Prise au piège {ft. Elladan}

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 17 Jan - 18:31

PRISE AU PIEGE {ft. Elladan}

Mais que faisait-elle là ? Pour la énième fois, Indira se maudit d'être si facilement tombée dans ce piège stupide. Ces hommes immondes avaient attendu qu'elle quitte la sécurité de la caravane pour le secret du voyage en solitaire pour fondre sur elle. Et la voilà faite prisonnière par ces bandits de grands chemins, aussi stupides que rancuniers. Ils n'avaient pas spécialement apprécié de la voir se défaire de plusieurs des leurs du côté de la grande route de l'est mais, probablement méfiants du groupe avec lequel elle voyageait, avaient patiemment attendu que la jeune femme quitte le convois pour s'occuper d'une affaire personnelle pour lui tendre un piège. Piège dans lequel elle était tombée les yeux fermés, aveuglée par son orgueil.

Assise à même le sol, les mains liées dans le dos, Indira tenta une nouvelle fois de trouver une position légèrement plus confortable, évitant de s'appuyer sur son flanc gauche, douloureux depuis l'attaque. La bise soufflait sans pitié sur le mont venteux, balayant la colline de bourrasques glaciales. Parfait ! Voilà qu'elle se retrouvait à la merci d'une bande d'illettrés ignares et brutaux. Autant trouver un moyen de s'éclipser avant que l'un d'entre eux décide de revenir vers elle. Ils l'avaient pour le moment totalement ignorée, se partageant le butin d'un précédent vol, mais leurs regards en coin et leurs allusions graveleuses ne laissaient aucun doute. Ils n'allaient plus tarder à se désintéresser de leur petit trésor pour venir lui faire payer leur précédente mésaventure.

Discrètement, la jeune femme jeta un œil vers ses affaires abandonnées dans un coin de l'anfractuosité dans laquelle ils s'étaient réfugiés. A priori trop loin pour qu'elle puisse les attraper en douce. Il lui faudrait trouver une autre solution. Elle avait bien tenté d'attaquer ses liens à l'aide d'un de ses peignes à cheveux, - un objet aux dents de métal tranchantes rapporté du Harad, seule coquetterie que la jeune femme se permettait – mais ça n'avait pas suffit. Jeté en vrac, à quelques mètres d'elle, un amoncellement d'effets personnels avait été abandonné. Vêtements froissés, sacoche en cuir et, coincé sous une tunique élimée, l'éclat d'une lame étincelait à la lueur de la lune. La nuit était tombée depuis peu et Indira espérait utiliser l'obscurité à son avantage. Discrètement, la jeune femme s'avança vers son but, aussi silencieusement que possible.

- Hé toi là !

Trop tard. La jeune femme qui espérait pouvoir faire les choses discrètement était repérée. Une main crasseuse attrapa le col de sa tunique, la projetant en arrière. Atterrissant sur son bras meurtri, la jeune femme étouffa un juron indigné. Mais à peine tentait-elle de se relever qu'un poing la cueilli à la mâchoire, la jetant au sol. Complètement sonnée, Indira retrouvait à grand peine ses esprits. Ce malappris n'était pas là pour plaisanter. Et ce coup eut le don de lui faire voir trente-six chandelles. Étendue au sol, elle esquissa néanmoins un rictus moqueur.

- Tu bougeras quand j'te le dirais ! Rugit le colosse dans un hurlement de rage
- Dites-moi, à part la bêtise crasse vous avez autre chose à votre répertoire ? Cracha-t-elle furieuse


C'était de la pure provocation, Indira le savait bien. Mais la douleur qui pulsait de sa mandibule avait réveillé sa rage. Ulcérée d'être traitée de la sorte, la jeune femme résolu de leur faire payer. Tous jusqu'au dernier. Dans un craquement de tissus déchiré, ses liens, déjà fragilisés par sa précédente action avaient cédé sous son poids. Attendez donc qu'ils soient face à face. Ce malotru n'avait aucun scrupule à frapper un ennemi qui ne pouvait pas se défendre, mais le contraire allait probablement changer la donne.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 18 Jan - 0:26

Prise au piège
Elladan &Indira


Je ne me suis rendu que rarement aussi a l'est de Imladris, m'éloignant tant des terres elfiques que je connais, il faut l'avouer, plus que ma propre demeure, en prenant en compte le temps que j'y chevauche. Je n'aurai pas du m'aventurer si loin seul, mais j'aurai probablement chevauché en compagnie des Dunedains si je les avait croisé. Je ne suis pas totalement inconscient, quoiqu'en disent mes proches. Quand a Elrohir, il n'est pas véritablement au courant de mon départ, du moins, ne l'était pas lorsque je suis parti. Nous avons beau nous entendre comme seuls deux jumeaux le peuvent, un peu de liberté, éloigné l'un de l'autre, ne nous fait jamais de mal. Sauf bien entendu lorsque je m'aventure sur des terres quasi inconnues, avec pour seul compagnon ma monture, sans avoir véritablement renseigné de ma destination. D'ailleurs, si j'avais su me rendre si loin, j'aurai peut être, peut être, réfléchi a entrainer Legolas avec moi, pour le plus grand déplaisir de Thranduil, a n'en pas douter.

Cependant, on ne choisis pas l'itinéraire des orcs, et ceux la avaient prévu de me faire courir. Moi qui avais prévu de les mettre en pièce avant Imladris, je suis loin de mon but. Effectivement, il me semble que ce que je vois au loin est le mont brumeux. Je suis certes aidé de ma vision d'elfe, ce qui signifie que la distance est encore importante avant de l'atteindre, mais tout de même. Je ne sais pas comment se débrouillent ces orcs, mais je ne parviens qu'a grandes difficultés a les suivre, les perdant rapidement de vue lorsque je repère enfin leur présence. Cela ne m'a pas empéché de massacrer une partie du groupe, des retardataires pour la plupart, et d'autres dont je suis certain qu'ils espéraient pouvoir abattre leur poursuivant. Tous ont rejoint le nombre de ceux dont mes lames ont tranché la chair putride. Mais voila, laisser des orcs m'échapper est un concept qui m'est parfaitement inconnu, raison pour laquelle je continue mon périple au lieu de faire demi tour.

Plusieurs heures plus tard, approchant suffisamment du mont venteux pour avoir une bonne idée de son altitude, et ne plus ne voir qu'un point dans l'horizon, je dois m'arrêter. En effet, malgré son endurance et sa bonne volonté, mon cheval a besoin de repos, et je ne compte pas me retrouver a pied parce que je l'aurai tué a la tache. Je descends donc de selle, pestant contre ces orcs ignobles qui me font ainsi tourner en bourrique. Mon chemin se continuera donc temporairement a pied, du moins le temps de trouver un endroit sur ou m'arrêter. Prenant d'une main les rênes, de l'autre, je flatte l'encolure détrempée du cheval blanc qui souffle bruyamment près de mon oreille.

Je suis a présent face au mont, et je m'y sens suffisamment peu a l'aise pour regarder de tous cotés afin de m'éviter une attaque. Je sers ma cape autour de mes épaules tandis que le vent me cingle le visage, m'éclairant parfaitement sur la raison du nom de ce mont. Entendant des echos de voix, je laisse mon cheval, sachant qu'il m'attendra, et passe par dessus mon épaule mon arc et mon carquois, qui étaient jusqu'a présent attachés a ma selle, pour avancer seul vers le mont. Il ne me faut pas une dizaine de minutes pour l'atteindre enfin, ne me dirigeant qu'exclusivement aux echos que j'entends encore, jusqu'a remarquer une ouverture dans la roche, probablement l'entrée d'une grotte. J'avoue me demander quel genre d'individus je vais croiser, sachant d'ores et déja qu'il s'agit d'une espèce civilisée, autant que peuvent l'être certains nains ou humains, douée de parole du moins, et qu'il ne s'agissait pas d'elfes. Aucun elfe censé n'irait s'enterrer sous une montagne, et d'ailleurs, les elfes ne parlent pas avec si peu d'élégance.

Tirant lentement mon épée de son fourreau, je m'engage finalement dans le passage, sentant aussitot l'oppressant poids de la roche au dessus de moi. Cela ne m'empèchera cependant pas d'avancer, si je devais m'arréter a chaque fois que mon instinct me l'ordonne, je n'irait pas loin. Je me plaque contre la paroi afin de voir et entendre sans être vu, le temps d'étudier la situation. Plusieurs hommes, définitivement humains, et une femme, certainement humaine elle aussi, bien qu'elle me parait moins barbare que ces individus. A leurs paroles et au ton de leurs voix, il ne m'est pas difficile de comprendre que cette femme n'est pas présente ici de sa bonne volonté, bien que je ne parvienne pas a la voir depuis mon point de vue. Je ne m'en prends en général pas aux humains, n'étant pas de ces elfes a se sentir suffisamment supérieurs a eux pour ne pas faire la différence entre eux et les orcs, mais je ne peux décemment pas laisser une femme dans cette situation. Pas que je suive l'idée stupide de Thranduil, a savoir, les armes aux hommes, les robes aux dames, mais je m'en voudrai de ne pas m'être montré utile alors que mon aide était "demandée". Raison pour laquelle je sors finalement de l'ombre, me dirigeant vers la direction d'ou j'entendais la voix féminine, tout en gardant le reste du groupe dans mon champ de vision.

"Personne ne vous a appris que l'on ne s'en prenait pas aux dames? Cela est fort dommage pour vous."

Mon épée reste droite face a eux, tandis que j'observe leur réaction. Certains d'ailleurs pourraient me glacer les sangs si je n'étais pas tant habitué a la vilenie de ce monde. Effectivement, si certains semblaient ne pas apprécier l'arrivée d'un elfe pour chambouler leur journée, d'autres arboraient des rictus malsains qui me firent dresser les cheveux sur la nuque. Comptaient ils vraiment avoir le dessus sur moi? Seul l'avenir nous le dira.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 19 Jan - 21:06
Indira n'eut même pas le temps de se relever qu'un événement imprévu venait perturber ses plans. Une ombre surgit du bout de la grotte, épée à la main. L'ironie de la situation lui aurait arraché un sourire dans d'autres circonstances. Quel hasard pouvait bien faire apparaître cet inconnu dans les parages? Ce genre de rebondissement de ne se produisait souvent que dans les histoires.
Un elfe. Des cheveux sombres qui encadraient un regard d'un bleu perçant. Impossible de s'y tromper, il n'avait rien d'un homme. Une constatation qui ajouta d'autant plus à l'incrédulité de la jeune femme. Que venait faire un elfe aussi à l'ouest? En dehors des Havres Gris et de quelques compagnies itinérantes, rares étaient ceux de ce peuple qui s'aventuraient de ce côté de la Fondgrise.

Soit, mettant à profit cette arrivée impromptue, la jeune femme profita de la surprise de son ravisseur pour se jeter de côté, agrippant la poignée de son arme au passage. Ces idiots n'avaient même pas pensé à la mettre hors de portée et l'étui avait été abandonné dans un coin avec sa sacoche. Dans une pirouette habile, la jeune femme se retrouva dans le dos de son adversaire, la pointe de sa lame sur la nuque. Ces grossiers personnages avaient peut être la force physique pour eux mais la jeune femme était largement plus rapide et elle entendait mettre ce point fort à profit.

- Que vous arrive-t-il donc? Railla-t-elle, vous semblez avoir perdu de votre superbe!

Sa petit pique eu évidemment le don de faire réagir son adversaire qui voulu se retourner, tentant de l'attraper. D'un coup, elle entailla la manche crasseuse pour aller toucher la chair flasque du bras. Rien de bien méchant pour commencer mais c'était déjà suffisant pour prouver qu'elle ne plaisantait pas. La lame courbe de son cimeterre alla cette fois se poser sur la gorge. Il était bien rare de voir une jeune femme se battre avec ce genre de lame. Une arme volée, à l'époque où elle n'était qu'une adolescente sans expérience qui venait d'essuyer une agression en plein désert. Une lame de Haradrim prise à un cadavre, comme pour se rappeler de ses origines. Mais ces bribes de souvenirs ne firent que rajouter du combustible sur le feu de sa colère et la jeune femme renforça un peu plus sa pression, faisant couler le sang.

- Amusant comme vous être nettement moins à votre avantage dans un combat d'égal à égal, insista-t-elle

Le hurlement qui suivit laissa présager que le barbare venait de perdre patience, il se jeta sur elle juste au moment où Indira l'esquivait, allant percuter l'un de ses compagnons qui tentait au même moment de toucher la jeune femme à l'aide de son poignard. D'un coup d'épée, Indira le blessa à la cuisse avant de frapper sa tempe du plat de sa lame. Le colosse s'effondra au sol dans un grognement de douleur, son camarade, surpris par la vitesse de l'action, s'affaissant sous son poids. Ils n'étaient que quatre, calcula la jeune femme. Pas de quoi y passer la nuit. Du coin de l'oeil, elle aperçu l'elfe qui luttait, aux prises avec un autre de ses ravisseurs. A quelques pas de lui, le quatrième comparse tentait une approche. Aussi rapide que le lui permettait son bras douloureux, la jeune femme dégaina un de ses poignards et le jeta, la lame allant se planter dans la main qui s'avançait pour frapper. Tombant à genoux dans un hurlement de douleur, il agrippa son poignet, poussant un chapelet d'insanités qui en auraient fait rougir plus d'une.

- Besoin d'aide peut-être? Lança-t-elle par pure effronterie à l'attention de son allié improvisé

Mais déjà, l'un de ses deux précédents adversaires -celui qui n'était pas blessé- se relevait de dessous son camarade, bien décidé à en découdre. Dans un soupir d'ennui, Indira se contenta de tourner la tête dans sa direction, dans l'expectative. Que croyait-il? Elle l'ignorait encore et aurait bien aimé terminer cette mésaventure le plus rapidement possible. Le shériff de Bree proposait un bon prix pour la capture de deux d'entre eux et il était temps qu'elle les mette hors d'état de se battre.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 22 Jan - 3:10

Prise au piège
Elladan &Indira


Dans certains cas, je peux comprendre ceux de notre race n'hésitant aucunement a clamer préférer que chacun reste chez soi, les terres elfiques aux elfes, les galères des hommes aux hommes, etc. D'ailleurs, malgré sa grande tolérance a ce sujet, mon père lui même est de ceux qui pensent que la terre du milieu sera condamnée lorsque les elfes la quitteront. Personnellement, je n'ai jamais réellement fait de différence, n'aimant juste pas l'espérance de vie limitée des hommes. A peine se fait on a leur présence qu'ils disparaissent... Revenons a notre combat. Je disais donc que quand je vois les hommes qui se tiennent face a moi, je trouve que les elfes possèdent réellement une grandeur que les hommes n'ont pas.
La jeune femme profite de la distraction que je lui apporte pour récupérer son arme, et j'ose m'étonner de la stupidité de ses ravisseurs. Autant la lui laisser dans les mains, cela aurait été encore plus difficile pour elle...Apparemment, son commentaire ne semble pas leur plaire, effectivement, ils comptent bien nous montrer de quoi est capable la force brute...rien, a ma connaissance, mais si cela leur fait plaisir...

Une lame, lourde et épaisse, vient bientôt croiser le fer avec la mienne, dont la maniabilité et la légèreté n'ont d'égal que le tranchant. Me baissant afin de passer sous les lames croisées, je profite de l'élan donné par le fait de me redresser pour repousser la lame ennemie, tranchant l'habit de l'homme avant même qu'il ne se rétablisse de son recul, cependant sans le toucher, commençant par une simple mise en garde. J'entends a ce moment un autre homme venir vers moi, tentant de me prendre a revers, et j'attrape habilement une flèche dans mon carquois avant de la lui planter dans la cuisse, comme je l'aurai fait d'une dague. Retirant avec difficulté ma flèche de sa jambe, je lui envoie ensuite un coup de coude dans le visage. Si l'un de mes ainés observait ma façon de me battre, il serai couvert de honte d'avoir été mon instructeur.

Je profite du recul de mes deux adversaires pour m'en détourner quelque peu, replaçant ma flèche dans mon carquois avant de frapper du tranchant de ma lame le poignet de mon premier adversaire, poignet qui tient sa lourde épée, qui tombe lourdement au sol par la suite. Je me retourne ensuite vers le second homme afin d'en finir de la même manière, cependant, je dois avouer n'avoir aucun contrôle sur les secondes qui suivirent, sentant un étau se resserrer autour de moi tandis que l'homme a qui je fais face me regarde, un sourire mauvais se dessinant sur son hideux faciès. Par la force de cette entrave, j'en lache a mon tour mon épée, tandis que la pression de mon carquois, et donc de mes flèches, dans mon dos me coupe le souffle. Ce n'est cependant pas le moment de flancher, et, le premier choc passé, je replis les jambes avant de les balancer contre l'homme qui me fait face, ayant la satisfaction de le voir reculer, puis, dans le même mouvement, repliant de nouveau les jambes, je frappe violemment les genous de mon assaillant, le faisant lacher prise.

Atterissant au sol, je récupère mon épée, décidant que le temps de la mise en garde est révolu, et je frappe l'homme au visage du plat de ma lame, sautant au dessus de lui tout en le frappant dans le dos de ma lame. Atterissant sur mes pieds derrière lui, lui tournant le dos, j'ai la satisfaction d'entendre un bruit de chute qui me plait. Je laisse venir a moi, sans me retourner vers lui, le dernier homme, avant de me retourner sur moi même, l'empoignant par le col de ma main libre, tandis que, de mon épée, je le plaque contre la paroi de la grotte, le tranchant de la lame posé sur sa gorge. Je profite de l'incapacité de mon adversaire a me causer du tort pour répondre a la question de mon alliée d'un jour.

"Ca ira merci. Pas besoin de celui la?"

Mon idée première serai de mettre un terme a l'existence de cet homme, comme je l'ai fait pour son camarade. Cependant, trop de sang a couler aujourd'hui, et, si je peux l'éviter, cela sera autant préférable. J'attends cependant l'avis de la jeune femme, plus a même que moi de juger de l'importance des crimes de cet individu.




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 23 Jan - 15:25
L'insistance de ce grossier personnage tenait décidément de la stupidité. Délaissant son compagnon de bataille improvisé, Indira reconcentra son attention sur son adversaire. Du coin de l'œil, elle aperçu vaguement sa démonstration d'agilité, mais il lui fallait maintenant reporter son regard en direction de son future prisonnier. Esquissant un sourire moqueur, Indira empoigna son épée, prête à riposter en cas d'attaque. Attaque qui ne tarda à venir puisque son assaillant fondit maladroitement sur elle, arme au poing. Se baissant vivement pour éviter la lame qui passa à quelques centimètres de ses cheveux, la jeune femme frappa aux genoux, déséquilibrant la brute qui s'effondra au sol dans un juron. Profitant de ces quelques secondes, Indira dégaina son second poignard qui alla se planter profondément dans la terre, transperçant la chair flasque du bras et la toile de la tunique. Le hurlement de douleur qui suivit n'était pas feint mais les ruades de l'homme laissaient présager qu'il ne resterait pas longtemps prisonnier.

- Neutralisez-le mais épargnez le, répondit Indira à la question de l'elfe, leurs têtes sont mises à prix et j'ai besoin de cette prime.

C'était bassement financier comme raison mais la jeune femme avait voyagé depuis Edoras et n'entendait pas gâcher ses efforts pour rien. Ces trois imbéciles seraient livrés vivants au shérif de Bree, à lui de décider de leur sort. Cela importait peu à Indira qui voulait juste récupérer son argent. Et si possible assez rapidement puisqu'une nouvelle caravane l'attendait pour partir des Havres Gris. Mais sa réponse fut brusquement interrompue par le premier assaillant qui revenait à lui. A croire que ce genre de personnage ne savait décidément pas quand s'arrêter.

- La première fois ne vous à pas suffit? Railla-t-elle, vous en voulez encore un peu?

Peu disposée à attendre qu'il ait réellement retrouvé ses esprits, la jeune femme le projeta au sol, d'un coup de pied dans la poitrine qui lui coupa le souffle. Le bandit s'effondra contre un des murs du fond, déclenchant la chute d'une nuée de cailloux qui l'ensevelit sous un nuage de poussière. Indira tiqua légèrement à cette vue, cette grotte n'était décidément pas bien résistante, il ne faudrait pas tarder à quitter les lieux avant de voir le plafond de roche leur tomber dessus. A présent affaissé contre la parois, le colosse était de nouveau inconscient, un filet de sang lui descendant le long de la nuque, témoignant d'une quelconque blessure à la tête. Celui là était hors d'état de nuire. Ce qui arrangeait les affaires de la jeune femme qui n'avait plus qu'un seul assaillant à maîtriser. Assaillant qui venait d'ailleurs de se libérer de son arme, se relevant, ivre de rage. Dans un soupir lasse, la jeune femme lui fit fasse bien décidée à en finir une bonne fois pour toute.

La lame jailli en un éclair. Cette brute idiote avait eu le culot de retourner sa propre arme contre elle! Parant le coup rapidement, la force du choc fit vibrer son épée et propagea une onde de douleur dans son bras gauche. Mais Indira résista à l'impact et son poignard s'échappa de la main de son adversaire. Ce malotru ne tarderais pas à regretter de ne pas s'être armé autrement. Esquivant un coup de poing violent par une pirouette agile, la jeune femme contourna son ennemi se baissant au dernier moment pour éviter d'être assommée. Le coup heurta néanmoins sa hanche gauche et la jeune femme réprima un gémissement de douleur. Ce bandit était décidément inusable et l'agacement commençait à la gagner. Elle avait décidé de régler ça le plus proprement possible mais l'acharnement de son adversaire commençait à avoir raison de ses bonnes résolutions. Sa main se porta à sa ceinture d'où elle extirpa une minuscule lame d'un fourreau invisible. A peine plus large qu'un coupe papier, l'objet semblait bien inoffensif. Dans un arc de cercle maîtrisé, la jeune femme agrippa le bras de son adversaire, s'en servant comme levier pour l'immobiliser dans son dos. La lame alla s'enfoncer dans la chair du cou. Le colosse ressentit à peine la piqure, ce contentant d'exploser de rire et d'arracher la fléchette de son corps.

- Tu penses pouvoir te débarrasser de moi avec des armes aussi pitoyables? Railla-t-il

Indira se permis un sourire moqueur. Ce géant inculte ignorait qu'elle venait de gâcher un précieux poison sur lui. Enduite d'une essence de datura, la lame aurait pu endormir n'importe quelle individus. Un poison très rare et très cher que la jeune femme faisait venir du Harad au prix fort. Aux vues de sa carrure, cela suffirait tout juste à le ralentir, mais couplé à la perte de sang, se serait suffisant pour le neutraliser. Quel gâchis. La jeune femme détestait avoir à se servir de ce précieux bien sur un tel personnage, c'était du pur gaspillage et ces armes n'étaient pas nombreuses. Mais les circonstances l'exigeaient. Comme pour le lui prouver, le géant vacilla, portant une main à son cou, étonné. Il tomba à genoux, sidéré de se voir ainsi terrassé, avant de s'effondrer au sol, les yeux grands ouverts, la respiration sifflante. La rapidité avec laquelle l'affrontement s'était conclut donna à Indira l'impression qu'elle avait triché. Mais étant résolu à ramener son butin vivant, elle n'aurait pas pu se permettre d'agir autrement. Cet énergumène se serait battu jusqu'à la fin. Ramassant son poignard avec une mine partagée, la jeune femme se retourna vers l'elfe, curieuse de savoir comme il s'en était tiré. Bien probablement, tout restait à savoir s'il avait suivit ses conseils.

- Vous m'en avez au moins laissé un j'espère? Lâcha-t-elle moqueuse
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 27 Jan - 4:28

Prise au piège
Elladan &Indira


Évidemment, si mise a prix il y a, je comprends l'intention de la jeune femme de les ramener vivants. Chacun son commerce comme dirait l'autre, et je n'ai ni le droit ni l'envie de l’empêcher de ramener quelques pièces sur le dos de malfrats de la sorte. Peut être que je me trompe, mais, en général, je cerne assez bien le bon du mauvais, et il ne fait aucun doute que je défends le bon camp. Puis, entre nous, même si je défends la mauvaise personne, je n'ai aucun mal a préférer une humaine loin d'être difficile a regarder plutôt que ces bandits de grand chemin ne méritant que le tranchant d'une lame. Je sais, si je me trouvais a Imladris, je me ferais taper sur les doigts de pareil jugement.

Si cet homme peut vous être plus utile vivant que mort..."

D'un coté, cela me va. J'ai beau aimer le combat, et ne pas hésiter a utiliser mes lames contre quelque ennemi que ce soit, il ne s'agit pas d'orcs, et ma nature elfique, malgré le sang humain qui coule dans mes veines, m'encourage a limiter les effusions de sang inutiles. Raison pour laquelle, après un dernier regard assassin vers l'homme toujours sous la menace de ma lame, je déplace rapidement mon épée afin de frapper la tempe de l'humain avec la garde de mon arme. Un coup suffit pour qu'il tombe a terre inconscient, les humains sont si faibles. Ma partie du combat achevée, je m'intéresse a l'humaine avec laquelle je me suis allié, m'attendant a la trouver nécessiteuse de mon aide. J'ai cependant la surprise de constater qu'elle se défend, et mieux, mène l'offensive contre ses adversaires. Lorsque l'un des deux hommes heurta violemment la paroi de la grotte, je fit un pas en arrière en voyant les gravats tomber sur l'homme dans un nuage de poussière. Cela me fit, par la même, douter de la solidité de la grotte toute entière, et j'espérais juste que l'humaine achève rapidement son dernier combat avant que la grotte ne s'effondre. Pour ma part, je rengaine mon épée au fourreau que je porte au coté avant d'attraper a deux mains le bras de celui des deux hommes auquel j'ai laissé la vie sauve pour le trainer vers la sortie, même si je ne risquerai pas ma vie pour cet homme.

Mais déjà le combat se termine, sans que je n'ai réellement assister a la fin. Tout ce que je peux en dire, c'est que le dernier homme est a terre, et la femme ne semble souffrir d'aucune blessure, du moins, de mon examen rapide comme je tourne le regard vers elle quand elle me parle. Je regarde dans la direction de l'homme que j'ai abattu, puis l’enterré inconscient, et finalement, celui que je viens de lâcher après l'avoir trainé sur plusieurs mètres, distance due a ma volonté de contourner le combat afin de ne pas empiéter sur le terrain nécessaire a l'humaine.

"J'en ai un de mort, et celui la" donnant un coup de pied a l'homme au sol. "est juste sérieusement assommé. Un frisson me parcourt subitement comme je sens la poussière de roche tomber dans mes cheveux. "Sans vouloir vous commander, je serai d’avis de ne pas mettre de temps a sortir de cette grotte, a moins que nous ne désirions nous y faire enterrer vivants."

Pour ma part, je ne m'attarderais pas ici, cependant, si elle me demande mon aide pour récupérer les hommes dans la grotte, je ne me défilerai pas. J'ose tout de même me demander comment elle compte ramener trois hommes, qu'ils soient inconscients ou non, ou qu'elle souhaite les ramener, et ce, contre leur volonté.





Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 28 Jan - 17:04
Il avait probablement mis à terre son opposant depuis quelques instants puisqu'il avait trouvé le temps de trainer le corps vers l'extérieur, attendant tranquillement qu'elle en finisse avec ses deux adversaires. Ces trois là vivraient. Et la récompense s'annonçaient plutôt lucrative, si ses souvenirs étaient bons. Même si la jeune femme ne savait trop quoi penser de l'ingérence de l'elfe dans ses petites affaires. Haussant les épaules, elle approuva sa réponse.

- Ces deux là aussi doivent être ramenés, ajouta-t-elle d'un signe de tête, et ça tombe bien, j'étais justement en train de me dire qu'il était temps de quitter cet endroit


Joignant le geste à la parole, la jeune femme attrapa l'un des bandits par le bras, décidée à le traîner vers l'extérieur. Mais son geste lui occasionna une grimace et un juron étouffé lorsque la douleur de son flanc gauche s'éveilla. D'un signe de tête discret, Indira indiqua à son compagnon qu'elle avait besoin d'un peu d'aide. Ça ne lui plaisait pas spécialement de devoir se faire assister mais ce n'était pas le moment de se laisser contrôler par sa fierté. Aussi accepta-t-elle lorsqu'il vint l'aider à traîner les deux corps sans vie à l'extérieur.

- Laissons les là, ajouta-t-elle en indiquant l'entrée de la grotte, quelqu'un doit venir me rejoindre, il s'occupera de les ramener pour moi à Bree

Rowan aurait déjà du se présenter d'ailleurs. Indira s'entendait assez bien avec cet éclaireur des terres de l'ouest avec qui elle avait effectué plusieurs voyages. Mais il fallait avouer que la ponctualité n'était pas son fort. Mais la perspective de ramener trois hommes de forte carrure n'était pas des plus attrayantes et elle se félicitait d'avoir accepté de lui céder un pourcentage infime de la récompense s'il les ramenait pour elle. Un hennissement familier attira son attention et Indira lâcha un soupir discret de soulagement en s'apercevant que Coral s'en était bien sortie. Sa jument avait eu l'intelligence de s'éloigner pour éviter l'attaque des bandits et la jeune femme fut heureuse de savoir qu'elle n'avait rien. Flattant l'encolure de sa monture, Indira la remercia silencieusement. Et à la réaction de la jument, on n'aurait pas su qui était plus heureuse de revoir l'autre.

Délaissant sa monture, Indira récupéra dans la sacoche de sa selle une corde dont elle se servit pour lier les trois bandits entre eux, espérant qu'ils auraient le bon goût de rester inconscients jusqu'à l'arrivée de Rowan. Même si elle doutait qu'ils puissent faire quoi que se soit de la façon dont elle les avait attachés. Elle préférait largement effectuer la dernière partie de son périple en toute tranquillité. Avisant l'elfe qui n'avait rien dit jusque là, la jeune femme lui dédia un regard interrogateur.

- La logique voudrait que je vous interroge sur les raisons de votre présence si loin des votres, lança-t-elle avec un demi sourire, qu'est ce qui peut bien pousser un elfe à voler au secours d'une pauvre petite humaine?

La jeune femme éluda la phase de remerciement. Elle était décidément mauvaise dans cet exercice et préférait s'abstenir. Surtout que son âme de solitaire ronchonnait d'avoir été secourue comme une pauvre demoiselle en détresse. Quelque part, c'était humiliant de s'être fait prendre à son propre jeu et encore plus d'être surprise par un témoin inopiné. D'autant plus qu'elle avait le sentiment de ne pouvoir s'en prendre qu'à elle même. Mais chut, tout plutôt que de l'avouer. Farfouillant dans son sac à la recherche d'un baume pour apaiser ses douleurs, la jeune femme attendit tranquillement qu'il daigne lui répondre. Elle ne savait même pas qui il était à vrai dire. Jetant son dévolu sur un promontoire à quelques pas de l'entrée de la grotte, elle s'y percha, son butin bien en vue.

Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 18 Fév - 1:54

Prise au piège
Elladan &Indira


Après voir "raccompagné" l'homme inconscient jusqu’à l'extérieur, et l'avoir laissé a la surveillance de mon cheval, certainement parti brouter plus loin a peine ai-je détourné le regard de lui, je retourne dans la grotte, inquiet des murmures que je capte a travers la roche. J'aimerai tout autant éviter de terminer enterré vivant sous des tonnes de roche, c'est pas le destin rêvé pour un elfe. Proposant mon aide a l'humaine, elle me dit devoir ramener les deux autres inconscient également, cependant, elle semble d'abord vouloir s'en débrouiller seule. Cependant, elle doit souffrir d'une douleur dont elle refuse de me parler, car elle lâche rapidement l'homme qu'elle tentait de trainer, et me demande de l'aider a sortir ces corps inanimés de la grotte.
Ces hommes sont des masses, surtout que le poids d'un homme inconscient est largement supérieur au poids de quelqu'un s'aidant pour se porter, cependant, je traine le premier par les avant bras jusqu’à la sortie, revenant ensuite chercher le second. Ou bien un humain n'est vraiment pas quelque chose de résistant, ou bien nous avons frappé un peu fort, toujours est il qu'ils ne montrent aucun signe de vie, mis a part une respiration régulière. La jeune femme m'aida d'ailleurs a trainer ce dernier homme jusqu’à la sortie, avant de m'expliquer que quelqu'un l'aiderai a les emmener. Ceci explique cela.
Revenant a l'extérieur de la grotte, je remarque que mon étalon s'est une fois de plus fait la belle, ayant sans nul doute repéré un buisson plus appétissant que la perspective de m'attendre. Heureusement que nous autres elfes pouvons compter sur le dressage normalement irréprochable de nos montures, sinon nous passerions des heures a leur courir après a travers la campagne.

- La logique voudrait que je vous interroge sur les raisons de votre présence si loin des vôtres, lança-t-elle avec un demi sourire, qu'est ce qui peut bien pousser un elfe à voler au secours d'une pauvre petite humaine?

Question intéressante en effet. Il est vrai que voir un elfe dans ces contrées ne doit pas être habituel, quoiqu'il est clair, a mon physique, que je ne suis pas un natif de Mirkwook ou de la Lorien, même si du sang d'elfe sylvestre coule dans mes veines.

"Certains des nôtres apprécient de sortir des cadres rangés dans lesquels nos ainés tentent de nous conserver. Certains ont la curiosité dans le sang, d'autant plus envers des régions ou on ne nous encourage pas a nous rendre. Quand a aider une humaine, ne croyez pas que les elfes se sentent suffisamment supérieurs aux hommes pour ne pas aider l'un des vôtres en difficulté..."

Je remarque a présent que, pris par la bataille puis la menace de la roche, je n'ai pas songé a la politesse élémentaire de me présenter a elle, chose que je corrige aussitôt, tandis qu'elle soignait certainement quelque douleur - avoir un père guérisseur ne dit pas qu'on le soit soit-même, j'imagine assez peu Elrond perdre son temps a instruire deux casses-pieds comme nous dans son art.

"Excusez moi de ma négligence. Je suis Elladan, fils d'Elrond, de Fondcombe. Et, soyez sans crainte quand a mon assistance, qu'est-ce qu'un elfe de la cité d'Elrond aurait a gagner a raconter telle histoire a travers toute la Terre du Milieu?"

Je sens en effet que cela semble avoir une certaine importance pour elle. Pour ma part, ce n'est qu'un incident parmis tant d'autres, et un peu d'action ne me fait de toute facon pas de mal. Tandis qu'elle monte sur une "colline" près de la grotte, je décide de contourner la montagne afin de remettre la main sur mon cheval, étonné qu'il ne semble pas plus intéressé par la présence de la jument.


Spoiler:
 


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 20 Fév - 13:08
Indira qui avait côtoyé peu d'elfe jusqu'à présent, l'observa du coin de l'oeil. Les peuples de la Terre du Milieu, même s'ils vivaient dans une entente cordiale ne se mélangeaient pas pour autant. Et hormis quelques rencontres furtives au détour d'un voyage, la jeune femme avait rarement eut l'occasion de discuter avec un premier-né. Elle acquiesça alors qu'il se présentait finalement. Ainsi donc était-il le fils du seigneur Elrond? Indira était comme la plupart des voyageurs, elle avait entendu toutes les rumeurs possibles sur le maître de la dernière maison simple des Terres du Milieu mais n'y avait jamais mis les pieds. Et n'irais probablement jamais là bas. Mais les discussions allaient bon train entre ceux qui pouvaient se vanter d'avoir côtoyer les elfes et les sceptiques. Il eut la correction de préciser que cette histoire resterait entre eux, ce qui fit légèrement sourire la jeune femme qui pensait à la même chose en ce moment même.

Un examen sommaire de son bras lui appris qu'il n'y avait rien de cassé. Rien de bien méchant même si une éraflure d'une taille conséquente avait pris place et mettrait quelques jours à disparaître. Rien que ses baumes habituels ne parviendraient à guérir, même s'il lui faudrait s'approvisionner de nouveau chez l'apothicaire. Il en profita pour s'éloigner quelque peu, visiblement à la recherche de son cheval qui s'était éloigné du lieu de l'attaque. Tranquillement assise sur son rocher, Indira entreprit de jeter un oeil discret au reste des dégâts, un énorme hématome sur le flanc gauche et une vilaine coupure à l'épaule. Rien d'insurmontable en soi.
Au loin, elle apercevait la silhouette de l'elfe qui s'éloignait, baignée dans la lumière du soleil couchant. Des volutes de poussière montaient doucement du sol, enveloppant son profil de contours incertains. Partait-il? Son baume au creux des mains, genoux repliés contre sa poitrine, Indira s'abîma dans la contemplation de cette vision aussi étrange qu'inhabituelle. Aussi subtilement qu'une vision, il s'était éclipsé.

- Indira, lança-t-elle alors qu'il s'éloignait, si un jour vous me cherchez je m'appelle Indira.


Elle avait parlé sur un coup de tête. Ils ne se recroiseraient probablement plus jamais mais l'idée lui était venue subitement et elle n'y avait pas réfléchi. Il oublierait peut être son nom aussitôt qu'il se serait éloigné mais tant pis. Même si elle avait du mal à l'admettre, Indira lui devait une fière chandelle et n'en serait pas là sans lui. Sa petite mésaventure lui servirait de leçon à l'avenir.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 3 Mar - 22:03

Prise au piège
Elladan &Indira


Je m'en veux quelques peu de laisser la jeune femme seule tandis que je cherche Aranwë, cependant, elle a su me montrer qu'elle est capable de se débrouiller. Non pas que j'en eu douter un instant, mais j'en arrive toujours a considérer la majorité des humains comme des êtres fragiles. Or, malgré leur faiblesse - il faut bien l'avouer - en comparaison de nous autres elfes, certains sont parfaitement capables. Je dirai même plus, la race des hommes n'a nullement besoin des elfes pour survivre - se détruire elle même, si j'écoute certains des nôtres. Je réfléchis durant que je fais le tour de la montagne, jurant que ce cheval apprendrait comment je m'appelle si il en venait a s'amuser a me faire tourner en bourrique autour du rocher, il n'est en effet pas a cela prêt. Cependant, je ne mettrait jamais telle menace en œuvre, ce qui, je le sais, l'incite volontiers a continuer.

Je retrouve ma monture, presque fière d'elle, occupée a brouter quelques maigres herbes entre deux rochers, un antérieur pris dans ses rênes - sans doute la raison de son arrêt. Attrapant le coin de son mors d'une main, je la descends ensuite sur la rêne qui y est attachée, lui faisant lever la jambe de ma seconde main. Cela fait, je dégage la boucle de cuir de son membre avant de la passer par dessus son encolure avant de me mettre en selle. Mon idée première est de rejoindre la jeune femme, mais j'entends arriver un autre cavalier, surement son allié. Raison pour laquelle je fais tourner bride a ma monture, dans une de ses semi levades de mécontentement, avant de m'éloigner d'un trot tranquille, reprenant mon chemin vers l'ouest. Tandis que je m'éloigne, j'entends l'humaine m'adresser une dernière fois la parole. Indira, joli prénom, que je ne manquerai pas de retenir.

Je tourne le regard dans sa direction, toujours perchée en haut de son rocher, et, apercevant l'ombre du cavalier arriver a sa hauteur, je lui adresse un dernier signe de tête avant de talonner ma monture, reprenant ma route au grand galop en direction de l'ouest et de la Comté.




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Mission] Prise au piège
» C'est une grande bêtise de la part de la souris, une fois prise au piège, de ne pas dévorer le lard qui la leurra [Livre II - Terminé]
» Prise au piège | Guilhem
» Prise au piège? [libre]
» Prise au piège d'une chaleur ardente. [Examen | Terminé. ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: