Wanna to live my life ✖ Níniel de Dol Amroth

 ::  :: Les Archives :: Fiches Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 8 Juin - 20:54

Níniel Theodoras

× Homme ×

ft. Adelaïde Kane
Oye ! Oye ! Je me nomme Níniel Theodoras, fille de HATHOL DE DOL AMROTH ET CEOWYN DU ROHAN. Je suis née le 10 MAI 2920 DU 3ÈME ÂGE. J'ai donc 21 anS ! Je suis née dans la contrée que l'on nomme Dol Amroth et actuellement je vis non loin d'Edoras. Dans la vie, je suis sans emploi ET noble de Dol Amroth, promise au jeune prince Adrahil, fils d'Angelimir. ! Si tu ne l'avais pas remarqué je suis une spécialiste en tir à l'arc bien que je doute réellement égaler les Elfes dans ce domaine, bonne cavalière, bonne musicienne et bonne chanteuse également. Je suis actuellement fiancée à un homme que je n'aime pas.

Je suis un INVENTE.

A savoir

× Elle déteste ses oreilles. Elle les trouve horribles et c'est pour cela qu'elle les cache derrière ses cheveux. Pourtant, elle a des oreilles tout à fait normales.
× C'est une personne accueillante et souriante qui n'hésite pas à aider son prochain.
× Elle envisage plutôt la fuite qu'affronter le danger. Sauf si c'est elle qui a mis le bazar et qu'elle doit réparer. Là, elle fera face. Mais dans 90% des cas, c'est la fuite.
× Elle n'a pas l'âme d'une aventurière, bien qu'elle aimerait voyager afin de découvrir le monde par elle-même.
× Elle n'est pas courageuse pour un sou non plus.
× Douce, il est rare de la voir protester ou bien se mettre en colère.



(c) crédit

derrière l'écran



Nao'


→ age ; 25 ans toujours
→ comment es-tu venu ici ?; Refonte de mon personnage Linaewen. J'adore Linaewen, mais j'arrive pas à avancer. Donc, je change. S'il vous est, d'ailleurs, possible de changer mon pseudo en Níniel Theodoras
→ code du règlement ; oki by danel
→ quelque chose à dire ; Rien :)

Rang



→ Rang en 2-3 mots : Noble de Dol Amroth
→ Couleur en HTML : De la même couleur que mon groupe :)




Aide le staff :
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 8 Juin - 20:54

Mon histoire

Le chemin est parsemé d'embûches

Avoir une fille, une petite opale, des yeux qui brillent, une peau si pâle. Avoir une fille, c'est faire une femme une petite virtuose avant ses gammes. Elle est ma vie, elle est mon sang.
L'histoire de Níniel commence à Dol Amroth. Sa mère, Ceowyn, noble originaire du Rohan, vivait à Dol Amroth avec un homme, Hathol Theodaras. Un homme riche avec de hautes fonctions à Dol Amroth. Bras droit du Prince Angelimir, actuel dirigeant de Dol Amroth, il était souvent sollicité par ce dernier afin de savoir si les décisions qu'il prenait étaient justes ou nom. Hathol était un homme d'une grande importance pour le prince qui lui avait donné des terres et de l'argent. Un homme de bonne famille. Qui cherchait à faire un mariage de bon augure. C'est ainsi qu'on lui présenta Ceowyn. Sa famille cherchait, également, à faire le meilleur des mariages. Ils furent promis l'un à l'autre. Hathol l'épousa en secondes noces. Il avait déjà été marié mais sa douce épouse était, hélas, morte en couche. Mère et fils n'avaient pas survécu. Le soigneur était arrivé bien trop tard pour les sauver. Il avait tenté de le faire. Mais l'hémorragie était tel qu'il n'avait pu rien faire. Et le bébé était mort avant même d'être né Un mariage d'amour entre Hathol et Ceowyn ? Disons qu'il avait des sentiments. Ils n'étaient, sans doute, pas aussi forts que ceux qu'il avait pu avoir à l'encontre de sa défunte épouse. Elle était exceptionnelle. Elle était son rayon de soleil dans sa nuit sans fin. Néanmoins, il avait l'impression d'avoir un lien fort entre lui et Ceowyn. Il n'aurait pas su dire pourquoi. Mais elle l'attirait. Peut-être sa fortune. Ou bien parce qu'il était le genre de femme qu'il pouvait, effectivement, aimer. Et puis, comment refuser un mariage de bonne fortune ? La famille de Ceowyn vivait dans l'Ouestfolde et était seigneur de leurs propres terres. Ils avaient des richesses difficilement mesurables également. Hathol aurait été fou de refuser une telle union. Un mariage de principe, en quelque sorte. Et non d'amour. Quoi que l'amour pouvait venir plus tard Ce mariage ? Ceowyn était contre à dire vrai. Elle ne voyait pas d'un très bon œil cette union. Ce qui lui faisait peur ? Qu'il la prenne uniquement pour sa fortune. Qu'il n'ait aucun sentiment à son encontre. Elle connaissait sa réputation. De ce qu'elle avait entendu dire, avant qu'il ne se marie la première fois, il était du genre volage. Il avait eu beaucoup de mal à se fixer. Après, ce n'était que des rumeurs. Elle n'était pas certaine et elle ne pouvait réellement vérifier la voracité des dires. Impossible de faire marche arrière. Le patriarche en avait décidé ainsi. Quand bien même son cœur appartenait à un autre, ce mariage avec Hathol eut bel et bien lieu. Ceowyn ne perdait pas trop au change, si on pouvait dire cela ainsi. Elle gagnait richesse et notoriété. L'amour était succinct lors qu'on fait partie de la noblesse. On n'a pas toujours ce qu'on veut dans la vie. Bien au contraire même. Il faut savoir faire des sacrifices. Pour sa famille. Pour les autres De cette union naquit Níniel, un an après. En apprenant la grosse de sa femme, Hathol avait fait quelques bonds. Il était, certes, heureux. Mais il avait peur. Peur de la perdre, elle également, comme il avait pu perdre sa précédente femme. Il avait craint cette grossesse tout du long et s'était posé tout un tas de questions. Est-ce qu'ils allaient vivre ? L'enfant et Ceowyn ? Y aurait-il le même problème que la dernière fois ? Serait-ce une petite fille ? Ou bien un fils ? Tout cela l'inquiétait. Cela l'empêchait de prendre les bonnes décisions. Ou du moins en avait-il l'impression. Le prince Angelimir fut de son avis. Afin que ses décisions ne leur soient pas préjudiciables, Angelimir décida d'éloigner Hathol de la vie politique jusqu'à la naissance de son enfant. De cette manière, il aurait l'esprit bien plus tranquille. Décision que Hathol apprécia grandement. Sa femme également Les derniers mois furent difficiles. Le jour de l’accouchement encore plus. Une réelle torture pour lui qui n'arrêtait de faire les cents pas devant la porte de la chambre de son épouse. Elle l'entendait crier. Ou du moins, pour lui, cela ressemblait à des cris. Fort heureusement pour lui, il avait gardé le guérisseur sous la main. Il lui avait demandé de rester dans la cité de Dol Amroth deux semaines avant que le travail ne débute. Il avait préféré le conserver dans les parages pour éviter un nouveau drame. Le travail dura quelques heures. Tout se passa bien cette fois-là. Un beau bébé. Une magnifique petite fille. Oui, au fond de lui, sans doute qu'il aurait aimé un petit garçon afin de perpétrer le nom des Theodaras. C'était leur premier enfant. Avec un peu de chance, il aurait un fils plus tard. Et dès qu'il posa les yeux sur la belle Níniel, il fut comme aux anges. Il était soulagé également. Sa femme et sa fille étaient en vie. Il n'irait pas jusqu'à dire qu'il était définitivement soulagé et qu'il vivrait plus sereinement la prochaine grossesse. Mais au moins, il était ravi que le sort soit brisé.


On sait que le temps c'est comme le vent, de vivre y'a que ça d'important. On se fout pas mal de la morale, on sait bien qu'on fait pas de mal.
Une belle petite fille. Quelques cheveux bruns ici ou là. Quand Hathol prit sa fille, la première fois, dans ses bras, il tomba littéralement sous le charme. Qu'elle était belle ! Il avait bien bossé avec Ceowyn. De beaux enfants qu'ils auraient. De cela, il était certain. Il aurait tant aimé remettre ça sur le couvert immédiatement. Néanmoins, il savait que sa femme avait besoin de repos. Surtout qu'élever leur fille ne serait pas chose aisée. Pourquoi ? Hathol savait qu'il serait souvent absent. Effectivement, sa fille étant née, il avait repris sa place auprès du Prince Angelimir en tant que conseiller. Ceowyn aurait, sans doute, apprécié qu'il reste un peu plus auprès d'elle. Qu'il l'aide éventuellement. Mais elle avait de nombreuses servantes. Des personnes en qui elle avait une totale confiance et qui l'épaulaient, si besoin était Níniel n'était pas la seule enfant de la cité. Il y en avait d'autres. Un petit garçon. Blond. Aux yeux bleus. Aux cheveux frisés. Le fils du Prince Angelimir. Le petit prince Adrahil, deuxième du nom. Il avait deux ans de plus que la petite Níniel. De l'âge du prince, également, un autre enfant, Alcarin. Brun. Aux yeux bleus également. Son père était maréchal et s'occupait de la cavalerie. Il n'y avait pas qu'eux. Il y avait tout un tas d'enfants. Níniel grandit en compagnie de ses enfants. Elle s'amusait avec eux. Elle riait avec eux. Elle jouait avec eux. Ceowyn trouvait que c'était une bonne chose, d'ailleurs, que sa jolie petite fille grandisse avec d'autres enfants. Elle était certes, pour le moment, enfant unique. Mais au moins, ça lui apprendrait à ne pas être toute seule et à partager les choses avec les autres Le jeune prince Adrahil ? Et bien, il était plus âgé qu'elle. Elle était une petite fleur fragile. Et lui cherchait à s'amuser. Tout le temps. Un petit rigolo celui-là. Et elle était, hélas, souvent au cœur de ses farces, et ce même quand elle n'avait rien demandé. Elle n'irait pas jusqu'à dire qu'il s'était ligué contre elle, avec les autres enfants. Mais oui, elle était un peu son souffre-douleur. Oh, n'allez pas croire qu'elle ne lui rendait pas la pareille. La jeune fleur qu'elle était avait des épines et savait mordre quand il le fallait. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'elle ne le portait pas dans son cœur. Mais entre eux ... C'était un début difficile, si on peut dire cela ainsi. Qui ne s'améliora pas vraiment en grandissant. Du moins, pas tout de suite Son père ? Et bien, quand bien même elle était proche de lui, Níniel ne le voyait pas aussi souvent qu'elle l'aurait souhaité. Parce qu'il était souvent en déplacement. C'était difficile pour elle. Mais elle laissait faire. D'autant que Níniel, malgré son jeune âge, se sentait responsable de sa mère. Elle était enceinte. Un petit frère. Ou bien une petite sœur. Elle n'aurait su dire. Comment elle prit la nouvelle ? Et bien, disons qu'elle était plutôt contente. Tantôt, elle appuyait sa tête contre le ventre de sa mère. Elle cherchait à entendre ce qu'il y avait dans le ventre de sa mère. Ça l'intriguait à dire vrai. Il lui arrivait de ressentir un coup de pied. Et quand elle le sentait, elle se redressait aussitôt, regardant sa mère d'un air étrange, comme si elle avait fait une bêtise. Ceowyn se contentait de passer sa main dans les cheveux de sa fille, avec un air bien à elle, lui faisant comprendre que tout allait bien Son premier coup de cœur ? Pour Alcarin. Elle avait huit ans. Son père était de passage à Dol Amroth. Et il avait trouvé judicieux qu'elle apprenne à monter à cheval. Sous la coupe du père d'Alcarin, Níniel fit ses débuts. C'était la première fois qu'elle montait sur un cheval, seule. Habituellement, elle était toujours accompagnée. Que ça soit de sa mère. Ou bien d'une autre personne. Et là, elle était seule sur cet animal. Ce dernier sentit la tension et se cambra. Níniel s'est retrouvée au sol. Sur le coup, Alcarin s'est mis à rire. La voir la tête dans la boue ... était amusant. Mais il a moins rigolé quand il a constaté qu'elle ne se relevait pas. A dire vrai, il a pris peur. Pour elle. Il est descendu de sa propre monture pour lui porter secours. Elle lui a jeté de la boue au visage pour se venger. Il en est tombé à la renverse. S'en est suivi une bataille de boue durant laquelle ils ont bien rigolé. Ils sont rentrés chez eux en étant salis de la tête aux pieds mais au moins, ils se sont bien amusés. N'était-ce pas là le principal ?


Vivre on veut tous vivre. Sans se haïr sans en mourir. Vivre et se parler se respecter et même s'aimer.
Une troisième fois. Ceowyn était à nouveau enceinte. Après une deuxième fille, elle était pratiquement certaine qu'ils auraient un fils, cette fois-ci. Oh, bien évidemment, il y avait une marge d'erreur. Mais elle le voulait ce fils. Pour elle. Comme pour Hathol qui voyait en là une nouvelle chance de pouvoir faire perdurer le nom des Theodaras. C'était très important pour lui. Il voulait associer nom dans l'histoire. Il voulait s'assurer une renommée après sa mort. Néanmoins, Hathol ne fut pas là pour la naissance de son nouvel enfant. Ce jour-là, Níniel s'occupait de sa petite sœur, Tindómiel. Sa mère était seule avec les servantes parce qu'elle ne souhaitait pas avoir ses filles entre les pattes. Non pas qu'elle n'aurait pas aimé les avoir à ses côtés. Mais Níniel avait quatorze ans. Sa petite sœur sept. Et ce n'était pas une place pour elles Níniel et Tindómiel étaient toutes les deux dehors, à jouer avec les autres de la cité de Dol Amroth. Níniel lui faisait la lecture, comme elle le faisait bien souvent d'ailleurs. C'était long. Anormalement long. A moins que ce fût l'impatience qui la guettait à nouveau. Elle avait l'impression que la dernière fois, le travail avait été plus rapide. Ou c'était peut-être parce que son père était présent. Ce qui n'était pas le cas en ce moment. Une main amicale en était venue à se poser sur son épaule. Níniel avait levé la tête en direction de cette main amicale. Alcarin. Elle avait souri. Depuis l'histoire du cheval, ils étaient proches tous les deux. Du moins, elle l'appréciait beaucoup. Elle l'appréciait un peu plus que le prince Adrahil qui, quand bien même avait mûri, ne pouvait s'empêcher de l'embêter de temps à autre. Quoi que c'était bien plus rare que par le passé. Níniel appréciait cette tranquillité. Et puis, elle avait assez de sa petite sœur qui l'embêtait assez souvent également L'accouchement long et difficile. Le bébé s'était présenté par le siège. Le guérisseur eut un peu de mal à le sortir mais au final, ce fut plus de peur que de mal. L'enfant allait bien. Un petit garçon du nom de Artamir. Un beau bébé. Mère et enfant se portaient bien, et c'était là le principal. Les deux filles de Ceowyn purent rendre visite à leur mère, mais également à leur petit frère. Pour Níniel, c'était comme remonter quelques années en arrière. Lors de la naissance de sa petite sœur. Elle avait souri. Comme la dernière fois. Elle était contente. La famille s'agrandissait. Quelques jours tranquilles. Empli de bonheur. Mais tout bonheur fini par s'estomper, bien malheureusement. Parce que les hommes sont mortels. Et que la mort peut, justement, venir les cueillir à n'importe quel moment. Au moment où ils s'y attendent le moins. C'est toujours le cas d'ailleurs. On ne s'attend jamais à perdre quelqu'un La mort ? Ceux qui restent en vie ... ne sont pas préparés à perdre ceux qui s'en vont. Et Níniel en a fait la cruelle expérience. Toute sa famille d'ailleurs. Cela s'est produit quelques semaines après la naissance du jeune Artamir. Le prince Angelimir allait rejoindre Dol Amroth avec ses troupes. Il était parti pour calmer quelques révoltes dans le sud. Non loin du Pelargir, près des gués du Poros. Les villageois étaient en colère. Le prince s'y était rendu avec Hathol et quelques-uns de ses hommes de guerre afin de calmer les villageois. Chose qu'ils parvinrent assez facilement. Mais le village fut attaqué par des hommes du Khand. Une bataille sanglante et violente. Villageois et hommes du Prince Angelimir parvinrent à mettre en déroute les hommes du Khand au prix de nombreuses vies néanmoins. Hathol avait été grièvement blessé. Il fut rapatrié dans un chariot, avec d'autres gravement blessés également. Néanmoins, il n'arriva jamais à Dol Amroth. Il est mort, bien malheureusement, quelques heures avant d'atteindre la cité. Quand Ceowyn apprit la mort de son époux, elle se vit défaillir. Heureusement qu'elle n'avait pas Artamir dans ses bras. Dans le cas contraire, elle l'aurait, sans doute, échappé. Voyant du remue-ménage dans la maison, Níniel avait fini par rejoindre les siens afin de savoir ce qui se passait. Et c'est là qu'elle vit son père. Le teint livide. Sacrément blanchâtre. C'en était fini de lui. Il n'aurait pas l'occasion de ... Et bien, de connaître son fils. De voir ses filles grandir et d'épouser des hommes de bonne famille. En voyant son père ainsi, Níniel n'en crut pas ses yeux. Et la douleur la ramena vivement à la réalité. Son père n'était plus. Et ne serait jamais plus là La mise en terre de Hathol se fit le jour suivant. Une cérémonie cadrée. Emplie d'émotions. Il ne fut pas le seul à être mis en terre ce jour-là. Les hommes qui avaient été ramenés du combat auprès de leurs familles et qui étaient morts le furent aussi. Les membres de la famille Theodaras étaient tous en pleurs. Sauf peut-être Tindómiel qui ne comprenait pas vraiment tout ce qui se passait. Elle était jeune. Bien plus jeune que Níniel. Sept ans les séparaient et la seconde petite fille ne pouvait, hélas, pas tout comprendre. C'était peut-être mieux aussi d'ailleurs. Níniel resta quelques heures de plus auprès de la tombe de son père, une fois la cérémonie terminée. Elle n'avait pas eu le temps de lui dire au revoir. Elle aurait aimé ... Oui, elle aurait aimé avoir bien plus de temps. Il lui avait été arraché trop tôt. Bien trop tôt. Et elle ne pourrait plus jamais lui dire oh combien elle pouvait l'aimer.


S'il faut prier, je prierai. S'il faut se battre, j'me battrai. Mais pourquoi faut-il payer le droit de nous aimer ?
Son père était mort. Et la vie ne semblait plus être pareille pour Níniel. Perdre son père était une chose terrible. Elle avait l'impression que son monde venait de s'écrouler. Elle avait perdu ses repères. Oh, bien évidemment, elle savait que son père n'était pas éternel. Qu'un jour ou l'autre, elle en viendrait à le perdre, pour sûr. Mais elle ne pensait pas le perdre aussi tôt. Elle avait pensé qu'elle aurait encore du temps à passer avec lui. Qu'il lui apprenne quelques petites choses. Comme à se battre à l'épée, même si elle n'aurait, sans doute, jamais l'occasion d'utiliser une arme. Mais il avait promis de lui apprendre tout un tas de choses. Et ça ne serait jamais le cas. Il n'était plus là. Il ne pourrait plus lui donner de bons conseils. Níniel n'irait pas jusqu'à dire qu'elle était seule au monde. C'était faux. Elle avait encore sa mère. Ses amis. Mais son père, qu'elle idolâtrait, n'était plus. La seule chose qui le ramenait à elle, c'était cette dague qu'il possédait. Ceowyn avait cherché à se défaire de toutes les affaires de son défunt mari. Ou d'une bonne partie de ses affaires. Níniel avait réussi à récupérer quelques petites choses qu'elle voulait garder. Notamment cette dague. Une chance pour elle d'avoir été rapide. Sans cela, elle n'aurait plus rien eu pour se rattacher à la mémoire de son père. Ce fut l'hiver le plus rude pour Níniel Alcarin était gentil avec elle. Il tentait de lui remonter le moral. Bien que la tâche s'avérait plutôt difficile à dire vrai. Lui rendre le sourire n'était pas une mince affaire. Quelques mois après la mort de son père, il lui proposa une balade à cheval. Chose qu'elle refusa. Elle était mue par sa douleur et ne semblait pas vouloir tourner la page. Il parvint, néanmoins, à la convaincre, après maintes et maintes discussions. Ça avait été difficile. Mais il y était parvenu. Cette balade à cheval fut très silencieuse. Durant une bonne partie de la journée. Elle ne parlait pas. Ou très peu. C'est Alcarin qui faisait la discussion. Une vraie pipelette quand il s'y mettait. Il y avait des moments où il la voyait sourire. Signe qu'après tout le mal qu'il se donnait, ce n'était pas en vain puisqu'elle réagissait. A sa manière, elle sortait, petit à petit, de sa torpeur. C'était loin d'être une chose facile. Mais elle oubliait, petit à petit, la douleur de la mort de son père. Parce qu'il avait dit une bêtise, Níniel l'avait poussé. Il avait été à deux doigts de tomber. Mais il avait pu garder son équilibre Après plusieurs lieues, ils s'étaient arrêtés. L'herbe verte laissait place à une zone sableuse. Et au bleu de l'immensité de la mer. La baie de Belfalas. La mer à perte de vue. Alcarin s'est occupé des chevaux tandis que Níniel s'était approchée de l'eau. Elle n'était jamais venue jusque-là. Et le jeune homme avait pensé que c'était une bonne chose pour elle. Ils sont restés un long moment, assis dans le sable. Elle contre lui, sa tête contre son épaule. Un long silence. Mais elle en avait besoin. De se vider l'esprit totalement. De penser à autre chose. Et puis, quand bien même Alcarin l'avait souvent ennuyée quand elle était plus jeune, elle le trouvait d'un très grand secours. Et d'un grand réconfort à dire vrai. Ils se connaissaient depuis si longtemps. Et pourtant, ils n'avaient jamais réellement discuté. Peut-être parce qu'ils n'étaient pas du même rang. Ou peut-être parce qu'elle ne savait pas comment agir avec lui Ils durent quitter la plage et la mer à cause d'une tempête. L'orage grondait. Ils étaient trempés. Rejoindre Dol Amroth allait être compliqué. Le gros de l'orage était sur eux. Une ferme abandonnée qu'ils trouvèrent en chemin. Et Alcarin jugea bon qu'ils devaient s'arrêter. Níniel aurait préféré continuer, ne voyant pas vraiment le danger. Mais ils avaient fait halte. Elle suivait ses bons conseils. Trempés ils étaient. Un coup à attraper froid. Ôter leur cape trempée, voilà ce qu'ils firent en premier, même si c'était loin d'être suffisant. Alcarin fit un petit feu tandis que Níniel étendait les capes. Il s'occupa également des chevaux, enlevant leurs selles parce que cela pouvait durer un moment. Il récupéra dans ses sacoches une couverture qu'il posa sur les épaules de Níniel. Il ne souhaitait pas qu'elle attrape froid. Mais voyant qu'Alcarin était aussi frigorifié qu'elle, la jeune brune lui fit une place. Blotti l'un contre l'autre, tout près du feu, ils tentaient de se tenir chaud et évitait de penser au froid mordant. Ils en profitèrent pour se raconter quelques anecdotes amusantes. Níniel se surprit même à rire de ses blagues ou de ses aventures. Elle avait retrouvé le sourire. Ou du moins, une partie de son sourire. Elle ne savait pas comment il faisait. Mais en sa compagnie, elle avait l'impression de se sentir mieux L'orage grondait fort dehors. Et quand bien même c'était le cas, Níniel avait fini par s'endormir dans les bras d'Alcarin. Quand bien même elle avait froid, du fait qu'elle était contre lui, il faisait moins froid. La chaleur humaine était des plus agréables. Quand elle se réveilla, au petit matin, elle vit qu'il était déjà sur le pied de guerre. Les chevaux étaient sellés. Il avait hâte de rentrer chez eux. Ou plutôt, il avait peur qu'il n'arrive quelque chose à Níniel et qu'il se fasse réprimander pour l'avoir emmené alors que le temps était maussade. On devait d'ailleurs s'inquiéter pour eux puisqu'ils n'étaient pas rentrés. Ils se mirent en route, sans plus attendre à dire vrai. Quelques heures qu'il leur fallut avant de pouvoir rejoindre la cité. Ils avaient été obligés de faire quelques détours. La tempête avait été rude et le terrain était extrêmement boueux et très peu praticable. Mais ils rentrèrent. Quelque peu boueux, certes. Mais il n'y avait eu aucun incident. Dans les écuries, Alcarin aida Níniel à descendre de sa monture. Ce fut à ce moment que leur regard s'est croisé. Il y eut comme un déclic. Un éclat dans leur regard. Elle s'était perdue dans l'immensité de ses yeux bleus. Et lui dans les siens. Il l'a surprise en l'embrassant. Mais elle n'a pas cherché à se soustraire à lui et elle s'est contentée de répondre à son baiser.


J'ai peur, j'ai peur. De la vie qui nous attend, des mensonges de nos parents. Pour nous tout est facile mais le bonheur est fragile.
Pour la première fois depuis la mort de son père, Níniel entrevoyait un avenir plus ... heureux à dire vrai. Et tout cela, c'était grâce à Alcarin. Ils s'entendaient bien tous les deux. Ils passaient un peu plus de temps ensemble depuis qu'ils avaient fait cette balade à cheval. Ils ne s'affichaient pas ensemble néanmoins. Ils voulaient garder cela pour eux. Un petit secret entre lui et elle. Non pas qu'Alcarin n'avait pas envie d'afficher son amour pour la jeune Níniel. Mais il préférait attendre. Attendre de voir si elle éprouvait les mêmes sentiments qu'il pouvait avoir à son encontre. On lui aurait laissé le choix, Alcarin aurait, sans doute, tenté de lui décrocher la lune et les étoiles. Oui, il l'aimait. Il se voyait bien avec elle. Finir ses jours avec elle. Qu'en pensait Níniel ? Et bien, si on demandait l'avis de sa mère ou bien de sa jeune sœur, elles auraient toutes les deux dit qu'elle était rayonnante et qu'elle semblait aller bien mieux. Néanmoins, ni l'une ni l'autre ne savait réellement ce qui se tramait dans la petite tête de Níniel. Tout ce qu'elles savaient, c'était qu'elle avait un sourire éternel et qu'elle ne broyait plus du noir Quelques mois passèrent. Quelques mois heureux. La dégringolade. Níniel était prête à parler à sa mère de sa relation avec Alcarin. Ou du moins, des sentiments qu'elle avait à son égard. Elle avait seize ans. Et elle espérait bien que Ceowyn allait accepter Alcarin et qu'ils pourraient se marier un de ses jours. Seulement, le destin en avait décidé autrement. En effet, cela faisait quelques mois que Ceowyn en parlait avec Angelimir. Un mariage. Et pas n'importe lequel. Níniel et Adrahil. Ils avaient tout prévu. Adrahil en viendrait à régner sur Dol Amroth après la mort d'Angelimir, ou une fois que ce dernier aurait décidé de laisser le trône en faveur de son fils. Et Níniel serait à ses côtés en tant qu'épouse. Ce que Ceowyn y gagnait ? Pas grand chose. Si ce n'était l'éternelle reconnaissance d'Angelimir pour tous les sacrifices de Hathol Níniel tomba des nues quand sa mère en vint à lui parler de ce mariage arrangé. Elle n'en croyait pas ses oreilles. Elle ? Épouser Adrahil alors qu'elle ne l'aimait pas ? Que son cœur appartenait à un autre ? Que le prince héritier et elle n'étaient que des inconnus, ou presque ? Que ça faisait un petit moment qu'ils ne s'étaient pas parlés ouvertement ? Qu'elle l'ignorait même ? Une injustice ... Pour Níniel, c'était une profonde injustice. Mais elle n'avait pas son mot à dire. Sa mère lui expliquait que c'était la meilleure des choses à faire. Que cela assurait l'avenir de leur famille. Et que parfois, en tant qu'aînée, il fallait savoir faire des sacrifices. Pour Níniel, cela sonnait faux. Elle ne voulait pas se sacrifier. Elle ne voulait pas sacrifier son amour pour Alcarin pour un autre. Ce dernier le prit également très mal. Son amour pour Níniel était sincère. Et il ne voyait pas pourquoi il devait en subir les conséquences. Il ne voyait pas pourquoi ... ils étaient punis, en quelque sorte. Elle resta durant plusieurs jours dans sa chambre à broyer du noir. A se demander pourquoi ... Pourquoi sa mère avait accepté une telle chose Après quelques jours, ce fut Adrahil lui-même qui vint toquer à la porte de sa chambre. Elle avait levé la tête, se demandant qui ça pouvait bien être. Elle se leva finalement, pensant que c'était peut-être Alcarin. Quelle ne fut pas sa surprise de voir que ce n'était pas le cas. Son sourire disparut presque aussitôt en le voyant. Elle n'avait rien contre lui. Mais elle ne l'aimait pas. Et elle ne voyait pas pourquoi elle devait se marier avec lui alors que tous les opposaient. Ou du moins, elle avait l'impression que c'était le cas. Níniel se confondit en excuses et en vint à lui dire qu'elle ne se sentait pas bien. Elle pensait, ainsi, le faire fuir et pouvoir continuer à broyer du noir. Manque de chance pour elle, Adrahil avait capté la manœuvre et il n'en fit rien. Il s'imposait. En quelque sorte. Il voulait s'excuser, de la part de son père. Lui dire qu'il n'était pas responsable de tout cela. Que c'était le Prince Angelimir qui avait décidé que ça serait bien pour leurs deux familles. Adrahil se doutait que cela n'avait que peu d'importance pour Níniel. Mais il voulait être honnête avec elle. Totalement transparent. Et il en vint même à ajouter que ce mariage était loin de lui déplaire parce qu'elle était jolie, qu'elle avait du caractère et qu'elle était le genre de femmes qui lui plaisait Se faire à l'idée ? Non, Níniel avait beaucoup de mal à accepter tout cela. Ce fut encore pire ... quand elle apprit le départ d'Alcarin de Dol Amroth. Il était envoyé avec son père en renfort au Rohan. Ou du moins, dans une région pas très loin du Rohan. Cette annonce fut comme un boulot de canon. Comme une tornade. Elle n'en croyait pas ses oreilles. Elle était allée voir Alcarin. Avait tenté de le convaincre qu'il devait rester. Et qu'ensemble, ils devaient se battre pour reprendre les choses en main. Il s'est contenté de sourire. De poser ses mains au niveau de ses joues et de l'embrasser sur le front. Il lui donna des excuses complètement fausses. Ou du moins, elles sonnaient comme fausses aux oreilles de Níniel. Il avait pris conscience qu'ils n'étaient pas du même rang. Et qu'ils devaient s'arrêter là. Avant que ça n'aille plus loin et qu'ils n'en viennent à souffrir. Elle est restée sur le cul en entendant cela. Elle ne pouvait pas croire qu'il abandonnait, qu'il lâchait l'affaire. Elle aurait pensé, au contraire, qu'il aurait essayé de se battre avec elle. Pour elle. A croire ... qu'elle avait tort et qu'elle s'était trompée sur toute la ligne.


On veut tout ce qu'on n'a pas. On se prend pour ce qu'on n'est pas. On rit quand l'amour nous fait peur. Mais on prie pour qu'il vienne dans nos cœurs.
Coup dur pour Níniel qui perdait le seul homme qu'elle avait aimé jusqu'à présent et qui gagnait, en même temps, un fiancé qu'elle avait du mal à supporter. Elle soupçonna durant quelques mois Adrahil. Le fait qu'il avait pu dire à son père qu'éloigner Alcarin et son père était la meilleure des solutions pour tout le monde. A dire vrai, il pensait que ... Et bien, si Alcarin n'était plus là, il serait libre. Libre de faire ce qu'il voulait. Et surtout, libre d'avoir Níniel. Libre de lui prouver qu'il était digne d'elle. Qu'ils seraient heureux ensemble. Qu'à la mort du prince Angelimir, ils pourraient régner sur Dol Amroth et avoir de nombreux enfants. Le truc, c'est que Níniel le fuyait comme la peste. A chaque fois qu'elle le croisait, elle faisait exprès de détourner les yeux. Ou bien d'emprunter un autre couloir. Elle avait étudié son emploi du temps au final des années et elle arrivait à l'éviter assez facilement. Ce qui énervait le jeune héritier qui ne savait plus quoi faire à dire vrai avec sa future épouse. Comment arriver à tisser des liens avec elle alors qu'il n'arrivait pas à l'approcher ? Comment contrôler une femme aussi incontrôlable qu'elle ? Une question qu'Adrahil se posait éternellement. Elle le fuyait. C'était un fait. Il allait devoir l'empêcher de fuir. Il se voulut tendre. Attentionné. Au départ, cela ne fonctionna pas vraiment. Níniel se fichait bien des petites attentions qu'il pouvait avoir pour elle. Les robes qu'il lui achetait, les bijoux qu'il lui offrait, rien ne semblait y faire. Jusqu'à ce qu'il fasse une découverte intéressante dans un marché. Il avait reconnu un objet ... qui était passé à la trappe. Qui était passé entre les mailles du filet. Un objet que Níniel possédait ... mais qu'elle avait perdu à la mort de son père. Un objet que son père avait fait façonner à un artiste, lors d'un long voyage à l'étranger. Quand il était mort, sa mère avait jeté un bon nombre de ses affaires, y compris ce cadeau-là. Contre toute attente, Níniel fut extrêmement touchée par cette attention. Dès lors, elle fut un peu moins sauvage. Et elle le laissait rentrer dans sa vie L'accepter en son cœur ne fut pas une chose évident pour Níniel qui pensait souvent à Alcarin et se demandait s'il allait bien ou non. Quoi qu'il en soit, elle commençait à apprécier la présence d'Adrahil. Dire qu'elle avait des sentiments pour lui aurait été un mensonge. Mais au moins, c'était ... différent. Dans le sens où elle avait arrêté de le fuir. Elle ne faisait plus exprès de changer de chemin quand elle le croisait. Elle arrêtait de détourner son regard de lui. Ça leur arrivait d'avoir de longues conversations. Tantôt philosophiques. Tantôt complètement stupides. Elle riait de ses blagues stupides, et ce même si y'avait pas toujours de quoi rire. Elle finissait par l'apprécier, même si elle avait toujours beaucoup de mal à accepter ce futur mariage. Elle avait de quoi voir venir. Ce n'était pas prévu avant quelques années. Elle aurait pu être libérée de cette "promesse", nul doute qu'elle aurait été soulagée. Adrahil avait beau être gentil et faire de nombreux efforts, il y avait quelque chose ... Elle ne savait pas trop. Mais c'était étrange. Peut-être que ça finirait par passer Du haut de sa vingtième année, du moins, pour Níniel, ils avaient fini par se rapprocher. Ça avait pris longtemps. Mais ils étaient intimes depuis plusieurs mois à présent. Un peu de bonheur que Níniel avait réussi à trouver. Adrahil également. Ils étaient heureux ensemble. Il l'aurait été plus avec déjà une petite tête blonde ou brune. Non pas qu'il cherchait à la mettre enceinte rapidement. Mais selon lui, plus rapidement elle serait enceinte, plus rapidement ils pourraient se marier. Ils n'étaient que fiancés à dire vrai. Et il semblait être pressé de vouloir lui mettre la bague au doigt. Peut-être par peur qu'elle ne s'envole, ou quelque chose dans le genre. Néanmoins, il la perdit. A cause d'une énorme indiscrétion. Elle entendit Adrahil parler avec un autre. Du sort d'Alacarin. Du fait qu'ils étaient contents que le jeune Alcarin n'était plus dans les parages et qu'il avait bien fait de conseiller à son père de l'envoyer dans le Rohan. Ou du moins, pas très loin de là-bas. En entendant cela, Níniel eut comme le cœur serré. Durant toutes ces années, il lui avait caché la vérité. Au fond d'elle, elle avait toujours su ... Elle aurait pu passer outre sa colère envers lui. Outre le fait qu'il lui avait caché la vérité. Elle aurait pu considérer qu'il avait fait ça pour elle. Pour leur avenir. Mais elle ne digérait pas ce côté manipulateur d'Adrahil. Une bonne leçon qu'elle lui donna en le battant à son propre jeu. Elle était fâchée. Elle lui en voulait terriblement Aujourd'hui ? Níniel a quitté Dol Amroth depuis quelques mois. Sans un mot, elle s'est faufilée hors de son lit dans la noirceur de la nuit et elle s'est tirée en emportant quelques-unes de ses affaires. Elle qui voulait voir le monde est servie depuis son départ de Dol Amroth. Il est vrai qu'elle a subi quelques désagréments. Qu'elle a rencontré quelques ennuis depuis qu'elle est partie. Mais au moins, elle n'a plus à subir les mensonges de son fiancé. Elle sait qu'il est là, dehors, sans doute à sa recherche. A se demander ce qu'elle fait. Où elle est. A se demander si elle va revenir un jour à Dol Amroth, si elle n'est pas morte. Mais elle fera tout pour rester hors de sa portée. Et peut-être retrouver Alcarin.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Danel Cenak
fondatrice
avatar
fondatrice
× Messages : 425
× Inscrit le : 29/11/2013
× Dime : 53873
× Localisation : Rohan
Dim 8 Juin - 22:19
Rebienvenue et bonne chance pour ton nouveau personnage ♥


Mastering others is strength. Mastering yourself is true power.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 8 Juin - 22:20
Michi beaucoup :)

J'espère que j'aurais plus d'inspiration avec elle ^^
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 10 Juin - 1:17
re bienvenue ^^

Un peu triste de voir partir Linaewen, mais contente de te voir avec un nouveau perso :D
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 10 Juin - 7:51
Sa mémoire limitée limitait pas mal mon jeu :)

Mais tu verras, Niniel est autant gentille ;)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 10 Juin - 15:38
Oui je me doute ^^

Mais, ne devait-on pas justement emmener Linawen à Caras Galadhon pour qu'elle utilise mon miroir ? *sait plus* Enfin, dans tous les cas, j'ai hâte de voir ce que va donner ta demoiselle :D
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 10 Juin - 18:12
Effectivement. On devait.

Mais faut savoir lâcher prise avant de sombrer dans la lassitude. Et j'avais peur de ne plus pouvoir explorer comme je voulais son histoire ^^
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Danel Cenak
fondatrice
avatar
fondatrice
× Messages : 425
× Inscrit le : 29/11/2013
× Dime : 53873
× Localisation : Rohan
Mar 10 Juin - 19:54
Avant de te valider, j'aimerai en savoir plus sur cette partie de ta fiche :
Citation :

Du fait qu'elle est une semi-elfe (chose dont elle n'a pas encore totalement connaissance), elle a des oreilles plus grandes que celles des simples humains.

Les semi-elfes sont rares, les elfes se mélangent très rarement aux autres donc je voudrai savoir qui était l'elfe (et pourquoi il/elle aurait décidé de vivre avec les humains) et comme cela se fait que ton personnage ne soit pas au courant ?


Mastering others is strength. Mastering yourself is true power.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 10 Juin - 20:24
Au départ, quand j'ai crée le personnage, j'pensais que ça pouvait être intéressant que son père, en fait, ne soit pas véritablement son père et que sa mère ait pu avoir une aventure, justement, avec un elfe qui aurait pu mourir au combat. Sauf qu'après reconsidération, ça serait le bordel.

Donc, j'préfère éditer pour enlever ce passage ;)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Danel Cenak
fondatrice
avatar
fondatrice
× Messages : 425
× Inscrit le : 29/11/2013
× Dime : 53873
× Localisation : Rohan
Mar 10 Juin - 21:36

félicitation, tu es validé(e)



Tout d'abord, on a trouvé ta fiche : "ok, pas de soucis, c'est bon pour moi alors ♥️ Très belle fiche, hâte de voir ton personnage en action ! Au cas où, j'ai lié ton personnage à Idrahil au Personnages Jouables, comme ça s'il est pris, il pourra prendre en compte ton histoire ^^"

Maintenant que tu es validé(e), tu peux d'ores et déjà créer ta FICHE DE PERSONNAGE ! N'oublie pas aussi d’aller RECENSER ton avatar, on ne sait jamais si un membre du staff n'a pas fait son boulot :bigrin:
Tu peux dés maintenant participer au rp et si tu ne sais pas par où commencer, un TOPIC de demande a été créer par nos soins.

Les ANNEXES sont assez longues mais n'hésites pas à aller la lire si tu as la moindre question avant de demander à un membre du staff. On sait qu'il y a tout plein de sujet explicatifs mais c'est pour mieux organiser le forum et tu verras tout est assez simple ici \o/

Le sujet ROYAUME est une sorte de répertoire des membres, Merci de bien vouloir passer par ce SUJET pour vous être ajouter ^^

Tu savais que ton personnage pouvait intégrer une organisation s'il le souhaite ? Va faire un tour ICI, les détails se trouve dans ce sujet !

Le forum Bureau regroupe les sujets relatifs à ton personnage (demandes, pnj, ect...), n'hésite pas à y faire un tour. Tu peux également créer ton SAC pour répertorier tes possessions ^^

N'oublie pas de compléter ton profil, ça nous donne un aperçu de ton personnage :hearrt:

J'ai failli oublier, pour faire plus ample connaissance, je t'invite à t'amuser avec nous FLOOD.

Et pour finir : BON RPG ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 10 Juin - 21:49
En parlant d'Adrahil, tu penses que j'peux le faire en scénario détaillé ? ou pas du tout ?

Sinon, merci pour la validation ♥ Et très bon idée d'avoir lié mon perso au prince héritier ;)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Danel Cenak
fondatrice
avatar
fondatrice
× Messages : 425
× Inscrit le : 29/11/2013
× Dime : 53873
× Localisation : Rohan
Mar 10 Juin - 21:54
Oui, tu peux le faire en scénario, y'a pas de soucis ♥ Le scénario sera lié au personnage dans ce cas ^^


Mastering others is strength. Mastering yourself is true power.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Wanna to live my life ✖ Níniel de Dol Amroth
» Live your life to death (Featuring Nayki)
» [TERMINE]live is life ~ [PV Eiji -le sale gosse- Kimihiro]
» + i'm gonna live my life. no matter what, we party tonight. (ft. louiséa.)
» Live your life the fullest ~ Ariel Millers's relationships

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Fiches-
Sauter vers: