Back in time - Ouestfolde, Rohan {ft. Idril P. Felagund}

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 22 Jan - 12:19

BACK IN TIME - Ouestfolde, Rohan {ft. Idril P. Felagund}

Le vent soufflait sans répit sur la lande, battant les collines de ses bourrasques impitoyables. On pouvait croire sans peine que cette aube de la fin d'automne laissait présager un hiver rude et glacial. Peu de voyageurs avaient osé s'aventurer dans ces régions de l'Ouestfolde, tant les conditions étaient difficiles depuis quelques jours. Seuls quelques téméraires et des troupes de Rohirrims isolés osaient braver le mauvais temps et sa bise glaciale, sans doute trop pressés pour attendre une accalmie. Penchée sur l'encolure de sa jument, Indira lançait sa monture au galop. Elle avait hâte de rejoindre la trouée du Rohan et ses hautes falaises qui la protègeraient du vent qui soufflait sans pitié depuis qu'elle avait quitté Edoras. Ce voyage-ci ne laisserait pas de souvenir impérissable à sa mémoire. Et elle se serait épargné cette longue traversée si ne l'attendait pas un contrat des plus intéressants à la clé. Ainsi donc, la jeune femme avait quitté les douces températures de l'Anŏrien pour rejoindre l'Eriador en quatrième vitesse. La caravane partirait de Bree dans quelques semaines et ils était hors de question de rater pareille occasion. Ces gens là étaient des clients fidèles et le shérif de Bree avait laissé sous-entendre qu'il avait un petit travail pour elle. Il était extrêmement rare qu'Indira travaille pour les autorités mais à l'entendre, ça risquait d'être plus que profitable s'il était prêt à la faire venir de si loin pour profiter de ses services.

Au loin, la ligne solitaire des Montagnes Blanches lui barrait l'horizon et la jeune femme espérait pouvoir rejoindre les cavernes d'Aglarond avant la nuit, profitant ainsi d'un peu de repos à l'abri des caprices du vent. Mais la route serait longue avant d'y arriver, probablement rallongée à cause du mauvais temps. Et soudainement, comme pour acquiescer sur ses pensées, le ciel lui répondit par les premières gouttes glacées de se qui ne tarderait pas à devenir une bonne averse. Laissant échapper un juron sanglant, Indira jeta un regard alentour, à la recherche d'un lieu où elle pourrait s'abriter de la pluie. Nulle besoin de continuer sa route si c'était pour arriver à destination trempée jusqu'aux os. Obliquant vers le sud, la jeune femme se rapprocha du pied de la montagne, espérant trouver refuge à sa lisière en attendant que les éléments se calment. Jetant son dévolu sur une ouverture de la roche, la jeune femme s'y engouffra. Ca n'avait rien d'une grotte, ce n'était guère plus qu'une faille dans la roche, les plus fortes bourrasques laissaient s'engouffrer le gros de la pluie mais c'était déjà mieux que rien.

Lâchant les rênes de Coral, Indira quitta la selle, ravie de pouvoir s'arrêter un peu. Elle voyageait depuis le lever du jour et quatre heures de cheval dans ces conditions commençaient à se faire ressentir. Ouvrant la sacoche accrochée à sa selle, la jeune femme récupéra sa carte, profitant de cette pause pour faire le point sur le reste de son trajet. Elle se percha sur un promontoire qui donnait directement sur l'extérieur, préférant rester à la lisière de la faille sans s'y engouffrer. Conformément à ses estimations, la trouée du Rohan ne serait pas en vu avant quelques heures et la jeune femme était quitte pour encore plusieurs heures de traversée. Un bruissement à quelques pas l'arracha à ses estimations et Indira reporta son attention vers la plaine. La pluie ne permettait pas d'avoir une bonne vue mais on distinguait cependant la silhouette d'un cavalier à quelques mètres. Elle n'avait visiblement pas été la seule à vouloir trouver un abri. Sur ses gardes, la jeune femme attendit. Inutile de crier au loup mais il valait mieux se tenir prête.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 28 Jan - 15:04
Idril Ҩ Indira

« L'essai d'un chemin. L'esquisse d'un sentier.Personne n'est jamais parvenu à être entièrement lui-même. Chacun, cependant, tend à le devenir, l'un dans l'obscurité, l'autre dans la lumière, chacun comme il le peut. »


Des cheveux virevoltaient, mais il restait tout de même indomptable face au vent qui soufflait dans sa chevelure. Comment c'était elle retrouvée ici ? Bonne question. Le destin en était principalement la cause. Elle avait continué son voyage, regardant le paysage qui s'offrait à elle. Plus rien en semblait l'effrayer, elle avait confiance en elle et confiance face au monde qui se dessinait autour de sa silhouette. La paix ne semblait être faite pour dure éternellement, car la pluie faisait rage et que l'eau commençait à ruisseler sur ses vêtements et sur sa peau qui était en contact avec l'air extérieur. Idril devait trouver un refuge pour se mettre à l'abri. Ses yeux serpentèrent les plaines avec attention, sans la moindre faille et elle en perdrait pas un bout du paysage qui s'offrait à elle, malgré que les gouttes commencent à être contraignantes pour elle, elle ne baissa pas les bras pour autant. Idril était forte et elle n'avait pas peur des intempéries, elle aurait pu continuer sa route, mais elle ne voulait pas mettre en danger sa monture donc elle décida de prendre congé pendant quelques heures, afin qu'il soit en sécurité. Idril ne voulait pas perdre son cheval à qui elle tenait plus qu'à la prunelle de ses yeux.


Soupirant fortement quand elle perçut enfin une caverne qui semblait être assez isolée et en profondeur, mais surtout facilement accessible elle s'y hâte sans plus tarder, encourageant son cheval à prendre le galop ce qu'il fit en broutant légèrement, avant de se lancer dans le vent. Ses sabots touchaient l'herbe qui était humidifiés par la pluie. Le chemin commençait à être dangereusement impraticable. Soulagée, elle l'était quand elle s'approcha de l'abri, mais bien vite, elle demanda à son cheval de ralentir, car elle perçut devant son champ de vision une silhouette étrangère. Elle fut sur ses gardes, elle sortit son épée en guise de défense. Elle ne voulait pas risquer de perdre sa vie, face à un danger. Elle devait réagir au plus vite sans pour autant se hâter. Idril se trouvait maintenant à quelques mètres de la jeune femme. Elle tenait le bout de son épée au creux de sa paume, la regarda curieusement, mais avec méfiance. Elle resta silencieuse, elle n'était pas du genre à s'exprimer face à un inconnu.
fiche par century sex.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 29 Jan - 10:56
Une elfe. Grande et fine, les cheveux bruns. Le physique typique de ces êtres si étranges. Mais celle ci semblait arborer des intentions bien moins agréables puisqu'elle avait sorti son arme, pointant la lame de son épée dans sa direction. Indira qui s'était elle même tenue sur ses gardes se permis de froncer un sourcil à sa vue. Elle ignorait ce que la jeune elfe avait aperçu chez elle qui avait pu éveiller tant de méfiance mais l'étincelle dans son regard et la tension de ses épaules parlaient pour elle. Levant les mains en signe feint de reddition, Indira se permit un petit rire amusé.

- Inutile d'en venir aux armes, dame elfe, lâcha-t-elle, j'ignore de quel danger vous vous protégez mais je vous garantis qu'à l'exception de la pluie, il n'y a rien qui vous veuille du mal en ces lieux.

Elle n'avait même pas cherché à porter la main à son arme, certaine que tout ceci reposait sur un malentendu. Après tout elle avait probablement voulu se protéger. Même si Indira trouvait la situation plutôt amusante. Pliant soigneusement ses cartes, elle les rangea dans sa sacoche de voyage, à l'abri de la pluie, avant de se diriger vers la nouvelle arrivante. Dans un coin de la grotte, Coral émis un ronflement inhabituel, toisant la monture de la jeune elfe d'un regard circonspect. Sa maîtresse n'était donc pas la seule à faire connaissance ce soir.

- Mais si comme moi vous cherchiez un endroit où vous abriter de la pluie, nous devrions pouvoir trouver assez de place pour vous et votre monture.

Elle agrémenta sa réponse d'un petit clin d'œil amusé. La situation avait de quoi étonner. Une elfe et une humaine, condamnée à cohabiter durant une averse. Aux vues de la réaction de sa vis a vis, Indira avait le pressentiment qu'elle n'avait pas côtoyé beaucoup d'Hommes dans sa vie ou qu'au contraire, cela n'avait pas été particulièrement concluant. De bonne grâce, elle attrapa les rênes de Coral pour la guider un peu plus en bordure de la grotte. La jument émis un hennissement désapprobateur de se voir ainsi reléguée au second plan. Mais sa maîtresse la stoppa d'un regard sévère. Au dehors la pluie faisait rage et aucun signe ne laissait présager d'accalmie. La petite averse s'était muée en tempête et des éclairs zébraient le ciel, accompagnés du grondement sourd de l'orage. Elles risquaient d'être coincées ici encore quelques temps.

- Indira, se présenta la jeune femme de bonne grâce

Autant repartir sur de bonnes bases puisqu'elles allaient passer encore quelques temps dans cet abri de fortune. Mais alors qu'elle allait continuer, une pression insistante la força à reporter son attention sur Coral. Sa monture la poussait de la tête, l'air aux aguets, agitée. Un sifflement sévère s'échappa des lèvres d'Indira. Qu'avait donc cette jument pour perdre ainsi l'esprit? On aurait dit qu'elle tenait absolument à prévenir sa maîtresse. Persuadée que celle ci se laissait aller à un caprice, la jeune femme l'ignora fermement. Mais au loin, un grondement qui n'avait rien à voir avec l'orage se faisait sentir. Une vibration que la jument ressentait de manière plus accrue que sa maîtresse. Têtue, l'animal recula jusqu'à se retrouver complètement à l'extérieur.

- Coral! L'admonesta Indira sèchement, pardonnez lui, elle...

Mais elle ne termina jamais sa phrase. Interrompue par un rideau de poussière et de cailloux qui tomba du plafond en pluie fine. Loin au dessus de leur tête, le grondement s'intensifia jusqu'à emplir totalement la grotte. Le fracas annonciateur d'ennuis ne prépara pas Indira à ce qui suivit par la suite. En une avalanche que la jeune femme évita de justesse, tout un pan de plafond s'effondra à leurs pieds, obstruant l'issue vers l'extérieur. Affalée, la jeune femme observait l'éboulis, comme fascinée. Mais l'hébétude ne dura que peu pour Indira qui du bien vite se rendre à l'évidence: elles étaient coupées du monde.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 30 Jan - 16:22
Idril Ҩ Indira

« L'essai d'un chemin. L'esquisse d'un sentier.Personne n'est jamais parvenu à être entièrement lui-même. Chacun, cependant, tend à le devenir, l'un dans l'obscurité, l'autre dans la lumière, chacun comme il le peut. »


On n'était jamais trop sûre dans ses lieux. De plus, l'obscurité de la nuit commençait à faire son apparition, elle savait que la nuit on risquait davantage d'être entourée de danger quand plein jour. Idril se connaissait parfaitement, elle était toujours prête à se battre et à se défendre, elle n'avait pas peur de l'affrontement et ma fois elle se débrouillait plutôt bien niveau combat. Quand elle perçut la voix de la jeune femme humaine, elle retrouva un regard plus clair, moins effrayant et sa bienveillance commençait à apparaître à nouveau sur ses traits et son corps était moins tendu plus à l'aise face à la demoiselle. Elle enchaîne sur le même ton, elle ordonna à son cheval de revenir à ses côtés, elle préférait qu'il soit proche d'elle que trop éloigné. Elle ne voulait pas qu'il prenne la fuite si le moindre bruit étrange se faisait entendre.

« Nous ne sommes jamais trop prudent Demoiselle. Il vaut mieux être trop sur ses gardes que de ne pas l'être du tout, je ne suis pas du genre à me lancer dans un danger sans l'avoir évité ou allégie un tant soit peu. » - elle avait lâché à son tour, elle savait qu'elle était sans doute un peu trop franche sur le moment, mais elle s'en moquait. Quand elle vit le cheval se rapprochait du sien elle se mit devant lui pour le protéger elle ne voulait pas que son cheval court le moindre danger. Elle observait le cheval de la jeune femme qui semblait juste curieux de voir le sien. Quant à sa monture elle ne semblait pas du tout effrayer au contraire il le toisait sans la moindre peur. Elle était fière de son assurance, elle lui caressa le flan en douceur comme pour lui dire qu'elle était fière de lui. Elle observa les liens avec attention l'abri était suffisamment grand pour qu'elles puissent s'y poser toutes les deux.

« Oui l'endroit me semble assez spacieux pour que nous puissions nous le partager pour ce soir. » - elle porta surtout son regard vers les liens, l'observant avec une grande attention, elle n'était pas une jeune femme très bavarde on va dire aussi que ça faisait maintenant des semaines qu'elle était seule à erre et à s'aventurer sur des terres, donc elle n'avait plus vraiment l'instinct d'entretenir une conversation avec autrui. Elle devait sans doute paraître froide, mais ça le la préoccupait pas pour autant. Elle sifflota son cheval entendue, son signe il tapa ses sabots sur la terre ferme, elle sentait que son cheval n'était point rassurée par le temps qui s'annonçait, elle se hâta vers lui, mains sur son museau, apaisant ses peurs, il parvint à se calmer et elle le dirigea vers la grotte afin qu'il soit tout de même à l'abri du danger. Elle avait réussi à la contrôler et quand la jeune femme se présenta à elle, elle en fit de même.

« Idril, enchanté tout de même de vous avoir rencontré. » - elle restait respectueuse face aux autrui elle n'était pas du genre hautaine, bien au contraire, elle était posée et ouverte d'esprit. Son attention se porte vers le cheval de la jeune femme, le sien avait l'air de ressentir la même chose, car elle ne parvint pas à le contrôler et tout comme elle, elles se retrouvaient maintenant sans leur monture. Idril était prête à les rattraper mais, bien vite cette idée lui sortit de la tête et elle ne parvint pas à exécuter son souhait. Elle espérait juste, qu'ils ne leur arriveraient rien, parce que sinon elle serait vraiment en difficulté pour continuer à explorer les terres.

De poussière et des pierres tombèrent un peu partout et elle savait que le mieux qu'il y ait à faire c'était de se réfugier dans la grotte donc elle ordonna à la jeune humaine d'entrer au plus profond de la grotte afin d'éviter toute sorte de blessure ou d'encombrement, elle ne désirait pas être bloqué par des pierres et de n'être plus en capacité de s'y en délivrer. Elle se trouva allongé sur le sol et elle parvint à se relever rapidement, époussettent ses vêtements, soufflant devant son visage pour dégager ses cheveux. Elle observa les lieux, tout semblait sombre et silencieux, elle dit donc à voix haute en espérant que l'humaine soit seine et sauve.

« Jeune demoiselle Indira où êtes-vous ? » - elle espérait recevoir une réponse de son interlocutrice, afin qu'elles puissent être à deux pour se libérer de cet enfermement.

fiche par century sex.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 31 Jan - 13:52
Quelque peu sonnée par la tournure des évènements, Indira mis quelques secondes à reprendre ses esprits. Elle s'était écartée juste à temps de l'avalanche de gravas, atterrissant à un ou deux mètres de là. Une pluie de gravier s'était abattue sur elle mais la jeune femme ne se découvrit aucune blessure conséquente. Et c'était plutôt une bonne nouvelle compte tenu de la rapidité avec laquelle était survenu cet effondrement. Se débarrassant des dernières traces de poussière et de cailloux, la brune se leva avec précaution, époussetant ses vêtements au passage. A quelques pas d'elle, la voix d'Idril lui parvint, la jeune femme s'enquérant de son état.

- Tout va bien, la rassura-t-elle, quelques égratignures mais rien de grave!

Elle ne sentait rien pour le moment mais savait que ses coupures au bras finiraient par la faire souffrir une fois la situation calmée. Elles étaient vraisemblablement superficielles mais la jeune femme attendait de voir, sachant parfaitement que la sensation serait un peu moins superficielle, elle. Récupérant le peu d'affaire qui avait survécu à l'éboulement, Indira évalua la situation, tout du moins du mieux qu'elle le put. Une sacoche avec très peu de vivres, son arme, deux poignard et son nécessaire pour faire le feu. Elle en aurait d'ailleurs bien besoin pour évaluer l'étendue des dégâts. Le monticule de gravats obstruait en quasi totalité l'entrée de la grotte et un unique rayon de lumière filtrait, éclairant à peine suffisamment pour que la jeune femme puisse reconnaître ses affaires. Avec les moyens du bord, l'éclaireuse se confectionna une torche, sacrifiant son dernier fragment d'amadou. Il faudrait faire tenir ce feu le plus longtemps possible. A la lueur de la flamme les lieux prenaient immédiatement une toute autre atmosphère.

- Voilà qui est mieux, annonça-t-elle en direction de l'elfe, je pense que tenter de dégager cette entrée est perdu d'avance.


L'inspection de l'amas de roche lui avait permis de réaliser que les bloc étaient bien trop gros pour être déplacés. Et l'inquiétude commença à pointer chez la jeune femme qui compris qu'il leur faudrait trouver une autre sortie. A moins d'un miracle, personne ne viendrait les chercher ici. S'aventurant un peu plus loin, Indira réalisa qu'en fait de grotte, la faille rocheuse se prolongeait, ses méandres laissant présager l'entrée prochaine d'un tunnel. Pouvaient-elles se permettre d'emprunter cette voie? A l'image des caverne d'Aglarond, la brune espérait fortement que ce tunnel avait été creusé de la main de l'Homme, ce qui leur laissait une chance d'atterrir quelque part. Le cas échéant, elles s'enfonceraient probablement sans fin dans les méandres de la Terre. Sans grande conviction, elle se retourna vers Idril, partagée.

- J'imagine que la perspective ne vous plait pas plus qu'à moi mais il me semble que nous allons devoir chercher une autre sortie, lança-t-elle, si sortie il y a.


Ce n'était pas bien réjouissant, mais il fallait agir vite. Avant que l'appréhension ne s'en mêle. Indira qui était encore dans l'énergie de l'action ne tenait pas à se laisser submerger par sa peur, ce n'était pas le moment de se laisser aller. Raccrochant sa sacoche à la ceinture qui ceignait ses reins, Indira y casa ce qui restait de sa pierre à feu. Un regard vers l'entrée lui arracha un soupir. Elle espérait vaguement que Coral tenterait d'avertir quelqu'un. Mais il ne fallait pas prendre ses rêves pour des réalité. Sa jument avait beau être brillante, elle n'était pas pour autant hors du commun. Dans l'expectative, Indira attendit l'avis de sa compagne de galère. Peut être aurait-elle une idée?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 13 Fév - 14:57
Idril Ҩ Indira

« L'essai d'un chemin. L'esquisse d'un sentier.Personne n'est jamais parvenu à être entièrement lui-même. Chacun, cependant, tend à le devenir, l'un dans l'obscurité, l'autre dans la lumière, chacun comme il le peut. »


Elle était quand même soulagé de constater de sa propre bouche qu'elle n'avait rien de bien grave à part quelques égratignures, c'est pour cette raison qu'elle avait observée son visage avec attention tout comme sa silhouette suite à cette réflexion, rien d'alarmant juste quelques petites coupures rien de bien méchant et encore moins d'encombrant. Ses bras par contre n'étaient pas jolis à regarder, elle espérait juste qu'elle ne courrait pas à des infections et que ces blessures guériront rapidement et qu'elles ne seront pas un handicap pour elle deux. En ce moment, elles devaient être serviable et efficace pour pouvoir sortir d'ici, elle ne comptait pas tellement à rester isolé dans cette grotte, le restant de son existence. Elle aimait trop la liberté pour ne pas tenter un plan d'évacuation. Elle suivait ses moments avec attention, alors quand la lumière commençait à éclairer les lieux, elle pouvait enfin percevoir le contenu de cette grotte, que des pierres et rien que des pierres, la poussière envahissait l'espace même si elle pouvait percevoir qu'elle commençait à se reposer à même le sol, là où est sa place. Heureusement qu'elle avait gardé son épée puis son arc en ce moment, car on ne sait jamais il valait mieux avoir de quoi se défendre, surtout quand on ne sait pas ce qu'il risque de nous attendre. Tout était obscur et inquiétant et cela ne représentait rien de bon pour elle, le mieux à faire c'était de sortir d'ici et de ne pas y rester trop longtemps. Sinon elles risqueraient fort bien de sombrer dans la folie. Idril était tout à fait d'accord avec elle, elle ne pouvait pas sortir par la même entrée de tout à l'heure, elle devrait trouver un autre moyen pour s'en sortir.

« Vous avez raison, il ne vaut mieux pas tenter de sortir par ici, je pense que nous risquerions surtout de recevoir des pierres et je ne tiens pas vraiment à me retrouver englouti par des tonnes de rochers. » - elle était sincère, elle en souhaitait pas vraiment être coincée et mourir dans de pareil condition, elle avait encore toute sa vie devant elle et elle tenait à en profiter librement.

« Par contre, ce ne sont pas ces pierres qui vont me dissuader que nous devons absolument sortir d'ici avant de plus être en capacité de respirer convenablement et de sombrer dans la folie. Le mieux pour nous maintenant c'est de trouver un autre moyen pour sortir d'ici. Agissons prudemment et ne baissons pas notre garde, nous ne savons pas ce que nous risquons de croiser en de pareilles circonstances. » - elle avait l'impression de discerner un tunnel, son regard fut interrogateur, elle pouvait tenter ce moyen-là. Elle doutait par contre de la quiétude, elles risquaient à tout moment d'être en danger si elles s'engouffraient profondément dans cette caverne mais s'il y avait un tunnel ça voulait certainement dire qu'une sortie s'y trouvait.

« Je viens d'apercevoir comme s'il y avait un tunnel, je pense que nous devrions nous y rendre. Je sais que vous devez trouver cette idée dangereuse tout comme moi évidemment, mais nous n'avons pas vraiment le choix. Nos chevaux ne sont pas des dieux ils n'ont pas le pouvoir de venir nous sauver, nous devons compter sur nous-même, mais je suis persuadée qu'ils ne seront pas loin peut être que nous les retrouverons de l'autre côté, quand nous arrivons à la fin de ce tunnel. » - elle savait que son cheval serai capable de venir les retrouver et que par la même occasion l'autre cheval suivrait. Elle porta son attention à la jeune femme.

« Nous avec cette pierre, ne nous enfonçons pas sans lumière. Je ne voudrais pas nous faire entrer dans un piège, nous allons marcher l'un à côté de l'autre, nous changerons ensuite au court de notre marche, de celle qui passera devant. Est-ce que vous vous sentez prête à vous y aventurez ? » - elle tenait vraiment à être certaine qu'elle savait dans quoi elle allait se mettre comme pétrin, Idril voulait voir si elle était capable de la suivre.

fiche par century sex.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 17 Fév - 14:58
Devenir folles. Aussi incongrue soit-elle, Indira eut l'impression que la possibilité était bel et bien réelle. Qui aurait pu supporter d'attendre indéfiniment ici que le plafond cède pour de bon? Déjà, l'idée que des tonnes de roches s'amoncelaient au dessus d'elles suffisait à lui donner la sensation d'être oppressée. Autant se déplacer rapidement, l'action l'empêcherait de trop se pencher sur leur situation. Et elle n'était pas bien réjouissante. Perdue on ne savait où sous la montagne, avec aucune idée du chemin à prendre. Mais la jeune femme balaya bien vite ces idées pessimistes, décidée à partir. Tout comme elle, la jeune elfe semblait avoir perçu la présence du tunnel et, même si l'idée ne l'enchantait guère, envisageait également de s'y engouffrer. Il n'y avait pas à tergiverser. Plus elles hésitaient, plus le temps passait. Autant se lancer sans perdre d'énergie dans des réflexions inutiles.

- Nous sommes bien d'accord sur le fait qu'il serait inutile de rester là indéfiniment, acquiesça-t-elle, autant continuer dans cette direction. Avec un peu de chance nous trouverons une sortie rapidement. J'ai entendue dire que nombres de tunnels creusés de la main du vivant serpentaient sous ces montagnes.

Elle avait ajouté ça dans l'espoir vain de se rassurer un peu. L'effet fut plutôt mitigé mais il était vrai que les plus folles rumeurs courraient sur les nombreuses cavernes qu'abritaient les Montagnes Blanches. Que la nuit venue, un vacarme infernal montait des profondeurs, témoin d'une vie étrangère se déroulant sous leurs pieds. Ce n'était que des superstitions, allègrement propagées par les Hommes du Rohan, mais les commérages avaient la dent dure. En alimentant de tels racontars, les Rohirrims s'assuraient la main mise sur Fort-le-Cor et les souterrains du gouffre de Helm. Aucun curieux ne s'aventurerait dans les parages sans y avoir été invité. Malgré tout ce que cela sous-entendait, la superstition avait encore de beaux jours devant elle en Terre du Milieu.

- Autant que possible, assura-t-elle à la question d'Idril, nous n'avons de toute façon pas le choix. Comme vous l'avez dit, aucun secours ne viendra et nous sommes de toute façon déjà prises au piège.

Et sur ces dernières paroles, elles s'engouffra dans le conduit, lumière bien en évidence pour tenter d'éclairer le plus loin possible. Mais la faible lueur de leur flamme ne suffisait pas à illuminer plus d'un mètre ou deux à la ronde et il leur était difficile de presser le pas, tant le terrain était accidenté. Concentrée sur son chemin et attentive au moindre bruit, Indira eut l'impression de s'enfoncer un peu plus dans les entrailles de la montagne. Le tunnel serpentait en lacets paresseux, ses parois s'éloignant et se rapprochant au grès de leur fantaisie. Tantôt invisible, tantôt si bas qu'elles devaient progresser courbées, le plafond semblait suivre une architecture irrégulière, les menaçant de ses arêtes acérées. Leur progression lui sembla durer des heures. Était-ce l'environnement clos, était-ce l'atmosphère étouffante, la jeune femme avait l'impression d'errer ici depuis des jours. Pourtant, sans l'aide du soleil, il lui serait impossible d'évaluer le temps qu'elles avaient passé à arpenter ce tunnel. A quelques centimètres d'elle, Indira pouvait sentir la présence devenue familière d'Idril, même si, à l'instar de tous les siens, la jeune femme s'était montrée parfaitement silencieuse.
Elles avançaient sans faire de bruit, sans dire un mot, comme si le silence des lieux et le sentiment d'urgence leur imposait de se montrer le plus discrètes possible. Soudainement quelque chose lui imposa de s'arrêter. C'était imperceptible, presque indétectable, une sorte de ronflement ou de rumeur qui montait du sol le long des murs, comme un bourdonnement régulier.

- Vous avez entendu? Chuchota-t-elle

Elle s'était retournée et la lueur de sa flamme projetait des ombres sur le visage de l'elfe. Flash vacillants dessinant son visage dans des contours aux allures fantomatiques. Elles étaient là, toutes deux au milieu des ténèbres, à la recherche d'une sortie vers la lumière du jour. Mais il semblait que la Montagne avait d'autres projets pour elles. Nettement plus périlleux si l'on en croyait les premiers signes annonciateurs.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Back in time ↔ 04/06 | 17h35
» Bring me back in time, when life was so simple + Morwen
» let's go back in time (téo/ad)
» Shiro #000: Go Back In Time And Remember.
» (ellaniel) you’ll come back each time you leave

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: