A Dwarf and an Elf in the same city ☆ Cynewulf

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 16 Jan - 17:10

A Dwarf and an Elf in the same city ...


Que se passe-t-il quand un Nain et un Elfe se retrouvent dans une même ville, un même village, au même moment ? Et bien, il fut un temps où cette question n'aurait pas trouvé de réponse. Dans le sens où Elfes de Vert Bois et Nains d'Erebor cohabitaient comme si de rien n'était. Certes, il y avait peut-être quelques rancoeurs qui existaient. Mais rien de bien grave. Jusqu'à ce que ... Jusqu'à ce qu'un Seigneur commette l'irréparable. Pas aux yeux de tous, puisqu'il n'avait fait que protéger son peuple d'une querelle qui ne les concernait nullement. Mais pour certains, c'était grave. Très grave. Et justement, cela provoqua ... une guerre sans fin, si on peut dire ça comme ça, entre les Elfes et les Nains.

Une guerre que Valaina trouvait stupide. Mais elle non plus n'avait, hélas, jamais compris le geste du Seigneur Thranduil. Pourquoi diable était-il parti sans rien faire ? Pour éviter de mettre en danger ses propres troupes ? Ou bien y avait-il autre chose là dessous ? Cela faisait, à présent, cinquante-six ans que Valaina ruminait cette question. Cinquante-six ans qu'elle avait quitté Vert Bois et qu'elle avait dit qu'elle ne remettrait jamais les pieds dans cette région de la Terre du Milieu. Mais comme vous le savez si souvent, il ne faut jamais dire jamais. Parce qu'elle avait eu besoin de récupérer des choses dans l'ancienne maison de ses parents ... Alors, une fois de plus, Valaina avait quitté sa petite forêt du Rhudaur et elle s'était aventurée par delà la montagne, comme elle le faisait si souvent depuis ces deux millénaires. Peut-être qu'elle se remettrait à voyager et qu'elle s'en retournerait à Dol Amroth pour voir un certain type aux oreilles pointues qui faisait craquer son coeur. Mais qui était terrible tout de même. Mais ça, c'est une autre histoire.

Au lieu de couper par le coeur de la forêt ce qui aurait été bien plus court, Valaina s'était décidée à longer les Montagnes Grises. Ce n'était pas pour autant qu'elle ne tomberait sur aucun Elfe. Mais disons qu'elle avait un peu moins de risques, si on peut dire ça comme ça. Le voyage fut long, comme à chaque fois où elle faisait une traversée seule. Elle rêvait du jour où elle ne serait plus seule. Pour sûr. Où elle voyagerait avec quelqu'un. Ou bien qu'elle s'établirait dans telle ou telle contrée. Qu'il était loin ce jour. Ou du moins, ça lui semblait ultra loin. Quoi que, comme dit, elle avait tout le temps puisque les âges n'avaient pas d'emprise sur elle. Valaina arriva un matin d'hiver à Lacville, dans la brume. Il faisait froid. Seuls les sabots de son cheval blanc semblaient résonner dans la ville. Les gens étaient, sans doute, encore couchés. Ou peut-être avaient-ils à faire. Elle n'aurait su le dire. La belle descendit de sa monture et lui murmura quelques mots elfiques avant de passer sa main sur la tête de l'animal. Elle porta, par la suite, la main à son sac de provision dont elle sortit une pomme qu'elle donna à son cheval. Guidant sa monture, Valaina s'approchait, lentement mais sûrement, de l'ancienne maison de ses parents qui devait, une nouvelle fois, avoir pris un sacré coup de vieux. Elle était loin de se douteur qu'au bout de la ruelle, elle allait faire une rencontre ... des plus intéressantes.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 17 Jan - 11:27


    Le pâle soleil de ce jour d'hiver se glisse par le carreau de la fenêtre pour caresser le visage de Cynewulf. Celui-ci s'éveille lentement avec le sentiment de n'être point parvenu à vraiment dormir. Une nouvelle aube se lève. Un nouveau jour loin des Monts de fer. Combien de temps encore son cœur devra t-il subir cette déchirure, cette lancinante séparation ? Il n'est plus un enfant pourtant le souvenir du ventre de sa mère montagne ne lui permet pas de faire son deuil. Il s'agit d'un sentiment des plus légitimes. Personne n'aime être loin de son chez soi, à condition bien sûr qu'il en ait un. Le jeune nain se redresse, s'arrachant à sa torpeur nocturne, puis jette un regard à l'anneau de l'annulaire de sa main droite. Un bijou typique de son peuple aux entrelacs de formes géométriques. Il inspire profondément. Une nouvelle journée commence. Cynewulf n'a pas le droit de s'adonner à une puérile mélancolie. Non, il vaut mieux que cela. L'abattement est bon pour les elfes qui eux ont largement de quoi se morfondre. Vivre pour l'éternité. Rester enfermé dans cette prison qu'est la vie jusqu'à la fin des temps. C'est eux qu'il faut plaindre avec sincérité. Avec un rictus méprisant, l'ambassadeur se lève pour s'habiller. Il mange à peine, pressé d'aller au dehors ressentir la brise matinale lui rafraichir les sens.

    L'air est glacial, sa morsure n'épargne pas l'épiderme pourtant résistant du nain. Il marche hâtivement pour se réchauffer. Il ne sait où il se rend. Il ressent le besoin impérieux de déambuler dans les rues encore désertes de Lacville. Cynewulf apprécie cette quiétude qui plane sur la cité endormie. Dans peu¨de temps, les choses commenceront à bouger, à reprendre le cours de leur existence. Il bénit sa cape de fourrure qui maintient le haut de son corps dans une douce chaleur. Le ciel est vêtu d'un blanc de candeur. Au delà des remparts, si le regard s'évade au loin, on peut apercevoir les lointaines montagnes. Elles ne sont pas les siennes, mais leur vue ravit tout de même l'âme nostalgique de Cynewulf. Ses pas sont le seul bruit troublant la paisible ville. Sa démarche se caractérise d'un ensemble de cliquetis de ferraille dus à ses lourdes bottes qui martèlent le sol. Il pose machinalement une main sur le pommeau de l'épée ceinte à son côté. Il s'arrête. Regarde les maisons inanimées. Et puis, un autre son attire son attention. Les sabots d'un cheval, mais pas un cheval ordinaire. Il semble plus léger. Cynewulf fronce les sourcils. N'y a t-il pas quelque chose de magique qui emplit soudain l'air ? Il est doué d'un sixième sens pour détecter ce genre de choses. A moins que... Une créature éternelle des bois de Mirkwood oserait-elle s'aventurer ici en cette heure matinale.

    Cynewulf se précipite vers la source du bruit, se fiant à son ouïe comme guide. Ebahi, il s'immobilise tout net. Là, plus loin, au bout de la rue, il la voit. Une grande femme qui avance aux côtés d'une blanche monture. Sa toilette pourpre jure avec le gris dont se parent les murs de la cité. Le jeune nain dévisage l'inconnue avec une curieuse fascination. Elle est belle, plus belle que toutes les femmes qu'il a déjà pu croiser. Ses grands yeux azurs sont hypnotisant. Son allure gracieuse s'avère presque irrélle. Aussitôt, Cynewulf reprend ses esprits pour regagner son assurance habituelle et méprisante. Une elfe. A n'en point douter, elle fait partie du Beau peuple. Mais ici à Lacville, comme c'est étrange... Soudain les racontars des habitants lui reviennent en mémoire. La sorcière rouge comme ils l'appellent. Ça ne peut être qu'elle. Mais elle n'inspire aucune crainte à Cynewulf. Elle a l'air si inoffensif. Comment supposer que le moindre mal habite son cœur ? Sans plus hésiter, il se dirige à sa rencontre, et chaque pas qu'il fait vers elle allège son esprit. Il y a quelque chose d'apaisant chez elle. Il lutte contre les émotions bizarres qui le submergent. Sa fierté de nain remporte la partie, elle est bien la plus forte. Avec un sourire amical et quelque peu joueur, il apostrophe l'elfe :

    « On m'a conté bien des histoires curieuses à votre sujet, mais je n'imaginais pas que la Sorcière rouge ait reçu le don d'une telle beauté... Une malédiction pour les mortels. Mais peut-être fais-je erreur, êtes vous bien celle qui va et vient en Terre du Milieu depuis des siècles sans jamais séjourner plus d'une vie d'homme au même endroit ? L'amie de Radagast le brun... ? Pardonnez ma curiosité femme elfe. Les gens de ma race ont peu l'occasion de croiser ceux de la votre... Surtout depuis certaines traitrises difficiles à accepter... »
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 17 Jan - 13:12

A Dwarf and an Elf in the same city ...


La brume ne semblait pas vouloir disparaître. Ou du moins, elle ne semblait pas vouloir laisser le soleil percer et éclairer les alentours. Qu'à cela ne tienne, cela ne gênait pas Valaina autant que ça. Pourquoi ? Parce qu'avec même ce brouillard, elle savait se déplacer et faire attention à ce qui l'entourait. Et surtout, elle savait où elle se rendait. Quand bien même elle aurait été privée de ses sens, son coeur aurait continué à guider ses pas. La jeune Elfe marchait, tranquillement, sans se presser. De temps à autre, elle tournait la tête vers sa monture blanche et elle lui glissait quelques mots. Son cheval ? Elle le chérissait comme la prunelle de ses yeux. L'ennui, quand on est immortel, c'est que ... Et bien, à un moment, on est obligé de se séparer de sa monture. Parce que celle-ci ne vit pas autant que nous. Mais Valaina entretenait une toujours une réelle complicité avec l'animal qui lui servait de monture. Comme un ami. Un bon ami. Et elle le lui rendait bien, pour sûr.

Valaina finit par s'arrêter. Il y avait, devant elle, quelqu'un qui se dressait. Un homme. Barbu. De petite taille. Ou du moins, bien plus petit qu'elle. A son allure, l'Elfe en conclut qu'elle avait à faire à un Nain. Qui d'autre d'ailleurs ? Elle pencha la tête sur le côté. Elle était intriguée. Elle n'avait que rarement vu de Nains durant les six dernières décennies. Pas après ce qui s'était passé à Erebor. Evitait-elle les Nains ? Non pourtant. Elle n'avait rien fait de mal après tout. Peu farouche, le Nain en vint à lui parler. A lui dire qu'il la connaissait plus ou moins de réputation. Il lui fit, aussi, un compliment par la même occasion. Ce qui la fit sourire. Un compliment était toujours bon à prendre. Valaina le laissa parler, sans l'interrompre, tandis qu'il avait peur de faire fausse route et il lui demanda confirmation de son identité. Et ramena aussi sur le tapis cette querelle entre les Elfes et les Nains. De ça, Valaina n'était pas responsable. Mais bon. "La Sorcière Rouge ... Je me rappelle qu'autre fois, cette appellation me dérangeait plus qu'autre chose." Il fut un temps où, effectivement, Valaina avait détesté ce surnom. Mais bon, elle s'y était faite avec le temps. "Vous avez vu juste, jeune maître Nain. Je suis effectivement celle qu'on surnomme Sorcière Rouge. La nomade qui ne tient que rarement en place et qui est souvent animée par les voyages. Une vieille amie aussi de ce cher Radagast le brun." Une amie de longue date d'ailleurs. Et d'un autre magicien aussi. "Mes amis m'appellent Valaina." Enfin, il n'y avait pas non plus que ses amis mais bon. "Et même si nous ne le sommes pas, vous pouvez m'appeler ainsi. Et vous jeune maître Nain ? Comment dois-je vous appeler ? Et quelle aventure vous mène à Lacville ?" Il était curieux, et elle aussi. Ca leur faisait déjà un point en commun.

L'Elfe caressa, une nouvelle fois, la tête de sa monture et elle en lâcha la bride. Parce que son cheval avait peut-être envie de se reposer. Après tout, ils avaient chevauché une bonne partie de la nuit. Certes, à un rythme pas très soutenu mais tout de même. L'animal devait faire une pause. Et elle allait le laisser vaquer à ses occupations. De toute manière, Valaina savait très bien qu'elle arriverait à lui remettre la main dessus dès qu'elle en aurait terminé ici. "Vous semblez être bien loin de chez vous mon cher." Elle aussi, d'une certaine manière. Puisque même si ses parents étaient, à l'origine, de Vert Bois, la jeune femme avait passé toute son enfance à Fondcombe. Et son coeur appartenait à la cité d'Elrond.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 17 Jan - 16:30
    Cynewulf avait déjà rencontré des elfes auparavant, et le moins qu'on puisse dire est que leurs échanges s'étaient distingués d'une extrême tension. Pourtant à cet instant il ne se sent aucunement menacé. Il tombe sous le charme de cette « sorcière ». Étrange pouvoir qu'est ce charme passif dont dispose sa race. Le nain y est resté insensible jusqu'à maintenant, sa vision étant trop obscurcie pour qu'il parvienne à voir la noblesse de ces êtres. Il la voit aujourd'hui. Il découvre ce qu'il a toujours eu sous les yeux. Seul le regard trahit l'âge de son interlocutrice. Il y lit la sagesse accumulée par l'expérience d’innombrables décennies. Il réalise soudain que sans le savoir il parle certainement à une vieillarde. Une femme aussi vieille que ses aïeux se cachant sous l'apparence d'une jeune fille. Oui, quelque part, elle mérite son surnom de sorcière... Elle lâche la bride de son cheval qui semble se désintéresser d'eux. L'attitude de l'animal fait sourire Cynewulf. La bête paraît plus grande et élancée que les chevaux des hommes qu'il arrive à monter. Il se demande de quelle espèce est-elle issue mais se tait, cela importe peu. L'elfe confirme ses hypothèses, elle est bien la mystérieuse dame en rouge dont parlent les légendes locales. Il se trompe rarement lorsqu'il jauge les gens pour déterminer leur identité. Il n'en demeure pas moins très surpris de croiser un tel personnage à l'aube du réveil de la cité de Lacville.

    « Voilà bien la première fois qu'un elfe se présente à moi en incluant son nom et ami dans la même phrase ! Vous me surprenez. Je vous promets de ne vous nommer que lorsque je serai digne de compter parmi vos amis. Cependant j'en doute fort. Il n'est guère dans nos us d'envisager une quelconque amitié avec les elfes... Soyez assurée néanmoins du respect que je vous porte. » Dit-il avec un sourire charmeur au coin des lèvres. En temps normal, il n'aurait jamais montré le moindre signe de sympathie envers une elfe. Leur présence lui est difficile à supporter. La sorcière s'avère différente de ceux qu'il connaît, au moins par ce choix de mode de vie nomade. Elle aussi se trouve loin de la terre de son enfance... L'énigme de Valaina l'intrigue, elle fait l'objet de sa curiosité sans limites. Il s'étonne de lui-même. Pourquoi lui est-il si aisé de discourir avec elle sans ressentir un profond agacement ?

    « Je suis Cynewulf fils d'Urwulf, représentant du royaume des Monts de fer. Les montagnes de mes ancêtres se trouvent en effet bien loin d'ici. C'est mon devoir que de les quitter pour faire entendre la voix du Roi Dain parmi les hommes. On ne peut rester toute sa vie dans les jupes de sa mère. Je mourrai de honte si je restais dans l'ignorance et demeurais là-bas. Savoir que je les retrouverai à la fin m'emplit le cœur de hardiesse. » A la fin de tout, à la fin de son existence, c'est là-bas qu'il retournera. Il le sait au fond de son cœur qu'il ne peut y demeurer et s'y cacher comme le font la plupart des nains. Il n'est pas la plupart des nains. Les membres de sa délégation seraient probablement outrés de le voir avec cette femme. Il serait tout à fait d'accord avec eux. Il déteste cette douce sympathie qui l'habite depuis qu'il l'a aperçue. Elle est un ennemi de son peuple. Son Roi a abandonné Thorin Oakenshield voilà bientôt soixante années. Mais Cynexulf n'était pas né. Il n'a pas vu le désespoir dans les regards affolés de ses cousins lorsque Erebor chuta. Le racisme qui découle de sa conduite n'est qu'un héritage qu'on lui imposé. Il n'a pas de raison personnelle d'en vouloir aux elfes. Non, strictement aucun. Cessant d'être sur la défensive, sa main glisse du pommeau de son arme. Il s'agite un peu. Le froid devient douloureux. Il fait quelques pas pour rompre la distance et se placer au côté de l'étrangère. D'un geste il désigne le chemin pour l'inviter à le reprendre. « Marchons un peu avant que mon sang ne devienne glace. Où alliez-vous de si bon matin à Lacville ? Auriez vous une affaire à régler ? Je n'ai pas vu la moindre oreille pointue ici depuis cinq mois. Il paraît que la présence de mes compagnons et moi-même répugne les elfes qui ne se rendent plus ici. Enfin, ce ne sont que des on-dit, vous savez bien comme les hommes ont tendance à tout déformer... »
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 18 Jan - 13:33

A Dwarf and an Elf in the same city ...


Bonne ou mauvaise surprise que d'être tombée sur un Nain alors que tout ce que Valaina voulait, c'était passer un peu de temps dans la maison de ses parents ? Et de récupérer quelques choses ? Elle n'aurait su le dire. Mais quoi qu'il en soit, ça faisait du bien de discuter un peu. Après tout, elle avait voyagé pas mal de temps. Et elle était seule. Sans personne qui l'écoutait. Ou bien même qui répondait à ses interrogations. Certes, elle avait son cheval. D'une certaine manière, elle n'était pas seule. Mais l'animal n'était pas doué de parole. Il ne pouvait donc, à aucun moment, lui répondre. Et c'était sans doute ça le plus gênant dans le fait de voyager toute seule. Elle n'avait que rarement du monde avec elle. Et la solitude s'emparait d'elle. Alors, voilà pourquoi elle essayait de se montrer, dans la mesure du possible, la plus amicale possible. Non pas pour se faire des amis, mais pour éviter d'être encore plus seule qu'elle ne l'était. M'enfin, passons.

Le Nain faisait preuve de curiosité à son égard, ce qui était normal parce que Valaina elle-même se posait des questions sur le jeune homme, face à elle. Qui était-il ? De quelle montagne venait-il ? Pourquoi ses pas l'avaient menés jusque là ? Que cherchait-il à faire ? Ou bien à prouver ? Tant de questions. Mais Valaina était quelqu'un de patient. Et elle attendrait les réponses, aussi longuement qu'il le fallait. Ce n'était pas un problème, pour sûr. Quoi qu'il en soit, le jeune Nain semblait être surpris ... Très très surpris du fait qu'elle avait prononcé son prénom dans la même phrase que le mot ami. Elle s'était contentée de sourire. Elle ne voyait pas vraiment ce qu'il y avait d'étonnant là-dedans mais bon. Il ne voulait pas ... Il ne voulait pas la nommer ou bien créer une certaine proximité entre elle et lui. De quoi avait-il peur ? Qu'il découvre que les Elfes n'étaient pas tous les mêmes ? Autant y aller progressivement, c'était bien vrai. Tous les Nains qu'elle avait pu croiser jusqu'à présent avaient une certaine rancoeur, animosité envers elle, et ce même s'ils ne la connaissaient pas. C'était bien dommage d'ailleurs. Qu'on catalogue les gens dans une même catégorie sans qu'on ne les connaisse réellement. "Vous savez, quand bien même vous ne comptez pas parmi mes amis, vous pouvez quand même m'appeler Valaina. Je crois que je serais vexée si vous m'appelez trop souvent Sorcière Rouge." Non pas qu'elle n'aimait pas. Mais bon. Il était vrai que Valaina n'aimait guère ce surnom. Ca avait ... Elle ne savait pas trop. Mais elle avait l'impression que ça avait une mauvaise connotation. "Et je me doute bien qu'une amitié entre un elfe et un nain et quelque chose d'inenvisageable, mais le monde change. Et les coutumes aussi." Enfin, ce qu'elle voulait dire par là, c'était que ... Et bien, qu'il fallait laisser les vieilles rancoeur de côté.

Finalement, il en vint à se présenter. Au moins, elle pourrait mettre un nom sur son visage et ça serait mieux que de lancer du "Maître Nain" à tout bout de champ. Pour sûr. "Urwulf ..." Valaina pencha la tête sur le côté. "Je crois déjà avoir entendu ce nom à quelques reprises. Capitaine de la Garde de Dain, si mes souvenirs sont bons." Valaina n'en était plus certaine. Après tout, l'Elfe avait croisé pas mal de gens au fil des années, enfin, même des siècles. Certains visages s'oubliaient plus facilement que d'autres. Non pas qu'elle irait jusqu'à dire qu'un Nain avait moins d'importance que toute autre créature de la Terre du Milieu, bien au contraire même. Chaque rencontre avait son importance, aussi marquante qu'elle soit. Quoi qu'il en soit, Cynewulf ne souhaitait guère s'attarder plus longtemps en plein milieu de cette ruelle. Il commençait à avoir froid. Oh, oui, peut-être que le temps s'était rafraîchi. Valaina n'avait pas fait attention à dire vrai. Curieux, il lui demanda la raison de sa présence. Et en vint à lui expliquer, par la même occasion, que les Elfes ne venaient plus vraiment dans les parages. "Il me semblait, pourtant, que quelques troupes du Seigneur Thranduil venaient encore dans les parages pour les bons breuvages qu'offre Lacville. Mais je peux me tromper." Il était vrai qu'elle n'avait pas mis les pieds dans ce royaume depuis ... Et bien, ça ferait bientôt soixante ans d'ici à quelques années. Les choses avaient pu changer depuis le temps à Lacville. Valaina commença donc à marcher parce qu'elle était d'accord avec Cynewulf. Mieux valait-il bouger plutôt que se transformer en glaçon. Enfin, pour elle, ça allait encore. "Quant à la raison de ma présence, et bien, voyez-vous, mes parents vivaient dans une maison, ici, à Lacville. Et il m'arrive souvent de venir et aller dans cette région rien que pour me retrouver chez eux." Et sentir leur présence auprès d'elle, même s'ils étaient, hélas, morts. "Seulement, après ce qui s'est passé à Erebor, j'ai préféré prendre mes distances avec cette région de la Terre du Milieu et réfléchir à tout ce qui avait bien pu se passer." Et surtout, ruminer, encore et encore, la décision de Thranduil. Pourquoi il avait fait ça, pourquoi il avait laissé les Nains seuls face à leur malheur et tout un tas d'autres questions.

Valaina prit une lente inspiration et elle ferma les yeux, juste une fraction de seconde, mais elle eut l'impression que c'était comme une heure, plus ou moins. "Pour en revenir à ce que vous disiez, il est vrai que les hommes de Lacville ont souvent la tendance à se laisser porter par les rumeurs." Même bien trop souvent. Mais bon, on ne peut pas aller à l'encontre des rumeurs, n'est-ce pas ? "Vous me parliez de vous et de vos compagnons. Êtes-vous nombreux ici ?" Simple curiosité. Valaina n'allait pas s'enfuir en courant. Pas son genre d'ailleurs.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Dwarf War
» White dwarf
» Figurine White Dwarf 2014
» White Dwarf
» nouvelle formule white dwarf ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: