaucoup de temps. Et elle était restée pas mal de temps éloignée. Peut-être était-il temps, pour elle, de ... Et bien ... de passer à autre chose. De pardonner. D'oublier ce qui avait pu arriver. Et d'accepter ce qui s'était produit. Ouais ... la blonde ne savait pas trop. Elle verrait bien ce qu'elle ferait une fois qu'elle aurait atteint la cité. "Je me doute bien qu'il en existe. Mais je ne suis pas de ceux qui laissent les autres s'occuper de ses patients." Oh que non. Valaina n'aimait pas refiler ses patients à d'autres guérisseurs. Elle aimait les suivre. Et c'est ce qu'elle ferait. Jusqu'au bout. Même si ça voulait dire qu'elle resterait plus longtemps que prévu à Mirkwood. Tant que cela ne l'empêchait pas d'atteindre son but et d'atteindre Esgaroth dans les temps. "Au pire, de toute manière, si jamais j'ai à m'absenter, je pourrais rejoindre Esgaroth et revenir après ce que j'ai à y faire." Tout simplement. C'était une idée comme une autre. Mais oui, elle pourrait faire comme cela. Au moins, elle allait voir ses patients d'Esgaroth. Et elle reviendrait pour vérifier si Legolas allait bien.

Enfin. Elle avait réussi à le convaincre. Il était monté sur ce cheval. Non sans mal à dire vrai. Il était têtu. Mais elle était ravie d'avoir réussi. La dernière fois qu'elle avait dû batailler de la sorte pour qu'on suive ses conseils ? Oh, elle ne s'en rappelait pas. Mais ça l'avait amusée en tout cas. En quelque sorte. Néanmoins, elle ne pouvait revenir sur ce qu'elle lui avait dit. C'est à dire grimper sur ce cheval, avec lui. D'ailleurs, il était en train de lui tendre la main afin qu'elle en vienne à l'empoigner. "Non, je n'ai pas oublié." Valaina avait fini par agripper la main de Legolas. Elle se donna un peu d'élan afin de monter également sur le cheval. "Satisfait ?" Valaina était montée derrière lui. Elle lui laissait les rênes. Elle les aurait bien pris mais bon. Elle préférait le laisser faire. Et ça serait bien mieux. "J'aurais dû commencer par là. Proposer de partager le cheval." ajouta-t-elle dans un hochement de la tête. "Au moins, j'aurais le truc pour la prochaine fois." Enfin, s'il y avait une prochaine fois. Elle savait que le prince était plutôt du genre ... comment dire ... Il était souvent accompagné, escorté. Là, elle n'aurait su réellement dire pourquoi il était seul. Mais elle se doutait que ça ne se reproduirait pas. Du moins, l'espérait-elle.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 1 Mar - 1:54
Visiblement, le prince n’avait rien à répondre à ce que lui disait sa guérisseuse. Non, Valaina était le genre à être totalement butée, et elle avait déjà choisi de faire de Legolas son patient, et il n’avait pas son mot à dire. Non, il devait faire en sorte d’obéir, et promptement s’il vous plait. Car, la guérisseuse n’avait visiblement pas l’intention de lui demander son avis. Il se contenta donc de prendre un air penaud, et de hocher la tête, car il n’y avait rien d’autre à faire. Avec Valaina, on obéissait. Même lorsqu’on était un prince, et qu’on serait un jour amené à diriger un royaume. Au fond de son cœur, le prince plaignait un peu celui qui serait à même de voler le cœur de la guérisseuse, car elle n’était vraiment pas facile d’accès, même si elle était adorable quand elle le voulait bien. Le souci, c’était que sa langue acérée avait tendance à un peu trop s’emballer au gout du prince. Mais, ce n’était pas grave non plus. Parce que, ça faisait partie de son charme. Valaina sans sa langue acérée n’était tout simplement pas Valaina, et rien que pour ça, le prince ne l’aurait pas changée. Au fond, parfois, ça avait du bon de se faire remettre à sa place, surtout pour lui, qui n’avait que peu de gens qui osaient lui parler comme s’il était autre chose qu’un petit truc précieux. Et oui, être un prince avait parfois… trop souvent ? De mauvais côtés.

Mais, revenons désormais à ce qu’il se passait là. Une chevauchée à cheval à deux. Parce que le prince n’avait pas l’intention de se retrouver tout seul sur le dos de ce cheval. Non, si Valaina l’avait planté là, il aurait été tout à fait capable de se laisser tomber sur le sol pour lui montrer qu’il ne resterait là que si la demoiselle grimpait avec lui sur le dos de l’animal. Pas question qu’il cède. Et oui, lui aussi pouvait être têtu.

- Tout à fait satisfait, ma chère amie.

Et puis, le prince rit un coup, alors que la demoiselle lui dit qu’elle saurait comment utiliser un stratagème pour lui faire entendre raison la prochaine fois.

- Il n’y aura pas de prochaine fois. La prochaine fois, je ne serais pas blessé.

Un sourire sur les lèvres, il lance le cheval au trot. Il n’y aurait pas un si long trajet jusqu’à la cité des elfes, mais il fallait bouger, si on voulait arriver au but. L’elfe lança donc l’animal en avant, pour commencer à avancer.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 2 Mar - 18:53




Maybe I should come earlier


Valaina serait là pour le prince. Elle avait été absente durant tellement de temps qu'elle ne comptait pas vraiment l'abandonner. Enfin, l'urgence de la situation lui dirait si elle devait rentrer plus rapidement. Enfin, pas rentrer. Mais plutôt atteindre son but. Esgaroth n'était pas si loin que tout cela. Mais c'était une petite trotte quand même. Elle avait toujours la possibilité de prévenir qu'elle arriverait un peu plus tard. Le tout, c'était qu'elle atteigne son but. C'était important qu'elle aille voir ses patients. C'était important qu'elle aille les soigner. Qu'elle aille les voir. Qu'elle leur demande si tout allait bien pour eux. Qu'elle vérifie qu'ils soient en pleine forme. Et ce n'était pas en restant indéfiniment à Mirkwood qu'elle ferait ce qu'elle avait à faire. De toute manière, ce n'était pas comme si elle allait rester ad viternam en ces lieux. Non. Elle était du genre à avoir la bougeotte. A voyager assez souvent. Et tôt ou tard, elle partirait. Comme elle avait l'habitude de le faire.

Quoi qu'il en soit, pour en revenir à nos moutons, Legolas avait fini par grimper sur ce maudit cheval. Ca avait été difficile. Ca avait été long. Mais il était sur le cheval. Et ils rentreraient un peu plus rapidement à Mirkwood. Ce qui ne voulait pas dire pour autant qu'elle voulait se débarrasser de Legolas. "Bien, allons-y alors." Il était temps de se remettre en route. Valaina allait garder cela dans un coin de sa tête. Oui. Elle userait de ce stratagème à nouveau. Sauf que Legolas lui confiait qu'il ne se blesserait pas. "Ne jamais présumer mon cher. Car vous ne savez pas ce qui pourrait se passer." Elle eut un hochement de la tête. "Un accident est si vite arrivé. Ce que je n'espère bien, bien évidemment." Elle ne voulait pas leur porter la poisse. Mais oui. Un faux mouvement et on pouvait se faire mal, et ce sans le vouloir. J'espère également que la prochaine que nous nous reverrons, et ce après une longue absence, que cela soit dans de meilleures circonstances." Parce que ce n'était pas drôle ou bien amusant s'ils se retrouvaient à chaque fois, comme ça, à cause d'une araignée qui aurait pu attaquer l'un ou l'autre. "Je ne dis pas que je vais encore disparaître comme ça, sans rien dire." Tout allait dépendre, à dire vrai, de comment ça se passerait une fois qu'elle aurait atteint Mirkwood. Ou la chasserait-on au loin ? "J'essayerais de vous donner des nouvelles." Autant qu'elle le pourrait en tout cas.

Je pense que le topic va sur sa fin, non ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 3 Mar - 17:21
Le cheval se lança sur le chemin des elfes, au trot. À cette vitesse-là, le prince et son équipière arriveraient en quelques minutes à peine au palais, car il n’était plus très loin. Legolas était certain qu’on s’inquiétait pour lui, là-bas, et il n’avait pas l’intention de faire languir ceux qu’il aimait trop longtemps, ça non. Il en avait fait assez en se faisant bêtement blesser par une créature qu’il combattait depuis bien longtemps déjà et dont il connaissait tous les vices. Mais, force lui était d’avouer qu’il s’était fait avoir comme un bleu, et sa fierté en avait pris un sacré coup. Maintenant, il lui fallait avancer, guérir aussi bien sa jambe que son égo, et surtout trouver un moyen pour expliquer que c’était une femme qui le ramenait la queue entre les jambes, jusqu’à la cité. Bon, façon de parler, hein.

- Les accidents arrivent, oui, mais tout de même plus rarement aux elfes qu’aux hommes. Nous sommes censés avoir une plus grande souplesse, à l’image des chats.

Un sourire monta aux lèvres du prince, alors qu’il commençait à reconnaitre l’endroit où ils se trouvaient : la cité était maintenant toute proche et il allait bientôt pouvoir conduire la bête aux écuries, avant d’aller rassurer sa mère et son père sur son état.

- Et si l’absence n’était pas si longue ? Revenez me voir plus souvent, mon amie. La querelle que vous avez avec mon père ne vous empêche pas de venir en Mirkwood sans pour autant le croiser. Il ne quitte que rarement sa salle du trône, et mes appartements en sont très éloignés.

Un sourire sur les lèvres, le prince secoue lentement la tête de droite à gauche avant de hausser les épaules. Oui, Valaina a l’habitude de disparaitre comme cela, sans prévenir. Il s’engage sur le pont levis, avec l’animal, et il soupire un coup avant de répondre :

- J’espère recevoir vos corbeaux, alors. Ne serait-ce que pour être certain que tout va bien pour vous.

Quelques minutes supplémentaires sont indispensables pour que Legolas arrive aux écuries, et là il s’arrête pour laisser Valaina descendre avant d’en faire de même, grimaçant lorsque sa jambe blessée touche le sol. Mais, déjà, des gardes, alertés par le retour du prince arrivent en courant, et il s’incline devant son amie :

- N’hésitez pas à passer me voir avant de repartir.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 3 Mar - 20:38




Maybe I should come earlier



Une agilité acrue ... Oui, c'était là une des caractéristiques des Elfes. Mais cela ne signifiait pas pour autant que tous les Elfes étaient faits de la même manière. Certains étaient plus maladroits que d'autres. Certains avaient un peu moins de souplesse que d'autres. Certains étaient plus doués que d'autres avec un arc et des flèches. "Peut-être bien. Mais cela arrive quand même." Il avait raison. Comme il avait tort également. Mais ils n'en discuteraient pas plus. Elle n'avait pas envie de se quereller avec lui pour des bêtises. Surtout qu'elle venait de le retrouver. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas vu Legolas. Très longtemps. Et Valaina n'avait pas envie de gâcher leurs retrouvailles avec des bêtises. Tout simplement.

Legolas lui demandait de bien vouloir revenir le voir plus souvent. Quand bien même elle était en froid avec Thranduil, cela ne signifiait pas pour autant que lui devait payer, si on peut dire cela ainsi. Il lui proposait de venir à ses appartements et elle ne risquerait pas, ainsi, de croiser le roi. Ce qui fit sourire Valaina. "Je retiens la proposition et je garde cela dans un coin de ma tête." ajouta-t-elle dans un hochement. "Je tenterais de venir vous voir un peu plus régulièrement. Tant que les frontières de votre royaume ne me seront pas fermées." Oui, parce que si elle finissait par devenir personae non grata, elle ne reviendrait pas. Elle doutait que ça arrive. Mais forcément, tantôt, il faudrait qu'elle ait une explication avec la reine ou bien le roi. Elle craignait Thranduil. La reine moins. Mais bon. Peut-être que tout irait bien. Peut-être que personne n'avait réellement remarqué son absence ... Non, ça, cela n'était pas vrai.

La cité était là, sous leurs yeux. Ils venaient de traverser le pont-levis. "Je n'hésiterais pas à les envoyer et à vous faire parvenir de mes nouvelles." Oui. Elle ne l'oublierait pas. Et oui, elle ne reviendrait pas sur cette promesse. Elle tenterait de garder le contact. Autant que possible. Leur entretien était terminé. Mais cela ne signifiait pas pour autant que c'était totalement terminé. Elle repasserait le voir. Elle en vint à descendre de son cheval, le prince en fit de même. "Je le ferais. Sans faute." Il allait vaquer à ses occupations. Elle allait en faire de même. Se reposer pendant quelques jours. Et elle repartirait.

Terminé ♥
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Archives Rp-
Sauter vers: