Au loin dans la Lothlorien [Pv: Aludda Petit terrier]

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 20 Jan - 22:43

Fend-la-roche hocha violemment la tête, manquant d'arracher les rênes à Varda. Il était jeune, fougueux et trop peu discipliné pour faire un bon cheval d'assaut. L'elfe le montait tout les jours pour les manœuvres et entraînements de ses hommes, mais si il y avait un vrai combat à prévoir, elle prendrait son autre cheval, plus vieux et calme.
Elle repris le contrôle de sa monture qui tourna sur elle même, volta, piaffa, passa au trot, puis accepta l'autorité de l'elfe et repartit d'un pas noble et énergique devant les troupes sous la responsabilité de Varda. Elle mettait un point d'honneur à toujours venir aux entraînements en armure de complète et exigeait la même chose de la part de ses hommes. Sous son casque, elle admirait avec une satisfaction savamment dissimulée sous un air blasé la dizaine de jeunes recrues qui se tenait en rang, pied à terre près de leur chevaux.
Varda lança d'une voix sèche quelques ordres et tout le détachement monta en selle, puis s'engagea à sa suite hors de la clairière, entre les arbres aux feuilles d'or de la Lothlorien.
Le but de l'exercice était de se déplacer rapidement et discrètement dans la forêt tout en restant groupés. Les jeunes recrues de Varda étaient loin de maitriser cet exercice, ils le répétaient donc très fréquemment. Elle passait devant, au petit galop, en veillant à rester visible pour ses subordonnés, déployés derrière elle dans la forêt.
Soudain sortant de nul part, un renard passa en courant sous les sabots de Fend-la-roche. L'étalon, surpris, hennit et se cabra. Le cheval qui arrivait derrière lui rentra dedans, ils paniquèrent tout les deux, partant au galop droit devant eux. Varda, réussi à rester en selle avec sang-froid, mais le cavalier du deuxième cheval chu lamentablement.
Fend-la-roche était fou de terreur. Il galopait droit devant lui, si bien que l'elfe ne pouvait rien faire de mieux que de s'accrocher et attendre qu'il s'épuise. Tout ça à cause d'un renard! Varda enrageait, ça lui apprendrait à choisir un cheval nerveux.
Enfin, il se calma, passant au trot puis au pas, il boitait bas, l'encolure dans le prolongement du corps. Sa cavalière mit aussitôt pied à terre pour examiner le pied de sa monture. C'était enflé, il ne pouvait plus être monté. Il ne manquait plus que ça. Coincée seule avec un cheval boiteux au coeur de la Lorien, à des lieux et des lieux de Caras Galadhon. Cela pouvait difficilement être pire.

Varda couvrit quelques lieux dans la journée, traînant Fend-la-roche par la bride derrière elle. Alors que le soleil se couchait, elle eu une bonne surprise: la jument du soldat qui avait été désarçonné, qui cherchait à présent de nourriture, les rênes traînant par terre. Il était trop tard pour poursuivre sa route, aussi, Varda entrava-t-elle les deux chevaux dans une clairière, puis se coucha sur la mousse. Elle s'était débarrassée de son plastron, de ses cuissardes et de son casque pour dormir, mais gardait son épée et son arc à portée de main en cas de problème. Tout était magnifiquement travaillé et décoré, correspondant à son haut grade.
Mais, juste en tunique et pantalon, endormie la tête sur la selle de son cheval et couverte avec sa cape, Varda ressemblait juste à une elfe comme les autres.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 24 Jan - 15:22

Au loin dans la Lothlorien



Varda & Aludda


Celà faisait bien des jours qu'elle n'avait pas croisé une quelconque civilisation. Elle avait quitté sa terre d'Eriador depuis bien des mois déjà et celà faisait un moment qu'elle n'avait fait aucunes poches. Elle dû se résigner à manger les différents produits qu'elle pouvait trouver dans la forêt, veillant à ne pas manger n'importe quoi. De son aventure, elle avait déjà rencontré bon nombre de personnes. Cynewulf un nain qui a faillit avoir sa peau, Luna, une elfe qui l'a aidé à l'en réchapper et Idril une autre elfe qui lui a appris les bases de l'art du combat. Quoi qu'il en soit, Aludda était dans cette forêt pour une bonne raison. Elle avait entendu parler tellement des elfes et le fait d'en rencontrer vint à la pousser à en découvrir plus. Oui, les Hobbits avaient une fascination pour ses êtres gracieux et tellement beaux.

Elle savait que le voyage allait être long et difficile, mais elle ne se doutait pas qu'il le serait autant. Même son poney -enfin ex-poney de Cynewulf- commençait à éprouver des signes de fatigue. Elle finit par faire un arrêt près d'un point d'eau et laissa Thora -le nom du poney- prendre un repos bien mérité. Elle se décida à partir à la chasse. Concrètement, Aludda n'était pas bonne chasseuse et surtout elle n'aimait pas ca, car aussi intrépide qu'elle était, elle n'aimait guère la préparation barbare de préparer la pièce pour qu'elle soit déguste. Oui, on ne peut pas être brave dans tout !

Elle s'enfonça dans la forêt et chercha des yeux une quelconque proie. Elle entendit alors le bruit que faisait les naseaux d'un cheval. Elle comprit rapidement qu'elle n'était plus seule. Ha ! Peut être n'aurait elle pas à chasser au final ? Elle eut un sourire satisfait. Elle se mit alors en traque et se fit la plus discrète possible. Ses pas souples et nus devenaient sourds. Elle était prête. Elle se rapprocha doucement et vit une femme allongée. Elle semblait se reposer. De là où elle était, elle ne reconnut pas la race aux premiers abords.

Elle s'approcha doucement et enfin elle remarqua le type d'armes et d'armure qu'elle avait déposé près d'elle. Une elfe ? Ce n'était pas étonnant me direz vous. Mais elle savait que les elfes étaient plus difficiles à tromper que n'importe quel autre être sur ce continent. Elle s'approcha et chercha une sacoche, en quête de nourriture, c'était son but premier. Elle s'approcha assez prêt de la jeune femme mais fit attention à ne pas faire de bruit. Comme une pie pouvait être attiré par ce qui brillait, elle était attirée par les magnifiques ornements sur les quelques objets qui traînaient par là. Non... Elle ne devait pas faire la gourmande, la dernière fois cela lui avait coûté. Enfin vite dit... Vu que grâce à cela elle avait fait la connaissance d'Idril et elles étaient devenus de grandes amies. Elle contourna l'arbre et se retrouva nez à nez avec un cheval qui sous la surprise de la voir se mit à hénir. Il ne manquait plus que ca. Aludda ne se fit pas prier, elle plongea sur le sol, se cachant derrière le tronc d'un gros arbre, mais avait elle été assez rapide ? Par prudence, elle posa sa main sur la garde de sa petite épée.



© Zuzuu
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 24 Jan - 17:37
Dans son sommeil, Varda c'était roulée en boule, son visage s'était détendu et elle semblait bien moins âgée qu'éveillée. En effet, même si le temps n'avait pas de prise sur elle, les responsabilités avait creusé des rides dans son front, au coin de ses yeux et de sa bouche.
C'était certainement ça qui lui fallait, une bonne nuit de sommeil dans la forêt, sans avoir besoin de se lever aux aurores, de supporter chevaux nerveux et recrues maladroits, puis de se coucher à une heure tardive après moult ronds de jambes avec ses congénères et supérieurs hiérarchiques.
L'elfe soupira et se retourna dans son sommeil. Il y avait un peu de bruit, mais ça ne la gênait pas particulièrement, c'était certainement un animal qui se baladait.
Soudain, un cheval hennit. Varda bondit sur ses jambes son épée en main, c'était Fend-la-roche! Cet imbécile était capable de casser sa longe et de s'enfuir au galop, même si il boitait.
Le vent tourna, lui portant une odeur qu'elle avait déjà sentit auparavant. Elle fronça les sourcils. Qu'est ce que c'était? En tout cas pas un animal c'était sûr. Elle entrouvrit la bouche: malgré que ce soit fort disgracieux, cela amplifiait les odeurs.
Lentement, Varda contourna l'arbre derrière lequel les chevaux étaient attaché. Fend-la-roche n'avait pas autant paniqué que ce qu'elle avait craint, mais il s'énervait en tirant sur sa longe. L'elfe passa son épée à la ceinture et attira la tête du cheval vers elle en lui murmurant doucement des choses en quenya. Elle avait très bien détecté l’intrus même si elle ne l'avait pas identifié. Calmer son cheval lui donnait le temps de réfléchir et surtout de trouver précisément où se trouvait l'invité surprise.
Ouvara, la jument, regardait anxieusement derrière elle. Varda fronça les sourcils. Un cheval qui se regarde les flancs peu avoir des coliques, potentiellement mortelles. Mais non, l'animal regardait bien derrière lui.
L'elfe suivit son regard...Une ombre!
Toujours gardant un visage impassible, elle se dirigea vers Ouvara et feignit de l'examiner, avec un peu de chance, Varda pourrait apercevoir l'inconnu et lui tomber dessus suffisamment vite pour qu'il n'ai pas le temps de filer. Lentement, très lentement, elle tourna la tête vers la cachette de l'intrus: un semi-homme! Ou plutôt une semi-femme. Que faisait-t-elle si loin de la Comté? Ces créatures étaient pourtant réputée pour leur manque d'intérêt pour les voyages et l'aventure!
Varda en fut si surprise qu'elle resta à regarder la semi-femme les bras ballants, lui laissant tout le temps de filer.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 26 Jan - 18:35

Au loin dans la Lothlorien



Varda & Aludda


Elle avait été vive, elle espérait l'avoir été rapidement. Elle se colla derrière l'arbre, bloquant au maximum sa respiration qui était devenue saccadée par la surprise. Son coeur battait si fort qu'elle aurait pu croire que les sons qu'il faisait pourrait arriver jusqu'aux oreilles de l'elfe. Elle attendit, tapie sur le sol, sans bouger, se faisant la plus discrète possible. Elle gardait les yeux grands ouverts et elle était aux aguets. Elle entra alors dans dans son champ de vision. Elle s'approchait de son cheval. Les muscles d'Aludda se crispa, peut être ne la voyait peut être pas encore mais il suffisait qu'elle change de direction.

Elle attendit simplement, prête à bondir et ce qui devait arriver, arriva. L'elfe se tourna dans son sens et la remarqua. Mais elle fut surprise. Oui, voir une Hobbite si loin dans les terres du milieu n'était pas commun. Une Hobbite seule qui plus est. La surprise fut son atout pour filer et elle ne se fit pas prier. Elle sauta sur ses pieds et commença à courir dans le sens inverse, cherchant à retourner vers la rivière et son poney. Mais est ce que ses petites jambes seront assez longues pour arriver jusque là sans qu'elle ne réussisse à la rattraper ? Non... Son cerveau allait à deux cents à l'heure alors qu'elle prenait la fuite. Elle devait se cacher de nouveau. C'était idiot mais dans ces cas là, vous pensez aux arbres. Aludda attrapa le tronc du premier et escalada avec dextérité. Elle avait toujours été bonne pour ce genre de choses. Elle grimpa et quand elle fut à une distance raisonnable et elle regarda en bas pour voir où se trouvait son ennemie. L'avait elle suivit ? L'avait elle vu monter à cette arbre ? Préparait elle une embuscade ? Seules les prochaines minutes en détenaient la réponse. Et si c'était la dernière réponse, et bien il avait été bien idiot à elle de grimper à cet arbre, car ca serait facile pour l'elfe de la cueillir avec son arc. Elle se contenta alors d'être à l’affût, prête à bouger même si elle savait que ses sens étaient loin d'être aussi bons que celle de son adversaire. Pour l'heure elle n'entendit plus que sa respiration courte...



© Zuzuu
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 28 Jan - 15:34

La hobbite s'enfuit, disparaissant si vite que Varda sursauta presque. Cette race était connue pour sa capacité à disparaître sans laisser de traces. Et bien ils étaient à la hauteur de leur réputation. Elle avait à peine vu filer la semi-femme. Après un instant de flottement, l'elfe décida de se jeter à la poursuite de la petite intruse: elle ne fuirait pas ainsi si elle n'avait rien à se reprocher.
Sans penser qu'il pouvait s'agir d'une ruse pour l'attirer loin de son campement, Varda détacha la longe d'Ouvara et bondit sur son dos pour la lancer sur la piste de la hobbite. Elle connaissait mal ce peuple, il semblait logique qu'une capitaine de cavalerie ait passé plus de temps à étudier les anciennes batailles et les stratégies des orcs que les capacités et le mode de vie des hobbits. Même si elle avait eu l'occasion de bavarder avec un représentant de cette race assez aventureux qui était venu à Caras Galadhon quand elle avait une quarantaine d'année, Varda ne savait pas si ces créatures courraient vite, ni quel genre de réactions ils avaient à la pression. Enfin, ils ne pouvaient pas être bien dangereux!

L'elfe arrêta sa monture. Il était agréable de monter un cheval qui lui obéissait du premier coup. Ouvara était une bonne bête, son soldat avait bien choisit. Varda avait réussi à trouver la direction générale dans laquelle la hobbite s'était enfuie, mais elle ne trouvait pas sa piste pour continuer à la suivre. Diable! Ces créatures avaient le pied léger! L'elfe regrettait de ne pas avoir un bon chien avec elle. En effet, si elle avait le nez fin, elle était incapable de percevoir une odeur au sol, de suivre une piste, il fallait que le vent lui en porte les effluves.
Varda mit pied-à-terre pour chercher des traces. Au bout de plusieurs minutes de recherches attentive, elle fut récompensée par une petite emprunte de pied humain, si minuscule qu'elle ne pouvait qu'appartenir à une hobbite. Satisfaite, elle récupéra Ouvara et continua au petit trot la route, penchée au dessus de l'épaule de la jument pour repérer d'un oeil habile les traces de pas de la semi-femme.
Soudain, la piste disparu. Varda, croyant que les sabots de sa monture avaient effacé les empruntes, mit à nouveau pied-à-terre.
Les traces avaient bel et bien disparu. L'elfe leva les yeux vers l'arbre. Soit l'oiselle avait disparu, soit elle s'était perchée sur une branche du chêne.

"Reste là, Ouvara."

Varda sauta pour attraper une branche et commença son ascension.

Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 28 Jan - 15:58

Au loin dans la Lothlorien



Varda & Aludda


Aludda restait bien au hauteur. Elle ne savait pas si le danger était encore là ou non. Elle se fit muette, inaudible mais elle ne pouvait pas non plus disparaître complètement. C'était impossible. Elle se contenta de se nicher dans sa cape verte, en espérant que l'elfe ne la retrouve pas. De longues minutes passèrent, le côté impatient de la jeune Hobbite lui souffla qu'elle était en sûreté. Pourquoi rester coincé aussi longtemps ? Non, elle ne devait pas crier victoire trop tôt. Elle devait être méfiante...

En parlant d'être méfiante, elle vit alors l'elfe venir vers elle. Elle la cherchait surement. Aludda s’agrippa un peu plus à son arbre et s'immobilisa. Elle suivit du regard la jeune femme et son cheval. Elle semblait chercher sa trace. Zut... Quelle idiote d'être montée là aussi... Avec un peu de chance, elle ne la verrait pas. Mais il ne fallait pas crier victoire trop tôt. Elle s'approcha de son arbre et regarda au sol. Aludda se retint de soupirer. Elle se contenta de fixer l'elfe. Elle leva les yeux. Leur regard se croisèrent. Zut.

Elle la vit amorcer une ascension. C'était sa veine. Ni une, ni deux, Aludda reprit son escalade. Et que ferait elle en haut ? Se jeter dans le vide ? Non le créateur n'avait pas pourvu aux Hobbits d'ailes malheureusement. Elle attrapa quelques glands du chêne qui pendait là et commença à les faire tomber en dessous. C'était vain mais elle voulait tenter le coup. Elle lança alors:

« Laissez moi... Allez vous en ! Qu'avez vous à me traquer ainsi ? »

Elle n'avait aucune preuve qu'Aludda avait tenté de la voler, pourquoi s'acharner ainsi... Elle allait devoir être maligne sur ce coup là et arrêter de jouer à cache cache avec son adversaire. Elle grimpa sur une autre branche encore, mais plus fragile que les autres. Aludda entendit alors le craquement qui ne signifiait rien de bon. Comme si un regard pouvait retarder l'échéance de la chute, elle s'arrêta de respirer et de bouger un instant. Mais celà ne rata pas. La branche se brisa et elle tomba quelques mètres. Elle lâcha un petit cris. Elle se rattrapa à une branche en dessous à quelques mètres de la femme elfe. Elle s'agrippa avec toute la force du désespoir de ses petites mains. Elle n'avait pas assez de force pour remonter et elle était encore à huit bons mètres de hauteur. Assez pour se casser quelque chose, se faire très mal ou pire se rompre la nuque. Elle se sortirait pas en un seul morceau de cette chute. Elle tenta toute seule à se hisser mais elle n'y arrivait pas. Elle était totalement à la mercis de la femme en face d'elle. Soit elle l'aidait, soit elle la laissait à son triste sort en attendant qu'elle finisse par se fatiguer, soit elle en profitait pour l'attaquer. Pourtant, elle tentait de rester digne dans la difficulté et ne demanda pas d'aide de la part de l'elfe...



© Zuzuu

Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 28 Jan - 16:48

Varda apercevait maintenant la hobbite dans sa cape verte, assise comme un oiseau sur sa branche. Elle monta encore un peu, puis fit le geste de lui lancer quelque chose. Si c'était une pierre, ou pire! un poignard, l'elfe ne pourrait pas esquiver et s'en serait fini de la capitaine Varda Surien, on retrouverait probablement son corps brisé au bas de l'arbre dans un jour ou deux. Heureusement, personne ne se douterais qu'elle avait été jetée au bas d'un arbre par une créature qui faisait la moitié de sa taille. L'elfe reçu alors un gland dans l'oeil et compris qu'elle ne risquait pas grand choses. Elle se hissa sur la branche au dessus d'elle. Ah c'était fin. Comme tout les elfes, Varda grimpait bien aux arbres, mais elle était plus à sa place les fesses sur sa selle.
La hobbite lui cria quelque chose depuis son perchoir. Au sujet du fait qu'elle demandait à l'elfe de la laisser tranquille.
Varda resta en équilibre sur sa branche et mit ses mains en porte voix autour de sa bouche:

"Ne faites pas l'innocente! Vous ne vous seriez pas enfuie si vous n'aviez rien à vous reprocher!"

Soudain, la branche sur laquelle la hobbite se tenait craqua. L'elfe la vit passer tout près d'elle, la terreur dans les yeux. Au grand soulagement de Varda, qui ne tenait pas particulièrement à causer indirectement la mort d'une inconnue, celle-çi se rattrapa à une branche de justesse.
La hobbite restait accrochée là, tentant de se hisser sur la branche sans succès. Varda était si soulagée qu'elle ne pu s'empêcher d'éclater de rire, de ce rire clair et cristallin, charmeur qui avait si souvent accueillit les visiteurs entrant dans la Lothlorien, le fameux rire des elfes forestier.
En quelques bonds, elle descendit jusqu'à la hobbite et la souleva par le capuchon pour l'aider à s’asseoir.

"Et bien, petite oiselle, on dirait bien qu'il faudrait réapprendre à voler!"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 29 Jan - 14:23

Au loin dans la Lothlorien



Varda & Aludda


Elle avait l'air bien, pendue au dessus du vide. Elle rageait intérieurement. Elle tenta de se hisser plusieurs fois avec toute la force qu'elle pouvait mettre, mais rien n'y faisait. Elle n'avait aucun appui. Elle vit alors l'elfe descendre vers elle. Elle ragea encore plus et tenta de s'en sortir seule pour remonter, mais il était clair maintenant qu'elle n'y arriverait pas. Elle l'entendit rire ce qui renfrogna le visage de la Hobbite. Elle vint à l'attraper par la capuche de sa cape et l'aida à se hisser sur la branche avec une facilité déconcertante. Ces elfes... Toujours là pour vous surprendre. Aludda remis ses habits en place du mieux qu'elle pouvait et regarda la jeune femme qui lui fit une remarque sur sa petite aventure. Elle ne pouvait plus fuir, elle devait faire face à elle maintenant.

« J'aurai pu m'en sortir toute seule. » Dit-elle en premier et de mauvaises foi.

Elle baissa les yeux honteuse et soupira longuement. Non, elle n'aurait pas pu s'en sortir seule. Son manque de vision face au danger pouvait la mettre au bord du précipice de la mort sans qu'elle s'en rende compte. Elle se racla la gorge et dit d'un voix faible et sans conviction:

« Merci. » Elle redressa le menton pour se donner de la hauteur malgré sa petite taille et ajouta. « Ne vous moquez pas de moi. Ce n'est pas parce que je suis petite que vous devez prendre les choses de haut, vous les Grands. Je dois vous avouez que celà fait un moment que j'étais dans cette forêt et j'espérais trouver un peu de nourriture dans vos provisions. Mais rassurez vous, je n'ai rien pris. »

Autant être franche et c'était dans la nature de la jeune demoiselle. Et elle disait vrai: elle n'avait rien eu le temps de voler de toute manière, alors pourquoi en fait un fromage.

« Pas que je n'aime pas ce perchoir, mais il serait peut être temps de redescendre. J'ai l'impression de m'être fait avoir comme un débutante. »




© Zuzuu

Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 29 Jan - 15:47
Varda se laissa tomber sur la branche à coté de la hobbite. Ah elle aurait pu s'en sortir seule! L'elfe haussa les sourcils, sans abandonner le petit sourire qui s'était peint sur son visage. Elle se retint de jeter la semi-femme de son perchoir pour voir si en effet, elle s'en sortait seule et se cala plus confortablement contre le tronc de l'arbre.
La hobbite redressa le menton et recommença à parler.

"Ah, je ne me moquais pas j'étais juste soulagée! Mais, si vous aviez si faim, pourquoi ne pas avoir demandé l'asile à un village ou à un poste avancé? Il en a beaucoup sur les bordures de la forêt, on vous aurait donné des provisions et peut être un cheval pour aller plus vite. Enfin, je suis navrée je n'ai pas de nourriture, je n'avais nullement prévu de passer la nuit loin de chez moi!"

Varda se pencha doucement au dessus du vide. Ouvara attendait tranquillement en bas, sa longe traînait par terre. Elle ne se félicitait pas de la manière dont elle c'était jetée à la poursuite d'une si petite personne, qui au final ne lui voulait aucun mal et cherchait juste à trouver de la nourriture.

"Oui, en effet. Puis-je vous inviter à rester avec moi cette nuit? Nous pourrons demain gagner Caras Galadhon. Vous pourrez vous y refaire une santé avant de reprendre votre voyage."

L'elfe descendit rapidement de l'arbre. Elle avait hâte de retourner se coucher, la fatigue pesait sur ses épaules comme elle aurait pesé sur celles d'un mortel. Elle saisit la longe d'Ouvara et caressa les naseaux de la jument, qui ronfla doucement. Varda se retourna pour regarder la hobbite faire elle aussi sa désescalade, puis se hissa sur le dos de sa monture d'appoint.

Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 30 Jan - 0:02

Au loin dans la Lothlorien



Varda & Aludda


Peut- être le prenait elle de haut. Mais elle était comme ca. C'était plus fort qu'elle. Et puis elle savait combien les Grands prenaient les Hobbits pour des êtres sans défenses et elle n'aimait pas celà. Elle finit par la remercier quand même de ce qu'elle avait fait. La jeune femme lui avoua qu'elle aurait mieux fait de lui demander de la nourriture que d'essayer de la voler. Aludda haussa les épaules à celà. Et elle n'osait pas non plus avouer qu'elle s'était perdue dans cette si grande forêt.

« Vous savez comment on nous respecte nous les Hobbits ? C'est limite si on nous voit et on nous marche dessus. De plus, j'ai appris à ne compter que sur moi et le vol est une bonne manière pour moi de survivre dans le monde. Je voulais me débrouiller seule. Et j'ai un Poney ! Il est resté près du cours d'eau dans cette direction. » Elle montra l'endroit d'un signe de main. « Vous vous êtes perdue ? C'est rare pour une elfe... Enfin ce que j'en sais. »

Aludda jouait sur sa naïveté, car elle l'était vraiment. Bien que celà fait presque vingt années qu'elle se trouve sur les routes des terres du milieu, elle avait encore beaucoup de choses à apprendre. Et des choses que même ses livres d'aventure ne lui avaient pas encore apprise. Elle proposa de descendre. Elle était mieux pied à terre, il faut l'avouer. Après tout elle était une pied velus et les Hobbits de cette lignée n'aimait guère l'eau ou être en hauteur. Elle remarqua qu'elle avait vraiment faim. Son ventre venant à réclamer de la nourriture. Elle n'était pas si gourmande et le voyage l'avait fait devenir bien plus sage sur la nourriture qu'elle n'avait pu l'être chez elle.

Elles descendirent toutes les deux de l'arbre et elle proposa alors à Aludda de rester avec elle pour cette nuit, quand elle prononça Caras Galadhon, la petite demoiselle ne put s'empêcher de montrer un début d'enthousiasme. Ses yeux se mirent à pétiller un instant, mais Aludda se maîtrisa pour ne pas montrer toute son ignorance. Elle se contenta de bafouiller.

« Je... Je... Vous feriez celà ? Je ne serais pas contre. Celà me plairait beaucoup de voir Caras Galadhon. »

Elle eut un léger sourire gênée. Peut être s'était elle mal comportée avec cette femme. Bah, elle avait juste essayé de la voler comme bon nombre d'autres. Elle se tourna vers la direction de l'endroit où se trouvait son poney.

« Par contre, j'aimerai bien récupérer Thora... C'est mon poney et avant que vous me disiez quelque chose: Oui, ce poney a un nom typiquement nain. Je l'ai volé à un des leurs qui voulaient ma mort. Juste à charge de revanche et elle est bien mieux avec moi qu'avec cette brute sans cervelle... »



© Zuzuu

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 30 Jan - 18:15
"Et bien non en fait. Mon cheval s'est emballé, ainsi que celui d'un de mes soldats. Cet imbécile de Fend-la-roche s'est fait mal, je ne peux plus le monter...Heureusement, je suis tombée sur cette brave Ouvara. Visiblement son cavalier n'a pas réussi à rester en selle, mais je suis bien contente qu'elle soit là!"

Varda se pencha sur sa monture pour lui flatter l'encolure. Cette petite hobbite était fort sympathique au final. On fait tous des erreurs, mais elle avait été bien naïve de croire qu'on pouvait défaire une elfe de ses provisions sans la réveiller.

"Vous avez raison, Caras Galadhon est une ville magnifique."

L'elfe se laissa emporter un instant dans ses souvenirs, comme si elle n'avait pas vu la ville depuis cent ans. La soleil qui cascadait à travers les branches des arbres vertigineusement hauts qui chatouillaient le ciel et les clairière enchantées des frais matins de printemps où la rosée venait mouiller ses pieds nus, le ciel bleu au sommet des arbres où se poursuivaient joyeusement les oiseaux derrière , les nuits d'été brûlantes et humides où l'orage menaçait, ou les lueurs des habitations et des rues se mêlaient à celles des étoiles.
Varda leva les yeux aux ciel: on les voyait bien cette nuit et la lune brillait en un fin croissant qui faisait comme un sourire amusé au firmament.
La petite oiselle la sortie de sa rêverie en lui disant qu'elle aimerait bien récupérer son poney. Il le fallait bien! L'elfe n'aurait elle même pas voulu laisser Fend-la-roche ou Fier-coeur seul dans la forêt plus que nécessaire. Toute Lorien qu'elle soit, elle restait une forêt avec son lot de loups, d'ours et de prédateurs divers, qui si ils ne représentaient pas de danger particulier pour le voyageur, était dangereux pour le cheval, le poney isolé.

"Thora...C'est fort joli. De toute façon un poney est toujours mieux avec n'importe qui d'autre qu'avec un nain, si vous voulez mon avis."

Varda imagina une petite ponette grise pommelée aux longues jambes et à la tête fine. Une monture qui irait bien avec cette hobbite. Elle tendit une main à la semi-femme pour lui proposer de monter devant elle sur Ouvara, histoire d'aller plus vite.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 2 Fév - 14:03

Au loin dans la Lothlorien



Varda & Aludda


Elle avait encore eu de la chance cette fois. L'elfe n'avait pas l'air d'être mauvaise à son sujet, celà aurait pu être pire... D'ailleurs Cynewulf était un bon exemple. Depuis, Aludda faisait bien attention aux personnes qu'elle approchait. Même si, elle était du genre à ne pas voir le danger où il se trouve réellement. Téméraire est un de ses traits de caractère de toute manière. L'elfe lui dit la raison de son escapade ici. Elle parla du cheval qui l'accompagnait. Aludda sourit et observa l'animal. Les chevaux étaient des geants pour des êtres comme Aludda. Elle n'en a jamais réellement monté un, faudrait il qu'elle arrive à s'y hisser d'ailleurs. Un poney lui convenait parfaitement.

« Ha je vois... Celà m'étonnait qu'une elfe se soit perdue aussi prêt de sa demeure. Enfin, si vous venez bien d'ici. »

La discussion tourna autour de Caras Galadhon. Même la jeune femme vint à flatter l'endroit. Il devait vraiment être magnifique. L'elfe se perdit un instant dans ses pensées. Elle resta un instant silencieuse, la laissant en tête à tête avec ses pensées. Puis vint le moment où elle lui dit qu'elle devait récupérer sa monture. Elle ne posa pas de questions sur les pensées de l'elfe. Elle ne la connaissait pas assez et Aludda pensait que ca serait impolie de venir à poser des questions personnelles comme celà.

Normalement Thora était à l'abris, elle espérait la retrouver seine et sauve. Elle lui tendit alors la main pour qu'elle grimpe sur son cheval. La Hobbite l'attrapa et elle se fit soulever sur la monture. Elle s’agrippa à elle. L'elfe lui parla alors de son poney et surtout des nains. Elle ne semblait pas les apprécier, celà ne l'étonnait pas d'ailleurs... Mais sa dernière expérience avec un nain, n'était pas bien enrichissante... mais plutôt dangereuse. Elle répondit dans un sourire.

« Je suis bien d'accord avec vous. Ce nain était une brute et a voulu jouer de moi pour un sale tour. Vraiment un sale type. Au final, je l'ai bien eu et j'ai fini par m'enfuir avec son poney... J'ai mes raisons de ne pas aimer les Nains, mais vous ? Qu'avez vous contre eux ? »

Celà a toujours été une question qui trottait dans l'esprit d'Aludda. D'un seul coup, elle se rappela qu'elle ne connaissait pas le nom de l'elfe, et elle non plus... Si elles devaient passer un moment ensemble, il serait préférable de se présenter.

« Au fait, je ne me suis pas encore présentée, je me nomme Aludda et vous ? »

Ensuite elle indiqua le chemin vers sa monture.



© Zuzuu

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 3 Fév - 20:14
Varda hissa son hôte sur sa monture derrière elle. Ouvara renacla légèrement: elle ne s'attendait pas à ce qu'on augmente sa charge. Mais enfin, elle était habituée à porter un elfe avec armes et bagages, aussi ne chercha-t-elle pas à désarconner ses cavalières. La hobbite posa alors une question qui fâchait: pourquoi les elfes n'aimaient guère les nains? A vrai dire, elle ne se l'était jamais demandé. On lui avait toujours décrit ce peuple comme étant d'incroyables guerriers, résistants, grands forgerons, mais aussi comme des êtres têtus, cupides, guère très fins, dont on ne peut distinguer les hommes des femmes. Mais il était aussi vrai que Varda n'avait jamais pu constater de telles choses car elle n'avait jamais cherché à rencontrer un représentant de cette race.
Elle fini par marmonner dans sa barbe, presque plus pour elle que pour son interlocutrice:

"L'éducation, probablement."

Varda réalisa au moment où sa passagère se présenta comme se nommant Aludda qu'elle avait embarquée une parfaite inconnue pour Caras Galadhon. Elle lui jeta un coup d'oeil en tournant à moitié la tête. Elle ne devait pas être bien dangereuse et à condition de Varda respecte certaines traditions, Aludda ne pourrait pas trahir l'emplacement exact de la cité.

"Je suis Varda Surien. Capitaine Varda Surien."

L'elfe talonna légèrement Ouvara pour lui faire accélérer un peu le trot. La jument tendit l'encolure: elle était fatiguée et Varda aussi. Cette journée commencait à être ridiculement longue. Elle commenait à perçevoir le chant de l'eau. Incontrolablement, Ouvara accélera au petit galop. Même les meilleurs cavaliers peuvent être surpris par leurs montures, Varda venait de le constater une fois de plus. Elle fut déséquilibrée vers l'arrière et se rattrapa de justesse aux longs crins de la jument et repris son équilibre.

"Ca va derrière?"

Ouvara continua à la même allure durant le reste du chemin. Varda ne la freina pas: après tout il était normale qu'elle se sente en liberté sans autre harnachement qu'un licou improvisé. Finalement, la jument s'arrêta devant la rivière et plongea la tête dans l'eau, évidemment, elle avait soif.

"Je vais la laisser boire. Vers où est votre poney?"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 9 Fév - 23:32

Au loin dans la Lothlorien



Varda & Aludda


Elle monta sur le cheval de Varda et s'accrocha à elle. Elle ne voulait pas tomber de selle. La question sur les nains fut évité soigneusement. C'était une mauvaise question, elle aurait dû s'abstenir. Elle laissa un silence entre la question et sa présentation. C'est vrai après tout, elles ne connaissaient pas encore leur nom. Elle se nomma en retour. Capitaine ? Et bien, c'était bien la première fois qu'elle tombait sur une Capitaine. Le cheval de l'elfe accéléra le pas d'un seul coup. Aludda fut surprise mais ne tomba pas. Elle s'accrocha à Varda de justesse. Elle regarda un peu en bas. Tomber d'un cheval ca fait haut pour une Hobbite comme elle. Elle espérait que celà n'arrive pas. Varda lui demanda si ca allait.

« Oui, ne vous inquiétez pas. j'ai juste été surprise mais je suis toujours là ! »

Les pas de la jument était plus vif et ils arrivèrent bientôt à un point d'eau. L'animal baissa la tête pour boire un instant. Varda lui demanda où se trouvait son poney. Aludda répondit:

« Je l'avais laissée près du cours d'eau, mais un peu plus bas. Pouvez vous m'aider à descendre s'il vous plait ? »

Descendre... Monter... Ce n'était pas évident sur cette selle et elle était bien contente d'avoir une aide. Elle attendit que Varda la fasse descendre et longea le cours d'eau pour arriver à un endroit en contre bas. Thora été là, elle se reposait. C'était un poney ordinaire avec robe grise et noire. Aludda eut un petit sourire.

« Elle est là. »

Elle dévala la faible descente pour arriver près de son animal qui tourna la tête vers elle. Aludda vint à lui caresser le bout de son museau gris. Elle lui murmura des mots apaisants, et l'animal sembla heureux de la voir. Elle attrapa la sangle pour l'accompagner avec elle. Aludda regarda Varda de sa petite taille mais comme si elle pouvait mesurer plus un mètre soixante et lui demanda:

« Où allons nous nous reposer ? Ici ? Je ne connais pas bien cette forêt. Même si je dois avouer que l'endroit à l'air prospère et sûre. Nous avons même un point d'eau pour nos montures et nous. Qu'en pensez vous ? »



© Zuzuu

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 11 Fév - 18:59
Varda passa une jambe au dessus de l'encolure baissée d'Ouvara qui buvait à grandes gorgées l'eau pure de la rivière. C'était certainement un affluent mineur du Celebrant. Mineur en taille mais guère en beauté, l'elfe devait bien le reconnaitre, l'endroit était superbe. Les chênes et les hêtres se mêlaient joliement aux mallorns qui constituaient le coeur de la Lorien. Ceux-là étaient plus jeunes, mais non moins majestueux. Leurs feuilles d'argent estivales se mêlaient encore aux fleurs dorées du printemps, en un mélange qui pourrait être tape-à-l'oeil si il n'était pas aussi simplement éclairés par par le lune. La mousse couvrait le sol, formant un tapis moelleux sur les rochers et la rivière chantait sa chanson cristaline alors que l'astre nocturne semblait s'y baigner.
Varda fut arrachée à sa comptemplation par Aludda qui lui demandait de l'aide pour descendre du dos d'Ouvara. Elle avait oublié que si la jument ne lui paraissait pas un perchoir si élevé, elle devait paraitre immense à la hobbite. En se passant de commentaire_elle avait bien comprit que sa taille était un sujet sensible pour la petite personne_l'elfe saisit Aludda par la taille sans effort et la posa doucement au sol. La hobbite partit dans la direction de l'endroit où elle avait laissé son poney.
Varda attrapa la longe de sa jument qui trainait dans l'eau et suivit la semi-femme le long de la rivière à travers les bois, fredonnant une petite comptine d'enfant en quenya qui parlait des eaux de la Nimrodel et de comme il était bon de s'y baigner les jours d'été.
Vint une petite descente qu'Aludda dévala en courant, ce qui ne manqua pas de faire sourire Varda devant tant d'enthousiasme. La hobbite alla chercher plus loin une jolie ponette noire et grise. L'elfe et sa jument se penchèrent toute les deux sur la nouvelle venue, l'une pour lui caresser le chanfrein, l'autre pour lui souffler dans les naseaux.

"Voilà une fort jolie créature, aussi charmante que sa maitresse."

Aludda suggéra ensuite qu'elles restent ici pour la nuit. Varda allait accepter quand elle se souvint brusquement de Racië-ondo. Lui aussi était seul dans la forêt mais il était blessé et entravé. Avec sa tendance à s'affoler, il pouvait tout à fait se blesser avec sa longe.

"L'endroit est superbe je dois le reconnaitre, mais je crains que mon cheval, mon vrai cheval, je n'ai qu'empruté Ouvara, ne soit resté là où nous nous sommes croisé à la merci des divers prédateurs qui hantent la lisière de la Lorien. Le temps du repos n'est pas encore venu, j'en ai peur."

Varda se hissa sur le dos nu d'Ouvara. Son arrière-train commencait serieusement à lui faire regretter de ne pas avoir sellé la jument, mais elle talonna sa monture en ravalant une grimace de douleur.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 19 Fév - 0:10

Au loin dans la Lothlorien



Varda & Aludda


Elle avait retrouvé son poney. Thora avait l'air contente de la voir aussi. Elle la regarda faire connaissance avec les nouveaux venus. Elle avait l'air de les apprécier. C'était un bon point. Varda complimenta poney et cavalière. Aludda sourit timidement. Elle n'était pas habituée à ce genre de commentaires. Elle avait plutôt l'habitude qu'on lui jette des remarques en pleine figure. Elle avait grandi comme celà après tout. Elle proposa à Varda de rester dormir ici, mais l'elfe lui avoua qu'elle avait un autre cheval dans la nature et qu'il n'était pas bon de le laisser à l'état sauvage car il pourrait se faire manger par n'importe quelle créature ici. Aludda comprit où elle venait en venir, elle acquiesça d'abord silencieusement et se tourna vers l'elfe.

« Je comprends. Je vous accompagne pour la retrouver. Il ne faudrait pas qu'il lui arrive malheur. »

Elle connaissait à peine Varda, mais il y a bien quelque chose de commun chez ce petit peuple qu'est les Hobbits: c'est l'aide sans attendre quelque chose forcément en retour. (enfin généralement et quand on ne devient pas le paria du coin...) Aludda s'accrocha à l'encolure de son poney et grimpa sur le dos de Thora. Elle fit un signe de tête à Varda pour dire qu'elle était prête.

« Je ne connais pas bien l'endroit par contre. Je vous laisse me guider. »

Elle suivit Varda au milieu de la forêt. Elle était bien mieux sur son poney. Par contre, elle remarqua que l'elfe ne semblait pas bien confortable sur le dos nu de son cheval. Elle ne pouvait pas faire grand chose. De toute manière, les deux femmes allaient rapidement retrouver Racië-ondo et pouvoir s'offrir une longue pause bien méritée. Aludda ne put s'empêcher d'observer longuement Varda. Les elfes ont toujours été fascinant pour elle. Et ils étaient encore bien plus impressionnant aux yeux de Hobbits. Pourtant Aludda ne montrait jamais son émerveillement. Elle ne voulait pas passer pour une jeune idiote qui ne connait rien au monde. Elle avait sa fierté.

Les minutes passèrent. Juste le silence dans la nuit. Aludda ne savait pas trop quoi dire, devant cette capitaine qui semblait avoir vu bien plus qu'elle dans sa misérable existence. Elle avait toujours beaucoup de questions et en même temps, elle voulait rester très discrète.



© Zuzuu

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 20 Fév - 16:38
Au grand soulagement de Varda, Aludda accepta de bon gré d'enfourcher son poney pour la suivre à travers la forêt. L'elfe était infiniement soulagée d'avoir laissée son armure au camp, elle n'aurait pas eu la force de la trainer avec elle à présent. Les muscles de son dos étaient crispés, tant elle avait à se forcer pour rester droite.
Bon, ses journées n'était pas courtes, ces temps, il était vrai. Elle essayait de réformer les techniques d'élevage pratiquées dans la cavalerie sans pour autant relacher son attention sur son entraînement et celui de ses hommes. Il lui restait de multiples choses à gérer en plus, tels qu'entrenir de bonnes relations avec ses collègues, gérer ses cavaliers disperçés aux quatre coins de la Lorien, etc...
Le tout lui donnait assez peu de temps pour manger et dormir, elle faisait rarement des nuits complètes à son grand dépit. Avoir marché une dizaine de kilomètres dans la journée n'avait pas arrangé les choses.
Varda étouffa un baillement en espérant qu'Aludda ne le verrait pas. Rien ne la mettait plus mal-à-l'aise que d'avoir fait preuve de faiblesse. Ouvara aussi commencait à donner des signes de fatigue. Elle machonnait son mors, tapait du pied quand l'elfe l'arrêtait indécise quand à la direction à prendre et avançait les oreilles basses, la tête dans le prolongement de l'encolure.

"Huorë..." murmura-t-elle, autant pour sa monture que pour elle.

Varda reconnu le chêne où elle avait retrouvé Aludda et retrouva à partir de là les traces d'Ouvara et suivit tout simplement sa propre piste jusqu'au campement. Racië-ondo, qui visiblement ne s'était pas trop inquiété, dormait paisiblement comme si de rien était, il n'avait pas bougé. L'elfe eu un demi-sourire et se tourna vers Aludda.

"Nous y sommes. C'était bien la peine de s'en faire pour Racië-ondo, il dort comme un bienheureux!"

Varda mit pied à terre. Elle dessera les montants de la bride d'Ouvara de manière à pouvoir sortir le mors de sa bouche tout en gardant le filet sur sa tête pour pouvoir l'attacher.
L'elfe se drapa dans sa cape et s'apprêta à se coucher au sol.

"Ma foi, bonne nuit!"

Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 9 Mar - 14:40

Au loin dans la Lothlorien



Varda & Aludda


Aludda suivit Varda afin qu'elle puisse retrouver son cheval. Elle ne disait rien, car elle avait peur de dire des bêtises face à l'elfe. Aludda la trouvait impressionnante. Oui, elle était une elfe, mais elle avait aussi une sacré prestance. Elle s'imposait facilement. La demoiselle Hobbite regardait régulièrement vers l'elfe. Malgré le fait qu'elle le cachait bien, Aludda la sentait fatiguée. Après tout, qui ne le serait pas après une journée pareille ? Mais c'était étrange pour elle, de voir que même les elfes pouvaient sembler aussi mortel de temps à autre. Quelques minutes passèrent et les deux femmes trouvèrent rapidement le lieu où se trouvait la monture de Varda.

Le cheval semblait dormir paisiblement. Il n'y avait pas à s'inquiéter plus que celà au final. La demoiselle Hobbite eut un sourire quand Varda lui avoua ses pensées et qui était les mêmes que les siennes. L'heure était maintenant au repos. Un repos bien mérité qui plus est. L'elfe s'installa près de l'arbre. Aludda descendit à son tour, caressa un instant le museau de Thora avant de s'installer elle aussi dans une position plus ou moins confortable pour se reposer. Elle s'enveloppa dans sa cape pour se tenir au chaud.

" Bonne nuit. " répondit-elle simplement à l'elfe.

Elle s'emitouffla dans sa cape. Elle était si fatiguée... Il faut dire qu'elle n'avait pas eu beaucoup de repos aujourd'hui. Mais il faut aussi avouer qu'Aludda penait à ce moment à dormir. Surement un reste d'adrénaline mais aussi et surement l'excitation de se dire que demain, elle viendrait à voir la fameuse cité elfique.




© Zuzuu


Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 10 Mar - 12:40

La proportion de chênes avait diminué par rapport au Malorns, constata Varda. La lumière du soleil faisait étinceller les feuilles d'argents de l'été et se reflettait sur son armure qu'elle avait endossé au petit matin en se réveillant. Elle se retourna vers Aludda. La hobbite chevauchait son poney gris et noir qui suivait bravement les longues foulées d'Ouvara et de Racië-ondo et des autres chevaux de la patrouille qui était partie à la recherche de la capitaine. Ils s'étaient croisés au millieu de la matinée. La jambe du jeune étalon allait mieux ce matin-là et il aurait volontier caracolé dans tout les sens si Varda ne l'avait pas fermement tenu par la bride depuis le dos de la brave jument baie. Tout le monde semblait plus en forme ce matin, même Ouvara qui était si fatiguée la veille au soir trottait maintenant l'encolure haute et les oreilles mobiles. Un léger sourir volait sur les lèvres de Varda. Cette journée lui rappelait celle où elle était tombée dans un piège stupide d'Elladan. Ce piège visait Haldir, mais la capitaine était tombée dedans à sa place. Sur le moment elle était furieuse, mais ça la faisait presque rire à présent.

"Nous devrions bientôt être en vue des fortifications!" dit-elle à Aludda quand les sous-bois commencèrent à porter la trace de nombreux passages de chevaux. Le terrain d'entrainement de la cavalerie et les écuries n'étaient pas loin.

En effet, quelques minutes plus tard, les arbres se clairsemèrent. Sans former une véritable clairière, ils laissaient à présent assez de place aux chevaux pour piquer des galops. Presque dissimulés parmi la végétation, on pouvait discerner les barrières des enclos et de la carrière. Il était encore assez tard et il y avait peu de soldats encore au travail.
Varda trouva la recrue à qui appartenait Ouvara. Elle mit pied à terre pour lui restituer sa monture. Tout la troupe se dirigea vers les écuries pour installer les montures pour la nuit.

"Nous avons quelques poneys appartenant aux enfants de la ville à l'écurie, vous pourrez installer Thora avec eux dans leur enclos. Puis nous continuerons à pied, c'est tout près maintenant."

Varda montra donc à Aludda où elle pouvait installer sa monture et où ranger son harnachement, puis alla s'occuper de ses chevaux. Elle appliqua un emplâtre sur la jambe de Racië-ondo après l'avoir soigneusement pansé. Elle rendit une petite visite à Arada-orë qui était dans un enclos à l'exterieur. Il avait reprit du poil de la bête et semblait en pleine forme. Quelqu'un avait prit soin de lui en son absence.
L'elfe rejoignit son hôte et elles se rendirent ensemble vers la porte de Caras galadhon légèrement au sud des écuries. La nuit tombait doucement sur la longue journée de voyage que Varda et Aludda venait de passer. Enfin, elles pénétrèrent dans la ville. Elle était illuminée de multiples petites lumières vertes. Il faisait doux et on entendait des rires et des accords de harpe entre les arbres.

"Damoiselle Petit Terrier, Caras Galadhon!" s'exclama Varda avec un grand sourire.

Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 14 Avr - 18:22

Au loin dans la Lothlorien



Varda & Aludda


Elles se reposèrent la nuit et le lendemain matin, les deux jeunes femmes vinrent à reprendre la route. Aludda était excitée de voir Caras Galadhon. Voir un elfe était une chose, mais entrer dans une cité elfique en était une autre. C'était souvent un endroit paisible, harmonieux, lumineux et de paix.

Ils continuèrent leur route en silence. C'était un silence paisible. Varda annonça alors qu'elles allaient arriver en vue des fortifications. En effet, quelques minutes plus tard, les arbres commencèrent à se clairsemer et bientôt, ils arrivèrent à une sorte de carrière. Des soldats étaient là. Varda mit pied à terre, Aludda l'imita. Elle se dirigea vers un elfe à qui elle donna Ouvara. La jeune Hobbite était assez impressionnée de voir autant d'elfes, et n'osait dire un mot. Elle se contentait de lancer des sourires et saluer de la tête, ceux qui, par curiosité, venait à lui prêter attention.

Varda lui indiqua où mettre Thora pour la nuit ainsi que ses affaires. Elle s’exécuta tout en l'écoutant. Varda alla un instant de son côté, pendant qu'Aludda finissait de tout ranger. Elle caressa une dernière fois Thora pour un petit au revoir avant de suivre Varda à pied. Elle avait hâte. Elle sourit à l'elfe avant de la suivre.

Bientôt elles entrèrent à Caras Galadhon. Aludda leva des yeux emmerveillées face à la beauté du lieu. Dans ce lieu régnait une paix difficile à décrire. Les lumières, le voix, le son des harpes, tout était si beau, si reposant. Elle ne put s'empêcher de penser dans un sourire. Voilà, ce que tu as raté mon bon Bilbo à ne pas m'avoir suivi ! Elle aurait tant voulu qu'il soit avec elle à ce moment précis pour voir ce qu'elle pouvait voir. C'était encore plus beau que ce qu'elle avait pu imaginer.

« C'est magnifique ! » Dit-elle.

Elle se tourna vers Varda avec un grand sourire, elle était heureuse qu'elle lui ait fait autant confiance pour lui montrer cet endroit. Son estomac se mit alors à gémir. Oui, elle n'avait pas mangé depuis un bout maintenant. Elle grimaça, gênée avant d'ajouter:

« Je m'excuse. Je ne voudrai pas paraître grossière mais où pourrai-je me restaurer? »



© Zuzuu


HJ: Dsl j'ai été longue à répondre TT
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 3 Mai - 20:41
Varda sourit devant l'émerveillement d'Aludda. L'elfe elle même trouvait sa ville magnifique, même après les siècles entier qu'elle y avait passé et après une nuit épuisante passée dans la forêt, elle était aussi heureuse de la retrouver que si elle était partie plusieurs mois en campagne.
La hobbite manifesta soudain sa faim. D'abord par un gargouilli capté par l'ouïe affutée de Varda, puis ensuite, en demandant un endroit où se restaurer. La capitaine posa une main sur son ventre: elle même était affamée.

"Nous sommes tous des êtres vivants. Venez chez moi."

L'hospitalité de Varda n'était toute fois pas tout à fait innocente. Elle tenait à garder Aludda sous les yeux. La semie-femme avait été assez rusée pour se glisser en Lorien et malgré la sympathique qu'elle éprouvait pour son hôte, la capitaine ne pouvait pas s'empêcher de se méfier au fond. On verrait bien. Elle garderait Aludda près d'elle et la racompagnerait à la lisière de la forêt dans quelques jours, dès qu'une manoeuvre y serait favorable.
En attendant, Varda conduisit la hobbite à travers Caras Galadhon, jusque dans l'arbre qui lui servait de logis. L'elfe commentait tout en marchant.

"Caras Galadhon est encore plus belle la nuit. Du moins c'est mon avis, un certain nombre de mes concitoyens la préfèrent de jour. Il est vrai que le soleil filtrant entre les feuilles des mallorns est un spectacle à voir, enfin vous constaterez par vous même demain."

Varda tourna puis s'engagea entre deux arbres et tourna à nouveau, puis gravit une volée de marches qui sortaient du tronc d'un malorn. Sa maison se tenait au sommet. Malgré son age largement adulte et ses responsabilités, la capitaine vivait toujours avec ses parents, mais possédait heureusement une chambre assez isolée qui lui permettait d'aller et venir sans gêner les autres occupants de la maison. L'habitation était assez modeste, mais confortable.
Varda conduisit donc Aludda dans la cuisine, sur la pointe des pieds: elle ne savait pas si ses parents était déjà endormits ou non. Elle invita d'un geste son hôte à s'assoir et alluma une lanterne verte qui illumina la pièce d'une lueur tamisée, puis posa sur la table une grosse miche de pain, un morceau de fromage et une jatte de pommes.

"Je crains de ne pas avoir beaucoup de temps à vous consacrer demain. Vous pourrez rester ici vous reposer, aller voir votre poney ou explorer la ville comme il vous plaira."

Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Aludda Petit Terrier → Never look back !
» Dans le Nord, il n'y a pas que des corons.
» Un Palais dans la Lothlorien
» présentation de Gobou*
» Soupe de citrouille servie en son carosse...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: