Halte là ! [Quête]

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 12 Déc - 22:37
    Baillant lourdement mais le plus discrètement possible, Aedis s'étira et fit craquer ses os du dos en se cambrant. Elle résistait le plus pleinement possible du monde à l'envie d'houspiller ses nouvelles responsabilités, qui, quoique temporaires, lui couraient déjà sur le système. Son collègue, Capitaine des Frontières, était demandé à Méduseld pour elle ne savait quel remaniement quant aux frontières ; il était apparemment accompagné par l'homme dont le poste était équivalent au Gondor. Et c'est elle, Aedis, qui a été chargée de le remplacer. La décision l'avait fait grogner de désarroi : comment, alors qu'elle avait sauvé les deux pays d'une guerre sanglante et que les royaumes du Nord étaient démasqués, avait-elle pu atterir là, à fouiller toutes les petites vieilles qui traversaient la frontière pour rejoindre leur petit fils de l'autre côté ? C'était risible, démoralisant et terriblement réducteur aux yeux de la demoiselle... Même si elle remplaçait un capitaine, c'était moins cool que l'infanterie -qui elle-même était moins cool que la cavalerie, mais Aedis était étonnement peu à l'aise à cheval, malgré sa bâtardise évidente. Vous ai-je déjà parlé de ses oreilles pointues ? En plus, elle avait failli se retrouver à travailler aux commandes de parfaits inconnus : les gardes des frontières avaient tenté de garder le poste pour la journée ; chose contre laquelle la demoiselle s'était catégoriquement opposée. Malgré leur manque de formation en la matière, elle préférait largement être entourée de ses propres soldats, en qui elle avait une parfaite confiance... Et dont elle connaissait tous les vices et toutes les manies, surtout. Aedis avait tout de même accepté, pour être sûre de ne pas se faire enguirlander, d'avoir à ses côtés un garde des frontières dont c'était le métier. A sa grande joie, l'homme était taiseux mais professionnel, ce qui lui permis de ne pas trop s'embêter avec des rapports humains.

    Et elle était donc là, la bâtarde, faisant avancer comme des escargots des hommes, des femmes, marchands nobles ou mendiants, qui cherchaient à voyager. Quelques rares individus protestaient, avant de se rendre compte que c'était là le prix de la paix. Et tout rentrait dans l'ordre, alors qu'une femme avançait, se faisait fouiller et ressortait attendre son mari de l'autre côté de la route. Travail fastidieux et sans fin que voilà ! Il fallait conjuguer les malaises, les maris jaloux qui refusaient que quelqu'un d'autre qu'une femme (soit Aedis, étant la seule représentante de ce sexe dans le petit groupe chargé de la frontière) ne farfouille les affaires de leur femme, les gamins qui se faufillaient... Que des bêtises dans ce genre. Elle laissa passer un inconnu de plus, et regarda alentours : un de ses hommes fouillaient un grand gaillard qui faisait armoire à glace, l'autre une donzelle parée de ses plus beaux atours. Et elle, tomba sur quelqu'un qui lui disait quelque chose. Et qui semblait pressé. Essayant de se remémorer où Diable elle avait pu croiser l'homme qui se tenait en face d'elle, elle s'approcha pour lui faire subir à son tour la fouille...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 14 Déc - 23:04

Halte Là (quête)





Aedis

&

Aodhán



Des rumeurs. Tout ce ramdam était né de paroles qu’un souverain trop borné n’avait su dévoiler. Des frontières fermés et des vies sacrifier car trop aveugle pour voir l’évidence. Jamais le Gondor et le Rohan n’avaient étés aussi proches de se déchirer. A la première vague, au premier écart du royaume voisin, Les Hommes de l’Ombre s’étaient déployés, sur le qui-vive. Des jours durant, ils avaient surveillés leurs moindres faits et gestes, épiés leurs réactions et agies en conséquence. Et à présent…A présent il fallait recoller les morceaux. Mais le Mal était fait et il faudra du temps pour que les peuples des deux royaumes de regagner une certaine confiance…

Un vent doux balaya la plaine de l’Estfold faisant claquer les étendards de Rohan sur les remparts. L’hiver s’était soudainement éclipsé, laissant enfin les saisons reprendre un cycle naturel. Enlevant le capuchon qui lui parait une partie de son champ de vision, Aodhán parcouru du regard la file avançant lentement vers les portes de la Cité. Un soupire agacé s’échappa de ses lèvres alors que l’hongre a ses cotés s’ébroua – sans doute lui aussi semblait exaspéré d’attendre ainsi- . Déchaussant ses étriers, il mit pied à terre sans quitter des yeux la haute silhouette qui se détachait de la foule. Voila quinze jours qu’il pistait cet homme. Le suivant dans l’ombre, laissant toujours entres eux plus miles pour ne pas être repérer. Sam Darlor. Un nom qui n’éveillait aucun souvenir au Gondorien mais qui faisait crisser les dents des Dirigeants de l’Organisation. Qui était-il ? Aodhán s’en fichait. Il avait ordre de juste le suivre pour le moment. Sans doute que sa mission irait au delà d’une simple filature, cela ne l’étonnerait même pas, mais il allait se contenter de ne pas le lâcher d’une semelle. Et pour être le plus discret possible, il avait du abandonner a contre cœur son étalon Gondor dans les Ecuries de Minas Tirith ainsi que tout signe ostentatoire : les harnachements brodés de l’Arbre blanc, ou encore son plastron frappé du même symbole. Juste avait il garder ses brassards au niveau des avant bras en cuir ou sa cape sombre en peau finement tannée. Même si eux aussi l’arbre Blanc était représenté, cela restait nettement plus discret. Il fallait être plus que porche pour en distinguer les détails…Et être proche d’Aodhán était rarement une bonne chose.

On le héla , le priant de s’avancer afin que les sacoches accrochées à sa selle soient fouillé dans les moindres recoins. Que craignaient-ils ? Qu’il cache poisons ou autres armes ? Et si c’était le cas , qu’est ce que cela allait changer ? Oui il avait des armes – une épée ainsi qu’une dague – sans compter qu’autres breloques comme des parchemins , cartes et compagnie. Apres tout ne parcourait il pas la terre du milieu en temps que Cartographe et non en temps qu’assassin ? Il laissa alors les hommes vider ses sacoches , l’air détendu et parlant sur le ton de la plaisanterie avec l’un d’eux. Aodhán savait qu’il ne risquait rien, son visage n’était pas connu dans la région et encore moins son prénom. Et même si d’ordinaire être des Hommes de l’Ombre lui donnait une certaine immunité, ces derniers temps il n’était pas bon de faire parti d’une organisation de ce genre. Une fois les besaces fouillées et ses affaires remises en vrac , on le laissa passé jusqu’au barrage suivant. Ils ne pouvaient pas fouiller tout le monde en même temps ? Non bien sure que non. Les chevaux et attelages étaient fouillés séparément de leur cavalier ou meneur, les hommes fouillés par des hommes et les femmes ou enfants par …Une femme. Grande et svelte, sa chevelure blonde jura avec le brun de la pluparts des autres gardes. Durant une seconde, son visage ne dit rien à Aodhán avant que le son de sa voix ne parvienne à ses oreilles. Un sourire en coin étira lentement ses lèvres alors qu’il continuait à avancer pour être à son tour soumis à la fouille.

Cela faisait bien longtemps que leurs routes ne s’étaient pas croisées. Si leur première rencontre fut fort agréable, la deuxième le fut bien moins. A l’époque les tensions entre Rohan et Gondor commençaient à prendre de l’ampleur et pour une stupide histoire de bagarre, Aodhán s’était retrouvé aux fers. Libéré sur parole, c’est là qu’il avait de nouveau croisé la charmante blonde. Sans nul doute pour Aodhán que cette dernière n’en n’avait pas gardé un très bon souvenir…Et se fut son tour. Tenant les rênes d’Helvor dans une main, il ne pu se défaire de se sourire en coin qui s’était peint sur son visage, et réprimait difficilement un léger rire lorsqu’une pensé lui traversa l’esprit. Ecartant les bras, pour montrer qu’il se laisserait fouiller sans la moindre résistance, il prit tout de même le risque – si cela pouvait être considéré comme un risque- d’ouvrir la bouche. « Passer de l’Infanterie à la douane … Auriez vous commis une erreur pour être ainsi punie Demoiselle ? » Le ton était plus qu’humoristique , cela ne faisait aucun doute. Pourtant malgré la légère boutade, c’était une vraie question. Qu’avait elle bien pu faire pour se retrouver a fouiller toutes personnes voulant entrer dans cette cité ? Il était au courant de ce qui s’était passé au Rohan durant la trahison du conseiller mais il ignorait ce qu’elle avait fait durant ce temps là. « Fouillez bien dans le détail. Ne sait-on jamais ce que je pourrais cacher dans les plis de ma tunique … » continua t’il sur sa lancer.

Même s’il plaisantait, il ne lâchait pas pour autant des yeux l’homme qu’il était censé suivre. Si Darlor passait les murs trop longtemps avant lui, Aodhán savait qu’il allait avoir du mal à retrouver sa trace parmi la foule. Les tavernes devaient être pleines a craqués et il y avait aussi le risque qu’il ressorte par l’autre porte…Bref, même si se faire fouiller dans le détail par une connaissance des plus charmantes, il se devait de faire passer le boulot avant le bon temps.

© .JENAA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Lun 16 Déc - 12:11

Halte-là !


Aodhán Delwyn semble faire de l'humeur, ce qui ne plait pas au capitaine qui faire durer la fouille un peu plus longtemps. Cela n'arrange pas les affaires du jeune homme car ce Sam Darlor, s'éloigne dangereusement, d'ailleurs il n'est plus sur ton champs de vision.

Aodhán essaie de rattraper le coup et faire comprendre à la jeune femme qu'il assez est pressé, n'hésitant pas à mentir pour pouvoir partir plus vite. De son côté, Aedis n'a pas l'air de vouloir le laisser partir... Aodhán, le temps t'est compté, tu dois vite trouvé une solution !






(c) alysha
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 16 Déc - 14:52
    Sa première impression était la bonne : elle connaissait le gaillard qui était en face d'elle, et pas qu'un peu. C'était en fait leur troisième rencontre, et Aedis ne savait trop comment réagir : la dernière fois qu'ils s'étaient croisés, ça n'avait pas été sous les meilleurs hospices. En effet, si leur première entrevue avait été agréable (qui n'est pas subjugué par une rencontre dans une taverne, autour d'un verre ?), la seconde avait été un peu plus mitigée : la sieur avait été pris dans une bagarre, qui avait dégénéré au point qu'on avait mis les fers aux pieds du jeune homme. La Capitaine l'avait croisé à Meduseld, alors qu'il était libéré -mais surveillé de près. Forcément, c'était moins folichon. Grognant en le reconnaissant, elle se tut, et fit comme si de rien n'était. Les choses, après les évènements qui avaient bouleversés la politique entre les deux royaumes, s'étaient certes calmées, mais les choses pouvaient encore exploser. Néanmoins, tout aurait pu s'arrêter là si le damoiseau n'avait pas ouvert la bouche, apparemment désireux de faire de l'esprit. Sa première question rappela à Aedis sa position, très désagréable, ce qui la fit maugréer et répondre à mi-voix :

      - Simple remplacement. Mon collègue a fort à faire en ce moment.

    Retournant à sa fouille -fort succinte normalement- elle s'arrêta net quand il reprit la parole. Il s'amusait avec elle ? Fort bien, c'était lui qui ouvrait les hostilités, elle pouvait très bien répliquer et passer ses nerfs sur ce crétin qui ne savait pas ranger sa langue dans sa bouche plus de deux secondes. Dans ses souvenirs beau parleur, il était à présent petite pie jacasseuse fort agaçante. Grinçant des dents, elle répondit d'une voix sèche :

      - Si ça peut vous faire plaisir. Enlevez tous vos vêtements, dans la limite du raisonnable. Inspirant un bon coup, elle ajouta, les yeux brillants à la fois de fatigue et d'énervement : Et évitez de faire le malin avec moi.

    Si en plus de faire un boulot de merde, les gens qu'elle fouillait se mettait à se foutre d'elle, ça n'allait pas passer. Mais alors, vraiment pas.


Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 26 Déc - 16:12

Halte Là (quête)





Aedis

&

Aodhán



Il semblerait que faire preuve d’un peu d’humour – certes un tantinet mal placé – ne fut pas la bonne attitude à adopter face à la jeune femme. Sans doute avait elle encore en mémoire la raison pour laquelle Aodhán s’était retrouvé aux fers ? Pas un souvenir très plus flatteur, surtout que leur première rencontre fut forte agréable…Mais cela était loin. La Capitaine ne voyait peut être qu’en lui un vulgaire fauteur de trouble, oubliant leur discutions autour des bières et le fait qu’Aodhán ne soit pas vraiment une mauvaise compagnie. Il poussa un soupire, passa sa main derrière la tête. Il savait qu’il devait changer d’attitude. Et vite. Dans un coin de son champs de vision, il distingua l’homme qu’il suivant être en train de se faire fouiller. Le temps pressait, car s’il entrait avant lui dans la Ville, Aodhán risquait de perdre sa trace… Ce fut le ton sec d’Aedis qui lui fit reporter son attention sur la fouille.

Qu’il enlève ses vêtements ? Il ne pu retenir un léger rire ainsi que le sourire amusé qui se dessina sur ses lèvres. Oh certes en d’autres circonstances, enlever ses vêtements ne l’aurait nullement déranger. Sauf que là, il n’avait pas le temps. Ni même l’envie. Levant les mains, il effaça son sourire pour prendre un air sincèrement désolé. « Excusez moi, je ne voulais pas me montrer désobligeant » dit il d’une voix posé, sans l’ombre de moquerie. « Je me rends compte que je ne suis pas bon à faire de l’humour quand je rentre de voyage » reprit il en descendant sa main contre sa jambe, gardant toujours l’autre levé. Il savait ce qu’il allait chercher. Cela venait de lui traversé l’esprit. Peut être que ca aiderait a ce qu’elle se détente et évite de lui sauter à la gorge. « Pourtant il y avait du vrai dans mes paroles…Les plis cachent souvent des choses… » Du bout des doigts, il sentit la garde fine et plate et la lame qu’il gardait cachée dans les bottes, collée a mon mollet. Il écartant les plis du pantalon, dévoilant une garde d’à peine une dizaine de centimètres des plus discrètes. Cela faisait peu de temps qu’il l’avait. Voyagé seul n’était pas sans dangers et avoir une petite lame bien cachée lui avait été plus utile qu’il ne le pensait.

Se redressant pour de nouveau lui faire face, l’air sérieux. Ne pas l’exaspérer plus qu’elle ne l’était déjà. Il n’y avait rien de pire qu’une femme en rogne. Surtout que pour le moment, c’était elle qui allait avoir le dernier mot. Si Aodhán l’agaçait un tantinet trop, elle avait le pouvoir de lui interdire l’accès à la ville…Et ca, ce n’était pas bon pour lui. Pas qu’il aurait trouvé un autre moyen d’entrée mais la situation actuelle faisait qu’il ne devait pas trop jouer les fanfarons. Il risqua un coup d’œil dans la direction où il avait aperçut l’Homme pour la dernière fois … Fronçant les sourcils, il laissa échapper un juron entre les dents. Il était rentré. Aodhán n’avait plus le temps à présent.

« Sans vouloir vous dire comment exécuter votre travail, pouvez-vous le faire plus rapidement s’il vous plait ? J’ai…J’ai à faire en ville, et j’aimerais ne pas perdre les rares occasions qui se présenteront à moi … »

Il n’avait pas regardé la jeune femme en disant ces mots, profitant de sa grande taille pour scruter la foule. Peut être était il dans une autre file, ou avait il été mis à l’ écart pour une fouille plus pousser ? Non. Aodhán avait beau scruter chaque visages masculins il ne le voyait pas… C’était officiel, il l’avait perdu.


©️ .JENAA



Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Sam 28 Déc - 19:28

Halte-là !


Sam Darlor qui avait disparu, réapparait aussitôt ! Pourquoi revenir alors qu'il a réussi à traverser la frontière sans problème ? L'homme discute avec un des gardes du Rohan, il pointe du doigt Aodhán puis repart tranquillement vers l'Ouest.

Le garde fais signe à Aedis de faire vernir l'homme pour une fouille plus poussée, on fait donc entrer Aodhán à l'intérieur d'une tente. A l'extérieur, le garde qui est en réalité un allié de ce Sam Darlor, demande à la capitaine d'interroger le voyageur sur ses les raisons de sa venue au Rohan. Il y aurait de forte chance que cet homme soit un espion...






(c) alysha
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 30 Déc - 21:36
Levant les yeux au ciel, Aedis soupira en voyant la lame d'Aodhán coincée dans sa botte. Évidemment. Ceci étonna la demoiselle, néanmoins : était-il pressé, pour refuser ainsi d'obtempérer alors qu'elle était clairement en position de force, ou était-ce simplement un nouveau tour de passe-passe de sa part, une blague de mauvais goût qui se prolongeait inutilement ? L'agacement de la Capitaine d'être coincée aux frontières la laissait penser que c'était la seconde solution, et qu'elle ferait bien d'approfondir ses recherches ; sa conscience et son bon sens lui indiquaient le contraire. Levant la tête et regardant plus avant la colonne de gens qui attendaient et qui n'avaient rien demandés, elle soupira et indiqua d'un signe de main qu'Aodhán pouvait passer. Elle n'était pas si méchante, et apparemment quelques mètres plus loin un gamin piaillait pour aller aux toilettes. Et les chiards braillards, très peu pour elle.
Cependant, un cri -son grade, plus exactement- la fait retenir son geste. Un des hommes, pas des siens, l'appelait depuis l'une des tentes. Sourcils froncés, elle regarda Aodhán d'un air qui disait manifestement "qu'est-ce que tu as encore foutu ?". Elle en avait presque marre de le voir. Si leur première rencontre s'était terminée de façon plus qu'agréable, le revoir dans les geôles quelques années plus tard l'avait fait regretter... Alors, maintenant, qu'est ce qu'il pouvait bien avoir inventé... Elle écouta le discours du garde, et son froncement de sourcil s'accentua. Aodhán semblait... Trépigner, depuis quelques minutes déjà. Par crainte d'être découvert ? Elle en doutait, il aurait filé doux sinon. Se tournant vers le garde, elle répliqua :


    - Allons bon, vous croyez aux allégations de n'importe quel voyageur ? Je connais cet homme, et je réponds de lui. C'est un fauteur de trouble... Ses yeux lancèrent des éclairs en direction d'Aodhán, qui avait intérêt à se tenir à carreau.... mais pas un mauvais bougre. Allez donc prendre ma place, j'accompagne cet homme, et il me racontera ce qu'il a à faire au Rohan.

Oui, Aedis venait de s'octroyer une pause à durée indéterminée. Tout à fait. Et elle disait zut à ce crétin qui n'arrivait pas à la cheville de ses hommes. Attrapant le bras d'Aodhán, elle le tira rapidement en-dehors de la tente, fit un geste à un de ses propres hommes pour qu'il surveille attentivement ce qui n'étaient pas de ses rangs, et fit quelques pas avec le cartographe.

    - Si j'ai du mal à penser que vous soyez un espion, je doute que vous soyez blanc comme neige. Il vous arrive bien trop de choses pour un honnête homme. Et si vous me racontiez une histoire, pendant que nous nous dirigeons vers la ville pour ce que vous avez "à faire".

Sourire narquois de la demoiselle. Elle le tenait à l’œil. Et elle était curieuse. Très curieuse.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 3 Jan - 18:41

Halte Là (quête)





Aedis

&

Aodhán



B on sang. Si prés du but. Et voila qu’il fallait tout refaire. Aodhán se maudit en silence, maudit la douane, cette foutue situation entre les deux places fortes des hommes…En fait il maudissait tout. Bon sang. Lentement en lui montait une colère sourde, l’obligeant à respirer profondément et à serrer les dents. Non il ne devait pas se laisser aller a des gestes qui pourraient causés encore plus de tord. Faire profil bas. Voila ce qu’il ne cessait de se répéter. Ce n’était pas grave, il retrouverait sa trace. Tout allait rentrer dans l’ordre. Il mènerait sa mission jusqu’au bout. Alors il attendit. Aedis ne semblait pas d’humeur à la plaisanterie, pire, elle semblait prête à lui mettre une droite si jamais il ouvrait une nouvelle fois la bouche. Mais le geste de la main ne vint pas. Du moins son geste fut stoppé net par un homme qui l’appela de l’autre coté par son grade. Et il le vit. S’éloignant en regardant par-dessus son épaule, il marqua un temps d’arrêt pour se retourner et jeter en regard en sa direction. Serait ce un sourire qui se peignait sur son visage alors que l’autre garde leurs faisait signe de venir prés des tentes? L’envie de lui faire ravaler explosa en Aod qui ne pu retenir un juron qui fila entre ses dents. Il sentit le regard de la blonde sur lui et lorsqu’il se retourna vers elle, il comprit ce qu’il disait. Même lui n’eu pas besoin de dire le moindre mot car l’expression de son visage indiquait clairement ses pensées. Alors à quoi bon parler ? Ils allèrent donc prés du type …

L ui ? Un espion ? L’hypothèse à peine voilée du garde arracha un sifflement de dédain à Aodhán. S’il savait…Il était loin d’être un espion. Il était pire. Les espions se contentent de trouver les informations, de rester loin du tumulte car ils ne devaient pas de faire prendre…Aodhán lui, c’était différent. Il allait chercher ce dont il avait besoin avec beaucoup moins de finesse. Et contrairement aux vulgaires espions, quand l’un d’Eux passait, cela laissait certaines traces. C’était exaspérant comme absurdité, et Aod commença à faire les cents pas derrière Aedis qui écoutait toujours ce que le garde avait à dire. Ne rien dire. C’était un exercice difficile a ce moment là car le Gondorien rêvait de lui mettre sa protection d’avant bras sous le nez et lui dire d’une voix cinglante que s’il était un espion, il ne se serait certainement pas présenté comme venant de La Cité Blanche, donnant sa vraie identité et encore moins en se baladant avec l’Arbre Blanc –même discret – sur ses affaires. Forte heureusement, Aedis prit la parole en premier, coupant l’envie d’Aodhán qui cessa de marcher pour poser son regard sur elle. Même si leur dernière rencontre ne c’était pas bien passé, il appréciait le caractère et l’audace de la jeune femme. Et il remerciât même intérieurement ces deux qualités alors qu’elle mit fin au discourt du garde.

C’était ce qui s’appelait fermer le claquer un quelqu’un. Sans donner la moindre opportunité d’être contre dite. Même Aodhán n’avait pas bronché quand ses yeux bleus l’avaient foudroyé. Ni quand elle l’avait traité de fauteur de trouble. Bon, sur ce point là peut être qu’elle n’avait pas tout à fait tord. Il se laissa aussi tirer hors de la tente alors qu’il jeta un dernier regard sur le garde. Se souvenir de son visage. Aodhán allait avoir un compte à régler avec cet homme une fois sa mission terminé. Un petit extra comme Ils disaient. La voix d’Aedis le fit quitter le fil de ses pensées alors qu’ils marchaient à travers la foule. « Je ferais un piètre espion en me baladant avec l’Arbre Blanc sur les avants bras » dit-il sans même la regarder car ses yeux cherchaient son cheval qu’un garde avait tenu lorsqu’ils étaient partis en direction de la tente. Il ne pouvait entrer sans son cheval. D’une parce que ses sacoches contenaient tout ses biens et de deux parce que ses armes étaient encore sur lui. « Nous n’avons pas la même définition d’honnête homme alors…Je ne cherche pas les ennuis, ce sont eux qui me trouvent en règle général. Comme la dernière fois à la taverne. » Continua il alors qu’il marchait en direction de son cheval qu’il venait de voir quelques mètres plus loin, ne laissait guère le choix a Aedis que de le suivre. Récupérant les rênes de l’hongre, il se retourna cette fois vers elle « Voila que j’ai droit a une escorte ? Mais quel honneur. » Fit il avec un sourire aussi narquois que celui qui fendait le charmant visage de la demoiselle. D’un geste galant de la main, il l’invita à passer devant afin de la suivre à pied en tenant les rênes de sa monture.

Elle voulait donc savoir ce qu’il venait faire ici…Croyait elle qu’Aodhán allait lui dire avec un air léger et un sourire qu’il suivait une personne pour le compte du Gondor ? Non évidement que non. Pour la jeune femme, Aodhán était encore un cartographe –certes qui causait pas mal d’ennuis -, mais elle ne savait rien de plus. C’était sans doute mieux pour elle. Et pour lui. « La Bibliothèque de Minas Tirith a décidé de restaurer certaines cartes très anciennes concernant l’Emyn Muil ou la pointe de Thribyrne. » dit-il sans la moindre hésitation, de manière tout a fait naturelle. Il n’était pas prit au dépourvu, il savait ce qu’il avait à dire…Aodhán n’était pas un débutant en la matière. Et si Aedis émettait des doutes, il avait dans ses sacoches des cartes anciennes pour appuyés ses dires. Enfin ils arrivaient prés des Portes quand Aodhán termina « Je suis ici car j’aimerais trouver un guide pour m’accompagner du coté de Thribyrne . J’aurais du partir il y a de ca quelques semaines mais le petit problème entre Rohan et Gondor m’a fait annuler déjà deux guides. D’où mon empressement. » Il accéléra le pas pour se mettre à sa hauteur. « D’autres questions Capitaine ? »



© .JENAA


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Lun 6 Jan - 23:44

Halte-là !


Aedis ne croit pas à la théorie de l'espion, elle prend le cartographe avec elle et décide de l'interroger. Celui-ci veut se rendre du coté de Thribyrne, la capitaine lui propose de lui trouver un guide mais après ça il doit arrêter d'être toujours là où il ne faut pas... Aedis a bien remarqué que son collègue se comportait bizarrement. D'ailleurs en parlant de lui, celui-ci arrive et n'est pas prêt de laisser partir ce cher Aodhán !

Vous vous êtes un peu éloigné de la frontière, le garde veut emmener le jeune homme voir un supérieur, Aedis, tu es plus gradée que lui, tu n'es pas d'accord ! Ton collègue dégaine son épée, il est prêt à se battre...







(c) alysha
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 8 Jan - 8:51
Aedis hocha la tête, peu convaincue. Elle aurait aimé rester dans les pattes d'Aodhan un peu plus longtemps, histoire d'être sûre de ce qui pouvait se passer un peu plus tard. Ses excuses de carte étaient tout à fait valables dans l'absolu -après tout, il s'était présenté comme cartographe dès leur première rencontre- mais il y avait anguille sous roche. Réfléchissant sur comment elle pouvait se débrouiller pour l'avoir à l’œil sans qu'il ne le sache et ne le remarque. S'il se sentait observé ou menacé, il la ferait sans doute tourner en rond sans faire ce qu'il avait à faire. De toute façon, dans l'actuel des choses, elle ne pouvait pas faire grand chose.

    - Je vais vous trouver un guide en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Et les prix seront raisonnables.

Raisonnable, car le guide était en parti payé par le Rohan. Ça, c'était une bonne solution. S'apprêtant à continuer vers la ville, quelle ne fut pas sa surprise d'entendre une voix qu'elle aurait préféré laisser derrière elle.
Aedis fut étonnée de voir que le garde qu'elle avait laissé de côté un peu plus tôt avait osé les suivre, puis avait osé revenir à la charge. Il tenta de la convaincre de lui remettre le jeune homme, pour qu'il le remette à son supérieur. Si la capitaine était jusque là plutôt exaspérée, elle vit carrément rouge.


    - Votre supérieur ? Est-ce que vous vous rendez compte que je suis Capitaine de l'Infanterie ? Votre seul supérieur qui puisse éventuellement me parler comme vous le faites est le Capitaine des Frontières, et il m'a donné carte blanche. Maintenant, dégagez d'ici.

Obstiné, pourtant ! Il ne s'en alla pas, et préféra sortir son épée et se mettre en garde. Aedis faillit hoqueter : s'il ne changeait pas d'attitude immédiatement, elle pourrait tout à fait reporter son comportement... Et elle avait les moyens de punir ce genre d'affronts, surtout injustifié : prison pour traîtrise, le dégrader... Ce n'était pas les méthodes qui manquaient.

    - Rangez votre épée. Dernier avertissement.

Aedis était calme, et n'avait pas esquissé un mouvement. La colère de se voir discutée devant un parfait inconnu lui montait au nez. Si jusque là elle se contenait, ça ne serait pas éternel. D'ailleurs, la persistance de l'homme dans l'erreur lui fit sauter une durite. Lame au clair à son tour, elle explosa :

    - LÂCHEZ VOTRE ARME SOLDAT. JE NE ME REPETERAI PAS.

Elle lui laissa trois secondes pour obtempérer. Trois secondes, pas une de moins. S'élançant, elle commença à ferrailler ; elle ne comptait pas le tuer, préférant voir son cas étudié à la capitale. Si ses ordres n'étaient plus respectés, quel avenir aurait-elle ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 10 Jan - 11:03

Halte Là (quête)





Aedis

&

Aodhán



Cachez donc votre air dubitative ma chère, je vois que vous ne me croyez pas le moins du monde. Et pourtant tout pouvait laisser croire qu’il disait la vérité : la première fois qu’il avait croisé la jeune femme, c’est comme cartographe de passage à Edoras qu’il s’était présenté et rien chez lui n’avait changé qui pouvait laisser supposer un changement de situation. Il avait toujours le même style d’habit, cette même étoffe carmin, il n’avait pas plus l’air d’être de noble naissance que durant leur première rencontre. Entre l’Aodhán de la Taverne et l’Aodhán actuelle, rien n’avait changé – en apparence tout du moins. Oh il était logique qu’elle conserve une certaine réserve, il ne la blâmait nullement mais cela l’agaçait car jouer au pauvre cartographe risquait de lui faire perdre un temps précieux. L’homme avait bien joué, son plan avait fonctionné et Aodhán se retrouvait les mains liés sans avoir trop de marge de manœuvre. Il lui faudrait trouver rapidement une solution, et l’idée d’avoir un guide employé par la Capitaine ne lui plaisait guère. D’une parce qu’il allait devoir se débarrasser de lui – non pas lui ôter la vie, loin de lui ce genre de petit extra si cela n’était pas une absolue nécessité – avant de reprendre sa mission initiale. [color=black] « « Voila qui est bien aimable de la part du Rohan » dit-il un peu pince sans rire. Non, cela n’était décidément pas une bonne idée. Les choses s’étaient déjà assez compliqué comme ça pour en plus rajouter un fardeau . Déjà dans sa tête le plan pour mettre hors course le futur guide qu’il allait se coltiner se mettaient lentement en place. Au point où il en était, il n’avait plus rien à perdre mais cela risquait de peser lourd contre le Gondor ou sur les Hommes de l’Ombre si ca venait à faire trop de bruit…

Alors qu’ils avançaient à travers la foule pour s’approcher de la ville même, une voix les interpela dans leurs dos. Encore lui. Ce type cherchait décidément un peu trop la petite bête au gout d’Aodhán et il aurait mis sa main au feu qu’Aedis pensait en ce moment même exactement comme lui. « Il est tenace le bougre » lacha-t‘il entre les dents en se retournant dans la direction de l’Homme alors qu’il informait la Capitaine de son désir de mener Aodhán jusqu'à une personne plus haut gradée. Serait une farce de mauvais gout ? Ce type n’avait donc rien de mieux a faire que de chercher des embrouilles qui pouvaient lui couter plus chers qu’il ne le pensait ? Haussant un sourcil interrogateur, il regarda Aedis qui semblait bouiller a l’intérieure. Le souvenir de la jeune femme remettant à sa place un ivrogne lui revient en mémoire et un sourire amusé se dessina. Il allait au devant de gros ennuis s’il continuait sur ce ton, et Aedis lui fit savoir le l’informant qu’elle avait Carte Blanche. « « Ne nous emballons pas…Ce doit être un simple malen-… » Commenca-t’il a dire d’une voix calme avant qu’il ne soit coupé par le bruit d’une épée qu’on dégaine Oui, ce type là était encore plus louche qu’Aodhán. Etre prudent avec cet individu, voila ce qu’ils devaient être et pendant qu’Aedis le sommait de ranger son épée, Aodhán lui avait posé la main sur la garde de sa dague sagement rangée dans sa sacoche. Il n’avait nullement l’intention de se battre. Cela allait bien trop éveiller l’attention.

Sauf que cela ne gênait nullement la jeune Capitaine. Peut lui importait d’être le point où tout les regards convergeaient alors qu’elle laissa échappé cette rage qu’elle avait gardé jusqu'à présent. Aodhán compta à peine trois secondes pour que l’Homme s’exécute avant qu’elle s’avance pour croiser le fer avec lui. Mais bon sang, cette journée de fou allait elle enfin prendre une tournure un peu plus calme ?! Une simple filature. Voila ce que c’était à la base. Et comment cela était en train de finir ? En une bagarre de soldat a l’entré de la ville. Aodhán poussa un soupire d’exaspération alors que les deux continuaient à danser. Il aurait très bien pu prendre part au combat, faire du deux contre un et régler cette histoire plus vite, mais cela ne collait pas. S’il jouait l’honnête cartographe, pourquoi prendrait-il part ? « « Allons, calmons nous… » Dit il une première fois, toujours de ce ton calme qu’il abordait en toute circonstance…Une fois, deux fois…Trois fois il se répéta. La quatrième ne vint pas, jugeant qu’il était bon d’intervenir. Pourtant il ne dégaina pas sa propre lame, non il ne comptait pas se battre même si l’envie de croiser ce fer avec cet imbécile était grande, préférant attendre le bon moment pour s’immiscer entre eux sans prendre un mauvais coup. L’occasion se présenta alors que l’homme reculait sous un coup d’Aedis, laissant alors entre eux un espace assez grand pour qu’Aodhán puisse s’y glisser. Ne tournant le dos ni à l’un, ni à l’autre mais leur offrant son profil n Aodhán écartant les bras en tendant vers eux ses mains en une vaine protection contre un coup d’épée – du moins si cette idée traversait l’esprit des deux escrimeurs. « « Cela suffit maintenant ! » Même s’il s’exprimait calmement, le ton était strict et sans équivoque. Regardant tour à tour Aedis et l’Inconnu il reprit la parole « « Belle image que vous renvoyez au Peuple vous deux. » et cette fois ses yeux bleus se posèrent sur le Soldat et cette fois seulement il lui fit face, laissant Aedis dans son dos. Apres tout elle n’allait tout de même pas lui assener un coup non ? « « Menez-moi à votre supérieur si tel est votre souhait. » et il tourna les talons – pas complètement, il garda le soldat dans son champ de vision, il fallait faire preuve de prudence car il semblait être du genre à vous planter sa lame dans le creux des épaules si l’occasion s’y prêtait – il regarda Aedis « « Sérieusement, je ne tiens pas a crée d’embrouille, allons voir le Capitaine des Frontières. Vous battre est inutile, attire l’attention et me fait perdre mon temps ! »

D’un geste de la main il indiqua à l’homme de passer devant, qu’il comptait bien le suivre. Mais Aodhán n’avait nullement l’intention de rencontrer le fameux Capitaine des Frontières…Ce type était un obstacle à sa mission qui posait un peu trop problème à son gout et si, au détour d’une ruelle, il avait l’occasion de le faire taire il ne s’en priverait pas. Certes cela risquait de créer des problèmes mais il semblait que l’homme ne soit pas un véritable soldat – ou alors la mentalité de ces derniers avait changés pour désobéir à un ordre direct…ou alors le Rohan ne savait tout simplement pas tenir ses Hommes – et si c’était le cas, le fait qu’il disparaisse de la circulation ne devrait pas gêner plus que ça. Aodhán allait devoir attendre, voir comment les choses allaient se passer mais sa patience s’épuisait…



© .JENAA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Mer 15 Jan - 18:34

Halte-là !


Le soldat range les armes, il ne serait pas bon de se battre et de toute façon, ce Sam Darlor est loin maintenant, Aodhán il est trop tard pour toi !

Toutefois, le soldat veut semer le doutes dans vos esprits. « C'est bon, vous vous le laissez, parfait... Sachez que vous faites une grande erreur, ma chère Capitaine de l'Infanterie ! Cet homme est un espion, c'est son groupe qui est à l'origine de la tension entre nos deux pays. Cet homme causera votre perte Aedis Darrek...»

Alors qu'il s'en va, il sourit pour vous narguer, mais seul Aodhán a pu le voir...

Débarrassé de cet homme, vous pouvez désormais reprendre vos activités...



quête terminé, 500 dime vous sera versé !


(c) alysha
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une halte dangereuse [pv Misto]
» Parlementaires halte-là! / JER
» Les Portes de la Moria
» Une petite halte [Astéride]
» Halte a la discrimination sur l'age

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: