Un visage très familier. (Ft. Laelia Adalheidis)

 ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 9 Aoû - 22:01
Un visage très familier.


Une route déserte.

Malgré la solitude qui hantait perpétuellement Diarmaid, il ne pouvait s’empêcher de s’en réjouir, car un chemin fréquenté est toujours une source d’ennuis pour un fugitif comme lui. Ici au moins, il était sûr d’être tranquille. C’était d’ailleurs un fait plutôt surprenant vu la voie qu’il empruntait. Ce sentier était en effet celui qui « reliait » Minas Tirith et Edoras. Un passage habituellement très utilisée par les commerçants ambulants et les voyageurs. Mais aujourd’hui semblait être un jour plutôt calme sur cette route.

Diarmaid menait sa fidèle jument Astraea sur cette fameuse route déserte et approchait peu à peu de la forêt de Firien, perdu dans ses pensées. Celles-ci étaient évidemment tournées vers sa femme et sa cité, dont il revenait justement, après quelques problèmes rencontrés avec certains gardes aux intentions plus que belliqueuses à son égard. Il n’avait pas pu revoir sa chère et tendre là-bas mais il avait quelques rencontres plutôt intéressantes. Mais il continuait sans cesse de se demander quand il pourrait enfin revoir sa Mina. Evidemment il espérait de tout son cœur que celle-ci se portait bien.

Il partait désormais pour le nord, où il espérait qu’il pourrait trouver un travail respectable et peut être se faire un peu d’argent. Il passerait d’abord par Edoras puis il partirait vers Fangorn et remonterait vers la Lorien, en espérant que les elfes l’accueilleraient. Dans le cas contraire, il comptait bien se diriger vers Fondcombe et peut-être passer par Bree. Être obligé de faire le tour de la Terre du Milieu pour espérer se faire un peu d’argent le désespérait mais ce n’est pas comme si il avait le choix.

Soudain, un bruit sortir Diarmaid de ses pensées. Un claquement métallique suivit d’un cri. La source de ces bruits semblait venir de l’orée du bois. Diarmaid ordonna à sa jument de se diriger vers la forêt et saisit son arc et ses flèches en prévision d’un combat certain à venir. Alors qu’il avançait, les bruits se faisaient plus précis, et il pouvait distinguer une voix de femme et des grognements. Le bruit se déplaçait mais Astraea suivait sans problème l’origine du son. Le cœur de Diarmaid s’accéléra alors qu’il rentrait dans cet état qui précédait un combat. Son esprit n’était plus concentré que sur son tir à venir. Une flèche était déjà encochée dans son arc.
Alors qu’il arrivait à l’orée de la forêt, il aperçut enfin l’origine du son. Une jeune femme armée d’une épée se débattait contre une bande d’orcs, et malgré les 2 cadavres qui étaient à côté d’elle, on ne pouvait douter une seule seconde qu’elle serait vite dépassée par les 4 restants si ceux-là se décidaient à se coordonner dans leurs attaques plutôt que d’y aller un par un.

Diarmaid n’hésita pas une seule seconde : il banda son arc, visa, et décocha une première flèche et en saisit une deuxième avant même d’avoir vu la première toucher sa cible. Puis il banda l’arc et visa un deuxième orc, voyant le premier transpercé au niveau du crâne. Il décocha la deuxième flèche qui alla se planter sous l’épaule gauche de l’orc, qui s’écroula à son tour. Leurs deux compagnons se retournèrent vers Diarmaid et commencèrent à le charger. Il lâcha son arc et dégainait son épée lorsqu’un des deux orcs, ayant visiblement oublié la présence de la jeune femme, se retrouva transpercé par derrière au niveau du torse. Diarmaid lança Astraea vers le dernier orc restant, et le décapita d’un grand coup circulaire.

Le combat était terminé.

Diarmaid rengaina son épée et mit pied à terre pour récupérer son arc. Il entendit la jeune femme ranger son épée dans son fourreau également, puis il se retourna pour voir si celle-ci allait bien.

Cela ne se pouvait pas !

« Mina ?! »

La surprise lorsqu’il vit son visage lui coupa le souffle. C’était sa femme ! Impossible ! Les sentiments qui le traversèrent furent tellement violents qu’il mit quelques secondes avant de reprendre ses esprits. Un soulagement infini, une tristesse qui disparait, et un amour d’une puissance incroyable, mais surtout la surprise de la trouver ici et de la voir tuer 3 orcs à elle seule !


made by pandora.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 9 Aoû - 23:19

un visage très familier
Ft. diarmaid&laelia

Après un long voyage, à errer ici et là et à combattre toutes créatures qui pouvaient se retrouver sur mon chemin, j’étais finalement en route vers la maison. J’étais encore à quelques jours du Royaume de Dol Amroth. Le chemin commençait à être long et c’était l’une des rares fois où j’avais vraiment envie de retourner à la maison, depuis le décès de mon père, plusieurs années auparavant. Je ne savais pas comment Morwen allait réagir cette fois-ci. Ces réactions variaient selon son humeur, mais souvent, elle essayait de me rendre ma vie, un enfer. Ma cousine ne m’avait aucunement pardonné mon geste lorsque sa mère est décédée, il y a trois ans. Sur le coup, je pouvais comprendre que mon geste avait paru irréfléchi, mais il fallait que je quitte le royaume. Je ne pouvais pas passer par là, une fois de plus. Maintenant, je voulais qu’elle me pardonne et qu’elle me regarde, comme elle me regardait avant que tout cela se produise. J’espérais qu’en retournant à Dol Amroth, je pouvais m’expliquer et que pour une fois, elle pourrait m’écouter. Morwen me manquait énormément et je n’en pouvais plus de ces histoires.

Je pensais toujours à ma famille lorsque tout d’un coup, quelque chose me planqua contre le sol. Pris par surprise, un cri sortit de ma bouche. Je levai les yeux vers mes assaillants pour mieux les voir. Il y avait une bande d’orcs qui essayaient de s’en prendre à moi. Je sortis mon épée et me relevai sur mes jambes. Quelques instants plus tard, les deux premières créatures furent transpercées de mon épée. J’étais en train de combattre le troisième lorsque quelqu’un vint m’aider. Personnellement, j’étais bien capable de me défendre seule contre ces dernières, mais je dois bien admettre qu’avoir un peu d’aide, ici et là, est appréciée.  À deux, nous sommes venus à vaincre tous les orcs.  Le combat était maintenant terminé. J’étais en train de ranger mon arme lorsque l’homme dit : « Mina ?! » Mes yeux se levèrent vers lui. Il semblait surpris, comme s’il venait de voir un fantôme.

Pardon !?

J’avais la nette impression qu’il me connaissait… Mais qui était cette Mina !?

© Belzébuth
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 25 Aoû - 22:29


Diarmaid reçu cette réponse comme un coup de marteau. Comment sa chère et tendre, sa femme bien aimée ne pouvait-elle pas le reconnaître ? C’était incompréhensible ! Même Astraea piaffait en voyant la jeune femme, comme si elle la reconnaissait !

« Mina, tu ne me reconnais pas ? C’est moi, Diarmaid ! »

Sa surprise commençait peu à peu à se transformer en colère et en tristesse, devant l’absence de réaction de Mina. Il commençait à se sentir malade, pris d’une nausée. Puis un détail attira son attention.

Son visage !

Quel idiot il avait été. Diarmaid se rendait bien compte maintenant : elle avait beau lui ressembler énormément, cette jeune femme qui qu’elle soit n’était pas Mina, sa tendre épouse. Ses traits étaient semblables, mais ses pommettes étaient légèrement plus relevées et ses yeux étaient d’une teinte similaire mais plus claire. Elle était évidemment très belle, chose normale vue sa ressemblance avec Mina. Son cœur ralentit en même temps que les sentiments violents et partagés qui le secouaient s’atténuaient. Il était évident maintenant que ça ne pouvait être elle, d’autant que celle-ci n’avait jamais été assez entrainée à l’épée pour être capable de se défendre contre une telle troupe d’orc. De plus, à sa connaissance, il y avait peu de chances que Mina se retrouve seule sans être surveillée.

« Veuillez m’excuser, je vous ai confondu avec quelqu’un de ma connaissance. »


Il lui semblait normal de s’excuser, la jeune femme avait dû être troublé d’être ainsi apostrophée par un nom qui ne lui disait absolument rien. Mais tout de même, penser qu’il rencontrerait quelqu’un dans le monde qui lui ressemblait autant ! Quelle coïncidence incroyable ! Voyant les traces de sang recouvrant une partie des vêtements de la jeune femme, il commença à s’inquiéter.

« Vous n’êtes pas blessée ? Vous êtes complètement tachée de sang ! »


La jeune femme ne semblait cependant pas souffrir de la moindre blessure visible. Le sang serait donc celui des trois orcs qu’elle avait pourfendues avant qu’il vienne l’aider. Un épéiste habile sans aucun doute.
Au vu du regard que lui portait la jeune femme, il se doutait qu’elle se posait un certain nombre de questions après le doute qui l’avait saisi.

« Oh, pardonnez mon impolitesse, je m’appelle Diarmaid. Et vous ? »




made by pandora.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les spadassins d'Altamira
» Un visage familier. [Glèzabel]
» Pour une occasion très spéciale !
» peindre simplement visage avec tallarn flesh
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Hobbit : Unfinished Tales ::  :: Les Archives :: Version 1 :: Archives Rp-
Sauter vers: