Rohan go crazy ! - [Thodis et Aedis]

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Dim 20 Oct - 15:23

Rohan go crazy !


Il y a peu la querelle entre le Rohan et le Gondor prit une tournure inattendue. Dans un accès de colère ,Fengel, le roi du Rohan, se déclara en guerre conte son voisin de l'Est. Son armée a déjà attaqué un petit village du Gondor. On dit que le roi aurait perdu la tête, il n'aurait pas supporté que son plus fidèle conseiller soit insulter de traitre. Qui sera prêt à lui rendre la raison ?

L'intendant du Gondor renforce ses frontières mais il ne veut pas de guerre, la trêve qu'il a demandé a été naturellement refusé. De nombreuses personnes se sont mise en tête de trouver la preuve qui mettra en doute ce fameux conseiller...

Tu trouves au château d'Edoras et tu demandes à voir le Roi de toute urgence...




→ Un PNJ  régulera la quête après ta réponse.
→ Comme les autres quêtes, celle-ci est importante pour la suite des intrigues, on ne vous demande pas 2 lignes mais évitez de long roman qui risquerait de ralentir la quête, privilégiez l'action. Les rp "normal" sont là pour ça ;P Le libre rp est autorisé sur ce sujet !


(c) alysha
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 25 Oct - 15:01
    Aedis montait quatre à quatre les marches de Meduseld. Elle avait le visage fermé, et était perdue dans ses pensées. Les choses dégénéraient : on avait accusé longtemps, ces derniers temps, le Gondor de chercher la guerre. Après tout, ils avaient envoyé des espions, ils avaient attaqués des soldats rohirrims... Que fallait-il de plus au peuple ? La bâtarde en était persuadée, comme la grande majorité des hautes sphères du Rohan : le Gondor les menaçait, et il fallait réagir au plus vite. Quand Fengel avait lancé les cavaliers contre un village gondorien, la demoiselle, si elle n'avait guère apprécié le fait que ce soit des civils touchés, avait approuvé la mesure. Ils n'allaient quand même pas se laisser marcher sur les pieds !
    Et pourtant... Le Gondor n'avait pas répliqué, bien au contraire. L'intendant avec certes fermé ses frontières (les gémissements des marchands faisaient pitié à entendre) et avait tenté de demander une trêve. Serait-ce là l'attitude d'un homme cherchant la guerre ? Il aurait du se frotter les mains, il aurait du ricaner et envoyer ses soldats à la rencontre des Rohirrims. Et pourtant rien de cela ne s'était passé.
    Et puis les rumeurs avaient commencé à circuler. Aedis, pourtant inébranlable, avait été choquée qu'on puisse accuser le roi de payer de faux espions : c'est ce qu'avait dit celui qu'elle avait intercepté et qu'elle avait rendu aux bourreaux du Rohan ; elle n'avait guère de nouvelles de lui, même si sa curiosité la titillait de temps à autres. Elle avait entendu le récit, étrangement semblable, de plusieurs petites gens qui disaient qu'une lettre avait été trouvée, accusant le conseiller royal de pactiser avec les étrangers pour que les deux pays voisins s'attaquent. Et Aedis, malgré sa loyauté, parfois trop aveugle -en témoigne l'affectueux surnom que le peuple lui donnait, "Chienne de guerre du roi"- doutait. Assez pour vouloir demander au roi des explications, voire le conseiller d'écouter l'intendant du Gondor. Pourquoi ne pas débloquer la situation ?
    Elle arrivait au niveau de la salle du trône quand elle sortit de ses pensées. Les gardes surveillaient la porte avec loyauté, et la saluèrent comme il se devait : l'un d'eux était même de ses hommes, un membre de l'Infanterie, quand l'autre n'était qu'un "simple" garde. Elle rendit leur salut, et demanda l'accès à la salle : elle devait parler au roi de toute urgence. Ceux-ci secouèrent la tête : il y avait un conseil en ce moment. En soupirant, elle leur ordonna de la laisser passer. Vaincus, ils écartèrent les portes. Aedis déglutit et entra, aussi respectueuse que possible.



      -Sire... Inclinée, elle releva la tête au bout de quelques secondes. Excusez mon intrusion, mais j'ai à vous parler d'une affaire grave... En privé si possible.

    Il y avait trop de gratte-papiers, de scribouillards dans les environs pour espérer être discrète. Ce genre d'hommes adoraient faire courir des rumeurs. D'ailleurs, la semi-elfe était persuadée que bientôt on dirait qu'elle avait un faible pour le souverain. Quelles bêtises !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Sam 26 Oct - 17:56

Rohan go crazy !


Le roi est en plein conseil mais tu insistes pour le voir en privé. Celui-ci a une grande confiance en toi, il s'apprête à se lever mais son conseiller l'arrête. Il n'a pas aimé la façon dont la capitaine s'est incrusté dans la salle, il n'hésite pas à te le faire savoir. Il murmure quelques paroles au roi et s'avance vers toi...

« Le roi n'a pas de temps à perdre, je peux vous recevoir dans mon bureau si vous le désirez ?»

Le roi ne réagit pas, signe qu'il est tout à fait d'accord avec son conseiller. Maintenant, tu peux décider de suivre cet homme ou d'insister auprès du roi pour obtenir une audience...




→ Un PNJ  régulera la quête après ta réponse.
→ Comme les autres quêtes, celle-ci est importante pour la suite des intrigues, on ne vous demande pas 2 lignes mais évitez de long roman qui risquerait de ralentir la quête, privilégiez l'action. Les rp "normal" sont là pour ça ;P Le libre rp est autorisé sur ce sujet !


(c) alysha
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 28 Oct - 11:08
    Aedis serre les dents, ses lèvres blanchissent. Elle observe l'homme qui est sans doute à l'origine de cette soupe géo-politique, et se dit qu'elle aimerait bien lui donner une baffe ou deux. C'est un bureaucrate, pas un combattant ; ce serait tellement facile de lui faire ravaler son air doucereux...
    Mais elle se reprend, ce n'est pas le moment de commettre un impair ; les royaumes sont sur le point de tomber, il faut jouer finement. Aedis, intérieurement, se cogne la tête contre un mur : elle s'était douté que ça ne serait pas évident, mais elle sait pertinemment ne pas être une grande stratège politique. Et on ne manipule pas un roi comme on fait avancer les fantassins sur le champ de bataille. Alors, la demoiselle fait son plus beau sourire, et tente de négocier quelque chose :


      - Qui a parlé de temps à perdre ? C'est une affaire importante, vous dis-je. Puis se tourne à nouveau vers le souverain : Sire, j'insiste pour vous voir en privé... Cependant, si votre conseiller y tient, sa présence n'est pas un problème...

    Un compromis qu'elle n'apprécie guère, mais qu'elle sent nécessaire. Il va falloir jouer finement : le conseiller est sans doute plus haut dans l'estime du roi qu'elle ne l'est elle-même...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Lun 28 Oct - 20:00

Rohan go crazy !


Tu veux absolument parler au roi, la proposition faites par le conseiller ne te convient pas. Le roi reste silencieux à ta requête, le premier conseiller du roi demande à tout le monde de quitter la salle sauf toi, bien entendu...

« Et bien nous allons discuter si c'est vraiment important...»

Tu te retrouves seul avec le roi et son conseiller dans cette grande salle, tu prends place à la chaise que l'on t'a désigné.

« Nous allons discuter, capitaine ! J'espère que c'est vraiment urgent, nous avons une guerre à préparer... Alors qu'avez-vous à nous dire ?»





→ Un PNJ  régulera la quête après ta réponse.
→ Comme les autres quêtes, celle-ci est importante pour la suite des intrigues, on ne vous demande pas 2 lignes mais évitez de long roman qui risquerait de ralentir la quête, privilégiez l'action. Les rp "normal" sont là pour ça ;P Le libre rp est autorisé sur ce sujet !


(c) alysha
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 28 Oct - 21:46
    Il a accepté ! Un peu plus et la demoiselle aurait sautillé sur place, poing de la victoire en avant. Mais un peu de contenance, que diable ! D'un geste, le conseiller fit sortir tous les gens de la salle, et les gratte-papiers s'exécutèrent en grognant et traînant des pattes. Un regard furibond de la Capitaine de l'Infanterie fut nécessaire pour que les plus renâclant pressent le pas. Tous enfin furent dehors, et Aedis put s'asseoir. Enfin seule avec celui qu'elle voulait voir, plus l'autre enquiquineur de première, elle devait se montrer convaincante. Ou, au pire, elle attendrait que l'un des deux aillent aux toilettes, pour pouvoir parler au roi seule à seul. Elle faillit pouffer à cette idée, mais le mal de ventre qui la taraudait rendait impossible à la demoiselle de se dérider ; puis ça aurait été une mauvaise idée.
    En entendant la dernière phrase du conseiller, Aedis reprit du poil de la bête et inspira avant de prendre la parole :


      - La guerre ? Parlons-en, justement, je suis là pour ça. J'aimerais mettre le doigt sur quelques détails... Sire, si vous permettez, je trouve étrange que l'Intendant demande une trêve... S'il cherchait la guerre comme on le raconte souvent, il aurait sauté sur l'occasion !

    Aedis frissonna. Et reprit, d'un ton moins conquérant :

      - Je pense sincèrement qu'en l'état actuel, les troupes Rohirrims en sortiraient vainqueurs, mais de peu. Et à quel prix ? Il y a bien trop d'illogismes pour que le conflit ai seulement lieu d'être. La véritable question est pour moi, à qui profite ce conflit ?

    Ouvrez les yeux, Sire, je vous en conjure ! Aedis rageait de n'avoir pu obtenir une entrevue avec le roi seul ; elle aurait pu alors accuser plus aisément le conseiller...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Mar 29 Oct - 20:34

Rohan go crazy !


Dans la salle du conseil, tu essaies de comprendre la vrai raison de cette guerre et le plus important faire entendre raison au roi qui semble très influencé par son conseiller.

« Sans vouloir vous offenser, vous ne connaissez rien à la guerre, du moins à sa préparation, vous êtes un soldat, vous n'êtes là que pour obéir, ne vous mêlez pas de cette affaire... »

Celui-ci se lève et fait le tour de la table avant de se placer près du roi.

« La trêve du Gondor n'est qu'une ruse... Plusieurs de leurs hommes ont attaqués nos villages, vous ne pouvez le nier... »

En effet, plusieurs villageois ont rapporté se faire attaquer par des hommes du Gondor.

« Nous ne sommes pas là pour discuter à qui profite ce conflit, on nous attaque, on nous humilie, il est temps de montrer à ses Gondoriens qui nous sommes. Et de quels "illogismes" parlez-vous ? Tout est clair pourtant...  »

Alors qu'Aedis était sur le point de répliquer, le chef des Mering Stream débarque dans la salle du Trône, celui-ci était supposé retrouvé la princesse pour le roi mais la guerre entre les deux royaumes l'a obligé à faire demi-tour. Etant proche du roi, peut-être que le jeune homme pourra lui faire entendre raison... Celui-ci a tout entendu de la discussion entre le conseiller et la capitaine de l'Infanterie...




→ Ordre de passage : Thodir et Aedis
→ Un PNJ  régulera la quête après vos réponses.
→ Comme les autres quêtes, celle-ci est importante pour la suite des intrigues, on ne vous demande pas 2 lignes mais évitez de long roman qui risquerait de ralentir la quête, privilégiez l'action. Les rp "normal" sont là pour ça ;P Le libre rp est autorisé sur ce sujet !


(c) alysha
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 31 Oct - 9:45
C'est presque en courant que Thodir pénétra le château de Meduseld. Le jeune capitaine, pourtant déjà parti à la recherche de la nièce du roi, venait d'atteindre les frontières du royaume lorsqu'un messager l'avait prié de faire demi tour. Gaugamèles, le puissant étalon noir, piaffant d'exitation à l'idée de ce voyage qui, il le savait, les mèneraient en dehors des limites du Rohan, avait poussé un hennissement plein de rage lorsque Thodir l'avait de nouveau dirigé vers la cité royale. Mais l'aventure attendrait. La guerre se préparait entre le Gondor et le Rohan. Mais malgré son caractère flamboyant, le jeune guerrier n'approuvait pas cette guerre pour bien des raisons; et il devait faire entendre raison au Roi. Il parcourut les couloirs d'un pas rapide, et, reconnu par les soldats qui gardaient la porte, n'eut aucun besoin de négocier son entrée avant de déboucher soudainement dans la salle du conseil, parcourant d'un pas assuré la distance qui le séparait du trio qui se trouvait dans la pièce. Il reconnu le roi ainsi qu'un de ses conseillers. La fière jeune femme qui se tenait à leurs côtés en revanche il ne la reconnut que de part sa réputation; Aedis, la semi-elfe. Une combattante redoutable à ce qu'on disait d'elle.
"Mon seigneur..."dit-il en s'inclinant devant le roi. Saluant les deux autres d'un bref hochement de tête.
Bien qu'il répugna à débattre avec quelqu'un d'autre que le roi, le jeune homme tourna son regard vers le conseiller.
"N'oubliez pas, messire, lorsque vous vous adressez à Darrek, que vous ne parlez pas à un simple soldat, mais à un capitaine. Un soldat du Rohan n'est pas un mercenaire et à parfaitement le droit de savoir pourquoi il se bat. Par ce fait, il au aussi le droit de contester, et dans le cas présent, de faire entendre raison à ceux qui souhaitent la guerre dans laquelle seuls les soldats qui iront au front se saliront les mains."
Il lança un regard appuyé au conseiller pour lui rappeller que de mépriser ainsi la vie des hommes de son armée n'est jamais une bonne chose, surtout devant des capitaines. Puis il se tourna de nouveau vers le Roi.
"Sire, répondre au Gondor par les armes est la dernière des choses à faire, car non seulement cela ternirait la réputation de notre armée mais cela coûterait la vie à nombre de nos soldats. De quoi le Rohan aurait-il l'air s'il déclarait la guerre à un voisin aussi puissant et craint que le Gondor pour une simple insulte?"
Comprenant petit à petit l'absurdité de cette guerre en préparation, et commençant à s'énerver, le jeune homme haussa la voix.
"Sans oublier que, comme le capitaine Darrek l'a fait remarqué plus tôt, le Gondor nous envoie tous les signaux possibles indiquant qu'il ne souhaite pas cette guerre! S'il a attaqué de nos villages c'était en réponse au sac du village gondorien perpétré par le Rohan. Nous sommes quittes maintenant, nous nous devons de négocier!"
Posant de nouveau ses yeux noirs brillants d'exultation sur le conseiller, il demanda, un accent de sévèrité dans la voix:
"Qui donc a été insulté, et par qui?"
Si outrage il y avait eu, cela ne regardait donc que deux hommes. Celui qui avait proféré l'injure et celui à qui elle était destinée. Le conseiller semblait bien sur de lui et devait donc être au courant de leur identité respective. Mais si il l'ignorait, alors cela changeait completement la donne...Thodir fronça les sourcils, attendant la réponse du conseiller. Mais dans son enthousiasme, son impulsivité reprit le dessus et, faisant un pas menaçant vers le conseiller, dit d'un ton plus agressif:
"Qui?!"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 3 Nov - 20:38
    Aedis baissa la tête vers la table. Sous celle-ci, les mains de la demoiselle agrippent le fusée de son épée. Ses jointures blanchissent, et elle doit lutter pour ne pas céder à la colère. N'être là que pour obéir ? N'était-elle donc montée si haut que pour être le chien d'un manipulateur ? Le mutisme du roi l'agaçait d'autant plus qu'elle se savait appréciée de lui. Pourquoi ne réagissait-il pas ? Les évènements étaient trop graves pour qu'on laisse un seul second décider de la bonne marche du royaume. Si cela n'avait tenu qu'à elle, la demoiselle se serait déjà levée, aurait hurlé au traître et aurait frappé ce crétin prétentieux jusqu'à ce qu'il avoue ses méfaits. Malheureusement, les gardes étaient trop près, trop nombreux, et un tel geste ne serait guère apprécié dans l'enceinte de Meduseld. Elle devait donc être calme, et répondre avec tact.
    Elle faillit y parvenir, et le conseiller recommença à parler. Se mordant l'intérieur des joues, la bâtarde se demanda soudainement si elle n'aurait pas mieux fait de prendre des cours de bonne conduite et d'élocution. Bah, elle devrait faire avec... Ouvrant la bouche, elle s'apprêta à répliquer de façon cinglante : elle détestait qu'on mette en doute ses capacités.
    Mais elle fut gracieusement interrompue par Thodir, son collègue capitaine des Mering Stream. Son apparition fut plus que la bienvenue aux yeux de la damoiselle. Celle-ci se leva, et salua son acolyte comme il se devait ; en plus se révéla-t-il de son côté, chose qu'Aedis ne pouvait qu'apprécier.
    Écoutant le discours engagé de Thodir, elle s’abstint de sourire, et, d'une voix douce, ajouta simplement quelques mots avant les interrogations, fort légitimes, de l'homme d'arme :


      - Je ne peux m'empêcher d'ajouter qu'il est facile de travestir une armée en une autre. Qui nous dit que ce n'est pas des hommes extérieurs qui ont endossé des costumes gondoriens pour nous induire en erreur ? Un ennemi moins puissant doit avoir bien des avantages à voir les deux pays sombrer dans la violence... Alors que je n'en voit aucun pour notre voisin.

    Des rumeurs d'une lettre circulaient en ville. Mais elle n'allait pas baser ses assertions sur de simples rumeurs, non ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Mer 6 Nov - 14:27

Rohan go crazy !


Aedis Darrek est désormais aidé par le chef des Mering Stream en personne. Le conseiller est déstabilisé car la venue du jeune homme fait douter le roi en personne. Le monarque se lève et pour la première fois prend la parole.

« J'ai en tout confiance en mon conseiller, Robern, a toujours été de bon conseil mais  Thodir est également une personne en qui j'ai confiance. Toutefois, je sais de source sûr que des hommes du Gondor nous ont attaqué, je ne peux passer cela sous silence. Et comme le souligne le conseiller, la demande de trêve n'est peut-être qu'une ruse ? Avez-vous une quelconque preuve à me fournir ? Je vous laisse 24h pour me convaincre, passez ce délai, le Rohan entrera en guerre avec le Gondor ! » A ses mots, le roi sort et s'en va dans la salle du trône.

Le conseiller, pressé, s'en va vers l'extérieur du château, vous décidez de le suivre... Vous interceptez un bout de sa conversation avec l'un de ses hommes. «  Le message...Comment ses idiots ont pu l'égarer ? Ils ont dit qu'ils se trouvaient à Freyvale...»

Freyvale est à quelques kilomètres d'ici, vous avez le choix de vous y rendre ou de rester auprès du roi, après tout le conseiller pourrait vous tendre un piège ?





→ Ordre de passage : Thodir et Aedis
→ Un PNJ  régulera la quête après vos réponses.
→ Comme les autres quêtes, celle-ci est importante pour la suite des intrigues, on ne vous demande pas 2 lignes mais évitez de long roman qui risquerait de ralentir la quête, privilégiez l'action. Les rp "normal" sont là pour ça ;P Le libre rp est autorisé sur ce sujet !


(c) alysha
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 10 Nov - 13:53
Soufflé par le départ du roi, Thodir s'était incliné respectueusement et l'avait regardé quitter la salle avec un regard teinté d'exaspération. Mais le garçon n'avait pas eu le temps de réfléchir à ce qui venait de se passer que Robern sortait à son tour de la salle du trône. Il avait été absolument hors de question de laisser cette anguille filer comme un voleur, après tout le vieil homme n'avait toujours pas répondu à sa question. Sachant qu'Aedis ferait de même, il avait suivi le membre du conseil, qui était alors en vive discussion avec un autre homme, un de ses sous-fifres sans doute. Et ce que le jeune homme avait perçu de leur conversation avait de quoi inquiéter. Un message égaré? Freyvale? Etait-ce là une piste vers la preuve que le roi désirait?
Stoppant sa filature, Thodir s'arréta à quelques pas du sommet des marches de pierre qui mènent à l'entrée du château. Le vent vint plaquer ses cheveux bruns sur ses yeux mais il n'en avait cure, il réfléchissait. Sentant la présence de la guerrière à ses côtés, il n'en été que plus nerveux, car étrangement, lorsqu'il soumettait une idée à une femme, il avait plus peur de sa réaction que de celle du plus solide des gaillards. Déglutissant difficilement et fixant le conseiller qui s'eloignait dans les rues il dit, hésitant:
-Il faut qu'au moins l'un de nous aille à Freyvale...Mais je n'aime pas savoir ce Robern ici en notre absence, il pourrait continuer à chercher à convaincre le roi.
rahh! Peste soit de ce vieillard et de ses manigances!marmonna-t-il.
Croisant ses mains derrière la tête, comme il avait l'habitude de faire lorsqu'il était confronté à un problème épineux, il fit quelques pas. Thodir n'aimait pas vraiment l'idée de méler d'autres personnes à cette histoire, de peur que leurs recherches d'une preuve pour accabler le conseiller puisse facilement passer pour un acte de trahison aux yeux de certains soldats. Il se tourna alors vers la belle semi-elfe, sa préoccupation se lisant sur son visage pourtant déterminé.
-Dois-je réquisitionner de mes hommes et de mes écuyers pour surveiller le conseiller ou préfères-tu que nous nous séparions?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 12 Nov - 1:22
    Aedis frissonna. Ils avaient vingt-quatre heures pour faire éclater la vérité en plein jour. C'était un délai si court ! Elle avait bien sûr des informateurs dans la cité, mais les faire bouger, parler... nécessitait bien plus de temps et de moyens qu'ils ne pouvaient se le permettre. Le Roi les acculait, sans doute même sans le savoir. Au moins avaient-ils obtenu une petit trêve, couplée à un espoir de voir la paix ramenée entre les deux voisins.
    Et, avant qu'elle n'ai eu le temps de saluer ses supérieurs comme il se devait, ils étaient déjà dehors. Robern avait l'air plus que louche, et l'idée de le voir filer ne l'enchantait guère. Aussi, tout comme Thodir, prit-elle l'homme en filature, aussi discrètement que possible. Pour elle, piège il ne pouvait avoir : comment aurait-il pu penser qu'on viendrait mettre ce sujet sur le tapis maintenant, que ces arguments précis soient tenus et qu'en plus il soit suivi ? Ce n'était pas un piège, c'était eux qui avaient l'avantage. Et ils devaient en tirer profit, rapidement.
    Thodir avait la même idée qu'elle, et lui exposa rapidement. Elle acquiesça, le laissant terminer de parler avant de répondre :


      - Je doute que Robern approche encore le Roi maintenant... Mais si tu juges nécessaire qu'on le surveille... Certains de ses informateurs étaient discrets, mais pouvaient-ils entrer à Meduseld ? Difficile à dire. J'ai peut-être mieux à proposer que des hommes en armure, dont l'allégeance n'est pas certaine. Excuse-moi si je te vexe, mais certains des gamins ici sont bien plus discrets et efficaces. Et il suffit d'avoir assez d'or sur soi pour que tout soit exécuté sans anicroche. Je préfère que nous ne nous séparions pas : nous n'avons aucune idée de ce qui est censé nous attendre à Freyvale...

    Robern, si c'était important, devait avoir prévu pour la protection du message.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Mar 12 Nov - 16:47

Rohan go crazy !

Après réflexion, vous décidez tous les deux de vous rendre au village de Freyvale. Avant de partir vous prenez soin de mettre un homme de confiance qui aura pour tâche de surveiller le roi.

Pressez par le temps, vous voilà déjà au village mais vous ne savez pas vraiment où chercher. Toutefois, vous remarquez plusieurs hommes habillés avec l'uniforme du Rohan, ceux-ci sont en train d'interroger les villageois. Ils sont surement en train de rechercher ce fameux message.

Vous n'avez pas de temps à perdre, vous décidez vous aussi d'interroger les villageois car eux seuls pourriraient vous donner un quelconque indice...

Après quelques recherches non concluantes, Aedis décide d'entrer dans une auberge, il y a beaucoup d'aller et venu, ceux qui y travaillent ont surement entendu des choses...

Alors que vous questionner le propriétaire de l'auberge, la serveuse file discrètement à l'étage...





→ Ordre de passage : Thodir et Aedis
→ Un PNJ  régulera la quête après vos réponses.
→ Comme les autres quêtes, celle-ci est importante pour la suite des intrigues, on ne vous demande pas 2 lignes mais évitez de long roman qui risquerait de ralentir la quête, privilégiez l'action. Les rp "normal" sont là pour ça ;P Le libre rp est autorisé sur ce sujet !


(c) alysha
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 24 Nov - 22:58

-Ah mon jeune monsieur! Si vous saviez...Vous n'avez aucune idée du nombre de bonnes gens qui passent dans mon établissement, sans vouloir me vanter. Paysans, Bâtards, soldats, voyageurs...avec tout ce monde, vous conviendrez qu'un bout d'papier a vite fait d' passer inaperçu! Je peux pas avoir des yeux partout, vous savez. Bon, qu'est ce que je lui sers à c'jeune homme?
Essuyant les chopes avec une rapidité surprenante, l'aubergiste jetait de temps à autre un regard amusé et curieux à Thodir, qui lui, avait du mal à cacher son énervement. Accoudé au comptoir, il en fixait le bois vieilli et mal entretenu, se retenant de saisir le propriétaire par le col et de le secouer jusqu'à ce qu'il prenne la peine de faire attention aux gens louches qui vont et viennent dans la taverne.
-Rien, répondit Thodir d'un ton brusque.
- Et pour la charmante créature que je vois là, ce sera quoi? Ajouta l'aubergiste en rejetant son torchon sur son épaule et en se penchant vers Aédis, un sourire séducteur au coin des lèvres.
Ignorant les dernières paroles de l'homme, le jeune capitaine se retourna, scrutant les clients assis aux tables de l'établissement. Aedis avait raison,une auberge était le lieu idéal pour faire passer une missive. Trop de monde, trop de visages, trop d'allées et venues pour que quiconque remarque quoi que ce soit d'étrange. En parlant de chose étrange, c'est à ce moment là précis qu'une jeune serveuse fila rapidement et discretement dans les escaliers qui menaient au premier étage. Ce n'était certes qu'une simple employée de ce lieu, mais le temps manquait et Thodir, guidé par son impulsivité, choisit de la suivre. Se faufilant à travers la foule de clients qui occupait l'endroit il prit lui aussi le chemin des escaliers, et monta à l'étage, espérant de tout son coeur que la serveuse en question était bien liée à l'histoire qu'ils essayaient de déméler, et qu'elle ne prenait pas juste une pause pour se reposer.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 25 Nov - 11:05
    Aedis entra dans l'auberge en grognant. Elle avait l'impression de chercher une aiguille dans une botte de foin. Une aiguille de foin mortelle dans une botte de foin... Euh, je m'égare, là ? Toujours était-il que l'aiguille pouvait changer le cours des choses, alors que la guerre se profiler, et elle n'avait guère le temps de supporter les soudards, alcooliques et autres stupides énergumènes qui peuplaient les tavernes. L'aubergiste lui-même, alors qu'ils lui posaient la question, lui courait sur le système. Quand il la complimenta, elle s'abstint de soupirer, et lui fit le regard agacé qui disait clairement que s'il persistait dans cette voie, il finirait par ne plus pouvoir parler qu'avec une voix de fausset. Il déglutit, et retourna à ses affaires, prenant tout à coup beaucoup de soin au nettoyage d'une choppe anciennement remplie de bière.
    Aedis se tourna vers Thodir pour lui proposer un autre champ d'action, quand elle se rendit compte qu'il s'était déjà éclipsé. Cherchant rapidement du regard son compagnon, elle jura entre ses dents, avant de le retrouver, monter rapidement à l'étage. Devant lui, se trouvait une jeune femme, sans doute une serveuse, dont le visage ne semblait pas tranquille. La semi-elfe ne savait pas si elle observait là un simple visage chafouin, ou un sentiment de peur, d'angoisse... Ou de précipitation. Vive, la demoiselle couru à la suite de l'homme, avalant les marches quatre à quatre. Elle le rattrapa, lui fit un signe de la tête, et entra dans la salle où la serveuse avait disparu. Ouvrant la porte brusquement, Aedis empoigna le bras la serveuse, la tirant vers elle :


      - Doucement damoiselle, pas de bêtises. Je crois que vous n'avez pas la conscience tranquille...

    Elle espérait juste qu'elle n'avait pas fait n'importe quoi en interpellant la serveuse ; Thodir l'avait coursée, et son instinct lui disait qu'elle avait un rapport avec cette histoire. Mais ils n'avaient pas le temps de se tromper...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Arda
compte fondateur
avatar
compte fondateur
× Messages : 1930
× Inscrit le : 16/12/2012
× Dime : 37789
Lun 25 Nov - 15:50

Rohan go crazy !

Votre instinct ne vous a pas trompé, la jeune femme a bien des choses à vous dire. Celle-ci n'est pas difficile à faire parler, elle semble terrifiée mais vous arrivez à la mettre en confiance.

Elle vous explique qu'il y a quelques semaines, elle a aidé une jeune elfe qui s'était fait enlevé par des hommes du Sud. Dans leur sac, elle vous affirme qu'ils possédaient des tenues du Gondor. De plus, elle explique avoir récupéré le message que l'elfe avait intercepté par pure curiosité. La jeune femme termine en vous disant qu'elle avait prit peur et s'est donc caché dans cette auberge.

Elle vous tend un message à moitié abimé et s'enfuit car elle ne veut pas avoir de problème. Vous la laisser partir, de toute façon, elle vous a donné la preuve que vous espériez tant !

message:
 



→ Fin de la quête, vous pouvez répondre pour clore le sujet, les "conséquences" de la quête seront disponible dans la suite de l'intrigue !
→ 500 dimes vous seront versé !


(c) alysha
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Cavalier du Rohan
» [Rohan] 500 pts
» Armée du Rohan pour GDA
» L'étendard royal du Rohan
» Loronak du Rohan - Capitaine de Gil-Estel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: